L'Agora

[POGNAX] [Police] Problématiques contemporaines

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Kerjou
Comme si tu attendais ça pour généraliser sur la Police
Citation :
Publié par Racen
A part que ce n'est pas ce que dit Fio' mais bon c'est pas grave on a l'habitude désormais...
De toute façon l'amalgame ça fait belle lurette que tu l'as fait.
C'est pratique ce genre de scud, ça dispense de tout le reste et ça demande assez peu d'énergie. Au passage si j'apprécie effectivement peu la police en tant qu'institution et les idées et discours qui visent à la défendre aveuglément, je n'ai aucun a priori contre un policier que je croise (c'est facilité par le fait que je n'ai jamais eu de mauvaise expérience qui dépassaient la vitesse de frappe pour des mains courantes). C'est de cet amalgame, dans lequel tu te vautres, dont tu parlais ? Ou de celui qui consiste à confondre la critique de quelque chose et la haine de cette même chose ?
Citation :
Publié par Laadna
C'est pratique ce genre de scud, ça dispense de tout le reste et ça demande assez peu d'énergie. Au passage si j'apprécie effectivement peu la police en tant qu'institution et les idées et discours qui visent à la défendre aveuglément, je n'ai aucun a priori contre un policier que je croise (c'est facilité par le fait que je n'ai jamais eu de mauvaise expérience qui dépassaient la vitesse de frappe pour des mains courantes). C'est de cet amalgame, dans lequel tu te vautres, dont tu parlais ? Ou de celui qui consiste à confondre la critique de quelque chose et la haine de cette même chose ?
C'est de la critique ou de la haine ce message ?
La question mérite d'être posée.
Tu peux "nous" cataloguer si ça t'amuse mais là tu pourras difficilement dire que tu ne fais pas non plus cliché.
Si tu exposes tes opinions tranchées, assume au moins qu'on te le fasse remarquer. A part toi, tu ne trompes pas grand monde sur ce point.
On peut passer à autre chose ?
Citation :
Publié par Laadna
Appliquons cette "logique" à ton propre propos : qu'est-ce que tu en sais, qu'il ne s'agit que d'une "petite partie". Tu as des statistiques ? Des preuves non partisanes ?

La différence entre ta version et celle du journaliste, c'est que lui ne s'est pas contenté de donner son avis en une ligne.
Bah écoutes, partout ou j'ai eu l'occasion de croiser des flics, de discuter avec eux, de bosser avec eux, j'ai jamais eu l'occasion de voir des mecs qui se sont engagés dans le but de taper de l'immigrés ou de l'écolo, comme tu le sous entend très souvent à chaque fois que tu parles des flics.

Et si un jour t'arrives à passer la porte d'un commissariat sans vomir ou faire un malaise, tu verra par toi même que la majorité des flics font ce métier par passion et rien d'autre.

Parce que, c'est mignon ce que tu dis, mais comment tu veux que je t'apportes des preuves ou des statistiques sur une situation "normale"?
Jusqu'à preuve du contraire, personne vient porter plainte pour "bon traitement de la police", alors ouai, c'est plus compliqué à montrer autre qu'un retour d'expérience.


Citation :
Comme si le racisme était aussi simpliste que blanc -> noir ou inversement. Pour rappel, le mécanisme derrière le racisme c'est la xénophobie, littéralement la peur de ce qui est différent. La couleur de peau dans le contingent de suspectés de racisme pour couper court à toute accusation c'est du même niveau que "j'ai un ami noir".

Du reste faire de la situation dénoncée une expression du racisme montre bien que t'as pas vraiment compris le problème. Le vrai soucis n'est pas qu'il existe des racistes bas du front, mais qu'ils portent un uniforme et que leur parole, de droit comme de fait, ait plus de poids que celle d'un ado en survêtement de sport. Autrement dit, c'est l'abus de pouvoir et la protection de l'institution le problème.
Ma réponse était pour Orime (et Doudou d'ailleurs), dans le sens ou ces "agissements" en tout cas pour la partie racisme était de moins en moins fondés. La police est de plus en plus multiculturelle.

Mais à t'écouter, la parole de la police devrait avoir le même poids que celle d'un citoyen lambda.
"Bonjour monsieur, vous venez de griller le feu rouge !"
"Non"
"Ah vous me dites que vous l'avez pas fait. Bon, bah bonne journée alors !"

Ca, c'est dans ton monde ou tout le monde est beau, gentil, respectueux, qu'on a pas besoin des méchants policiers etc.
Oui, certains en abusent.
Comme certains abusent des impots des français pour se payer des privilèges, comme certains abusent des manif écolos pour agresser les forces de l'ordre, comme certains responsable d'association ou d'ONG abusent de la gentillesse des gens pour détourner les fonds etc.

Et comme pour chaque exemple, sans preuves, malheureusement c'est compliqué.
Des flics suspendus, subissant une sanction t'en as régulièrement, ça fait juste pas la une des journaux, sauf quand y'a eu un jugement au tribunal (et encore).
Pour un tutoiement, pour un usage du tonfa 3 cm trop haut par rapport à ce qui est indiqué dans le code, pour avoir repousser trop violemment une personne qui se mêlait d'une arrestation musclée, parce que les menottes étaient serrées trop fortement...
Et d'autres pour des merdes comme indiqués dans l'article.

Et encore une fois, à aucun moment je dis que ça existe pas.
Et, malgré ce que certains semblent croire ici, si les faits sont avérés, j'espère qu'ils seront jugés et évidemment radiés de la police.

Citation :
C'est typiquement le genre d'attitude de déni, d'euphémisme ou de justification alors que tu n'en sais pas plus que nous (ha si, tu sais à quelles missions sont affectés les flics mis en cause, la belle affaire) qui donne envie de généraliser ces comportements dégueulasses à l'ensemble des forces de police. Ne rien dire c'est être complice, n'est-ce pas ?
Oui d'accord, j'en sais pas plus que toi.
D'ailleurs, vu que tu sais mieux que moi, je vais te laisser répondre à tout ce qui touche à la police, comme ça tu pourra continuer à asséner qu'on est tous des méchants, qu'on frappe la population, qu'on est tous des mecs frustrés qui abusons de notre pouvoir, qu'on est au service de l'état totalitaire etc etc, comme tu le fait depuis des semaines.

Mais va donc travailler à l'IGPN, tu va kiffer toute ta vie ton boulot mon gars.
Tu verra donc si les mecs couvrent ou pas la police. lol.

J'espère sincèrement que tu appellera jamais le 17 de toute ta vie, vu l'estimes que t'as pour les flics.

Citation :
Ou de celui qui consiste à confondre la critique de quelque chose et la haine de cette même chose ?
T'as aucune mauvaise expérience avec les flics ? Donc en fait, tu te contente de lire ce qu'on dit ici et là, sans jamais voir le reste du taff ?

Ha ouai, faut vraiment que t'aille faire un stage dans une brigade pour comprendre réellement le taff en fait, ça t'expliquerais beaucoup de chose.
Fio' je pense que tu me lis avec déjà en tête que mon discours vise à "casser du flic", parce que je ne vois pas pourquoi et encore moins à quel moment j'ai pu insinuer que tabasser des non caucasiens était une motivation à porter l'uniforme. Je pense franchement qu'un jeune homme ou qu'une jeune femme qui choisit cette carrière le fait pour des aspirations moins viles, et ça ne me rassurerait pas qu'on me prouve le contraire.

L'institution est par contre malade et violente ça j'en suis convaincu, en premier lieu envers ses propres agents qui doivent bien trouver des moyens de la supporter. J'imagine que l'exercer contre des cibles faciles (habituées au harcèlement policier, habituée à ne pas être entendue de la justice, n'ayant pas confiance dans cette même justice, ne croyant pas en l'intégrité des principes républicains ou pour ce qui concerne des migrants, structurellement incapables de se défendre par des biais légaux) est un moyen de gérer cette violence, ce qui doit être facilité quand les propres représentations du monde de l'agent lui font voir cette "cible facile" comme une personne qu'il est légitime d'emmerder et que l'institution, l'expérience et la hiérarchie présentent comme une personne qui ne pourra pas répliquer (quoi que je me suis toujours demandé ce qu'il adviendrait si un jour un type excédé par les humiliations policières pète un câble et envoie un flic aux urgences : est-ce que le discours dominant sera celui de la violence exogène à laquelle fait face la police ou celle du raz-le-bol des citoyens humiliés ?).

Sur la question du poids de la parole, là encore tu surinterprètes mon propos. Je ne critiques pas le statut d'agent assermenté (pour la raison que tu évoques très simplement d'ailleurs), je remarque par contre que c'est un facteur aggravant dans la difficulté à démontrer une situation de violence policière, et que cette asymétrie dans la parole est problématique quand le policier n'est pas témoin mais impliqué dans l'accusation, et encore plus quand la victime n'a aucune maîtrise des codes culturels et des démarches pour faire respecter ses droits et son intégrité.

Que des personnes viennent systématiquement défendre les représentants de cette institution selon une tactique qui consiste invariablement à mettre en doute la véracité des témoignages à charge me semble grotesque. Surtout dans un cas tel que celui-ci, rapporté par un journaliste et soutenu par des avocats, des travailleurs sociaux et une étude commandée par une ONG anglo-saxonne : on est loin de la vidéo décontextualisée filmée par des révolutionnaires wanabee pas encore bacheliers qui hurlent à l'état fasciste dès qu'un crs lève sa tonfa. Je pense qu'il y a des moments ou la sagesse recommande des commentaires un peu plus mesurés pour être pris au sérieux, et par là, pour rendre l'institution qu'on prétend défendre plus crédible. C'était ça le sens de mon intervention : une demande de te (vous) comporter comme des citoyens (employé-s par cette institution) et non comme des avocats zélés de l'institution.
Citation :
T'as aucune mauvaise expérience avec les flics ? Donc en fait, tu te contente de lire ce qu'on dit ici et là, sans jamais voir le reste du taff ?
Je ne comprends pas cette phrase : si j'avais eu des mauvaises expériences avec la police (j'suis blanc, non violent et très patient, c'est plus difficile) j'aurais plus de mal à ne pas convoquer des a priori en cas d'interaction, c'est ça que je voulais dire. En quoi ça rend mon propos moins crédible ? Le "ici et là" qui me sert de base, ce sont des articles de presse et des comparaisons entre des blogs de militants et des communiqués de presse des préfectures. Ce serait mieux si c'était mon expérience personnelle ? J'avoue que j'ai un peu de mal à suivre le raisonnement.

Dernière modification par Laadna ; 18/12/2015 à 20h43.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Racen
A part que ce n'est pas ce que dit Fio' mais bon c'est pas grave on a l'habitude désormais...
De toute façon l'amalgame ça fait belle lurette que tu l'as fait.

-------------------------------



Ben pour les raisons déjà exposées dans ma citation et aussi pour le motif énoncé par Assurancetourix.
Niveau mise en place et mobilité, c'est également assez limité. Parfait pour de grandes places, complètement inadéquat pour les rues, ruelles et MO rural.
Pour la petite histoire, les canons à eau ont eu mauvaise réputation suite aux manifestations d'infirmières. La rumeur disait également à l'époque que la vision des infirmières trempées, ce qui faisait coller au corps les vêtements, je vous laisse imaginer la suite, avait choqué les mœurs de l'époque. Limite on s'en fout si elles sont blessées mais par contre cachez ces seins et ses culottes...
Et assistante sociale et franchement c'est la seule fois de ma vie ou j'ai eu vraiment eu envie de monter à une manif pour casser du flic (j'étais encore jeune à l'époque) parce que le canon à eau sur ma gueule dans des manifs violentes estudiantines pourquoi pas mais sur la gueule des assistantes sociales dont des gens proches, je l'ai très très mal vécu.
Ha bah quand tu parles comme ça, effectivement, je pars pas direct avec un apriori.


Citation :
Publié par Laadna
Fio' je pense que tu me lis avec déjà en tête que mon discours vise à "casser du flic", parce que je ne vois pas pourquoi et encore moins à quel moment j'ai pu insinuer que tabasser des non caucasiens était une motivation à porter l'uniforme. Je pense franchement qu'un jeune homme ou qu'une jeune femme qui choisit cette carrière le fait pour des aspirations moins viles, et ça ne me rassurerait pas qu'on me prouve le contraire.
C'est déjà une chose :')

Citation :
L'institution est par contre malade et violente ça j'en suis convaincu, en premier lieu envers ses propres agents qui doivent bien trouver des moyens de la supporter. J'imagine que l'exercer contre des cibles faciles (habituées au harcèlement policier, habituée à ne pas être entendue de la justice, n'ayant pas confiance dans cette même justice, ne croyant pas en l'intégrité des principes républicains ou pour ce qui concerne des migrants, structurellement incapables de se défendre par des biais légaux) est un moyen de gérer cette violence, ce qui doit être facilité quand les propres représentations du monde de l'agent lui font voir cette "cible facile" comme une personne qu'il est légitime d'emmerder et que l'institution, l'expérience et la hiérarchie présentent comme une personne qui ne pourra pas répliquer (quoi que je me suis toujours demandé ce qu'il adviendrait si un jour un type excédé par les humiliations policières pète un câble et envoie un flic aux urgences : est-ce que le discours dominant sera celui de la violence exogène à laquelle fait face la police ou celle du raz-le-bol des citoyens humiliés ?)
Je pense clairement que le fait de retrouver toujours les mêmes personnes face à eux, de voir que la Justice est tellement debordée, parfois tellement deconnectée, que ça fini par rendre moins précautionneux certaines personnes.
Ca se ressent quand tu lis les demandes de mutations des collegues affectés dans l'ile de France par exemple :

Déjà, ils sont bloqués durant des années avant de pouvoir retrouver leur région de naissance. Certains sont séparé de leur famille, voir enfants depuis des années, sans possibilité de mutation.
Malgré toute les promesses des politiques, y'a très peu de moyens, les locaux sont souvent vétuste, les véhicules j'en parle pas, les missions souvent merdiques et t'as plus l'impression de faire du boulot de flic, mais de la sécurité privée.

Des collègues ont été rappelés sur un jour de repos un dimanche, pour garder, alors qu'il y avait déjà vigipirate dessus, un dîner religieux dans un endroit religieux.
Je parle pas du nombre d'endroit gardés, ou tu te contente de rester devant une porte etc.

Y'a énormément de frustration, en tout cas moi c'est ce que je ressent du côté de mes collègues. Donc oui, quand un mec te parle mal, t'es censé gardé ton sang froid, vouvoyez la personne en lui disant "monsieur, vous commettez un outrage, attention".
Mais au final, tu sais que ça sert à rien, et ça part en couilles très facilement.

Mais l'argument principal je pense, c'est vraiment la justice qui suit pas, je pense.
Un collègue à chopper 2 roms en train de voler dans le TGV la dernière fois.
Tu sais très bien que c'est mecs là, ils vont faire un tour devant l'OPJ et ressortir aussi tôt, et recommencer le jour d'après.
Donc tu craques, parce que t'en as ras le bol de taffer pour rien.

Et pour ta dernière question : Les preuves, toujours les preuves. Il sera pas excusé pour son geste, ça sera ptet amoindrit, mais s'il peut pas prouver ce qu'il dit par rapport au harcèlement des forces de l'ordre...

Citation :
Sur la question du poids de la parole, là encore tu surinterprètes mon propos. Je ne critiques pas le statut d'agent assermenté (pour la raison que tu évoques très simplement d'ailleurs), je remarque par contre que c'est un facteur aggravant dans la difficulté à démontrer une situation de violence policière, et que cette asymétrie dans la parole est problématique quand le policier n'est pas témoin mais impliqué dans l'accusation, et encore plus quand la victime n'a aucune maîtrise des codes culturels et des démarches pour faire respecter ses droits et son intégrité.
Parce qu'il faut bien partir du postulat qu'un mec censé faire respecter et représenter la loi ne ment pas.

C'est compliqué de faire évoluer les textes pour les quelques brebis galeuse qui fausse le travail de tout les autres..
Certaines ONG ont déjà détourné de l'argent publique des subventions, pour autant, on peut pas se permettre de supprimer toute les subventions "au cas ou"..
Bah là c'est pareil malheureusement. On part du principe que le flic à raison, et c'est à l'autre de prouver qu'il à tort.

Bon, en revanche, un flic qui faute est censé prendre plus cher qu'un citoyen lambda. Et à double peine : sanctionné dans son travail, et par la justice si ça l'exige.
Alors qu'un mec qui fait un cambriolage ne sera pas forcément sanctionné par son travail (s'il ne fait pas de prison, of course)


Citation :
Que des personnes viennent systématiquement défendre les représentants de cette institution selon une tactique qui consiste invariablement à mettre en doute la véracité des témoignages à charge me semble grotesque. Surtout dans un cas tel que celui-ci, rapporté par un journaliste et soutenu par des avocats, des travailleurs sociaux et une étude commandée par une ONG anglo-saxonne : on est loin de la vidéo décontextualisée filmée par des révolutionnaires wanabee pas encore bacheliers qui hurlent à l'état fasciste dès qu'un crs lève sa tonfa. Je pense qu'il y a des moments ou la sagesse recommande des commentaires un peu plus mesurés pour être pris au sérieux, et par là, pour rendre l'institution qu'on prétend défendre plus crédible. C'était ça le sens de mon intervention : une demande de te (vous) comporter comme des citoyens (employé-s par cette institution) et non comme des avocats zélés de l'institution.
J'suis pas forcément à défendre, là oui, il y a clairement l'air d'avoir eu abus.
Simplement, le texte est à charge uniquement contre la Police et c'est souvent comme ça avec ce genre de chose.

Bon, là les accusations portée sont graves, mais d'une façon générale, on a l'impression que les mecs en face sont tous des anges, qui n'ont jamais rien fait, qui ont toujours été respectueux etc.
C'est ptet vrai btw, mais quand t'es sur le terrain, du moins dans les endroits un peu chaud, c'est rarement ce que tu vois.

M'enfin, l'enquête est en cours.
Si c'est vrai et qu'ils sont virés, tant mieux. Ca fera des places en plus pour des collègues qui ont vraiment envie d'aider la population.


Citation :
Publié par Colsk
Et assistante sociale et franchement c'est la seule fois de ma vie ou j'ai eu vraiment eu envie de monter à une manif pour casser du flic (j'étais encore jeune à l'époque) parce que le canon à eau sur ma gueule dans des manifs violentes estudiantines pourquoi pas mais sur la gueule des assistantes sociales dont des gens proches, je l'ai très très mal vécu.
A la base, le canon à eau est là pour repousser les manifestants sans avoir à envoyer les collègues matraquer devant.
D'ou je pense, l'utilisation du canon pour les infirmière ou les AS, à très grande majorité féminine.

Après dans la gueule, ça doit pas faire du bien.
D'ailleurs, en Turquie il me semble (ou Chine?) un mec était mort avec un jet de canon dans la figure. Mais il était très près lui.

Dernière modification par Fio' ; 18/12/2015 à 21h20.
Ce thread est assez surréaliste...

Entre le réflexe d'attaque de l'article, les procès d'intention, la paranoïa à propos des institutions que tout le monde attendrait au tournant, l'utilisation du registre émotionnel et les attaques ad-hominem, sans cibler un intervenant en particulier, on a le quinté gagnant des réactions épidermiques.

Ce serait bien de votre côté d'accepter que les discussions sur les problèmes de la police ne sont pas une remise en cause de VOTRE travail, et que quand bien même ça le serait, peut-être bien que cette remise en cause peut être faite de manière constructive. Accessoirement, lire ce genre de commentaires ne donne pas vraiment envie de rentrer dans le sujet pour comprendre vos problématiques ; c'est plus simple de s'arrêter au constat qu'il y a rien à tirer de tels interlocuteurs (et du coup je suis un peu désolé pour Pile qui passait par là... ).

Citation :
Publié par Fio'
Bah quand t'es en brigade, et que t'es toujours avec les même mecs, les autres peuvent difficilement savoir ce qu'il se passe au seins du véhicule ou de tes interventions.
Ca me choque un peu d'entendre que tu peux avoir une équipe de 4-5 personnes qui partent en roue libre sans que leur hiérarchie n'aie de vision sur ce qu'ils font. il y a quoi comme contrôles pour éviter ça ?
Pour parler précisément, pour éviter quoi ?
Et encore plus précisément pour éviter le procès d'intention à deux francs cinquante qui a entraîné une modération d'un message idiot sur un autre thread : je pose la question parce que la réponse est différente selon le cas d'espèce.

@ Finariel : Oui bien sûr. On fait même payer la grenade à la famille du défunt d'ailleurs. Oh wait...
Citation :
Publié par orime
Pour éviter qu'une équipe bosse en autonomie sans supervision.
Mais en fait je sais pas ce qui te choque.

Dans toute les entreprises, on file des missions aux gens. La hiérarchie va vérifier si le travail est bien fait à la fin, s'inquiétera ptet au milieu de savoir si tout va bien, et voilà.
T'as pas ton patron qui est derrière ton épaule H24 pour vérifier ce que tu fais.

Bah c'est pareil chez les flics. Un chef de poste te donne ta mission générale, y'a une salle qui te donne des instructions durant la journée, tu dois écrire des rapports ou des P. V pour expliquer comment s'est passé telle ou telle mission, mais à moins de mettre un mec de L'IGPN dans chaque véhicule je vois pas comment faire.

T'as un chef de bord dans les véhicules, souvent le plus gradé ou ancien, mais s'il décide de couvrir les mecs, bah..

Comme dans n'importe quelle boîte en fait.
Citation :
Publié par orime
Ce thread est assez surréaliste...

Entre le réflexe d'attaque de l'article, les procès d'intention, la paranoïa à propos des institutions que tout le monde attendrait au tournant, l'utilisation du registre émotionnel et les attaques ad-hominem, sans cibler un intervenant en particulier, on a le quinté gagnant des réactions épidermiques.

Ce serait bien de votre côté d'accepter que les discussions sur les problèmes de la police ne sont pas une remise en cause de VOTRE travail, et que quand bien même ça le serait, peut-être bien que cette remise en cause peut être faite de manière constructive. Accessoirement, lire ce genre de commentaires ne donne pas vraiment envie de rentrer dans le sujet pour comprendre vos problématiques ; c'est plus simple de s'arrêter au constat qu'il y a rien à tirer de tels interlocuteurs (et du coup je suis un peu désolé pour Pile qui passait par là... ).
Non mais si Finariel est dans les forces de l'ordre moi je suis un zadiste.
Citation :
Publié par orime
Ce thread est assez surréaliste...

Entre le réflexe d'attaque de l'article, les procès d'intention, la paranoïa à propos des institutions que tout le monde attendrait au tournant, l'utilisation du registre émotionnel et les attaques ad-hominem, sans cibler un intervenant en particulier, on a le quinté gagnant des réactions épidermiques.

Ce serait bien de votre côté d'accepter que les discussions sur les problèmes de la police ne sont pas une remise en cause de VOTRE travail, et que quand bien même ça le serait, peut-être bien que cette remise en cause peut être faite de manière constructive. Accessoirement, lire ce genre de commentaires ne donne pas vraiment envie de rentrer dans le sujet pour comprendre vos problématiques ; c'est plus simple de s'arrêter au constat qu'il y a rien à tirer de tels interlocuteurs (et du coup je suis un peu désolé pour Pile qui passait par là... ).


Ca me choque un peu d'entendre que tu peux avoir une équipe de 4-5 personnes qui partent en roue libre sans que leur hiérarchie n'aie de vision sur ce qu'ils font. il y a quoi comme contrôles pour éviter ça ?
C'est pas ça qui est surréaliste, mais plutôt toi qui vient te poser en parangon du débat mesuré et objectif, avec le respect de tes interlocuteurs.

On en parle des messages ironique dont l'Agora foisonne (à l’instar de celui de celui de Finiarel) ?
On en parle de la sélection des propos, grand classique ?

S'il te plait, un peu d’honnêteté. On est tous aussi subjectif.


En effet Nof je peux l'entendre. Il y a un devoir d'exemplarité corrélé au pouvoir dévolue à ces fonctionnaires. Je mets simplement en lumière que l'institution policière, de part son adn et ses missions est souvent plus attendu au tournant. Du fait de l'idéologie de ses détracteurs, et ou des diverses mauvaises expérience personnelles.

A l'inverse, il est vrai que le recul est parfois difficile à prendre pour ceux faisant parti de près ou d'un peu plus loin à cette institution. La mesure est à trouver, par le débat, et on y arrive avec certains message au dessus.

Sur les équipes lâchées dans la nature, on a peut être un problème similaire au corps professoral. Des jeunes rapidement formés et lancés dans le grand bain dans les pires banlieues. Tandis que les vieux (Pile ) ou les plus expérimentés, avec le jeu de l'évolution et des mutations ont rejoint des services plus spécialisés ou des coins plus tranquilles.

Mais comment inciter les flics à rester dans des coins merdiques ou ils font du boulot chiant croisant tous les jours les même connards ? Car c'est la logique administrative d'évoluer et de muter avec l'ancienneté.

Et pour participer à des CAPC Discipline, l’administration sanctionne ses agent qui dévient. Mais la procédure est longue car heureusement, nous nous sommes "calé" sur la procédure judiciaire. Et, comme dans la justice, l'administration prend aussi en compte beaucoup d'élément, fait dans le social quoi.
Citation :
Publié par Kerjou
C'est pas ça qui est surréaliste, mais plutôt toi qui vient te poser en parangon du débat mesuré et objectif, avec le respect de tes interlocuteurs.

On en parle des messages ironique dont l'Agora foisonne (à l’instar de celui de celui de Finiarel) ?
On en parle de la sélection des propos, grand classique ?

S'il te plait, un peu d’honnêteté. On est tous aussi subjectif.
Tu sais, personnellement j'en ai rien à carer de l'image de la police ; je bosse pas dedans et je fais partie des gens que la police ne contrôle pas. Du coup, je suis pas vraiment partie prenante dans le débat. Tout ce que je dis, c'est que cette attitude ne donne pas vraiment envie de s'intéresser à ce que vous faites, et entame votre crédibilité à parler de votre propre métier.

Citation :
Publié par Fio'
Mais en fait je sais pas ce qui te choque.

Dans toute les entreprises, on file des missions aux gens. La hiérarchie va vérifier si le travail est bien fait à la fin, s'inquiétera ptet au milieu de savoir si tout va bien, et voilà.
T'as pas ton patron qui est derrière ton épaule H24 pour vérifier ce que tu fais.
J'ai pas mon patron sur mon dos parce qu'il peut contrôler tout mon travail quand il veut. Du coup il le fait pas. Là, la problématique est un peu différente, puisque j'imagine que le boulot de police ne laisse pas autant de traces.
On est enregistré, géolocalisé, on doit se justifier par des écrits ect ... je n' ai pas souvenir d' une seule bavure dont l' auteur n' ait été retrouvé ( même sans toute cette technologie ). Le contrôle est fait mais a posteriori comme dans une grosse partie des professions.

Tu veux quoi orime ? Un commissaire politique dans chaque patrouille ?

Ce que j' aimerai, c est un suivi des journalistes sur ce genre d' affaire. Pas seulement un gros titre X accuse la police de Y et basta plus rien. Quand les faits sont avérés, très bien , que les sanctions tombent sans aucune pitié. Par contre quand il s' agit de accusassions mensongères ... rien, nada ... on en parle plus ( peut être pas assez vendeur ou racoleur ) et les gens ne retiennent juste que le gros titre vaguement lu en mode premier degré.
Citation :
Publié par orime
J'ai pas mon patron sur mon dos parce qu'il peut contrôler tout mon travail quand il veut. Du coup il le fait pas. Là, la problématique est un peu différente, puisque j'imagine que le boulot de police ne laisse pas autant de traces.
Je pense que ton problème vient de là....
Citation :
Publié par Traff
On est enregistré, géolocalisé, on doit se justifier par des écrits ect ... je n' ai pas souvenir d' une seule bavure dont l' auteur n' ait été retrouvé ( même sans toute cette technologie )
En attendant tu lances un caillou sur un flic tu vas presque en taule maintenant, et tu es jugé de manière très rapide (dans le sens écoulement de temps entre l'action et le jugement.)

Alors que lorsque les forces de l'ordre font une bavure (qui a parlé de flashball ? ) Le délai est long et les jugements sont très très gentils face aux erreurs et aux conséquences.

Retrouvé les auteurs c'est bien, faire en sorte qu'ils soit condamnés (et que la hiérarchie qui donne les ordres également) ça serait pas mal...

Mais là je dérive sur du hs...
Petites questions aux Mme Irma du forum :

1) De la vidéo-surveillance à autre chose : combien de temps avant d'avoir des robots policiers ?
2) Etape suivante, les robots policiers autonomes et armés. Vous voyez ça pour quand ?

On va supposer que les premiers seront testés au Texas et qu'ils arriveront en France 20 ans plus tard après l'élection de Jérôme Sarkozy-Lepen, le fils de qui vous devinez. Mais ça pourrait survenir plus tôt aussi.


L'avantage, c'est qu'on ne parlera plus de bavures. Juste de bugs.
Citation :
Publié par Aloïsius
1) De la vidéo-surveillance à autre chose : combien de temps avant d'avoir des robots policiers ?
Celle là est facile : ils sont déjà là, testés l'an dernier et sensés être déployés cette année.

Citation :
Publié par Aloïsius
2) Etape suivante, les robots policiers autonomes et armés. Vous voyez ça pour quand ?
Dépendant de la façon dont se poursuivent les opérations contre l'EI et les nouveaux attentats aux US : 3 à 5 ans là bas. Donc 10 à 15 chez nous si on suit la tendance habituelle.
Citation :
Publié par Aloïsius
Joie.

Quand je vous dis que l'évolution technologique nous condamne, à terme, au totalitarisme le plus cauchemardesque.
Ouf, enfin nos rues débarrassées des beatnik, cassos et pink floyd en tous genres !!
Pour se dire bonjour, ce sera 'paix et félicité' et le must du 'place to be' sera le Pizza Hut...
Citation :
Publié par Kaleos - Jack
Si on continue à s'en remettre aveuglément aux tenants du "système" (que le système soit politique ou technologique, ça revient au même), oui. Heureusement, il y a des alternatives.
Oui, non. Le soucis, c'est qu'une fois qu'un truc a été inventé, s'il permet à quelqu'un d'avoir plus de pouvoir et plus de richesse, c'est pratiquement impossible qu'il ne soit pas développé et utilisé quelque part. C'est comme les armes à feu : on a beau dire que ce ne sont pas les flingues qui tuent mais les tireurs, dans la pratique, ils servent à tuer un jour ou l'autre, forcément.
Toutes l'histoire humaine est dominée par l'évolution technologique, depuis l'invention du premier biface jusqu'au développement d'internet. L'existence de technologiques permettant de fabriquer à un coût "raisonnable" des robots policiers autonomes, c'est terrifiant. Et sur la (longue) durée, c'est la garantie d'un désastre définitif. Tu peux garantir qu'on ne s'en servira pas pendant 5 ans, ou dix ans. Mais sur dix siècles ? Et une fois en place ta dictature robotique, the end.
Répondre

Connectés sur ce fil

2 connectés (1 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés