L'Agora

[POGNAX] Sujets autour du racisme et des discriminations en raison d'une orientation de la personne

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par zempachi
En France même si c'est pas parfait je pense qu on a trouvé un certains équilibre sur l'égalité hommes femmes en tout cas comparé à d'autres pays je trouve qu on s'en sort pas si mal et les cas de discriminations à l'égard des femmes sont plus des cas isolés par des cons qu une idée général, ce qui doit pas être le cas dans de nombreux pays.
Je pense qu'il y a encore beaucoup à faire en particulier dans l'accès à l'espace public (la rue en gros), et qu'en dépit de progrès récents il y a aussi énormément de travail dans la lutte contre les violences conjugales et familiales.
Une prof au Canada qui doit s'excuser pour un mot raciste dans un livre de 1863, le mot ayant visiblement gravement traumatisé des étudiantes :
https://www.lapresse.ca/actualites/2...e-c-est-ca.php

La meilleure partie, c'est quand la prof dans une lettre d'excuses fait référence à Céline.
La réponse des étudiantes dans une plainte, contient cela :

Citation :
On qualifie son courriel d’excuses de « Band-Aid sur un volcan en éruption » et on s’interroge sur la pertinence d’y évoquer « Céline Dion et son passé antisémite »…
https://jolstatic.fr/forums/jol/images/icons/icon14.gif
Où l'on découvre qu'il y a des gens stupides sur Terre, et que ça fait terriblement du bien de se moquer d'eux. En plus on peut les mettre dans le même sac que d'autres personnes qu'on n'aime pas, et à qui on ne demande pas leur avis des fois qu'elles aient le mauvais goût de se désolidariser.

Hohoho.

Dernière modification par Laadna ; 06/03/2021 à 17h25.
Citation :
Publié par Attel Malagate
Une prof au Canada qui doit s'excuser pour un mot raciste dans un livre de 1863, le mot ayant visiblement gravement traumatisé des étudiantes :
https://www.lapresse.ca/actualites/2...e-c-est-ca.php

La meilleure partie, c'est quand la prof dans une lettre d'excuses fait référence à Céline.
La réponse des étudiantes dans une plainte, contient cela :


https://jolstatic.fr/forums/jol/images/icons/icon14.gif
Tu te fais vieux mon bon Attel t'as partagé ce lien y'a même pas deux semaines (ou alors c'était quelqu'un d'autre)
Citation :
Publié par Laadna
Double standard ? Si je te réponds la même chose, on va bien avancer.

Le racisme comme idéologie : https://www.histoire-immigration.fr/...nir-le-racisme
Le racisme comme système de domination : https://www.greelane.com/fr/science-...ition-3026511/ ou http://jalon.unice.fr/Members/primon..._download/file (à partir de la 6e diapo)
Je pense que c'est là une erreur de dissocier les deux domaines. Le racisme est, comme tout corpus vivant, en mouvement constant. C'est à dire que les deux termes de la "contradiction" (idéologie/oppression), sont intriqués dialectiquement et que chacun fait varier l'autre. Les deux termes se nourrissent l'un l'autre.
Citation :
Publié par Patlotch
Je pense que c'est là une erreur de dissocier les deux domaines. Le racisme est, comme tout corpus vivant, en mouvement constant. C'est à dire que les deux termes de la "contradiction" (idéologie/oppression), sont intriqués dialectiquement et que chacun fait varier l'autre. Les deux termes se nourrissent l'un l'autre.
Absolument. Pardon si j'ai donné l'impression de séparer les deux et de n'en considérer qu'un.

(le truc chiant avec ce forum, où tu peux pas juste mettre un +1 discret)
https://www.marianne.net/societe/gre...s-de-liep?s=09

Les noms de deux professeurs accusés d'"islamophobie" placardés sur les murs de Science Po Grenoble. Je ne sais pas pour vous, mais chez moi, dans les circonstances actuelles, ça s'appelle un appel au meurtre,

Mention spéciale à l'UNEF qui se charge elle même de diffuser le nom des profs à la cantonade. Mais sinon aucun problème de connivence avec l'islamisme dans les universités

Dernière modification par ClairObscur ; 06/03/2021 à 20h43.
Citation :
Publié par ClairObscur
https://www.marianne.net/societe/gre...s-de-liep?s=09

Les noms de deux professeurs accusés d'"islamophobie" placardés sur les murs de Science Po Grenoble. Je ne sais pas pour vous, mais chez moi, dans les circonstances actuelles, ça s'appelle un appel au meurtre,

Mention spéciale à l'UNEF qui se charge elle même de diffuser le nom des profs à la cantonade. Mais sinon aucun problème de connivence avec l'islamisme dans les universités
L'islamo gauchisme n'existe pas.
Y a un truc qui me fait tiquer dans l'article du canada et MC Gill ( Yoh!)
Au mot nègre, la gonzesse s'évanouit... Quand vous y croyez à cette épiphanie ou ascension (ou ce que vous voulez), normalement ce que vous pensez c'est?

SAFETY FIRST! La suite du dialogue ça devient...

_ Même si elle est mon ennemi! Je dois la sauver (musique épique)
...
Etc... sauvetage effectuée
Les canadiens sont des gens simples, hein. Ils sauvent une personne maintenant, tu vois, maintenant sauvée, elle est de la famille, hein; Faut la protéger, tu vois?! Elle dit des conneries mais elle le pense pas, tu vois... (s'est fait mordre)

Pour faire évoluer la discussion:
Y a un truc que j'ai apprécié de ces dernières années c'est le progrès de fait pour soutenir des minorités comme si elles étaient des espèces génétiques ( au sens cellulaire) en voie de disparitions.

Dernière modification par Faerune Stormchild ; 06/03/2021 à 21h06.
Citation :
Publié par Borh
L'islamo gauchisme n'existe pas.
Ce mot est un épouvantail. En revanche ce qui existe, c'est une bande de cinglés qui instrumentalisent tout ce qu'ils peuvent ratisser pour créer un effet de masse dans la polémique. J'ai vu passer sur un autre site des appels scandalisé, anonymes, à harceler en ligne ces professeurs (alors que ni le site web ni la discussion ne portait spécialement sur des sujets en lien). Pas étonnant que les médias finissent par s'y intéresser. La question, c'est : qui est persuadé que qui que ce soit dans cette histoire (l'UNEF, le journaliste de Marianne, le professeur interrogé) dit toute la vérité et rien que la vérité ? S'indigner d'un jugement populaire tout en jugeant soi-même tranquillement les un-e-s et les autres à partir de ses pré-supposés sur l'histoire, c'est assez ironique.

D'autant qu'en conclusion de l'article :
Citation :
Dans un mail que nous avons consulté, la directrice de l'établissement écrit que "les personnes qui ont placardé ces affiches [...] ne semblent pas être les élus étudiants de l'IEPG [Institut d'études politiques de Grenoble, N.D.L.R.].
À part ce sale dérapage, tout ce qui est relaté dans l'article décrit le fonctionnement interne d'un lieu où se politisent des adultes. L'enseignant est capable de nier froidement l'existence d'un phénomène que Hortefeux et Valls ont pourtant tout fait pour populariser au rang de sport national, tu m'étonnes que les étudiant-e-s réagissent.


@Faerune_Stormchild : les canadien-ne-s ont une culture et une approche de l'altérité qui est vraiment difficile à comprendre depuis la France. À ta place je jugerais pas trop vite.
Citation :
Publié par Faerune Stormchild
Quand vous y croyez à cette épiphanie ou ascension (ou ce que vous voulez), normalement ce que vous pensez c'est?
C'est "faut surtout pas qu'elle écoute du rap US".
Dans la catégorie "comme ça vous saurez ce que c'est quand vous en entendrez parler" la nouvelle identité sexuelle à la mode sur les réseaux anglophones est SuperStraight (existe aussi en déclinaisons SuperGay, SuperLesbian et SuperBi).

Tout est parti d'une vidéo tik tok d'une personne disant qu'il faudrait considérer comme une orientation sexuelle à part entière, séparée de la simple hétérosexualité ou homosexualité (qui inclue selon la logique trans d'être potentiellement attiré par des trans du genre concerné), de n'être attiré que par les personnes de sexe biologique opposé (ou de même sexe biologique pour les SuperGays / SuperLesbiennes, ou des deux sexes mais qui s'identifient avec leur propre sexe biologique pour les SuperBi).
Vidéo qui a naturellement valu à son auteur d'être accusé de transphobie et été retirée après que (à l'en croire mais c'est tristement probable vu le niveau des chasseurs de Terf) elle et sa famille aient commencé à recevoir des menaces de mort et de viol d'activistes outrés.
Suite à quoi inévitablement attirés par le drama (et la fabuleuse idée de promouvoir une identité sexuelle dont les initiales sont SS), les posteurs d'espaces trollesques et un brin ultra-droitiers comme 4chan et KiwiFarm ont décidé d'amplifier le truc, lançant une grande campagne pour créer des communautés promouvant l'identité SuperStraight et sa revendication de rejoindre l'alphabet LGBT+++ sur tous les réseaux imaginables (on en trouve aujourd'hui sur reddit, facebook, twitter, des discords dédiés, etc...).
Communautés rassemblant (surtout, à l'origine et en dehors des alt-righters aux intentions plus SombreS) des plaisantins là pour troller les wokies en parodiant les discours des espaces LGBT tout en retournant la logique du genre et des orientations non choisies contre les activistes trans (et en particulier la petite frange de ceux ci qui va jusqu'à qualifier de "transphobe" de ne pas être attiré par eux, catégorie rebaptisée "Serf" en hommage aux Terf par le mouvement super, nonobstant que ces initiales ne veulent plus rien dire), mais qui bien que parties comme une parodie sont en train de prendre une telle ampleur que certains commencent à se demander si ce mouvement ne va pas prendre un tour sérieux et s'inscrire dans la durée (d'autant que plein de wokies y réagissent eux mêmes avec tout le sérieux outré dont ils sont capables, lançant des campagnes pour catégoriser ces communautés comme haineuses et obtenir leurs bannissements, ce bien qu'elles évitent précisément tout discours ouvertement haineux ou niant l'identité trans, partant précisément du postulat que les "simple straight" devraient logiquement être attirés par ceux s'identifiant au genre qui les attire et ne se considérant que comme une minorité sexuelle en leur sein).

Au delà de ceux qui y participent pour le fun ou avec des arrières pensées politiques, elles semblent un lieu de libération de parole de personnes se sentant mal d'avoir été culpabilisés par leur entourage pour avoir rejeté un(e) trans ou affirmé cette préférence, ce qui semble une réelle tendance dans les milieux progressistes de la génération zoomer, avec un certain nombre d'anecdotes qui semblent tout à fait sérieuses (après dur à dire vu qu'il y a aussi certainement un paquet de 4chaners improvisant des histoires sur le sujet, mais d'après une petite enquête sur reddit certaines viennent de comptes qui semblent bien habitués d'espaces plutôt coté social justice de la force, plutôt que de ceux liés à l'alt-right).

Enfin donc, phénomène à suivre, et quant à ce que j'en pense moi euh... ba d'un coté si des gens se font accuser de transphobie en raison d'attirances qu'ils ne contrôlent pas ils ont bien raison de s'en plaindre, et compte tenu de la multiplication du nombre d'orientations sexuelles c'est assez cohérent de considérer que c'en soit une tout aussi légitimes que d'autres (surtout si on considère les plus farfelues genre demisexuel et tout le toutim) ; quant à l'aspect parodique il fait terriblement mouche et vise des gens dont les réactions montrent qu'ils se prennent clairement trop aux sérieux, certaines ayant plus de quoi faire peur plus que les discours des super.

Mais de l'autre, il y a évidemment derrière des gens cherchant à installer l'idée que transgenre = prédateur sexuel cherchant à obtenir du sexe en culpabilisant ses victimes, en insistant sur la tendance probablement très marginale hors de bulles twitter extrêmes d'assimiler ne pas être attiré par un(e) trans à de la transphobie, et c'est pas pour rien que l'alt-right a vite réalisé son intérêt d'amplifier le truc autant qu'elle pouvait, donc sous l'angle généralisations dangereuses à partir d'un nombre réduit d'exemples et témoignages c'est bien plus douteux.
Quand on fabrique des outils fondés sur une logique d'extrême-droite, faut pas s'étonner de voir l'extrême-droite les utiliser à son profit.

En réalité, ce qui est surprenant, c'est que ça ne soit pas arrivé plus tôt. Vous allez voir qu'ils vont adopter les prénoms "bio" de twitter à coups de "he-man" ou de "uber-he"...
Citation :
Publié par Twan
...
L'extrême-droite se coordonne pour faire passer des phénomènes et éléments extrêmement marginaux de groupes progressistes comme étant représentatifs ou répandus (voire même comme constituant un point majeur et/ou secret de l'agenda politique de ces groupes) au sein de ces groupes, afin de créer un rejet ou une suspicion en bloc de tout ce qui est progressiste. Un procédé documenté, qui me rappelle quelque chose tiens.
C'est assez similaire à "It's OK to be white" effectivement comme dynamique, faire réagir les progressistes intolérants à une affirmation inoffensive d'identité, puis exploiter leurs réactions extrêmes. Ce qui fait le succès des supers c'est le nombre de réactions haineuses de gens se réclamant de l'inclusivité que leur démarche a réussi à générer en quelques jours, qui deviennent sur leurs communautés autant de posts pour se plaindre de la superphobie.
Citation :
Publié par Crevard Ingenieux
L'extrême-droite se coordonne pour faire passer des phénomènes et éléments extrêmement marginaux de groupes progressistes comme étant représentatifs ou répandus (voire même comme constituant un point majeur et/ou secret de l'agenda politique de ces groupes) au sein de ces groupes, afin de créer un rejet ou une suspicion en bloc de tout ce qui est progressiste. Un procédé documenté, qui me rappelle quelque chose tiens.
Si ils étaient "extrêmement marginaux" ça n'irait pas bien loin. Le problème c'est qu'ils ne le sont manifestement pas tant que ça.
L'autre truc c'est qu'l n'y a jamais ou presque de condamnations de leur débordements de la part de leurs collègues "progressistes". Au contraire on est plutôt dans la normalisation et la surenchère.
Du coup c'est plutôt compliqué de faire la distinction.

Dernière modification par ClairObscur ; 08/03/2021 à 21h52.
Citation :
Publié par Crevard Ingenieux
L'extrême-droite se coordonne pour faire passer des phénomènes et éléments extrêmement marginaux de groupes progressistes comme étant représentatifs ou répandus (voire même comme constituant un point majeur et/ou secret de l'agenda politique de ces groupes) au sein de ces groupes, afin de créer un rejet ou une suspicion en bloc de tout ce qui est progressiste. Un procédé documenté, qui me rappelle quelque chose tiens.
Y'a pas besoin de l'extrême droite, la "petite minorité" a un impact de plus en plus négatif sur la vie en société (voir comment ils font chier les enseignants par exemple, et les étudiants par la bande), et arrivent très bien à se faire haïr tout seuls.


Citation :
Au delà de ceux qui y participent pour le fun ou avec des arrières pensées politiques, elles semblent un lieu de libération de parole de personnes se sentant mal d'avoir été culpabilisés par leur entourage pour avoir rejeté un(e) trans ou affirmé cette préférence, ce qui semble une réelle tendance dans les milieux progressistes de la génération zoomer, avec un certain nombre d'anecdotes qui semblent tout à fait sérieuses
Ça m'est arrivé une fois en discutant avec un mec gay. Je lui dit que je ne suis pas pansexuelle et donc pas attiré par les femmes trans.
Réponse: "Ben là les trans ont aussi droit à l'amour !" - outré.

Certes gars, mais pas avec moi.
Un truc rigolo quand on traine depuis longtemps sur le net, c'est de comparer certains comic strips à leurs début et aujourd'hui.
Par exemple, Questionable Content, qui est devenu une sorte de manuel illustré du wokisme sexuel.
Ou plus drôle encore, de lire les commentaires d'une auteure sur son propre comic strip revisité 10 ans plus tard, en mode "pitié, ne me cancellez pas, je n'avais pas conscience de, pardon pardon pardon" parce qu'elle avait fait une blague sur des nichons magiques.
On sent que les auteurs se chient dessus à l'idée de n'avoir pas leurs quotas de personnages représentatifs ou bien de se faire choper par la patrouille à ne pas être totalement inclusif. Ceux qui se souviennent de la polémique sur les dickwolves de Penny Arcade (2010) peuvent imaginer à quel point aujourd'hui les auteurs US peuvent flipper leur race. Parce qu'avec la polarisation extrême du pays, s'ils se font choper par les brigades de la justice sociale, ils ne peuvent plus que se réfugier chez les miliciens suprématistes et c'est pire encore.
Citation :
Publié par Aloïsius
Un truc rigolo quand on traine depuis longtemps sur le net, c'est de comparer certains comic strips à leurs début et aujourd'hui.
Par exemple, Questionable Content, qui est devenu une sorte de manuel illustré du wokisme sexuel.
Ou plus drôle encore, de lire les commentaires d'une auteure sur son propre comic strip revisité 10 ans plus tard, en mode "pitié, ne me cancellez pas, je n'avais pas conscience de, pardon pardon pardon" parce qu'elle avait fait une blague sur des nichons magiques.
On sent que les auteurs se chient dessus à l'idée de n'avoir pas leurs quotas de personnages représentatifs ou bien de se faire choper par la patrouille à ne pas être totalement inclusif. Ceux qui se souviennent de la polémique sur les dickwolves de Penny Arcade (2010) peuvent imaginer à quel point aujourd'hui les auteurs US peuvent flipper leur race. Parce qu'avec la polarisation extrême du pays, s'ils se font choper par les brigades de la justice sociale, ils ne peuvent plus que se réfugier chez les miliciens suprématistes et c'est pire encore.
Putain Questionnable Content, non! J'ai décroché au moment des robots et des voyages dans l'espace, c'est si grave que ca?
Citation :
Publié par Kedaïn
Putain Questionnable Content, non! J'ai décroché au moment des robots et des voyages dans l'espace, c'est si grave que ca?
Alors, actuellement, dans les personnages principaux...
Marten est en couple avec une libraire au chômage trans/hétéro
Faye est en couple avec une robot de combat amnésique (cis du coup ?)
Les 4/5 des strips tournent autour de triangles amoureux bi/homo, avec la question du sexe des robots et des "neuro-atypique" ajouté de temps à autres, dont les protagonistes passent leur temps à se répandre en excuse parce qu'ils ont préjugés des sentiments des autres ou blablabla.

L'époque où une barmaid se faisait bouffer par un t-rex sorti de nulle part (et autres gags du même genre) est totalement révolue. Idem pour les gags sur les courants musicaux etc. L'ensemble est devenu très politisé en mode gros sabot (avec des pages et des pages sur medicare 4 all ou sur le racisme systémique de la police, version robotisée of course). L'auteur a gardé sa capacité à écrire des répliques rigolotes et mordantes, mais ça revient à utiliser un sabre pour couper des tranches de babybell, c'est un peu fade et triste, et sa dégouline de bons sentiments à la guimauve.
Citation :
Publié par Twan
...
Je te remercie pour l'info, j'ai commencé à les voir pop sur Reddit aujourd'hui effectivement. Ce meme a la subtilité d'un 33 tonnes, j'avais pas vu ça depuis le délire Frenworld
Citation :
Publié par Aloïsius
Un truc rigolo quand on traine depuis longtemps sur le net, c'est de comparer certains comic strips à leurs début et aujourd'hui.
Par exemple, Questionable Content, qui est devenu une sorte de manuel illustré du wokisme sexuel.
Ou plus drôle encore, de lire les commentaires d'une auteure sur son propre comic strip revisité 10 ans plus tard, en mode "pitié, ne me cancellez pas, je n'avais pas conscience de, pardon pardon pardon" parce qu'elle avait fait une blague sur des nichons magiques.
On sent que les auteurs se chient dessus à l'idée de n'avoir pas leurs quotas de personnages représentatifs ou bien de se faire choper par la patrouille à ne pas être totalement inclusif. Ceux qui se souviennent de la polémique sur les dickwolves de Penny Arcade (2010) peuvent imaginer à quel point aujourd'hui les auteurs US peuvent flipper leur race. Parce qu'avec la polarisation extrême du pays, s'ils se font choper par les brigades de la justice sociale, ils ne peuvent plus que se réfugier chez les miliciens suprématistes et c'est pire encore.
En même temps, c'est toute l'industrie du comic américain qui est en chute libre, en terme de vente comme de qualité.
Et même chez les gros, DC et Marvel, on donne dans le woke à fond de balle depuis quelques années, et ça ne vend rien, ce qui m'étonne en fait personne. Je repense au fameux "If you don't like my politics, don't buy my books" de Kelly Sur DeConnick lors d'un (énième) relaunch de Captain Marvel ... que personne n'a effectivement acheté du coup, sans parler de la chute qualitative tout court : on fait du woke donc pas besoin d'écrire de bonne histoire parce qu'on est dans le camp du bien, on se fait parfois plus chier à soigner ses dessins (personnages, perspectives, décors désormais souvent absents) alors qu'on a jamais eu autant d'outils pour produire, etc.
Je veux dire, le nouveau perso de la prochaine BD Star Wars : High Republic, copilote d'un vaisseau qui s'appelle .... "Le Vaisseau" .... Est un rocher. Pas un homme-rocher comme Ben Grimm des Fantastiques ou le mange-pierres de l'Histoire sans fin ... Non, un putain de bloc de granite de 1 mètre sur 2.
Et la nouvelle version des New Warriors, on en parle ? Le gaz internet qui donne le super pouvoir de naviguer sur google avec son esprit, des persos jumeaux non-binaires qui s'appellent littéralement Safe-Space et Snowflake, et j'en passe ... Magnifique ratio like / dislike sur la vidéo d'ailleurs, tant et si bien que le comic qui devait sortir l'année dernière est depuis passé aux oubliettes.
Et tout ça alors que ces univers sont désormais connus du grand public comme ils ne l'ont jamais été auparavant grâce aux sorties cinématographiques / télévisuelles.
Voilà où on en est.
Les seuls projets qui enthousiasment encore les lecteurs sont ceux lancés en crowdfunding comme CyberFrog d'Ethan Van Sciever, mais ça fait pas lourd.

Le plus drôle est que ces derniers mois ils ont tenté de mettre ces très mauvais chiffres sur le dos du COVID alors que dans le même temps les bandes dessinées venues d'ailleurs, mangas en particulier, explosent tout en terme de ventes là-bas.

Dernière modification par Capitaine Courage ; 09/03/2021 à 01h19.
Citation :
Publié par Twan
Dans la catégorie "comme ça vous saurez ce que c'est quand vous en entendrez parler" la nouvelle identité sexuelle à la mode sur les réseaux anglophones est SuperStraight (existe aussi en déclinaisons SuperGay, SuperLesbian et SuperBi).
En quête d'une boussole qui pointe toujours fidèlement vers le wokisme magnétique ? Il suffit de lire le fil de resetera.com dédié à ce super sujet...

https://www.resetera.com/threads/can...moment.390203/


Après quelques réactions convenues d'indignations sur la transphobie de cette initiative, un participant innocent questionne : "Attendez, considérez-vous que c'est transphobe si une personne ne veut pas sortir avec une personne trans ?"

Un intervenant effectue alors un 1er rappel à l'ordre : Si c'est "Je ne sortirais jamais avec AUCUNE personne trans" alors oui. Tout comme c'est raciste si quelqu'un dit qu'il ne sortirait jamais avec un noir / asiatique / indien / etc. C'est bien de dire que vous n'êtes pas attiré par une personne trans en particulier, ou par une personne spécifique d'une autre race, mais faire une telle déclaration générale à tout un groupe de personnes est inacceptable. [...]

Un second intervenant précise : " Si la raison pour laquelle ils ne veulent pas sortir avec quelqu'un est spécifiquement parce qu'ils sont trans, c'est littéralement une transphobie. l'inconfort que vous ressentez de leur identité est la transphobie. ce n'est pas une manifestation extérieurement haineuse (parfois) mais c'est une transphobie."

Malheureusement pour lui, un participant (sans doute gay) se rebiffe et demande "Comment appelez-vous une personne gay qui ne veut pas sortir avec l'autre sexe !?"
C'en est trop, un modérateur banni cet impudent avec le motif "User Banned (1 month): excusing transphobia"

Les réactions convenues d'indignations peuvent à présent reprendre.

Puis dans une émouvante démonstration de vertu ostentatoire , un participant avec un avatar d'écureuil se vante : "Vraiment épuisé après m'être disputé avec les TERF sur Twitter à ce sujet pendant 2 jours consécutifs. Je vous salue absolument, les personnes transgenres. Je suis dans la position privilégiée de pouvoir prendre du recul par rapport à ce BS quand ça devient trop parce que je suis un mec blanc cishet [hétérosexuel cisgenre] d'Écosse. Faites savoir que nous sommes nombreux à continuer de défendre vos droits contre ces conneries ignorantes."

Persuadé d'avoir gagné suffisamment de bons points par son allégeance , l'écureuil ose répondre à une question rhétorique d'un intervenant qui demandait "si vous trouvez quelqu'un d'attrayant et / ou vous vous entendez avec quelqu'un, mais qu'il révèle qu'il est trans, et ce fait - et uniquement ce fait - l'invalide dans votre esprit. Comment appelleriez-vous ça ? "

La réponse culotté de l'écureuil cause sa perte : il réponds que c'est juste "Avoir une préférence sexuelle. Certaines personnes ont des préférences pour la façon dont elles veulent avoir des relations sexuelles et les organes sexuels jouent un grand rôle à cet égard. Trouver une personne attirante mais ne pas vouloir coucher avec elle parce qu'elle a un pénis n'est pas transphobe. Trouver une personne attirante mais ne pas vouloir coucher avec elle parce qu'elle a un pénis n'est pas transphobe."

Bippppp ! Mauvaise réponse !!!

L'écureuil est pris à parti par la meute et fini banni pour le motif : "User Banned (1 month): excusing transphobia"
Le premier banni qui soutenait l'écureuil se prend un second carton, rouge cette fois : User Banned (3 months): excusing transphobia, prior ban for misgendering

Et voilà qu'un nouvel intervenant s'étonne "mais il est tout à fait juste de vouloir avoir des enfants et de l'avoir dans le cadre de votre processus de sélection / parti pris chez un partenaire !?". Et il est soutenu par un autre insolent.

Les deux bougres sont aussitôt bannis pour le motif : "User Banned (1 month): excusing transphobia"

Finalement le modérateur jette l'éponge et clôture le fil, trop de crimepensée ce soir :/
Tu as oublié de citer les réponses disant que c'est ne pas avoir bcp d'imagination que de penser que le sexe c'est de mettre des organes dans des trous, qu'il est évidemment transphobique de ne pas vouloir dormir avec un trans sur la seule base de ses organes génitaux, qu'il y d'autres moyens de savourer le sexe, et qu'à la limite le problème de sont les hormones (ie si le trans est sous traitement hormonal alors il n'y a plus aucune raison de se plaindre).
Répondre

Connectés sur ce fil

 
5 connectés (0 membre et 5 invités) Afficher la liste détaillée des connectés