NWN - le Théâtre des Illusions

10 ans ont passés... nos aventuriers ont changés... des vies sont modifiées...

Répondre
Partager Rechercher
10 ans ont passés depuis le début du théâtre, il en a vu de toutes les couleurs. rappelez vous le premier concours de boisson, le concours d'énigme avec Caillou et Cadderly, c'est là que Théranthil et Elminf ont fait connaissance, c'est ici que Azrah a été la plus énigmatique, c'est ici que Glorinfeld et Dorilys ont échangés leur premier baisé, ou bien que Saif a tirer sont épée contre Thanatos, que Frohnir c'est enfin un peu dévoilè et qu'Eleldor c'est un peu plus renfermè, ou que papillon à battu des ailes ...... tant de choses ceux sont passés ici, pourtant 10 ans ont passés. Pour les humains il s'agit d'une bonne partie de leur vie, pour les elfes d'une poignée de mois .... que c'est il passé en 10 ans .. le temps des retrouvailles ou des nouveaux départs ou des nouvelles connaissances est il arrivés ?


Une silhouette d'environ 1m60 se tenait face aux portes ouvertes du théatre. elle avait une cape très ample qui la couvrait des pieds à la tête. une capuche énorme lui recouvrait entiérement la tête et le visage. Impossible de distinguer qui se cachait derrière cet amas d'habits. Elle referma la porte et se dirigea lentement vers le bar, elle s'assit sur un tabouret, le dos vouté.


Le tenancier habitué depuis longtemps aux excentricités de ces voyageurs ne sans formalisés plus.

- oh là l'ami qu'est ce que je vous sert ?

D'une voix enrouée et rauque :

- du saké
Dans les écuries, un voyageur au long manteau fatiguée, d'un vert sombre qui semblait cachée une ancienne splendeur, fessait néamoins toujours son travails, garder son propriétaire au chaud. Ce dernier s'occupait des chevaux, il n'en avait pas pour longtemps, mais ce devait être fait.
Fröhnir était déjà accoudée au bar, comme tous les soirs après avoir fermé sa boutique. Eauforte était devenue sa ville, et le Théâtre sa maison. Qu'il était loin le temps où pour la première fois elle poussait les portes du Théâtre !

Du passé.

Sano ne devrait pas tarder à venir la retrouver, elle patienterai.

A la mention de Saké, elle se tourna légèrement, essayant de percer les ténèbres de la capuche. Voilà bien longtemps qu'elle n'avait pas vu quelqu'un commander cette boisson ici-même...

La fameuse nuit de son arrivée.


"- Du Saké ?"
Il fut un temps ici même où les portes de ce théâtre s'ouvrirent sur deux compères aussi joyeux que souriant de toutes leurs dents. Ce fut pour un des plus grand bal de l'histoire de ce même théâtre. Ce jour la, elles s'ouvrirent sur deux personnes de petites tailles aussi fatiguée l'une que l'autre.
Il y a longtemps ces deux personnes étaient pleines d'entrain, l'un, un nain encore jeune et fringant, et l'autre, un halfelin se cachant derrière un masque et toujours prêt a servir les dames.
Ce soir, ces deux personnes n'étaient plus autant jeunes et fringuantes qu'avant, le nain était méconnaissable, portant une longue barbe blanche qu'une décennie n'aurait pu voir naitre, des cicatrices parcouraient son visage et son crane lui donnant un air menaçant. Son oeil gauche mort et strié de marques de griffes ne faisait qu'ajouter a son air menaçant. Dans son dos se tenait deux armes, une grande hache et un marteau de guerre. A son cou l'on pouvait distingué pendu a une chaine, une bague faite de deux fil en mithril qui s'entrelacé entre eux.
Il alla s'asseoir a une table dans un coin près de la cheminée et retira ses armes pour les poser contre la table dans un mutisme de pierre.
L'halfelin quand a lui ne portait plus son masque autre part qu'a sa ceinture. Ses yeux qui autrefois étaient des plus riant et des joyeux avaient perdu leur éclat naturel et n'étaient plus que deux océan d'un rouge sang et ses pupilles un puits d'une obscurité sans faille. Quelque chose semblait émaner de lui et faisait froid dans le dos. Il alla s'asseoir a côté du nain et se tut en attendant une quelconque serveuse
Une silhouette d'ombre, emmitouflée souvent dans sa cape couleur de nuit, Félis franchit le pas aux côtés des deux compagnons. Dix années n'avaient pas altérer ses traits, sa cicatrice en forme de dent en bas de la joue droite dont l'origine restait mystérieuse était toujours là. Sa beauté sombre non plus autant que son air ténébreux. Elle s'assit au fond de la salle, commanda un verre d'eau et comptait se reposer un peu après une longue nuit de chasse avec ses suceurs de sang préférés. Night, dans son apparence de fennec noir, somnola un instant et se coucha sous la table, visiblement épuisé.
la silhouette ne fit aucune geste vers le verre de saké posé devant elle, et ne se tourna pas à la question de Frohnir.

Combien de personnes sont rentrées ? (pensées)


toujours d'une voix rauque et enrouée, ni vraiment homme ni vraiment femme et sans age :

- savez vous que le saké est une boisson "surprise" *petit rire* on ne sait jamais qu'elle goût il va avoir vraiment .. parfois ce n'est pas un bon moment pour le boire et d'autre fois c'est une boisson qui est égale celle des dieux ...servez la même chose à mon ami "l'elfe" çà lui changeras de son hydromel, Tenancier.

l'aubergiste pris un verre et le posa devant Frohnir et le remplit.
L'elfe de Lune ayant terminer sa tache entra à l'intérieur de l'auberge en silence. Une fois à l'intérieur il enleva ses gants d'archerie et rabaissa son capuchon, ses cheveux dorée et ses yeux gris acier n'avait pas changer.

Voyant Dorilys au bar il vaint s'assoire à ses coté en ne disant mot comme attendant d'être découvert, il se contenta de sourire en coin en raison des présence qu'il sentait autour de lui...
- Je ne bois pas d'hydromel. J'ai depuis longtemps pris goût à l'horrible breuvage des nains.

L'elfe aux yeux dorés huma doucement le petit bol de saké et réfréna un mouvement de recul. Cette soirée n'est pas comme les autres songea-t-elle. J'espère ne pas finir comme cette première nuit où je m'était soûlée...

Puis elle pris une longue inspiration et avala la forte boisson.
*Depuis le jour où Eleldor a quitté sa guilde, sa deuxième famille, pour partir en Alvencys avec Séréna, Eauforte et le Théâtre étaient devenus sa nouvelle maison car dès qu'il pouvait quitter le château ne serait-ce que pour deux ou trois jours, il rejoignait le plus rapidement possible cet endroit qu'il considéré comme magnifique : le Théâtre. Et c'est toujours avec nostalgie qu'il prend l'escalier venant de sa chambre et qui le mène dans la salle principale, là où il a fait tant de rencontres inoubliables.
Tout en descendant, avec le sourire aux lèvres, l'elfe aux cheveux blancs comme la neige regardaient tour à tour les personnes présentes dans la salle ...

Tiens y'a Frohnir ... ah mais elle discute avec deux étrangers. Eh bien, elle perd pas de temps elle .... oh mais c'est Rka dans le coin là. Alala toujours solitaire et dans l'ombre celle là, elle me rappelle Jade. Qu'est-ce qu'elle est devenue cette petite fille au fait ? Est-ce que je le saurai un jour ?
Tiens y'a encore deux personnes là bas, deux nains ? Eh bien, ça fait pas mal de monde aujourd'hui.

*Il venait d'atteindre le bas des escaliers et il se dirigeait droit vers le bar. Il s'installa deux places à gauche de Glorinfeld en faisant un petit coucou de la main à Frohnir au passage.*

- Du saké s'il te plait ! *demanda-t-il joyeusement au tenancier en réajustant sa vieille cape qui recouvrait toujours ses vieux habits qu'il adorait. Aparrement, ce n'est pas sa nouvelle vie au château qui avait changé quelque chose chez lui.*
*sentant la présence de Glorinfeld, elle sourit sous sa capuche chaleureuse, aimante, elle sentit Frohnir boire son verre de saké*

*toujours voix enrouée* - alors Frohnir qu'elle gôut a t'il ? un goût amer de trop de larme verser ? ou alors un goût qui réchauffe le coeur en sentant qu'aujourd'hui des retrouvailles vont peut être arrivés ?

*elle tourna sa tête vers elle lui dévoilant son visage qui n'avait pas changer d'un pouce, les yeux mauves et les cheveux lilas. elle lui sourit, lui fit un clin d'oeil et souleva sa main en signe de "chut" elle portait des gants d'archers masculin. puis elle entendit le mot "saké" avec une voix "heureuse" ?*

*chuchotement* : mon petit ? .... je suis heureuse alors

*elle prit une bourse à sa ceinture et la déposa sur le comptoir vers le tenancier*

- c'est pour moi pour "l'elfe" du fonds et servait moi deux autres verres de saké.

*le Tenancier servit Eleldor, prit la bourse, la soupesa, remplit 2 autres verres qu'il mit devant la silhouette et laissa la bouteille sur le comptoir. La personne se leva, sa cape toujours très ample, pris les 2 verres, effleura Glorinfeld, inclina la tête vers Eleldor en lui tirant la langue et très cérémonieuse se planta devant Elminf et Melias sachant qu'il verrait son visage vu qu'ils étaient assis. Elle posa les 2 verres face à eux et attendit, visiblement nerveuse*
Pénétrant silencieusement par la porte de derrière, Sano fut surpris par la maitresse de cuisine. Elle le regarda d'un oeil furibond, ses sourcils se rejoignirent et elle plantant ses poings sur ses hanches.

- Sano !! Combien de fois devrais je te dire de rentrer par la porte des clients comme tout le monde !

Elle portait l'éternel tablier parsemé de taches de sauces, une épaisse chemise de laine dure. Un chignon surmontait sa grande chevelure couleur poivre. Son formidable embonpoint rajoutait de la dureté a son aspect de maitresse de maison. Elle savait qu'elle ne se laisserait pas prendre cette fois ci.

Sano de son côté rapetissa un peu plus, rentrant sa tête dans ses épaules, puis demandant en courbant sans arrêt l'échine qu'elle baisse le ton. Les cris stridents de Martha étaient déjà assez douloureux sans qu'il prenne une raclée par cette grosse femme.


- S'il..s'il.. vous plait Martha..désolé...Gomen...J'ai du..
- Oui mais si tout le monde faisait comme vous hein ? Et puis vous ne m'avait toujours pas remboursé le plat en faience d'Eauprofonde que vous m'avez cassé le jour passé. Et ces pommes qui disparaissent silencieusement ? Et mon Tommy qui traine avec vous je n'aimes pas ca !
- Hé hé..Martha.. Un sourire en coin se dessina sur les lèvres de Sano. Il voulait ce jour la jongler avec plusieurs plat devant le regard ébahi du petit Tommy, le fils de la cuisinière, malheureusement, le seul plat qui tomba fut celui en faience brute. Tommy était écroulé de rire...mais pas sa mère.

- Martha ! Ecoutez moi maintenant !!! Ce plat j'en ai trouvé un beau, des mages de Thay jurent sur leur art que le plat qu'ils m'ont vendus possède des propriétés magiques, il est dit qu'il agit comme une corne d'abondance.. la nourriture est multipliée, je dois vous le ramener mais...Frohnir s'en sert actuellement, euh...elle a de la difficulté a le vider...si vous voyez ce que je veux dire.. Il afficha un sourire enfantin. Espérant que Martha le croirait cette fois ci. La femme de cuisine radoucit les traits de son visage puis après un court silence pointa son index vers la salle commune.

- Mouaip...Allez sortez de ma cuisine, Frohnir se trouve dans la salle je crois elle vous attend..vous êtes en retard comme d'habitude...faire attendre une femme comme elle. Si j'étais vous..

Il laissa Martha continuer a parler pendant qu'il quittait la cuisine, la salle commune lui tendait les bras.
Fröhnir, que le saké venait de chauffer passablement répondit au petit geste d'Eleldor et étouffa une exclamation en voyant le visage de Dorilys. Cela faisait si longtemps qu'elles ne s'étaient vue...

Et voilà qu'elle était de nouveau plongée dans les souvenirs lointains du bal où elle apparaissait pour la première fois au Théâtre des Illusions...


- Mais que fait encore Sano ?
*Eléldor regarda la langue incrédule puis suivit du regard la personne jusqu'à ce qu'elle s'asseye. Il tourna la tête vers Frohnir et la regarda d'une manière qui voulait dire "qu'est-ce qu'elle a celle-là ?". Visiblement, il n'avait pas reconnu Dorilys et Glorinfeld mais il ne pouvait s'empêcher de tourner la tête pour la regarder de temps en temps.*
Fröhnir, muette, articula distinctement les syllabes DO-RI-LYS à l'attention d'Eleldor en regardant dans la direction d'Elminf et de Mélias qu'elle n'avait pas encore vu.

- Eh ! encore des vieilles connaissances ! Ces deux là avaient disparus depuis le bal de l'Equinoxe Messale !
Silencieuse, Félis.Rka observa du coin de l'oeil cette curieuse assemblée. Beaucoup étaient là, Eleldor visiblement heureux malgré sa vie de château, Elminf qui semblait avoir considérablement changé... mais elle ne connaissait pas encore tout le monde malgré tout. Les aléas de la vie, pensa t'elle avant de se perdre dans ses pensées.
- Dorilys ?

*Il tourna la tête vers elle. Il allait se lever mais une pensée lui traversa l'esprit. Il se tourna vers la personne qui l'accompagnait.*

- Glorinfeld !

*Il se jeta sur lui pour le prendre dans ses bras et le serrer de toutes ses forces.*
c'est l'halfelin qui avisa le premier celle qu'il prit pour une serveuse puis après réflexion pour une quelconque aventurières de passage. Il ne s'en préoccupa pas et emis un grognement quand elle continua a venir vers eux. Il commença de bouger les lèvres silencieusement, articulant quelques mots de pouvoirs pour s'assurer que la gêneuse reparte d'où elle était venue et qu'elle n'y revienne plus.
Comme on dit chat échaudé se méfie, se dit il mais quand celle ci s'arrêta devant la table et posa les deux coupes de Saké, l'ensorceleur perdit le fil de ses mots et resta bouche bée un court instant. Ses yeux parcoururent ce visage familier et peu à peu se mirent a le reconnaitre.
La bouche de l'halfelin commença de se fermer et ses mâchoires se mirent a grincer sous la tension qu'il déployait pour ne pas lâcher un flots de pouvoirs mortels. Ses pupilles se firent plus noires, semblèrent absorbés la lumière qui s'y reflétait. Cette noirceur s'étendit peu a peu a ses orbites rouge sang et remplaça la vive couleur. Ses doigts blanchirent a force de se serrer et l'étrange malaise que l'on avait en étant dans les alentours du petit être s'accrut.

Peut être cela qui fit réagir le nain ou peut être pas. Durant l'approche de Dorilys, le nain avait fixé l'âtre de la cheminée et s'était perdu dedans. La où il était lui seul le savait peut être une lointaine époque, peut etre un autre lieu plus joyeux que celui dans lequel il était.
Toujours est il qu'il ne s'était pas départagé de son mutisme et qu'il n'arrêtait pas de jouer avec l'anneau pendu a sa chainette. L'exterieur n'avait aucune prise sur le nain fatigué tant physiquement que psychologiquement. Il était dans son monde à lui et rien ne pouvait l'en y extirpé s'il n'en avait pas l'envie.
Lors du changement d'humeur de son frère, il tourna la tete vers celui ci et regarda dans la direction du courroux de l'halfelin. Il avisa l'elfe qu'il avait pris comme fille adoptive ici même, il garda un silence de tombe en la dévisageant et en étudiant son visage qui n'avait pas changé d'un iota en temps de temps. Il ouvrit la bouche sur un murmure rauque rempli d'émotion


Elminf : " Ombre...Une ombre du passé revenu me hanter " Puis il passa une main tremblante sur ses yeux et raffermit sa poigne en la faisant glisser sur sa barbe. Son oeil qui un instant plutôt avait semblé apeuré s'était de nouveau durci et c'est d'une voix plus rude et aigri qu'il parla en posant une main sur le bras de son frère comme pour l'apaiser ce qui eut l'effet de faire cesser de trembler l'halfelin.

Elminf : " Bien le bonsoir Fille des Elfes et de l'Ombre, que me vaut l'honneur de cette boisson ? "
Le rôdeur avait la tête pencher vers sa main qui tenait une bourse en cuir. Il comptait ses piès quand il fut soudainement assaillit par quelqun. Le reflexe fut de s'écarté, mais étant assied, il artit à la renverse la bourse elle suivit le chemain inverse partant en l'air.

Aucune magie ne l'aida, il tomba au sol et après un instant de confusion, il enleva le capuchon retomber sur son nez et vit Éleldor. L'elfe sourit en coin et se releva en jettant un regrd à Dorilys poour voir si tout allait bien, une fois rassurée, il se tourna vers son ancien compagnon
- Bonsoir Éleldor dit il en acceptant enfin l'accolade
*l'elfe incrédule regarda les différentes réactions et écouta le nain parler comme à une étrangère. elle serra ses poings et des larmes lui montèrent aux yeux*

je vais le tuer non je vais l'étriper non je vais le manger à la petite cuillère !!!! je vais le massacrer je vais le réduire à néant comment ose t'il !!!!!!

*Dorilys faisait de gros efforts pour ne pas laisser parâtre ses émotions, elle se mordit la lèvre inférieur avec force puis enfin respira un grand coup. Avec ses 2 mains gantés, elle enleva sa capuche, on ne voyait toujours pas ses habits, elle fit passer par dessus sa cape ses cheveux qui tombèrent comme une cascade violette sur son dos pour atterrir au sol, ils avaient encore pris 10 bons centimètrès, et ils trainaient par terre, elle tenait à sa main le foulard qui les retenait auparavant. elle le posa tranquillement sur table comme si elle mesurait chaque geste qu'elle faisait. puis elle ôta son gant droit et le posa aussi sur la table et fit de même avec le gant gauche, un anneau argentée entourée de lierre ornée son doigt du coeur. elle pointa un doigt menaçant vers Melias et d'une voix sourde et retenue*

- ne me fixe plus comme çà Baka où je te fais ravaler ta salive !!!

*se tournant vers Elminf elle n'y tiens plus et tapa du poing sur la table, les verres bougèrent un instant mais le liquide ne bougea pas d'un iota à l'intérieur*

- comment oses tu te comporter de la sorte avec Moi !!!! est ce ainsi que tu acceuilles Ta Fille ou dois je retourner auprès de mes Vrais Amis dans lesquels je ne peux n'y te compter toi et toi !!!

*dit elle en pointant successivement Elminf et Melias, elle faisait visiblement de gros efforts pour ne pas s'enrever plus mais elle sembla d'un seul coup tres fatigués et le poings posé hargneusement sur la table au début semblait plus la soutenir maintenant, elle cherchait un peu sa respiration*
*Alors que l'elfe serrait fort dans ses bras Glorinfeld et qu'il allait lui poser des tonnes de questions, il prit conscience de ce qu'il se passait autour, et plus précisément de ce qu'il se passait avec Dorilys et les deux "nains" qu'il avait aperçu en arrivant.
Il lâcha Glorinfeld, jeta un coup d'oeil vers Elminf et Melias qu'il venait de reconnaître puis regarda de nouveau Glorinfeld, les sourcils froncés.*

- Qu'est-ce qu'il se passe Glo ? *demanda-t-il en posant une main sur son épaule*
D'un geste emprunt d'une rapidité qu'elle croyait oubliée, Fröhnir s'empara de la bourse de Glorinfeld sans perdre une seule pièce, puis la lui tendit. Il fut un temps où son contenu aurait disparu, mais ce passé-là était révolu.

Intrigué par les étranges retrouvailles de Dorilys, de Mélias et d'Elminf, l'elfe leva un sourcil interrogateur, puis se rassit. Du coin de l'oeil elle avait vu Sano sortir en douce des cuisines, et toutes les tensions de la journée s'évaporaient soudainement...
Mélias s'arracha de l'emprise qu'exerçait le nain sur son poignet une une lumière sombre vint entourer son poing fermé et il pencha la tête de côté posant son regard sombre sur l'elfe

Mélias : " Ou bien quoi ? " Son visage se crispa et il lança d'une voix rempli d'une haine contenu jusqu'alors " Ou étais tu quand ton père avait besoin de toi ? Où étais tu quand on a du enterré Minancia ? Tu étais parti alors ne viens surtout pas.... "

Il ne fini point sa phrase mais a la place on entendit le claquement d'un poing massif sur une mâchoire. Celle ci devait avoir subi de beaux dégâts à l'horrible bruit que cela avait fait. L'halfelin se releva deux mètres plus loin en se frottant la mâchoire. Dans ses yeux, les ténèbres avaient un instant semblé s'enflammer quand il posa son regard sur son frère mais elles refluèrent et laissèrent la place à la couleur rouge sang du début. Sa joue commença à gonfler puis il se tourna vers l'elfe et s'inclina d'un mouvement raide du dos, les mains plaqué contre le corps

Mélias : " Gomen Kudasai "

Puis il s'installa a sa place et prit la coupe entre ses deux paumes, en but le contenu, le leva au dessus de sa tête en direction de Dorilys et le reposa délicatement

Mélias : " Domo arigato gozaimasu " puis se tut en grimaçant doucement sous l'effet de la douleur

Elminf secoua la tête puis comme se parlant a lui même murmura


Elminf : " tu n'aurais pas du parler d'elle, tu ne sais toujours pas tenir ta langue.... "

il regarda l'elfe et secoua la tête puis desserra son poing

Elminf : " Te voir vivante m'emplie d'une joie sans description tigresse en même temps qu'une tristesse sans fond. Va tu en vouloir a un vieux nain rassis et a son frère acariâtre et autant si ce n'est plus rancunier qu'un nain et qu'une elfe aux cheveux violet ? Il écarta les bras en une invitation a une accolade
Va tu faire attendre, ton vieux crétin de père ou va tu repartir vers tes Vrais amis ?
il posa un regard sur le côté droit de Dorilys et une larme perla sur sa joue gauche puis sur sa joue droite
Comme dit te revoir devant moi m'emplie de joie et de tristesse : de joie car tu es en vie et avec toujours un sale caractère mais de tristesse car a ton côté ne se trouve pas celle que j'aime et ne s'y trouvera plus. Mais par ta présence, j'ai l'impression de la voir et qu'elle me sourit.... " sa voix s'étrangla et il resta ainsi les bras ouvert a sa fille tandis que l'halfelin avait baissé la tête en entendant les paroles de son frère
Glorin s'inquietait pour sa femme, mais savait parfaitement que s'il intervenait il se serait pris des coups de cette dernière alors il haussa les épaules et attendit.

Acceptant dans un remerciment elfique le geste de Frohnir, il sourit doucement.

Puis il tourna la tête en sentant la main de Éleldor et répondit d'une voix calme et aussi amusée.
- Tu sait Dorilys et la demi-mesure....faut qu'elle se fasse remarquée ajouta l'avant de faire un clin d'oeil.

Il se tut a nouveaux lors du coup de poing mais retrouva son calme rapidement, Elminf avait toujours sa confiance malgré le temps alors pourquoi s'inquiété?
- Et toi mon frère, comment te porte tu ?
*Dorilys regarda la scène avec stupéfaction, puis les larmes coulèrent sur ses joues aux paroles d'Elminf. Elle se rappela le temps ou Elminf et Melias se disputaient tous le temps pour se tester et elle se rendit compte que c'est ce qu'elle faisait depuis longtemps avec eux deux. C'etait leur manière de se parler, de se dire qu'ils existaient et qu'ils s'aimaient*

- je n'aurais pas du parler ainsi, le temps passe si différemment pour moi ... *soupir* je n'ai pas l'impression de vous avoir quitter il y a si longtemps alors que pour vous ...

*elle regarda Melias même si lui ne la regardait pas*

- Nous savons très bien Melias que je n'aurais rien pu changer, si toi tu n'y arrives pas .... pourquoi moi .....

*se tournant vers Elminf, se tenant toujours a la table*

- je suis sur d'une chose Elminf c'est qu'elle est entrain de grogner et qu'elle est entrain de tout faire pour venir te botter les fesses .... *petit sourire, petit hoquet du à l'émotion*La vie est un don, j'aimerais tant revoir mon Pitit Groar comme il était avant ... je voulais que tu sois ainsi pour Mellinsa et Eleldor .. peut être le sera tu pour ....

*elle se redressa péniblement, se tenant un peu le dos, puis vint s'installer dans les bras d'Elminf difficilement, s'aidant de la table. Elle blottit son visage dans le cou d'Elminf et pleura tous son soûl de bonheur et de tristesse. Elminf pouvait sentir que sa fille pesait 20 kilos de plus, et surtout qu'un élément ne leur permettait de se faire un gros câlin comme d'habitude, un ventre se tenait entre eux deux*
On ne pouvait apercevoir le visage de la demie-elfe mais celle-ci eut une expression de compassion mêlé de tristesse également en les voyant. Elle repensa à ses anciens compagnons, où étaient-ils à présent? et ses parents... juste une inoubliable mélodie, cette comédie de mort, de sacrifice et de perfidie. Sous l'effet des souvenirs douloureux, sa main brisa le verre. Le liquide coula le long de la table avant de finir sur le parquet, le verre restant faisant couler son sang argenté de sa main.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés