L'Agora

[Wiki] Wikiprésident 2017-2022

Répondre
Partager Rechercher
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Gratiano
Mais je pense qu'ils n'ont jamais cessé de faire cela. Même après que l'affaire éclate. Je pense que c'est un problème de l’Élysée qui se comporte effectivement en Palais. L’Élysée minimise. Collomb n'a clairement pas envie de s'en mêler et refourgue cela à son cabinet qui considère que vu que c'est dans les mains de l’Élysée, ils n'y peuvent pas grand chose. Le préfet mis au courant est furax, lui balance mais plutôt côté police ou visiblement, c'est aussi du n'importe quoi et qu'il n'a pas été mis au courant parce que justement c'est l’Élysée et comme c'est l’Élysée, lui non plus n'a pas envie de s'en mêler.

Après tout ce qui gravite autour, c'est pour faire monter la mayonnaise. Le salaire de Benalla passe de 10000€ à 6000€. On passe d'un appartement de 300m² à 80m². (Encore en soit, si c'est pour des raisons de services, c'est pas scandaleux). On nous dit qu'il assure la sécurité mais en fait il ne s'occupe que des voyages et de la coordinations. Il est effectivement armé mais ce s'est justifié pour les déplacements privés du président ou le dispositif de sécurité n'est visiblement pas le même. Ce n'est pas son véhicule mais un véhicule de la présidence équipé en standard pour le personnel de l’Élysée. Il a participé à la refonte de la sécurité du président (mais pas seul en sa qualité d'assistant du secrétaire de l'Elysée) et il n'a jamais été question qu'ils prennent la tête de ce service (ce sont des rumeurs qui n'ont été confirmé par personne). Tout ce que je viens d'écrire est sortie dans la presse, ce sont au pire des rumeurs au mieux des approximations. On a fait de Benalla un type important du sérail ce qu'il n'est visiblement pas.
Du coup, je pose la question: A qui profite la situation ? Pas à LREM ou au président, ça c'est clair.

Pour les mots doux, comme je l'avais déjà écrit, Sarkozy a au moins fait pire dans le gens, les mots assassins dans la république, c'est malheureusement légion.

Pour le chef d'état major, là aussi c'est inexacte. Il a bel et bien démissionné de son propre chef (ses déclarations sur France Info hier soir sont claires là dessus). D'ailleurs, il ne regrette pas et avoue tout de même que le budget est en net amélioration même si il espérait plus.

Il est évident que Benalla aurait du être viré mais la faute à mon sens en incombe à l’Élisée qui a toujours ses sales habitudes de planquer tout sous le tapis. C'est pas nouveau. Je suis même sûr qu'au tout début de ce bordel, E. Macron n'y a même pas fait plus attention que cela. Je trouve ironique que cela lui tombe sur le coin de la tronche alors qu'il est trop probable qu'il leur ai dit de se débrouiller avec cela...
Qu’il minimise soit, mais encore une fois tu penses sérieusement qu’une fois que l’affaire a éclaté, le 19 juillet, personne à l’Elysée, au ministère de l’intérieur, à la préfecture ou Macron n’a demandé à avoir un récit exhaustif des événements, de tous les événements ?

Macron, face à une affaire qui menace sérieusement son calendrier, n’aurait pas vérifié ce qu’il s’est passé ? Le ministère de l’intérieure n’aurait pas demandé une remontée de ses services ? Aucun des responsables présents sur place n’a fait rémonte après le 19 juillet que Benalla a participé à une seconde interpellation ? Le commissaire qui encadrait Benalla n’a rien fait remonté non plus ? Collomb en tant que supérieur hiérarchique ne lui a pas demandé un récit intégral des événements ? A d’autres. Ils l’ont bien évidemment fait. Ne serait-ce que pour se couvrir au cas où.

Quant au reste Macron a bien dit qu’il avait confirmé la sanction et la trouvait approprié. C’est donc qu’il estime qu’une personne ayant frappé des lambdas dans la rue, ça ne mérite que 15 jours de suspension et une rétrogradation. On est loin, très loin des sanctions appliquées dans la fonction publique. Il ne leur a pas dit de se débrouiller avec ça. Il a validé la sanction. On n’en peut pas faire comme s’il n’avait pas été’ partie prenante dans l’histoire.

Quant à De Villiers, les licenciements à ce niveau la, ça n’existe quasiment jamais. S’il a démissionné, c’est évidemment parce que Macron le lui a demandé. Ce n’est évidement pas quelque chose qui se dit publiquement. Mais c’est le fonctionnement de la haute administration française.

Enfin que Sarkozy ait fait pire. Peut être. En quoi cela change le fait que Macron a bien menacé les députés qui sortiraient de la ligne qu’il a fixé ?

Edit : on apprend que l’homme traîné par Benalla n’a rien à voir avec les deux manifestants ayant accusé Benalla dans la première vidéo au jardin des plantes de Libération.

Autrement dit, on a la preuve par vidéo que Benalla est intervenu au moins 2 fois. Et il est accusé par 2 personnes d’être intervenu une autre fois. On a donc potentiellement 3 interventions de Benalla. 3. Et bien sur personne n’était au courant des deux autres. On va en avoir combien encore des comme ça...

Dernière modification par Aedean ; 31/07/2018 à 13h20.
Citation :
Publié par Anthodev
Et pourtant :
  1. L'Élysée a d'abord dit que c'était la moitié de la somme indiqué par la presse, au final on est 8500-9000€ brut, c'est pas si loin
  2. Dans le déroulé des faits, l'Élysée a dit en premier qu'il n'avait pas d'appartement au Quai Branly, puis qu'il n'y a pas habité et maintenant qu'il ne fait 300m². C'est dur de leur donner de la crédibilité
  3. Chose difficile à croire vu toute les images et vidéos qui circulent quand Macron est en déplacement
  4. Le responsable du GSPR (et Collomb il me semble) indiquent que le dispositif de sécurité est le même que le Président soit en déplacement public ou non (et heureusement j'ai envie de dire)
  5. Ce n'est pas son véhicule, mais que seul lui semble utilisé (il est même partie le chercher à la fourrière)
  6. Partiellement démenti par le directeur de cabinet de Collomb
  7. Le Canard, le Monde et le Point (il me semble) semblent penser l'inverse, c'est qu'il y a bien une raison
Parce qu'à un tel haut niveau de responsabilité, les gens sont poussés à la démission, pas viré, à moins d'avoir fait une faute grave et inexcusable publiquement.

Le problème est qu'ils ont continués de le protéger même après que l'affaire ai éclaté. Ça n'aurait pas pris une telle proportion s'ils avaient dit "On a fait une erreur, ce collaborateur a été immédiatement licencié à la lumière des faits et nous allons prendre des mesures pour que cela n'arrive plus".

Là ce qui s'est passé est que Benalla a été viré 4 jours après l'éclatement de l'affaire, même pas pour les faits qui se sont déroulés à la place mais une action annexe, avec un défilé de mensonges entre temps
1/ J'en étais resté au 6000€ déclaré par Strzoda, ils sortent d'où les 8500-9000€? Et d'ailleurs quand bien, il est chargé de mission à l’Élysée donc à la rigueur, je vois même pas le problème.

2/ Non le déroulé des faits est qu'un journal (le Canard ?) a affirmé qu'il avait un appartement de fonction, ce que cela n'en est pas un. Après on peut jouer sur le mot....

3/ Non là tu te fais des films, il est coordinateur donc forcément il parle au chef de l'état, est forcément proche de lui et communique avec les services de sécurité. Cela a été dit par tous. Son job n'a jamais été la sécurité du Président. Il n'y a rien qui le démontre.

4/ En privé, j'ai entendu une autre source disant que non donc qui croire. Le fait est que Benalla n'a été autorisé à s'armer que dans le cas d'un déplacement privé. Si la demande a été validé alors qu'elle avait été refusé deux fois auparavant c'est qu'il y a une raison..

5/ Sembler n'est pas une preuve. De toute façon le véhicule ne lui appartient pas. C'est un véhicule de l’Élysée qui potentiellement est utilisable par tous. Après qu'il prenne le même véhicule, je pense que tout le monde ferait pareil pour des questions de commodités...

6/ sur ? Sa participation ?

7/ Ont-ils des preuves ? J'ai d'autres journalistes (Bruno Jeudy entre autres) qui pensaient exactement le contraire. L’Élysée a dementi cela. Tu veux quoi de plus ? Un aveu signé de la main du président ? Il n'y a aucune raison que ce genre de service soit confié à quelqu'un qui n'est pas du métier. Il faut arrêter le fantasme. Qu'il y ait eu des jalousies, des rumeurs, des on-dits sur Benalla, c'est plus que possible qu'au passage, un de ces jaloux ait attendu un connerie pour savater, c'est tout à fait possible. On est juste sur une reprise de la responsabilité de la sécurité par l’Élysée à la place du ministère de l'intérieur pour le GSPR (vu que le reste dépendait déjà de l’Élysée)

Pour le Chef d'état major, cela ne change rien. Il a démissionné sur un désaccord flagrant sur le budget.

Sérieusement tu as déjà vu les services de l’Élysée dire cela ? C'est impossible pour eux vu que tout est politique, l'erreur ne peut être admise. Cela aurait, je te l'accorde éviter tout ce bordel mais c'est pas concevable...
Pour Benalla, cela a trop trainé effectivement mais c'est un problème avant tout de l’Élysée. Je veux dire. Le premier ministre n'a rien à voir là dedans (et ça doit bien l'emmerder ce patacaisse). Ce s'est passé en l'absence de Macron. Et quand tu écoutes les différents témoignages des personnes incriminés, personne clairement n'a pris la mesure du truc.

Je ne dis pas qu'il n'y a pas de cas Benalla. Je dis que bon nombre de personnes pour différents intérêts devait en faire des tonnes sur cette affaire pour des objectifs différents. Qu'en plus l'opposition en soit réduit à cela, c'est quand même un petit peu désolant...

Citation :
Publié par Aedean
Qu’il minimise soit, mais encore une fois tu penses sérieusement qu’une fois que l’affaire a éclaté, le 19 juillet, personne à l’Elysée, au ministère de l’intérieur, à la préfecture ou Macron n’a demandé à avoir un récit exhaustif des événements, de tous les événements ?

Macron, face à une affaire qui menace sérieusement son calendrier, n’aurait pas vérifié ce qu’il s’est passé ? Le ministère de l’intérieure n’aurait pas demandé une remontée de ses services ? Aucun des responsables présents sur place n’a fait rémonte après le 19 juillet que Benalla a participé à une seconde interpellation ? Le commissaire qui encadrait Benalla n’a rien fait remonté non plus ? Collomb en tant que supérieur hiérarchique ne lui a pas demandé un récit intégral des événements ? A d’autres. Ils l’ont bien évidemment fait. Ne serait-ce que pour se couvrir au cas où.

Quant au reste Macron a bien dit qu’il avait confirmé la sanction et la trouvait approprié. C’est donc qu’il estime qu’une personne ayant frappé des lambdas dans la rue, ça ne mérite que 15 jours de suspension et une rétrogradation. On est loin, très loin des sanctions appliquées dans la fonction publique. Il ne leur a pas dit de se débrouiller avec ça. Il a validé la sanction. On n’en peut pas faire comme s’il n’avait pas été’ partie prenante dans l’histoire.

Quant à De Villiers, les licenciements à ce niveau la, ça n’existe quasiment jamais. S’il a démissionné, c’est évidemment parce que Macron le lui a demandé. Ce n’est évidement pas quelque chose qui se dit publiquement. Mais c’est le fonctionnement de la haute administration française.

Enfin que Sarkozy ait fait pire. Peut être. En quoi cela change le fait que Macron a bien menacé les députés qui sortiraient de la ligne qu’il a fixé ?

Edit : on apprend que l’homme traîné par Benalla n’a rien à voir avec les deux manifestants ayant accusé Benalla dans la première vidéo au jardin des plantes de Libération.

Autrement dit, on a la preuve par vidéo que Benalla est intervenu au moins 2 fois. Et il est accusé par 2 personnes d’être intervenu une autre fois. On a donc potentiellement 3 interventions de Benalla. 3. Et bien sur personne n’était au courant des deux autres. On va en avoir combien encore des comme ça...
Comme je l'écris à @Anthodev au dessus, je ne suis pas persuadé qu'il ait pris la mesure de la gravité du truc. Après tu peux avoir tous les commentaires que tu veux, tu ne cherches pas une explication, tu veux un bouc émissaire. Le fait est que dans l'enchaînement des évènements et jusqu'à la sortie de cette fameuse vidéo, il n'y a eu aucune alerte majeure pouvant leur signifier que cette histoire allait leur péter à la gueule. Appelles ça comme tu veux, du laxisme, un manque de professionnalisme, du soulagement d'avoir évité une connerie. Le fait est que tu te fais le film maintenant après les révélations et tu y vois une chose qui n'existe peut-être pas.

Quant à la sanction, une hypothèse (attention je ne dis pas que cela s'est passé ainsi), "M. Le président, Alexandre Benalla a fait une faute, j'ai décide de le mettre à pied 15 jours et qu'il ne s'occuperait plus de l'organisation de vos voyages." Macron : "Bien". Il a validé. Cela s'appelle de la délégation. Là aussi, cela m'épate. Vous croyez sincèrement que tout le personnel de l’Élysée attend le go de Macron pour tout ? Pour le coup, je crois à la version de Strzoda.

Pour De Villiers, comme je le disais à @Anthodev, c'est du pareil au même. Il y avait désaccord flagrant avec un chef d'état major qui l'ouvre publiquement. Il a assumé point. Le mec n'est visiblement pas rancunier et referait la même chose.

Là dessus nos avis divergent mais je préfère clairement un président de la république qui gueule un coup sur ses députés (même si le rôle devrait être plus tenu par le premier ministre mais là on crierait au mélange des genres, c'est plus difficile avec le président) et que de faire face à quelques frondeurs qui sabotent l'action du gouvernement @hamon contre Valls/Hollande.

Après pour Benalla, on peut apprendre qu'il a fait cela toute la journée que cela ne change pas les données du problème si le lendemain, aucune de ses vidéos n'était connue... Là aussi l'enchaînement est heureux pour ceux qui veulent réduire l'action d'un gouvernement à cela. Cela occupe. Cela fait du bruit mais est-ce que c'est réellement utile?

P.S. Désolé pour le pavé....

Dernière modification par Gratiano ; 31/07/2018 à 13h52.
Oh c'est bon les gars, c'est juste des petites histoires de barbouzes, on ne va pas faire des barricades dans les rues parce que les bras droits du pouvoir cassent la gueule aux péquins manifestants pour s'amuser de temps en temps et que le pouvoir ne fait visiblement rien pour arrêter en toute connaissance de cause cela.

Puis comme on prend soin de en pas apprendre aux enfants ce qu'était (pardon, ce qu'EST, LOL) un barbouze, y'a pas de soucis. Tu ne peux pas te plaindre d'un truc dont tu ne sais même pas qu'il existe. Hilarant de voir combien de personnes n'avaient jamais entendu le mot d'ailleurs.

*insérer Pasqua's seal of approval*
Citation :
Publié par Gratiano
1/ J'en étais resté au 6000€ déclaré par Strzoda, ils sortent d'où les 8500-9000€? Et d'ailleurs quand bien, il est chargé de mission à l’Élysée donc à la rigueur, je vois même pas le problème.

2/ Non le déroulé des faits est qu'un journal (le Canard ?) a affirmé qu'il avait un appartement de fonction, ce que cela n'en est pas un. Après on peut jouer sur le mot....

3/ Non là tu te fais des films, il est coordinateur donc forcément il parle au chef de l'état, est forcément proche de lui et communique avec les services de sécurité. Cela a été dit par tous. Son job n'a jamais été la sécurité du Président. Il n'y a rien qui le démontre.

4/ En privé, j'ai entendu une autre source disant que non donc qui croire. Le fait est que Benalla n'a été autorisé à s'armer que dans le cas d'un déplacement privé. Si la demande a été validé alors qu'elle avait été refusé deux fois auparavant c'est qu'il y a une raison..

5/ Sembler n'est pas une preuve. De toute façon le véhicule ne lui appartient pas. C'est un véhicule de l’Élysée qui potentiellement est utilisable par tous. Après qu'il prenne le même véhicule, je pense que tout le monde ferait pareil pour des questions de commodités...

6/ sur ? Sa participation ?

7/ Ont-ils des preuves ? J'ai d'autres journalistes (Bruno Jeudy entre autres) qui pensaient exactement le contraire. L’Élysée a dementi cela. Tu veux quoi de plus ? Un aveu signé de la main du président ? Il n'y a aucune raison que ce genre de service soit confié à quelqu'un qui n'est pas du métier. Il faut arrêter le fantasme. Qu'il y ait eu des jalousies, des rumeurs, des on-dits sur Benalla, c'est plus que possible qu'au passage, un de ces jaloux ait attendu un connerie pour savater, c'est tout à fait possible. On est juste sur une reprise de la responsabilité de la sécurité par l’Élysée à la place du ministère de l'intérieur pour le GSPR (vu que le reste dépendait déjà de l’Élysée)
1/ Strozda n'a pas voulu donner le salaire face à l'Assemblée, Kohler n'a pas voulu le donner au Sénat (il a juste dit qu'il était comme les autres chargés de mission). Etrangement l'AFP a reçu une info élyséenne indiquant la rémunération de Benalla, il y a un manque de cohérence flagrant. Et les 6000€ c'est du net, donc en brut (comme l'indiquait le Monde ou le Canard) ça devrait tourner dans les 8500-9000.

2/ Si ce n'est pas un appartement de fonction c'est quoi ? Surtout que c'est Strozda lui-même qui dit que s'en est un au Sénat. Par contre bizarrement c'est le seul chargé de mission de l'Élysée qui a le droit à ce privilège.

3/ Il suffit de regarder les sujets Benalla sur les chaines d'info qui sont illustrés (en background) par Benalla en vidéo jouant les gardes du corps autour de Macron. D'ailleurs on peut remarqué qu'il y a un gros problème d'identification de son rôle puisque même les commentateurs politiques, les éditorialistes, les sénateurs, les journalistes/animateurs parlent de Benalla comme étant un garde du corps, simplement parce qu'il est reconnaissable quasi exclusivement dans ce rôle dans ses sorties publiques auparavant.

4/ C'est étrange, tu me dis que je devrais prendre comme parole d'évangile les dépositions des personnes sous serment et quand le responsable du GSPR indique qu'il s'occupe de la protection public et privée du Président, il ne faudrait pas le croire ? Dans ce cas il a menti alors qu'il était sous serment ? Perso c'est l'un des trucs qu'il a dit que j'ai tendance à croire parce que ce serait surréaliste que le Président n'ai pas une protection 24/7 (provenant de l'État) quelque soit le type de déplacement.

5/ C'est surtout qu'il semble que ce soit le seul qui ai ce type de véhicule pour un usage privé. (sinon ils n'auraient pas manqué de dire que c'est le véhicule conventionnel pour ce type de responsabilité/rôle)

6/ D'une refonte du dispositif de la protection du Président. Etant donné le contexte et certaines infos, c'est assez suspicieux.

7/ Bruno Jeudy ce n'est pas vraiment un journaliste d'investigation, il fait plutôt du commentaire politique, a quelques sources, mais n'est pas trop du genre à creuser. Paris Match n'est pas trop connu pour sortir de grosses affaires ou même de creuser dedans (c'est plus le boulot de Mediapart/Le Monde/L'Express/Le Point (plus rarement)/Libération/Le Canard). Et la parole de l'Élysée n'a pas vraiment de poids en ce moment, après avoir menti non-stop pendant une semaine, c'est compliqué de leur accorder du crédit.

Citation :
Publié par Gratiano
Comme je l'écris à @Anthodev au dessus, je ne suis pas persuadé qu'il ait pris la mesure de la gravité du truc. Après tu peux avoir tous les commentaires que tu veux, tu ne cherches pas une explication, tu veux un bouc émissaire.
Il n'a pas pris la mesure de la gravité au moment des fait, soit. Pourquoi il a attendu 4 jours après les révélations pour le virer et en plus sur des faits annexes à ceux qui sont reprochés ? Surtout que Le Monde les a prévenu quelques minutes/heures avant la publication de l'article, ils pouvaient annoncer son licenciement dès la publication de l'histoire.

Citation :
Publié par Gratiano
Là dessus nos avis divergent mais je préfère clairement un président de la république qui gueule un coup sur ses députés (même si le rôle devrait être plus tenu par le premier ministre mais là on crierait au mélange des genres, c'est plus difficile avec le président) et que de faire face à quelques frondeurs qui sabotent l'action du gouvernement @hamon contre Valls/Hollande.
Ce n'est pas au Président de gueuler sur les députés, ni même au Premier Ministre, c'est au chef du groupe parlementaire de le faire. Et d'ailleurs l'émergence de frondeurs est normal quand la ligne du parti commence à très sérieusement prendre un chemin contraire à ce qu'il est censé être.

Hamon (et d'autres) avaient raison de fronder puisque Hollande sortait de la ligne idéologique du parti. Au lieu d'être socialiste ils ont pas mal viré centre-droit en poussant le libéralisme ainsi que la peur des musulmans et des migrants (surtout Valls pour ces derniers).

Macron est également en train de fortement dévier de la ligne du parti. D'un parti promouvant plus de transparence, de démocratie, d'exemplarité, de nouvelles méthodes, promouvant le travail tout en protégeant les personnes faibles, il tombe dans les gros travers d'une politique de droite (même pas centre-droit, mais de droite). Ce n'est pas étonnant que l'aile gauche commence à se sentir trahie, Macron ne fais pas grand chose pour eux.

Citation :
Publié par Gratiano
Après pour Benalla, on peut apprendre qu'il a fait cela toute la journée que cela ne change pas les données du problème si le lendemain, aucune de ses vidéos n'était connue...
Ça change quand même pas mal de choses, ce n'est plus un gars qui a eu un coup de chaud et qui a eu potentiellement envie d'aider les flics, ça montre qu'il a fait le tour de la manif à la recherche de mecs à coffrer. Et comme je l'ai dis, même si les vidéos n'étaient pas connu, il est très probable que l'Élysée était au courant (parce que les mecs n'ont pas été coffré par magie, il y a du y avoir des rapports sur les circonstances des interpellations).
Citation :
Publié par Anthodev
1/ Strozda n'a pas voulu donner le salaire face à l'Assemblée, Kohler n'a pas voulu le donner au Sénat (il a juste dit qu'il était comme les autres chargés de mission). Etrangement l'AFP a reçu une info élyséenne indiquant la rémunération de Benalla, il y a un manque de cohérence flagrant. Et les 6000€ c'est du net, donc en brut (comme l'indiquait le Monde ou le Canard) ça devrait tourner dans les 8500-9000.

2/ Si ce n'est pas un appartement de fonction c'est quoi ? Surtout que c'est Strozda lui-même qui dit que s'en est un au Sénat. Par contre bizarrement c'est le seul chargé de mission de l'Élysée qui a le droit à ce privilège.

3/ Il suffit de regarder les sujets Benalla sur les chaines d'info qui sont illustrés (en background) par Benalla en vidéo jouant les gardes du corps autour de Macron. D'ailleurs on peut remarqué qu'il y a un gros problème d'identification de son rôle puisque même les commentateurs politiques, les éditorialistes, les sénateurs, les journalistes/animateurs parlent de Benalla comme étant un garde du corps, simplement parce qu'il est reconnaissable quasi exclusivement dans ce rôle dans ses sorties publiques auparavant.

4/ C'est étrange, tu me dis que je devrais prendre comme parole d'évangile les dépositions des personnes sous serment et quand le responsable du GSPR indique qu'il s'occupe de la protection public et privée du Président, il ne faudrait pas le croire ? Dans ce cas il a menti alors qu'il était sous serment ? Perso c'est l'un des trucs qu'il a dit que j'ai tendance à croire parce que ce serait surréaliste que le Président n'ai pas une protection 24/7 (provenant de l'État) quelque soit le type de déplacement.

5/ C'est surtout qu'il semble que ce soit le seul qui ai ce type de véhicule pour un usage privé. (sinon ils n'auraient pas manqué de dire que c'est le véhicule conventionnel pour ce type de responsabilité/rôle)

6/ D'une refonte du dispositif de la protection du Président. Etant donné le contexte et certaines infos, c'est assez suspicieux.

7/ Bruno Jeudy ce n'est pas vraiment un journaliste d'investigation, il fait plutôt du commentaire politique, a quelques sources, mais n'est pas trop du genre à creuser. Paris Match n'est pas trop connu pour sortir de grosses affaires ou même de creuser dedans (c'est plus le boulot de Mediapart/Le Monde/L'Express/Le Point (plus rarement)/Libération/Le Canard). Et la parole de l'Élysée n'a pas vraiment de poids en ce moment, après avoir menti non-stop pendant une semaine, c'est compliqué de leur accorder du crédit.


Il n'a pas pris la mesure de la gravité au moment des fait, soit. Pourquoi il a attendu 4 jours après les révélations pour le virer et en plus sur des faits annexes à ceux qui sont reprochés ? Surtout que Le Monde les a prévenu quelques minutes/heures avant la publication de l'article, ils pouvaient annoncer son licenciement dès la publication de l'histoire.



Ce n'est pas au Président de gueuler sur les députés, ni même au Premier Ministre, c'est au chef du groupe parlementaire de le faire. Et d'ailleurs l'émergence de frondeurs est normal quand la ligne du parti commence à très sérieusement prendre un chemin contraire à ce qu'il est censé être.

Hamon (et d'autres) avaient raison de fronder puisque Hollande sortait de la ligne idéologique du parti. Au lieu d'être socialiste ils ont pas mal viré centre-droit en poussant le libéralisme ainsi que la peur des musulmans et des migrants (surtout Valls pour ces derniers).

Macron est également en train de fortement dévier de la ligne du parti. D'un parti promouvant plus de transparence, de démocratie, d'exemplarité, de nouvelles méthodes, promouvant le travail tout en protégeant les personnes faibles, il tombe dans les gros travers d'une politique de droite (même pas centre-droit, mais de droite). Ce n'est pas étonnant que l'aile gauche commence à se sentir trahie, Macron ne fais pas grand chose pour eux.


Ça change quand même pas mal de choses, ce n'est plus un gars qui a eu un coup de chaud et qui a eu potentiellement envie d'aider les flics, ça montre qu'il a fait le tour de la manif à la recherche de mecs à coffrer. Et comme je l'ai dis, même si les vidéos n'étaient pas connu, il est très probable que l'Élysée était au courant (parce que les mecs n'ont pas été coffré par magie, il y a du y avoir des rapports sur les circonstances des interpellations).
1/ Soit mais cela ne change rien à ma question, où est le problème si c'est dans la norme de ce qui se fait à l'Elysée ?

2/ @Aedean avait très bien expliqué ce que c'était, là-dessus Strzoda n'a jamais parlé d'appartement de fonction. Seule le presse l’interprète ainsi.

3/ Etant chargé des déplacement, et bien oui il est présent. Cela ne fait pas de lui un garde du corps. Ce qui est drôle sur ce point, c'est que cela n'a jamais été confirmé mais on continue de plus belle.

4/ Je dis qu'il faut qu'ils accordent leur violon car dans ce cas, comment justifier le port d'arme de Benalla si il n'y a pas changement ?

5/ Non dit et répété par Strzoda et d'autres, ce sont des véhicules classiques de l’Élysée...

6/ Suspicieux de quoi ? Chaque président décidait de la manière dont sa protection fonctionnait en étant par moment incohérent. La présidence a décidé de prendre la direction de sa protection totale (note : elle est bicéphale actuellement, GSPR dirigé par l'intérieur, les militaires sous commandement élyséen). Il est où le problème ?

7/ Donc c'est tout l'argument que tu m'opposes depuis le début. Ils mentent parce qu'ils n'ont pas précis donc ils mentent. Mouais, on va pas bien loin avec ce genre de logique....
Je te rappelle juste qu'ils sont passés devant une commission politique donc là on est dans la politique, pas dans la vérité absolue. Et les "je ne me souviens pas" sont légions.
Qu'ils n'aient pas tout dit est plus que probable mais cela ne démontre pas le mensonge.


Alors non l'émergence de frondeurs n'est pas normal enfin dans le sens où c'est une fronde ouverte. Dans un groupe, surtout comme celui-ci, tu as des sensibilités différentes. Le boulot du chef de groupe est aussi de ménager la chèvre et le chou mais à partir du moment où il y a critique directe de la politique menée (style ce qui s'est passé avec Hollande), je pense que le plus sain est de décider qui reste et qui part. Si il y a un trop grand fossé, ce sera forcément le cirque, les coups de gueule du Président (même si je te rejoins là dessus, ce n'est pas son rôle) se comprennent dans ce sens.

Pour Benalla, qu'il y ait un ou quinze incidents, cela ne change rien à la cinématique des évènements à partir du moment où un seul fait lui est reproché au départ, la suite conduit à son licenciement de toute façon. Donc non cela ne change rien...
Citation :
Publié par Gratiano
Le sénateur que tu cites a parfaitement raison. Et je ne nie pas que chacun se soit rejeté la patate chaude. C'est indéniable. Maintenant, s'ils avaient relevé l'article 40, après instruction, il saurait que Benalla a été invité et a reçu son matériel de la police (y compris le brassard) du coup, ne reste que le coup et blessure. Il ne peut y avoir usurpation. Que les flics aient fait une connerie en lui remettant ce brassard est autre chose encore. Qu'il ait eu des dysfonctionnements, que l’Élysée ait voulu planquer cela sous le tapis, c'est évident mais on est pas dans le complot, on est pas dans une affaire d'état et jamais cela n'aurait atteindre tel hauteur.
Tu as une source fiable qui indique que c'est la police qui a fourni les équipements à Benalla ? J'essaye de suivre l'histoire et les auditions mais je n'ai pas vu passer cette info de manière fiable, donc si tu as cette info, ça m'intéresse
Pour le moment ça semble plutôt flou sur qui lui a donné quoi en dehors du casque réglementaire.

Citation :
Publié par Aedean
Par contre pour moi l’affaire d’état existe. Ce n’est pas l’action de Benalla en soi, mais la manière dont ça a été géré depuis le début jusqu’à aujourd’hui : pas d’utilisation de l’article 40, l’Elysée qui récupère des images de la vidéo surveillance qu’on retrouve sur des comptes pro-LREM, sanction minimale, mensonge sur la retenue financière, approximation volontaire sur l’appartement (on leur demande si Benalla a bien eu appartement, ils répondent qu’il ne l’a occupé. Sauf qu’il dit lui même avoir eu les clés le 9 juillet et qu’il a changé son adresse au niveau administratif), aucune déclaration sur la seconde interpellation, Macron s’il fait applaudir Benalla, Macron qui menace les parlementaires qui ne feraient pas bloc, Castaner qui parle de bagagiste, etc...
Pour Castaner et le "bagagiste", il s'est expliqué au Sénat ce matin. Il a indiqué que Benalla avait pour rôle de s'occuper de la logistique et des bagages. Il trouve regrettable qu'il doivent s'occuper des bagages mais c'était la définition de son poste. La presse a zappée la partie "logistique" pour garder uniquement la partie "bagage". Ce n'est pas très fair-play je trouve de retirer une partie du propos énoncé.
https://www.huffingtonpost.fr/2018/0...us_a_23492821/
S'il était chargé de la logistique, qu'est-ce qu'il foutait au milieu de garde du corps de Macron, avec les insignes et le matos qui va bien ? Parce que sur les photo il fait un taff de garde du corps pas de la logistique. C'est beau d'essayer de prendre les représentant du peuple pour des jambons. Mais comme il ne risque rien ...
Benalla aurait utilisé à deux reprises son badge d’accès à l’AN pendant sa suspension.
Citation :
L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron est en effet entré dans l'enceinte du Palais Bourbon le 16 mai à 14 heures, ainsi que le lendemain, le 17 mai à 16 heures. Après s'y être rendu à plusieurs reprises, mais de facon irrégulière, au mois de mars.

Des faits qui viennent contredire les propos tenus par l'avocat d'Alexandre Benalla, Maître Laurent-Franck Lienard, qui assurait sur Franceinfo mardi 24 juillet que son client «était en Bretagne, il a l'ensemble de ses tickets de carte bleue qui le démontrent, entre le 4 et le 19 mai.» Invité du 20 heures de TF1, l'ancien collaborateur de l'Élysée contredisait trois jours plus tard son avocat assurant être «parti en Bretagne jusqu'au 15 mai» et être revenu à Paris entre le «15 et 22» mai.
A voir si c’était pour accéder à la salle de sport...

Citation :
Publié par Obierwan MILKS
Pour Castaner et le "bagagiste", il s'est expliqué au Sénat ce matin. Il a indiqué que Benalla avait pour rôle de s'occuper de la logistique et des bagages. Il trouve regrettable qu'il doivent s'occuper des bagages mais c'était la définition de son poste. La presse a zappée la partie "logistique" pour garder uniquement la partie "bagage". Ce n'est pas très fair-play je trouve de retirer une partie du propos énoncé.
https://www.huffingtonpost.fr/2018/0...us_a_23492821/
Sauf qu’il ne s’occupait pas des bagages. Strzoda explique que le rôle de Benalla était de s’assurer que les bleus arrivent à l’heure à l’Elysée. Pas vraiment de la logistique ni des bagages. Il était juste là pour être le contact de l’Elysée et s’assurer que la contrainte horaire était suivie. Une mission de contact permanent, ce n’est ni gérer la logistique ni s’occuper des bagages.

Dernière modification par Aedean ; 31/07/2018 à 17h50.
Il va ptet dire qu'il voulait tuer le temps en allant à la salle de sport.
N'empêche, c'est du facepalm en boucle ce type, entre ça et la voiture à la fourrière, il a vraiment pas l'air d'être très futé, je capte pas qu'un mec comme ça ait pu monter comme ça, quand tu regardes les proches conseillers de Macron, ils ont quand même d'être plutôt malins, eux.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Obierwan MILKS
Tu as une source fiable qui indique que c'est la police qui a fourni les équipements à Benalla ? J'essaye de suivre l'histoire et les auditions mais je n'ai pas vu passer cette info de manière fiable, donc si tu as cette info, ça m'intéresse
Pour le moment ça semble plutôt flou sur qui lui a donné quoi en dehors du casque réglementaire.
Oui : c'est avec les modalités de son permis de port d'arme un point qui reste flou. Néanmoins je crois que les responsabilités sont à rechercher du côté de la préfecture de police. C'est à un de ses membres que Benalla a demandé de pouvoir participer à cette manifestation en tant qu'observateur. Il me semble que cela a été établi par l'enquête de l'IGPN.

De toute façon c'est une histoire de fous. J'ai entendu cet après-midi le début des débats à l'Assemblée et les accusations de Jacob et de Chassaigne étaient démesurées. Mais, bon, c'est le jeu politique qui veut ça.

En tout cas les partis de l'opposition se refont une santé à bon compte. Je me demande ce qu'il va sortir de tout cela et si Macron et son gouvernement parviendront à sortir de cette affaire par le haut.

Jacob et Chassaigne ont été clairs : cette affaire rendrait selon eux la réforme constitutionnelle inopportune. Comme quoi on ne perd jamais de vue ses propres intérêts politiques.

@ Keyen

Si il l'a utilisé pour aller à la salle de sport, cela équivaudrait au scandale du Watergate.
J'aimerais bien que les sénateurs se penchent sur cet usage du badge. En quelle qualité l'a t-il obtenu, sachant qu'il lui permet d'entrer dans l'hémicycle ? Pour quel usage, surtout ?
Petite remarque: Benalla devrait, pour son bien, arrêter de dire ce qu'il veut et accorder un minimum ses violons avec son avocat et l'Elysée. Ce n'est pas la première fois qu'il contredit les personnes qui tentent de le défendre. Ceci dit, perso, je suis pour qu'il continue
Message supprimé par son auteur.
Ouais .. on vous prend pour des cons, on vous ment et vous êtes les victimes d'un président aux manières mafieuses soutenu par des élus lobotomisés à sa botte.

A part ça je ne vois pas qui se serait intéressé à ce que faisait Benalla de son badge au mois de mai.
Macron à fait une grosse erreur stratégique en se déclarant responsable de toute l'affaire.

Au début c'était sans doute une bonne idée pour tenter d'éteindre l'incendie mais plus on en apprend sur l'affaire et la défense sur réaliste de L’Élysée plus c'est son image de président qui en plein le cul.

Quand cette affaire sera fini il restera pas grand chose de du mythe de Jupiter.
Citation :
Publié par blackbird
Les services dédiés à la sécurité de la présidence dépendent de l'Elysée.
La sécurité du président n'est pas que l'affaire du président de la république.
L'administration dépend du gouvernement et non du président de la république.


Les 5 premières minutes du discours de Philipe Bas lors de l'audition de Kohler.
Citation :
Publié par blaes
@Anthodev & @Gratiano : pour le 3), vous oubliez tous les deux la demande de permis de port d'arme il me semble, qui indique clairement qu'il s'occupe de la sécurité.
Mais puisqu'on te dit qu'il s'occupe des voyages et des bagages. T'es pas du metier, ca se voit, de nos jours ca demande une arme ce genre de poste.

(et un gars qui voyage avec arme et bagage, ca fait un peu trafiquant /troll)
Citation :
Publié par -Interfector-
Mais puisqu'on te dit qu'il s'occupe des voyages et des bagages. T'es pas du metier, ca se voit, de nos jours ca demande une arme ce genre de poste.

(et un gars qui voyage avec arme et bagage, ca fait un peu trafiquant /troll)
Un bagagiste qui a deux armes de poing et un fusil à pompe. Mais à part ça il était dans la logistique. Il n'était absolument pas impliqué dans la protection du président
Petit cadeau
Ouais .. Benalla assurait la protection rapprochée de Macron avec un fusil à pompe.

Je précise ma position dans cette affaire.

D'abord, comme la majeure partie de mes concitoyens, j'ai entièrement confiance dans nos institutions. Et dans mon esprit celles de la Vème République sont également dignes de confiance. Du coup je crois ce que disent les gens qui déposent sous serment devant des commissions d'enquête parlementaires, je crois à l'indépendance de la justice et à l'état de droit.

Le problème avec cette affaire, si j'en crois ce que je peux lire et entendre ici et là, est qu'elle met en évidence une défiance qui m'est étrangère. Quand j'entends Chassaigne et Jacob parler cet après-midi devant l'Assemblée de destitution, je me demande à quoi on joue.

Alors de deux choses l'une : soit Macron s'est montré indigne de sa fonction et cela peut être clairement établi, auquel cas il faudra vous en débarrasser, le destituer, soit toute cette affaire est instrumentalisée à l'extrême et fait partie d'un jeu politique trivial.

Mais dans le premier cas, avec la culture politique qui est la vôtre, n'allez pas imaginer que les choses se passeraient dans l'allégresse. Cela serait une crise institutionnelle sans précédent et cela ouvrirait une période d'instabilité comme rarement on en a vue. Du coup je ne peux pas imaginer qu'on puisse le souhaiter ou même se réjouir à cette idée.
Citation :
Publié par Gratiano
1/ Soit mais cela ne change rien à ma question, où est le problème si c'est dans la norme de ce qui se fait à l'Elysée ?

2/ @Aedean avait très bien expliqué ce que c'était, là-dessus Strzoda n'a jamais parlé d'appartement de fonction. Seule le presse l’interprète ainsi.

3/ Etant chargé des déplacement, et bien oui il est présent. Cela ne fait pas de lui un garde du corps. Ce qui est drôle sur ce point, c'est que cela n'a jamais été confirmé mais on continue de plus belle.

4/ Je dis qu'il faut qu'ils accordent leur violon car dans ce cas, comment justifier le port d'arme de Benalla si il n'y a pas changement ?

5/ Non dit et répété par Strzoda et d'autres, ce sont des véhicules classiques de l’Élysée...

6/ Suspicieux de quoi ? Chaque président décidait de la manière dont sa protection fonctionnait en étant par moment incohérent. La présidence a décidé de prendre la direction de sa protection totale (note : elle est bicéphale actuellement, GSPR dirigé par l'intérieur, les militaires sous commandement élyséen). Il est où le problème ?

7/ Donc c'est tout l'argument que tu m'opposes depuis le début. Ils mentent parce qu'ils n'ont pas précis donc ils mentent. Mouais, on va pas bien loin avec ce genre de logique....
1/ C'est le problème, ils ne veulent pas répondre à la question, ce qui indique probablement que son salaire n'est pas en ligne avec les autres collaborateurs au même poste.
2/ C'est quand même bizarre de faire "cadeau" d'un appartement dans un batiment étatique, et d'être le seul en plus à pouvoir y avoir droit (parmi ses collègues au même rang).
3/ Le permis de port d'arme, les armes qu'il possède, le fait de s'habiller comme les membres du GSPR, c'est pour faire beau c'est ça ?
4/ Il ne faut pas qu'ils accordent leur violon, ils doivent dire la vérité
5/ Pour une voiture classique de l'Élysée, ça semble étonner pas mal de monde bizarrement (y compris les cadres de la Police et de la Préfecture)
6/ Le problème est qu'à priori il voulait filer la protection à un groupe privé, alors que c'est à la Nation de protéger le Président, pas des sociétés privées.
7/ Ils mentent parce qu'ils n'ont pas été précis, qu'ils ont omis des choses et également qu'ils ont mentis tout court.

Citation :
Publié par Gratiano
Qu'ils n'aient pas tout dit est plus que probable mais cela ne démontre pas le mensonge.
C'est du mensonge par omission.

Citation :
Publié par Gratiano
Alors non l'émergence de frondeurs n'est pas normal enfin dans le sens où c'est une fronde ouverte. Dans un groupe, surtout comme celui-ci, tu as des sensibilités différentes. Le boulot du chef de groupe est aussi de ménager la chèvre et le chou mais à partir du moment où il y a critique directe de la politique menée
Il faut aussi qu'il soit en raccord avec ce qu'attends les députés et les militants, du coup je trouve au contraire que c'est bien de taper du poing publiquement si les cadres du parti sont en train de sérieusement dériver et ne veulent pas écouter ce que disent les autres.

Citation :
Publié par Gratiano
Pour Benalla, qu'il y ait un ou quinze incidents, cela ne change rien à la cinématique des évènements à partir du moment où un seul fait lui est reproché au départ, la suite conduit à son licenciement de toute façon. Donc non cela ne change rien...
C'est important parce que cela peut indiquer une opération de couverture de l'Élysée encore plus grande qu'initialement (et donc de fautes potentiellement pénales) supplémentaires, ce qui serait encore plus grave.

Citation :
Publié par blackbird
Les services dédiés à la sécurité de la présidence dépendent de l'Elysée.
Non, ils dépendent du Ministère de l'Intérieur depuis 2008.
Citation :
Publié par blackbird
Du coup je crois ce que disent les gens qui déposent sous serment devant des commissions d'enquête parlementaires
[...]
elle met en évidence une défiance qui m'est étrangère
Ya quoi de difficile a comprendre dans cette defiance quand un mec dit blanc, l'autre noir et que parfois un meme gars est capable de dire blanc un jour et noir le lendemain "parce qu'il a mal compris". Partant de la, tous sont susceptible de "mal comprendre".
Et comment tu veux repondre sereinement et honnetement quand le president fustige les "tireurs couchés" ie, si tu suis pas la ligne de defense de la presidence, t'es out.
Comment on peut croire que les gars ne sont pas sur la sellette s'ils ne s'arrangent pas des fois avec la verité (mensonge par omission ou le "je sais pas" ou autre).
Citation :
Publié par blackbird
Le problème avec cette affaire, si j'en crois ce que je peux lire et entendre ici et là, est qu'elle met en évidence une défiance qui m'est étrangère. Quand j'entends Chassaigne et Jacob parler cet après-midi devant l'Assemblée de destitution, je me demande à quoi on joue.

Alors de deux choses l'une : soit Macron s'est montré indigne de sa fonction et cela peut être clairement établi, auquel cas il faudra vous en débarrasser, le destituer, soit toute cette affaire est instrumentalisée à l'extrême et fait partie d'un jeu politique trivial.

Mais dans le premier cas, avec la culture politique qui est la vôtre, n'allez pas imaginer que les choses se passeraient dans l'allégresse. Cela serait une crise institutionnelle sans précédent et cela ouvrirait une période d'instabilité comme rarement on en a vue. Du coup je ne peux pas imaginer qu'on puisse le souhaiter ou même se réjouir à cette idée.
C'est la deuxième réponse.

Sous la Vème République, la motion de censure ne permet pas de virer le gouvernement (pas le Président qui est protégé par la Constitution. Le coup du "Qu'ils viennent me chercher", il le balance en sachant bien qu'il est intouchable pendant son mandat. Macron est le bouclier parfait pour Benalla du fait de son immunité.).

La motion de censure est un moment qui permet aux différents groupes de l'opposition d'avoir un temps de parole plus long qu'à la moyenne et une visibilité publique plus importante (surtout pour ceux qui sont sans groupe).

Alors certes à l'origine la motion de censure permettait de virer un gouvernement comme ce fut le cas par le passé dans les différentes versions de la République, mais avec le mode de scrutin de la Vème et le mode de fonctionnement de nos institutions, il est impossible (à part un revirement inédit et improbable de la majorité) qu'une motion de censure soit approuvée par la majorité en place. Surtout que ne votent que ceux qui sont pour, donc si un député de la majorité la votait, ça se verrait de suite.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés