WAR - Forum univers et roleplay

Le siège de la Passe du Guet

Répondre
Partager Rechercher
Salut tout le monde !

Je me suis inspiré d'une superbe bataille que j'ai livré sur Norn il y a quelques temps avec mon mde, et c'est assez rare pour que je la retienne

Quelques références à des joueurs et à un film, j'avais trop envie d'en faire au moins une. Toutes les critiques sont les bienvenues bien sûr

Bonne lecture !



Le ciel commençait à se couvrir de nuages rouges. Des éclairs de magie noire s'écrasaient sur la tour de Verentane non loin d'ici. L'avant poste était tombé aux mains des forces de la Destruction après un assaut violent, qui avait forcé les défenseurs à s'enfuir par téléportation des mages ou par griffon.
Le 1er régiment de La Brigade était posté sur les murs en attendant l'assaut imminent. Les remparts étaient couverts des vaillants mercenaires, appuyés par d'autre confréries et par des batteries de canons Feu d'Enfer et de Grands Canons.
Les tireurs et les mages étaient prêts à délivrer un déluge de mort sur les assaillants, tandis que d'autres prenaient poste sur les machines de guerre.

L'horizon se couvrait d'une masse sombre. On distinguait des adeptes du Chaos, des peaux-vertes ainsi que de vils elfes noirs. Les forces de la Destruction s'arrêtèrent afin de préparer leur assaut.

"Ne faiblissez pas ! Battez vous jusqu'à la mort !"
C'était Lottel, le prêtre le plus charismatique du régiment, qui venait de rendre la parole afin de haranguer ses troupes, suivi d'une volée de "Hourra ! Pour l'Empire !"

L'ost noir se mit en branle. On entendit les premiers canons tirer et creuser des tranchées dans les rangs ennemis. Les tireurs rejoignirent le mouvement, bientôt suivis par les mages. Mais l'ennemi était en nombre, et les défenseurs aperçurent un bélier se frayer un chemin dans la horde.
Les capitaines hurlaient "Détruisez-le !", mais la machine semblait être protégée par un bouclier magique, tandis que les canons apocalypse pilonnaient les murailles.

Le bélier avait atteint les portes.

Khorelin se précipita dans l'escalier et se mit en position derrière la porte, suivi par une trentaine d'autres guerriers. Le premier coup brisa les chaînes. Le second eut raison des lourds madriers dressés en travers de la porte. Le dernier fracassa complètement la porte extérieure. Le flot des forces de la Destruction frappa les défenseurs comme un coup de marteau. aucun coup ne traversa le bouclier du maître des épées et son armure lourde ne lui fit pas défaut. Les soldats lourds se protégeaient tant bien que mal, suscitant un grand effort de la part des prêtres guerriers, archimages et prêtres des runes, tandis que le reste des combattants essayait de percer les armures des envahisseurs.
Le combat fut rude et éprouvant, et provoqua des pertes irremplacables dans le régiment, mais la défense tint bon.
Mais alors que les défenseurs reprenaient espoir, trois guerriers du chaos, entourés d'une aura maléfique et engoncés dans d'immenses armures noires, rouges et dorées représentant le signe du dieu Khorne, passèrent la porte. Ils faisaient s'envoler les défenseurs et permirent au reste de l'ost de pénétrer l'enceinte. Lottel et les capitaines des autres compagnies donnèrent l'ordre de se replier dans le sanctuaire.

Khorelin et quelques autres couvraient la retraite face à la marée noire. De nombreux peaux vertes et autres engeances du mal tombèrent sous les lames des braves. En achevant un maraudeur nordique, l'elfe se rendit compte de la situation : l'enceinte était envahit de toute part, il fallait se replier. Mais en se retournant, il se retrouva face à un immense orque noir. Le coup de poing de celui-ci fut esquivé, et il reçut en contrepartie un coup d'épée qui lui fit saigner abondamment le bras. Le peau verte entra dans une rage folle et s'acharna sur l'érudit de Hoeth, et le laissa pour mort.

...

Lorsqu'il se réveilla, il reconnut le visage de Lottel, ainsi que eux de Liquitator et Kriegger, les tueurs.
"Où suis-je ?"
"Dans le sanctuaire de la Passe du Guet." lui répondit Lottel. "J'ai vu cet orque t'infliger de grands coups, mais je ne pensais pas que tu sois mort. J'ai utilisé un sort très puissant que j'ai appris au monastère d'Altdorf, qui t'a ramené près de moi et en bonne santé. Mais maintenant, je n'ai plus la force de me battre."
Les tueurs criaient vengeance. L'elfe se précipita sur les remparts. L'ennemi encerclait le sanctuaire et un bélier avait été acheminé vers la porte intérieure. On apercevait des tentatives désespérées de certains mercenaires qui chargeaient l'ennemi dans le but de le ralentir, mais ils étaient abattus aussitôt. Khorelin aperçut Airain, un autre maître des épées, également son compagnon du 1er régiment, qui organisait la défense. Il fut tiré de sa pensée par la voix forte de son ami.
"Aux portes ! Dépêchez vous ! Je veux tous les combattants de mêlée avec moi, et que les mages et les prêtres nous soutiennent depuis la muraille !"

L'agitation était à son comble, les défenseurs couraient dans tous les sens pour rejoindre leur poste. En atteignant la porte, Khorelin se plaça en première ligne, décidé à racheter son honneur et à justifier la dépense d'énergie considérable de son capitaine. Kriegger se retourna vers lui et lui avoua :
"Jamais je n'aurais songé mourir aux côtés d'un elfe."
"Mais que penses-tu de mourir aux côtés d'un ami ?"
"Ah, oui ... Ca je peux le faire ..."

La porte était prête à céder. Airain planta l'étendard de la compagnie au milieu de la foule et cria : "En avant ! Pour nos terres !"
Les soldats hurlèrent leur cri de guerre et sortirent au moment où la porte s'ouvrait. D'abord surpris, les ennemis se ressaisirent et chargèrent à leur tour. Les lances se brisaient, et les boucliers volaient en éclats, alors que le soleil se levait et commençait à chasser les nuages sombres qui ont hanté la nuit.
De nombreux corps tombaient, sans vie. Khorelin et Airain s'abritaient derrière leurs boucliers tandis que les deux nains réduisaient en charpie tout assaillant assez fou ou impétueux pour se mettre à portée de leur hache. Des explosions se produisaient en plein coeur des lignes ennemies, oeuvre des mages de la tour flamboyante, et les guerriers voyaient leurs blessures se refermer sous leurs yeux grâce à ceux qui veillaient sur eux depuis les remparts. Partout on criait "Repoussez les ! Repoussez les !". Peu à peu, le corps à corps avait atteint l'enceinte extérieure et les lignes arrières quittaient leur abri pour mieux apporter leur soutien.

Airain et Liquitator achevèrent ensemble le dernier Elu du Chaos et regardaient les survivants s'enfuir vers le fort de la Griffe de Pierre. Grâe au courage et au sacrifice des défenseurs, le château de la Passe du Guet était encore debout, pour l'instant ...
(Attention, je vais un peu péter le roleplay)
Bien sûr que vous avez gagné, à chaque fois qu'on arrive à tomber la première porte, on se retrouve avec 200% d'AAO et deux warbands sur la tronche eh !
Ça doit être moi le marau que t'as fini, je me fais un point d'honneur à sauter sur un rouge taggé La Brigade

A bientôt en T4, nourris bien ton lion, aiguise bien tes tueurs, Homarrd va te tuer !
Il me semble que j'ai déjà vu ton nick quelques fois

Et oui les ordreux sont un peu flemmards, quand il faut défendre à 50 contre 75 personne ne veut mais quand y a du rr à se faire tout le monde rapplique

J'espere bientot te voir pour un petit duel improvisé
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés