Nature et Animaux (La Taverne)

[Jardinage] Les Joliens aux mains vertes

Répondre
Partager Rechercher
Oui toute la question est là ... d'ou provient l'eau du puit - s'il y'en a toujours - et de la mare et à quel niveau on peut taper dedans. Malheureusement les réponses sont pas évidentes à avoir. Là avec des périodes sans pluie prolongées on voit bien un peu partout que tous les jardins sont bien secs, les ruisseaux / mares de ci de là aussi, et à priori ça va pas s'arranger à l'avenir. Je me dis qu'avoir une grande surface si y'a pas d'eau facilement accessible, t'as vite fait de mettre des dizaines de m3 d'eau courante, ce qui est pas très écolo ni rentable (après je suis pas dogmatique non plus, quand il faut arroser bah voilà on arrose ... mais une source d'eau est vraiment pas négligeable).

Du coup j'ai bien fait de poser la question car je vais temporiser et pas acheter avant d'avoir (ou pas) quelques certitudes là dessus. Tant pis si ça me passe encore une fois sous le nez, car sinon c'est une assez bonne affaire. 4000m2 sans source d'eau un peu fiable c'est pas forcément tant que ça un bon plan, et ça m'étonne aussi par rapport au prix / à la terre agricole / à la maison de 3 chambres plutôt saine qu'elle soit dispo (et l'agent me l'a directement "sous vendue" en passant de 67 à "ça partira vers 50" sans que j'insiste du tout). Après le coin est pas ultra funky ça reste relativement cohérent, et j'ai du mal à évaluer "une terre"... si ça se trouve c'est aussi bien un excellent plan.

Dernière modification par Don Patricio ; 21/09/2020 à 23h35.
Franchement certains agents immo font des efforts, mais globalement ils devraient vraiment mettre en valeur les terrains. Plein d'annonces t'as pas de photos, souvent même pas les superficies. C'est même pas si courant que les moteurs de recherche permettent une recherche avec ce critère réellement discriminant du coup tu dois éliminer "à la main" plein de maisons qui correspondent pas.

Alors que quand tu visites pour maison de campagne c'est vraiment un critère même si t'as pas un projet comme le mien ... les arbres fruitiers dispos ou pas, l'eau, les puits y'en a souvent qui sont même pas indiqués, et personne sait si on peut en faire quelque chose ou non, est ce que la maison est en bord de champ ou de bois ... etc etc. On a quasiment jamais de plans de l'environnement immédiat, aussi, alors que ça peut permettre d'économiser directement une visite, ou d'en susciter plus.
Après les diagnostics ont un coût mais je pense qu'en ce moment avec la demande qu'il y'a des bobos comme moi, il pourrait être carrément rentabilisé.

Quand tu creuses un peu d'ailleurs certains terrains de maison sont constructibles et valent limite plus cher que l'ensemble ... mais bon c'est pas mon délire, mais à force de chercher j'ai fait naturellement quelques calculs.

Dernière modification par Don Patricio ; 22/09/2020 à 00h00.
La source d'eau du puit, ça reste assez logique. L'eau ça va de haut vers le bas.
Si la source semble pousser par le bas c'est que la source haute est plus loin que prévu; ou un peu plus sophistiqué: par exemple que le puit est plus bas qu'une nappe aquifère ou une une mare ou un lac souterrain.
Une nappe aquifère ça peut être seulement une couche géologique poreuse gorgée d'eau coincée entre deux couches plus étanches qui suinte de l'eau.
Si tu as une forêt ou un bois assez ancien et vaste un peu en hauteur juste quelques mètres suffisent, ça peut être la fameuse source de ta mare, aussi.

Par contre il faut une carte géologique et spéléologiques et les niveaux altimétriques indiqués.

Ah j'ai retrouvé une vidéo qui intéressera les jardiniers autant que les maraichers et les agriculteurs de grandes surfaces.
Paysages in Marciac c'est chaque année et très sérieux.

Dernière modification par Faerune Stormchild ; 26/09/2020 à 18h13.
J'en appelle à la puissance jolienne pour sauver mon couple ainsi que plusieurs plantes innocentes.

Ma femme a toujours voulu des plantes d'intérieures, le hic c'est qu'elles ont tendance à mourir assez rapidement. Loin de se décourager, elle m'a embarqué dans une foire au plante pas chère et en a quelques unes. Ca va faire deux semaines et elles sont déjà entrain de montrer des signes de faiblesse, voir de mort proche. C'est la crise.

J'avais soulevé le point suivant : On a absolument aucun ensoleillement direct, et en indirect si l'été ça va, le reste du temps c'est le néant. Le vendeur a rétorqué "tutututu, les plantes s'adaptent, c'est pas un problème".

Au final, le choix c'est porté sur des plantes dites facile d'entretient et nécessitant peu de luminosité ( Toujours d'après le vendeur ) :

- Chlorophytum chevelu : Les pointes commencent à noircir et à se rabougrir.
- Pilea peperomioides : Les feuilles noircissent et tombent très rapidement.
- Asparagus : Le bout jaunit légèrement et la plante semble se ratatiner petit à petit sur elle même.
- Hedera : Lui il est quasi mort, il reste une seule tige vivante, le reste à pourri.
- Adiantum : Les feuilles sont devenus ultra sèche, friable.
- Ficus Elastica : Elle, elle va plutôt bien, tant mieux c'est la préférée.

On a respecté les consignes données avec les plantes : Un arrosage par semaine en période chaude, une fois par deux semaines en hiver, pas de soleil directe... Je vais bien entendu faire mes propres recherches, mais si un pro des plantes vertes passe par ici, je prends n'importe quel conseil pour éviter la crise.

Merci !
T’as des photos pour voir un peu plus ?

Si j’en crois mon expérience avec mes plantes d’intérieur : la clé c’est la luminosité. S’il en manque trop, y’a pas de miracle.

Après en deux semaines... vous les arrosez au pinard les plantes ?
Pour le Chlorophytum ça me choque pas trop. Le vert est bien vigoureux et les bout noircis assez légers. Le mien, enfin les miens car j’ai fait plein de boutures et suis maintenant envahi, me le font aussi. Mais bon au bout de deux semaines... c’est quand même prématuré surtout que c’est une plante très résistante (sur ma bouture d’avant confinement par exemple j’en ai pas encore de bouts noircis).

Réduit un peu l’arrosage ? Tips (à l’expérience) Chlorophytum, quand les feuilles blanchissent c’est qu’il faut l’arroser et ça reverdît direct. Si c’est bien vert je dirai vas-y molo sur l’eau.

Pour les autres, pas terrible en effet. Mais attends, tu les as pas rempotées ?

Rempote dans des pots un peu plus gros (disons 5cm de plus de diamètre ?), des pots drainés. Avec un terreau plantes d’intérieur (souvent en magasin quand tu las achètes les terres sont de mauvaise qualité/très pauvres) et des billes/cailloux au fond.

Et vas y molo sur l’arrosage car par exemple la plante dont la feuille jaunît/brunît ça sent l’excès (peut-être pas de toi, mais aussi de l’endroit où tu l’as acheté...).

Bref à ta place dans cette situation, je rempoterai tout, couperai ce qui n’a aucun chance d’avoir une nouvelle jeunesse pour que la plante se concentre sur ce qui reste bien vert, et modèrerait l’arrosage. Surtout si t’as pas trop de luminosité, ça garde peut-être plus l’humidité ton coin. Mais attention, je parle sur base de 12 ans d’expérience random, je suis pas spécialiste.

Évidemment tout rempoter c’est des frais pour des trucs en mauvais état mais : 1) si elles crèvent t’auras tout pour de nouvelles, 2) j’arrive pas à me faire à l’idée d’abandonner une plante (et me retrouve donc envahi de boutures ) et 3) le coup du rempotage doit toujours être envisagé dès l’achat de la plante (puis bon à moins de prendre des pots Ravel (et encore) c’est pas non plus €€€ ).
Merci pour les tips, ça va nous occupé notre dimanche en plus.

Le rempotage maintenant que tu me le dis, ça me parait évident de le faire lorsque les plantes sortent du magasin, pour l'eau je vais réduire les efforts de madame, elle adore ses plante et veut trop bien faire.

Encore merci, j'espère réussir à leur redonner une nouvelle jeunesse !
Si tu veux garder des plantes achetées c'est important de les rempoter oui, parce que tu sais pas depuis combien de temps elles sont enfermées dans leurs pots actuels.

Par même si vous devez y aller molo sur l'arrosage, oubliez pas de bien les faire boire après le rempotage
Dites, j'ai un poirier assez jeune (planté chez nous depuis 3 ans, il fait environ 1m50 de haut) qui a choppé la rouille. J'ai traité début septembre, et comme je suis pas trop chez moi en ce moment je ne l'ai pas surveillé.
Là je constate qu'il a perdu bien la moitié de ses feuilles.
Effet de la maladie, de la sécheresse ? J'arrose rarement, mais c'est bien le seul arbre du jardin qui a perdu sa verdure ainsi.
Non mais les plantes, faut observer avant de les arroser. Sous-peser le pot (pot léger = plus d'eau donc à arroser), planter son doigt dans le substrat pour voir s'il est encore humide en profondeur (si oui, l'arrosage peut attendre). S'adapter à la saison aussi, tu vas arroser + en été qu'en hiver. Attention à l'atmosphère + sèche en hiver. Attention à l'eau stagnante dans les cache-pots aussi. Et les rempoter oui, mais dans un substrat adapté. Le pilea par ex, il aime bien les substrats bien drainant. Asparagus, substrat drainant et léger. Le chlorophytum, tu peux lui faire toute la misère du monde, il résiste à quasiment tout (et si tu le tues, y'a environ 88387474729 propriétaires de Chloro qui pourront t'envoyer des boutures tellement il en fait quand il est content !). Et puis fournir des conditions adaptées à chacune, pilea aime une atmosphère humide et beaucoup de luminosité, la capillaire aime atmosphère humide et pas trop de luminosité (c'est une fougère quoi). Le lierre n'aime pas trop l'humidité que ce soit ambiante ou à ses pieds et une luminosité moyenne.

Les plantes s'adaptent dans une certaine mesure oui mais bon.. Si c'est pour avoir une plante qui stagne et qui dépérit.. Ce n'est pas la peine. En tout cas, ce qu'il faut éviter à tout prix, c'est de trop arroser et ne pas laisser d'eau stagner dans les soucoupes/cache-pots. Ensuite vient la luminosité, pas de soleil direct oui mais de la luminosité quand même (et plus tu t'éloignes des fenêtres moins les plantes reçoivent ce qu'il leur faut.) Si tu en manques vraiment, il existe des lampes horticoles.

Après, ce sont vos premières plantes si j'ai bien compris, ça viendra en pratiquant, en expérimentant ^^.
Citation :
Publié par lAlicel
Le chlorophytum, tu peux lui faire toute la misère du monde, il résiste à quasiment tout
La seule plante que j'arrive plus où moins à tenir en vie . Si j'ose m'incruster dans la discussion: Je pensais en poser un sur une étagère dans ma chambre. Mais celle-ci est du côté opposé à la fenêtre, serait-ce possible de l'y mettre?
Sinon les conseils d'arrosage me sont carrément utiles!
Citation :
Publié par Lélé90
La seule plante que j'arrive plus où moins à tenir en vie . Si j'ose m'incruster dans la discussion: Je pensais en poser un sur une étagère dans ma chambre. Mais celle-ci est du côté opposé à la fenêtre, serait-ce possible de l'y mettre?
Sinon les conseils d'arrosage me sont carrément utiles!
Pour le chlorophytum ? Oui. Il s'adapte. Perso j'en ai un au fond d'une chambre orientée nord et il se porte très bien.
Beaucoup de plantes d'ornements d'appartements sont originellement des plantes de sous bois, mais y a des sous bois à toutes les latitudes du monde.
Les espèces et les variétés de plantes d'appartements à vendre sont sciemment choisi par les spécialistes pour pour leur tolérance a être maltraitées.
C'est un peu cru et cruel pour les clients et ces plantes mais ils ont appris à qui ils avaient affaire depuis longtemps. Et ils veulent des clients content.
Ces plantes, en général: ne sont pas très exigeantes en eau; elles sont tolérantes aux substrats pauvres; elles végètent bien (ne fleurissent pas); n'ont pas des exigences qui s'additionnent en produisant un faux paradoxe pour le néophyte; ces exigences ne dépassent pas 3 exigences pour le propriétaire dans la plupart des cas (eau, luminosité, température).

Les plantes à fleurs sont autre chose.
Citation :
Publié par dadubliner
Quelqu'un a un bon guide pour tailler des poiriers en U?

Merci
Tu parles probablement de poiriers en palmette. Rustica à produit (pour une fois) un très bon bouquin qui couvre l'essentiel des tailles les plus fréquentes, dont ce type de tailles : L'ABC de la taille Tu trouveras également un guide très clair à ce sujet sur leur site ici ! L'essentiel dans ces tailles avant même d'intervenir, c'est d'apprendre à repérer les différents "organes" du fruitier, notamment les dards, coursonnes, bourses et gourmands, un petit lexique illustré ici devrait t'aider.
Je corrigerais juste la période de taille en vert mentionnée en fin d'article pour Juillet, le mois de Juin est préférable avec les canicules de plus en plus présentes en période estivale.

Citation :
Publié par Zoudoul
Quelqu'un aurait un lien vers un article sérieux et argumenté pour démonter les idées reçues sur le compost ? C'est pour une directrice relou.
Quelles idées reçues ? Il y en à tellement, et selon la zone d'implantation (rurale, urbaine) du compost elles peuvent varier. @Faerune_Stormchild devrait probablement avoir de bonnes infos la dessus !
Citation :
Publié par Kazou
Tu parles probablement de poiriers en palmette. Rustica à produit (pour une fois) un très bon bouquin qui couvre l'essentiel des tailles les plus fréquentes, dont ce type de tailles : L'ABC de la taille Tu trouveras également un guide très clair à ce sujet sur leur site ici ! L'essentiel, dans ces tailles avant même d'intervenir, c'est d'apprendre à repérer les différents "organes" du fruitier, notamment les dards, coursonnes, bourses et gourmands, un petit lexique illustré ici devrait t'aider.
Je corrigerais juste la période de taille en vert mentionnée en fin d'article pour Juillet, le mois de Juin est préférable avec les canicules de plus en plus présentes en période estivale.



Quelles idées reçues ? Il y en à tellement, et selon la zone d'implantation (rurale, urbaine) du compost elles peuvent varier. @Faerune_Stormchild devrait probablement avoir de bonnes infos la dessus !
Super kazou je lis ca de suite.
Citation :
Publié par Kazou
Quelles idées reçues ? Il y en à tellement, et selon la zone d'implantation (rurale, urbaine) du compost elles peuvent varier. @Faerune_Stormchild devrait probablement avoir de bonnes infos la dessus !
Ça attire les rongeurs, les moustiques etc...
Citation :
Publié par Zoudoul
Ça attire les rongeurs, les moustiques etc...
Certains ici sauront certainement mieux t'éclairer que moi mais de ce que j'en sais et de mon expérience personnelle : Un compost attire effectivement les rongeurs (mais pas plus qu'une poubelle mal fermée hein...) , et parfois même sert de cache à des amphibiens.

Une solution assez simple à ça est d'avoir un compost fermé avec couvercle, donc en conteneur, et si il est au contact direct de la terre, de le protéger par un grillage à maillage fin légèrement enterré pour les empêcher de venir s'y installer. Attention, il faut quand même que le bac respire, sinon cela produira aussi des effets délétères. En milieu rural, un compost qui est partiellement à l'air libre attire souvent des petits rongeurs.

Pour les insectes, c'est fonction de la gestion du compost, de la façon dont il est entretenu de son pH, de son humidité et de ce que l'on y met.

Pour les moustiques par contre, c'est surtout l'eau stagnante qui va jouer. Certaines espèces peuvent éventuellement pondre dans des endroits humides et inondables pour qu'une fois immergés les oeufs éclosent mais dans un compost c'est tout de même assez peu évident, ils préfèreront un arrosoir qu'on à négligé de vider ou une coupelle pleine d'eau oubliée...

Quoi qu'il en soit de mon point de vue, difficile de trouver une source solide qui contredirait ou atténuerait point par point tout ça étant donné qu'il y a une part de vérité la dedans si le compost n'est pas suffisamment bien pensé et/ou suivi.

Après, et il s'agit la de mon point de vue personnel sur le sujet : Je dirais que ce qui est à combattre ici, c'est l'idée que la vie qu'attire un compost est nuisible... Oui de temps à autres on trouvera des mouches dans un compost, parfois des rongeurs si il est mal protégé, et très rarement des moustiques si il est mal équilibré... Pour autant, certains des insectes qui s'y présentent participent à la décomposition de son contenu, ou n'y viennent que de façon transitoire. Si on veut faire intervenir le vivant dans le traitement de nos déchets, il faut accepter d'une façon ou d'une autre qu'une partie pas forcément très glamour de la faune s'adjoigne au processus.

Après, tout est toujours question du lieu, du temps à y consacrer et de la taille du compost. On ne prendra pas les mêmes précautions avec un compost placé au fond d'une prairie d'un hectare qu'avec un compost installé dans une cour d'immeuble parisien.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
2 connectés (0 membre et 2 invités) Afficher la liste détaillée des connectés