JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 319 (sites) | 591 (forums)Créer un compte
Dark Age of Camelot
Général
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Général > Concerto pour Ames livides et Miroir brisé RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de S'arrow
S'arrow
Reine
 
Avatar de S'arrow
 
Message roleplay

Concerto pour Ames livides et Miroir brisé

« Oyez, oyez !
Bardes, Ménestrels ou encore conteurs d’outre monde , Venez et faites vous connaître :
Nos érudits savent apprécier la finesse de la plume, et se laisse aisément caresser les oreilles par de fascinantes aventures, des passionnantes diatribes ou encore d’émouvantes aubades..
Venez, et ne craignez pas d’être interrompus par des barbares sans cervelle, incultes et n’ayant goût que pour les querelles sans saveur.. »

Comment résister ?

La curiosité tout d’abord m’avait attirée : je me targue d’être une des conteuse de mon Royaume et je n’ai que pour désir lui faire honneur en narrant mille et un récits. Les Tavernes bien que chaleureuses le sont parfois un peu trop et il est difficile en certaines circonstances de terminer une histoire..

Ainsi donc, je roulais ce parchemin que j’avais vu sur une des tables et le mettais dans ma besace en rêvant liberté, petits nuages et angelots jouant de la lyre.. Une image qui me fait bien souvent sourire lorsque l’encre sur ma plume sèche, et que l’inspiration me fait défaut..

Me dirigeant vers ce lieu où nous autres pourrions nous exprimer devant un public averti, je me répétais ces histoires que je connais par cœur, prête à faire face à la foule. Arrivés sur place nulle gigantesque porte, ou encore affiche aux couleurs vive, mais une entrée minuscule, une petite porte où nous entrons discrètement, et par laquelle nous ressortirions de la même manière..
Ca ne me semblait pas si curieux alors : dans une totale euphorie je songeais que l’on protégeait les artistes d’éventuelles réactions hystériques..
J’essaie de voir la Salle tant crainte, mais un rideau lourd et opaque m’empêche d’entrevoir l’intérieur.. Tant pis.
Attendant le moment où l’on m’appellera je regarde autour de moi. Je connais cette ville presque par cœur, jusqu’aux pieds du tour à bois, pourtant tout prenait une dimension nouvelle : l’effet de la découverte, sans aucun doute.

Déjà vêtus de leurs parures les plus chatoyantes ils venaient, et allaient, certains chantonnant sur un ton plutôt tendre une ballade mélancolique, d’autres faisant des mimiques terribles, où l’on devine une action dans les mots ; il me semble presque sentir l’odeur du sang alors qu’un barde narre une lutte, serrant fort son instrument de (mort ?) musique..

Bien qu’effrayée à l’idée d’être jugée, je ressens une espèce de paradoxe tout comme à chaque fois que je vais me raconter : j’ai hâte et peur à la fois.. L’histoire que j’ai choisie pour un premier passage dans ce nouvel espace est volontairement court, cela me permettra de m’habituer à la fois au lieu, et aux réactions.
J’essaie de me rassurer, et d’attraper au vol quelque personne qui aurait déjà participé, mais la si discrète petite porte est décidément invisible de là où nous attendons notre tour.

Lorsque enfin j’entends mon nom, je reprend mon souffle et m’avance d’un air assuré.. Souriant à la firbolg aux allures de virago je la suis, et elle me mène dans un labyrinthe de couloirs et de portes closes, au travers desquelles je perçois des échos de voix et devine, plus que je ne vois, que ce sont d’autres scènes..
Arrive enfin celle où mes pieds fouleront le sol..

La pénombre m’agresse aussi violemment qu’aurait pu le faire un sort bien connu de nos mages.. Fronçant les sourcils un bref instant, je m’approche, tentant désespérément de capter le regard d’une personne, n’importe qui.
N’y parvenant pas je commence ma tirade en me concentrant sur un point fixe.. Je félicite et remercie mentalement ce public qui sait décidément si bien apprécier la verve littéraire, et m’attend en fin de texte à un signe de «vie »..
Leurs ombres que je devinais, une fois habituée à l’obscurité, semblaient irréelles tant elles étaient fixes..
J’essaie de concentrer mon regard, sur un point précis. Ce qui m’apparaît alors me glace le sang, tout à coup, et j’espère que le Miroir des Ames n’a de miroir que le nom..

Je ne vois le visage de l’elfe que de trois quart, mais je prie pour qu’elle ne se retourne pas vers moi : j’y verrais probablement alors de la frustration, car la liberté que l’on m’accorde à moi de m’exprimer est en partie payée par la sienne que l’on ampute..

Si d’un seul coup la lumière devait se faire, dans toute la pièce, nous verrions alors des visages bâillonnés..

Ainsi donc, le mystère est levé : un lieu si parfait, où nulle boue n’entache l’Art qui s’élève aussi haut que l’oiseau libre, n’est en fait qu’une illusion..

Je pars troublée de cet endroit..
Je vois les autres artistes qui attendent et je me demande ce qui pousse ceux qui nous recherchent, à venir nous écouter exécuter ce concerto pour âmes livides et miroir brisé..

Un jour viendra où le plaisir de le faire disparaîtra, faute de ne pouvoir rire, pleurer, vibrer au même rythme que le conteur ou la conteuse..
Ce même jour il n’y aura plus besoin de bâillon, pour les empêcher d’approuver, ou exprimer un mécontentement..

Ce jour là, plus personne n’aura envie de rêver..
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de torgnoll
torgnoll
Roi
 
Avatar de torgnoll
 
"
Ola tavernier, a boire ke je pisse a foison !
"


Une nouvelle taverne, c'est comme un fort Hiberniais : ca se prend d'assaut !

Le Miroir des Ames, c'est pas un nom de par chez nous, ca.
Il parait que le patron a traine sur les autres royaumes, du temps d'Arthur le Pretentieux.
J'espere en tout cas que sa biere est bien de chez nous, elle ...

Le guerrier nain se balance sur sa chaise, les pieds poses sur la table.
Il peut voir l'espace amenage pour les conteurs et les spectacles, et son couperet de guerre bien en vu lui garantit un horizon degage.

Le Miroir des Ames... C'est la biere le miroir des ames : apres un petit tonnelet, personne ne peux plus cacher son ame !
Ni ses tripes, mais il faut bien un petit sacrifice !
Ah, ca commence.

Sur la scene s'avance le premier skald. Il porte les parures de la Bragi-Othila.

Hum, ce viking m'a l'air bien arrogant.

Le chant s'eleve alors que le silence se fait dans la taverne.
La Thrymshvida, le Chant de Thrym.

Bwarf, un classique.
Et puis y en a marre du miollnir, miollnir, miollnir
Le marteau c'est beau, mais la hache ca arrache.
Je parie que ce pedant ne connait meme pas un seul proverbe nain.

Le chant se termine. Le skald salue son public.

C'est ca, fais tes courbettes et va - t - en !

Sous les reproches muets de Torgnoll, le chanteur quitte la scene, satisfait de sa prestation.

Un thane l'apostrophe :
"
Hey, skald ! Passes au temple de Thor, je suis sur que les gothis aimeront tes chants !
"


Un troll occupe la scene a present.
Il semble jeune et sa tenue est plus modeste, a l'exception d'un crane de loup qui lui sert de casque.
Malgres son couvre chef, son manque d'assurance est evident.

Alors gamin, j'espere que tu ne viens pas nous assomer d'histoires de marteaux encore.

La voix rocailleuse fait entendre.
Ce n'est pas un chant, mais un conte cette fois.
Aucune des prouesses techniques du precedent, mais l'emotion se transmet.

A la table a cote de Torgnoll, 2 spectateurs echangent leurs avis a voix basse.

"
Mais ces trolls sont decidement abominables.
Quelle diction, c'est une torture.
Et puis quoi, une histoire d'orphelin sous la pluie quand les meilleurs skalds de Jordheim attendent pour nous conter les Ases !
"


Le troll a termine. Le plancher de la scene a un peu souffert de son imitation de l'orage.
Le nain s'est plonge dans son boc de biere.

Bougre de troll, encore un peu et je coulais ma larme.
Tu peux te vanter de savoir raconter la vie, toi.

Un des fins critiques de la table voisine se leve, un fruit a la main.
Il fait mine de viser le troll.
Son tir est soudain interrompu par une douleur vive au pied.

"
Ooooops, pardon, ma hache est tombee.
Elle n'est pas trop lourde ?
"

Torgnoll s'est plante devant le jeune noble, qui masse ses orteils meurtris.
"
Tout cela est tres embetant, gamin.
Vois tu, j'ai jure devant Tyr de tuer kikonk touche a ma hache.
- ...
- C'est vrai k'elle est tombee, mais teknikement, tu y as touche.
"


Mais le nain parle tout seul, les 2 amateurs de skalds se ruant deja vers la sortie.

Bien, comme ca je vais pouvoir profiter de la suite du spectacle !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de 16906
16906
Alpha & Oméga
 
Avatar de 16906
 
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de S'arrow
S'arrow
Reine
 
Avatar de S'arrow
 
A Torgnoll :
Lien direct vers le message - Vieux
Koren Rougelame [LComp]
Roi
 
(aux 2 auteurs ci-dessus)
Lien direct vers le message - Vieux
Rhias
Bagnard
 
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Kalastor Elessar
Kalastor Elessar
Alpha & Oméga
 
Avatar de Kalastor Elessar
 
Lien direct vers le message - Vieux
Ploooooopp
Bagnard
 
Citation:
Provient du message de Kalastor Elessar





regardez madame .... il flood
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Général > Concerto pour Ames livides et Miroir brisé
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Dark Age of Camelot RSS
Les critiques de Dark Age of Camelot RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 02h15.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite