UO - La Plume d'Or

[Conte à la taverne de Skara Brae] Cove, étrange petite ville.

Répondre
Partager Rechercher
*C'est la toute fin de soirée, au Crâne Tranché, la taverne de l'île de Skara Brae. La plupart des clients sont déjà rentrés depuis longtemps mais quelques habitués s'attardent, un peu avinés.

Au nombre d'entre-eux, Rudger, négociant en bois précieux de l'Est du Comté, parle un peu fort avec les personnes attablées à ses cotés. Il dit revenir du Nord et avoir fait une courte escale à Cove. Au vu des récents troubles qui opposèrent le Comté et cette ville, il se lance dans une description très personnelle de cette cité.*

- ... et c'est ça que craignent tous ces beaux sires du Conseil Municipal ! Un tas de rondins ridicules, quelques bicoques branlantes et sans doute les quelques forestiers frustres que produits la région ! Les gouverneurs sont trop timorés ! Avec nos hommes et ceux de Yew, ils raseraient ce village de pêcheurs en une demi-journée environ.. disons..

* Son laïus se poursuit car il ne remarque pas que son audience s'est grandement agrandie. Beaucoup de ces petites gens n'ont jamais quitté le Comté mais, parmi eux ce soir-là se trouvait le conteur local. Lui a voyagé, et beaucoup, aussi interromps-t-il poliment le négociant.*

- Je vous prie de m'excuser, Monsieur, mais je trouve que vous ne peignez pas là un portrait très respectueux de la réalité.

*Rutger, surpris, cligne des yeux et regarde l'assistance élargie, à présent. Leyland profite de la pause pour continuer.*

- Ce n'est pas que j'aime tant les Coviens, mes bons amis. Ce sont des ennemis de notre fière cité et de nombreuses fois, j'ai eu le malheur d'entendre leurs traîtrises et leurs basses manoeuvres, mais il ne faut pas croire que la perfidie cache forcément la faiblesse. Il y a quelques temps, je me rendit, moi aussi, à Cove pour assister à un festival fêtant l'indépendance de la cité et je vais vous dire, moi, ce que j'y ai vu.

*Ne laissant pas à Rutger le temps de reprendre l'avantage, Leyland se saisit d'une chaise tout en continuant à parler. Peu à peu, même le marchand de bois se voit contraint bon gré mal gré de se tourner vers le jeune homme qui parle d'un peuple certes féroces, mais surtout au demeurant étranges et exotiques...*

- Je dois vous rendre, Monsieur, que Cove n'est pas une ville qui paie de mine. Mais beaucoup de gens ne connaissant pas Skara Brae pourrait de même au premier regard. Nous le traiterions d'ignorant et serions, vous comme moi, en colère. Sans doute qu'un Covien ferait de même avec vous s'il vous avait surpris !

La première chose qui m'a étonné quand j'ai été à ce festival, c'est de le voir débuter par une messe. Oui, c'est surprenant et pourtant vrai : les Coviens croient en l'Avatar. En fait, pour ce que j'en ai pu voir, ils sont assez proche -dans le style et le zèle- à l'église Yewienne. Ce festival durant toute une journée, la messe commença assez tôt et, comme c'est souvent le cas avec ce genre de cérémonie plutôt ennuyeuse, peu de gens étaient présent !

De toute manière, en gros, il n'y avait rien de bien nouveau et quiconque en a suivie une, où que ce soit, les a presque suivies toutes si je puis dire. Un petit discours bien menaçant sur le pêcher, quelques confessions, etc... Enfin, dans les confessions, l'une donna bien du plaisir à l'assemblée ! Une charmante demoiselle, très pieuse et visiblement peu consciente de ses atouts et du coquasse de la situation fit étalage de ses vices bien inoffensifs. Il n'empêche que le prêtre, qui en semblait beaucoup en vouloir à la gent féminine -c'est bien dans la veine des curés Yewiens ça- lui donna un châtiment exemplaire.

Bref, j'ai appris maintenant que le Covien est croyant et plutôt austère. Mais je n'en étais qu'au début de mes apprentissages.

*Il fini son verre de vin d'une traite et s'en ressert un autre derechef*

S'ensuivi une long discours du Gouverneur de Cove, encore une activité soporifique, mais j'étais bien prêt à en endurer dans un esprit d'ouverture Covio-Skara Braenne. Comme ce genre de discours consiste presque toujours à se jeter des fleurs à soi-même et à son peuple, je ne vous passe que le message principal : Cove et les Coviens sont formidables.

Il invita ensuite quelques personnes à parler : une Drow pleine de haine -étrange pour un endroit croyant, mais bon...-, un ancien combattant vermoulu par les années, et quelques autres. J'ai du piquer du nez car je ne me rappelle pas grand chose si ce n'est quelques disputes, intra-covienne on va dire.

C'est alors qu'arriva un événement qui me conforta dans mon idée comme quoi les habitants du Nord-Est sont, en fait, à peu près fou : des hommes en rouge arrivèrent et tentèrent de prêcher au nom d'une nouvelle divinité. Interrompant tout et se montrant particulièrement pénibles, ces "fidèles" finirent par causer une bousculade, qui mena finalement à un incident où un pauvre quidam fut jeté à l'eau.

Bref, le Covien est croyant, austère, chauvin et bagarreur. Et la journée n'était pas encore terminée...

Ensuite, après une cérémonie en l'honneur de leur nouveau commandant, les Coviens se lancèrent dans une impressionnante parade militaire. Je sais que vous n'êtes pas très familiarisé avec les choses de la guerre mes amis, et pour ma part, je ne le suis que par les récits des vétérans, mais les soldats de Cove sont en fait très disciplinés.

On dirait même qu'ils appliquent les tactiques Yewiennes de formation serrées et très soudées. Ce qui me conforte dans mon idée que ces deux peuples ont la même origine... Dans tous les cas, ce furent des manoeuvres militaires réellement impressionnantes... Qui furent suivies par un tournoi !

Echauffés par les précédentes manoeuvres, les Coviens convièrent les invité à les rejoindre dans un simulacre de bataille -en attendant l'ouverture d'un marché-.

On peut parler sur les nobles, les soldats et officiers qui se gonflent souvent d'importance mais, croyez-moi bonnes gens, si ceci n'est qu'un simulacre, la guerre doit être chose bien effrayante !

Ces gens de toutes les nationalités -des gens des quatre coins du Royaume étaient là- se lancèrent dans un corps à corps sauvage. Les coups volaient et la confusion régnait. Au terme de l'affrontement, je fut surpris qu'il n'y ait pas eu de décès et pourtant c'était le cas ! Et tous ces solides guerriers étaient prêts à batifoler dans un marché comme si de rien n'était.

Pour les marchés, je peux parler en spécialiste par contre ! Et celui-là était tout à fait respectable. Et comme on les aime tous. Les produits à même les tables me ravissaient les yeux et les narines, tandis que je pouvais entendre les colporteurs venu de partout vanter leurs produits.

Notre vénérable Suzerain était d'ailleurs présent et il me salua courtoisement. Vous savez tous quel homme proche de ses Citoyens il est malgré son sang de la plus haute noblesse. Au Comte !

*Il lève son verre et le vide rapidement, imité par tous ceux qui ont un verre à la main -autant dire : tout le monde-. Puis il se remet à parler.*

Et en plus de ça avaient lieu un heureux événement ! Croyez-moi ou pas mais un couple avait choisi ce moment pour se marier ! En tout cas, c'est un bon moyen pour éviter le festin de noces, car tout le monde pouvait aller se servir au buffet tout proche. Pas bête, hein ?

Pour ce qui est de la cérémonie, elle était tout à fait comparable à une de chez-nous : émouvante, et menée de main de maître par le chef ecclésiastique local.

Quand tout un chacun eut été rassasié, que les dernières coupes furent vidées, les annonceurs passèrent dans le marché annoncer le vrai tournoi, le second, qui aller mener à une remise des prix.

Je revit alors le spectacle impressionnant de ces guerriers en armures lourdes, paisibles et serein en attendant le départ du juge. Le Soldat Zorg et le Citoyen Gauvain étaient d'ailleurs de la partie. Le départ sonna... Et les guerriers s'élancèrent, comme soudain éveillé à la vie, pour entrer dans un combat mémorable. Mon sang se figea, mes amis, je peux vous le dire.

Le début du combat fut assez confus. Les premiers guerriers tombèrent dans la poussière. Je vit Gauvain aux prises avec un horrible Vesperien, bientôt rejoint par un Covien. Je le vois qui tombe dans la poussière après avoir sérieusement entamé le Covien d'un solide coup de hache. Mais Zorg était encore debout !

De plus en plus de guerriers quittent l'arène -un champ, en fait- et bientôt il ne resta plus que deux champions parmi les champions : Seamus de Britain et Zorg, notre Skara Braen. Un combat de titans qui dura plus d'un quart d'heure devant l'assistance médusée...

Mais il fallu bien un vainqueur et ce soir là, ce fut Seamus, d'un cheveux. Skara Brae put s'enorgueillir de Zorg qui fini deuxième avec tous les honneurs.

Alors, la fête diminua d'intensité, on entendit les premier bâillement et beaucoup de gens quittèrent lentement la fête. Beaucoup campèrent à l'intérieur de la ville. Ce fut mon cas : je m'enveloppa dans mon sac de couchage et sombra presque immédiatement, sûr que les Coviens ne feraient pas de mal à un simple civil. Et j'eut la preuve que j'avais raison. Le lendemain, après un long voyage, je regagna notre bonne vieille île de Skara Brae.

*Leyland boit un peu dans son verre, regarde l'assemblée, puis fixe son verre, l'air songeur pendant un petit moment. Soudain, il se remet à parler.*

Alors, Monsieur, c'est vrai, Cove n'est qu'une ville/village, un peu comme notre propre terre. Ils nous sont ennemis, parce que c'est ainsi qu'est le monde : il souffre de querelles d'idées, honorables mais qui dévastent notre beau Royaume.

Les Coviens sont dans l'erreur, j'espère qu'un jour ils le comprendront, mais je pense que même s'ils sont les ennemis de nos armées, moi, simple homme, je peut les respecter. C'est en tout cas mon avis.

*Rutger hoche la tête, mais reprend lentement son air buté. Il serre la main de quelques amis, se lève et ajoute avant de sortir.*

- Et moi, j'ai le droit d'avoir le mien !

*Après sa sortie, Leyland parcours l'assemblée du regard avant de dire en souriant :*

- J'espère que ce récit aura au moins plu à certains d'entre-vous. Il est un peu tard pour m'offrir à boire, mais toutes les aides sont les bienvenues !

*Quelques applaudissement et remerciements se font entendre dans l'assemblée réduite. Certains des Citoyens posent quelques pièces devant Leyland qui les remercie cordialement. Puis, lentement, l'auberge se vide. Leyland reste un moment, comme pour méditer. Il sera le dernier client à sortir.*

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

[HRP : quelques images de l'événement (dans l'ordre chronologique) qui eut lieu à la fin de l'année passée]

http://img14.imageshack.us/img14/9824/7quatreanscove1.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/7121/7quatreanscove2.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/2791/7quatreanscove3.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/7272/7quatreanscove4.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/1970/7quatreanscove5.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/2308/7quatreanscove6.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/8255/7quatreanscove7.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/8608/7quatreanscove8.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/8999/7quatreanscove9.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/9725/7quatreanscove10.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/551/7quatreanscove11.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/5066/7quatreanscove12.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/209/7quatreanscove13.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/7773/7quatreanscove14.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/7882/7quatreanscove15.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/5653/7quatreanscove16.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/4594/7quatreanscove17.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/990/7quatreanscove18.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/5020/7quatreanscove19.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/8665/7quatreanscove20.jpg

http://img14.imageshack.us/img14/5259/7quatreanscove21.jpg

http://img6.imageshack.us/img6/4905/7quatreanscove22u.jpg

http://img6.imageshack.us/img6/2235/7quatreanscove23j.jpg
__________________
http://img218.imageshack.us/img218/5451/bandeauen02oz3.jpg
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés