Vie pratique (La Taverne)

[Wall of Text][Pas de politique] Comment sauver le petit patelin de votre enfance ?

Répondre
Partager Rechercher
Salut les jeune et les moins jeunes.

Je rentre d'une semaine de vacances et j'ai ma tête qui fourmille de questionnement, et je voudrais voir si certains ont une expérience ou un vécu dans le domaine, histoire de trouver un peu d'inspiration et qui sait, peut-être passer à l'action moi-même à moyen terme.

Avant-propos : merci de tenir toute considération politique en dehors de cette discussion. Je n'ai jamais ouvert l'Agora et je n'ai pas l'intention d'y voir mon sujet téléporter, et je ne veux surtout pas ouvrir de longs débats sur les responsabilités de tel ou tel gouvernement ou de telle ou telle majorité, je veux rester dans le concret à la portée de tout citoyen, des actions qu'il peut faire au quotidien plutôt qu'une fois tous les X années quand il glisse un bulletin dans l'urne.

J'ai beau avoir grandi dans une grande métropole, mon coeur est clairement plus attaché au patelin dans lequel j'ai passé tout mon temps libre pendant 25 berges, le genre de petit patelin où la vie suit le rythme des saisons et où l'activité est essentiellement centrée sur le rythme des semences, avec une nature à couper le souffle, encore à peu près préservée, parfois même un peu mise en valeur, avec son lot de petits vieux qui ne sont jamais sorti du département, à moins qu'ils n'aient du être un jour hospitalisé dans le plus gros hôpital du coin, à la préfecture cent bornes plus loin.

J'ai eu l'occasion d'y retourner cette année, le temps d'une semaine, loin de mes séjours de trois mois à mon époque estudiantine, et force me fut de constater que mon petit patelin de quelques centaines d'âme est sur le point de disparaître.

Alors oui, il est sur le point de disparaître administrativement, "victime" plus ou moins consentante de la politique de centralisation et de regroupement des communes qui le verra absorbé par le bourg voisin de quelques milliers de personnes, mais il est sur le point de disparaître surtout, à mes yeux, car outre le fait que plus personne ou presque ne s'y installe, il est en passe de perdre sa dernière trace d'activité de services. Après l'incapacité de la mairie à trouver et garder un boulanger qui sache faire du pain pendant plus de quelques années, après la fermeture de sa Poste, après le départ subit et soudain de l'une de ses deux buralistes, la seconde, qui fait maintenant office de bureau de tabac/bar/dépôt de pain/centre financier de la Banque Postale/poste m'a annoncé qu'elle fermerait boutique dans un peu moins de 5 ans. Et avec son commerce, c'est la dernière activité commerciale de mon patelin qui ferme, en plus de priver la population locale d'un point de rencontre et d'échange disponible en permanence.

Après elle, le désert. Des artisans, oui, en veux-tu en voilà, des plombiers, des couvreurs, des menuisiers ou des paysagistes... Restera l'école publique et ses deux classes, maternelle/CP et CE/CM, et l'une ou l'autre des deux églises du bled pour animer la vie quotidienne.

Bien sûr, il y a tout un tissu associatif qui propose des activités de temps à autre, mais ce n'est que très ponctuel, très local, et pas durable, cela parle aux gens du coin, mais cela n'attire personne à plus de 10 kilomètres.

Pourtant, il en a du charme, mon petit patelin. Il a des forêts, il a des lacs, on peut y pêcher et y chasser toute l'année, si c'est ce qu'on aime. Il a des chemins de promenade, que ce soit à pied, vélo ou cheval, dont certains ont même été créés et balisés pour être validés par l'une ou l'autre des organisations nationales, mais qui ont pour la plupart sombrés dans l'oubli, la faute à un manque d'intérêt ou d'attractivité peut-être, ou peut-être au manque d'entretien des chemins en question, qui devaient trop grever un budget toujours plus juste. Il a des baraques qui ont plusieurs siècles et qui seront encore là dans plusieurs si on les entretient, mais qui ne se vendent plus, même pour une bouchée de pain, parce que personne ne veut investir dans leur rénovation ou leur mise à niveau. Il a aussi un petit lotissement, mon petit patelin, pas bien grand, mais il l'a quand même, et il a voulu faire les choses bien en subventionnant le tout et en cédant de l'espace municipal, sauf que cela n'a attiré que des "familles en difficulté" de la grosse ville à 15 minutes de là, attirées par les aides et les loyers à prix réduits et qui, vivant toujours de leur activité là-bas, ne s'impliquent pas dans la vie locale, quand ils ne la perturbent pas (on a l'habitude de nos sacs à vin à chaque fête, on les connaît, on voit par contre d'un mauvais oeil le sac à vin qui n'accepte pas qu'il pelote les gamines du coin et qui revient avec un 22 long rifle pour faire valoir ses droits).

Mais voilà, le constat est clair : des enfants de mon âge nés dans ce patelin, sur la dizaine de potes que j'avais à l'époque, il n'en reste plus qu'un sur place, un gars devenu menuisier par la force des choses, quand les autres sont partis, loin ou plus loin encore, pour avoir des métiers dont ils n'avaient jamais vraiment rêvés. Alors oui, certes, je suis qui pour pointer qui que ce soit du doigt, du haut de mon exil à Berlin. Mais je me dis que quitte à devenir chauffeur de taxi quand tu voulais devenir prof, tu peux offrir un service de proximité à des gens que tu as toujours connu plutôt que de partir à Paris. Ou que si tu veux devenir plombier comme ton père qui a eu une longue carrière et une grosse clientèle tout du long sur place, tu n'as pas vraiment besoin de partir dans un bled de taille égale dans le département voisin. On passera sur les femmes de militaire (c'est a priori le métier idéal pour les demoiselles de ma génération, trois sur trois, messieurs, chapeaux bas) qui ont suivi messieurs dans le sud (ça, je comprends tout à fait).

Sans ces forces vives, pire encore, avec la fuite de ces forces vives, bah, mon petit patelin, il va continuer de se vider, et les services vont continuer à partir, et il finira par mourir. Alors je suis peut-être extrêmement con et tout à fait utopiste, mais ce village, c'est le coeur de ma famille. Autant du côté de mon père, on est le fruit d'une diaspora complètement inintéressante, autant ma famille maternelle a toujours vécu dans ce coin, et cela me ferait chier que les gamins de mes gamins ne voient du village que leurs aïeux ont aidé à ériger des maisons aux volets fermés entourant une curiosité historique noyée au milieu de tant d'autres dans la région.

Du coup, j'aimerais bien essayer, à terme de faire quelque chose sur place, pour essayer de relancer une dynamique positive. Une activité qui pourrait inciter les gens à venir, qui sait, mais avant tout à rester. Et c'est pour ça que je me tourne vers vous, joliens, parce que je suis sûr que vous avez vous aussi un petit patelin de ce type quelque part autour de vous, et que vous avez peut-être vu des initiatives sympas que je pourrais considérer ou soumettre ou appliquer à mon cas.

Merci d'avoir pris le temps de me lire, j'essaierai de rester vigilants sur vos réponses.

TL;DR: que faire pour ramener un peu de vie dans un petit bled de campagne en passe de disparaître, que ce soit en créant de l'emploi ou en proposant une activité qui génère un intérêt ?
Quand il n'y a même plus de boulangerie, c'est que ça craint déjà sévère. C'est que les gens préfèrent faire x km en bagnole pour aller acheter leur pain au supermarché. Après ça, c'est super difficile de réhabituer les gens à avoir des réflexes locaux. La chance de ton village, c'est qu'il y a encore une école primaire.
Je dirais qu'il faut développer de l'activité autour de ce qui fait la spécificité de ton village. Tu parles de balades à cheval, est-ce qu'il y a quelqu'un qui propose cette activité ou c'est faisable seulement si tu as ton propre cheval ? Est-ce que parmi les baraques centenaires il y a quelque chose d'historiquement intéressant ? Qui pourrait faire l'objet d'animations médiévales ou autre ? L'idée ce serait d'attirer des "touristes" locaux, qui restent une journée.

Pour faire s'installer les gens par contre, s'il n'y a pas de boulot sur place, la seule solution c'est d'être pas super loin d'une nationale qui mène à la grosse ville la plus proche (je n'ose même pas parler de transports en commun, vu comment c'est la misère partout). Tu peux faire autant d'animation que tu veux, si c'est trop loin du bassin d'emploi, il n'y aura que des personnes âgées et des gens marginaux pour habiter dans ton village.
Une suggestion en te lisant, ce serait un patelin qui gagnerait à être connu et qui tombe dans l'oubli. Pourquoi ne pas ouvrir un site internet (pas forcément toi, mais une personne impliqué localement) qui:
- dans un cadre général indiquerait les atouts de cet environnement naturel, avec photos si possible
- une partie genre petites annonces pour passer le mot qu'on a besoin de tel ou tel métier, ou alors qu'il y a possibilité de s'installer à telle ou telle condition
- une partie news locales
- une partie forum ou assimilé permettant un dialogue entre locaux et gens curieux
Voilà ce que m'inspire, ce que tu exposes, en y réfléchissant 10s.
Ca reste une réflexion courte mais elle peut être creusée pour aborder des pistes.
J’ai du mal à comprendre ta présentation... Tu habites déjà sur place ou tu comptes t’y installer ? Si ce n’est pas le cas, c’est probablement par là qu’il faudrait commencer. Apporter du sang neuf à un village est sans aucun doute la chose la plus importante que tu pourrais apporter à ce village.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Diesnieves
Une suggestion en te lisant, ce serait un patelin qui gagnerait à être connu et qui tombe dans l'oubli. Pourquoi ne pas ouvrir un site internet (pas forcément toi, mais une personne impliqué localement) qui:
- dans un cadre général indiquerait les atouts de cet environnement naturel, avec photos si possible
- une partie genre petites annonces pour passer le mot qu'on a besoin de tel ou tel métier, ou alors qu'il y a possibilité de s'installer à telle ou telle condition
- une partie news locales
- une partie forum ou assimilé permettant un dialogue entre locaux et gens curieux
Voilà ce que m'inspire, ce que tu exposes, en y réfléchissant 10s.
Ca reste une réflexion courte mais elle peut être creusée pour aborder des pistes.
C'est pas foncièrement une mauvaise idée. Quand je vois le site de la commune, qui est même pas fichue d'avoir une photo ou un logo pour chacune des associations du patelin, c'est quand même triste. J'aime surtout l'aspect Petites Annonces, mais je ne voudrais pas dommager une autre institution de la vie locale, le bulletin, que tu prends en passant chercher ton journal... ou dans le temps à la boulangerie.

Peut-être qu'un petit coup de frais aiderait.

Citation :
Publié par Lunevirtuelle
Quand il n'y a même plus de boulangerie, c'est que ça craint déjà sévère. C'est que les gens préfèrent faire x km en bagnole pour aller acheter leur pain au supermarché. Après ça, c'est super difficile de réhabituer les gens à avoir des réflexes locaux. La chance de ton village, c'est qu'il y a encore une école primaire.
Je dirais qu'il faut développer de l'activité autour de ce qui fait la spécificité de ton village. Tu parles de balades à cheval, est-ce qu'il y a quelqu'un qui propose cette activité ou c'est faisable seulement si tu as ton propre cheval ? Est-ce que parmi les baraques centenaires il y a quelque chose d'historiquement intéressant ? Qui pourrait faire l'objet d'animations médiévales ou autre ? L'idée ce serait d'attirer des "touristes" locaux, qui restent une journée.

Pour faire s'installer les gens par contre, s'il n'y a pas de boulot sur place, la seule solution c'est d'être pas super loin d'une nationale qui mène à la grosse ville la plus proche (je n'ose même pas parler de transports en commun, vu comment c'est la misère partout). Tu peux faire autant d'animation que tu veux, si c'est trop loin du bassin d'emploi, il n'y aura que des personnes âgées et des gens marginaux pour habiter dans ton village.
Y a encore deux boulangeries dans les pâtelins voisins, mais quand tu vois que ces mecs sont mêmes pas foutus de se coordonner pour prendre leur jour de repos de manière à ce qu'il n'y ait pas une journée sans pain à 15 km à la ronde...

Le fait est que tu marques un point avec les balades à chevaux... On a les chemins, mais personne n'en met à disposition : c'est pour les locaux ou pour les centres équestres de la région qui font de grandes promenades. A creuser.

Pour les baraques, non, on a rien de médiéval, on n'a pas de château, c'était vraiment un bourg paysan (on est à 15 bornes d'un village fortifié, ancien podium du plus beau village de France). Par contre, on a une des plus vieilles églises de la région, classée monument historique, tout ça.
Citation :
Publié par Assurancetourix
Du côté de mon ex-femme une partie des cousins ont co-acheté et refont/font refaire (selon les travaux) une maison dans le bled des vacances familiales, ça fait pas mal de passage mine de rien pour la taille du hameau .
Le souci, c'est que ma famille en a déjà pas moins de trois, donc une de plus...

Un truc que j'avais pensé à faire, vu mon panel de skill, c'était d'en reprendre une pour faire chambre d'hôtes en la proposant à l'international (vu que mon couple gère en six langues, c'est un avantage colossal à l'échelle locale). En plus de la tranquilité locale et de l'aspect forestier, on est à une demie-heure de la mer, et les principales attractions touristiques de la région sont à une heure de route au plus... Peut-être en s'adressant à des gens qui sont à la recherche de vacances au calme ?
Je pense que si même toi, qui dit être super attaché à cet endroit, refuse d'y vivre c'est plié.

Ton meurt se meurt un peu tout seul, personne n'y va et personne n'y reste. La population vieillit, ne se renouvelle pas trop et les fonds disparaissent parce que c'est un village et qu'il n'y a rien à faire. Beaux paysages, ambiance posée, métiers manuels et / ou sans qualifications en demande - potentielles au moins -. Je pense que si tu veux sauver ton village, et de nombreux autres villages dans la même situation, tu dois trouver un moyen de leur faire accepter les réfugiés syriens (ou autres). Population qui a envie de s'intégrer, jeune, prêt à faire les efforts nécessaires pour rester, c'est gagnant - gagnant, ton village renaitra de ses cendres, tu dois y apporter une nouvelle dynamique et pour cela tu dois trouver des gens qui ont besoin d'y aller car de toute évidence aimer le village n'est pas suffisant (cf toi-même).
Citation :
Publié par Myrhdin
Un truc que j'avais pensé à faire, vu mon panel de skill, c'était d'en reprendre une pour faire chambre d'hôtes en la proposant à l'international (vu que mon couple gère en six langues, c'est un avantage colossal à l'échelle locale). En plus de la tranquilité locale et de l'aspect forestier, on est à une demie-heure de la mer, et les principales attractions touristiques de la région sont à une heure de route au plus... Peut-être en s'adressant à des gens qui sont à la recherche de vacances au calme ?
Dans ta première intervention tu avais pointé le problème de la disparition de certaines activités. Dans le cas où l'activité maison d'hôte ne suffirait pas, il serait possible d'ajouter une de ces activité manquante ou sur le point de disparaître. D'une part cela fait un complément de revenu dans le cas ou l'une et l'autre activité n'était pas suffisante à générer un revenu correct, d'autre part cela permettrait d'apporter un de ces activités manquantes qui permettrait d'augmenter l'attractivité du lieu, ou du moins son activité.
Pour ce qui est des news internet, on peut y ajouter un côté petites annonces et ça ne ferait pas forcément doublon avec le journal local. Cela peut très bien servir de complément, surtout que le côté électronique rend les news plus accessible à l'extérieur (c'est même son but premier).
Il s'agit de se rendre visible. Les gens sur place, ont les news, pas ceux susceptibles de passer.
J'connais bien pour vivre dans un patelin de 500hab depuis 27 ans, on a aucun commerce, le bar-tabac le plus proche est à 5km, mais on a quand même une boulangerie et une épicerie dans le village voisin.
Les écoles primaires (maternelle+CP, CE et CM étaient dans 3 villages différents quand j'étais enfant) ont fermé une par une pour se regrouper en une seule grosse école.

Un truc qui joue pas mal c'est la connexion internet. Impossible pour une entreprise du numérique (voir même pour n'importe quel domaine et qui a juste un léger besoin de cloud) de s'installer en campagne, ça serait se tirer une balle dans le pied, la fibre chez nous c'est prévu pour... 2028 . Le bassin d'emploi s'en trouve fortement bridé et se limite aux métiers déjà cités, la première boite de tertiaire se trouve à 20km de chez moi.
Imo, y a pas de secret, faut faire venir quelques boites, le reste (boulangerie et cie) reviendra tout seul. Le truc, c'est que c'est une sorte de cercle vicieux, y a de moins en moins de monde, donc les commerces ferment, et y a pas de commerces, donc les gens partent.

Sinon, j'allais dire comme au dessus, y aurait moyen de hyper un peu le coin pour faire venir les gens si y a la fibre et la possibilité de travailler chez soit, tu pourrais même inciter des gens de ton domaine à s'y installer avec la com qui faut
Tu pourrais aussi rejoindre le conseil municipal, voire devenir maire, si le truc est en train de se déserter, ils doivent attendre que ça des volontaires, mais si tu n'es pas sur place...

Après, tu peux y créer une activité insolite qui rendrait le bled super connu et ferait venir du monde, genre la fistinière, un club échangiste à thème ou camp naturiste, mais ça ne serait sans doute pas forcément bien vu des locaux.
Quelques exemples de problématiques similaires que j'ai pu voir et qui ont fonctionné (je partage même si ce n'est pas forcément reproductible, ça peut donner des idées) :
1/ Un exemple "extrême" : le cas d'une connaissance lointaine, avec de très gros moyens qui a été séduit par une région très vide du centre de la France. Dans le cadre d'une randonnée, il découvre une ancienne "maison de berger" (un petit bâtiment en pierre perdu au sommet d'une montagne, à la base utilisé pour les estives, je crois). Il achète le terrain et fait rénover le bâtiment à grands frais pour s'en faire un lieu de vacances, mais ne fait pas les choses à moitié : le sentier est transformé en route sur plusieurs km pour pouvoir atteindre le lieu en voiture, des canalisations sont installées depuis une source pour avoir l'eau courante dans le bâtiment, etc. Il investit plusieurs dizaines (centaines ?) de milliers d'euros dans le projet auprès des artisans locaux, le projet fait parler dans la presse et les paysans locaux s'en inspirent pour rénover les maisons de berger qui étaient abandonnés sur leurs terres depuis des lustres pour faire du tourisme atypique et apparemment ça marche (et la personne en question n'y va plus parce qu'il y a maintenant trop de touristes sur "sa" montagne). Ce n'est pas reproductible, mais valoriser le patrimoine local, même improbable, ça peut dynamiser une région.

2/ Solliciter / faire du lobbying auprès des pouvoirs publics locaux pour l'installation d'infrastructures : connexions Internet dignes de ce nom, espaces de coworking, etc., pour attirer les télétravailleurs qui fuient les grands centres et recherches de l'espace pour travailler au calme. Ca fonctionne si le village est placé "stratégiquement" quand même, pas trop loin des grands axes / des métropoles.

3/ Les projets d'habitats partagés (ces ensembles de logements où plusieurs foyers cohabitent en ayant chacun leur espace, mais en partageant des parties communes, genre plusieurs logements mais avec une salle commune, une laverie, un atelier, une piscine, etc. pour tous les habitants). Ca se développe apparemment pas mal là où le foncier est encore abordable, il y a des subventions pour les développer et pour le cas que je suis un peu, les cohabitants prévoient aussi des espaces ouverts à la collectivité : un espace de garde d'enfants, un point de vente de produits locaux, un espace de télétravail, un espace pour des concerts, etc., conçus entre les futurs habitants et la collectivité car apparemment ça répond à une demande locale pour redynamiser le lieu.
La création d'un habitat partagé un peu ambitieux, c'est énormément de travail pendant longtemps (il faut trouver les habitants, les financements, penser le projet pour le long terme, etc., surtout que souvent ça se fait en écoconstruction), mais quand ça se concrétise, ça peut redynamiser un village complet et rendre une région attractive. Et apparemment c'est très la mode / très recherché par un certain pubic prêt à s'impliquer activement dans la vie locale (dans le cas que je connais, les cohabitants viennent de toute la France et deux couples de l'étranger). Quand on est en mesure de s'investir pour porter ce type de projets, apparemment c'est attractif.
Je connais pas mal le sujet étant donné que je suis en train de pecher pour acheter une maison dans le village ou je passais mes vacances étant gamin, dans l'Yonne, 1300 habitants en 1860, 350 habitants aujourd'hui, pour ma retraite.

Les services s'en vont, et, à mon avis, rien ne les fera revenir.

Le salut ? Internet. Le temps est fini ou tu ne pouvais plus avoir de viande ou de produits frais sans "aller à la ville" et conséquemment sans avoir de voiture (ou être trop vieux pour conduire)
La barrière, c'est bien sur l'accès de ces villages à internet d'une part, et le fait que beaucoup des populations agèes de ces villages s'en servent peu, mal, ou pas du tout.

Du coup, si tu veux mettre ta pierre, une asso de familiarisation à internet pour les résidents, du lobbying auprès de la mairie pour voir ce qui peut être fait niveau raccordement, ce genre de chose me semble une bonne approche. Par contre ils sont rétifs, souvent si c'est un parisien qui a une idée, c'est une mauvaise idée. Donc y'a du taf.
Personnellement je suis en train de travailler le maire pour qu'il y aie un local pouvant recevoir les livraisons à la mairie, parce que dans ces régions la aussi les livreurs font le coup du "pas trouvé la maison" histoire de pas se taper 20 bornes.
Bonjour,

Y a t-il une équipe de sport dans ton patelin ? Rugby, foot, ..?
Y a t-il des infras permettant d’accueillir du volley, du badminton ? Voire, s'il y a une petite salle, un tatami pour du judo / karaté / autre art martial ?

Mine de rien, un rendez-vous régulier autour du jeu (et de la 3e mi-temps) dans un village, ça crée du liant et ça a le potentiel pour attirer les jeunes et les moins jeunes.
Bah il y a un truc pas mal dans ces situations, ouvrir un bistrot de pays. Le lieu n'est pas sensé être un simple bouclard: en plus de faire débit de boisson et petite restauration, tu proposes plusieurs services comme un point chaud pour le pain, une petite épicerie (avec produits locaux pour un double effet kiss cool) tabac, journaux, souvenirs, organisation de petits évènements (concerts...), dépliants touristiques... En plus de sa vocation commerciale, l'endroit doit être un centre de sociabilité et préserver un dynamisme dans le village. Après faut avoir envie de le faire, et ne pas arriver avec ses grosses bottes, la tête grosse comme un melon et avec un syndrome du sauveur.
Citation :
Publié par Steel
Bonjour,

Y a t-il une équipe de sport dans ton patelin ? Rugby, foot, ..?
Y a t-il des infras permettant d’accueillir du volley, du badminton ? Voire, s'il y a une petite salle, un tatami pour du judo / karaté / autre art martial ?

Mine de rien, un rendez-vous régulier autour du jeu (et de la 3e mi-temps) dans un village, ça crée du liant et ça a le potentiel pour attirer les jeunes et les moins jeunes.
Tous ces clubs ont fermé un par un dans les villages autour du miens, quand j'étais gosse on avait Judo, Ping Pong, Tennis, Football, mono de VTT en foret, Kayak (ouvert que l'été, Normandie oblige), tout ça à moins de 5km. Aujourd'hui ne survit que le club de football, tout le reste a fermé faute de moyens voir d'inscrits pour certains.

@Steel: C'est LE club pour 7 villages hein ^^

Dernière modification par Pandora's Reborn ; 20/08/2018 à 20h51.
Donc, il reste un club qui continue à représenter le village.
C'est l'essentiel, il n'en faut pas forcément plus

Je ne dis pas qu'il faut essayer de lancer toutes les activités possibles et inimaginables. Ce n'est pas raisonnable pour un petit village. Mais qu'il y a peut-être une personne qualifiée (dans une ruelle sombre et froide ?) qui aurait l'envie de transmettre son savoir dans sa discipline.

Pour le reste, ça vit, ça va, ça vient. Qu'une activité dure un an ou plusieurs saisons, l'essentiel c'est qu'il y ait toujours quelque chose qui perdure.
Désolé pour la réponse un peu tardive, occupé toute la journée d'hier. J'avais pris le temps d'écrire une réponse aux premiers messages, perdue dans les méandres d'un bug.
Citation :
Publié par Peco
J’ai du mal à comprendre ta présentation... Tu habites déjà sur place ou tu comptes t’y installer ? Si ce n’est pas le cas, c’est probablement par là qu’il faudrait commencer. Apporter du sang neuf à un village est sans aucun doute la chose la plus importante que tu pourrais apporter à ce village.
Citation :
Publié par Mimu
Je pense que si même toi, qui dit être super attaché à cet endroit, refuse d'y vivre c'est plié.

Ton meurt se meurt un peu tout seul, personne n'y va et personne n'y reste. La population vieillit, ne se renouvelle pas trop et les fonds disparaissent parce que c'est un village et qu'il n'y a rien à faire. Beaux paysages, ambiance posée, métiers manuels et / ou sans qualifications en demande - potentielles au moins -. Je pense que si tu veux sauver ton village, et de nombreux autres villages dans la même situation, tu dois trouver un moyen de leur faire accepter les réfugiés syriens (ou autres). Population qui a envie de s'intégrer, jeune, prêt à faire les efforts nécessaires pour rester, c'est gagnant - gagnant, ton village renaitra de ses cendres, tu dois y apporter une nouvelle dynamique et pour cela tu dois trouver des gens qui ont besoin d'y aller car de toute évidence aimer le village n'est pas suffisant (cf toi-même).
L'objectif est clairement de m'y installer, un jour ou un autre. Vraisemblablement à moyen terme, quand j'aurai le capital pour assurer le coup et/ou lancer mon affaire.

La remarque sur les migrants, même si elle amène le débat sur un terrain glissant, est cependant très vraie, même si elle est particulièrement symptomatique d'un problème latent, aussi vais-je en dire un peu plus sur le sujet. Dans mon coin, je pense que 75% de la population n'a jamais vu un black ou un beur autrement qu'à "la ville", mais ils trouveront tous à se plaindre qu'il y en a qui sont venus pour prendre les emplois des "bons français", alors même que les mecs viennent typiquement prendre des jobs que personne ne veut faire mais dont tous les habitants du coin, vivant quasiment exclusivement de l'agriculture, ont pourtant besoin.

Parce que, comme on l'a vu, les bons français, ils ne restent pas, parce que l'industrie qui embauche le plus dans le coin, bah, "c'est sale", "c'est dégradant", "c'est pas stimulant", "c'est pas facile avec les enfants" et que le bassin de population ne permet pas vraiment de développer une activité autre facilement. Le plus gros employeur de la région, c'est un gigantesque complexe d'abattoir qui fournit notamment l'intégralité ou presque de la viande de Leclerc, situé à une quinzaine de kilomètres. Le premier abattoir, construit dans les années 60/70, a attiré les premiers migrants du coin, notamment d'Afrique du Nord suite à la décolonisation. Si tu te poses un après-midi dans le bar du village, tu entendras très certainement l'histoire devenue légende du premier employé maghrébin des abattoirs, qui est arrivé sur place avec une femme et sept enfants, avant de rapatrier les deux autres et leur progéniture et de sauver à lui seul deux classes de l'école locale alors menacées.

Les emplois du coin sont typiquement le genre d'emploi que des migrants sont à même de pouvoir faire sans avoir besoin de réellement s'intégrer : pour planter des semences ou ramasser des légumes, pas besoin d'un bac +X ou même de vraiment parler français. En forçant le trait, le cul-terreux du coin attend rien de plus qu'un "Oui bwana" et que tu fasses ton quota. Et certaines communautés le font déjà très bien... Malheureusement depuis "la ville", où l'immigration vient plus d'Europe de l'Est, au point qu'un des commerces les plus florissants y est une épicerie spécialisée dans les produits roumains.

Il y a toujours cette défiance de l'étranger : on ferait venir un médecin de Roumanie ou de Pologne, je suis sûr que personne n'irait le voir juste parce que "il a pas pu fair les mêmes études qu'en France, il sait moins de choses et il fait moins bien"...
Citation :
Publié par SiroTeur
Je serais curieux de connaitre ce patelin. Il semble avoir un peu tout ce que je recherche quand je vais en vacances : Marche, vélo, foret, lacs, rivières..
Et je suis pourtant quasi certains qu'il n'y a aucune promotion touristique a ce niveau?
Je ne vais pas donner le nom ici car je n'en dresse pas vraiment un portrait glorieux et que j'ai peur que le trafic de JOL ne fasse monter ce fil dans les premiers résultats, mais oui, il y a tout cela. Bon, OK, sur le territoire de la commune, les lacs sont peut-être plus des étangs, si je suis tout à fait honnête !

Quand tu vois que le site officiel de la mairie ne liste pas toutes les entreprises du village, qu'ils n'ont pas les coordonnées de toutes les associations et qu'ils ne publient pas ou peu de news locales, je te laisse imaginer la promotion touristique. À leur décharge, du point des monuments, il n'y a pas grand chose à promouvoir, si ce n'est une des plus vieilles églises de la région, mais effectivement, rien n'est vraiment fait pour activement promouvoir l'aspect randonnée, par exemple.

Citation :
Publié par Diesnieves
Dans ta première intervention tu avais pointé le problème de la disparition de certaines activités. Dans le cas où l'activité maison d'hôte ne suffirait pas, il serait possible d'ajouter une de ces activité manquante ou sur le point de disparaître. D'une part cela fait un complément de revenu dans le cas ou l'une et l'autre activité n'était pas suffisante à générer un revenu correct, d'autre part cela permettrait d'apporter un de ces activités manquantes qui permettrait d'augmenter l'attractivité du lieu, ou du moins son activité.
Pour ce qui est des news internet, on peut y ajouter un côté petites annonces et ça ne ferait pas forcément doublon avec le journal local. Cela peut très bien servir de complément, surtout que le côté électronique rend les news plus accessible à l'extérieur (c'est même son but premier).
Il s'agit de se rendre visible. Les gens sur place, ont les news, pas ceux susceptibles de passer.
Haha, ta remarque est très juste et cela donne des idées. Ma frangine ayant ses diplômes pour être instructrice d'équitation, on pourrait peut-être envisager d'exploiter l'aspect ignoré jusqu'à présent des randonnées équestres.
Citation :
Publié par Zygomatique
Je connais pas mal le sujet étant donné que je suis en train de pecher pour acheter une maison dans le village ou je passais mes vacances étant gamin, dans l'Yonne, 1300 habitants en 1860, 350 habitants aujourd'hui, pour ma retraite.

Les services s'en vont, et, à mon avis, rien ne les fera revenir.

Le salut ? Internet. Le temps est fini ou tu ne pouvais plus avoir de viande ou de produits frais sans "aller à la ville" et conséquemment sans avoir de voiture (ou être trop vieux pour conduire)
La barrière, c'est bien sur l'accès de ces villages à internet d'une part, et le fait que beaucoup des populations agèes de ces villages s'en servent peu, mal, ou pas du tout.

Du coup, si tu veux mettre ta pierre, une asso de familiarisation à internet pour les résidents, du lobbying auprès de la mairie pour voir ce qui peut être fait niveau raccordement, ce genre de chose me semble une bonne approche. Par contre ils sont rétifs, souvent si c'est un parisien qui a une idée, c'est une mauvaise idée. Donc y'a du taf.
Personnellement je suis en train de travailler le maire pour qu'il y aie un local pouvant recevoir les livraisons à la mairie, parce que dans ces régions la aussi les livreurs font le coup du "pas trouvé la maison" histoire de pas se taper 20 bornes.
Citation :
Publié par Pandora's Reborn
J'connais bien pour vivre dans un patelin de 500hab depuis 27 ans, on a aucun commerce, le bar-tabac le plus proche est à 5km, mais on a quand même une boulangerie et une épicerie dans le village voisin.
Les écoles primaires (maternelle+CP, CE et CM étaient dans 3 villages différents quand j'étais enfant) ont fermé une par une pour se regrouper en une seule grosse école.

Un truc qui joue pas mal c'est la connexion internet. Impossible pour une entreprise du numérique (voir même pour n'importe quel domaine et qui a juste un léger besoin de cloud) de s'installer en campagne, ça serait se tirer une balle dans le pied, la fibre chez nous c'est prévu pour... 2028 . Le bassin d'emploi s'en trouve fortement bridé et se limite aux métiers déjà cités, la première boite de tertiaire se trouve à 20km de chez moi.
Citation :
Publié par Doudou Piwi
Imo, y a pas de secret, faut faire venir quelques boites, le reste (boulangerie et cie) reviendra tout seul. Le truc, c'est que c'est une sorte de cercle vicieux, y a de moins en moins de monde, donc les commerces ferment, et y a pas de commerces, donc les gens partent.

Sinon, j'allais dire comme au dessus, y aurait moyen de hyper un peu le coin pour faire venir les gens si y a la fibre et la possibilité de travailler chez soit, tu pourrais même inciter des gens de ton domaine à s'y installer avec la com qui faut
Tu pourrais aussi rejoindre le conseil municipal, voire devenir maire, si le truc est en train de se déserter, ils doivent attendre que ça des volontaires, mais si tu n'es pas sur place...

Après, tu peux y créer une activité insolite qui rendrait le bled super connu et ferait venir du monde, genre la fistinière, un club échangiste à thème ou camp naturiste, mais ça ne serait sans doute pas forcément bien vu des locaux.
La fibre... Pouah... si on avait déjà un excellent ADSL, ce serait bien ! C'est a priori le cas (mes baraques là-bas n'ont pas le net, vu que ce sont des résidences secondaires, on a tendance à faire le maximum pour couper), et on a aussi une bonne couverture 4G, avec un relais dans le bourg voisin.

J'ai fait quelques recherches sur le sujet, et les plans actuels sont d'installer à peine 500 km dans le département sur les 3 prochaines années, le tout bien sûr concentrer sur les quelques villes de plus de 10 000 âmes. Le reste viendra dans une troisième vague... entre 2021 et 2030. AprÈs, c'est un contrat public, hein, on sait tous ce que ça vaut en terme de respect des délais. Mais peut-être qu'en faisant le forcing auprès des maires...

Après, je pense que passer par la 4G peut offrir une alternative intéressante "en attendant".

Citation :
Publié par Corbeau
Quelques exemples de problématiques similaires que j'ai pu voir et qui ont fonctionné (je partage même si ce n'est pas forcément reproductible, ça peut donner des idées) :
1/ Un exemple "extrême" : le cas d'une connaissance lointaine, avec de très gros moyens qui a été séduit par une région très vide du centre de la France. Dans le cadre d'une randonnée, il découvre une ancienne "maison de berger" (un petit bâtiment en pierre perdu au sommet d'une montagne, à la base utilisé pour les estives, je crois). Il achète le terrain et fait rénover le bâtiment à grands frais pour s'en faire un lieu de vacances, mais ne fait pas les choses à moitié : le sentier est transformé en route sur plusieurs km pour pouvoir atteindre le lieu en voiture, des canalisations sont installées depuis une source pour avoir l'eau courante dans le bâtiment, etc. Il investit plusieurs dizaines (centaines ?) de milliers d'euros dans le projet auprès des artisans locaux, le projet fait parler dans la presse et les paysans locaux s'en inspirent pour rénover les maisons de berger qui étaient abandonnés sur leurs terres depuis des lustres pour faire du tourisme atypique et apparemment ça marche (et la personne en question n'y va plus parce qu'il y a maintenant trop de touristes sur "sa" montagne). Ce n'est pas reproductible, mais valoriser le patrimoine local, même improbable, ça peut dynamiser une région.

2/ Solliciter / faire du lobbying auprès des pouvoirs publics locaux pour l'installation d'infrastructures : connexions Internet dignes de ce nom, espaces de coworking, etc., pour attirer les télétravailleurs qui fuient les grands centres et recherches de l'espace pour travailler au calme. ça fonctionne si le village est placé "stratégiquement" quand même, pas trop loin des grands axes / des métropoles.

3/ Les projets d'habitats partagés (ces ensembles de logements où plusieurs foyers cohabitent en ayant chacun leur espace, mais en partageant des parties communes, genre plusieurs logements mais avec une salle commune, une laverie, un atelier, une piscine, etc. pour tous les habitants). ça se développe apparemment pas mal là où le foncier est encore abordable, il y a des subventions pour les développer et pour le cas que je suis un peu, les cohabitants prévoient aussi des espaces ouverts à la collectivité : un espace de garde d'enfants, un point de vente de produits locaux, un espace de télétravail, un espace pour des concerts, etc., conçus entre les futurs habitants et la collectivité car apparemment ça répond à une demande locale pour redynamiser le lieu.
La création d'un habitat partagé un peu ambitieux, c'est énormément de travail pendant longtemps (il faut trouver les habitants, les financements, penser le projet pour le long terme, etc., surtout que souvent ça se fait en écoconstruction), mais quand ça se concrétise, ça peut redynamiser un village complet et rendre une région attractive. Et apparemment c'est très la mode / très recherché par un certain pubic prêt à s'impliquer activement dans la vie locale (dans le cas que je connais, les cohabitants viennent de toute la France et deux couples de l'étranger). Quand on est en mesure de s'investir pour porter ce type de projets, apparemment c'est attractif.
J'aime vraiment beaucoup la troisième idée. J'en avais jamais entendu parler mais c'est clairement un concept à creuser. Le cadre s'y prête bien, et la tradition locale colle tout à fait au profil : on va ressusciter les veillées d'antan.

La première est malheureusement irréaliste, même si je ne doute pas que mon concept, quelqu'il soit, fera sans doute des émules alentour (et non, ce n'est pas mon complexe du sauveur ou mon melon qui parle, je pense sincèrement que je peux réussir à faire un truc cool). Je n'aurai tout simplement pas les fonds, et je doute fort que tout banquier qui se respecte me soutienne. Si j'ai l'appui de la mairie, cela peut peut-être changer la donne, mais quoi qu'il en soit, en termes d'infrastructures, je pense qu'il n'y aura pas vraiment de souci. Le gros de l'investissement serait dans de l'aménagement ou de la restauration après achat (tu peux acheter des baraques vivables pour moins de 100k euros avec du terrain).

Citation :
Publié par Steel
Bonjour,

Y a t-il une équipe de sport dans ton patelin ? Rugby, foot, ..?
Y a t-il des infras permettant d’accueillir du volley, du badminton ? Voire, s'il y a une petite salle, un tatami pour du judo / karaté / autre art martial ?

Mine de rien, un rendez-vous régulier autour du jeu (et de la 3e mi-temps) dans un village, ça crée du liant et ça a le potentiel pour attirer les jeunes et les moins jeunes.
Citation :
Publié par Pandora's Reborn
Tous ces clubs ont fermé un par un dans les villages autour du miens, quand j'étais gosse on avait Judo, Ping Pong, Tennis, Football, mono de VTT en foret, Kayak (ouvert que l'été, Normandie oblige), tout ça à moins de 5km. Aujourd'hui ne survit que le club de football, tout le reste a fermé faute de moyens voir d'inscrits pour certains.

@Steel: C'est LE club pour 7 villages hein ^^
Même problématique ici. On a des clubs de sport, notamment le club cyclo-touriste, mais les clubs de foot des quelques bleds alentour ont fusionné pour créer une seule entité qui puisse à la fois être plus compétitive pour l'équipe A en regroupant les talents et offrir des partenaires aux joueurs d'un niveau moindre qui ciraient le banc dans leur coin ou plombaient leurs équipes (on pense à toi, gros Dédé, 8 cartons rouges et 14 penaltys concédés sur la saison dernière en plus de tes antécédents cardiaques).
Citation :
Publié par Balal
Bah il y a un truc pas mal dans ces situations, ouvrir un bistrot de pays. Le lieu n'est pas sensé être un simple bouclard: en plus de faire débit de boisson et petite restauration, tu proposes plusieurs services comme un point chaud pour le pain, une petite épicerie (avec produits locaux pour un double effet kiss cool) tabac, journaux, souvenirs, organisation de petits évènements (concerts...), dépliants touristiques... En plus de sa vocation commerciale, l'endroit doit être un centre de sociabilité et préserver un dynamisme dans le village. Après faut avoir envie de le faire, et ne pas arriver avec ses grosses bottes, la tête grosse comme un melon et avec un syndrome du sauveur.
C'est une autre possibilité : à défaut de directement lancer quelque chose de nouveau, je peux essayer de reprendre ce commerce de proximité qui existe encore et essayer de l'améliorer en collaborant avec les quelques acteurs du coin qui proposent des produits locaux. Genre pourquoi pas ouvrir un hangar ou ouvrir le rez-de-chaussée de la baraque d'à-côté pour créer un point de vente qui pourrait vendre les fromages de l'éleveur de chèvre du bourg voisin, les glaces du hameau d'à côté, les crèmes et fromages blancs d'un autre...
Citation :
Publié par Ched
Imo il faudrait commencer par y vivre, mais le paradis que c'est en vacances peut vite devenir un enfer. C'est bien le souci que je rencontre perso, c'est qu'il n'y a personne de mon âge.
C'est triste, surtout vue la qualité de vie qui est à portée de main. Coût de la vie, plage la plupart du temps perso à 5 minutes à pieds, paysages, climat qui fait jaser mais au final j'ai pas eu plus de 24° cet été dans la baraque et l'hiver le gel est très rare, du coup pour moi c'est le compromis idéal, surtout considérant que le climat part lentement en couille.
ça me rend triste et je suis dans l'incompréhension totale quand je vois ces braves vacanciers qui trouvent le coin génial, qui mettent tout fiers des photos sur les réseaux sociaux et puis retournent dans leur ville sans se poser de questions.
C'est bien dans cette logique que je m'inscris : je ne veux juste pas être un autre de ces touristes qui va et vient et ne s'inquiète de rien, jusqu'à ce qu'il ne trouve plus intéressant de venir parce qu'il ne trouve plus rien à faire juste à côté de son lieu de villégiature. Si je peux faire quoi que ce soit pour donner quelques années de plus à ce petit bled, et ben, je vais essayer de le faire !

Dernière modification par Myrhdin ; 21/08/2018 à 10h16.
Chez moi c'est 350 habitants répartis dans 5 hameaux, une soixantaine sur le chef-lieu. Plus aucun commerce depuis des décennies, plus d'école depuis plus d'une dizaine d'année, la classe unique ayant fini par fermer pour être fusionnée à celle du village voisin sur le versant d'en face.
Jusqu'à ya quelques années, on avait le boucher et le boulanger du chef-lieu de Canton qui passaient une à 2 fois par semaine en camionnette pour ravitailler. Quelques coups de klaxons, et c'était tout le village qui sortait porte-monnaie en main pour faire ses emplettes de première nécessité au cul du camion. Mais ils ne viennent plus de puis longtemps.
La dernière "attraction" communautaire du village était l'église, mais on n'a plus de curé depuis longtemps, donc ils ont complètement modifié les cartes des paroisses, pour toutes les fusionner sur le secteur, en créer une seule grand et unique qui regroupe 5-6 églises, et du coup, ya plus la messe qu'une fois toutes les 6 semaines... Donc les petits vieux ne peuvent même plus patati-patater hebdomadairement sur le perron.
Le château ne se visite pas.
Le dernier "cabaret" du village a fermé quand mon père était enfant.
Ya zéro médecin/services/poste/bar/épicerie/etc
En gros, on a un potier, et une ferme.
Et une foire, "la fête du pain", chaque année depuis avant 1240... (bon maintenant, c'est plus qu'un vide-grenier, avec des petites animations du genre on fait tous le pain ensemble dans le four du village, ya de la musique, et ça fait une bonne occasion pour que les gens se retrouvent).

Mais pour autant, le village n'est pas mort, on a quand même une légère reprise démographique depuis une décennie : on n'est qu'à 30min de Genève, donc pas mal de jeunes frontaliers viennent racheter la moindre bicoque pour une fortune que les locaux ne peuvent pas se permettre, pour s'installer "à la campagne", et faire la route tous les jours.
c'est le seul point d'attractivité du village...
Parce que maintenant, on est juste à la frontière du "grand Genève" ou je ne sais plus comment ils veulent appeler ça... Du coup, ya une mini-zone commerçante qui s'est ouverte au sommet de la côte, à "la croisée" comme on appelle ça, vu qu'au carrefour des routes qui débouchent de plusieurs villages, à genre 4-5km environ, avec coiffeur, boulangerie, pizzeria, esthéticienne et maison médicale (un médecin, une infirmière, une orthophoniste) : ils bénéficient de cette "proximité", et ça redynamise un peu le secteur, même si pas réellement le village en soi...
Je pense que ton meilleur shot c'est de faire ta chambre d'hôte. Parce que ya pas de miracle, le reste (emploi, services…) dépend trop de choses auxquelles tu peux rien. En étant sur place tu pourras aussi travailler à valoriser les possibilités touristiques du coin.
Au passage je relève des passages que je trouve limite choquants dans ce qu'ils impliquent.
Citation :
Publié par Myrhdin
Alors oui, certes, je suis qui pour pointer qui que ce soit du doigt, du haut de mon exil à Berlin. Mais je me dis que quitte à devenir chauffeur de taxi quand tu voulais devenir prof, tu peux offrir un service de proximité à des gens que tu as toujours connu plutôt que de partir à Paris. Ou que si tu veux devenir plombier comme ton père qui a eu une longue carrière et une grosse clientèle tout du long sur place, tu n'as pas vraiment besoin de partir dans un bled de taille égale dans le département voisin. On passera sur les femmes de militaire (c'est a priori le métier idéal pour les demoiselles de ma génération, trois sur trois, messieurs, chapeaux bas) qui ont suivi messieurs dans le sud (ça, je comprends tout à fait).
Entre les mecs qui ont pas le droit de bouger parce qu'ils ont un taf de merde (alors que toi bien sûr tu fais XXX donc t'avais le droit) et l'allusion aux femme de militaire, tu me sembles bien… "jugeant", pour franciser le terme anglais idéal. Tu ouvres par "je suis qui pour pointer du doigt", mais tu donnes pas la réponse (qui me semble bien être "personne", et surtout pas en ces termes-là)...
perso j'habite typiquement dans ce genre de petit patelin (352 habitants slt !), jvais essayer de toucher un mot au maire voir ce qu'il a pu faire de son côté, tu peux me balancer en mp le nom de la commune histoire que je vois dans quelle localité ça se trouve ?


Déjà dans les actions mise en place dans ma commune qui permet de brasser (après ici c'est essentiellement agriculture/élevage) ya une espèce de mini coopérative agricole, l'école primaire est ici et la maternelle dans le village juste à côté pour permettre un brassage de la pop des deux villages dans les deux sens, plusieurs activités locales (bcp avec les fêtes de village en été un peu partout), comité des jeunes (histoire de leur permettre d'avoir des activités entre eux chaque samedi ~).

Tpeux try avec TF1 et ce qu'il faisait il y a quelques années pour "sauver" les villages en détresse.
Citation :
Publié par Quint`
Je pense que ton meilleur shot c'est de faire ta chambre d'hôte. Parce que ya pas de miracle, le reste (emploi, services…) dépend trop de choses auxquelles tu peux rien. En étant sur place tu pourras aussi travailler à valoriser les possibilités touristiques du coin.
Au passage je relève des passages que je trouve limite choquants dans ce qu'ils impliquent.

Entre les mecs qui ont pas le droit de bouger parce qu'ils ont un taf de merde (alors que toi bien sûr tu fais XXX donc t'avais le droit) et l'allusion aux femme de militaire, tu me sembles bien… "jugeant", pour franciser le terme anglais idéal. Tu ouvres par "je suis qui pour pointer du doigt", mais tu donnes pas la réponse (qui me semble bien être "personne", et surtout pas en ces termes-là)...
Ha mais ce ne sont absolument pas des jugements à l'emporte-pièce.

Pour ce qui est des femmes de militaires, je le disais sincèrement : on passera sur leur cas parce qu'elles sont parties pour suivre leur chéri, et c'est tout à fait normal. Leur chéri venant du coin, elles reviendront peut-être un jour, peut-être pour ramener leur activité avec elles (par exemple, une diététicienne et une esthéticienne, cela peut-être cool dans l'approche service à la personne).

Je n'ai à aucun moment porté un jugement sur leur choix de métier, hein : un chauffeur de taxi à Paname, cela peut bien palper, tout comme un plombier qui fait bien son boulot aura rapidement une clientèle intéressante, surtout dans le coin où les mecs ne peuvent plus vraiment faire leurs réparations eux-même.

J'ai juste questionné le pourquoi de leur déplacement : pourquoi partir à Paris quand partout sur place tu as des annonces pour des chauffeurs assistance à la personne ? Pourquoi monter ta propre affaire dans un village dans l'exacte même situation plutôt que de reprendre et maintenir une activité qui est encore florissante à l'heure actuelle ? Et je n'ai vraiment pas la réponse à ces deux questions, hein.

Pour ce qui est de mon déplacement à moi, la réponse est toute trouvée. Outre le fait que je n'ai jamais vécu là-bas, mon rêve à moi était de travailler dans le domaine des jeux vidéo, et quand tu vois que j'avais 17 ans quand le village en question a eu sa première ligne ADSL, tu te doutes bien que je ne pouvais pas vraiment accéder à ce rêve là-bas. J'ai fait ma carrière, je suis dans une situation plutôt confortable, mais comme pas mal de cadres, je sais que je vais finir par me lasser et j'ai toujours aspiré à une vie "simple" et vivre du fruit de mon boulot.

Comme le pote devenu chauffeur qui a renoncé à son rêve d'être professeur des écoles parce qu'il voulait rester dans le coin initialement et qu'il ne voulait pas risquer de partir à perpète... Alors qu'il a fini par partir, ce qui me fait regretter que lui aussi n'ait pas suivi son rêve.

Ce n'est vraiment pas judgmental, non, vraiment. C'est juste un constat doux-amer empreint de questions. Parce que les réponses peuvent aider à faire avancer le schmilblick.

Citation :
Publié par sha'vre
perso j'habite typiquement dans ce genre de petit patelin (352 habitants slt !), jvais essayer de toucher un mot au maire voir ce qu'il a pu faire de son côté, tu peux me balancer en mp le nom de la commune histoire que je vois dans quelle localité ça se trouve ?


Déjà dans les actions mise en place dans ma commune qui permet de brasser (après ici c'est essentiellement agriculture/élevage) ya une espèce de mini coopérative agricole, l'école primaire est ici et la maternelle dans le village juste à côté pour permettre un brassage de la pop des deux villages dans les deux sens, plusieurs activités locales (bcp avec les fêtes de village en été un peu partout), comité des jeunes (histoire de leur permettre d'avoir des activités entre eux chaque samedi ~).

Tpeux try avec TF1 et ce qu'il faisait il y a quelques années pour "sauver" les villages en détresse.
Je t'envoie cela en MP ! On a déjà le comité de jeunes, mais ils sont de moins en moins nombreux... Ou restent de moins en moins longtemps sur place. L'idée de la coopérative me semble pas mal, par contre, comme mentionné un peu plus haut. Quitte à ouvrir cela aux habitants pour qu'ils vendent le produit de leurs jardins, par exemple !

Dernière modification par Myrhdin ; 21/08/2018 à 11h33. Motif: Auto-fusion
Citation :
Publié par Myrhdin
Ha mais ce ne sont absolument pas des jugements à l'emporte-pièce.

Pour ce qui est des femmes de militaires, je le disais sincèrement : on passera sur leur cas parce qu'elles sont parties pour suivre leur chéri, et c'est tout à fait normal. Leur chéri venant du coin, elles reviendront peut-être un jour, peut-être pour ramener leur activité avec elles (par exemple, une diététicienne et une esthéticienne, cela peut-être cool dans l'approche service à la personne).

Je n'ai à aucun moment porté un jugement sur leur choix de métier, hein : un chauffeur de taxi à Paname, cela peut bien palper, tout comme un plombier qui fait bien son boulot aura rapidement une clientèle intéressante, surtout dans le coin où les mecs ne peuvent plus vraiment faire leurs réparations eux-même.
Tu as peut-être l'impression de pas avoir porté de jugement, mais c'est la base de ton "questionnement" qui est loin d'être innocent. Surtout pour les femmes de militaire, vu comment t'en parles… je parle bien de la première parenthèse à leur sujet, pas la deuxième qui se veut compréhensive.
Alors pourquoi le chauffeur de taxi bouge au lieu de ne pas bouger, même s'il a un taff de merde ? Simplement parce que c'est pas parce qu'il n'a pas réalisé son rêve qu'il n'a pas le droit de rêver à d'autres horizons. On ne se réalise pas que dans son boulot.
C'est justement parce que tu as la chance d'avoir réalisé ton rêve que tu peux te payer le luxe de penser à revenir vivoter dans un désert…

Enfin voilà, c'est pas bien important, j'étais juste un peu choqué de cette supériorité qui se dessine depuis ta tour d'ivoire du mec qui a réussi et reproche aux autres de ne pas stagner dans leur berceau…
Citation :
Publié par Quint`
Tu as peut-être l'impression de pas avoir porté de jugement, mais c'est la base de ton "questionnement" qui est loin d'être innocent. Surtout pour les femmes de militaire, vu comment t'en parles… je parle bien de la première parenthèse à leur sujet, pas la deuxième qui se veut compréhensive.
Alors pourquoi le chauffeur de taxi bouge au lieu de ne pas bouger, même s'il a un taff de merde ? Simplement parce que c'est pas parce qu'il n'a pas réalisé son rêve qu'il n'a pas le droit de rêver à d'autres horizons. On ne se réalise pas que dans son boulot.
C'est justement parce que tu as la chance d'avoir réalisé ton rêve que tu peux te payer le luxe de penser à revenir vivoter dans un désert…

Enfin voilà, c'est pas bien important, j'étais juste un peu choqué de cette supériorité qui se dessine depuis ta tour d'ivoire du mec qui a réussi et reproche aux autres de ne pas stagner dans leur berceau…
Tu me prêtes des intentions qui ne sont pas les miennes.

La première parenthèse se voulait pleinement humoristique et rien d'autre : c'était juste une coincidence que je trouvais rigolote, et ce n'est rien de plus qu'une coincidence.

Et je ne pense avoir dit à aucun moment que je trouvais que chauffeur de taxi était un métier de merde, juste que ce n'était pas le métier qu'il voulait faire initialement.

Je ne suis clairement pas dans l'approche chevalier blanc que Balal évoquait plus haut : je suis dans une phase de questionnement pour trouver des idées et pouvoir en discuter avec des gens sur place. Si ca leur donne des idées ou fait avancer le bouzin, ca me va, si ca ne me profite pas, cela me va aussi. Ca se trouve, j'aurais même jamais la possibilité de le faire pour des questions de budget. Je voulais juste générer une discussion pour échanger avec d'autres personnes dans ce cas, pour rassembler des arguments pour échanger avec d'autres acteurs locaux qui pourraient avoir les mêmes réflexions.

Et si tu me demandes, je suis très loin d'avoir réussi ma carrière, loin de là.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés