WoW - La Bibliothèque de Suru'Mar

Débarquement en Gilneas

Répondre
Partager Rechercher
Sinel - Il souffre toujours. C'est pour ça que nous sommes là. Va chercher tes affaires, nous allons accoster.

Lia - Je n'ai pas la force de la moitié d'un de ces soldats, devant nous. je crains de ne vous être d'une grande utilité.. mon seul dont est celui de guérisseuse, une fois les combats passés je pourrais calmer les blessures.

Lia parti dans la cabine qu'elle partageait avec le Nain et prit son unique sac de tissu contenant des vêtements de toiles et quelques plantes médicinales. L'Elfe accrocha son arc à son épaule et empoigna un carquois de flèches mal taillées.

Remontant sur le pont, les terres de Gilneas se rapprochaient, tout comme la mort, Lia le sentait, elle avait de ces aura, que n'ont pas les autres nains, ou hommes.


Lia - Je suis inquiète Sinel, je pense plus être un fardeau qu'une grande aide pour vous. Êtes vous pressé de vous battre pour vos terres ?
Soudain, un grand bruit de bois brisé se fait entendre, et les deux occupants de la pièce sont balotés en tout sens.. Lorsqu'ils arrivent à se remettre à peu près debout, la pièce est penchée, et tout est chamboulé.


-Allons voir ce qu'y s'est passé, vite. Je crois que le bateau a rencontré un écueil.


Le colosse aquièce.
Ils courent comme ils peuvent jusqu'au pont. Arrivés dessus, ils voient qu'ils se sont échoués dans un groupement de rochés, pas très loin d'une plage de sable gris.


-Nous devrions prendre une barque et aller sur l'île propose alors le colosse

Alleria aquièce.
Aussi tôt, il vas chercher une barque, s'installe dedans. Alleria s'installe à son tour. Il coupe les cordes, et la barque chute. Alleria pousse un grand hurlement, puis on entend un grand "plouf" et la barque disparait sous les eaux.
Puis elle ressort, Le colosse avec une main maintenant fermement Alleria, l'autre l'accrochant à la barque, celle ci ayant les bras repliés sur ça poitrines, tout les deux étant trempés.
Alleria lui jette un regard noir.
N'en ayant cure, il se met à ramer.

Peu après, ils arrivent sur la côte. Ce qu'elle avait cru être une plage de sable gris n'est en fait que de la vase. Tout deux descendent. Ils marchent, pour arriver sur la terre ferme au plus vite. L'air est lourd, et on entend aucun bruit, si ce n'est le sucions provoqué par leurs pas. Du coin de l'oeil, elle voit quelque chose sur sa droite. Un aileron se déplace dans la vase, fonçant vers eux.


-Attention!


Elle avait hurler un avertissement à l'attention du colosse. Celui ci regarde vers l'endroit où est pointé son doigt. Voyant l'aileron à deux pas de lui, il saute de côté. Une bouche gigantesque, mesurant au bas mot deux mètres de diamètres surgit, pour dévorer l'air où il se trouvait une seconde plus tôt.


-Cours, je vais le retenir! Hurle alors Alleria.
-Non tu ne vas pas le retenir, tu vas courir aussi fillette si tu tiens à la vie, on ne se bat pas contre ce genre de choses.


Il court vers elle, l'attrape par la taille comme on aurait fait avec un fétu de paille, et se met à courir, à une allure impressionnante. Allera peste, mais s'arrête voyant l'aileron les rattraper. Elle se met à marmonner très vite quelques syllabes incompréhensibles, et trace des signes dans l'air à l'aide de ses jambes, ses bras n'étant pas disponibles. Puis, en prononçant un dernier mot, elle tend les jambes, et l'aileron s'arrête d'un coup. Le colosse continu de courir, mais la bête ne bouge plus d'un pouce, immobilisée, là, dans la vase.

Arrivant à la terre ferme, le colosse la pose à terre, et se pose lui même, essoufflé.


-Tu ne cours pas bien vite, sans moi, il nous aurait dévoré. [i]Dit elle avec un air triomphant.
-Et gna gna gna, et patati et patata, et c'est moi la plus forte Rétorque le colosse tout bas, mais assez fortement pour qu'elle entende.


Se contentant de lui jeter un regard noir, elle entreprend de nettoyer ses jambes.

Peu de temps après, ils repartent. La forêt n'est pas loin et ils l'atteignent rapidement. Les arbres sont tous décrépis, moisis, la poussière du sol ressemblant à des ossements, marinant dans de la pourriture.


-Géant, je vais tester ma magie avant d'entrer dans cette forêt. Ca ne prendra pas longtemps
-Ok, comme tu veux. J'ai tout mon temps en attendant que les bateaux arrivent.


Celle ci ne l'écoutant déjà plus, elle ferme les yeux et se met à chanter. Ses mains se mettent dans tous les sens, et deviennent difficiles à suivre. Ses doigts laissent des trainés de lumière derrière eux, formant des symboles aussi mystérieux que magnifiques. Puis, une bon moment s'étant écoulant, elle rouvre les yeux, prononce une dernière note très forte, et tend les mains. De la poussière bleu vole sur la forêt. Aussitôt, le sol redevient terre, et quelques bourgeons se mette à fleurir ici et là.

La partie de la forêt rénovée n'est pas très important, mais tout de même de la taille de la cabine dans le bateau, et suffisante pour décrocher au colosse un


-Wow, t'es peut être pas une fillette de rien toi


Elle lui sourit. Puis, ils se remettent en route, pénétrant dans les profondeur de la forêt.


-Comment t'appelle tu géant?
-Je me nomme Casimir.
-Tu as un nom amusant (elle ne peut réprimer un sourire). Le mien est Alleria. Enchantée.
-De même.
-Je me demande... J'avais un ami sur ce bateau... Si il a réussis à survivre.


Il lui jette un regard attristé, puis la laisse à ses sombre pensés. Rien ne bouge ou ne fait du bruit dans cette forêt, ce qui l'inquiète outrement plus. Ainsi que de ne pas avoir attendu la flotte.
Message roleplay
L'annonce de la vigie sortit Talnyr de ses songes. Il laissa de coté ses occupations (et sa chope de bière) pour se rendre sur le pont afin de constater par lui-même leur arrivé à bon port.

"A bon port"... Ces mots semblaient vraiment être de l'ironie lorsque le Nain distingua l'état des navires de reconnaissance.


"Sacré bordel d'Orques ! C'est pas ce qu'on appel un accostage réussi !" lance-t-il.

D'un pas rapide, il retourna chercher ses armes dans sa cabine en jurant. Peu de temps plus tard, il revint sur le pont équipé de son armure de plaque par dessus sa cotte de maille ainsi que de son fidèle marteau de guerre.


"Bon, allons-y."
Le bruit de la vigie naine fit sortir de sa lecture la silhouette.
- Il était temps dit elle dans un soupir.
En sortant sur le pont elle regarda l'état des navires de reconnaissances et le nombre croissant de personnes sautant par dessus bord pour aller aider des personnes voués à la mort.
La silhouette attendit que la navire accoste et descendent une rampe pour éviter de se mouiller et se dirigeât vers la plage en souriant intérieurement à tout ce sang qui va se verser avec d'aussi bon stratège.
Nova continua son périple dans le navire en ruine. Mais son amie Alleria n'était nulle part. La chose la plus étrange à ses yeux était l'absence de cadavres de marins. Ils avaient tous disparus.

Au bout de quelques heures de recherche, il décida finalement de sortir de cette épave, quasiment persuadé que son amie s'était sortie de ce traquenard et était à l'abri, dehors. Il fit route vers le pont supérieur du navire. Il ne rencontra plus de résistance ennemie.

Lorsque la lumière du jour parvint aux yeux de Nova, la sortie n'était plus qu'à quelques mètres. Une odeur de chair putréfiée parvint à ses narines. Il sortit la tête et vit une quantité impressionnante de morts-vivants. Sa rage le faisait fulminer mais il savait que s'il s'engageait dans le combat maintenant, il mourrait et sa perte ne servirait à rien.

Il décida de sortir furtivement par un trou de la coque. Il sortit alors, se tapissant dans les dunes de cette plage, évitant à tout prix de croiser le regard d'une de ses créatures. Il s'approcha de la forêt, morte et noircie. Mais une seule zone de cette forêt était fleurie et bourgeonnante. Il huma l'air. Cette forêt verte respirait la magie. Il décida alors de s'enfoncer dans cette verdure. Au bout de quelques minutes de marche à la lisière de la forêt, il vit 2 silhouettes. Il sortit alors ses épées et s'approcha. Il reconnut l'une d'entre elles : c'était Alleria. Il se rapprocha encore et se mit à côté d'elle, sans se faire remarquer. Puis il dit :


- Je suis heureux et soulagé de te savoir en vie. Mais qui est donc cet humain qui t'accompagne ?
__________________
Quel est le pire des ennemis qui nous attende avec l'âge ?
Qu'est ce qui imprime la Rîde plus profondément au front ?
Voir chaque personne aimée effacée de la page de la vie,
Et être seul sur Terre comme je le suis maintenant.
Soudain, des gargouilles apparurent dans le ciel, surgissant des nuages comme une tache cancéreuse sur la peau d'un homme ayant la peau bleu.
Les créatures des ténèbres foncèrent vers les navires approchant en gardant le soleil dans leur dos.
Les fusiliers nains et les archers ne purent tirer sur ses ennemis piquant vers eux.
le choc des deux armées fut soudain et meurtrier pour les troupes terrestres, se servant des leur griffes au corps à corps, les gargouilles déchiquetèrent les archers et tout hommes passant à leur portée.
la défense contre cet ennemi aérien commença à s'organiser, les cavaliers griffons et la bataille commença à faire rage sur les ponts de tout les navires tandis que les goules et les abominations affluèrent vers les navires accostés.
La bataille commença à tourner au carnage pendant que beaucoup de troupes de débarquement fuirent de tout coter pour tenter d'échapper au fléau. Quelques un réussirent à trouver refuge dans les arbres se protégeant des troupes ennemies.
les autre n'eussent pas cette chance et furent en grande parties anéanties, seuls quelqu'un réussirent à fuir au hasard de la terre ou de l'air pendant que les morts vivants se repaissaient des restes des combattants.

une paire d'yeux avait tout vu et l'homme à qui elle possédait souriait un peu du malheur de ses hommes.
il arrêta de regarder les nécrophages se nourrir sur les cadavres mais suivit les troupes qui fuyaient toujours à travers les bois se demandant quand ils allaient se regrouper
Le navire de tusk accosta enfin sur la plage des cotes du vieu continent.
Tusk et tous les passagers du "griffon argenté", ils devaient etre une vingtaine d'humains et une dizainne d'orcs se jetterent alors sur les plages ou la bataille faisait deja rage. Dans les airs des gargouilles et des nains chevauchant des griffont se livraient des combats impitoyable. De temps en temps il arrivait qune des abominations ou un griffon meurtri ne chute a quelque metres d'eux.

La plage avait l'odeur du sang. des elfes, des humains , des nains, des orcs mais surtout beaucoups de goules et de squelettes gisaient au sol, agonisant ou deja morts.

Tusk combattait au côté de Fadghas et se battaient comme dix hommes réunis. La rage qu'ils portaient au plus profond de leur coeur semblait se liberer a chaque coup donné.

Quelques necromanciens s'affairent sur le champ de bataille, recitant des incantations créant une armée de squelette a partir des cadavres humains.

Tusk et son nouvel ami se frayerent un passage, avec quelques autres humains, dans une troupe de squelettes afin de mettre fin aux actes macabres des necromanciens. La jambe de bois de Fadghas ne semblait pas le gener et son marteau pourfendant les crânes des morts vivants comme lon applatirait du beurres sous nos pieds. Le necromancien ne comprit que trop tard, encore affairé a recruter des forces pour le fléau. lorsque Gimdül s'abbatit sur lui, Tusk eprouva un sentiment de contentement.

Les archers elfes, dont certains semblaient s'etre refugier dans la forêt avaient réussi a cribler de fleches les autres necromanciens, mais la bataille était loin d'être gagnée.
Message roleplay
L'accostage s'était déroulé de manière précipitée lorsque Talnyr vit les troupes de mort-vivant s'affairer au sol. D'un geste rageur, il prit son marteau à deux mains avant de s'élancer avec les autres sur la rive.

Son marteau sifflait dans l'air et les tête décomposées de ses adversaires tombaient au sol.

Face au surnombres des opposants, il se rendit à l'évidence : le combat était très loin d'être gagné. D'autant plus que des gargouilles arrivèrent en renfort.

Tout en continuant à se battre, Talnyr avança lentement en direction des fourrés les plus proches avec quelques autres, tout en sachant qu'il mettrait du temps à y parvenir.
Nostenfer ne savait pas depuis combien de temps , il avait dormi dans la cale du bateau.
Mais des cris et des hurlements se firent entendre sur le pont !
Il distinguait bien le son de projectiles tombant dans l'eau qui devenait de moins en moins profonde , et les hurlements redoublaient et se rapprochaient de plus en plus .
Il comprit que le navire était la proie des patrouilles du Fleau.
Les soldats Mort-Vivant éliminaient avec facilité les soldats ivres . il se dit que s'il restait dans la cale il se ferait prendre facilement .
Il décida de remonter le plus discrètement possible sur le pont , ou les soldats , goules et squelettes s'entre-tuaient .
Il arriva sans problème jusqu'à une barque , ou une goule jaillit de nulle part et lui fit face, en prenant bien soin de briser d'un coup de griffe la barque.
Hélas pour elle , en un éclair Nostenfer sortit son épée longue et lui trancha la tête .
Il lui fallut vite chercher des yeux une nouvelle barque , mais il n'y en avait plus .
Soit elles avaient été détruites , soit mises à l'eau par des soldats terrorisés .
Nostenfer se retourna entendant un bruit de moteur .
C'était un Gyrocoptère prenant son envol rapidement pour fuir le navire ou quelques derniers soldats résistaient contre l'ennemi.
Nostenfer d'un bond extraordinaire grimpa sur une des barres sous le Gyrocoptère qui survolait l'eau ou il lâcha prise pour tomber dans l'eau glaciale.
Il nagea le plus rapidement possible pour fuir le navire qui ne tarda pas à être pris par l'ennemi .
Celui-ci commençait a s'enflammer par les nombreuses flèches incendiaires tirée par la vermine .
Il eut la chance de réussir à survivre et à débarquer , mais pas la chance de retrouver les autres soldats rescapés.
Il se retrouva seul dans l'ombre du continent fantôme et sans vie .
Il courait sans savoir ou il allait , tout se qu’il voulait c’était partir de l’endroit ou il était…
lorsque les gargouilles surgirent du ciel, un sursaut général fit frémir le navire, les cris des monstres déchiraient le silence et glaça le sang de l'équipage, chaque main se crispa sur son arme. Le choque des gargouilles fit hurler d'agonie ceux qu'elles rencontraient. En quelques minutes la force de la légion ardente mit en déroute les armées. Lia courut se réfugier sous une falaise non loin de là, où un nain perdait son sang, l'Elfe appliqua une des quelques plantes médicinales qu'elle avait récolté à la hâte avant le départ.

Affolé par l'écrasante majorité mort-vivante, chaque soldat courrait pour sauver sa vie, ne se préoccupant pas des autres. Lorsqu'il ne parvint plus que les cris de rage, au loin, des créatures morbides, les soldats terrorisés commencèrent à se regrouper. Les quelques survivants, eux, ne semblaient que peut blessés.

Lia n'avait rien. elle, avait toujours privilégié l'art de la course, et n'avait pas tenté de décocher la moindre flèche. Chacun reprenait son souffle, assit contre un arbre ou une falaise. L'elfe cherchait Sinel du regard.
Pendant l'accostage des goules avaient réussi à monter sur le pont, Jargal se battait justement contre une de celle là. Mais une deuxième arriva dans son dos, il eu à peine le temps de parer son coups avec sa hache pour se sauver mais la force de l'impact le projeta à l'eau. L'orc savant nager, se dirigea vers la côte qui n'était pas très loin, il sortit tout trempé ce qui le ralentissait dans ses mouvements. Mais d'un réflexe il se jeta à terre, une gargouille le rasa de ses griffes. Jargal se releva aussitôt et la gargouille fit demi tour dans les airs et le chargea de nouveau. Le grunt mit sa hache de façon à frapper verticalement (de haut en bas) et attendit sans bouger la gargouille qui se rapprochait dans les airs. Elle arriva, et le choc fut terrible Jargal assena un coup tranchant dans son estomac, la hache ouvrit la peau de la bête sur toute la longueur du ventre et s'arrêta au moment ou elle rencontra les os des pattes. Jargal fut de nouveau propulsé dans les airs à cause de la puissance fourni par les 2 combattants cependant il n'était pas blessé, par contre son adversaires vola 1 ou 2 mètres avant de tomber sur la plage, le sol la ralentit mais elle continua tout de même à glisser sur quelques mètres, renversant quelques squelettes qui n'avait pas eu le temps de fuir. L'orc se mit debout et brandissant sa hache en l'air cria fort "Pour Thrall !".
Mais le combat n'était pas fini, loin de là, une goule se dirigea vers lui, courant à 4 pattes à la manières d'un singe. Grâce à bon coups de hache dans la tête elle eu son compte. Toutefois une autre goules avait l'air de s'intéresser à lui, mais la hache du grunt était toujours enfonçait dans le crane de sa victime, et Jargal n'eut pas le temps de la retirer la goule lui sauta dessus lui donnant un coup de griffe qui fut in extremis bloquer par une plaque d'armure que Jargal portait au niveau de coeur et qui servait de prolongement à son épaulière gauche. Jargal fit 2 ou 3 roulades avant de reprendre ses esprits, la goule elle venait de se faire tuer par un coups de mousquet dont Jargal ne pouvait deviner l'auteur. Il regarda ensuite sa plaque d'armure et remarqua que l'acier avait été entaillé très profondément et était incrusté le coups de griffe de la goule. Le plus dur restait encore à venir, en effet Jargal était désarmé et une abomination venait de le prendre comme cible ...
La silhouette observa l'arrivée de gargouilles dans la mêlée et songea de suite que le débarquement était prévu par les forces adverses.
Un piège, voila où nous étions tombés, un foutu piège.
Mais bon, le nombre et l'orgueil des bons va vaincre les faibles adversaires qui se trouvent devant nous.
Pour le moment, effectuons un repli stratégique vers le sous bois, ils vont bien avoir besoin d'un soutien lors de la fuite prochaine.
La silhouette se déplace d'un pas sur mais rapide dans la direction opposé aux combats en sortant ses mousquets.
Que faire seul face à une aussi monstrueuse créature ! Il était désarmé et de toute façon à quoi aurait servi sa hache, il y avait enfoncé la chair en putréfaction de l'abomination 2 ou 3 épées et cela n'avait pas l'air de la gêner. Jargal regarda dans toutes les directions et vit un nain armé d'un mousquet, c'était sûrement son sauveur anonyme, Jargal connaissait la puissance destructrice des armes naines, bien que leur fonctionnement lui est étranger. Son sang ne fit qu'un tour, il se précipita vers le nain qui fut surpris de cette décision. Ce dernier fit signe à Jargal ne pas venir vers lui, mais l'orc poussé par son instinct de survie ne fit guère attention aux signes et petits bras s'agitant dans les airs. Jargal se rapprochait vite et l'abomination était juste derrière lui.

- Pas par là l'orc ! PAS PAR LA !

L'orc n'écoutait rien, l'odeur épouvantable du monstre rentrait dans ses narines lui faisant accéléré le pas. Rien de ce qu'aurais pu faire le nain empêcherait Jargal de se diriger vers lui.
Combat

J'apercevais la bataille d'en haut mais rien à faire la terre n'est pas mon domaine.
Mais!!!!! LES GARGOUILLES


_Des Gargouilles !! régiment tenez vous prêt! Changez de formation!
_Changez de formation répétèrent les autres cavaliers en coeur!
_Marteaux en mains!!Rhod Prag avec moi vite! Arni Narlik par en bas, Grom Taor par en haut!!
_Hahah la Gueule du dragon jamais ces bestioles ne s'en sortiront!

Ainsi nous nous mirent en formation Dragon, celle-ci consistant à attaquer l'ennemi de frond, puis le rabattre vers le bas pour enfin se refermer complètement sur lui et pouvoir utiliser nos marteaux Tempete de façon optimale

_A mon signaaaaal!!

je me mis alors à trembler. Par de peur bien sur mais d'excitation, la vengeance, oui la vengeance était alors le seul sentiment que j'éprouvais

_CHARGEEEEEZ!!!

Le combat commence pour moi aussi
Le réveille fut plutôt brutale. Apres plusieurs jours de sommeille, un nain venait de traverser le hublot d'une cabine pour atterrir sur les jambes de la sorcière.
Apres avoir achever comme il se doit ce perturbateur, la sorcière, dont l'écusson portait le nom de "Irwoisé" sortie a la recherche des causes de ce grabuge.
Le sol jonche de corps et le ciel dechaine par les combat entre gargouille et chevaucheurs de griffon fut une réponse peu ambiguë.

Irwoisé se rendit alors dans les cales du bateau.
Casimir:-Je ne suis pas un humain, mais un nain! Et mon nom est Casimir.

Alleria et Nova le regardent interloqués.


Casimir:-Et bien oui, je suis très grand et alors?
Alleria:-Je ne savais pas qu'il existait des nains de cette taille
Casimir:-Je suis unique.
Alleria:-Nova, j'entends des bruits de bataille. Ca vient de la plage. Devrions nous y aller?
Casimir:- Tu entend ce qu'il se passe sur la plage? Nous marchons depuis la moitié d'une heure, et tu entend jusque là bas?
Alleria:-Oui j'entends jusque là bas. Si nous courrons nous pourrons y être dans quelques minutes, alors, y allons nous?
- Le combat fait rage, mes amis. Nous devons nous hâter. Les pertes ont déjà été trop lourdes. Que la Lumière nous guide.

Il dégaina alors ses épées et se mit à courir à vive allure dans la forêt, en direction de la plage. Au bout de quelques minutes de course, il s'arrêta net et fit signe à Alleria et Casimir de stopper et de se camoufler dans les buissons.

Il grimpa furtivement à un arbre après avoir rengainé ses épées et sortit son arc. Il le banda et encocha une flèche. Quelques secondes plus tard, un humain au teint très pâle affublé d'une robe noire et portant fièrement une tête humain sur le somment de son crâne, semblait fuir la bataille et courrait dans les bois. Nova reconnut rapidement la nature de cet être : c'était un nécromancien.

L'elfe tendit la corde de son arc et envoya sa flèche dans le ventre du magicien maudit. Ce dernier tomba au sol en jurant. Nova sauta de son arbre et sortit son épée longue. Il dit alors au nécromancien d'un ton (très) menaçant :


- Repentis-toi, chien ou meurs !

Le nécromancien lui répondit :
- Quoique tu fasses, tu mourras bientôt.

Sur ces paroles, Nova lui tira les cheveux et lui trancha la gorge. le sang corrompu de cet être couvrit le sol de la forêt maudite. On pouvait maintenant entendre distinctement les cris et les chocs métalliques de la bataille. Il regarda alors ses compagnons et montra la direction de la plage. Puis il se remit à courir en direction de celle-ci.

La plage était alors couvertes de sang, qu'il soit rouge, vert ou noir mais aussi de lambeaux d'êtres, ennemis ou amis, rappellant à quel point la bataille fut et est sanglante et acharnée. Devant ce combat, opposant les morts-vivants à une multitude de races combattant pour le même but, il resta sans voix une dizaine de secondes durant. Puis il repris ses esprits, posa son sac à dos, sa harpe, son arc, son carquois et se mit torse nu, jettant au sol son armure. Il saisit ses deux épées, les leva au ciel, semblant dédier une prière silencieuse et courut au coeur de la mélée.


- Pour la Lumière ! hurla-t-il en pourfendant une goule.

Un bataillon d'archers elfes se trouvait à l'Est de la plage, harcelant les gargouilles de leurs flèches meurtrières. Nova leur hurla en elfique :

- Tous à couvert, frères. Les gargouilles ne pourront vous atteindre dans la forêt.

Ces archers tirèrent une dernière salve et se hatèrent d'atteindre la forêt où les arbres feront un parfait refuge.

Nova reprit alors le combat, ne se souciant plus de rien d'autre. Une machine à tuer, voilà ce que son serment l'avait fait devenir. Seule l'extermination des morts-vivants et un combat tel que celui-ci pouvaient lui faire oublier la tristesse de la perte de sa famille et d'êtres chers.
Né pour tuer, né pour mourir.
__________________
Quel est le pire des ennemis qui nous attende avec l'âge ?
Qu'est ce qui imprime la Rîde plus profondément au front ?
Voir chaque personne aimée effacée de la page de la vie,
Et être seul sur Terre comme je le suis maintenant.
Nostenfer courait partout cherchant un endroit une cachette , ou il serait sur d'être en sécurité.
Lorsqu'il trouva enfin une grotte, celui-ci ne prit même pas le temps de regarder si elle était habite , il rentra dedans directement.
La grotte était humide et était traverse par une rivière.
Les parois était glacée et de nombreuse stalactite étaient au plafond.
Soudain il apercu au loin des ombres qui ne bougeait pas.
Utilisant ses jumelles il vit que se n'était que des rescapés.
Nostenfer s'empressa d'aller les rejoindre, car a plusieurs il s'en sortirait peut être...
Cela se passe après le post de Nova
Jargal ayant dépassé le nain et ayant entendu une détonation s'arrêta, récupérant petit à petit. Il se tourna et vit que l'abomination était toujours en vie. Par terre il y avait une lance elfe, Jargal la pris et commença une nouvelle course mais cette fois dans l'autre sens. Bientôt il arrivait au niveau du nain et criant fort il chargea à toute vitesse l'abomination et tendant la lance devant lui l'enfonça dans le ventre, la créature poussa un gémissement de douleur. Cependant elle n'était pas encore morte et donnait du fil à retordre à l'assaillant orc. Bien que le monstre ne pouvait atteindre Jargal à cause de la longueur de la lance qui l'écartait de ses coups elle pouvait avancer, Jargal essayait de résister mais ne pouvait que la ralentir, il reculait lentement mettant toute sa force pour ne pas tomber
- Héééé ! Héééé ! Par ici !

Nova entendit se cri. Un nain s'égosillait pour qu'on lui apporte d el'aide. Il regarda autour de lui pour voir si cet appel le concernait. C'était bel et bien le cas étant donné que les seules personnes à ses côtés étaient réduits à l'état de cadavres. Seule Alleria et Casimir étaient encore vivant dans un cercle de plusieurs mètres de diamètre. Aller aider un nain... Que ne faut-il pas faire pour que le Bien soit.

Nova courut vers le nain et lui demanda :


- Holla, nain, que me veux-tu.

Le nain pointa son doigt vers le Nord. Nova se retourna et vit la bête, une forme abominable ideuse constituée de cadavres entremelés, cousus entre eux. Quelques épées étaient enfoncées dans son corps et cela ne semblait absolument pas la gêner. Un orc tenait en respect la bête avec une lance .L'elfe choisit son destin et fonça sur la bête.

Il planta de toutes ses forces ses deux épées dans l'immense poitrine du monstre. Il sourit en voyant le sang jaillir. Fier, il regarda le monstre dans les yeux. A son grand dam, le coup ne semblait pas avoir affecté le monstre. La seule réaction de celui-ci fut un coup de bras machinal que l'elfe prit de plein fouet. Ce dernier s'envola sur plusieurs mètres avant de s'écraser quelques mètres pls loin. Il se releva, sonné avec une douleur à la poitrine. Surement des côtes cassées, pensa-t-il. Il rengaina alors ses épées et courrut vers le monstre. Il saisit deux boucliers au sol et fonça sur l'abomination. Avec un bouclier à chaque bras, il pouvait aisément parer tous les coups du monstre. La force herculéenne de l'abomination le faisait reculer d'une dizaine de centimètres à chaque coup. Tout en évitant les coups, et ce, pendant que l'orc le perçait de toutes parts, il se retourna et hurla :


- Mais tirez lui dessus bon sang ! Je ne peux pas tout faire moi même. Alleria, fais lui exploser le crâne ou désintègre-le mais fais le vite : je ne tiendrai pas éternellement !
__________________
Quel est le pire des ennemis qui nous attende avec l'âge ?
Qu'est ce qui imprime la Rîde plus profondément au front ?
Voir chaque personne aimée effacée de la page de la vie,
Et être seul sur Terre comme je le suis maintenant.
Message roleplay
Les choses n'avaient pas l'air de vouloir s'arranger dans l'immédiat. Talnyr continuait de pratiquer de l'écrase-crâne avec force mais il semblait ne pas voir le nombres de ses opposants diminuer.

Il avait été séparé du groupe avec qui il combattait, il la bataille tournait à son désavantage s'il restait seul face à autant d'adversaires.

Etant néanmoins un Nain, la fuite ne faisait pas partie de ses projets. Au contraire, il préférait de beaucoup se faire tuer au combat plutôt que de fuir comme un couard.

Tout en continuant à défoncer la tête des créatures morte, il recula doucement lorsqu'il entendit un cri lointain qui disait :


- Héééé ! Héééé ! Par ici !
- Mais tirez lui dessus bon sang ! Je ne peux pas tout faire moi même. Alleria, fais lui exploser le crâne ou désintègre-le mais fais le vite : je ne tiendrai pas éternellement !


Alleria regarde autour d'elle, aperçoit nova ainsi qu'un orc aux prises avec une abomination. Elle jauge la situation quelques secondes puis s'avance en trottinant vers nova


-Pom pom, c'est moi que voilà.


Elle arrive derrière Nova. Tandis que celui ci se cloître derrière ses bouclier, elle lui monte dessus agilement et saute sur la tête de l'abomination.
Puis, tranquillement, elle pose les mains sur son crâne, et se met à psalmodier.
L'abomination, trop occupé à se battre contre Nova ne s'en rend même pas compte.
C'est alors qu'elle entend un grand cri, et une épée sortie de nulle par vien de se planter dans la tête de l'abomination, la faisant redoubler de vigueur.
Ceci n'arrangeant pas Alleria, mais celle ci arrive à poursuivre, malgré les mouvements de la bête.
Puis, l'incantation prenant fin, elle appui très fortement au niveau de l'endroit où aurait du se situer les tempes de la chose. La tête éclate en morceau, fendant du même coup le corps en deux.
L'intérieur n'est pas très beau à voir, les intestins et autres organes sont mélangés, et des vers grouillent se nourrissant des restes pourries.


-Beurk, j'en ai partout. La prochaine fois, débrouille toi, je déteste ça. Il faut que je me lave, ne restons pas ici. De toute façon, tout ceux qui ont pu se sauver l'ont déjà fait. Allons dans la forêt, un nain, Casimir, nous y attend avec une troupe d'archers rescapés. Ce qu'il faudrait, c'est nous puissions revenir cette nuit, après mon bain bien sûr, pour les attaquer par surprise, enfin, ceux qui dorment, comme les nécromanciens, pour récupérer notre matériel.


Avant qu'elle ne commence à marcher, un homme récupère l'épée plantée dans le monstre. Apparament, c'est lui qui l'avais lancée. Celui ci parle alors.


-Vers les arbres ! c'est notre seul chance...
-En avant toute!


Dit alors Alleria. L'homme s'adresse au nain, lui disant de sonner la retraite. N'attendant plus, Alleria se dirige vers la forêt. Elle marchant elle se demande qui avait pu, en lançant une épée courte, faire autant de dégat à une abomination. Elle lui posera ses questions plus tard. Elle appelle Nova, lui demandant de la suivre, et repart.
Il regardait le combat du haut de l'arbre, souriant à moitié en voyant toujours plus de créatures morbides arrivée en renforts.
Il fixait ensuite une abomination et trois personnes qui étaient au milieu du combat tentant vainement de faire tomber le colosse, il savait que si ces personnes arrivaient à survivre, il pourrait partir avec eux vers un meilleur horizon ... il dégaina rapidement son épée courte


-Il y a des âmes a fauché Mordred ...

et en ces mots il jeta fortement l'épée vers la tête de l'abomination qui s'apprêtait à frapper l'elfe qui se tenait deux boucliers pour se protéger des forts coups du colosse. La lame sembla voler de longue seconde avant d'atteindre la créature en plein crâne qui s'ouvre sous le coup ce qui rendit la créature encore plus furieuse mais la blessant gravement

-MORDREEEEEEED !

cria l'homme en sautant de l'arbre pour courir vers l'horreur qui avait encore l'épée dans le visage. Il sauta sur le dos d'un goule pour continuer sa course. Une autre créature des ténèbres tenta de l'arrêter mais il lui décocha un fort coup de pied qui l'envoya à un bon mètre et il continua de courir et sauta au cou de l'abomination qui commençait à faiblir sous les coups de l'orc. Soudain la créature s'écroula bel et bien morte a cause d'un sort lancé par une elfe séduisante et fort peu habillé. Il arracha l'épée du crâne et cria vers les autres survivants

-Vers les arbres ! c'est notre seul chance ...

il se tourna vers le nain

- eyh toi tu as l'air d'avoir du Gallon ... sonne la retraite à moins que tu veuille diriger une armée de cadavres ...

sur ces mots, il recommença sa course vers les arbres, se frayant un passage dans les corps
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés