Musique (Le Cercle Taberna)

[wiki] Charme de l'ancien. Des premiers cylindres aux années folles.

Répondre
Partager Rechercher
Ce message est en mode wiki. Tous les comptes de plus de 30 jours avec plus de 30 messages peuvent le modifier.
Il faut que je vous dise le grand plaisir que j'ai à ouvrir cette section de musique.
Les débuts de l'enregistrement sonore, les premiers cylindres, les premiers disques, cachent de nombreux trésors que l'on est toujours surpris de découvrir.

Le disque c'est d'abord des déclamations de poèmes, puis des chansons prises en direct. Au début du morceau, une voix qui vous ramène bien cent ans en arrière vous annonce qui va chanter.

C'est l'époque des marches militaires, du ressentiment enregistré contre l'Allemagne (l'Alsace-Lorraine annexée) à la veille de la première guerre mondiale avec Le Violon Brisé, par exemple, des chanteurs de cabaret qui chantent des chansons célèbres comme Rien n'est sacré pour un sapeur seront remplacés par les comiques troupiers. C'est l'époque des Dranem (vous savez : avec Les Petits Pois, qui fait honneur à la chanson française !), Mercadier, Polin..

C'est l'époque des chansons morales, parfois terriblement sinistres (Les Goëlands de Damia doit être le plus terrible qu'on puisse trouver !). Mais c'est aussi celui des airs guillerets totalement disparus. Quand je fouille dans les archives que l'on trouve un peu partout, je ne me lasse pas de dénicher des choses.

Au plaisir d'écouter à mon tour vos documents !
Dernières modifications :
Jeanne ou Louise Rollini, parce qu'on ne sait pas très bien, chante entre 1896 et 1902 des chansons de cabaret. Je pourrais vous proposer "Je suis pocharde" qui correspond bien aux attentes du public de ces lieux, mais le texte n'en est pas assez bon.

Gare les Rayons X, en revanche, c'est autre chose. C'est une petite merveille de grivoiserie mêlée à l'inquiétude face à une science étrange (les rayons X ont été découverts en 1895, et cette chanson date de 1902). Pour les amateurs de beaux textes, certains couplets valent le détour :

Y a que le métal pour résister à ces rayons bizarres
Les petites femmes afin de protester vont se faire nickeler dare-dare
Les demies mondaines se feront dorer,
mais les femmes sans galette,
Seront forcées de se faire étamer
Des pieds jusqu'à la tête...

Moi j'aime bien ça, quand je suis trop de bonne humeur ça m'aide à garder la tête froide.


edit : ah bah mdr j'avais pas lu le wiki t'avais aussi mis cette chanteuse. Grosse saveur de dépression

Dernière modification par Kam' ; 17/06/2013 à 23h17.
Je vais faire un petit hors-sujet pour vous faire découvrir cela.

Dans les années 50 - 60, plusieurs vitesses de rotation de disques ont commencé à coexister.
78, 33 et 45 tours, bien sûr mais aussi des descentes à 16 tours pour gagner en durée (pas très heureux à l'écoute, les sons ne peuvent dépasser 8 000 Hz), et même 8 tours par minute pour certains disques de textes lus.

Mais quitte à descendre... Un amateur fortuné fétiche du nombre 3 (Jack White ?) a fait offrir à ses amis un disque compilation de blues tournant à 3 tours minutes (oui, il faut bien 20 secondes pour que le disque fasse un tour !)


La qualité s'en ressent, évidemment. Jugez à 2m40, par exemple.
Citation :
Publié par Quara
...
C'est pas vraiment dans le thème au niveau des enregistrements non ?

Théodore Botrel, chansonnier mythique de l'époque :
"disque 78 tours Pathé X.3743 "ceux qu'on n'entendra plus " pressage de 1928 reprenant la matrice de 1905"

Et très belle chanson avec un twist final :
Pour ceux qui se plaignent des taxes et des permis pour tout, George Formby les rend moins seuls : il pense comme eux.
You Don't Need a License for That, est une chanson comique de 1937, avec un passage en banjo comme on en a plus guère fait après la seconde guerre mondiale.


If you've a pub or a small hotel
You need a license for all you sell
Huh, you may think I'm romancin'
But they even tax you for singin' and dancin'

You need a license, whatever you do
One or two things they've exempted, it's true
Lumbago, the gout, or a touch o' the 'flu
You don't need a license for that

Now I've got a license for chickens to lay
One of them sat on a brick yesterday
And then started cluckin', as much as to say
"He-he! You won't need a license for that!"

We've had a good time
A "wines in the wood" time
If it were duty free
We'd cut the taxes
With our battleaxes
Then roll out the barrel for me

There is much license, you bet on your life
If you keep a cow, then there's trouble and strife
As farmer Dean said when he looked at his wife
"By gum, I'll not need a license for that!"

You need a license for shootin' down game
But I'd rather flirt with a beautiful dame
'Cause I get the sport with the birds just the same
And I don't need a license for that

We sit in the pictures, as warm as a glove
In the back row of the circle above
Two bobs' worth of dark and a basin of love
And I don't need a license for that

We've had a good time
A "wines in the wood" time
If it were duty free
We'd cut the taxes
With our battleaxes
Then roll out the barrel for me

Fishing at Richmond is licensed by law
A chap to his girl said, "Now you hold your jaw
He-he! You know exactly what I'm fishing for
And I don't need a license for that, no sir
And I don't need a license for that
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés