L'Agora

La politique en Europe

Répondre
Partager Rechercher
On parle beaucoup sur l'Agora de la politique française, parfois un peu de la Belgique, de la Suisse ou du Québec. Les USA et le proche/moyen-orient reviennent aussi souvent.
En revanche, et bien qu'il s'y passe des choses très intéressantes, la politique européenne est relativement absente, ou vu uniquement au travers du prisme d'autres évènements, comme la crise financière.

Ce week-end pourtant, on va voir l'Espagne basculer à droite, ce qui risque de détricoter les avancées sociales et civiques des dernières années (droits des femmes, reconnaissance des victimes du Franquisme etc.). En Italie, Mario Monti a promis une politique de rigueur certes, mais a aussi parlé d'équité sociale, et est rapidement revenu sur plusieurs vaches sacrées berlusconiennes dans le domaine fiscale (en particulier, les impôts fonciers...).

Bref, si vous voulez parler de la montée de l'extrême droite en Finlande, de l'étrange cohabitation entre les lib-dem et les tories au RU, de l'expérimentation que constitue un gouvernement italien purgé de tout politique, du glissement autoritaire de la Hongrie ou de tout autre sujet européen, ce fil est fait pour vous.
Bin en période de crise la politique prend chère , le gouvernement présent devient la cible de toutes les attaques car se sont eux qui sont mis en cause sur tous les problèmes du pays même si se sont pas eux qui ont creusé pour certains les déficits ou magouillés les comptes (grèce). Pour le moment la diplomatie Européens se réduit à la France et à l'Allemagne, les britanniques sont hors euro (donc il ont pas de soucis pour ca) et pro américains, et le reste... rien a dire ils sont tous insignifiants sur la scène international
Ce sont des renversements conjoncturels puisque cela touche aussi bien la droite (Irlande, Italie) que la gauche (Grèce, Portugal, Espagne). Les peuples européens ont très bien compris que les partis traditionnels ne sont plus capables de gérer les pays car ils ont fait voeux d'allégeance au capitalisme. Aussi bien à droite, qu'à gauche, les plans d'austérité et de rigueur sont la norme. Pourquoi continuer alors à voter pour la peste ou le choléra ? Tout ces jeux des chaises musicales n'apporteront pas de changement ; si ce n'est un retour en arrière pour certains pays, comme l'Espagne par exemple...
Citation :
Publié par J'accuse...!
Ce sont des renversements conjoncturels puisque cela touche aussi bien la droite (Irlande, Italie) que la gauche (Grèce, Portugal, Espagne).
Sauf qu'en Irlande, un parti de droite a été remplacé par un autre parti de droite ; qu'en Italie c'est un centriste (grosso-modo) qui remplace un dirigeant de droite (qui conserve une forte capacité de nuisance). Du coup, si on regarde la carte de l'UE, il ne reste plus que le Danemark et Chypre qui soient encore à gauche. Tous les autres pays sont dominés par les conservateurs ou les libéraux, à l'exception de la Finlande et de l'Autriche et la Slovénie dirigées par des coalitions "égalitaires" gauche-droite.
Autrement dit, sur 27 pays, les conservateurs en dirigent plus ou moins 22 et les progressistes 2. On est en route pour le futur !

Avec la fin de Zapatero, on peut dire que la social-démocratie européenne est morte. Ce sera assez intéressant si la France bascule à gauche en 2012 du coup, car elle deviendra l'exception au milieu d'un océan conservateur.
Je vois pas le problème si la plupart des pays continuent a être de droite , franchement la Gauche aurai pu avoir des ministres en Italie mais tout simplement elle veux pas , ça doit faire 10 ans au moins qu'ont a un parlement de droite en Europe , s'est le cas aussi pour les Gouvernements.

Quelle intérêt de arriver au pouvoir pour la gauche maintenant que toute l'europe fait faillite? , je vois mal comment la gauche pourrai faire mieux que ce que Papandreu a fait en Grece faut pas rêver, si non me semble qu'en 2013 la gauche va gagner aussi sans problème en Allemagne .

Le mieux serai que la France et l'allemagne soient de gauche et les reste de droite , avec un peu chance ils vont s'est taper sur la gueule et ça serai la fin de l'Euro
Citation :
Publié par Even drezem

Le mieux serai que la France et l'allemagne soient de gauche et les reste de droite , avec un peu chance ils vont s'est taper sur la gueule et ça serai la fin de l'Euro
Nul besoin de cela. Il suffit qu'on continue à gérer la crise de la dette de la même manière et on y va tout droit.
Citation :
Publié par ombre vengeresse
Ca va être amusant de voir Francois Hollande qui parle avec Angela Merkel dans les grand rendez vous internationaux, 2 mondes totalement différent !
Les "couples" de dirigeants français et allemands qui ont le mieux fonctionné - où le courant est le mieux passé entre eux - étaient le plus souvent de bords politiques très différents (Mitterrand / Kohl, Giscard / Schmidt, Chirac / Schröder...). A l'inverse, de Gaulle / Erhard ou... Merkel / Sarkozy, le courant ne passe pas bien fort. Exception notable à la règle évidemment, de Gaulle / Adenauer.

Et puis de toute manière, ce n'est pas parce qu'ils sont tous les deux classés à droite qu'A. Merkel et N. Sarkozy n'appartiennent pas à deux mondes totalement différents...
Citation :
Publié par ombre vengeresse
...Pour le moment la diplomatie Européens se réduit à la France et à l'Allemagne, les britanniques sont hors euro (donc il ont pas de soucis pour ca) et pro américains, et le reste... rien a dire ils sont tous insignifiants sur la scène international
Il me semble que le couple France /Allemagne bât aussi de l'aile depuis que Merkel doit demander l'accord de la Bundestag . Je crois que les nouveaux partenaires de discussions en Europe se trouve être la Bundestag et Merkel
Le couple franco-allemand battait déjà de l'aile avec l'arrivée de Sarkozy au pouvoir, sans oublier que Sarkozy avait déjà annoncé la couleur pour ce qui est du déficit de la France et donc de son non respect des critères du traité Maastricht.
Souvenez-vous ! Il devait chercher la croissance avec les dents. Et pour cela il a imposé à ses partenaires européens que la France puisse laisser filer son déficit et sa dette.
L'espagne est frappée par la crise et résultat les gens veulent virer les dirigeants de gauche (c'est pareil partout, c'est le meme réflexe logique): résultat ils vont avoir la droite qui va encore plus sabrer les budgets sociaux.
La grece avec papandréou qui est de gauche a connu la pire austérité qui soit.
Traduction de tout ça: la finance internationale se fiche des partis et rase les peuples. Les épouvantails en place (traduisez les politiques) volent et n'ont de toute maniere rien à proposer, ils sont pieds et poings liés.
Le plus triste c'est qu'une partie du peuple croit encore qu'en mettant les opposants du régime en place, tout ira mieux. Beh non, car les décisions, les actes importants ne se situent plus à leur niveau, mais au dessus, les marchés règnent en maitre.
Les politiques ont perdu le pouvoir.
Citation :
Publié par çfç
Les politiques ont perdu le pouvoir.
Ils n'ont pas perdu, ils ont décidé de ne plus l'utiliser nuance. Les marchés financiers, tu peux les arrêter demain si tu veux. C'est juste qu'ils ne le font pas.
Ils ne le font pas car ils n'ont plus le pouvoir.
Et les allemands sont aussi soumis que nous, leur taux augmente mais moins logique ils ont une certaine puissance et ont donc, eux, encore un peu de pouvoir (mais pour combien de temps).
Citation :
Publié par çfç
Les politiques ont perdu le pouvoir.
Les pauvres. En Europe plus d'un euro de PIB sur deux est alloué par l'état ou l'un de ses nombreux bras. Une portion congrue qui prouve l'impuissance de la sphère politique et le règne du marché et du turbolibéralisme.

Le dilemme des politiciens est celui d'une bande de gamins attardés qui a promis des choses irréalisables et inlassablement répondu à ceux qui exprimaient quelque doute qu'elle était au dessus des lois de la nature. Maintenant qu'ils s'aperçoivent qu'il n'en est rien ces joyeux drilles ne trouvent rien de mieux à faire que de cracher dans la main ("la finance", "les marchés") qui les a nourris ; celle-ci, sentant bien qu'elle risquait d'y laisser plusieurs de ses doigts, ayant décidé d'un rationnement progressif. Fichtre !

Nos politocards peuvent gober la main quand ça leur chante, ils ne le font pas parce qu'ils ne sont pas prêts à accepter les conséquences, et le bon peuple qui fait semblant de les élire pour qu'ils fassent semblant de gouverner non plus. Enfin, 9 sur 10 disent vouloir une réduction du train de vie de l'état, mais lorsqu'on leur présentera la facture ça m'étonnerait qu'il en reste un seul.

Dernière modification par Npay tkt ; 19/11/2011 à 20h54.
Citation :
Publié par J'accuse...!
Ils n'ont pas perdu, ils ont décidé de ne plus l'utiliser nuance. Les marchés financiers, tu peux les arrêter demain si tu veux. C'est juste qu'ils ne le font pas.
Ils n'ont pas les moyens de lutter contre la finance. Les Etats, y compris les USA, ont un besoin vital des financiers pour obtenir des liquidités vu les dettes colossales qu'ils ont.

La clé du problème se trouve dans les dettes souveraines qui, vu la conjoncture actuelle, devient plus qu'ingérable. Soit l'Etat décide de passer en défaut de paiement avec les conséquences qui vont avec, soit il tente de redresser la situation, ce qui veut dire austérité et plan de rigueur.

Par exemple, la dette de la Belgique, c'est 355 milliard d'euros.
Depuis que le traité de Lisbonne est signé les états s'endettent au près des banques privés, plus ont s’endettent avec eux plus ils gagnent de sous avec les intérêts (des % sur des dizaines de milliards d'euro de crédit c'et le top), et pour boucher les déficits les états empruntent encore et encore au prêt des banques privés, donc on les engraisse sans fin et deviennent presque aussi riches que certains petits états!

Dernière modification par ombre vengeresse ; 19/11/2011 à 23h14.
Citation :
Soit l'Etat décide de passer en défaut de paiement avec les conséquences qui vont avec, soit il tente de redresser la situation, ce qui veut dire austérité et plan de rigueur.
Le probleme est que l'austérité et autres plans de rigueur ne couvrent meme plus les interets (vu que les taux explosent), donc c'est la machine à perdre garantie.
Citation :
Publié par Npay tkt
Non. Voilà le texte dont il est question. Le traité de Lisbonne ne fait que réaffirmer l'extension de cette règle à l'endroit de la BCE.
d'ailleurs
Le 22 juillet 1981, 45 députés, dont Pierre Messmer qui avait signé la loi 73-7, ont déposé le projet de Loi n°157, pour permettre à la République d'emprunter sans intérêts dans le cadre de ses investissements économiques11. Ce projet n'a jamais été voté.
Ca, il fallait le voter.
Voila l'article souvent décrié. http://fr.wikisource.org/wiki/Trait%...ne#Article_123

Citation :
Article 123
(ex-article 101 TCE)
1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées "banques centrales nationales", d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.
2. Le paragraphe 1 ne s'applique pas aux établissements publics de crédit qui, dans le cadre de la mise à disposition de liquidités par les banques centrales, bénéficient, de la part des banques centrales nationales et de la Banque centrale européenne, du même traitement que les établissements privés de crédit.
En gros depuis 1981 on obligé l'état (la France seulement) à s'endetter auprès des banques privés (ce qui leur faisaient des couilles en or) maintenant c'est toute l'Europe qui est obligé de s'endetter auprès des banques privés, c'est eux qui donnent l'argent donc qui commande. Les états européens en manque de liquidité emprunte pour rembourser leurs précédents crédit et pour payer les intérêts.
Personne n'a mis un flingue sur la tempe des électeurs ni des politiciens pour les "obliger" à faire de la dette et je suis à peu près certain qu'aucune famille n'a été prise en otage (quelques chatons ont pu être tués, rien de définitif pour l'instant).
Pas besoin de prise d'otage suffit de montrer des billets et ca marche . Quand on lit le but du texte, c'était juste pour enrichir les banquiers européens avec les dettes des états (ils sont immortel pas comme nous, et au début personne pensait que un état pouvait faire faillite), mais la crise européens casse tout ça. Ils pensaient que la dette aller crée de la richesses mais ca marche que pour les banques (ca c'est elles qui donnent les sous ).
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés
Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée