[Ecologie] Energies renouvelables, fossiles et nucléaires

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Nneek
J'ai arrêter de compter combien de fois tu as poser la question et la réponse reste la même (et tu le sais vu que tu le dis toi même quelque post au dessus).

On a un bon stock d'uranium dans le sol Français, on a arrêter de l'exploiter parce que :
- Ça coûte moins chère de l'acheter à des pays où la mains d’œuvre est beaucoup moins chère et où les normes environnementale sont inexistante,
- Ça évite de faire face à des oppositions autour du lieu d'implantation des mines,
- Ça permet de ne pas utiliser le stock locale qu'on garde pour plus tard.

Les mines dont l'exploitation à a été stopper mais qui sont toujours posséder par la société qui les exploitait représente 30ans de réserve au rythme actuelle.
Les gisement d'Uranium en France qui ont été repéré mais non exploiter représente 130ans de la consommation annuel mondial et si on ajoute les sites ou il ya des estimations qui n'ont pas été vérifié précisément ça passe à 250ans.

Je crois qu'on a le temps de voir venir pour l'autonomie française sur la question.
Tu pars du principe que c'est disponible immédiatement.


Or : Nous avons sortis 76000 tonnes sur plus d'un demi siècle. Au pic de la production nous étions à 3000 tonnes par an.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Exploi...0d'uranium.

En 2018, nous consommions 9000 tonnes par an.

https://fr.statista.com/statistiques...urs-d-uranium/


Donc : Il faudrait produire alors 3x plus qu'au pic de production historique et ce sans compter de nouveaux réacteurs.

Je trouve très léger d'éluder ainsi le sujet en disant c'est bon c'est tranquille on a ce qu'il faut.
Pour l'industrie minière il y a de l'ordre de 10 ans entre décision et premier minerai extrait. Il faut rajouter quelques années si l'on veut prendre en compte la prospection géologique.

Mais oui effectivement il n'y a pas vraiment de soucis pour le combustible nucléaire. Il y a un sujet mais les temporalités en jeu et le contexte permettent de résumer ça à "pas vraiment de soucis". Même en cas de déploiement massif du nucléaire, typiquement que tous le charbon soit remplacé par du nucléaire à l'échelle mondial (ce qu'il faudrait faire si on se souciait du climat), il n'y aurait pas de tensions avant 2 ou 3 décennies.

Certes 2-3 décennies c'est pas ouf dans ce scénario défavorable (niveau besoin de combustible), mais il faut mettre en perspective la même problématique sur d'autres minerais comme des minerais "courant" comme le cuivre dont on sait déjà que 2030 l'offre sera en dessous de la demande. Donc dans moins de 10 ans on aura déjà un problème avec ce minerai, utilisé largement dans l'industrie, y compris pour la "transition" énergétique modèle allemand. Le cuivre n'est pas un cas isolé.

On parle aussi d'une ressource très dense donc qui peut s'accumuler assez facilement pour constituer des réserves sur plusieurs années. A mettre en perspective avec les ressources fossiles dont les stocks, malgré des infrastructures massives et coûteuses, ne couvrent que quelques mois de consommation.

Il y a aussi des solutions techniques comme la surgénération, solution technique pour le coup qui ne relève pas du solutionnisme technologique puisque technologie déjà en exploitation.



Imho, que ce soit sur les problèmes environnementales de telle ou telle techno, la surface occupée, la pilotabilité etc bref n'importe quel critère de performance, il est important de contextualiser et comparer.

En l’occurrence, le nucléaire n'a pas que des avantages, mais sur l'aspect souveraineté il s'en sors très bien, surtout en France où la filière, même si affaiblie, existe.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Davyss
Il y a d'autant moins ce qu'il faut si on part sur une nuclearisation civil mondiale comme le souhaite certain ici.
Déjà que les 250 ans sont soumis à large discussion mais si on multiplie par 5 ou 10 la conso , on voit bien que ce n'est pas durable...

Pour moi, aucune chance que ça se produise ça sera enr ou "fin du monde". Le nucléaire c'est juste une rustine (qui peut faire crever définitivement notre roue a n'importe quel moment).

Enr +stockage + connexion électrique internationale me semble le pari gagnant (ou le moins perdant disons)

A ce propos il y une nouvelle connexion électrique pour les échanges avec l'Espagne... Ça c'est indispensable et les connections de ce type doivent se poursuivre impérativement.
Et donc ton x10 en métaux/béton pour construire ton éolienne, tu les trouve où ? Sachant qu'il faut à minima dédoubler une production renouvelable hors hydraulique ?
Citation :
Publié par Davyss
Il y a d'autant moins ce qu'il faut si on part sur une nuclearisation civil mondiale comme le souhaite certain ici.
Déjà que les 250 ans sont soumis à large discussion mais si on multiplie par 5 ou 10 la conso , on voit bien que ce n'est pas durable...
On parlait de la France et du cas français ici. On est très très loin d'une généralisation du nucléaire à tous les pays (et c'est sans doute pas souhaitable dans les pays instables). Et quand bien même la filière se développait de façon importante, ça prendrait des décennies, ce qui laisse largement le temps de trouver d'autres gisements et de trouver d'autres filières technologiques pour les réacteurs de 4ème génération.


Quand à ton vœux de remplacer toutes les centrales fossiles par des ENR, les ordres de grandeur n'y sont pas du tout. Et comme souligné par NuclearCanopus, les problèmes potentiels (très hypothétiques) d’approvisionnement que tu dénonces pour l'Uranium se poseraient aussi et sans doute à des ordres de grandeur plus important pour les éoliennes, que ce soit pour le béton ou le cuivre. (
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Curufinwe Melwasul
Dans le genre l'Europe se fait avoir par tous


https://www.lesoir.be/464089/article...rix-plus-eleve
L’Europe achèterait du gaz russe à la Chine à un prix plus élevé

Voilà. A genou devant la Chine et la Russie.
"Take that Poutine !"

Y'a pas à dire, dans le genre dindons on est quand meme sacrément bons, cette fumisterie mdr.
Citation :
Publié par Don Patricio URSSAF
Allez on prend des douches froides, on baisse le chauffage et on paie l'électricité des allemands, c'est pour l'Ukraine. Prends ça Poutine ! Regarde nous nous tirer une balle dans la tête, on est des fous !
Et on doit leur donner du gaz parce solidarité européenne. Quelle merde. Toujours la France qui paie pour les autres.
Citation :
Publié par Curufinwe Melwasul
Dans le genre l'Europe se fait avoir par tous


https://www.lesoir.be/464089/article...rix-plus-eleve
L’Europe achèterait du gaz russe à la Chine à un prix plus élevé

Voilà. A genou devant la Chine et la Russie.
Triste ironie.
Au passage, ce que fait l'Arabie Saoudite c'est assez similaire : ils ont doublé leur importation de pétrole raffinée Russe, offrant à la Russie un débouché intéressant, et permettant à l'Arabie Saoudite d'augmenter ses exportations... notamment vers la France.

On est effectivement les dindons de la farce (avec le climat) face à pas mal de puissances (USA, Chine etc) qui tirent leur épingle du jeu.

Le comble dans tout ça c'est de constater que la politique énergétique de l'UE est peu efficace voir contre-productive dans la guerre Ukraine/Russie.
Pour moi c'est assez simple : si tu n'as pas de ressources naturelles et que tu produits rien de stratégique, tu es en position de faiblesse. En France, nous n'avons ni ressource naturelle, ni, quasiment, industrie dès lors, nous n'avons presque rien à mettre dans la balance en situation de conflit.

Le tertiaire c'est sympa, mais ça ne produit rien d'essentiel vis à vis de l'extérieur.
Bah ou au delà des posture idéologie, l'Union Européenne est nue, a genoux et vulnérable.
ça fait 6 mois que ça parle mais aucune anticipation ni plan concret pour cet hiver. L'UE est incapable de faire face au moindre défi. C'est pitoyable.
Citation :
Publié par Curufinwe Melwasul
Bah ou au delà des posture idéologie, l'Union Européenne est nue, a genoux et vulnérable.
ça fait 6 mois que ça parle mais aucune anticipation ni plan concret pour cet hiver. L'UE est incapable de faire face au moindre défi. C'est pitoyable.
Se couper volontairement d'une source d'énergie non remplaçable à échéance de plusieurs années, et qu'on paye en monnaie locale, et dont les excédents sont réinvestis dans la zone. Pour la racheter 3 fois plus cher à des partenaires non moins douteux, en dollars.
Indexer le cours de l'électricité de la zone entière sur cette source d'énergie.
Genius.
L'anticipation, c'est un truc totalement perdu en EUROPE.
Par exemple, et c'est soulevé ici même, on va ré-ouvrir des centrales nucléaires, mais est-ce qu'on commence à penser à ré ouvrir ou en tout cas préparer l'extraction d'Uranium au cas ou nos fournisseurs ne nous en fournissent plus ? Non parce que Kazakhstan et Niger, c'est comment dire, pas les pays les plus stables. On a encore des réserves en France mais faut-il avoir les capacités d'extraction prêtes...
Donc y a pas mal d'anticipation à faire surtout quand on voit la crise actuelle.

De même, on a quelques ressources naturelles, mais on fait le choix de ne pas les utiliser. C'est un luxe, mais il faut en payer le prix.
Faut arrêter avec ça bordel, quelqu'un l'a fait sur un fil voisin. Le Niger est le 4ème pays producteur d'uranium derrière le Kazakhstan certes mais surtout l'Australie et le Canada,.
A l'inverse du pétrole où c'est pas trop des états fan de démocraties qui ont la majeure partie des réserves
Citation :
Publié par Equinoxe
L'anticipation, c'est un truc totalement perdu en EUROPE.
Par exemple, et c'est soulevé ici même, on va ré-ouvrir des centrales nucléaires, mais est-ce qu'on commence à penser à ré ouvrir ou en tout cas préparer l'extraction d'Uranium au cas ou nos fournisseurs ne nous en fournissent plus ? Non parce que Kazakhstan et Niger, c'est comment dire, pas les pays les plus stables. On a encore des réserves en France mais faut-il avoir les capacités d'extraction prêtes...
Donc y a pas mal d'anticipation à faire surtout quand on voit la crise actuelle.

De même, on a quelques ressources naturelles, mais on fait le choix de ne pas les utiliser. C'est un luxe, mais il faut en payer le prix.
Le prix pour le gaz de schiste que l'on choisit de ne pas exploiter, mais que l'on importe des USA, je te rejoins : on en paye le prix. Et c'est pas fini les capacités d'exportation des USA vont faire +50% d'ici 2025 pour honorer son client et allié que nous sommes.
Déjà en €.
Mais aussi sur les émissions (alors que la cause environnementale est la raison pour laquelle on exploite pas), les tranches hautes des estimations des émissions du GNL américain sont pas très loin... du charbon.


Après pour ce qui est d'exploiter les ressources localement, personnellement je suis partagé j'ai pas d'opinion arrêté.
Je pense qu'il faut regarder au cas par cas.
Typiquement l'uranium je suis plutôt défavorable car il n'y a pas d'enjeux à court terme, le gaz de schiste aussi car on pourrait s'en passer.

Maintenant pour certains métaux, comme le cuivre, je pense que l'intérêt stratégique peut passer (pour moi) au dessus des intérêts environnementaux. Mais c'est toujours pareil, ça dépend pour faire quoi du cuivre, au service de quelle politique. Si c'est pour se passer par exemple de s'approvisionner par la Chine et par exemple monter une filière de VE pourquoi pas, et globalement retrouver un peu de souveraineté et relocaliser un peu d'industrie pourquoi pas.
Citation :
Publié par Curufinwe Melwasul
Bah ou au delà des posture idéologie, l'Union Européenne est nue, a genoux et vulnérable.
ça fait 6 mois que ça parle mais aucune anticipation ni plan concret pour cet hiver. L'UE est incapable de faire face au moindre défi. C'est pitoyable.
C'est bien excessif, ce que tu écris.
Non seulement elle s'est mise en ordre de marche, a su faire fonctionner ses échanges d'énergie pour alimenter tous ses états membres pour qu'ils refassent leurs stocks de manière accélérée, et la plupart début Septembre progressent bien : à 82% faits, ils permettent faire face à 2,5 mois de consommation en hiver froid.

mais de plus :

(Le Monde) La Commission européenne est prête à aller au bras de fer avec Vladimir Poutine en plafonnant le prix du gaz russe
Face à la flambée des prix du gaz et de l’électricité, les Européens veulent protéger le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises. Pas question d’ajouter à la guerre une révolte sociale, comme avec les « gilets jaunes », ni d’accroître les risques d’une récession qui se profile.

Les discussions s’annoncent vives, tant les mix énergétiques varient d’un pays à l’autre, mais elles permettront de faire des propositions plus élaborées.

Sur le gaz, les Vingt-Sept se sont entendus pour réduire leur consommation de 15 % d’ici au 31 mars 2023, pour un hiver sans hydrocarbure russe.
Les stocks sont remplis à 82% ce qui permet de « faire face à 2,5 mois de consommation en hiver froid ».

Sur l’électricité, Ursula von der Leyen milite pour que les Vingt-Sept réduisent leur consommation avec « un objectif obligatoire [de baisse] aux heures de pointe » d’au moins 5%.
Les 27 n’ont pas eu besoin de fermer des usines ou de rationner l’énergie.
Avant la guerre, l’Union européenne (UE) dépendait du gaz russe pour 10% de son énergie ;
aujourd’hui, ce chiffre est tombé à 2,5%.

Mais les prix se sont envolés, Moscou « utilise le gaz comme une arme », la sécheresse cet été a réduit la production hydroélectrique, et les difficultés de plusieurs centrales nucléaires, notamment en France, n’ont rien arrangé.

C'est pourquoi Ursula von der Leyen souhaite plafonner le prix du gaz russe importé par l’UE

L’exécutif communautaire souhaite mettre en place des mécanismes de ponction les profits exceptionnels engrangés par certaines entreprises grâce à la flambée des prix de l’énergie :
Celles qui produisent de l’électricité à bas coût – nucléaire, solaire, éolienne… – et la vendent au prix du marché se verraient prélever dès que le mégawattheure dépasserait 200 euros.
Les acteurs de l’énergie fossile – géants du pétrole, raffineries… –, dont les bénéfices s'envolent, se verraient pour leur part soumis à une « contribution solidaire ».

Nous sommes loin d'une UE victime amorphe et impuissante.

Dernière modification par Caniveau Royal ; 08/09/2022 à 12h16.
Citation :
Publié par Shyeluk
Faut arrêter avec ça bordel, quelqu'un l'a fait sur un fil voisin. Le Niger est le 4ème pays producteur d'uranium derrière le Kazakhstan certes mais surtout l'Australie et le Canada,.
A l'inverse du pétrole où c'est pas trop des états fan de démocraties qui ont la majeure partie des réserves
Dans les sources de 2020, sur les 6 286 tonnes d’uranium importées en France en 2020, près d’un tiers vient du Niger (34,7 %). Le reste provient du Kazakhstan (28,9 %), d’Ouzbékistan (26,4 %), d’Australie (9,9 %). Donc en clair, 10% de nos besoins étaient importés depuis un pays sur.
Et en considérant, qu'il n'y aura pas de problème sur les voies navigables.

Bref, je trouve ça alarmant pour ma part.
Citation :
Publié par Caniveau Royal
C'est bien excessif, ce que tu écris.
Non seulement elle s'est mise en ordre de marche, a su faire fonctionner ses échanges d'énergie pour alimenter tous ses états membres pour qu'ils refassent leurs stocks de manière accélérée, et la plupart début Septembre progressent bien : à 82% faits, ils permettent faire face à 2,5 mois de consommation en hiver froid.

mais de plus :

(Le Monde) La Commission européenne est prête à aller au bras de fer avec Vladimir Poutine en plafonnant le prix du gaz russe
Face à la flambée des prix du gaz et de l’électricité, les Européens veulent protéger le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises. Pas question d’ajouter à la guerre une révolte sociale, comme avec les « gilets jaunes », ni d’accroître les risques d’une récession qui se profile.

Les discussions s’annoncent vives, tant les mix énergétiques varient d’un pays à l’autre, mais elles permettront de faire des propositions plus élaborées.

Sur le gaz, les Vingt-Sept se sont entendus pour réduire leur consommation de 15 % d’ici au 31 mars 2023, pour un hiver sans hydrocarbure russe.
Les stocks sont remplis à 82% ce qui permet de « faire face à 2,5 mois de consommation en hiver froid ».

Sur l’électricité, Ursula von der Leyen milite pour que les Vingt-Sept réduisent leur consommation avec « un objectif obligatoire [de baisse] aux heures de pointe » d’au moins 5%.
Les 27 n’ont pas eu besoin de fermer des usines ou de rationner l’énergie.
Avant la guerre, l’Union européenne (UE) dépendait du gaz russe pour 10% de son énergie ;
aujourd’hui, ce chiffre est tombé à 2,5%.

Mais les prix se sont envolés, Moscou « utilise le gaz comme une arme », la sécheresse cet été a réduit la production hydroélectrique, et les difficultés de plusieurs centrales nucléaires, notamment en France, n’ont rien arrangé.

C'est pourquoi Ursula von der Leyen souhaite plafonner le prix du gaz russe importé par l’UE

L’exécutif communautaire souhaite mettre en place des mécanismes de ponction les profits exceptionnels engrangés par certaines entreprises grâce à la flambée des prix de l’énergie :
Celles qui produisent de l’électricité à bas coût – nucléaire, solaire, éolienne… – et la vendent au prix du marché se verraient prélever dès que le mégawattheure dépasserait 200 euros.
Les acteurs de l’énergie fossile – géants du pétrole, raffineries… –, dont les bénéfices s'envolent, se verraient pour leur part soumis à une « contribution solidaire ».

Nous sommes loin d'une UE victime amorphe et impuissante.
Le problème c'est que le prix de l'électricité est basé sur le prix du gaz et que le gaz sert aussi dans l'industrie pas que pour faire de l'électricité.
La Russie a déjà annoncé à la suite du sommet du G7 que si un plafonnement du prix était mis en place, elle stopperait toutes ses exportations vers les pays du G7 (pas que celle du gaz).
https://www.dw.com/en/what-is-the-g7...ork/a-63020325

Je sais pas trop ce que vaut la source mais :
Citation :
The crude cap will apply from December 5 with refined products to follow from February 5, 2023.
Donc il reste un peu de temps avant la mise en oeuvre effective.


L'Union Européenne est en plein délire si elle pense pouvoir imposer son prix d'achat à un pays hostile. Je ne sais pas si le vote est à la majorité ou a l'unanimité mais il est sûr que certains pays ne voteront pas pour ça (Hongrie en tête).
Citation :
Publié par Equinoxe
Dans les sources de 2020, sur les 6 286 tonnes d’uranium importées en France en 2020, près d’un tiers vient du Niger (34,7 %). Le reste provient du Kazakhstan (28,9 %), d’Ouzbékistan (26,4 %), d’Australie (9,9 %). Donc en clair, 10% de nos besoins étaient importés depuis un pays sur.
Et en considérant, qu'il n'y aura pas de problème sur les voies navigables.
Bref, je trouve ça alarmant pour ma part.
Tu t'alarmes pas pour les bonnes raisons alors. C'est pas parce qu'aujourd'hui on s'approvisionne auprès de ces pays (notamment pour des questions de cout) qu'on ne peut pas trouver d'autres sources d'approvisionnement ailleurs. Et ça tombe bien, comme déjà répété sur ce fil ou l'autre, l'uranium est plutôt très bien réparti dans le monde: https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A...ve_d%27uranium
Alors oui, ce sera sans doute plus cher de le faire venir d'Australie que du Niger. Mais avant que tu ne t'alarmes à nouveau pour rien, le prix du combustible nucléaire c'est qu'environ 5% du prix total de revient ( https://www.cea.fr/comprendre/Pages/...nucleaire.aspx ). Du coup il peut bien doubler lui, que ça ne changera pas grand chose sur ta facture finale.
Enfin (et à nouveau), on dispose de deux ans de stock (contrairement aux fossile), du coup ça laisse un peu de marge (on pourrait sans doute vouloir avoir un peu plus de stock, mais y a un moment faut bien mettre une limite)

Franchement, le jour ou les voies navigables ne sont plus assez sures pour transporter 8000 tonnes d'uranium annuellement (une micro gouttelette par rapport au tonnage mondial), je pense que la rupture d'approvisionnement de nos centrales sera le dernier de nos soucis, la moitié de la population sera morte de faim avant que ça ne soit un soucis.
Citation :
Publié par Curufinwe Melwasul
Bah ou au delà des posture idéologie, l'Union Européenne est nue, a genoux et vulnérable.
ça fait 6 mois que ça parle mais aucune anticipation ni plan concret pour cet hiver. L'UE est incapable de faire face au moindre défi. C'est pitoyable.
Euh je sais pas trop si vous réalisez mais elle est au contraire en train de réaliser un tour de force. Depuis cette invasion elle n'a pas arrêté de batailler pour remplacer l'énergie Russe parce qu'elle a très bien capté que ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle soit coupé. Là elle montre des signes d'arriver à faire en un an ce qui en prendrait normalement 5. Personnellement je trouve ça plutôt impressionnant.

Après il est clair que l'hiver va être difficile. mais après ça le pire sera passé.
Citation :
Publié par ClairObscur
Après il est clair que l'hiver va être difficile. mais après ça le pire sera passé.
Énergétiquement peut-être, économiquement et socialement ce sera peut-être le début du "pire". Plusieurs centaines de milliers d'entreprises à travers l'Europe risquent la fermeture à cause du coût de l'énergie, ce qui signifie que des centaines de milliers/millions de personnes risquent de perdre leur travail dans les tout prochains mois.
Citation :
Publié par ClairObscur
Euh je sais pas trop si vous réalisez mais elle est au contraire en train de réaliser un tour de force. Depuis cette invasion elle n'a pas arrêté de batailler pour remplacer l'énergie Russe parce qu'elle a très bien capté que ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle soit coupé. Là elle montre des signes d'arriver à faire en un an ce qui en prendrait normalement 5. Personnellement je trouve ça plutôt impressionnant.

Après il est clair que l'hiver va être difficile. mais après ça le pire sera passé.
Elle n'est pas très drole ta blague, on continue à acheter du gaz russe, c'est juste qu'il est vendu par les chinois pour plus cher, wouahou, quel tour de force ...
Citation :
Publié par cyber clochard
Elle n'est pas très drole ta blague, on continue à acheter du gaz russe, c'est juste qu'il est vendu par les chinois pour plus cher, wouahou, quel tour de force ...
On gratte où on peut. Alors oui c'est crade à plein de niveaux parce que le processus est fait dans l'urgence au lieu de s'échelonner sur des années mais à terme on réglera ce genre d'aberrations.
Répondre

Connectés sur ce fil

5 connectés (1 membre et 4 invités) Afficher la liste détaillée des connectés