GW - Le théâtre de Dame Althéa

La sagesse du roi Ossa

Répondre
Partager Rechercher
http://img253.imageshack.us/img253/2247/epicofgilgameshrt3.jpg






I-PROLOGUE


Aujourd'hui qui ne connait pas le nom de Turai Ossa ?
Du plus vil roturier d'Ascalon au plus éminent ministre de Cantha, tous révèrent et admirent le plus grand roi d'Elona, seul monarque, par sa gloire, sa richesse et sa bravoure, pouvant se comparer au légendaire Droknar lui-même.
Turai fut le dernier roi à gouverner le continent Elonien dans son ensemble. Vabbi payait un riche tribut et Morah se développait au contact des puissants "princes lettrés". Turai repoussa même jusqu'aux limites du royaume en annexant le sud Tyrien, aujourd'hui appelé désert de cristal; cette entreprise eut bien des conséquences mais rencontra pour un temps le succès.

La couronne d'Elona connue donc sous le règne du roi Ossa son âge d'or: les navires marchands de Tyrie et de Cantha se bousculaient aux ports de Kamadan et Turai s'était fait des tribus centaures de puissants alliés qui, admirant la prestance de ce roi des Hommes,avaient rabaissés leur fierté pour se faire les montures des armées Elonienes. Chaque soldat partait alors au combat montés sur un centaure archer, et la puissance d'Elona résonna aux quatre coins du monde connu.
Ajoutant au prestige de ses forces, le roi menait lui-même ses troupes aux combat, cumulant les fonctions de Maréchal de Guerre et de Général de l'Ordre Sacré des Lanciers du Soleil, et un tel commandant ne s'était plus vu depuis Sogolon le Protecteur.
Un proverbe Elonien disait même: Dans le ciel, la Roue de Feu, Sur la Terre, le roi Ossa

Ainsi le nom de Turai Ossa brillait, comme aujourd'hui encore, au dessus de tout autre. Mais si chacun peut juger de la plupart des hauts faits de ce héros, très peu d'éléments de sa jeunesse nous sont parvenus, excepté le conte de la sagesse du roi.



II-LA JEUNESSE DE TURAI


Il a été établi que le sage et immortel Ventari prit en charge l'éducation du prince Ossa. Il lui enseigna tout ce que l'entendement humain est en mesure de supporter et ainsi Turai fut rompu à toute forme de savoir. Mais il délaissait les choses de l'esprit au profit de l'exercice des armes et Ventari s'en attristait.

Aussi lui dit-il un jour:
-Prince des Hommes, grande est ta valeur au combat et sache que dès aujourd'hui et pour l'éternité, nul mortel ne peut t'égaler sur le champ de bataille; aussi, délaisse le bronze implacable et développe ton esprit. Car on ne saurait gouverner, comme tu es amené à le faire, par la seule force du glaive.
Turai répondit:
-Que sont pour moi ces arts de vieilles femmes ? Mon bras me fera accéder au trône et il m'y maintiendra. Mon règne sera l'ère de la force et du courage, aussi à quoi bon mille paroles quand un coup peut si bien rendre la justice ?
-La jeunesse excuse tes paroles, chétif humain, répondit le centaure, mais sache que la sagesse est infiniment supérieure à la force, car ton bras un jour te trahira, la force t'abandonnera et fera place au grand âge. Alors que la sagesse ne fait qu'augmenter avec le temps.
Turai s'offensa:
-Les Dieux permettraient-ils qu'un roi vieillisse et perde de sa splendeur ?
-Assurément, lui rétorqua Ventari. Car où est le père de ton père, le roi ? Et ses pères avant lui ? Vous autres Humains êtes voués au trépas.
-Il en sera autrement pour moi, dit le prince. Je ferais mienne l'immortalité.
-Cela ne se peut que par la sagesse, lui assura le sage. Et encore ton corps devra périr, mais tes mots pourront traverser les âges, si tu acquiers la sagesse.
Le jeune prince questionna le vieux centaure:
-Pourquoi la Mort nous prend elle, alors que vous autres Centaurs, demeurez ? Je veux vivre.
-Ainsi l'ont voulu les Cinq, répliqua Ventari. Mais tu dis vouloir vivre malgré tout, aussi apprends qu'il n'en fut pas toujours ainsi: Autrefois, les Pères des Hommes, qui eux étaient des sages, quittaient ce monde de leur plein gré. Ils s'étendaient, encore baignés de cette force qui t'est si chère, et partaient pour d'autres terres. Pour où ? Je l'ignore, mais je sais que vous n'êtes que des hôtes ici, vous ne faites que traverser ce monde, sans y être attaché, sans vous en lasser. Ce qui autrefois était reconnu comme un bienfait vous semble aujourd'hui une malédiction. Ainsi, on voit des hommes s'accrocher à la vie alors que tout ses plaisirs l'ont déserté, et parfois même la sagesse vous abandonne et vous demeurez débiles et gâteux, vieillards à l'esprit de nouveaux nés. Mais malgré cet état lamentable, vous refusez la Mort. De cruels démons étreignent vos coeurs je présume. Et j'avoue que l'esprit des Hommes m'est étranger.
-Il suffit, centaure, dit alors le prince. Coupons là, car comme tu le dis, l'esprit des Hommes t'est inconnu. J'affirme cependant que ma force me permettra de survivre au tombeau.
-Tu es fort, humain. Mais stupide, tu l'es plus encore si tu crois cela possible, railla le centaure. Aussi vais-je mettre au défi, toi qui te pense capable de me contredire, moi qui suis sage entre tous. Car n'ai-je pas parcouru les écritures du Rubicon, percer les mystères des Chroniques Zaishen, ou même posé mes yeux sur les authentiques Sutra ?
Voici, prête l'oreille au centaure Ventari, chétif Turai. Je t'ai conté autrefois l'histoire du moine Xuanzang et de son voyage vers l'Ouest Béni. Il entreprit cette quête pour rapporter à Cantha les saintes écritures et lors de son périple, il parvint à cette grande étendue onduleuse nommée Océan. Là, une tortue du pays Luxon lui vint en aide et, l'emportant sur son dos, lui fit franchir le liquide obstacle. Pendant la traversée, l'animal demanda au moine si il connaissait la raison de l'existence des tortues. Xuanzang répondit qu'il l'ignorait mais il se proposa de demander à l'Illuminé une fois arrivé à destination. La tortue en fut fort contente et promit de surveiller la côte pour lui servir à nouveau d'embarcation le jour de son retour.
Vint une année ou le divin moine reparut, chargé des célestes Sutra, et la tortue l'emporta en direction de Cantha. Mais lorsqu'enfin elle reposa sa question à Xuanzang, celui-ci avoua qu'il avait oublié de demander à l'Illuminé. Prise de colère, la tortue plongea dans l'abysse, abandonnant le moine en vue des côtes de sa terre natale. Il parvint cependant à regagner la terre ferme mais les textes sacrés menaçaient de ruine aussi les fit-il sécher sur un grand rocher. Lorsqu'il furent secs et hors de danger, Xuanzang roula les Sutra et reprit sa route. Mais l'encre, en séchant, avait laissé une empreinte des textes sacrés sur la roche qui aujourd'hui encore conserve la marque de son précieux dépôt, devenant ainsi la Roche de la Sagesse.
Voici donc mon défi: pars pour la terre de Cantha et lis ce qui est inscrit sur ce rocher, tout simplement. Si ta force te conduit jusqu'au succès, la sagesse emplira ton esprit qui réalisera alors combien il était vide. Va, et que les Cinq guident tes pas.



III-LE DEFI


Turai salua son précepteur et sans un mot, partit pour la lointaine Cantha. La route fut longue et éreintante. Le prince gagna l'Océan mais nul bateau ne voguait encore entre Cantha et Elona. Il dut donc prendre des chemins détournés et c'est sur ses pieds qu'un jour il atteignit le pays du Dragon, après bien des années de privations et d'épreuves. Turai Ossa ne dut sa survie qu'à sa seule force, et il en tirait de la fierté. Finalement une caravane de marchands le renseigna sur l'endroit où trouver la Roche et il s'y rendit aussitôt.

Près d'une plage calme bordée par une mer sereine se tenait le Rocher, immuable témoignage du voyage du divin moine Xuangzang.
Turai distinguait qu'un texte recouvrait la pierre de haut en bas et fit quelques pas vers le but de sa quête mais soudain, il fut repoussé par une force prodigieuse.
Il se releva, constata que son armure gisait en miettes sur le sol et scruta les environs.
C'est alors qu'il vit s'avancer de derrière la Roche un démon colossal, armé d'un énorme cimeterre et ouvrant une gigantesque gueule rougie par un flot continuel de sang frais. Le démon demanda:
-Qui es-tu et que veux-tu ?
Mais blessé dans son orgueil, Turai n'écouta pas et se rua droit sur son adversaire.
Le combat fit rage jusque tard dans la nuit mais le démon eut le dessus. Le prince dut faire retraite et gagna une forêt située non loin du site sacré. Là, il put soigner ses blessures et bientôt il entreprit une nouvelle attaque. Il se rendit à la Roche et y trouva son gardien qui lui demanda de son atroce voix:
-Qui es-tu et que veux-tu ?
Turai chargea le démon mais cette fois encore sans succès. Il battit en retraite sous les rires de son adversaire. Le jeune homme n'avait jusqu'alors jamais connu la défaite, mais il sentait que ce démon le surpassait, et de loin.
Mais peu lui importait, il s'en remettait entièrement à sa force et comptait bien le vaincre.

Ainsi il multiplia les assauts et avec eux les défaites. Il ne prêtait aucune attention aux paroles du monstre, ni même à la Roche, but de son voyage. Seule la victoire comptait. Imposer sa force à l'ennemi, le vaincre.
Mais échec après échec, Turai Ossa constatait que rien ne semblait éroder la vigilance du démoniaque gardien. Au contraire, plus le jeune guerrier faisait étal de sa puissance, plus le démon révélait son incommensurable pouvoir.

Finalement, après des mois d'infructueux essais, Turai ne parvint qu'à se vaincre lui-même. Il se rendit au Rocher sans armes et quand le démon vint à lui en lui demandant:
-Qui es-tu et que veux-tu ?
il répondit, après avoir rejeté son orgeuil et mit genoux en terre:
-Je suis Turai Ossa, un fou ignorant qui souhaite acquérir la sagesse.
Une voix, douce cette fois, lui répondit alors:
-Sois le bienvenu, Turai Ossa.
Et sous ses yeux incrédules, et dans un éclat de lumière divine, le démon reprit sa véritable forme et c'est ainsi que l'Illuminé se révéla au roi Turai.
La céleste apparition ajouta:
-Reçois mon enseignement.
Et dans un halo de lumière elle disparut, laissant Turai seul au pied de la roche.

Ses yeux se portèrent dessus et tombèrent alors sur le sutra de la grande sagesse qui nous enseigne:

Remerciez les Dieux lorsqu'ils vous accordent de connaître un sage, et ainsi d'acquérir la sagesse.
Car l'intelligence se développe au contact de l'intelligence.
Comme la chaleur pénètre un corps se tenant près d'un brasier.

Turai prit connaissance de nombreux autres sutra et put ainsi cultiver son esprit et le faire rivaliser avec sa force.
Il reprit ensuite la route d'Elona et revint auprès de Ventari qui accepta les excuses de son disciple et reprit sa formation.

Puis vint pour Turai le temps de monter sur le trône et le vieux centaure lui fit ses adieux.
-Ne resteras tu pas à mes côtés pour me conseiller ? le supplia le jeune homme. C'est maintenant que j'ai le plus besoin de ta sagesse, ô immortel.
-Tu es désormais en mesure d'affronter toutes les épreuves dont regorge la vie d'un roi, noble Turai, lui répondit Ventari. A toi maintenant de guider ton peuple vers la lumière. Ton nom sera synonyme de gloire pour de nombreuses nations, et même si, pour une raison que j'ignore, le nom de Palawa s'inscrit dans mon coeur aux côtés du tien, ton nom brille plus fort et plus haut que l'autre, aussi n'aies aucune crainte, puissant roi Ossa.
Et sur ces mots ils se séparèrent.



IV-DE L'HISTOIRE A LA LEGENDE

Il est consigné ailleurs et dans bien des ouvrages comment le légendaire Turai Ossa défit le sinistre Palawa Joko à la bataille de Jahai. Comment par sa bravoure et son courage Elona fut sauvée du désastre.
Long fut le règne du roi Ossa, long et heureux. Un règne de gloire, de félicité et de prospérité pour tous. Celui que l'on nomma "le Roi Sage" prit sous sa protection de nombreuses nations et ses héritiers suivirent son exemple.
Ainsi, sa lignée jamais ne fit défaut, et ce jusqu'à la malheureuse Varesh Ossa, dix septième descendante du puissant Turai; elle succomba hélas à l'appel de la force brute et ne s'en releva pas.
Mais du temps du souverain Turai, nul ne craignait l'avènement du Crépuscule. la simple existence du roi garantissait la paix et l'harmonie pour tout le royaume.
En gage de sa proverbiale sagesse, il nous a laissé cette sentence:


Le tyran dira: si il ne chante pas, je le tuerai le rossignol.
Le manipulateur dira: si il ne chante pas, je le ferais chanter le rossignol,
Le roi juste dira: si il ne chante pas, j'attendrais qu'il chante le rossignol.


Puis vint le jour où le roi entreprit la colonisation du désert de cristal, et bien des chants content les pleurs qu'elle engendra.
Nul ne sut ce qu'il advint du roi d'Elona ni de ceux qui le suivirent dans l'aridité infinie.
Rien de précis ne fut rapporté à leur sujet mais le Roi Sage y trouva sa fin. On dit qu'il rejoignit les Brumes, mais de nombreux aventuriers affirment avoir rencontré le héros sous sa forme spectrale et disent qu'il les aurait aidé dans leur vaine quête du Panthéon des Héros.
Et c'est ainsi que, sous une forme certes inattendue, Turai Ossa, seul d'entre tous les mortels, accéda à l'immortalité.

Mais ceci n'entre pas dans notre récit, car le conte de la Sagesse du Roi Ossa s'achève ici.



http://img253.imageshack.us/img253/5388/gilgameshqy3.jpg



Références:

Commme toujours, pas mal de "pillage" à droite à gauche, avec par exemple l'épisode de Xuanzang, moine boudhiste historique parti en inde pour rapporter des textes plus épurés.
Le thème de l'immortalité vient du roi Gilgamesh, qui collait assez bien je trouve à Turai Ossa.
Ventari en tant que précepteur se rapporte à Chiron, mentor d'Achille.
Si vous trouvez d'autres références, n'hésitez pas^^
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés