La Taverne

Se mettre à son compte

Répondre
Partager Rechercher
Bonjour,

Ces derniers temps je pense à me mettre à mon compte. Seulement cela ne semble pas si simple, et pleins de questions trottent dans ma tête.
Je pense prendre rendez vous prochainement avec la Chambre des métiers et de l'Artisanat de ma région mais en attendant si certains d'entre vous peuvent m'apporter quelques réponses, cela serait agréable.

En gros, le but serait de se mettre à 3 ou 4 associés en sous-traitance, pour du dépannage d'une grosse compagnie.
Le travail est donc garantie et permet de sortir en moyenne 8 000 euros pas mois (par personne). Sachant que tout le matériel est fournis par la compagnie à qui l'on sous-traite.

D'après ce qu'ai vu sur internet le mieux serait donc une SARL. Là où je me pose des questions c'est sur la rentabilité.
De ce j'ai compris (si l'on parle individuellement) sur ces 8000 euros on enlève donc déjà 33% de charge de l'état. On arrive donc à 5360 euros, à cela j'enlève mes frais (voiture/essence/assurance/etc), on va dire 1500 euros environ. J'arrive donc à 3860 euros, disons que j'en met 500 tout les mois dans un compte de l'entreprise pour faire une épargne en cas de problème. Il me reste donc 3360 euros.
Que ce passe t'il ensuite avec ses 3360 euros?
Puis je me les donner directement en salaire? Vais je encore être taxer dessus?
On m'a parlé de 50% de taxe d’impôt sur le revenu, est-ce vrai?
Est ce que j'oublie quelque chose?

Merci d'avance à ceux qui me répondront.
Avant de créer ton entreprise, demande toi dans un premier temps comment est assuré aujourd'hui le dépannage dans cette grande entreprise?

Il y a pas mal de lois qui régissent le caractère exclusif de la relation entre un sous-traitant et un donneur d'ordre.
Citation :
Publié par Arionette
De ce j'ai compris (si l'on parle individuellement) sur ces 8000 euros on enlève donc déjà 33% de charge de l'état.
Tu as mal compris.

CA =/= bénéfices.
Les bénéfices sont imposés à la fin, pas pris au début.
De plus, les 33% ne sont qu'à partir de 32k (de mémoire), avant c'est imposé à 15%.

En clair, le flux monétaire devrait faire:

- Collecter du TTC depuis une facture fait à un client
- la TVA est à mettre sur un compte de réserve (mais au début ça va te servir de fond de roulement, tant que tu ne seras pas mensualisé)
- Tu paies les charges de l'entreprise en TTC, la TVA que tu sors est à sortir du compte réserve de TVA
Garder à l'esprit les charges courantes: impots pour le siège, comptable (édition de fiche de paie, comptabilité courante, bilan annuel...), assurance, frais divers...
- Tu paies un salaire net à ton salarié (même si c'est toi même), et tu mets de côté les charges - ce qu'on appelle du brut chargé = brut (net versé au salarié + charge part salariale) + charge part patronale
A mettre de côté également pour les prélèvements URSSAF (trimestriels vu la taille de ta boite)
- Ce qui reste à la fin de l'année fiscale, c'est ton bénéfice, qui est taxé à 15% sur la tranche 0 à 32k et 33% ensuite.

Ca c'est le cas où tu es salarié, et que c'est donc du salaire.
Maintenant, si tu veux te la jouer TNS et toucher une rémunération, c'est une autre affaire, car il faut prendre en compte en plus le RSI, la retraite (ah, ces putes de la CIPAV...)

On ne s'improvise pas chef d'entreprise, et c'est pas la fête les rémunérations. Fais toi accompagner.

Dernière modification par Neirdan ; 01/11/2016 à 17h34.
Citation :
Publié par Arionette
Est ce que j'oublie quelque chose?
Tu oublies avant tout un prévisionnel et une étude de marché. Même si ça reste une moyenne ça reste mieux que de dire "on va dire 1500€".
Sinon le fait d'être à plusieurs impliques certains aspects de gestion et de responsabilité (dans le pire de cas pénal) et de prise de risque financière si ce n'est pas fait avec certaines règles.
Quand tu vas aller à la chambre des metiers ils vont survoler la partie des autres types de statut de société et t'orienter quasi d'office sur une SARL, normal car ils ont un intérêt financer direct. Tu devrais aussi te renseigner sur le RSI et ses alternatifs ou bien encore le fait que si cette société vous lâche (seul contrat) il n'y aura pas de période de chômage au delà d'un certain laps de temps ou pour ceux qui seront partie de leurs sociétés d'eux mêmes.
En plus les heures doivent êtres rémunérés au SMIC horaire minimum même en cas de non activité. Tu ne peux pas payer un associé à l'heure c'est interdit, ils doivent avoir des contrats de travail.
J'ai déjà du mal avec un seul associé à 20% (qui veut tout d'un coup prendre 29% de part supplémentaire alors que le risque de départ que j'avais prit est passé), je te souhaite bien du courage avec autant de personnes et si peu de connaissance dans la gestion d'entreprise.
Ça reste trop brouillon, on ne sait pas qui va faire quoi exactement ni si le financement de départ a déjà été abordé et si chacun est capable de retombé sur ses pattes si jamais l'aventure ne fonctionnait pas comme prévu.
Citation :
Publié par Nøsferamos
J'ai déjà du mal avec un seul associé à 20% (qui veut tout d'un coup prendre 29% de part supplémentaire alors que le risque de départ que j'avais prit est passé)
Ca dépend si c'est 20% de 100, 1000 ou 10000€, c'est pas la même prise de risque
Et de toute manière, en tant que gérant, c'est toi qui paie les pots cassés à titre personnel.

Après faut voir investissement de la personne vs nombre de parts plutôt que risque vs nombre de parts - car encore une fois, le gérant/président (selon SARL/SAS) est responsable en tant que personne physique, celle de l'associé est limitée à ses apports.

Mais clairement, +1, c'est nawak comme projet.

L'OP devrait passer en portage salarial, en fait.
Citation :
Publié par Arionette
Bonjour,

Ces derniers temps je pense à me mettre à mon compte. Seulement cela ne semble pas si simple, et pleins de questions trottent dans ma tête.
Je pense prendre rendez vous prochainement avec la Chambre des métiers et de l'Artisanat de ma région mais en attendant si certains d'entre vous peuvent m'apporter quelques réponses, cela serait agréable.

En gros, le but serait de se mettre à 3 ou 4 associés en sous-traitance, pour du dépannage d'une grosse compagnie.
Quel sera l'intérêt pour la grosse compagnie de solliciter une petite structure, nouvellement créée ?
- Avez vous une compétence unique qu'elle ne pourra pas trouver ailleurs ?
- Est-ce une question de tarif ? Auquel cas pourquoi penses-tu que ta futur société sera capable de vendre si peu cher alors que les autres sociétés ne le peuvent pas ?

Citation :
Publié par Arionette
Le travail est donc garantie et permet de sortir en moyenne 8 000 euros pas mois (par personne). Sachant que tout le matériel est fournis par la compagnie à qui l'on sous-traite.
Il s'agit de 8 000 € TTC ou hors taxe ? La TVA de 20% correspondrait à 1 333 € de rentrée en moins dans le premier cas. Tu ne pourras alors baser le reste de ton raisonnement que sur une entrée de 6 666 €.

Le travail n'est jamais garanti. L'une des premières choses à faire si tu montes une boite est de penser à diversifier l'origine de ton chiffre d'affaires. Une grosse compagnie ne sous-traitera pas de mission à une entreprise dont elle est le seul client. Elle a probablement une procédure de sélection de ses partenaires qui empêchera cela.

Citation :
Publié par Arionette
D'après ce qu'ai vu sur internet le mieux serait donc une SARL.
Règles cette question après avoir réglé le reste.
- Prévisionnel de chiffre d'affaires
- Ressources humaines nécessaires
- Coûts de la ressource humaine
- Chiffre le coûts des déplacements
- Coût du matériel
- Coût d'assurances, honoraires, entretien...
- Loyer
- estimation des divers impôts et taxes

Poses toi la question du financement de ton exploitation : Comment vas-tu financer les premières factures avant de recevoir tes premiers paiements. Tes clients ne vont probablement pas te payer avant 45 jours. Comment vas tu financer les 2 premiers mois de salaires ? As-tu un apport ? Comptes tu sur les banques ?

Il reste encore mille questions sur lesquelles tu dois t'interroger avant de réfléchir au statut de l'entreprise.

Citation :
Publié par Arionette
Merci d'avance à ceux qui me répondront.
De rien. Pour l'impôt sur les bénéfices de 15 ou 33%, ne t'en fait pas... Si tu as à t'en soucier c'est que ton projet sera viable.
Bonjour
Je glisse une petite tête par ici pour proposer mon expérience personnelle

Avant de créer (en SARL) nous avons été aidé aux premières étapes par une entreprise spécialisée (une ancienne prof que j'avais eu en éco) : Etude de marché, Business plan, Conseils, Droit...

Il en faut donc pas hésitez à trouver des associations, des entreprises, des agences nationales ou régionales qui vont vous aider à monter le projet (ou à vous dire, qu'il est peut-être trop ambitieux).

A bientôt

Olivier
Merci pour les réponses.

Je sais bien que l'on n'improvise pas ça du jour ou lendemain, c'est pour cela que je commence à me renseigner. Sachant que je ne compte pas réellement me lancer avant de nombreux mois (si je me lance).

Déjà plus clair sur certains points, même si cela reste un bon bordel quand on ne connait rien dans ce domaine.

Sinon le soucis du contrat de sous-traitance n'en ai pas un, je sais que je peux l'obtenir sans soucis car l'entreprise est demandeuse et qu'il n'y a actuellement personne pour prendre le contrat sur la zone. Ce sont des sous-traitants d'autres zones qui se déplacent.
Par contre effectivement dans ce domaine impossible de se diversifier, mais les chances de perdre le contrat sont quasi inexistante (la seule chose qui pourrait le faire perdre ce serait de travailler mal au final) et ce marché n'est pas prêt de s'arrêter, au contraire.

Sinon en gros:
-Matériel pas un soucis car fournis par l'entreprise.
-Juste besoin d'un véhicule et de quelques outillages précis (en gros environ 2000 euros d'outillages).
-C'est du payement sous 15 jours aux forfaits suivant le type d'intervention
-Pas besoin de local

Citation :
Publié par Zha
Bonjour
Je glisse une petite tête par ici pour proposer mon expérience personnelle
C'est ce que je compte faire prochainement, je cherche juste à grappiller quelques informations avant histoire de savoir un minimum de quoi je vais parler.
Je ne sais juste pas encore vers qui me tourner pour ces informations, comme le dit
Nøsferamos pour la chambre des métiers on m'a déjà la même chose "A éviter ils vont juste te vendre une SARL".
Faut que je trouve une asso ou autre pour m'aiguiller au début.
Y'a pas une histoire comme quoi faire de la sous traitance pour une seule entreprise c'est du salariat déguisé ?
J'y connais rien, me semble juste avoir entendu ça en cours d'éco.
Re

Citation :
Publié par Arionette
Faut que je trouve une asso ou autre pour m'aiguiller au début.
Nous avons été conseillé par cette entreprise http://www.equilibre-nantes.fr/
Dans ta ville, il doit y avoir des équivalents.
Nous avons pu payé avec un DIF.

Et pour parler chiffre :
Lorsque je me verse 100e, je provisionne 50e pour les charges, à payer 2 ans après. (46% je crois que c'est le chiffre précis, mais je préfère arrondir).
Je m'arrange pour ne pas avoir beaucoup de bénéfice (après versement des rémunérations), mais nous sommes imposé à 15% de ce qu'il reste après déduction des divers charges et amortissements (car en dessous d'un certain montant de Chiffre d'Affaire)
Pour les impôts personnels, ce que je me verse compte comme une rentrée d'argent normale, et donc rentre dans mon calcul de l'impôt sur le revenu.
Par contre, je suis bloqué pour emprunter cette année, car les banques n'aiment pas trop revenu non salarié. Il faut donc en tenir compte si l'on souhaite déménager.

Bon courage, c'est une aventure super, de se dire "je suis mon boss". (Même si au final, c'est le client le vrai patron...)

Dernière modification par Zha ; 03/11/2016 à 22h42.
Citation :
Publié par Cotino
Y'a pas une histoire comme quoi faire de la sous traitance pour une seule entreprise c'est du salariat déguisé ?
J'y connais rien, me semble juste avoir entendu ça en cours d'éco.
Oui c'est bien considéré comme du salariat déguisé. J'ai vu une auto-entrepreneuse qui bossait depuis 3 ans pour une entreprise unique perdre son unique client aprés un contrôle. Fait aggravant, elle avait le meme poste en CDI avant chez ce même employeur. Il faudrait vraiment se renseigner directement auprès des autorités au risque de tout perdre du jour au lendemain.
Pour les autres question, je laisse le soin aux autres de te répondre.

Par contre, pour avoir tenté l'aventure aussi avec un relatif succès (le commerce fonctionnait très bien, mais mon associé me l'a mise bien profond), faut que tu sois sur à 200% des associés avec qui tu vas te lancer.

J'avais investi 150.000 euros (héritage personnel), tout allait bien (le commerce marchait du tonnerre), mais mon ex associé que je connaissais pourtant depuis des années s'est avéré être un gros dépensier qui avait des dettes privées (qu'évidemment j'ignorais).

Du coup, ce con s'est servi dans la caisse de la société à plusieurs reprises, et je n'ai eu d'autre choix que de me retirer (après lui avoir mis ma main dans la gueule quand même). Mais pour récupérer mon investissement, il devait tenir le commerce à flots encore 1 an, et ce con s'est mis en faillite 6 mois après...et j'ai tout perdu.

Donc fait vraiment bien gaffe avec qui tu t'associe, c'est le meilleur conseil que je puisse te donner. Car même si mon cas est un cas extrême, il suffit d'un arnaqueur/con/incompétent dans la bande pour tout faire foirer, et perdre une grosse somme d'argent/avoir des dettes pour un bon moment.
C'est aussi le cas pour pas mal de freelances dans le secteur IT.
Recrutés par de gros cabinets pour le compte d'un unique client final, pour des postes en régie, 5j/7, horaire collectif...bref un cdd/cdi déguisé
Sinon portage salarial mais là c'est le flou juridique vu les magouilles qui entourent le secteur (CDI intermittent, rupture conventionnelle systématique en fin de contrat...).
En SARL sur tes 8000€ de Chiffre affaire (ttc) tu déduis :

- la TVA (20% à priori)
- tes frais de comptable
- tes frais de banque
- ton loyer, tous tes frais et tes achats (TOUS tes achats ... ça peut grimper vite)

Il te restera la partie "revenus" (en gros).
Sur ces revenus il faut compter environ 100% (tu multiplies par 2) pour un salarié (URSSAF), environ 50% si tu es indépendant (RSI). Par ex si tu te paies 2000 en indep ça te coûtera 3000.
Si vous êtes plusieurs, 8000€ est trop faible comme chiffre. Si c'est un chiffre par personne ça peut aller en fonction de tes charges pro.

Il faut enfin provisionner un peu pour pouvoir payer les impôts et taxes annuels (CFE...).

Avec ça t'as un plan qui tient à peu près la route, mais tu rajoutes une marge de risque et d'imprévu pour être plus confort (moi en général je rajoute 20% au moins). Il y'a toujours 150 petits trucs que t'auras pas prévu et qui mis bout à bout représentent de grosses sommes.

Tu dois aussi penser aux possibilités de croissance (nouveaux clients) et à tes risques (si ton seul client stop la presta).

Tu dois faire ces calculs sans enthousiasme ou pessimisme, de façon rationnelle, en cherchant au maximum tout ce que tu auras à payer. Une fois fait si tu vois qu'il reste encore une bonne marge excédentaire tu peux te lancer, si c'est ric-rac c'est déconseillé, si c'est négatif inutile d'aller chercher les miracles qui rendraient ça possible.

Dernière modification par Compte #117140 ; 04/11/2016 à 09h02.
A noter aussi, si tu es gérant, même en étant TS (salarié), tu l'as dans le cul pour l'assurance chômage.
Tu cotises pour une assurance que tu ne toucheras jamais car tu es responsable de l'entreprise. Eh ouais.
Autant en solo, dans un domaine où il n'y a pas de frais et pas de chômage (genre l'IT), c'est fastoche de monter sa boite et de se revendre au client (faut voir ça comme un montage fiscal, pas une entreprise), autant à plusieurs, c'est s'exposer à des salariés, avec tout ce que ça entraîne de responsabilité : en particulier t'aura jamais la garantie qu'ils ne se retournent pas contre le client final pour salariat déguisé.

Puis bon, si le client disparaît, faut mettre en faillite pour terminer les contrats proprement, c'est galère.
Citation :
Publié par Le Suifeux
Avec ça t'as un plan qui tient à peu près la route, mais tu rajoutes une marge de risque et d'imprévu pour être plus confort (moi en général je rajoute 20% au moins).
Même si je suis d'accord sur le principe, pour pouvoir ajouter 20% de plus ce que ce qui est prévu faut déjà être dans un marché de niche (ou alors ne quasi pas avoir de frais). Je dis ça en pensant à ma marge de 3% ... (qui est aussi celle du secteur)
Oui les marges dépendent du secteur bien sur, mais au stade du business plan si t'es à 3% de marge à objectif "raisonnable" atteint c'est assez risqué selon moi. Après en réalité 3% une fois que t'as tout payé c'est assez réaliste.

Pour les structures avec associés c'est plutôt déconseillé car des tas de pbs peuvent survenir. Si malgré tout tu te lances il faut absolument prévoir : les conditions/modalités de dialogue entre associés, prévoir exactement ce qui se passe en cas de désaccords (et sans angélisme ... prévoir que ça arrivera vraiment et comment vous le gérerez, prévoir comment vous fixer les rémunérations ... etc). Il faut absolument prévoir toutes les possibilités que ça merde et inscrire noir sur blanc entre vous comment vous comptez régler ces problèmes (la méthode de résolution). Même avec tout ça ça reste risqué. Il faut aussi prévoir si la boite se plante à quel moment vous arrêtez les frais. Bref il faut poser toutes les questions chiantes sur la table avant de démarrer et pas se reposer sur le "on y arrivera bien on trouvera une solution" et ses multiples variantes.
Si vous avez un associé majoritaire c'est lui qui aura le contrôle effectif et vous êtes dépendants c'est vraiment déconseillé.
Les structures avec plusieurs associés ça n'a rien de sorcier. Je déconseille seulement l'association à 50 / 50.

Si vous êtes 2 (ou même plus), il faut un majoritaire (ou si plus de deux associés, éviter la possibilité que la réunion de plusieurs associés fasse 50% tout pile).

++ RiC
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés