Séries / Télévision (Le Cercle Taberna)

Hannibal (2013)

Répondre
Partager Rechercher
Il va me falloir me reposer un peu après le season finale (ou bien series finale) diffusé cette nuit. Je prendrai le temps de faire un bilan à froid de mes impressions au sujet de la seconde partie de cette troisième saison, mais pour le moment tout est particulièrement positif. La seule chose que je me suis dite après la tombée du rideau est suffisamment indicative de mon niveau de plaisir au terme de cette aventure : "qu'il est bien dommage que la chaîne concernée refuse de poursuivre l'aventure avec une série aussi flamboyante."
Je suis content de voir que cette fin peut conclure la série, donc si finalement Hannibal devait s’arrêter au bout de 3 saisons je sais que je tiens alors l'une des mes séries préférés pour longtemps.

Par contre la scène final avec Gillian Anderson (Dr Bedelia je crois) qui se
Cliquez ce bouton ou survolez le contenu pour afficher le spoiler
mange la PUTAIN DE JAMBE
j'ai failli vomir.

Edit : En fait on remarquera les deux chaises vides dans la scène post générique... C'est une porte ouverte pour une saison 4, ou simplement un clin d’œil au fan.

Dernière modification par Arkendias ; 29/08/2015 à 12h50.
Moui, cette saison 3 me laisse sceptique, avec une première partie poussive et spécieuse, qui s'est brutalement arrêtée pour finalement faire place à la "vraie" intrigue de la saison, sauf que cette dernière n'avait que 6 épisodes pour exister, et se conclut selon moi trop rapidement. Malgré tout, la fin de la série en elle-même est effectivement plutôt bonne et intéressante.
Je ne m'attendais pas à cette fin la, c'est pas mal au moins ça conclue la série.
Et c'était une bonne série.

Comment vous interprétez la scène après le générique ?
Citation :
Publié par Orald
Comment vous interprétez la scène après le générique ?
J'avais justement envie de rebondir dessus et de vous interroger ! Mon interprétation (scène finale de la saison 3) est la suivante :

Cliquez ce bouton ou survolez le contenu pour afficher le spoiler
Nous avons pu voir au cours de la première partie de la saison à quel point Bedelia bénéficie de sentiments complexes à l'égard de Lecter. Les séances de thérapie de Will auprès d'elle durant la seconde partie de la saison ont éclairé sur son jeu macabre, vicieux et participatif. Elle n'est plus observatrice depuis longtemps, ou du moins l'a-t-elle suffisamment été pour vraiment comprendre maintenant le voyage qu'Hannibal oblige à chaque individu venant à lui, "We're all making our way through the Inferno. Dante's pilgrims." (Bedelia - épisode 12 de la saison 3, scène d'ouverture dans son cabinet, auprès de Will).

Elle espère au moment d'apprendre l'évasion planifiée de Lecter qu'il viendra la faucher et l'incorporer en lui en la dévorant ; elle se sait déjà réservée pour un repas à venir, "Hannibal has no intention of seeing me dead by any other hand than his own, and only then if he can eat me... He's in no position to eat me now." (Bedelia - S03E12 toujours, même scène). Nous savons déjà qu'elle jalouse le sort de Will à ce sujet et qu'elle aussi convoitait une forme de relation privilégiée avec le tueur en série. La ligne "Bluebeard's wife. Secrets you are not to know, yet sworn to keep." de Will, à laquelle Bedelia répond par "If I'm to be Bluebeard's wife, I would have prefered to be the last." (S03E12) est à mon sens démonstratrice de l'exclusivité que Bedelia désire mais qu'elle sait ne pas pouvoir obtenir.

"I'd pack my bags if I were you, Bedelia. Meat is back on the menu."
(S03E13) est la dernière ligne que Will consacre à Bedelia, provocation à laquelle elle répond d'ailleurs farouchement. Se sent-elle pourtant menacée ? Probablement, mais au fond d'elle son sort est charmeur ou au moins s'y est-elle conformée. Quelle charmante ironie alors pour une brebis de s'arracher la jambe afin de contenter le loup prêt à la dévorer. Le champ sémantique de la chasse a toujours été très assumé dans la série, avec une Bedelia en proie à un Hannibal prédateur. Pourtant, cette femme ne veut pas ressembler à une proie moyenne : elle veut se distinguer, et c'est pour cela à mon avis qu'elle sert sa propre jambe (moyen de fuite) sur un plateau, consciente du sort à venir et prête à se laisser engloutir par le tueur.

Cela lui ressemble en fin de compte : elle gravite depuis longtemps autour de l'astre Lecter et souhaite partir dignement, en invitant elle-même le tueur à sa table et servant "son" propre repas, dans la pleine continuité de la relation tenue entre l'un et l'autre en Italie et bien avant déjà. Le sachant évadé, elle imagine (ou espère) que son sort sera bientôt scellé mais elle sait hélas qu'elle ne sera pas la dernière : deux chaises sont laissées vacantes à sa table, l'une en bout de table destinée à Hannibal et l'autre en plein centre probablement consacrée à Will, celui qui s'interpose dans un dîner qu'elle voulait depuis toujours en tête-à-tête.
Le lecteur accède quant à lui à un second niveau de lecture puisqu'il sait alors qu'Hanibal et Will se jettent d'une falaise dans une dernière accolade, les deux participant intimement à leur propre dîner aux chandelles tandis que Bedelia est conséquemment laissée pour compte. Cette jambe servie sur un plateau permet peut-être ainsi de se souvenir qu'autour de Hannibal les gens semblent lutter pour se faire détruire par ce géant du vice, ce qui est une conclusion somme toute très pertinente pour la saison voire la série.
Bon, j'ai laissé passer quelques jours avant de poster un avis sur cette saison 3.

Dans l'ensemble, je suis content que la série se termine sans aller jusqu'au pourrissement comme l'a connu... Dexter par exemple, puisqu'il s'agit de tueur en série.

Très honnêtement je n'ai pas vraiment aimé cette saison 3 pour tous les reproches qui ont été évoqués dans des posts plus haut, Le V par exemple traduit très bien mon ressenti. Il y a bien eu 3 épisodes à la qualité fulgurante mais le reste était pour moi plutôt inepte.

Néanmoins, perdu pour perdu, je suis content que Fuller ai pu expérimenter ses idées jusqu'au bout de la romance qu'il voulait instaurer.
Mais franchement, je n'ai pas adhéré à cette histoire d'amour platonique entre Graham et Lecter. Pas par homophobie, mais pour la raison que si le profiler ressent de l'empathie et de l'attirance pour le personnage du "monstre", alors l'histoire tombe dans le piège de la complaisance à l'égard du tueur.

Oui on a compris Bryan, Hannibal est beau, Hannibal est fort, Hannibal est intelligent, possède de multiples dons, gagne à tous les coups même quand il perd, a toujours un train d'avance... c'est bon merci.
Ce piège du regard complaisant vis à vis de Lecter, Harris lui même y tombe dans les deux derniers romans Hannibal, Hannibal Rising ce qui en fait des romans moyens. Lecter n'aura jamais été aussi terrifiant que dans le film de Jonathan Demme parce que personne ne plonge dans sa psyché.

Je n'ai pas non plus apprécié les libertés prises par l'adaptation lors des chaises musicales entre les personnages. Soudain Bloom prend le pas sur Chilton dans l'hopital qu'il dirige, ça n'a pas de sens.

Je n'aurais pas non plus voulu voir une saison 4 sur les traces artistiques de la saison 3 ça c'est sur.
Cette saison 3 s'est parfois caricaturée. Je ne sais pas si SNL s'est risqué à une satyre de la série mais j'avais parfois l'impression de regarder une parodie. Des dialogues souvent abscons, des ralentis omniprésents qui interdisaient tout rythme et une pénombre quasi permanente. A mon sens, Fuller a péché d'arrogance intellectuelle. D'ailleurs les séries de Fuller... c'est terminé pour moi.

La palme du ridicule reviendra à deux personnages ex aequo, l'enquêteur Italien, trop concentré à articuler son Anglais pour penser jouer son personnage, et La japonaise tireuse d'élite (tireuse d'élite quoi!) sortie de sa grotte, ou d'un chapeau.

Néanmoins, merci Hannibal pour les saisons 1 et 2, petits chef d'oeuvre du Network. Cette série aura été portée à bout de bras par Mads Mikkelsen et Laurence Fishburne, bravo à eux, j'ai encore en mémoire leur affrontement dans l'épisode 1 saison 2.
Ce n'est pas meilleur parce que ça se veut super chiadé formellement, à ce compte-là Peter Greenaway serait le meilleur réalisateur que la Terre ait jamais porté, et il n'y aura pas grand monde pour soutenir cette idée.

Sinon, suite à l'arrêt de la série, j'en ai profité pour me refaire tous les films qui utilisent le personnage d'Hannibal - sauf Hannibal Rising, dont je garde un souvenir en demi-teinte. À l'origine, je n'avais vu que Manhunter et Le Silence des Agneaux, je trouve que les deux films ont vraiment bien vieilli, surtout Manhunter, alors que je ne suis pas un grand fan de Michael Mann à la base, mais sa mise-en-scène est vraiment cool dans ce film, de même le sens d'urgence dans l'enquête est vraiment bien rendu. Pour les deux autres, Red Dragon est plutôt solide, et dévoile un Francis Dolarhyde plus riche et complexe que celui de Manhunter, mais Edward Norton (Graham), Harvey Keitel (Crawford) et Philip Seymour Hoffman (Lounds) sont surprenamment plats et peu intéressants dans le film. Quant à Hannibal (le film, donc), je l'ai trouvé tout simplement médiocre et très mal réalisé - Ridley Scott, l'énigme ambulante.

Je ne vais pas forcément m'attarder sur les différentes interprétations de Lecter - Brian Cox fait son taff dans un rôle assez minimaliste - Anthony Hopkins et Mads Mikkelsen sont deux grands acteurs, et livrent deux interprétations très différentes, ce qui fait le sel des adaptations. Cependant, à l'aune des films qui sont plus respectueux des bouquins que la série, je ne peux m'empêcher de penser que la série aurait sans doute gagné à être plus fidèle aux livres, ne serait-ce que du point de vue de la trame principale - pas forcément dans l'évolution des relations entre Will et Hannibal. Une première saison centrée sur l'enquête autour des meurtres de Garrett Jacob Hobbs, deuxième saison le Chesapeake Ripper, troisième Tooth Fairy Red Dragon. Ils auraient pu aussi inclure Molly (la femme de Will) plus tôt et leur donner une vraie histoire romantique pour que lorsque Dolarhyde s'en prend à elle et à son fils, on se sente plus concerné.

Finalement, la série est un gloubi-boulga du Dragon Rouge et de Hannibal mais sans le lien logique du Silence des Agneaux, ça donne un résultat scénaristiquement difficile à digérer.
[necroposting]

Il n'est pas impossible, je dis bien "pas impossible" qu'une quatrième saison d'Hannibal puisse se produire après Août 2017 lorsque les droits du "Silence des Agneaux" seront de nouveau disponibles.

Martha de Laurentiis qui produit et Bryan Fuller qui adapte étudient sérieusement la question avec un autre partenaire du cable ou du net. Mads Mikkelsen (Hannibal) s'est dit prêt à faire chauffer ses fourneaux pour la télé dés 2018.

Il s'agirait alors d'une nouvelle adaptation du roman en mini série de 6 ou 8 épisodes ce qui me semble largement suffisant.

[/necroposting]
J'ai fini la saison 1, et j'hésite à commencer la deux. Je n'ai rien lu pour pas me spoiler. Ça reste de qualité, ça se perd ?

L'épisode 8 je crois m'a par contre fait complètement décrocher à cause de la grosse méconception des "cordes vocales"... Heuresement j'ai moins vu de trucs débiles dans les autres.
J'ai commencé, deux épisodes. Ça commence par une scène coupée puis "12 semaines plus tôt". Je déteste ce procédé en général. Ensuite c'est rêveries sur rêveries ! Je vais continuer car j'aime l'ambiance de la série, et la saison 1 m'a demandé quelques efforts pour accrocher (pour ensuite me happer), mais la saison 2 démarre mal...
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés