La Taverne

[fil unique et réglementé] Nécrologies !

Fil fermé
Partager Rechercher
Je ne mets pas de titre, ça pourrait devenir un fil général.

Bon, Jacques Derrida est mort, il était « dangereusement malade » selon ses propres termes et ne s'en cachait pas. Il était surtout des derniers grands intellectuels - philosophe - français reconnus de part le monde. Manque de bol, il était de gauche, et sa voix va manquer, lui qui avait anticipé l'altermondialisme.

Citation :
Le philosophe Jacques Derrida, 74 ans, est mort dans la nuit de vendredi à samedi dans un hôpital parisien des suites d'un cancer du pancréas, a-t-on appris samedi auprès de son entourage.Jacques Derrida était le philosophe français le plus connu à l'étranger, notamment aux Etats-Unis, pour son concept de "déconstruction"
http://www.lemonde.fr/web/dh/0,14-0@...3746506,0.html

A la veille de sa mort ou tout comme, il avait accordé un long entretien au Monde, dans le quel il apparaissait très serein (fin du mois d'août) >> extrait.
Mauvais début de mois, c'est cette fois Superman qui nous quitte

Citation :
L'acteur américain Christopher Reeve est mort

LEMONDE.FR | 11.10.04 | 08h51


OAS_AD('Frame1');
Il était paralysé depuis une chute de cheval, il y a neuf ans.
L'acteur américain Christopher Reeve, qui a notamment incarné Superman sur le grand écran, est mort dimanche 10 octobre à l'âge de 52 ans à la suite d'un arrêt cardiaque, a annoncé son agent, Wesley Combs. Christopher Reeve est décédé à 17 h 30 (23 h 30 à Paris) à l'hôpital de Northern Westchester, à Mount Kisto, près de New York, où il avait été transporté après être tombé dans le coma la veille à son domicile, a précisé son agent.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,...-382459,0.html

Voir aussi http://www.imdb.com/news/flash/
Et sa fiche IMDb >> http://www.imdb.com/name/nm0001659/

http://www.movies-by-actor.com/christopher_reeve.jpg
Les personnes publiques ont justement la faculté d'être publiques. Ce qui signifie que leur vie intéresse des gens. Ainsi que leur mort. Parce que ce sont des personnalités politiques, des artistes etc........

Que certains ne comprennent pas que la mort de Christopher Reeves puisse intéresser, voire émouvoir certaines personnes c'est une chose. Néanmoins ces posts sont ouverts dans une optique de respect et d'hommage. Il est dommage de voir ces posts se couvrir de sanctions ou de remarques idiotes. Comme d'habitude, si le sujet ne vous intéresse pas ou vous dépasse et bien abstenez vous. Ou encore reportez à la modération en expliquant votre point de vue.
Evitez seulement de troller chez les morts.
Merci.
Citation :
Publié par Kathandro Jourgensen
Euh, je me trompe peut-être, mais il me semble qu'il avait fait une mauvaise chute de cheval, et non qu'il avait contracté une maladie...
Effectivement, chute de cheval et rupture le moelle épinière;

Il avait fait le pari de remarcher à 50 ans, comptant sur le progrès de la médecine, mais hélas... Notons pour ceux qui croient qu'il n'a fait que Superman dans sa vie qu'il la milité intensivement en faveur des handicapés dans le monde entier et du clonage à but médical.
Pour C. Reeves, c'est ainsi, car la roue tourne ...

Mais bien que nous soyons cernés, je ne me rendrais pas : il est mort et c'est normal, il n'y a pas à être triste ou déprimé ...

Ce n'était qu'un acteur (oui en fiat superman dans les films il ne vole pas vraiment, il n'a pas les yeux qui chauffent, et il n'a pas non plus une super force, tout ça ce n'est rien que des trucages ...) qui vivait bien jusqu'à un accident de cheval ...

Combien de personnes dans son cas mais que vous ne connaissez pas meurent chaques jours ? Et le connaissiez vous vraiment ? meme pas ...

Rien qu'une personne normal qui meure normalement suite à un accident stupide ...

Effectivement, cet accident l'avait amené à créé une association ... Le geste aurait été beau s'il l'avait créé avant ...

Demain ou apres demain vous n'y penserez même plus, alors arretez les hypocrisies et pensez un peu plus aux personnes qui vous sont réellement proches, car on ne sait jamais de quoi demain sera fait ...
DAoC - Hibernia
Mort d'une putain
Grisélidis Real, 1929-2005

http://www.tsr.ch/xobix_media/images/rsr/2005/rsrinfo20050601_5834162_0.jpg

Une très grande dame.

Citation :
Publié par Libération
Sur sa porte, il y avait écrit : «Madame Grisélidis Réal, écrivain, peintre, prostituée». Elle n'avait évidemment jamais songé à se cacher, avait pris le qu'en dira-t-on à la gorge, c'était son titre de fierté : être une «catin révolutionnaire» ou la dernière des «courtisanes». Dans ce mot, elle mettait une certaine idée du métier, du travail bien fait, parlait de la prostitution comme d'un art. «Il faut bien se mettre dans la peau de l'autre si on veut le soulager», répétait-elle. A l'encontre des clichés (et des réalités), elle voulait que la prostitution fût une sorte de sacerdoce, un amour de l'humanité poussé jusqu'au soin de la misère sexuelle.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=300588

Citation :
Publié par La Tribune de Genève
Elle aura gardé jusqu'au bout, dans la lutte et la douleur, son look de gitane, ses bijoux de pacotille, son visage poudré et ses yeux pétillants.Fidèle à son combat pour que soient reconnues et respectées les prostituées, Grisélidis Réal a encore tout récemment défendu à Paris les droits d'exercer cette profession dans la liberté.

Et puis, ce cancer qui la tenaillait depuis trois ans l'a rattrapée. Certainement sereine, la révolutionnaire qui n'avait pas froid aux yeux et aucune crainte de dire ce qu'elle croyait être juste, avait il y a quelques semaines confessé à L'Illustré: «Je me suis usée», «J'ai mérité la paix».

Grisélidis Réal avait 75 ans et demi. Née à Lausanne, elle était devenue péripatéticienne (elle tenait à ce mot) en 1961, un métier qui lui avait permis de nourrir ses quatre enfants, mais qu'elle avait aussi choisi de continuer... jusqu'en décembre 1995.

Elle avait alors reçu son dernier client. Les clients, pour Grisélidis, c'étaient des hommes dont il fallait s'occuper. Elle défendait le rôle social de la prostituée, «aide-soignante du corps et de l’âme».
http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_inf...is__01_06.html

Citation :
Publié par TSR
Divorcée, mère de quatre enfants, cette diplômée en art, qui tente de survivre comme artiste-peintre, commence au début des années 60 à se prostituer en Allemagne avant de devenir, la décennie suivante, une «catin révolutionnaire» très active dans les mouvements des prostituées françaises qui ont émergé au début des années 70.

Association d'aide aux prostituées

Quelques années plus tard, elle vient s'installer à Genève. En mai 1982, elle crée, avec une vingtaine de consoeurs, un Centre international de documentation sur la prostitution et d'une association genevoise d'aide aux prostituées, baptisé Aspasie, du nom d'une célèbre courtisane de l'Antiquité grecque qui fut la maîtresse de Périclès.
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?sit...=1117610690000
Pour regler les problèmes des nécrologies systématiquement fermées, Ce post est ouvert pour les contenir toutes.

Son but est d'informer et non pas d'être une successions de "paix a son âme" On ne vous empêches pas de le penser mais dans son coeur l'hommage est bien plus fort que floodesquement sur un forum.

Il est possible de discuter vaguement de la personne et de son oeuvre mais pour tout sujet en profondeur il sera préférable d'ouvrir un autre post. (du reste les modérateurs risquent de vous encourager a coup de ciseaux)

Ces règles étant posées, le post est a vous. Merci d'aller le chercher et le remonter quand vous en avez besoins.
Coup double
Mauvaise semaine pour la littérature. Ed Mc Bain, Claude Simon.

Citation :
L'écrivain Claude Simon est mort


http://permanent.nouvelobs.com/icons_edition_2004/trans.gif
NOUVELOBS.COM | 09.07.05 | 12:37
http://permanent.nouvelobs.com/icons_edition_2004/trans.gif
Carnet. L'écrivain Claude Simon, prix Nobel de littérature 1985, auteur notamment de "La Route des Flandres", "Les Géorgiques" ou "L'Acacia", est mort mercredi, a-t-on appris ce matin après de son éditeur.

http://permanent.nouvelobs.com/photos/20050709.OBS9788.jpg
Claude Simon en 1961 (Sipa)

L'écrivain Claude Simon, prix Nobel de littérature 1985, est décédé mercredi à Paris à l'âge de 91 ans, ont annoncé samedi les Editions de Minuit.
Né le 10 octobre 1913 à Tananarive (Madagascar), l'écrivain a été inhumé à Paris samedi, a précisé son éditeur.
Claude Simon, considéré comme l'un des plus grands écrivains de la mémoire, a commis une vingtaine d'ouvrages dont "La Route des Flandres", "Les Géorgiques" ou "L'Acacia".
http://permanent.nouvelobs.com/cultu...9.OBS2971.html


Citation :
http://www.liberation.fr/img/puc/pix.gif
Ed McBain jette l'encre noire

http://www.liberation.fr/img/puc/pix.gif
Mort à 78 ans d'une légende du polar, auteur de plus de cent romans, consacré par sa saga du «87e District».
(...)
Forçat. Ed McBain, plus de 100 millions d'exemplaires vendus à travers le monde (sous ce nom ou celui d'Evan Hunter, un de ses nombreux pseudonymes), s'affichait toujours comme un modèle d'efficacité, déclarant notamment, lors de sa dernière venue en France et alors qu'il venait de subir l'ablation d'un larynx bouffé par le cancer : «Ecrire, c'est mon boulot. Gai ou triste, j'écris !» De fait, il y avait du forçat chez lui : plus de 100 romans au compteur, sans compter les nouvelles, les scénarios (dont les Oiseaux de Hitchcock). Mais sa production n'avait pas vraiment connu de trous noirs qualitatifs, récurrents chez les stakhanovistes du genre : jusqu'au bout, Ed McBain a tenu la route, notamment avec Roman noir (2003) où, via un flic raciste qui se pique de devenir écrivain, il donnait une recette du succès grinçante à souhait. «Pour figurer sur la liste des best-sellers, vous devez : 1) créer une intrigue qui place une personne ordinaire dans une situation extraordinaire; 2) créer une intrigue qui expose un fantasme universel; 3) créer une intrigue qui passera avec succès le test "cool". 4) Votre étude doit comprendre des enjeux élevés. 5) Vous devez introduire un compte à rebours. 6) Surtout pas d'ambiguïté. 7) Evitez les sujets d'actualité.»
http://www.liberation.fr/page.php?Article=309791

et aussi http://passouline.blog.lemonde.fr/li...e_mac_bai.html
François Xavier Verschave est mort en ce début de mois de juillet.

http://www.amnistia.net/news/articles/itvversc/verschav.jpg

Economiste de formation, sa particularité est d'avoir écrit des livres qui traitaient des relations entre les gouvernements français et africains d'une plume sèche et impliquée, précise et vindicative - juste et pragmatique.
Il avait aussi fondé l'ONG Survie

François Xavier Verschave avait raison de se battre, c'était l'un des défenseurs de l'Afrique qui pouvait encore inquiéter nos hommes politiques, toujours impliqué dans son combat pour dénouer les liens de la "françafrique". Ses enquêtes précises sur les implications de notre gouvernement, histoires de corruption et de manipulations, chefs d'entreprises mafieux, diplomates opportunistes... trouveront peut-être plus d'écho désormais. Noir Silence lui a d'ailleurs valu d'être inquiété par la justice de ces pays pour "offense à des chefs d'états étrangers".
Sa mort doit en soulager quelques-uns :/


Lien vers allafrica.com
Lien vers afrique.com
Lien vers le nouvel Obs (un peu périmé)
André Pousse, comédien

Andre%20bouquin.jpg

Citation :
Le comédien André Pousse, l'une des "gueules" du cinéma français, s'est éteint tôt vendredi 9 septembre à son domicile de La Garde-Freinet (Var), a-t-on appris auprès de son épouse. Celle-ci a précisé qu'il avait succombé à un accident de voiture survenu la semaine dernière. Il avait 85 ans.
http://permanent.nouvelobs.com/cultu...9.OBS8804.html



Jacques Dufilho, comédien

http://permanent.nouvelobs.com/photos/20050829.OBS2878.jpg


Citation :
Jacques Dufilho, grand acteur de théâtre et de cinéma récompensé par plusieurs César et Molière, est décédé dimanche 28 août à l'âge de 91 ans
http://permanent.nouvelobs.com/photo...29.OBS2878.jpg

J'ai beau penser à ses rôles, je retiendrai de lui le sketch « La visite du château »



RL Burnside, bluesman oublié et retrouvé

rule200x300.jpg

Citation :
Né le 23 novembre 1926 à Harmontown, Mississippi, disparu le 1er septembre à Memphis, Tennessee, Robert Lee Burnside était un homme d'excès. Avant même qu'il ne commence à chanter des mélopées aux notes altérées, sa vie ressemblait à un standard du blues.
Teigneux. En 1944, sa famille avait décidé de pousser jusqu'à Chicago afin d'essayer d'améliorer l'ordinaire. Sur leur lopin de terre, les Burnside étaient connus pour être teigneux. Mais, dans l'Illinois, ils vont avoir affaire à forte partie. Conséquence: un an après l'arrivé du clan en ville, cinq de ses membres ont été tués net: le père de Robert Lee, deux de ses oncles et deux de ses frères. Quant à lui, il a pris ses distances avec son entourage énervé. Ouvrier dans une verrerie, il sympathise avec l'époux (bigame) de l'une de ses cousines, un dit Muddy Waters, dont il ne rate pas un concert.

Retourné au Mississippi, Burnside âgé de 20 ans, noblesse oblige, ne tarde guère à y flinguer un type dont la façon de lancer les dés lui déplaît. Au tribunal, l'accusé aura ce mot inoubliable: « Si cet homme est mort, c'est que Dieu l'a voulu. Moi, je me suis contenté de lui tirer une balle dans la tête. » Argument qui ne manque pas d'ébranler les jurés dévots. Verdict: six mois de travail forcé en ferme pénitentiaire.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=321745

J'avais eu la chance de le voir lors d'un festival inter facs en 1992 ou 1993, le bonhomme n'en revenait pas de l'accueil qu'on lui avait réservé, alors qu'il se produisait dans un simple amphi en France... Après la première chansons et les applaudissements, il n'arrêtait pas de répéter « Ubelievable... unbelievable », et il avait l'air sincère. Je l'avais revu à la Cité de la Musique un peu plus tard, dans un cadre un peu plus institutionnel, il n'y avait plus cette fraîcheur mais sa musique, elle, était toujours là. Il va me manquer.

La photo, c'est exactement lui tel que je me le rappelle. Assis sur une chaise, chemise et casquette, air goguenard ou roublard.
Robert Wise

Monteur oscarisé aussi pour O. Welles (sur Citizen Kane et La Splendeur des Amberson

Ce n'est sûrement pas pour annoncer une nouvelle surprenante sur ceux qui suivent les informations, mais pour ouvrir un sujet, si cela se fait régulièrement sur cette section, sur la disparition de Robert Wise.

Réalisateur hollywoodien quasiment par excellence, il a quand je trouve une filmographie surprenante:

- De très gros succès avec "La mélodie du bonheur", "West Side Story", "Star Trek". On peut en penser ce qu'on veut mais ils sont présents dans ses créations, et on rapporter les objectifs qu'on leur avait fixé (je n'aime pas parler de films avec des objectifs financiers mais je crois que c'est ici le cas, sauf peut-être West Side Story)

- Et des films plus "confidentiels" comme "Nous avons gagné ce soir", ou un magnifique "Je veux vivre", sur la peine de mort aux Etats-Unis à une époque où ce sujet n'avait jamais prêté à discussion (il me semble).

- Je ne parle pas des coups de coeur qui m'ont fait découvrir ce réalisateur particulier, c'est à dire "La maison du diable"* et bien avant tout "Le jour où la Terre s'arrêta".

*: The Haunting, comme beaucoup de films que j'ai pu voir de Robert Wise, m'avait marqué par certains points vraiment modernes dans la conception de ses personnage.

De ce dernier cité, j'ai découvert au fur et mesure un cinéaste réellement humaniste. Quelque soit le sujet, le débat créé, il s'est toujours intéressé au devenir de ses personnages, ce qu'ils sont ce qu'ils ressentent.

Ici en plus de l'évidente peur de l'inconnu, qui lui permet de créer des sentiments d'angoisses sans aucun effet spécial (enfin peut être un seul sur tout le film, sur la scène de la porte ), je me rappelle de la surprise face à l'apparition d'un personnage Theo, incarnée par Claire Bloom, aussi suggestive, quelque chose d'assez peu commun, même maintenant

ps: il faudra malgré tout rappeler (c'est connu de fait mais bon ) que le hum... Hantises avec Liam Nesson et Catherine Zeta Jones en est un remake.


Evidemment il n'est plus dans le métier véritablement depuis des années. Sa disparition me permet surtout de lui rendre un hommage personnel (avec le peu de portée que cela peut avoir, mais je voulais le faire ) pour quelqu'un que je suis prêt tout le temps à découvrir une facette particulière de sa carrière.

Réaliteur Hollywoodien dans le bon sens, et intimiste simultanément, c'était pour moi un personnage rare et précieux

ps: J'ai oublié et je viens de voir que son premier film était "Curse of the Cat People" suite tout aussi réussie que "Cat people" de Jacques Tourneur, ne jouant quasiment pas sur le coté fantastique de l'histoire
Euh, LooSHA, tu permets que j'emprunte ton thread ? Remarque, je trouve un peu incongru de le placer parmi tous ces artistes, mais bon, s'il faut un thread unique...

Mort de Simon Wiesenthal

Citation :
VIENNE (AFP) - Simon Wiesenthal, le célèbre "chasseur de nazis" autrichien, est mort mardi à l'âge de 96 ans à Vienne, annonce le centre qui porte son nom sur son site internet.

Simon Wiesenthal a aidé à traduire en justice plus de 1.100 criminels de guerre nazis, note le Simon Wiesenthal Center. Il avait survécu à plusieurs camps de concentration après l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie.

Affaibli par la maladie, Simon Wiesenthal avait mis un terme en avril 2003 à l'âge de 94 ans à sa traque des criminels nazis qu'il poursuivait avec ténacité depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Un de ses succès les plus spectaculaires a été l'aide fournie aux services secrets israéliens pour la découverte d'Adolf Eichmann en 1960 en Argentine, où il se cachait. Eichmann, l'un des principaux exécutants de la "solution finale" pour exterminer les juifs d'Europe, avait été enlevé par des agents secrets, traduit en justice en Israël et exécuté en 1961.
Bien que l'expression soit galvaudée, notamment sur le net : paix à son âme. Et merci.
__________________

Since 2000.
Jacques Lacarrière


Citation :
Jacques Lacarrière est mort


Fasciné par la Grèce antique dont il a traduit de nombreux auteurs, Jacques Lacarrière est décédé samedi, à 79 ans, des complications d'une opération.


http://permanent.nouvelobs.com/photos/20050918.OBS4105.jpg

http://permanent.nouvelobs.com/icons_edition_2001/lettrines/L.gif 'écrivain et essayiste Jacques Lacarrière est mort samedi 17 septembre. Il est décédé à 79 ans des complications d'une opération qu'il avait subie au genou en début de semaine, a annoncé Nicole Lattès, directrice générale des Editions Robert Laffont.
Jacques Lacarrière était fasciné par la Grèce antique dont il a traduit de nombreux auteurs.
http://archquo.nouvelobs.com/cgi/idx...debut=20050920

Il ressemblait à Françoise Verny avec la coiffure d'Hervé Bazin, mais c'est pas une raison pour se moquer de lui, c'était un puits de savoir

Ouin.
Arrow
Citation :
http://permanent.nouvelobs.com/photos/20051022.OBS6218.jpg
Shirley Horn, la pianiste et chanteuse de jazz qui avait débuté avec Miles Davis et était devenue une des grandes interprètes des standards américains, est décédée à l'âge de 71 ans, a-t-on appris vendredi 21 octobre auprès de sa maison de disque.

Chanteuse de la lenteur, qui chérissait les atmosphères raffinées et intimistes, Shirley Horn aimait s'accompagner elle-même au piano. Depuis sa maladie, et l'amputation de son pied droit en 2002, elle y avait temporairement renoncé, mais avait repris place devant l'instrument en décembre 2004, grâce à une prothèse.

A la fois courageuse et casanière, Shirley Horn préférait retrouver son public dans les clubs des environs de Washington D.C., où elle habitait depuis sa naissance, plutôt que de courir le monde. De même, fidèle en amitié, elle aimait s'entourer de musiciens dont elle se sentait proche.
http://permanent.nouvelobs.com/cultu...2.OBS3060.html
http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_inf...n__25_10_.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,...-702871,0.html

(on pourra toujours aller se consoler en allant voir Bettye LaVette le 28/10 au New Morning (même si c'est du blues).


Citation :
http://www.drfrizz.de/pix/armanfrizz.JPG
Le sculpteur franco-américain Arman, célèbre pour ses accumulations, est décédé samedi à New York à l'âge de 76 ans, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille.
(...)
Né en 1928 à Nice, Armand Pierre Fernandez avait adopté "Arman" comme nom d'artiste en hommage à Vincent Van Gogh qui ne signait que de son prénom. Il était le cosignataire avec son ami Yves Klein du manifeste du Nouveau réalisme.
Dans ses "accumulations", il assemblait des objets manufacturés de toutes sortes, comme des valises ou des horloges pour la gare Saint-Lazare de Paris ou des drapeaux blancs dans le hall du palais de l'Elysée.
Depuis les années 1960, il avait à plusieurs reprises disposé des déchets de la vie quotidienne derrière des parois de plexiglas, mettant le doigt sur la consommation de masse caractérisant notre société. "La consommation est en train de foutre la planète en l'air", expliquait-il lors d'une récente exposition; "ça peut pas durer pour toujours".
Arman a également signé plusieurs oeuvres dénonçant la violence de la guerre, dont son immense "Espoir de paix" à Beyrouth au Liban, une accumulation de chars et de canons pris dans du béton haute de 32 mètres.
http://permanent.nouvelobs.com/cultu...1059.html?1216
http://www.liberation.fr/page.php?Article=333119


Citation :
http://permanent.nouvelobs.com/photos/20051025.OBS6378.jpg
Rosa Lee Parks, dont la témérité avait lancé le combat contre les lois ségrégationnistes américaines, est décédée lundi à son domicile à l'âge de 92 ans.
Rosa Parks n'avait que 42 ans quand un acte de défiance le 1er décembre 1955 lui avait valu le surnom de "mère du mouvement des droits civiques".
Dans un bus de Montgomery (Alabama), cette couturière, membre d'une association de lutte contre la discrimination raciale, s'était assise à une place réservée aux Blancs et avait refusé de la céder à un homme blanc qui la réclamait.

Son arrestation et sa condamnation à payer une amende de 14 dollars avaient provoqué une campagne de boycott pendant 381 jours de la compagnie de bus organisée par un pasteur alors inconnu: Martin Luther King. En novembre 1956, la Cour Suprême américaine déclarait la ségrégation anticonstitutionnelle.
Après cet épisode, Rosa Parks, victime de menaces, avait dû quitter l'Alabama pour Detroit (Michigan) en 1957, où elle a travaillé jusqu'à sa retraite en 1988.
http://permanent.nouvelobs.com/etran...5.OBS3228.html

Ses dernières paroles ? « Si la Taverne de JOL avait existé en 1955, je me serais bien fendue la gueule à les faire chier ! »
Petite précision qui a son importance : Parks n'était pas assise dans la section pour blancs mais pour gens de couleurs. Et elle a refusé de se lever car un blanc voulait un siège qui ne lui était pas destiné.

Citation :

She took a seat in the front of the black section of a city bus in Montgomery. The bus filled up and the bus driver demanded that she move so a white male passenger could have her seat.

"The driver wanted us to stand up, the four of us. We didn't move at the beginning, but he says, 'Let me have these seats.' And the other three people moved, but I didn't," she once said.

When Parks refused to give up her seat, a police officer arrested her.
Citation :
Many accounts fail to clarify: she was sitting in the "colored" section of the bus. With the "white" section full, a white man wanted her to give up her seat. That is, it was not a matter of protest on any level when she sat down; the protest was in her refusal to give up a seat in the "colored" section. Mrs. Parks was on the Cleveland Avenue bus on December 1, 1955. Bus driver James Blake had demanded that four blacks give up their seats in the middle section so a lone white man could sit. Three of them complied. When recalling the incident for Eyes on the Prize, a 1987 public television series on the civil rights movement, Parks said, " When he saw me still sitting, he asked if I was going to stand up and I said, 'No, I'm not'. And he said, 'Well, if you don't stand up, I'm going to have to call the police and have you arrested.' I said, 'You may do that.' "
Sources : ici & .
http://www.greengiant.com/images/history/tr_grstg.jpg

Elmer Dresslar, la célèbre voix de Géant Vert, est mort il y a quelques jours à l'âge de 80 ans


Citation :
'Jolly Green Giant' voice dead at 80

Elmer Dresslar sang 'Ho, Ho, Ho' in TV ads



Wednesday, October 26, 2005; Posted: 6:21 a.m. EDT (10:21 GMT)
PALM SPRINGS, California (AP) -- Elmer "Len" Dresslar Jr., who extolled vegetables to generations of TV watchers as the booming voice of the Jolly Green Giant, has died. He was 80.

Dresslar died October 16 of cancer, according to daughter Teri Bennett.

Dresslar was an entertainer and singer for nearly six decades. But his voice rang through millions of households when he sang the simple refrain, "Ho, Ho, Ho," in an ad jingle for Green Giant foods.

Dresslar, a Kansas native, moved to Chicago with his wife in the early 1950s to study voice after touring with a production of "South Pacific." By the 1960s, the Navy veteran had carved out a career singing in clubs, on television and in advertising jingles.

He recorded 15 albums with The Singers Unlimited jazz group and appeared on the CBS television show "In Town Tonight" from 1955 to 1960.

Ad jingles were the most consistent part of his career, and he landed roles for Rice Krispies cereal, Marlboro cigarettes, Amoco oil and Dinty Moore canned beef stew.

He periodically re-recorded the "Ho, Ho, Ho" for Jolly Green Giant commercials, most recently about 10 years ago.
http://www.cnn.com/2005/SHOWBIZ/TV/1....ap/index.html
http://www.chriswhitley.com/gallery/sds_release_party/cw-houston0705-8.jpg

Chris Whitley est décédé d'un cancer du poumon, à 45 ans... C'était un chanteur rock / blues peu connu, mais qui pourtant méritait de l'être... Il a notamment fait les premières parties de Bob Dylan et de Tom Petty. Mal connu, parce qu'il explorait beaucoup de styles musicaux, du grunge, funk, rock alternatif ; parce qu'il était un musicien en marge... Repose en paix Chris, ton Living with the law restera parmi mes CDs préférés.
LONDRES, 26 novembre

Le Britannique Richard Burns, champion du monde des rallyes en 2001, est mort vendredi des suites d'une tumeur au cerveau à l'âge de 34 ans, a-t-on appris samedi du site web du journal "The Times".

M. Burns, qui avait subi une opération du cerveau en avril dernier, se trouvait depuis plusieurs jours dans le coma.

http://www.specialstages.com/acatalog/0340825170.jpg
George Best n'est plus ,il s'est eteint a l'age de 59 ans

Adulé dans les années 60, Best, que l'on surnommait «le cinquième Beatle» en raison de sa coupe de cheveux très pop, a gagné avec Manchester United la Coupe d'Europe des clubs champions en 1968, année où il a été désigné Ballon d'or du meilleur footballeur européen.

http://www.compusmart.ab.ca/icorry/BESTPage.htm
Pierre Seel
Un des derniers témoins de l'enfermement des homosexuels s'est éteint à l'âge de 82 ans, à Toulouse, le 25 novembre.

A l'âge de 17 ans, en promenade dans un square de Mulhouse - à la recherche d'une aventure de passage - (Il n’y avait pas d’autres façons, à l’époque, de vivre son homosexualité), un inconnu lui vole sa montre. Il porte plainte au commissariat, et se retrouve fiché dans la colonne "homosexuels".
A l'arrivée des allemands, les agents de la gestapo consultent les fichiers de la police et procèdent à des arrestations de masse : il est déporté au camp de Schirmeck, où il subit l'horreur. A l'enfermement, aux privations, humiliations et mauvais traitements, à la cruauté ordinaire des geôliers nazis, s'ajoutent des expériences médicales destinées à "soigner" sa préférence sexuelle. Les prisonniers homosexuels étaient les plus mal lotis dans son camp, devenaient même des cibles pour les autres déportés. En 1941 il se fait enrôler de force dans la Wehrmacht, et atteint le front russe, jusqu'à son évasion, la libération.

Après la guerre, il "entre dans le rang" et se marie - peut-être pour oublier la douleur et le mépris - joue un simulacre de vie normale, cache à tous son histoire. Il plonge dans le silence pendant des décennies...
Jusqu'au jour où il décide enfin de parler, en 1982, atterré par le l'Evêque de Strasbourg qui refuse l'entrée dans la ville à un groupe d'homosexuels venus pour un congrès.

Il oublie par la suite sa honte, et confie son histoire à Pierre Bitoux*, qui mettra en forme son témoignage dans leur livre Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel (Calmann-Lévy, 1994)



Une émission en ligne de "Là bas si j'y suis" (java)
Les oubliés de l'histoire nazie
Annonce
Le site des triangles roses
Citation :
Des jours, des semaines, des mois passèrent. De mai à novembre 1941, je vécus six mois de la sorte dans cet espace où l'horreur et la sauvagerie étaient la loi. Mais je tarde à évoquer l'épreuve qui fut la pire pour moi, alors qu'elle se passa dans les premières semaines de mon incarcération dans le camp. Elle contribua plus que tout à faire de moi cette ombre obéissante et silencieuse parmi d'autres.

Un jour, les haut-parleurs nous convoquèrent séance tenante sur la place de l'appel. Hurlements et aboiements firent que, sans tarder, nous nous y rendîmes tous. On nous disposa au carré et au garde-à-vous, encadrés par les SS comme à l'appel du matin. Le commandant du camp était présent avec tout son état-major. J'imaginais qu'il allait encore nous assener sa foi aveugle dans le Reich assortie d'une liste de consignes, d'insultes et de menaces à l'instar des vociférations célèbres de son grand maître, Adolf Hitler. Il s'agissait en fait d'une épreuve autrement plus pénible, d'une condamnation à mort.

Au centre du carré que nous formions, on amena, encadré par deux SS, un jeune homme. Horrifié, je reconnus Jo, mon tendre ami de dix-huit ans. Je ne l'avais pas aperçu auparavant dans le camp. Etait-il arrivé avant ou après moi ? Nous ne nous étions pas vus dans les quelques jours qui avaient précédé ma convocation à la Gestapo. Je me figeai de terreur. J'avais prié pour qu'il ait échappé à leurs rafles, à leurs listes, à leurs humiliations. Et il était là, sous mes yeux impuissants qui s'embuèrent de larmes. Il n'avait pas, comme moi, porté des plis dangereux, arraché des affiches ou signé des procès-verbaux. Et pourtant il avait été pris, et il allait mourir. Ainsi donc les listes étaient bien complètes. Que s'était-il passé ? Que lui reprochaient ces monstres ? Dans ma douleur, j'ai totalement oublié le contenu de l'acte de mise à mort.

Puis les haut-parleurs diffusèrent une bruyante musique classique tandis que les SS le mettaient à nu. Puis ils lui enfoncèrent violemment sur la tête un seau en fer blanc. Ils lâchèrent sur lui les féroces chiens de garde du camp, des bergers allemands qui le mordirent d'abord au bas-ventre et aux cuisses avant de le dévorer sous nos yeux. Ses hurlements de douleur étaient amplifiés et distordus par le seau sous lequel sa tête demeurait prise. Raide et chancelant, les yeux écarquillés par tant d'horreur, des larmes coulant sur mes joues, je priai ardemment pour qu'il perde très vite connaissance.

Depuis, il m'arrive encore souvent de me réveiller la nuit en hurlant. Depuis plus de cinquante ans, cette scène repasse inlassablement devant mes yeux. Je n'oublierai jamais cet assassinat barbare de mon amour. Sous mes yeux, sous nos yeux. Car nous fûmes des centaines à être témoins. Pourquoi donc se taisent-ils encore aujourd'hui ? Sont-ils donc tous morts ? Il est vrai que nous étions parmi les pus jeunes du camp, et que beaucoup de temps a passé. Mais je pense que certains préfèrent se taire pour toujours, redoutant de réveiller d'atroces souvenirs, comme celui-ci parmi d'autres.

Quant à moi, après des dizaines d'années de silence, j'ai décidé de parler, de témoigner, d'accuser.
extrait du témoignage

*J'ai des réserves cependant la neutralité de la main qui a mis en forme le témoignage de Pierre Seel... et j'éviterai aussi de parler du style du bouquin. Romancer son histoire, était-ce bien nécessaire ?
Unhappy
Jacques Fouroux n'est plus
Citation :
http://img1.eurosport.com/imgbk/baskbl/all/big_md-i214008.jpg

L'ancien joueur et sélectionneur de l'équipe de France, Jacques Fouroux, a été terrassé par une crise cardiaque samedi soir, à son domicile d'Auch. Il avait 58 ans. "C'est un grand monsieur qui s'en va", a dit Daniel Dubroca, capitaine des Bleus sous sa direction, lors de la Coupe du monde 1987.

L'ancien capitaine puis entraîneur de l'équipe de France de rugby Jacques Fouroux est décédé samedi soir d'une crise cardiaque à Auch à l'âge de 58 ans, a annoncé à l'AFP Philippe Martin, député (PS) et président du conseil général du Gers.

Les pompiers du Gers ont confirmé avoir été appelés pour un malaise de Jacques Fouroux à son domicile d'Auch peu après 21h20. Après une demi-heure de massage cardiaque, les secours ont d constater le décès de l'ancien rugbyman à 22h08.

Né à Auch en juillet 1947, Fouroux revenait régulièrement résider dans sa ville natale. Il y était revenu depuis son licenciement le 4 novembre par le club italien de L'Aquila, a déclaré M. Martin à l'AFP. "Il avait assisté à son dernier match samedi dernier (10 décembre) entre Auch et le Stade Bordelais", en Championnat de Pro D2, a précisé M. Martin. Un de ses proches, interrogé par l'AFP, l'avait rencontré vendredi soir "en pleine forme et prêt à rebondir pour un nouveau contrat de six mois dans le monde du rugby, pour une destination sur laquelle il restait encore discret."

Première alerte

Il avait pourtant connu une première alerte de santé il y a deux ans environ et avait d être opéré en urgence pour une péritonite. "C'est une immense tristesse pour le Gers et le rugby français qui ont perdu un de leurs plus grands enfants et de leurs ambassadeurs: tous les Gersois et ceux qui aiment le rugby auront le coeur gros et une pensée avant de rentrer sur la pelouse", a déclaré Philippe Martin à l'AFP. "Il est parti très probablement épuisé par beaucoup trop de combats", a ajouté le président du conseil général du Gers.

Jacques Fouroux, surnommé "le petit caporal", avait été entraîneur de l'équipe de France de 1981 à 1990. Durant sa carrière de joueur au poste de demi de mêlée, Fouroux a joué successivement à Auch, Cognac et La Voulte puis a été entraîneur de Grenoble, notamment finaliste du Championnat de France en 1993.

Il a porté 28 fois le maillot de l'équipe de France (1972-77), avec laquelle il a notamment réussi un historique Grand Chelem dans le Tournoi des cinq nations en 1977, avec le grade de capitaine, avant d'en prendre la direction pendant neuf ans.

"Je l'aimais profondément, a réagi Bernard Laporte, l'entraîneur du XV de France. En dehors de sa conception du jeu, ce que je retiens c'est l'homme, quelqu'un de marrant, d'enthousiaste. Je l'avais vu dernièrement. C'est sûr qu'il s'ennuyait un peu parce qu'il avait perdu le contact avec le terrain."

Pour Daniel Dubroca, capitaine de l'équipe de France entraînée par Jacques Fouroux, finaliste de la Coupe du monde 1987, "c'est un grand monsieur qui s'en va."

"C'était une personne excessive et très attachante. Il aura marqué l'histoire du rugby français. Je suis particulièrement ému. C'est une personne que j'aimais beaucoup côtoyer et que j'avais toujours plaisir à retrouver avec la grande famille des Barbarians" , a ajouté Dubroca.
Source
Wilson Pickett est mort (le chanteur de soul)
L'auteur de In the midnight hour, If you need me, Mustang Sally ou encore Everybody Needs Somebody to Love Wilson Pickett nous a quitté.

http://www.artist-pictures.com/media/Notodden-2000/Wilson-Pickett5-400.jpg

Tiré du Monde :

Citation :
Le chanteur de soul music Wilson Pickett est décédé d'une attaque cardiaque, jeudi 19 janvier, dans une chambre de l'hôpital de Reston, en Virginie, à l'âge de 64 ans. La star des années soixante, malade, avait cessé de se produire sur scène depuis un an.
Le reste de l'article ici
Fil fermé

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés