Juridique (La Taverne)

Suspicion de violences conjugales

Répondre
Partager Rechercher
Bonjour, ou plutôt bonsoir vu l'heure.

J'habite dans une petite résidence de banlieue, bâtiment sympa, 2 étages, une cinquantaine d'apparts, pas un coin à problèmes a priori.
Seulement voilà, ça fait plusieurs semaines que j'entends des bruits suspects.

Le problème que j'ai c'est qu'il n'y a rien de certain.
Au début c'était plutôt des hurlements assez courts et peu suivis, qui peuvent correspondre tant à un joueur de MMO qui rage d'avoir perdu sa partie, qu'à une dispute simplement sonore, ou aussi à des violences conjugales. Le problème c'est que déjà je n'avais jamais réussi à trouver quel appartement c'était en plus de ne pas être sûr de la nature des faits.

Là ce soir, j'ai du nouveau. J'ai été réveillé par un grand bruit (genre armoire qui tombe avec son contenu d'assiettes qui se casse), puis des hurlements.
Cette fois ci c'est en anglais, je crois que c'est des nouveaux voisins (et oui, on est pas une résidence où tout le monde se parle).
J'ai eu l'idée de sortir sur mon balcon pour voir si ça ne m'aidait pas à localiser les bruits, et bingo, c'est l'appart en dessous du mien.

Je les ai espionné quelques minutes. Avec des bruits provenant à la fois de dehors mais aussi de chez moi (ils passaient par l'intérieur) je me suis cru dans un jeu d'espionnage.. Bref le résumé du truc c'est (le tout en anglais) :
- dégage de l'appart
- ta gueule
- grand bruit, suivi du gosse qui pleure
- rebelote
Là les bruits se sont calmés et y a un gars à l'air louche dans le jardin de la résidence en train de mater son téléphone.

Alors j'hésite à composer le 17 et leur raconter tout ça.
Pourquoi j'hésite ?
D'un côté je n'ai pas envie de faire perdre leur temps aux flics.
Et si c'est juste une dispute, je n'ai pas envie de semer la zizanie dans ce couple, voire de faire coffrer le mec pour rien.
D'un autre côté, surtout je n'ai pas envie de continuer à laisser se dérouler des violences sans rien faire.

Que feriez-vous à ma place ?
Sinon, appeler les flics sans encombrer la ligne police secours, genre le commissariat de ma ville ?

Dernière modification par Eden Paradise ; 27/08/2018 à 02h34.
Ça m'est déjà arrivé, un couple de cassos passaient leur temps à se shooter en laissant leur bébé sans rien à bouffer pendant des heures l'aprem. Un jour je suis allé au commissariat quand ils ont posé le landau sur le rebord de la fenêtre du 2eme étage. Les flics ont pris ma déposition, mon numéro et ont dit qu'ils s'en occupaient. Une semaine après le couple a déménagé, j'ai jamais eu de nouvelles.

Quand y'a un gosse qui en souffre faut pas hésiter imo. Mais sois sûr de toi quand même, mon cas c'était évident on trouvait des seringues sous leur fenêtres et le bébé était a moitié mort de faim.
Dans le même cas, j'avais décidé d'appeler, sans trop de preuves non plus.
Les flics m'ont dit OK, dès qu'on a deux minutes on passe, et 10min plus tard ils m'ont rappelé en demandant si c'était toujours le bordel. J'ai dis que non, et ils ont enregistré le truc sans suite. J'imagine que ça les aide à monter un dossier si besoin il y a.
Message supprimé par son auteur.
La violence conjugale est pas avéré en effet.
Mais tu parle d'un gosse, et tu dis que c'est pas la première fois.

Je te conseillerais de faire un signalement d'enfant en danger.

Pour te rassurer, ça ne conduit pas forcement au placement du gamin.
Mais une enquête social est généralement lancé, avec passage de professionnel(le)s des services sociaux.
Ils seront normalement à même d'évaluer si la famille à besoin d'un soutient ponctuel (et les orientera vers un service d'assistance), si l'un des parents est victime de violence (et l'orientera vers un service de protection avec l'enfant), si c'est juste un évènement ponctuel qui peu arriver dans n'importe quel couple.

N'ai pas peur d’exagéré ou d'être à l'origine d'un placement. La politique de protection de l'enfance est vers un maintient de l'enfant au domicile parentale le plus souvent possible.
Et plus un situation de violence au sein de la famille est prise en charge tôt, moins il y a de séquelles pour les membres de la famille et plus il ai aisé de les accompagner et de résoudre la situation.
Vu que ce sont des voisins récents, ça me dit qu'il n'y a pas une famille mais deux dans ce cas. Les hurlements précédents etaient différents.

Je devrais peut etre en parler à mes voisins mais y a un énorme risque de tomber sur l'autre hurleur.

Et comme m'a dit un collègue, c'est peut-être juste un film qu'ils écoutaient un peu fort (improbable mais pour rappeler que c'est pas si facile d'incriminer)
Tu ne peux pas en parler aux autres voisins ? Savoir si eux aussi entendent les bruits et ce qu'ils en pensent.
Après le fait de ne pas trop vous parler est un peu dérangeant mais si tu n'es pas le seul à t'inquiéter, et si ça recommence, si plusieurs personnes font une plainte ou signale aux autorités, ça a plus de poids.
Il y a quelques années, j'habitais dans un appart. Et assez régulièrement on entendait des cris. Pas des cris de colère, mais comme des cris de souffrance. ça durait quelques minutes et ça se calmait.
J'étais assez inquiet et il m'a fallu plusieurs fois pour identifier d'où ça venait : un appart de l'étage du dessus.

Un soir où les cris recommencent, je me dis que je peux pas faire comme si je les entends pas. Je prends donc mon courage à deux mains et je monte à l'étage du dessus.

Je m'apprêtais à frapper à la porte quand, au milieu des cris, j'ai clairement distingué un "oh ouiiii ! Michel !!!"

Bref je suis rentré chez moi sans frapper à leur porte...
c'est toujours delicat comme situation.

Deja quand ca cries tu peux prevenir le flic. Monsieur ne se fera surement pas coffrer si madame ne porte pas plainte, mais ca permet que les autorites aient un suivi si / quand ca arrive.

En dehors de ca pas grand chose a faire qui ne vienne pas de sa femme et de sa volonte de partir. Le mieux que tu puisses faire c'est t'assurer qu'elle sache a quel reseau d'aide elle peut avoir droit si elle decide de quitter le domicile. Tu peux peut-etre te mettre en contact avec des associations de protections des femmes battues ?
Comme dit plus haut, c'est délicat.

Hormis une plainte à la police, c'est assez compliqué d'envisager autre chose.

Une fois, j'en ai fais les frais...

J'habitais un immeuble à cages à poules (6 studios 2 pièces), faits à l'arrache dans une ancienne maison à 3 étages. Super mal insonorisés, toussa... Mais voilà, je débutais dans la vie active, pas des masses de sous, etc...

3 nuits de suite, j'entends le couple d'en bas (25/28 ans à la louche) qui se dispute, mais genre ca dure quasi toute la nuit, de 01h00 à 05h00 du matin. Avec des passages ou on a l'impression qu'ils cassent tout, d'autres ou on entends le mec gueuler comme un putois, d'autres ou la femme hurle.... et des moments ou ya plus un seul bruit... pour recommencer 30 minutes plus tard.

La 3eme nuit, n'y tenant plus et m'inquiétant un peu pour la femme, je descends aux alentours de 03h00 du matin, fort de ma carrure de bûcheron. je frappe à la porte, on viens m'ouvrir, le mec, un gringalet de 1m60 les bras levés. Je lui explique que je commence à en avoir un peu plein le cul de leur bordel toutes les nuits et que si ca continue je vais porter plainte, que j'aimerais voir madame.... Je m'attends a voir arriver une bonne femme en pleurs, tuméfiée, apeurée.... Ben non, le mec fait un pas de côté tout penaud et débarque sa copine telle une furie, qui commence direct à me frapper mdr... en gueulant que je n'ai qu'à me mêler de ce qui me regarde, etc.... Je la maitrise et lui dis de se calmer, elle continue.... Je leur ai dit que je viendrais plus les emmerder, mais qui si pour le lendemain le cirque continuait, ils auraient la visite de la police... La nuit suivante, plus aucun bruit, et la semaine suivante ils ont déménagé à l'arrache (d'après les dires du proprio, qui s'est retrouvé avec une boite de x mois de loyer impayés).

Depuis, j'évite de me mêler des affaires des autres, même si dans mon exemple ca c'est bien terminé... pour mon sommeil. Mais ca m'a servi de leçon, car finalement c'est le mec qui en prenait plein la gueule toutes les nuits, pour une raison que j'ignore toujours. Sa gonzesse devait être folle, mais comme quoi la situation qu'on pense décrire n'est pas toujours la bonne.

Par contre ouais, une fois qu'il y a des bébés/gosses mêlés dans le truc, faut bouger rapidement.
Je suis pas sûr de comprendre pourquoi tu hésites.

Un doute, tu appelles. Si il y'a rien, la police fait juste son travaille et s'assure que tout est ok. S'il y'a un problème, il s'en occupent.

Citation :
Depuis, j'évite de me mêler des affaires des autres, même si dans mon exemple ca c'est bien terminé... pour mon sommeil. Mais ca m'a servi de leçon, car finalement c'est le mec qui en prenait plein la gueule toutes les nuits, pour une raison que j'ignore toujours. Sa gonzesse devait être folle, mais comme quoi la situation qu'on pense décrire n'est pas toujours la bonne.
Bah après si tu décris en interprétant c'est plus la même chose. Tu appèles, et tu décris des fais, comme dans le poste initial. C'est pas "mon voisin bat sa femme", c'est: "J'entends du bruit, peut-être de la violence, et il y'a un enfant dans l'appartement".

J'ai plusieurs fois appelé la police quand des gens se battaient dans la rue a la sortie du bistrot en bas de chez moi.

Je déclarais juste une situation. Je dis pas que le mec qui se faisait frapper par terre était innocent, c'est pas à moi de juger ça. J'essaye juste d'éviter qu'y'ai un mort sur la chaussée.
Citation :
Publié par Ohrido

Est-ce grave d'appeler la police pour rien, plusieurs fois par mois ?
Pour répondre à ta question, j'ai un ami qui fait le standard de police secours et il raconte souvent le nombre d'appel de personnes qui téléphone à la police juste pour faire chier/occuper les lignes/problèmes psy.
Une meme personne a déjà appelé plus de 30x le meme soir.
Et pour la petite histoire, il y a eu une seule condamnation pour un mec qui a appelé très trop souvent (j'ai plus le nombre mais c'est très souvent sur plusieurs mois).

Alors, c'est pas toi qui appel 1x de temps en temps qui risque d'etre blacklisté.


Dans ma résidence, c'est la femme qui boit et qui insulte son mari. Et c'est la police municipale qui passe pour leur dire de se calmer.
Donc tu peux au moins les appeler si tu ne veux pas encombrer police secours.
Citation :
Publié par (0)Draki
c'est plutot, comment arrive tu a les confondre
Heu t'es sûr que tu as habité au centre ville ? Parce que le nombre de fois où j'ouvre la fenêtre parce que j'entends des cris de de cochon qu'on égorge pour vérifier qu'il n'y a pas mort d'homme et je tombe sur un putain de groupe de jeunes bourrés qui s'amusent simplement à pousser des cris.
Citation :
Publié par Lyuna
Heu t'es sûr que tu as habité au centre ville ? Parce que le nombre de fois où j'ouvre la fenêtre parce que j'entends des cris de de cochon qu'on égorge pour vérifier qu'il n'y a pas mort d'homme et je tombe sur un putain de groupe de jeunes bourrés qui s'amusent simplement à pousser des cris.
Le cri d'un personne bourré n'a franchement rien a voir avec celui d'une femme (parce que c'est souvent elle) victime de violence...
Ca fait des années que j'y suis pas allé pour autre chose qu'une bière dans l'après-midi, j'ai un peu dépassé le stade fétard.
Pour le sujet, je suis un peu abasourdi par ceux qui disent de rien faire, il faut prévenir la police même en cas de simple doute.
Citation :
Publié par (0)Draki
Le cri d'un personne bourré n'a franchement rien a voir avec celui d'une femme (parce que c'est souvent elle) victime de violence...
je sais pas ou tu vis, mais des jeunes femmes bourres qui hurlent a la mort pour absolument rien, c'est courant des que tu es dans un coin ou des jeunes alcoolises passent.

Perso j'y prete meme plus attention.
Message supprimé par son auteur.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés