L'Agora

[POGNAX][débats variés] La culture de l'annulation

Fil fermé
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Don Patricio
Je comprends aussi que du coup il soit difficile d'assumer qu'ils sont bien de gauche, mais pas la vôtre, car ils sont un peu gênants et envahissants.

De là à dire qu'ils sont d'ED faut pas trop pousser mémé dans les orties quand même, surtout vu comme ils s'écharpent avec la véritable ED.
Je les classe d'extrême-droite car ils en utilisent les méthodes et arguments, avec le mot "race" à la bouche toutes les 3 secondes, un classement de valeur. Les mouvements homophobes, mysogines, racistes sont classiquement placés à l'extrême-droite. Pourquoi en absoudre les mouvements androgynes, racistes, hétérophobes ? C'est la même chose que l'extrême-droite, juste avec des cibles différentes mais la même manie du classement qualitatif. Ca ne te viendrait pas à l'esprit de dire que ceux qui n'aiment pas les noirs sont de droite, et que ceux qui n'aiment pas les arabes sont de gauche. C'est exactement la même chose.
Ceux qui ont interet à brouiller les pistes ce sont les racistes classiques oldschool, qui cherchent à clamer un truc du genre "voyez, les gôchistes aussi ils sont racistes, donc on a le droit !".

Quand au fait qu'ils s'écharpent avec d'autres mouvements d'ED, les trotskystes ont rien à leur apprendre sur les luttes intestines.

Citation :
On est plus dans la lutte des sexes que la lutte des classes...
J'ai surtout l'impression qu'on est dans la lutte pour les subventions, personnellement. C'est ca qui explique le besoin maladif de crier plus fort que le type d'à coté qui dit la même chose que soi.
Citation :
Publié par La Hutt Finale
Je les classe d'extrême-droite car ils en utilisent les méthodes et arguments, avec le mot "race" à la bouche toutes les 3 secondes, un classement de valeur. Les mouvements homophobes, mysogines, racistes sont classiquement placés à l'extrême-droite. Pourquoi en absoudre les mouvements androgynes, racistes, hétérophobes ? C'est la même chose que l'extrême-droite, juste avec des cibles différentes mais la même manie du classement qualitatif. Ca ne te viendrait pas à l'esprit de dire que ceux qui n'aiment pas les noirs sont de droite, et que ceux qui n'aiment pas les arabes sont de gauche. C'est exactement la même chose.
Ceux qui ont interet à brouiller les pistes ce sont les racistes classiques oldschool, qui cherchent à clamer un truc du genre "voyez, les gôchistes aussi ils sont racistes, donc on a le droit !".

Quand au fait qu'ils s'écharpent avec d'autres mouvements d'ED, les trotskystes ont rien à leur apprendre sur les luttes intestines.
Mais bien sûr. Donc quand c'est bien c'est de gauche mais quand ça devient n'importe quoi c'est de droite ? Très pratique

Nope, désolé c'est pas comme ça que ça fonctionne. Le wokisme c'est bel et bien de gauche, l'autre facette fanatique, démente et extrême de la culture war que les US se livrent à eux même à l'opposé de l'alt-right, avec des partis de gauche Français genre LFI qui s'y vautrent comme un cochon dans sa fange.

Ou alors LFI c'est l'extrême droite pour toi maintenant ? Si le reste de la gauche ne veut pas être mise dans le même panier que les wokes, ce que je peux assez bien comprendre, faudrait qu'elle se sorte un peu les doigts pour s'en démarquer au lieu de marcher allègrement dans leur pas.

Dernière modification par ClairObscur ; 14/02/2021 à 10h54.
Après je le pense sincère et l’argumentaire peut se tenir.

Mais j’ai la sale impression que ce discours est fait, peut être inconsciemment, pour ne pas avoir à remettre en cause les dérives de sa famille politique.

Après qu’ils soient ou non ED, les wokes sont malheureusement la meilleure chose qui soit pour faire monter l’ED :/
Mouais mais ça va un moment ce voilage de face en mode " mais non ça ce n'est pas la gauche ça monsieur". Ben si ça l'est et ça va être de plus en plus le cas vu que le premier parti de gauche en France aujourd'hui nage en plein dedans.

Perso je serais pas autant remonté contre la gauche en général dans mes interventions sur ce forum si elle dénonçait noir sur blanc le wokisme, le racialisme, l'indigénisme et tout ces "ismes" qui la minent complètement et sont en train de la phagocyter, tout en se recentrant sur ses valeurs traditionnelles.
Mais on dirait qu'avant 2022 c'est mort. Tant pis mais ce serait cool que ça lui prenne pas encore dix ans avant de réaliser que c'est une impasse totale. En tout cas la droite adore et en redemande.
Citation :
Publié par Ombre de Lune
rien a voir...

Dans une campagne de boycott, tu as une action collective menée a titre personnel, tu boycotte les produits de X...

En revanche, tu ne boycotte pas les produits de Y qui fait du trade avec X, ni Z qui a acheté des produits Y malgré qu'il n'aient aucun rapport avec X.
Quel est le rapport ? Le principe de la cancel culture c'est bien de mettre au pilori de la société des personnes/marques qui ferait des choses réprehensibles socialement (à défaut d'être jugés, genre Laffarge pour leurs deal avec DAESH).
Je ne vois pas en quoi le boycott n'est pas considéré comme de la cancel culture ? Surtout que cette pratique est très imprégnée dans les mouvements de gauche (type écologistes par exemple).
Citation :
J'ai surtout l'impression qu'on est dans la lutte pour les subventions, personnellement. C'est ca qui explique le besoin maladif de crier plus fort que le type d'à coté qui dit la même chose que soi.
Pour le côté "crier plus fort que le type d'à côté" je suis 100% d'accord, c'est d'ailleurs un des gros problèmes des mouvements féministes, ne pas vouloir participer à la convergence des luttes.
Citation :
Publié par Hark²
c'est d'ailleurs un des gros problèmes des mouvements féministes, ne pas vouloir participer à la convergence des luttes.
C'est pour ça qu'il faut en finir avec le féminisme blanc qui refuse l'intersectionnalité avec Tariq Ramadan.
Citation :
Publié par Hark²
Quel est le rapport ? Le principe de la cancel culture c'est bien de mettre au pilori de la société des personnes/marques qui ferait des choses réprehensibles socialement (à défaut d'être jugés, genre Laffarge pour leurs deal avec DAESH).
Je ne vois pas en quoi le boycott n'est pas considéré comme de la cancel culture ? Surtout que cette pratique est très imprégnée dans les mouvements de gauche (type écologistes par exemple).

Pour le côté "crier plus fort que le type d'à côté" je suis 100% d'accord, c'est d'ailleurs un des gros problèmes des mouvements féministes, ne pas vouloir participer à la convergence des luttes.
Citation :
Publié par ClairObscur
Mouais mais ça va un moment ce voilage de face en mode " mais non ça ce n'est pas la gauche ça monsieur". Ben si ça l'est et ça va être de plus en plus le cas vu que le premier parti de gauche en France aujourd'hui nage en plein dedans.

Perso je serais pas autant remonté contre la gauche en général dans mes interventions sur ce forum si elle dénonçait noir sur blanc le wokisme, le racialisme, l'indigénisme et tout ces "ismes" qui la minent complètement et sont en train de la phagocyter, tout en se recentrant sur ses valeurs traditionnelles.
Mais on dirait qu'avant 2022 c'est mort. Tant pis mais ce serait cool que ça lui prenne pas encore dix ans avant de réaliser que c'est une impasse totale. En tout cas la droite adore et en redemande.
La gauche française par paresse intellectuelle importe un modèle extérieur US - c’est plus simple et moins coûteux.
On verra le désastre dans 20 ans.
Le phénomène est en partie issu des campus universitaires, où a tendance à s'installer une police de la pensée (cf les attaques contre des philosophes, des scientifiques voire des disciplines entières), allant régulièrement au licenciement ou au harcèlement de professeurs qui ne se sont pas soumis assez ostensiblement à cette mouvance d'extrême-gauche*.

C'est naturellement du petit lait pour la droite, qui peut du coup se poser en championne de la liberté d'expression. Et du coup, elle en profite.
https://www.independent.co.uk/news/e...-b1802674.html
Ainsi, le gouvernement anglais annonce la création de dispositifs législatifs et réglementaires pour protéger la liberté d'expression dans le domaine académique. Les syndicats étudiants sont naturellement hostiles, depuis qu'ils ont pris l'habitude d'obtenir la censure ou le renvoi d'enseignants ou de chercheurs non-conformes.
On pourrait se réjouir de ce développement, sauf qu'il s'agit en réalité, avec la complicité active des gauchistes, de torpiller le Labour en relançant un nouvel épisode des culture wars. Même les éditorialistes de The Guardian ne s'y sont pas trompées.

Hinsliff ne masque pas à quel camp elle se rattache, mais elle réalise parfaitement que l'objet de la manœuvre est de fracasser le Labour : pile le Labour et Keir Starmer prennent position pour la liberté d'expression sur les campus et seront immédiatement accusés d'être d'infâmes fascistes racistes homophobes au service du patriarcat blanc. Face ils prennent position en faveur des enragés SJW et perdent, tel Corbyn, tout espoir de gagner les élections. Sur la tranche ils se taisent et seront attaqués exactement de la même la même manière.

Ce petit jeu pourra se répéter partout où des conditions similaires apparaitront. Tant que la mouvance cancel culture pourra purger les journaux de gauche (cf NYT) et les universités à grands coups de lynchages sur les réseaux sociaux, la droite conservatrice pourra avec délectation se glisser dans les habits de la résistance, de la rébellion face à l'oppression et de la défense de la liberté. Ce qui est une imposture gigantesque comme le montre chaque jour Bolloré et des milliers d'autres comme lui au travers du monde.

Et dans l'intervalle, le 0,01% affermit son étreinte et la planète brûle.



* une extrême-gauche bidon, qui n'a globalement rien à foutre des inégalités économiques, parce qu'elle est largement issue de la bourgeoisie ou a l'ambition d'y figurer en bonne place.
Citation :
Publié par Aloïsius
Le phénomène est en partie issu des campus universitaires, où a tendance à s'installer une police de la pensée (cf les attaques contre des philosophes, des scientifiques voire des disciplines entières), allant régulièrement au licenciement ou au harcèlement de professeurs qui ne se sont pas soumis assez ostensiblement à cette mouvance d'extrême-gauche*.

C'est naturellement du petit lait pour la droite, qui peut du coup se poser en championne de la liberté d'expression. Et du coup, elle en profite.
https://www.independent.co.uk/news/e...-b1802674.html
Ainsi, le gouvernement anglais annonce la création de dispositifs législatifs et réglementaires pour protéger la liberté d'expression dans le domaine académique. Les syndicats étudiants sont naturellement hostiles, depuis qu'ils ont pris l'habitude d'obtenir la censure ou le renvoi d'enseignants ou de chercheurs non-conformes.
On pourrait se réjouir de ce développement, sauf qu'il s'agit en réalité, avec la complicité active des gauchistes, de torpiller le Labour en relançant un nouvel épisode des culture wars. Même les éditorialistes de The Guardian ne s'y sont pas trompées.

Hinsliff ne masque pas à quel camp elle se rattache, mais elle réalise parfaitement que l'objet de la manœuvre est de fracasser le Labour : pile le Labour et Keir Starmer prennent position pour la liberté d'expression sur les campus et seront immédiatement accusés d'être d'infâmes fascistes racistes homophobes au service du patriarcat blanc. Face ils prennent position en faveur des enragés SJW et perdent, tel Corbyn, tout espoir de gagner les élections. Sur la tranche ils se taisent et seront attaqués exactement de la même la même manière.

Ce petit jeu pourra se répéter partout où des conditions similaires apparaitront. Tant que la mouvance cancel culture pourra purger les journaux de gauche (cf NYT) et les universités à grands coups de lynchages sur les réseaux sociaux, la droite conservatrice pourra avec délectation se glisser dans les habits de la résistance, de la rébellion face à l'oppression et de la défense de la liberté. Ce qui est une imposture gigantesque comme le montre chaque jour Bolloré et des milliers d'autres comme lui au travers du monde.

Et dans l'intervalle, le 0,01% affermit son étreinte et la planète brûle.



* une extrême-gauche bidon, qui n'a globalement rien à foutre des inégalités économiques, parce qu'elle est largement issue de la bourgeoisie ou a l'ambition d'y figurer en bonne place.
Imo la meilleure stratégie pour la gauche, sur le plan électoral en tout cas
1- se désolidariser de cette idéologie woke
2- critiquer la droite en expliquant que c'est loin d'être le problème principal de l'université et essayer de glisser le débat sur un autre terrain (droit d'inscription, injustice...)

Bon en pratique, c'est assez compliqué parce qu'une bonne partie de la gauche militante est solidaire de ces thèses. Quasi impossible de s'en désolidariser sans ambiguïté, tant au labour que pour la gauche française.
Mais tant qu'elle ne le fera pas, la droite attaquera sur ce sujet, car il est très facile et très porteur. C'est le piège parfait.
Citation :
Publié par Aloïsius
Le phénomène est en partie issu des campus universitaires, où a tendance à s'installer une police de la pensée (cf les attaques contre des philosophes, des scientifiques voire des disciplines entières), allant régulièrement au licenciement ou au harcèlement de professeurs qui ne se sont pas soumis assez ostensiblement à cette mouvance d'extrême-gauche*.

C'est naturellement du petit lait pour la droite, qui peut du coup se poser en championne de la liberté d'expression. Et du coup, elle en profite.
https://www.independent.co.uk/news/e...-b1802674.html
Ainsi, le gouvernement anglais annonce la création de dispositifs législatifs et réglementaires pour protéger la liberté d'expression dans le domaine académique. Les syndicats étudiants sont naturellement hostiles, depuis qu'ils ont pris l'habitude d'obtenir la censure ou le renvoi d'enseignants ou de chercheurs non-conformes.
On pourrait se réjouir de ce développement, sauf qu'il s'agit en réalité, avec la complicité active des gauchistes, de torpiller le Labour en relançant un nouvel épisode des culture wars. Même les éditorialistes de The Guardian ne s'y sont pas trompées.

Hinsliff ne masque pas à quel camp elle se rattache, mais elle réalise parfaitement que l'objet de la manœuvre est de fracasser le Labour : pile le Labour et Keir Starmer prennent position pour la liberté d'expression sur les campus et seront immédiatement accusés d'être d'infâmes fascistes racistes homophobes au service du patriarcat blanc. Face ils prennent position en faveur des enragés SJW et perdent, tel Corbyn, tout espoir de gagner les élections. Sur la tranche ils se taisent et seront attaqués exactement de la même la même manière.

Ce petit jeu pourra se répéter partout où des conditions similaires apparaitront. Tant que la mouvance cancel culture pourra purger les journaux de gauche (cf NYT) et les universités à grands coups de lynchages sur les réseaux sociaux, la droite conservatrice pourra avec délectation se glisser dans les habits de la résistance, de la rébellion face à l'oppression et de la défense de la liberté. Ce qui est une imposture gigantesque comme le montre chaque jour Bolloré et des milliers d'autres comme lui au travers du monde.

Et dans l'intervalle, le 0,01% affermit son étreinte et la planète brûle.



* une extrême-gauche bidon, qui n'a globalement rien à foutre des inégalités économiques, parce qu'elle est largement issue de la bourgeoisie ou a l'ambition d'y figurer en bonne place.
Beau résumé de la situation.

Espérons vraiment que le labour résiste et choisisse de défendre la liberté d'expression. Il est grand temps de remettre ces fanatiques à leur place.

En tout cas c'est vraiment triste qu'après les ravages de l'alt-right, du complotisme et de la post-réalité de Trump, l'occident subisse maintenant la démence et le fanatisme du wokisme et des néo-racistes

J'espère vraiment qu'on va se débrouiller en France pour leur couper les ailes avant que le cancer ne s'étende parce que c'est typiquement le genre de trucs qui se finit dans le sang à terme.

Nos ennemis adorent en tout cas.
Les dirigeants Chinois en particulier doivent en sangloter de rire.
Faut voir, après, ça va pas être la même chose dans leurs écoles visiblement.
https://www.bbc.com/news/world-asia-china-55926248

Féminiser la population masculine, c'est pas bon pour la nation.

Citation :
Publié par ClairObscur
J'espère vraiment qu'on va se débrouiller en France pour leur couper les ailes avant que le cancer ne s'étende parce que c'est typiquement le genre de trucs qui se finit dans le sang à terme.
Franchement, c'est trop tard.
Je n'ai rien vu qui me permette de dire que c'est trop tard. On est encore loin de la situation des US et ce qui se passe là bas est un splendide avertissement pour le reste de l'Occident.

Dernière modification par ClairObscur ; 17/02/2021 à 02h57.
Citation :
Publié par Aloïsius
Le phénomène est en partie issu des campus universitaires, où a tendance à s'installer une police de la pensée (cf les attaques contre des philosophes, des scientifiques voire des disciplines entières), allant régulièrement au licenciement ou au harcèlement de professeurs qui ne se sont pas soumis assez ostensiblement à cette mouvance d'extrême-gauche*.

C'est naturellement du petit lait pour la droite, qui peut du coup se poser en championne de la liberté d'expression. Et du coup, elle en profite.
https://www.independent.co.uk/news/e...-b1802674.html
Ainsi, le gouvernement anglais annonce la création de dispositifs législatifs et réglementaires pour protéger la liberté d'expression dans le domaine académique. Les syndicats étudiants sont naturellement hostiles, depuis qu'ils ont pris l'habitude d'obtenir la censure ou le renvoi d'enseignants ou de chercheurs non-conformes.
[...]
Au même moment, le gouvernement français initie une action similaire :
Citation :
La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé ce mardi 16 février à l’Assemblée nationale demander au CNRS «un bilan de l’ensemble des recherches» qui se déroulent en France, afin de distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme.
[...]
Dimanche soir sur CNews [...] Frédérique Vidal avait pointé l’«islamo-gauchisme» qui, selon elle, «gangrène la société dans son ensemble et l’université n’est pas imperméable». «Ce que l’on observe dans les universités c’est qu’il y a des gens qui peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont, ils sont minoritaires (...) pour porter des idées radicales ou pour porter des idées militantes», a-t-elle affirmé, provoquant une polémique sur les réseaux sociaux.
https://etudiant.lefigaro.fr/article...-387b7dca29c2/
Et LFI qui ne voit pas le problème et dénonce une « chasse aux sorcières » et une « police de la pensée », mais ils ne sont pas perméables à ces thèses non non

Bon en face les autres sont idiot à cibler « l’islamo-gauchisme », c’est bien plus large.
Citation :
Publié par Spectre Olaf
Au même moment, le gouvernement français initie une action similaire :

https://etudiant.lefigaro.fr/article...-387b7dca29c2/
Réponse du CPU, histoire d'être complet :

http://www.cpu.fr/actualite/islamo-g...ques-steriles/

A mon sens, tout le nœud du problème, et par là, de la stratégie sous jacente, est là :
Citation :
La CPU s’étonne ainsi de l’instrumentalisation du CNRS dont les missions ne sont en aucun cas de produire des évaluations du travail des enseignants-chercheurs, ou encore d’éclaircir ce qui relève « du militantisme ou de l’opinion ». La CPU réclame, au minimum, des clarifications urgentes, tant sur les fondements idéologiques d’une telle enquête, que sur la forme, qui oppose CNRS et universités alors que la recherche est menée conjointement sur nos campus par les chercheurs et les enseignants-chercheurs.
Commencer à diviser pour mieux régner au cœur de l'institution scientifique. Mais c'est pour un autre sujet du forum.
La mission Darmanin/Blanquer s'enrichit avec la participation aimable de la ministre de la recherche, de l'enseignement supérieur et de l'innovation, Vidal.

Nous avons donc, des lanceurs d'alerte avisés et inquiet à qui l'exécutif a prêté l'oreille :

https://www.lepoint.fr/politique/app...2409523_20.php

Citation :
Ce mouvement idéologique procède à une occupation méthodique des postes de prestige savant, ce qui l'a fait sortir de la marginalité malgré l'extrémisme, l'intolérance et la vindicte qui le caractérisent.

Les idéologues qui y sont à l'œuvre entendent « déconstruire » l'ensemble des savoirs. Il ne s'agit pas pour eux d'exercer librement les droits de la pensée savante sur ses objets et ses méthodes, mais de mener la critique des savoirs dans un esprit de relativisme extrême, discréditant la notion même de vérité. Tout savoir est exclusivement réduit à des enjeux de pouvoir, et les sciences sont systématiquement dénoncées du fait des dominations de race, de culture, de genre, qui seraient à leur fondement.
Voir le CNRS jouer un rôle d'évaluateur est pour le moins troublant, mais bon.

Et puis de l'autre, des personnes qui s'inquiètent, mais que l'on ne tardera pas à placer du côté des islamo-gauchistes, décoloniaux, intersectionnels, gender studies etc (le sac est large et il y a de la place) :

https://theconversation.com/islamo-g...versite-149411

Citation :
Les mots « postcolonial » et « décolonial » apparaissent dans le milieu des sciences sociales respectivement au début des années 1980 et au début des années 1990, avant tout en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Ils reflètent une pensée visant essentiellement à changer de regard pour tout à la fois constater la prédominance de la pensée politique, culturelle, économique et sociale du monde occidental et lui opposer d’autres grilles de lectures possibles.

Je ne donne pas cher de leur peau, ni ici où le clivage a déjà fait place nette, le consensus est bien présent, ni ailleurs où la nuance ne fait pas recette, c'est à dire un peu partout en fait.

Y a pas à dire, beau boulot.
Quand je compare la défense de la liberté académique en Grande Bretagne et l'équivalent Français c'est honteux. Le gouvernement est soit incompétent ou plus probablement, il nous fait du "en même temps" pour plaire au plus grand monde.

Le document est ici pour ceux qui veulent le lire : https://assets.publishing.service.go...b_version_.pdf.
Le gouvernement UK entend mettre en place des politiques pour empêcher l'intimidation. Une position simple, et sage au vu du contexte.

Citation :
Ainsi, le gouvernement anglais annonce la création de dispositifs législatifs et réglementaires pour protéger la liberté d'expression dans le domaine académique. Les syndicats étudiants sont naturellement hostiles, depuis qu'ils ont pris l'habitude d'obtenir la censure ou le renvoi d'enseignants ou de chercheurs non-conformes.
On pourrait se réjouir de ce développement, sauf qu'il s'agit en réalité, avec la complicité active des gauchistes, de torpiller le Labour en relançant un nouvel épisode des culture wars. Même les éditorialistes de The Guardian ne s'y sont pas trompées.
Ou un gouvernement qui fait son travail de protection de la liberté académique, sans vouloir faire taire les opposants. Contrairement au gouvernement Français qui fait dans le spectacle et dont rien ne viendra imo.

Tout ça n'aura servit qu'à rendre plus légitime encore le militantisme :
Citation :
« L’islamogauchisme », slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique. Ce terme aux contours mal définis, fait l’objet de nombreuses prises de positions publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées. Le CNRS condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d’en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l’avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques. Le CNRS condamne, en particulier, les tentatives de délégitimation de différents champs de la recherche, comme les études postcoloniales, les études intersectionnelles ou les travaux sur le terme de « race », ou tout autre champ de la connaissance.
https://www.cnrs.fr/fr/l-islamogauch...e-scientifique

"Aucune réalité scientifique" L'emprise de la sociologie pseudoscientifique qui décide des réalités et du sens des mots est forte.

Dernière modification par Veilugarux ; 17/02/2021 à 20h04.
Le CNRS a son tour fait une mise au point (poings ?) pour la ministre :

« L’islamogauchisme », slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique. Ce terme aux contours mal définis, fait l’objet de nombreuses prises de positions publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées. Le CNRS condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d’en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l’avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques. Le CNRS condamne, en particulier, les tentatives de délégitimation de différents champs de la recherche, comme les études postcoloniales, les études intersectionnelles ou les travaux sur le terme de « race », ou tout autre champ de la connaissance.

La polémique actuelle autour de l’ « islamogauchisme », et l’exploitation politique qui en est faite, est emblématique d’une regrettable instrumentalisation de la science. Elle n’est ni la première ni la dernière, elle concerne bien des secteurs au-delà des sciences humaines et des sciences sociales.

Même Macron a dû désavouer sa ministre ce matin. La question est donc pourquoi a-t-elle fait cette déclaration :
- hypothèse 1 : un faux dérapage pour récupérer les voix de l'ED ;
- hypothèse 2 : pression du Printemps républicain sur le gouvernement pour faire avancer leur agenda (Blanquer et Darmanin sont très proches du PR) :
- hypothèse 3 : elle est conne
Cela m'étonnerait fort qu'elle ait fait ça spontanément. Par le passé elle ne s'est jamais préocuppée de ça. Par contre Macron, oui. Car c'est un thème facile, pas cher et qui peut rapporter gros.
Du reste Vidal s'est certainement décrédébilisée auprès de la communauté universitaire (mais elle l'était déjà), mais auprès du grand public, je ne suis pas certain que ce soit mal perçu.

Je suis vraiment curieux de connaître les coulisses de ce texte car Antoine Petit a vraiment la réputation d'un béni oui oui, et avec lui, le CNRS n'est pas du tout indépendant. Et il me semble même qu'il est ami avec Frédéric Vidal et l'a déjà soutenue dans une sombre affaire de mauvaise conduite scientifique.

Du reste la fin du texte me laisse penser que la mission n'est en réalité pas refusée, elle est reformulée pour être moins polémique


Citation :
C’est dans cet esprit que le CNRS pourra participer à la production de l’étude souhaitée par la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation visant à apporter un éclairage scientifique sur les champs de recherche concernés.
Le plus important : voir qui va être chargé de cette étude. Car on le sait pour tous ces types d'études, d'enquêtes, de rapport, de missions, appelons le comme on veut, les conclusions sont le plus souvent parfaitement connues avant même que ça commence quand on voit qui en a la charge. Si c'est André Taguieff, on aura pas le même résultat qu'avec Eric Fassin.

Dernière modification par Borh ; 17/02/2021 à 20h11.
Citation :
Publié par Assurancetourix
Le coup du passé antisémite de Céline Dion est magnifique...
Mon dieu.

On a fabriqué une génération de névrosés pour qui la lecture d'un roman du 19e siècle entraîne des TSPT comparables à ceux qui frappaient les soldats à Verdun.

Bon, ces traumatismes hyper-violents ne leur font pas perdre totalement pied, ils y trouvent étrangement toujours un intérêt pécunier et des avantages dans l'évaluation de leurs compétences académiques... Appelons ça de la résilience.

Plus sérieusement, tout le champ universitaire des sciences sociales, humaines et des lettres me semble menacé d'effondrement culturel et intellectuel en Occident. Jeunes gens, si vous voulez avoir la certitude d'apprendre plutôt que de subir des lavages de cerveau ou des crises de bouffées délirantes plus ou moins hypocrites, faites des maths, de la physique, de la chimie, de la génétique, de la géologie... Cela vous évitera aussi d'avoir à subir l'antisémitisme de Ferdinand Céline Dion dans son pamphlet "bagues à tel pour un mat-sacre".
Citation :
Publié par Aloïsius
Plus sérieusement, tout le champ universitaire des sciences sociales, humaines et des lettres me semble menacé d'effondrement culturel et intellectuel en Occident. Jeunes gens, si vous voulez avoir la certitude d'apprendre plutôt que de subir des lavages de cerveau ou des crises de bouffées délirantes plus ou moins hypocrites, faites des maths, de la physique, de la chimie, de la génétique, de la géologie... Cela vous évitera aussi d'avoir à subir l'antisémitisme de Ferdinand Céline Dion dans son pamphlet "bagues à tel pour un mat-sacre".
Je suis toujours mitigé par rapport à ce genre d'évaluation.

Y'a clairement un problème, m'enfin j'ai pas l'impression qu'il soit si généralisé (pour avoir les deux pieds dedans) et de plus, encourager ceux qui pourraient tenir le cap dans le futur a aller ailleurs, c'est s'assurer de l’effondrement de ces secteurs.

Mais sinon oui, je rejoints l'article sur ceci

Citation :
Samuel Veissière se dit convaincu que la « culture de la censure, des safe spaces et de la surprotection », loin de protéger les étudiants contre les micro-agressions, nuit gravement à leur santé mentale.

« La montée de cette culture est liée à une génération d’enfants-rois, croit-il. Leurs parents ont toujours réglé leurs problèmes et ils exigent un peu la même chose des universités"
Citation :
Au risque de la rendre très inconfortable, j’ai demandé à l’étudiante qui a rédigé cette plainte ce qu’elle ferait, si elle était prof de littérature, pour s’assurer que personne ne soit choqué par le contenu des romans à l’étude. Après tout, la littérature ne manque pas de méchants, de racistes, de meurtriers, de violeurs et de parents incestueux…

Elle m’a répondu qu’elle rédigerait des trigger warnings pour chaque mot, chaque scène problématique. « C’est le moins qu’on puisse faire pour respecter nos élèves. »
J'imagine la taille de certains livres après ça.


Céline Dion...
Citation :
Publié par Aloïsius
Plus sérieusement, tout le champ universitaire des sciences sociales, humaines et des lettres me semble menacé d'effondrement culturel et intellectuel en Occident. Jeunes gens, si vous voulez avoir la certitude d'apprendre plutôt que de subir des lavages de cerveau ou des crises de bouffées délirantes plus ou moins hypocrites, faites des maths, de la physique, de la chimie, de la génétique, de la géologie...
Même si c'est charitable - ce que je crois vraiment vu les débouchés - ce serait aussi accélérer le phénomène d'effondrement ou d'appropriation par la médiocrité/whatever tendance ou pratiques mortifères.
Citation :
Publié par Aloïsius
Plus sérieusement, tout le champ universitaire des sciences sociales, humaines et des lettres me semble menacé d'effondrement culturel et intellectuel en Occident. Jeunes gens, si vous voulez avoir la certitude d'apprendre plutôt que de subir des lavages de cerveau ou des crises de bouffées délirantes plus ou moins hypocrites, faites des maths, de la physique, de la chimie, de la génétique, de la géologie... Cela vous évitera aussi d'avoir à subir l'antisémitisme de Ferdinand Céline Dion dans son pamphlet "bagues à tel pour un mat-sacre".
En fait c'est pas récent. À l'époque de l'université de Vincennes, on enseignait des trucs plus choquants que maintenant, comme sur la sexualité infantile.
Il y a même un rapport de filiation, puisqu'ils s'en réclament sans les côtés qui passent plus aujourd'hui comme l'apologie de la pédophilie mais avec cette même volonté de renverser les valeurs.
Les anciennes valeurs sont des outils de domination donc il faut les détruire. C'est d'ailleurs pas faux pour tout, la problématique est de savoir où s'arrêter.

Après ça concerne pas toutes les sciences humaines. La sociologie est une discipline avec des guerres d'écoles violentes. Mais l'un des camps a plus accès aux médias que l'autre, probablement parce qu'il est plus vendeur. Les médias aiment la polémique.
Fil fermé

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés