L'Agora

La gauche, son avenir, ses alternatives, ses candidats

Répondre
Partager Rechercher
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Keyen
Sur 5 millions, si il étale sur 20 ans, en prenant juste le barème atm, il payerait 1 857 405€ d'impots (92870 par an). Si il déclare tout d'un coup, il payerait 2230370 €. Il économise donc 372 965€, ce qui, sur un total de 5 millions, n'est pas vraiment négligeable.
Sauf qu'au cours des années (surtout sur 20 ans) même sans performance exceptionnel sa plus value va aller en grandissante, il va devoir donc étale sur plus de 20 ans pour rester dans les termes de ton calcul.
Et au vu de l'age moyen de nos grands Pdg 20/25 ans cela commence a dépassé leur espérance de vie et on retombe sur les cas de succession surimposée.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Andromalius
Je vois pas en quoi venir nous ressortir le discours officiel du MEDEF fait trop avancer la discussion.
Sinon oui, l'état devrait avoir son mot à dire sur les rémunèrations, en particulier quand celles-ci deviennent tellement énormes qu'il ne peut plus percevoir l'impot normalement dessus.
Bah l'Etat est actionnaire et pourrait tres bien voter non aux montant faramineux.
Mais bon, comme le dircab doit devenir DRH, on s'ecrase.

C'est la le problème.
Citation :
Publié par Aratorn
Juste une question : ces idioties que tu viens de sortir, tu le as sorties de ton esprit, ou d'un manuel pré-mâché fourni par un parti ou je ne sais quoi pour sortir des contre-exemples merdiques à un public ignorant ?
L’intégration des stock-options dans un PEE permet de bénéficier d’une exonération d’impôt sur les plus-values.
En l'occurrence, tu joues le rôle du directeur d'agence bancaire qui fait du damage control pour protéger ses clients.
Citation :
Publié par Andromalius
L’intégration des stock-options dans un PEE permet de bénéficier d’une exonération d’impôt sur les plus-values.
En l'occurrence, tu joues le rôle du directeur d'agence bancaire qui fait du damage control pour protéger ses clients.
Pour 3k€ max par an (8 % du PASS soit 3 043,20€ ) ... on est pas en train de parler des mêmes sommes. Le PEE c'est pour l'évasion fiscale du salarié ou du petit patron, pas du PDG d'une boite du cac 40.
J'ai l'impression que comme pour le mec au RSA qui vit dans le luxe il y a de sacrées légendes urbaines sur le PDG qui gagne des millions et ne paye pas d’impôts.
Citation :
Publié par Andromalius
L’intégration des stock-options dans un PEE permet de bénéficier d’une exonération d’impôt sur les plus-values.
OK, et juste un truc, tu connais les plafonds de versement dans un PEE ?

Le plafond est à un quart du revenu salarié brut.

Ca permet en effet de sortir des stock option du barème de l'IR, mais pas pour les gros montants, qui il me semble sont ceux qui posent un problème éthique à un certain nombre de personnes, dont je suppose tu fais partie.

Citation :
En l'occurrence, tu joues le rôle du directeur d'agence bancaire qui fait du damage control pour protéger ses clients.
En l'occurrence que dalle. D'une part j'ai pas connaissance d'avoir un seul client qui se voit octroyer des stock options, d'autre part, j'ai plutôt pour but d'éviter que des gens répandent des mensonges ou des approximations à des fins purement militantes.

Citation :
Pour 3k€ max par an (8 % du PASS soit 3 043,20€ )
Ca c'est le plafond de l'abondement.

Dernière modification par Aratorn ; 11/10/2015 à 20h58.
Il y a des *centaines* de combines du même genre. Excuse moi de pas avoir le temps de toutes te les citer. Ah, et ca c'est en restant juste dans le cadre juridique francais. dès que tu internationalises ton revenu (en te faisant domicilier dans un paradis fiscal le temps de faire tes cessions et tractations diverses, disons pour un an) c'est la fête du slip.
Citation :
Publié par Andromalius
Il y a des *centaines* de combines du même genre. Excuse moi de pas avoir le temps de toutes te les citer.
Bon, vous m'en avez cité 4 toi et Mothra, trois sont des inventions ou totalement inexploitables, une est une niche fiscale légale, et limitée par le plafonnement des versements, qui ne permet en aucun cas de sortir du cadre de l'impôt un montant important de stock options.

Si tes "centaines" sont de cet acabit, on est pas avancés.
C'est marrant quand même ces grands revenus qui ne peuvent absolument pas échapper à l'impôt mais pour lesquels tous les chiffres tendent à prouver qu'ils payent proportionnellement moins d'impôts que vous et moi malgré les tranches d'imposition supérieures.

[Modéré par Silgar : ...]

Dernière modification par Silgar ; 12/10/2015 à 12h00.
Citation :
Publié par Falith
C'est marrant quand même ces grands revenus qui ne peuvent absolument pas échapper à l'impôt mais pour lesquels tous les chiffres tendent à prouver qu'ils payent proportionnellement moins d'impôts que vous et moi malgré les tranches d'imposition supérieures.
Je me permet juste de répondre factuellement à des commentaires erronés, mensongers ou purement inventés.

On me dit que les revenus différés, dont les stock options, échappent massivement à l'impôt.
Je réponds factuellement que ces revenus sont soumis à l'IR ( et assez massivement ), à une taxe complémentaire, à la CSG + CRDS, et qu'en amont l'entreprise à versé des prélèvements sociaux.

On me donne une contre-argumentation erronée ou mensongère, je réponds point par point et démontre que les exemples pris sont une pure invention, ou en pratique inexploitables ( coucou défiscaliser les stock-option sur plusieurs siècles... ).

Je ne nie pas qu'il y a un problème mais le problème n'est pas lié aux rémunérations. Il est lié au fait que les très hauts revenus ( les 1% ) ont une structure de revenus très différente des autres, en ce qu'elle est essentiellement composée de revenus du capital, revenus qui ne sont évidemment pas soumis à la totalité des charges sociales qui existent sur les salaires.

Après se pose la question de la taxation des revenus du capital. Mais là c'est beaucoup plus complexe que ce qu'on peut croire.

Personnellement, je suis favorable à totalement refaire notre système fiscal et social. Par exemple, je considère qu'il est totalement anormal que la branche famille de la sécurité sociale soit quasi intégralement supportée par un prélèvement sur les salaires.
Et je pense également que notre système fiscal est devenu inefficient, car les effets de bord causés par la massification du code fiscal sont corrigés par des niches fiscales, qui viennent à la fois complexifier l'impôt, mais aussi engendrer une profonde inégalité d'accès à l'information ( grosso modo, dès qu'on peut payer un fiscaliste ou un spécialiste, on se rend compte que notre code fiscal permet de quasi intégralement éviter l'impôt, d'une manière parfaitement légale, tout en continuant de constituer un capital. Or, la condition si ne qua non de l'essentiel des réductions d'impôt est un investissement financier dans le temps - cotisation retraites complémentaires, investissement dans la pierre, participation au capital d'entreprises - condition qui n'est remplie que par les plus hauts revenus qui ont justement du capital disponible ).

Dernière modification par Aratorn ; 12/10/2015 à 11h33.
Citation :
Publié par gnark
Non il y a des lois qui protèges les travailleurs et quoique tu en penses se sont plus souvent les "petits" à qui cela profite ( Opps patron j'ai rajouté un 0 quand j'ai passé la commande sans faire exprès (c'est du vécu hein). Opps j'ai cassé la machine. Ha j'ai rajouter quelques lignes de code bien placé dans le programme vous allez voir les tests c'est finger in the nose etc ...).

Et le poste n'appartient jamais à un employé. On a pas à le dédommager ... pour la perte de quelques choses qui n'est pas à lui. A la limite les actionnaires quand ça induit /vient d'une perte de capacité de profit mais ca risque d'être mal vu.
Ouep, les lois qui protègent les travailleurs... De notre coté, on a une procédure en cours aux prud'hommes. En 3 ans, on a fait le 1er jugement, les "juges" sont à 3 voix contre 3 et donc on est encore en train d'attendre le départage. Après, la boite va faire appel puis après aller en cassation (ce sont des habitués). Bref, on est dans la merde, et on en a pour prêt de 6 ans voire plus. Piège à cons à encore....

Dernière modification par Cefyl ; 12/10/2015 à 11h53.
Citation :
Publié par Bjorn
Ton cas personnel justifie une modification de la loi car il est totalement généralisable ?
Je ne parle pas de modifications de la loi mais parler de loi qui protègent les personnels, c'est un peu gros. D'un autre coté, ce n'est pas comme si la France n'avait pas été condamnée plusieurs fois là dessus. Et oui mon cas est relativement généralisable :

http://rocheblave.com/avocats/conseildeprudhommes/

Citation :
Malgré une baisse du nombre d’affaires portées devant les Conseils de Prud’hommes, notamment depuis 2009, on constate, à partir de cette période, un allongement des délais de traitement qui ont atteint en moyenne plus de 15 mois en 2012.

De surcroit, le recours au départage allonge considérablement la durée des procédures qui a atteint en moyenne plus de 27 mois en 2012 en cas de départage.

Ces délais de traitement particulièrement élevés ont justifié des condamnations réitérées de l’État sur la base de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, laquelle stipule (article 6) que « toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable par un tribunal indépendant et impartial ».

Source : Min. Budget et Min. Économie, oct. 2014, Trésor-Éco n° 137
Suite à ça, tu as l'appel qui te double la durée :

http://rocheblave.com/avocats/conseildeprudhommes/

Citation :
Selon le ministère de la justice, en 2011, le taux d’appel contre les décisions des Conseils de prud’hommes a été de 62,1 % contre 19,2 % pour les Tribunaux de Grande Instance et 13 % pour les Tribunaux de Commerce.
Donc au final, les lois qui protègent les salariés, beaucoup se torchent avec, la majorité des salariés finissant par être découragés par les délais et le temps d'une procédure.

Dernière modification par Cefyl ; 12/10/2015 à 12h48.
Citation :
Publié par Cefyl
Je ne parle pas de modifications de la loi mais parler de loi qui protègent les personnels, c'est un peu gros. D'un autre coté, ce n'est pas comme si la France n'avait pas été condamnée plusieurs fois là dessus. Et oui mon cas est relativement généralisable :

http://rocheblave.com/avocats/conseildeprudhommes/



Suite à ça, tu as l'appel qui te double la durée :

http://rocheblave.com/avocats/conseildeprudhommes/



Donc au final, les lois qui protègent les salariés, beaucoup se torchent avec, la majorité des salariés finissant par être découragés par les délais et le temps d'une procédure.

Sauf que la loi et les tribunaux qui jugent ça n'a un peu rien à voir en fait. C'est pareil pour toute la justice française qui fonctionne plutôt lentement (pour être gentil), avec un problème en plus au niveau des prud'hommes sur la qualité des jugements rendus.

La loi protège bien les salariés (en CDI), c'est une réalité.

Le fait est aussi que les tribunaux des prud'hommes fonctionnent (très) mal, que ce n'est pas nouveau et que ça ne changera pas tant qu'on continuera sur le même modèle.
Mais quand tu es dans ton droit tu finis pas récupérer ton dû (et bien souvent quant tu ne l'es pas non plus si tu es salarié, en tout cas avant l'appel).
C'est bien pour ça que tous les "petits patrons" acceptent des ruptures conventionnelles qui leur coûtent de l'argent, au lieu d'obliger les mecs à démissionner comme ils le devraient, ou quand il faut licencier un gars pour faute (parce que ça peut facilement être requalifié en licenciement abusif même avec un dossier en béton)
C'est quoi un CDI? Ca existe encore ca?

Plus serieusement meme si le conseil constitutionnel l'a censure, la loi macro a faillit supprimer le CDI en instaurant des plafonds d'indemnite en cas de licenciement abusif qui sont parfois meme inferieur a ce que l'on trouve dans les conventions collectives pour des licenciement economique justifies.

Je doute que d'ici 5 ans le CDI existe encore en France sous sa forme actuel et sa disparition progressive cause de nombreux probleme.
Meme avec des revenus tres confortable les banques ont du mal a preter sans CDI, beaucoup de proprietaires sont aussi reticents a louer etc...
Et le pire c'est de voir le nombre de systeme invente par nos gouvernant permettant d'avoir des travailleurs sans les payer reelement. (Contrat formation ou c'est pole emploi qui remunere le travailleur a la place de l'entreprise etc...)
Et que dire de l'auto-entrepreneuriat

Mais bon ça fait 20 ans qu'on traine ce problème hein, la France a le cul entre deux chaises et ne sait pas du tout sur quelle mentalité se fixer. Techniquement, on devrait pouvoir être plus libéraux, mais dès lors que tu donnes la moindre marge de manœuvre à un propriétaire en France, c'est la fête du slip le mec fait n'importe quoi - ce qui change entre grandes entreprises et petites familiales, c'est juste l'intentionnalité.
Citation :
Publié par Seito
Meme avec des revenus tres confortable les banques ont du mal a preter sans CDI, beaucoup de proprietaires sont aussi reticents a louer etc...
Ça va ensemble, dans les pays où le CDI n'existe quasi pas les banques et proprio regardent plutôt la situation pro et la facilité de trouver du boulot au lieu de simplement vérifier si tu es en CDI.
Ceci dit ça ne pourra pas se faire sans supprimer l'emploi à vie des fonctionnaires, sans quoi ça créera un déséquilibre assez monstrueux.
Et d'après vous, est-il plus "de gauche" de :
- Conserver le CDI tel quel dans un monde où on change de boulot tous les 3 à 5 ans en moyenne
- S'arranger pour qu'il ne soit plus le seul marqueur de réussite professionnelle, et accompagner les transitions entre les boulots

Parce que bon, les banques et les proprios c'est un faux problème. Aujourd'hui le CDI c'est un peu moins d'un actif sur 2. Si la moitié de la population n'avait ni accès au logement ni au crédit, ça se serait vu au bout d'un moment
Citation :
Publié par Kaleos - Jack
Et d'après vous, est-il plus "de gauche" de :
- Conserver le CDI tel quel dans un monde où on change de boulot tous les 3 à 5 ans en moyenne
Foutaises. C'est le discours qu'on nous sert, il faut être flexible, mais sur le terrain, dans la vraie vie, c'est faux. Trois à cinq ans, soyons sérieux. Ça existe, bien sûr, mais c'est pas la règle.

Citation :
- S'arranger pour qu'il ne soit plus le seul marqueur de réussite professionnelle, et accompagner les transitions entre les boulots
Je répondrais pas, parce que le monde n'est pas binaire et parce qu'il y a d'autres propositions. Et aussi parce que la question est orientée, je vois pas le rapport avec la réussite professionnelle, ni celle-ci comme un but à atteindre dans la vie.

Citation :
Parce que bon, les banques et les proprios c'est un faux problème. Aujourd'hui le CDI c'est un peu moins d'un actif sur 2. Si la moitié de la population n'avait ni accès au logement ni au crédit, ça se serait vu au bout d'un moment
[...] C'est 50% des actifs, pas des salariés. J'ai plus le chiffre en tête, mais dans le salariat, en stock (et pas en flux, en flux la majorité des nouveaux contrats sont des CDD), le CDI représente la majorité des contrats de travail, et de loin.

[EDIT]87% en 2014[des salariés.]

[...]

Dernière modification par Silgar ; 13/10/2015 à 13h34.
Citation :
Publié par Vikchill
Foutaises. C'est le discours qu'on nous sert, il faut être flexible, mais sur le terrain, dans la vraie vie, c'est faux. Trois à cinq ans, soyons sérieux. Ça existe, bien sûr, mais c'est pas la règle.
J'ai cherché une source parce que je l'ai entendu dans une conférence, mais je ne la retrouve pas. Donc si tu veux penser que c'est des foutaises, grand bien t'en fasse.

Citation :
Publié par Vikchill
Je répondrais pas, parce que le monde n'est pas binaire et parce qu'il y a d'autres propositions. Et aussi parce que la question est orientée, je vois pas le rapport avec la réussite professionnelle, ni celle-ci comme un but à atteindre dans la vie.
Grand classique. Tu viens clash pour le plaisir sans répondre au message. Peut-être que ça te poserait un problème d'admettre que l'immobilisme dogmatique à gauche est une des raisons de la montée de la misère en France sinon ?

Citation :
Publié par Vikchill
[...] C'est 50% des actifs, pas des salariés. J'ai plus le chiffre en tête, mais dans le salariat, en stock (et pas en flux, en flux la majorité des nouveaux contrats sont des CDD), le CDI représente la majorité des contrats de travail, et de loin.
[...]Tu dis rigoureusement la même chose que moi, avec les même mots.[...]

Bref, il y a une raison pour laquelle je parle des actifs et pas des salariés figure toi. Parce que parler des actifs permet d'inclure les fonctionnaires, les indépendants, les précaires, les chômeurs ... Bref toutes les formes de travail rémunéré ou d'attente de travail.

Parce que le discours qui encense le CDI il a un autre défaut : en le montant sur son piédestal, tu en éjectes automatiquement tous ceux qui structurellement (du fait de leur métier), personnellement (du fait de leurs envies), ou économiquement (pas de boulot) en sont privés. Et ça, c'est une pensée de gauche ? Prendre la moitié des actifs, leur dire qu'ils sont pas dignes et se concentrer sur les acquis du reste ?

Dernière modification par Silgar ; 13/10/2015 à 13h37.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés