Nature et Animaux (La Taverne)

Agroécologie, permaculture et agricultures alternatives

Répondre
Partager Rechercher
Salut à tous !

Malgré mes recherches, j'ai trouvé aucun topic ouvert sur le sujet et, étant moi-même très intéressé par ces questions, je viens tâter le terrain et voir si d'autres JoLiens sont impliqués dans ce genre d'initiative, ou même juste intéressés.

Faut dire, on commence pas mal à en entendre parler. Bon c'est somme toute pas très nouveau tout ça mais j'ai l'impression que Demain a fait surgir cette question (particulièrement la permaculture) sur le devant de la scène. Depuis, pas mal de sujets de JT et docus sont diffusés à la télévision, pour mon plus grand plaisir

Je vais essayer de poser le sujet de manière concise et avec mes mots mais ce sera évidemment l'endroit pour développer, demander des explications et débattre de tout ça.

L'agroécologie, c'est quoi ?

En deux mots, c'est une approche holistique de l'agriculture qui considère agrosystèmes et écosystèmes comme indissociables. L'agroécologie cherche à répondre de façon systémique aux problèmes qu'engendre l'agriculture conventionnelle, en intégrant les facteurs écologiques et sociaux.

Plus concrètement, les pratiques issues de l'agroécologie cherchent à utiliser les fonctions naturelles des écosystèmes pour accroître la productivité. En clair, on accompagne la nature plutôt qu'on ne lutte contre elle.

Pourquoi l'agroécologie ?

C'est là que mon point de vue devient un peu biaisé Je me suis beaucoup renseigné sur le sujet et je suis convaincu que notre modèle agricole actuel est plus qu'à bout de souffle, qu'il nous mène droit dans le mur et qu'on devra tôt ou tard lui préférer des formes d'agricultures alternatives.
A mon avis, on peut résumer le problème du conventionnel de façon très simple.


  • Aujourd'hui, la production alimentaire est absolument dépendante du pétrole. Il faut en moyenne 10 calories d'énergie fossile pour produire et acheminer 1 calorie alimentaire dans nos assiettes. Que ce soit la synthétisation des fertilisants de synthèse ou des pesticides, l'énergie consommée par les machines agricoles, ou le transport, on utilise du pétrole à chaque étape de la production.
  • On le sait, le pétrole est une ressource non-renouvelable qui va se raréfier dans les décennies à venir. C'est une question intimement liée à la notion de pic pétrolier, que certains affirment être déjà dépassé depuis une dizaine d'années et que d'autres certifient comme étant un événement finalement pas si lointain (je crois pas avoir lu d'estimation sérieuse qui le plaçait au delà de 2060). Bref, le pétrole, tôt ou tard, va devenir de plus en plus cher et notre système agricole risque d'en souffrir terriblement.
  • Dernier problème, et non des moindres, on considère que près de 40% des terres arables dans le monde, sous les coups de boutoir de l'agriculture productiviste, sont devenues infertiles depuis les années 60. Avec un peu de réalisme, et en considérant la démographie humaine galopante, on comprend qu'on se dirige vers un épuisement généralisé des terres agricoles de la planète.

Et alors, que se passera-t-il quand notre seul moyen de synthétiser la fertilité sera devenu trop coûteux et que nous n'aurons plus suffisamment d'hectares encore exploitables pour nourrir les 10 milliards d'êtres humains ?

C'est là que l'agroécologie, la permaculture, l'agroforesterie, entrent en jeu. Ces alternatives, en s'inspirant des fonctions naturelles des écosystèmes, parviennent à être très productives sans pétrole et ont l'immense avantage de préserver puis d'améliorer la fertilité de nos sols.

L'agroécologie peut-elle nourrir la planète ?

C'est une des questions qui, on le comprend, revient le plus souvent sur la table. A mon sens, la réponse est oui.
Oui, mais sous certaines conditions !

La première, dans le cas de la France, est de redonner aux campagnes une partie des 5 millions d'emplois agricoles disparus depuis les années 60. Ces formes d'agriculture alternative ont toutes en commun de se passer le plus possible de mécanisation. C'est un travail manuel, qui nécessite davantage de main d'oeuvre, mais qui offre des rendements à l'hectare (grandes cultures mises à part) largement supérieurs à ceux de l'agriculture conventionnelle. Et puis ça tombe pas si mal, on a 5 millions de chômeurs

La deuxième condition concerne les consommateurs. Pour se passer de pétrole, y'a pas de miracle, il faut manger local. Concrètement, ça veut dire remplacer les exploitations de plusieurs dizaines d'hectares par un maillage serré de micro-fermes de 5-10 ha qui, plutôt que d'exporter leur production pour nourrir du bétail à l'autre bout de la planète, nourriraient les habitants aux alentours.

La troisième est de revoir notre politique agricole (aujourd'hui généralisée à l'ensemble de l'Europe) en profondeur pour que les structures s'adaptent enfin à cette agriculture locale, pourvoyeuse d'emploi, et régénératrice de la Terre.
Pour avoir lu et entendu beaucoup de retours sur la question, il faut savoir que c'est aujourd'hui un vrai parcours du combattant pour faire tourner une exploitation qui sorte un peu des sentiers battus. Entre les circuits de la grande distribution, les aides européennes qui sont attribuées à l'hectare et les lobbys de l'agroindustrie qui ont une influence considérable sur le pouvoir politique, tout est mis en oeuvre pour favoriser les exploitations géantes.

Et la permaculture dans tout ça ?

La fameuse permaculture (permanent agriculture) est, en un sens, le prolongement de l'agroécologie. Le terme peut désigner une philosophie, une éthique, ou un mode de conception des systèmes agroécologiques. La page wikipédia est plutôt bien foutue, je la conseille. Mais pour résumer, c'est l'art de "créer des habitats humains plus autonomes, durables et résilients". Appliquée à l'agriculture spécifiquement, la permaculture étudie de façon systémique les interactions entre les acteurs de l'écosystème, et s'en inspire. En gros : aucun intrant, non-travail du sol, couvert végétal permanent, cultures associées, stimulation de la biodiversité, reproduction des semences, etc.

Ressources

Il y a énormément de ressources sur Internet pour aller plus loin. Suffit de chercher un peu pour trouver son bonheur
Je vous propose quand même quelques sources qui m'ont marqué ou que j'ai trouvé particulièrement édifiantes. Mais si vous devez n'en retenir qu'une, ce serait le bouquin des Hervé-Gruyer (le couple qui gère la ferme du Bec Hellouin), Permaculture, qui tient plus de l'essai que du livre pratique. Et puis si vous tombez dessus un jour par hasard et que le temps vous manque, le chapitre 16, L'Agriculture du soleil, est une synthèse magnifique, optimiste et réjouissante de cette question agricole que nous éludons depuis trop longtemps

Documentaires :

Sur les problématiques générales de l'agriculture conventionnelle : Solutions locales pour un désordre global ; Small is beautiful ; Demain
Sur les sols : La révolution des sols vivants
Sur les semences : La guerre des graines
Sur les pesticides : Cash Investigation
Sur Monsanto : Le monde selon Monsanto

Livres :

Permaculture ─ Guérir la Terre, nourrir les hommes, de Perrine et Charles Hervé-Gruyer
Changeons d'agriculture et L'agriculture biologique pour nourrir le monde, de Jacques Caplat
La révolution d'un seul brin de paille, de Masanobu Fukuoka qui développe une philosophie de la vie et de l'agriculture qui m'a beaucoup parlé

Et puis je termine par mon parcours personnel
Je me suis installé y'a quelques mois dans l'Yonne avec un pote pour mettre enfin en pratique les connaissances théoriques qu'on a acquis au fil des mois. C'est tout neuf pour nous mais, voilà, on se lance. On a un beau terrain de 2000m² sur lequel on va pouvoir expérimenter un peu tout ça ! Je me dis que si d'autres JoLiens sont dans les mêmes démarches, ce topic pourrait être un bon endroit pour croiser nos expériences

Bises terreuses
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés