NWN - le Théâtre des Illusions

Recueil de Poèmes

Répondre
Partager Rechercher
Si je criais comme je t'aime
L'échos sur les murs
Porterait ma voix jusqu'à Jéricho
Sonné les cloches au dessus de l'eau

Moi qui t'adore déjà trop
Toi qui ne t'aime pas trop
La confiance viendrais à nouveau
Nagé libre dans t'es eaux

Si je te touchais comme je t'aime
Ma main glisserais sur ton dos
Nos doits entremêler se chatouillerais
Pendant que nos lèvres se joigneraient

Si je te parlait comme je t'aime
Mes mots glisserais sur ton dos
Doux comme des plumes sur l'eau
Belles comme un oiseaux

Si tu te voyais comme je t'aime
Tu t'aveuglerait même de dos
Tu chercherait les plumes des ailes dans ton dos
Tu t'envolerait si haut

Si je pleurait comme je t'aime
Les fleuves et les rivières
Aurait un nouveau frère
Le Nil déborderait à nouveaux

Si Je rêvais comme je t'aime
Plus jamais je ne m'éveillerais
Emprisonné dans une cage doré
Prisonnier et dans t'es ailes enveloppé

Si tu savais comme je t'aime
Peux être voudrait tu ravivé la flamme
Mais au fil du temps qui nous entraîne
Pour nous deux je resterais sans âme
*ouvre la porte doucement *

*s'éclaircit la gorge *
Messieurs Dames, bien le bonjour. je désirerais apporter une modeste contribution ... (bien que pas totalement dans le meme style mais on fait ce qu'on peut vous me direz si le thème en est déplacé... )



Icare :



Ténèbres tout autour de moi,
Le ciel est gris, les astres éteints,
La vie n’est plus que noir et froid,
Et je ne suis plus que chagrin.

Soudain tu bouscules les ombres,
Grâce à toi à nouveau j’existe,
Tu es lumière dans ma pénombre,
Es-tu messie ou Antéchrist ?

Comme Icare
Eblouie par tes soleils,
Désespoir
Mes ailes brûlées par tes feux,
Tour d’ivoire
Inaccessible dans le ciel,
Sans espoir
Je me suis noyée dans tes yeux.

Es-tu le Mal, es-tu le Bien,
Ou un dédale purgatoire ?
Dans ce combat manichéen
Ma défaite serait ta gloire...



*referme la porte tout doucement*...
Côté caché

Cela fait deux ans maintenant
Il ne tiendra plus très longtemps
Son cœur devenant si morose
Comme lorsque fane une rose

Je crois qu’il l’a trop attendu
Il ne l’a jamais oublié
Dans son lit blanc tout étendu
Demi-sommeil, demi-décès

Il ne l’a pourtant jamais vu
Il ne l’a jamais entendu
Et pourtant le voila si triste
Lui qui était si optimiste

L’amour provoque bien des malheurs
Les hommes font beaucoup d’erreurs
Cœurs malmenés et piétinés
Etres blessés ou énervés

C’est pour cela que l’on s’exprime
Par de la prose ou par les rimes
N’hésitez pas à vous confier
Surtout ne pas vous refermer

Oxayotl
Message roleplay
Nuit de Brume
*Dans un coin du Théàtre un sombre personnage, là racontant une petit poéme à quelques jeunes aventuriers*

L'ombre de la mort se lève,
se révèle l'odeur de putréfaction,
hurlement de mille démons,
le règne en l'antre enfin s'achève.

Ils soulèvent leur pierre tombale,
écoutent le son de la nuit,
alors ils marchent et sans un bruit,
contemplent leur squelette trop pâle.

Les pas se suivent,
les ombres se perdent,
l'ambiance furtive,
atteint l'alerte.

Et la voilà qui arrive,
cette jeune fille au doux sourire,
ils sentent sa chair qui soupire,
et la nuit soudain dérive.

Quelques pas résonnent derrière elle,
déjà il est trop tard, ils sont là,
l'un d'eux se penche et l'appelle,
Et d'un long cri, fait éclater sa voix.

L'ambiance se détériore,
la nuit déjà s'illumine,
bientôt tous ces morts,
devront reprendre racine.

Mais leur tâche n'est pas accomplie,
ils doivent dévorer la fille,
c'est ce qu'ils feront, dans quelques instants,
puisqu'ils rattrapent enfin l'enfant.

Et dans cette nuit de brume,
mille doigts fouillent la chair,
d'une enfant qui se consume,
et qui rejoindra la terre.


*Les jeunes repartir l'air choqué*
Je serai heureu d'avoir un de tes poème mon cher Angelius.

PS: ne faites pas attentiona mon nouveau pseudo... c une erreur de ma part, je suis toujours Oxayotl.. (et anciennement Afalor)
Volcan Naquit

C’est à l’orée d’un jour nouveau
Tout est si clair plus rien n'est faux
Le naturel ressort enfin
Ne produit plus un grand chagrin

Tout ressort la, tout doucement
Tout revit la, en ce moment
Comme sorti de cette terre
Tu es née là, tu es si fier

Toi qui est née de tout ceci
Ton naturel me donne envi
Un grand chagrin qui disparaît
La vérité à tout jamais

Moi si crédule de cet amour
Moi si naïf, je vois le jour
Toi passionnée, tu passes devant
C’est pour t’aimer que je t’attends

Oxayotl
" Mes chers amis Poètes et Poètesses je viens de finir un nouveau poème qui n'est pas de votre envergure mais je me permet de le divulger "


Minancia, Ombre parmi les ombres ....

Ombre parmi les les ombres,
tu as ravi mon coeur.
Avant ce jour, j'étais dans la pénombre.
De grâce, garde-le, de peur que sans toi je ne meurs.

Dès notre première rencontre,
Je fus subjugé par tes yeux.
Ils transpercerent mon âme et je ne puis rien faire contre.
Quand nous nous regardâmes, j'eus l'impression d'être aux cieux.

Votre maladresse apparente me pris au dépourvu,
Ce qui me fis croire que vous aviez besoin de protection.
Point n'étais plus faux, d'après ce que j'ai, maintenant, vu.
Votre fausse maladresse a eu raison de mes propres protections.

Je ne regrette pas cette capture,
Car ainsi je puis être à vos côté.
Vous avez réussit a abattre ce mur,
Que je m'étais construit et pour cela je vous en remercie ... Mon aimée.....
Fées de forêts
Fées de Forêts

Quand les sombres forêts,
Aux murmures silencieux,
Ondulent leurs futaies,
De mouvements mystérieux,

Quand les plantes et les fleurs,
Se mettent au diapason,
Eclatantes de couleurs,
Sous les belles frondaisons,

Alors le peuple fée,
S’anime soudainement,
Petits êtres éthérés,
Aux mille minois charmants,

Elfes, Pixies ou lutins,
Tous unis par les arbres,
Jouant jusqu’au matin,
Puis redevenant marbre,

Cèdent la place au soleil,
Aux humains bûcherons,
Fauchant toutes ces merveilles,
Tels de vils démons,

Luttant pour la forêt,
Les elfes se réveillent,
Leur âme délaissée,
Pourtant douceur de miel,

Cherchant par la vengeance,
A calmer leur colère,
En tuant cette engeance,
Porteuse de misère.

Alors la douce forêt,
Aux senteurs rassurantes,
Soudainement calmée,
De nouveau m’enchante !
Je n'ai encore jamais posté sur se forum et en voyant ce post je n'ai pu resister.

Ensemble nous etions
Mais etre heureux nous ne pouvions
La mort pesait sur nous
Comme la peste qui devaste tout

Les larmes que tu as versé
Ont brisé ma lame et mon ame
La mort ta frappé cette nuit
Et mon coeur ta suivit

J'ai brandi mon épée
Et saigné nos enemis
Mais ta mort ma bléssé
Et je ne m'en suis pas remis

Seule je suis maintenant
Et dans la tourmente de mon esprit
Je reste en attendant
Car maintenant je pais le prix

Je suis dsl si se n'ai pas tres bien ecrit mais c ma premiere...
Non, ce poème est magnifique, merci à vous Gan.. oups... Jim Raynor pardon


Trop tard

Franck, dans ce monde ténébreux
Prend ta chance fais un voeu
Allé vas-y, fais ce que tu veux
Ne joue jamais à ce faux jeu

Je ne dois pas te dire quoi faire
Vas-y bats toi, ça c'est ta guerre
Dévoile à tous ton grand mystère
Tu as la chance de lui plaire

Cours Franck, ne t'éloignes pas
Fais un grand geste, fais un grand pas
Jamais personne n'oubliera ça
Jamais personne ne t'oubliera

Allé dis lui, je t'en supplie
Avance allé, Franck je t'en prie
Montre nous tous que t'es en vie
Montre à tout le monde tes envies

Franck je ne peux rien
Je te suis, je te soutien
Je te protège sur ce chemin
Ne t'arrête pas, je tien ta main

Au grand final, à l'arrivée
Ta main s'accroche puis épuisée,
Tu es parti, tu n'as rien fais
Jamais lui dire que tu l'aimai

Oxayotl

(pas trop dans le RP mais bon)
La guerre arrive, elle est la
Mon amour vas t'en, cache toi
Je pars a la bataille, je pars au combat
Soit forte et attend moi

A dieu mon amour
Je revienderais pour t'enbrasser
A dieu mon amour
Je revienderais pour un baiser

Vous autres venez!
L'enemie est là!
Ensemble combatez
La bataille est gagné

Pas une entaille, pas une blessur
Pourtant mon coeur est touché
Un trait c trouver une ouverture
Mon amour, ma douce tu est blessé

Jamais je ne pourais t'oublier
Jamais je ne guerirais de cette fleche
Tu est partie avec mon coeur
Mon épée et mon ame en pleur

A dieu terre
A dieu ciel
A dieu homme qui dans votre folie
M'avais pri l'amour de ma vie.
Oh Mon Dieu,
A lire tous ces écrits,
Des larmes viennent à mes yeux,
C'est si bien dit.

Moi la jeune barde, moi la novice,
Seule avec mon luth,
Pour écrire, n'ai encore trouvé le moment propice,
Car là est mon seul but.

Vous divertir, bonnes gens est mon objectif,
Recherchant sans cesse plus de connaissances,
Ne trouvant cela point rébarbatif,
Tous les contes, pour moi, ont un sens.

Tous vos poèmes mes amis m'ont donné un peu d'inspiration,
Car écrire comme vous est ma passion,
Ne jugez point trop durement mes écrits,
Car je suis novice, je vous l'ai dis.

J'apporte ici ma modeste contribution,
Chaque pierre du mur compte,
Mes amis, je l'espere, vous trouverez cela bon,
Sinon, dites-le, n'en ayez point honte.

Tiana Lin Mel, chanteuse d'amour.
La succube

J'ai longtemps habité dans l'essence même,
Parfum enivrant de ton cou fin et sublime,
Où tes cheveux tombaient en cascade vers l'abîme.
Cette pluie caressait les roches de ton diadème,

Comme ce prisme qui appelait l'arc-en-ciel,
Rose, rouge, noir, orange, couleurs des charmes , or
Et quand cette pluie cessait, on attendait l'aurore
Avec laquelle, nous partagions cet exquis miel

Alléchant leurre d'où le grand soleil s'élève,
Haut, dominant la terre, contrôlant la sève,
Chanffant nos corps épris de plaisir. Amante,

Nos corps dans le sable ou l'eau courait sans trêve.
Nos corps, deux étoiles observant dieux et rêves
Mon corps et la dague du péché, belle mante.

Kosovar
Que pensez-vous de ceci? Et une petite question : pour vous, qu'est-ce qui est mieux, les rimes ou les vers libres?

Liberté

Liberté, quel grand mot, quelle brimade,
Tout au plus une grande mascarade,
Donné au peuple pour mieux le berner,
Tel des moutons conduit par de fous bergers.

L'humanité coure à sa perte,
A se croire plus libre que l'air,
Alors qu'elle est esclave de son arrogance,
D'aucun diront que la vrai liberté,

Elle, ne vient qu'avec la mort,
Ceux-la, en sont-ils jamais revenu,
Pour nous conter ce qu'ils y ont vu?
L'autre monde est peut-etre mieux que celui-ci,

Tout ceux qui sont trop curieux n'en sont point revenu,
Moi je dis, et refléchissez-y,
De toute autre pensée videz votre esprit,
Nous ne sommes libre qu'on moment précis,
Où au plus profond de nous, on pense qu'on l'est.


Pluie

Pluie, pleurs d'anges déchus,
Tristes d'avoir quitté le paradis,
A cette eau amère se mellent les cris,
Les larmes des humains perdus,

Par une nuit ils sont revenus,
Eux les damnés, eux les Démons,
Ici bas, ont déchainé leurs légions,
Sur nous, pauvres parvenus.

En quelques heures, tout fut détruit,
Réduit en cendres et en fumée,
Puis du ciel vint la pluie,
Tantot pluie drue, tantot clairsemée,

Elle lava les corps sans vie,
Des enfants, des maris,
Et laissa dans cette désolation,
Quelques veuves, pleurant à l'unisson,

Les larmes, se melant aux goutes,
Leur laissèrent un gout amere de doute,
Pourquoi ce Dieu qui fut tant aimé,
Pourquoi ce Dieu les avait-il abandonné?

Elles leverent leur regard vers le ciel,
Désormais, une seul chose comptait pour elles,
Demain elles enterreront leur époux,
Et partiront déchainer leur courroux.
Un petit dernier avant d'aller coucher S'il vous plait dites moi ce que vous en penser, je suis novice, je n'écris que depuis peu, et je ne demande qu'a progresser.

AMOUR

Tu entends cette respiration?
Tu percois ce battement de coeur?
Vois où mes yeux regardent,
Goute à la saveur de mes levrès,
Sens-Tu mes doigts le long de ta peau?

Le destin m'a mené a Toi,
Afin que je ne t'oublie,
Toi qui est la muse de mon coeur,
Toi qui me souffle a l'oreille,
Tous ces mots qui me donnent des ailes,

Je Te revoi dans mes bras,
Ton corps éclairer par un rayon de lune,
Tu dormais tout à coté de moi,
Tu semblait si paisible, Tu es si belle,
Qu'on Te croirait irréelle.

Tes cheveux sur mon torse,
Tes yeux clos cachants des iris qui renferment,
Deux émeraudes qui brillent dans mon coeur,
Plus forts que milles soleils.
Tes levres si tendres, laissant échapper,
Un léger souffle régulier,

Ma vie n'a de sens,
Que parceque Ton coeur,
Bas contre le mien.
Lorsque Tu est pres de moi,
Elle me semble si simple,
Le béton se transforme en verger,
L'acier devient de l'écorce,

Mais dès que Tu t'en vas,
Tout redevient si compliqué,
Le verger redevient du beton armé,
La vie redevient tellement triste,
Que je me surprend à pleurer.

Tout ça pour Te dire,
Toi l'amour de ma vie,
Mon premier veritable amour,
Que je pense a Toi tous les jours,
Et que jamais je ne saurai T'oublier,
Car le diapason de ma vie ne vibre,
Qu'au son de Ta voix,
Me disant tout bas :
Je t'aime.



A LeeLoo
Très beaux tes poemes. Je reste un inconditionnel des rimes, cela montre que l'on maitrise son sujet et qu'on peut jouer avec les mots. Je n'ai rien contre les vers libres plus utiles pour faire passer un message mais je le trouve trop direct, personnelement je ne saurai pas gerer les vers libre, j'en reste donc aux rimes
Kel ereur, encore une
Mais cette fois la derniere
Il n'en restera de moi que des runes
Et de toi plus que poussière

Il est tard à present
Et tout cela est passé
Mais mon coeur le ressent
Car pour moi ce n'est terminé

La fin a trouver ton coeur
Mais c le mien qu'il a brisé
Tu n'as laissé que des pleurs
Et les roses ont fanée

Pardone moi
Je t'en pris
Je pence a toi
Ce n'est pas fini

Dit le moi
Juste un signe
Se sera pour toi
Je te rejoind a la deniere ligne.
Opposition

Le bien, le mal, à quoi bon?
Inculqué lorsque nous fûmes nourrissons,
Par toutes ces grandes institutions,
Mais si on y regarde bien, au fond,
Le bien, le mal ne sont que des noms,
N'existant que parce qu'ils sont en opposition,

Le bien est-il mieux que le mal?
Ce bien conquis par le métal?
Tout cela n'est que mental,
Car si on y réfléchit bien,
un enfant qui a grandi loin de ça, très loin,
A-t-il cure du mal, du bien?

Le mal n'est fait que par des damnés,
Ou ils ont subi un choc, ou c'est inné,
Mais quoi qu'ils puissent en penser,
Il n'existe aucun mal organisé,
Si le bien, par le mal, était surpassé.
Eh bien, maitre Jim, cela me comble de joie. J ai lu les poèmes que vous avez eu la bonté de nous faire partager et un compliment de votre part m'encourage à améliorer mon style et à vous en faire profiter. Encore une fois, merci.

[HRP]Et je trouve personnellement qu'un forum tel que celui-ci ou des gens peuvent partager leurs idées est une excellente initiative, trop rare il est vrai. Bonsoir a vous tous.[/HRP


Edit Kelden's: Ajout de balises [HRP] SVP faire attention
Rêve

Ce n'est qu'un rêve,
Oh mon Dieu,
Ce n'est qu'un rêve,
Je vais me réveiller,

Ce que j'ai vu,
Jamais vous ne pourriez le croire,
Ce que j'ai vu,
Pour l'oublier il ne me reste que boire.

Une terre déchirée,
Des hommes entretués,
Des maisons brûlées,
Un soleil éclipsé,

Ce n'est qu'un rêve,
C'est trop affreux,
Ce n'est qu'un rêve,
Comment cela peut-il exister?

La folie les a emportés,
Ils ont tout détruit,
Ils ont tout saccagé,
Tué, ils se sont entretués.

Mon Dieu, qu'ai-je rêvé?
Etait-ce la réalité?
Future? Présent? Passé?
Je vais me réveiller!
Je vois que tu as ecrit un poème bien tourmenté pour une chanteuse d'amour. Il me semble que cela rajoute a ton talent d'ecrivain.

Dsl tlm se matin je n'ai pas le temps d'en ecrire 1 car [hrp]ecole oblige[hrp] je n'ai pas le temps voila tout. Mais ce soir jen aurais un a vous faire partager et je pence que ce sera surment mon meilleur.
J'attens votre poème avec enthousiasme Sir Raynor. Les derniers poèmes cités sur cette scène sont vraiment magnifique. Il faudrait que je me remette à ecrire, il y a trop longtemps que je me suis tu. Merci de faire partager vos connaissances Jim et Tiana.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés