JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 745 (sites) | 1683 (forums)Créer un compte
Forums divers
Le Bar de la Taverne
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Chapitre XVIII: Ca se précise, ca se précise RSS
   
Répondre
Partager Outils Rechercher
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Message roleplay

Chapitre XVIII: Ca se précise, ca se précise

Voilà le chapitre 18, fraîchement pondu du week-end.
Les choses vont bientôt devenir intéressantes...


Introduction
Chapitre I
Chapitre II
Chapitre III
Chapitre IV
Chapitre V
Chapitre VI
Chapitre VII
Chapitre VIII
Chapitre IX
Chapitre X
Chapitre XI
Chapitre XII
Chapitre XIII
Chapitre XIV
Chapitre XV
Chapitre XVI
Chapitre XVII

-------------------------------------------------------------------


"Et vous vous voyiez souvent ?"
"Pas tant que ça. Une fois par semaine; parfois plus, parfois moins. L'académie était assez stricte avec ses pupilles, d'après ce qu'elle me disait. Elle faisait souvent le mur. Moi aussi, parfois, mais elle n'aimait pas que je la rejoigne dans sa chambre"
Cela faisait près d'une heure que Malek interrogeait Laath, un feu roulant de questions. Il avait besoin de comprendre. Shareen dodelinait de la tête, enroulée dans les couvertures jusqu'à ce que seule la tête ne dépasse, cherchant à suivre la discussion. A vrai dire, Malek sentait également la fatigue peser sur ses épaules, mais il savait qu'il ne parviendrait pas à trouver le sommeil.
"Tu entrais dans l'académie ? Mais il y avait des gardes, partout ! Et si jamais ils t'avaient attrapé ? Tu aurais été mis à mort, probablement. Les gens ne sont pas tendres avec ceux qui s'introduisent ainsi par effraction dans un tel endroit"
Laath hocha la tête.
"C'est ce qu'elle me disait, aussi. Mais ça n'est jamais arrivé. Je suppose que j'ai eu de la chance"
Plus le temps passait, et plus Malek sentait une admiration réticente pour le jeune homme. Il était timide, c'était un fait, et n'avait pas l'air très énergique, mais il faisait pourtant preuve de qualités étonnantes, si tout ce qu'il racontait était vrai. Beaucoup d'élèves faisaient le mur, certes, mais autant se faisaient attraper et devaient passer un désagréable moment dans l'antichambre du Seigneur Semos, à se faire inculquer les vertus de l'obéissance et de la discipline. Les gardes n'étaient peut-être pas aussi attentifs qu'on aurait pu le souhaiter, pourtant ils faisaient leur travail avec assez d'habileté pour que les élèves y réfléchissent à deux fois avant de se glisser hors de l'enceinte. Si réellement le jeune cambrioleur était parvenu à forcer aussi facilement et de manière aussi répétitive la sécurité de l'académie, alors Malek n'avait aucune peine à imaginer qu'il ait pu faire de même avec les murs du palais.
La jalousie le dévorait de l'intérieur. Laath retrouvait Deria dans sa chambre – et ? Que faisaient-ils ? Il ne pouvait se permettre de poser la question. D'ailleurs, la réponse avait-elle une importance ? Pourtant, il se sentait perturbé. Il ne pouvait s'empêcher d'observer le jeune garçon à la dérobée. Qu'avait-il de plus que lui ?

Avec mauvaise humeur, il se mit à arpenter la grotte en tous sens.
"Je ne comprends pas ce que nous attendons. Maître Heilban a clairement dit que l'empereur ne rentrerait pas avant le jour suivant, donc Rekk ne pourra pas se libérer avant cela. Alors, pourquoi est-ce qu'on reste dans cette caverne sombre et humide ?"
"Pour que tu aies de la place pour faire les cent pas, gamin. Je ne vois que ça" rétorqua Dani, sans lever les yeux de son ouvrage.
La grosse femme était occupée à nettoyer soigneusement les différents morceaux de son arbalète, qu'elle avait posée sur le sol et démontée. Le feu mourant ne rendait pas sa tâche très facile, mais personne ne s'était proposé pour aller chercher plus de bois. Cela ne semblait pas la déranger tant que cela, par ailleurs. Avec une habileté stupéfiante pour des doigts aussi épais, elle passait en revue chacune des pièces, avant de hocher la tête avec satisfaction et de les reposer doucement sur le sol.
Le jeune homme contint son exaspération.
"Nous n'avons pas beaucoup dormi la nuit dernière. La moindre des choses serait de trouver un vrai lit pour la nuit, au lieu de ce sol rugueux"
"Je te rappelle que c'est vous qui avez détruit ma maison" fit Dani, s'emparant avec soin d'un carreau d'arbalète pour en vérifier la droiture. "J'avais un bon lit, moi. Avec un matelas de plumes et un gros oreiller. Très confortable."
"Détruit la maison de Dame Dani ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?" s'enquit Laath, ouvrant des yeux candides.
"Il y a des auberges !" fit Malek, ignorant l'interruption. "J'ai de l'argent, si c'est ça qui vous inquiète. Ne vous inquiétez pas, je peux vous donner de quoi vous payer une chambre agréable dans un endroit correct. Alors ?"
Dani soupira.
"Fais ce que tu veux, petit. Pour ma part, je préfère rester ici. On ne sait jamais quand Rekk pourrait avoir besoin de nous. Tel que je le connais, il est capable de s'échapper de l'académie en se frayant un chemin à la pointe de l'épée. Et qui pourra l'aider, alors ? Qui, à part Dani la vieille contrebandière ?"
"C'est vrai, Rekk disait que vous faisiez de la contrebande. Cette grotte vous sert à récupérer les marchandises, n'est-ce pas ?" fit soudain Shareen.
"Je préfère parler de charité" fit la grosse dame en souriant de toutes ses dents. C'était un spectacle à glacer le sang. "Le profit que je fais, je m'en sers pour nourrir mon quartier. Ce n'est pas une si mauvaise action, eh ?"
"Je ne suis pas certain que l'empereur pense comme vous" fit Malek, dubitatif. "Et vous aurez du mal à le convaincre que vous êtes totalement désintéressée là-dedans"
Dani ouvrit ses larges bras.
"Tu m'as bien regardée ? Tu crois que j'habiterais là où je suis, que je m'habillerai ainsi, si jamais je mettais de l'argent de côté ?"
"Dame Dani est la bienfaitrice du quartier" fit soudain Laath, interrompant la conversation. "Depuis que je suis né, c'est elle qui a aidé ma mère à me nourrir, et qui nous incite à nous en sortir ?"
"Tais-toi, gamin, tu me mets mal à l'aise" La grosse femme eut un petit rire gêné. "Ta mère est une amie, c'est le moins que je pouvais faire pour elle. Tu ne penses quand même pas que j'aurais fait la même chose pour tout le monde, eh ?"
"Vous avez beaucoup d'amies, alors. Dermash, et Boulakk, et Rhodron, et tous les autres, ils sont tous dans le même cas. C'est vous qui vous êtes occupés d'eux et de leur famille. C'est vous qui…"
"Ca suffit, petit. Ca suffit, tout le monde. Il est tard, et je vois que vous êtes tous épuisés. Dormez, et reprenez des forces. La vieille Dani veille sur vous"
Malek ravala la réplique acerbe qu'il allait faire. Il pouvait espérer meilleure compagnie qu'une grosse femme pour veiller sur ses nuits. Mais, d'un autre côté, peut-être pas. La contrebandière avait rechargé son arbalète, s'installant contre une des parois de la caverne pour commencer sa veille.
Le jeune homme se jura de la surveiller, au cas où. Il n'avait pas particulièrement confiance.
Mais il ferma les yeux, et s'endormit.




"Vous pouvez répéter ce que vous venez de dire ?"
La jeune fille recula d'un pas, comme giflée, alors que Mandonius se retournait et la secouait violemment. Son calme et son impassibilité légendaire venaient de voler en éclats en même temps que ses manières. Ses yeux étincelaient de rage, et sa voix tremblait à la limite du hurlement.
"Je… Précepteur, vous me faites mal !" protesta la Basilic, cherchant à se dégager. "Lâchez mon bras !"

Rekk haussa un sourcil étonné devant la réaction de son ancien capitaine. Mandonius avait toujours eu des nerfs d'acier. Lors des guerres Koushites, lorsqu'il avait servi sous ses ordres, il en était venu à apprécier cet homme d'airain, toujours décidé et sûr de lui, audacieux sans être téméraire, qui parvenait en quelques minutes à saisir la situation à laquelle il faisait face, et la meilleure manière de l'affronter. Il semblait bien que l'âge avait effacé tout cela.
"Du calme, Mandonius, du calme. Elle n'y est pour rien" murmura-t-il.
Le précepteur lâcha la jeune fille, mais son visage gardait une expression figée.
"Ce n'est pas possible ? Où avez-vous entendu cela ? Par qui ?" Alors qu'il reprenait ses esprits, le ton de commandement revenait dans sa voix. "La nouvelle est-elle confirmée ?"
"On ne parle que de ça dans le palais, Précepteur. Les couloirs bruissent de rumeur" murmura un des courtisans, s'inclinant obséquieusement. "L'empereur a mal supporté les rigueurs de la chasse, semblerait-il. Il est allé se coucher aussitôt, et son état n'a fait qu'empirer"
"Ridicule. J'étais avec lui il n'y a pas deux heures. Il était fatigué, voilà tout. En aucun cas il n'avait l'air malade. Vous exagérez beaucoup les choses, comte"
"Constatez par vous-même, Seigneur. On m'a dit qu'il a été pris de mauvaises fièvres et d'une toux sanglante, et que ses forces le quittaient rapidement. Une telle tragédie"
Mandonius frémit.
"On, on ? Qui est ce On, à la fin ? Quelqu'un pourra-t-il être plus précis ? L'empereur est malade, et personne n'a de nouvelles ?" Il leva les mains au ciel. "J'abandonne. Ecartez-vous, par le Sang, et laissez-moi passer !"
Joignant le geste à la parole, il repoussa d'un bras rageur les courtisans qui s'agglutinaient autour de lui et s'engagea à grandes enjambées dans le couloir qui menait aux appartement royaux.
Rekk s'engagea à sa suite, mais il n'avait pas fait deux pas qu'une main se posait sur son épaule.
"Baron Gaffick ? Vous ici ? J'ai entendu dire que vous aviez vaincu Seigneur Semos en combat singulier ?"
Les courtisans devaient se régaler: les rumeurs allaient bon train, aujourd'hui. Mais, à bien y réfléchir, il n'était pas étonnant qu'une nouvelle aussi importante soit déjà arrivée au palais. Mandonius était bien au courant, d'une manière ou d'une autre.
"C'est vous, alors ?"
"Vous l'avez tué ?"
"Un regrettable accident, j'ai entendu dire"
"Les armes de bambou, quel malheur ! Quand je pense que mon fils…"
".. Pauvre homme, je le savais. On rencontre toujours plus fort que soi…"
Les courtisans s'amassaient autour de lui, tournant, regardant, palpant, comme s'ils ne pouvaient imaginer avoir devant eux la personne qui avait mis fin à la légende de Semos. Pour un peu, tous semblaient presque avoir oublié leur empereur. Il valait mieux parler directement à un aussi fameux épéiste, plutôt que de gloser et de spéculer sur des bruits de couloir concernant la santé de l'Empereur. Ces gens-là dégoûtaient Rekk.
"Assez !" hurla-t-il lorsqu'une dame, d'un âge plus tout jeune, au visage masqué par un loup de dentelle, entreprit de lui tâter le biceps gauche avec un regard approbateur. "Laissez-moi ! J'ai à faire !"
"Le tempérament de feu qu'on pourrait attendre d'un tel combattant" gloussa la femme sans desserrer son emprise.
"Racontez-nous votre combat. Cela a dû être épique, j'en suis sûr ! Maître Semos était un tel épéiste !" Le jeune homme avait les yeux brillants alors qu'il se glissait devant Rekk. "Je l'ai vu combattre, j'ai étudié sa technique. Vous l'avez eu sur la durée, n'est-ce pas ? J'ai remarqué qu'il s'essoufflait dans la durée !"
"Absurdité ! Il était endurant comme un chêne ! Non, c'est sur le poignet droit qu'il avait une faiblesse, je suis sûr que vous avez profité de cela, n'est-ce pas mon garçon ?" Une main poilue vint lui claquer le dos en signe d'encouragement.
"Racontez-nous ! Je meurs d'envie de composer une ballade sur vos exploits !" s'exclama un homme vêtu d'un habit chatoyant, agitant sa cape en une parfaite révérence. Un barde de cour, certainement. Cette vermine fleurissait partout où les gens acceptaient de payer. "Laissez-moi y réfléchir. Vous avez un nom qui sonne bien, vous savez ? Gaffick, Epique. La rime est riche. Dramatique,
"J'ai frappé, il n'a pas bloqué, il est mort. C'est comme ça que se passent les combats, d'habitude" grogna Rekk en tournant les talons.
Mandonius avait déjà disparu au loin, et il était illusoire d'espérer pouvoir le rattraper dans cette cohue. De plus en plus de carrosses arrivaient dans la cour du palais, probablement attirés par la rumeur de la maladie de l'empereur, et les nobles en sortaient par dizaines. On n'avait jamais vu autant de ducs, de marquis, de comtes, de chevaliers se presser ainsi tels des vautours, attirés par la curée. Au fur et à mesure qu'ils arrivaient, certains s'agglutinaient dans le groupe déjà formé autour de Rekk, et leur mouvement, par réaction, attirait de plus en plus de monde. S'il laissait faire les choses ainsi, il allait se retrouver encerclé pour la soirée par ces abrutis emperruqués, plus désireux les uns que les autres de tromper leur attente en patientant pour des nouvelles de la santé de l'empereur.
Rekk avait subi sans ciller les moustiques et les chaleurs de Koush, le froid et les avalanches du Nord, les combats incessants dans l'arène. Mais s'il y avait bien une chose qu'il ne pouvait supporter, c'était bien ces courtisans inutiles. Il était mal à l'aise, lorsqu'il ne parvenait pas à régler un problème par l'épée.
"Ca suffit !" cria-t-il de nouveau, sans plus de succès. "J'ai à faire ! Nous nous reverrons plus tard dans la nuit, si vous êtes toujours là"
"Dieu des Poètes, mais vous ne restez pas pour avoir des nouvelles de Sa Grâce ?"
"Mandonius m'enverra chercher s'il le jugera utile. Adieu"
Il se fraya un chemin à grand peine dans la foule, croisant sur son chemin de nouveaux carrosses richement décorés. Le duc de licorne descendait à peine de l'un d'entre eux, et son regard s'éclaira lorsqu'il avisa Rekk.
"Ah ! Baron Gaffick. N'auriez-vous pas vu mon fils ?"
"Je n'ai pas le temps, désolé. Voyez avec cette foule. Ils se feront un plaisir de vous renseigner"
Agitant la main vers la meute qu'il avait sur les talons, Rekk se lança dans un trot soutenu, atteignant les portes du palais alors qu'une nouvelle voiture arrivait, frappée cette fois des armes du basilic. C'était une bonne nouvelle. Peut-être la famille de la jeune fille lui apprendrait à ne pas colporter aussi aisément des rumeurs.

Ce fut avec soulagement qu'il laissa toute cette agitation derrière lui. Il maintint son allure jusqu'à ce qu'il soit sûr que personne ne le suivait, se retournant plusieurs fois. Ses pensées étaient sombres. Les allusions qu'avaient faites Mandonius le dérangeaient.
Rekk se repassa mentalement la scène du bal dans la tête, se souvenant du premier regard qu'il avait jeté sur Théorocle. C'était un être vain, il n'y avait aucun doute à cela. Un garçon mal élevé, mal éduqué, sûr de son pouvoir et de la puissance que lui conférait son titre. Il méritait sans doute une paire de claques, mais était-il réellement coupable des atrocités dont parlait Mandonius ?

Rekk avait fait beaucoup de choses horribles dans sa vie. Il n'avait jamais été avare de sa lame avec les gens qui se dressaient contre lui, de quelque manière que ce soit. Par ordre de l'empereur Bel, il avait même passé tout un village à la lame de l'épée, pour faire un exemple. Hommes, femmes, enfants. Lorsqu'il se couchait, la nuit, certains de ces visages venaient le hanter. C'avaient été des gens honnêtes, courageux et travailleurs. C'étaient des gens qui mettaient la survie de leurs enfants avant la loi. Le sens de la justice de Rekk en avait été perturbé. Si de telles situations pouvaient se produire, alors c'était la loi qui était mauvaise, et il fallait la changer.
Mais Bel avait tenu à sévir. Ces gens, impunis, pouvaient planter les graines de la révolte. Ce n'étaient que des paysans ruinés, bien incapables de payer quoi que ce soit, mais la loi ne s'embarrassait pas de détails. Et Rekk avait obéi. Il y avait une fille, en particulier, un bébé dans ses bras, qui avait tenté de couvrir l'enfant de ses bras alors même qu'elle se mourait. Il avait eu du mal à ne pas hurler, alors. Mais il avait accompli sa tâche jusqu'au bout.

Pourtant, même si Rekk savait que son âme était au-delà de toute rédemption et que le Dieu des Charniers réclamerait sa dépouille le jour de sa mort, comme on accueille un ami de toujours, le Banni n'avait jamais accompli des actes tels que ceux dont Mandonius accusait le prince. Violer une femme. Ruiner une vie innocente pour assouvir son propre plaisir. Selon les critères de Rekk, c'était quelque chose de bien pire encore. Theorocle était-il réellement coupable de telles atrocités ?
Il finit par hausser les épaules et chasser ces pensées de son esprit. Avec un peu de chance, Dani avait obtenu quelques informations de son côté. Si tel était le cas, cela ne servait à rien de se torturer de la sorte avant de savoir.

Lorsqu'il atteignit les contreforts de la caverne, il réfléchissait maintenant à cette soi-disant maladie de l'empereur. Il n'avait pas beaucoup d'amitié pour Marcus, et encore moins de respect. Mais si l'homme mourait, alors le bout de papier qu'il avait dans sa poche perdrait soudain toute sa valeur. Cela, c'était ennuyeux.
Il avait écouté Mandonius se plaindre du fils de l'empereur et, à dire vrai, comprenait parfaitement le précepteur. Il doutait fortement des capacités de Theorocle à régner justement et équitablement. Mais ce n'était pas son problème. Une fois qu'il aurait vengé sa fille, il rentrerait tranquillement dans le nord. Les soucis et les remous de la vie impériale ne l'affectaient pas, là-bas. Si les prisonniers cessaient d'arriver pour renforcer ses troupes, il quitterait Bertholdton. Que les barbares ravagent l'empire ne le dérangeaient pas plus que cela. Non, que l'empereur meure n'était finalement que de peu d'importance.

Rekk serra le bout de papier, dans sa poche. La caverne était désormais en vue.
C'était une excellente cachette, totalement invisible des berges du Verdoyant. Il fallait avancer au-delà du petit renfoncement dans la roche pour voir l'ouverture et, même ainsi, on pouvait croire tout d'abord à une ombre insistante. Le Banni sourit avec nostalgie. Il lui avait fallu plus d'un mois pour comprendre comment fonctionnait le réseau de contrebande qu'il ne parvenait pas à juguler, lorsqu'il était Maître de la Garde de Musheim. Il avait beau surveiller le canal, et les portes de la ville, et les marchés, les denrées ne cessaient d'arriver, et les armes, et les bijoux. Il avait dû finir par se résoudre à en passer par les clients, les riches nobles désoeuvrés, et en secouer quelques-uns pour apprendre où ils s'approvisionnaient. Bel n'avait pas été content de ce type de méthode. Quelques semaines plus tard, il y avait eu un nouveau Maître de la Garde.

Mais ces quelques semaines lui avaient suffi à découvrir enfin comment ce trafic s'organisait, et surtout autour de qui. C'était une sacrée femme, cette Dani, avec son réseau d'informateurs, et ses multiples cachettes dans la ville; il avait mis du temps à la trouver. Et, lorsqu'il l'avait fait, il n'avait finalement pas sévi.
Peut-être était-ce la frustration de se voir relevé de ses fonctions ? Ou peut-être la bonté de la jeune femme l'avait surpris, et ému. Il secoua la tête, amusée par cette pensée. Pourtant, de toutes les personnes qu'il avait jamais rencontrées, Dani avait été la seule à réellement penser aux autres avant elle. C'était étrangement rafraîchissant, en un sens. Et en même temps, extrêmement perturbant.

Gravissant avec souplesse les quelques contreforts qui menaient au trou dans la falaise, il en héla les occupants.
"Ohé, de la caverne !"
Quelques bruits étouffés lui répondirent, puis la lourde silhouette de Dani se découpa dans la lumière de la lune.
"Rekk ! Espèce de Banni de basse-cour, je savais que tu trouverais un moyen de t'échapper ! Et intact, avec ça !"
"Moi aussi, je suis content de te voir" fit-il, amusé. "Les gamins sont là ?"
"Oh, pour ça, oui. Tous les trois !"
"Trois ?"
"Rentre, au lieu de rester là avec un air ahuri. Je vais t'expliquer. Il y a pas mal de nouveau, tu sais ?"
Rekk sourit en s'introduisant dans la caverne.
"Je savais que tes recherches seraient fructueuses, Dani. Je ne connais pas un seul sujet qui t'ait résisté. Tu as trouvé une piste ?"
"Mieux que ça, mon grand. Je t'ai trouvé un témoin"
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Rekk haussa un sourcil en embrassant la caverne du regard. Malek et Shareen étaient bien là. C'était une bonne nouvelle. Il se demandait si l'un deux, voire les deux, n'allait pas décider de lui fausser compagnie. Le fait qu'ils soient encore là prouvait qu'ils resteraient jusqu'à la fin. Il pouvait encore avoir besoin d'eux.
Malek venait de se réveiller en sursaut, et son expression était orageuse. Le Banni sourit; il ne se rappelait pas avoir jamais vu Malek arborer une expression avenante. Shareen avait visiblement dormi, elle aussi, mais elle lui dédia un sourire assoupi en se frottant les yeux. Elle était plutôt mignonne ainsi, constata Rekk avec un détachement clinique.
Lorsqu'il aperçut Laath, toutefois, son expression se raffermit.
"Alors c'est donc lui, le fameux témoin ? Il ne paie pas de mine"
"Attends un peu ce qu'il va te raconter, Rekk. Je pense que tu vas apprendre un certain nombre de choses… amusantes"
"Me voilà curieux…"

Laath entreprit de raconter de nouveau son histoire, non sans quelques encouragements de la part de Dani. C'était une chose d'exposer la double vie de Deria à des amis de la jeune fille, c'en était une autre que d'expliquer les mêmes détails directement au père. Shareen constata avec amusement qu'il laissait de côté un certain nombre de détails, tentant pour une fois d'aller à l'essentiel.
Rekk n'avait pas l'air particulièrement amusé, pour sa part. Au fur et à mesure de la narration, son expression s'assombrissait de plus en plus. Il lâcha une exclamation étouffée lorsque Laath révéla, après avoir tenté plusieurs fois de contourner ces détails, que Deria occupait son temps à cambrioler. Mais ce ne fut rien comparé à sa réaction lorsque Laath laissa glisser qu'il était son petit ami.
"Quoi ?" rugit-il soudain, interrompant le récit pour attraper le pauvre Laath au collet. "Tu peux me répéter ce que tu viens de dire ?"
A moitié étouffé, le jeune homme était bien en peine de pouvoir articuler quoi que ce soit. Ce fut Dani qui vint à sa rescousse, essayant de desserrer l'étreinte du Banni.
"Arrête ça, Rekk, le pauvret ! Tu vas l'étouffer, si tu continues comme ça !"
"Il ne mérite pas mieux !" rugit Rekk. "Tu l'as entendu ? Il a touché ma fille, il a osé touché ma fille ! Ce fils de catin a…"
Il ne put terminer. Sans une hésitation, Dani venait de le gifler de toutes ses forces. De saisissement, il recula d'un pas et lâcha Laath. Le jeune garçon glissa sur le sol, suffoquant.
"Tu as toujours eu moins de bon sens que de poils sur le menton, Rekk, et tu as toujours été particulièrement glabre ! Mais là, je dois dire que c'est la sardine qui fait craquer le filet ! Qu'est-ce que tu essayais de faire à ce pauvre gamin, l'étrangler ? Tu ne crois pas qu'elle était assez âgée pour vivre sa vie, ta fille ?"
"Elle avait dix-sept ans !" protesta Rekk, touchant sa joue d'un doigt incrédule.
"C'est déjà bien assez vieux, crois-en ma vieille expérience" ricana Dani. "Et puis, avoue que tu devais t'attendre un peu à ce que quelque chose comme ça arrive, non ? Sinon, pourquoi l'avoir envoyée à la capitale au lieu de la garder près de toi, dans ton château perdu ?"
"Je voulais qu'elle rencontre du monde, qu'elle se fasse des amis" fit Rekk. "Pas qu'elle couche avec le premier crétin venu ! Mais regarde-le, comment est-ce qu'elle a pu aimer… ça ?"
"Merci pour moi" fit Laath, acerbe.
"Je n'ai rien contre toi, gamin, mais regarde-toi ! Ce n'est pas ça qu'il aurait fallu à Deria, pas ça du tout ! Il lui aurait fallu… Il lui aurait fallu…"
"Il lui aurait fallu quoi ? Dis-nous, Rekk, ce qui lui aurait fallu. Tu peux me regarder dans les yeux et me dire que tu aurais accepté qu'un garçon, quel qu'il soit, s'approche d'elle ? Même s'il était grand, beau, fort, intelligent, riche, gentil, patient, doux ?"
"Merci pour moi" répéta Laath. Il avait maintenant un demi-sourire aux lèvres, comme s'il trouvait la situation comique. Shareen le regarda avec surprise, puis éclata de rire. Le jeune homme semblait être plus vif d'esprit qu'il n'avait paru au premier abord.
"Tu n'aurais pas accepté son choix, quel qu'il soit, reconnais-le ! Alors, n'étrangle pas ce pauvre garçon sous le prétexte qu'il ne correspond pas à l'image que tu faisais du prince charmant." Dani ricana. "D'autant plus que je ne suis pas sûr qu'il ait eu beaucoup de choix en la matière. Si Deria avait ne serait-ce que le dixième de ton caractère, l'opinion de Laath ne devait pas beaucoup rentrer en ligne de compte si elle le trouvait à son goût"
"Eh bien, merci de nouveau" fit Laath. "Je peux partir, si vous voulez"
"Non" grommela Rekk. Pour la première fois, il paraissait faire son âge. "Je suis désolé, mon garçon. Tu as raison. Continue ton histoire" Il regarda de nouveau le jeune homme, et ses yeux étaient emplis d'incrédulité. "Mais quand même…"

Bientôt, cependant, la liaison entre Laath et Deria n'était plus que le cadet des soucis de Rekk. Il poussa une ou deux exclamations durant le récit, et ses sourcils s'agitaient furieusement. Lorsque Laath eut terminé son récit, il y eut un grand silence.
"Cet homme… L'homme qui lui a donné rendez-vous… Tu pourrais me le décrire ?"
"Difficilement… Comme je vous l'ai dit, il portait un grand manteau, je n'ai pas bien vu ses traits. Il était grand, il semblait assez fort, et il ne paraissait plus tout jeune. Mais je ne pourrais pas en dire plus"
"Ca pourrait correspondre à beaucoup de monde, ça" grogna Rekk. "Si tu le voyais, tu pourrais le reconnaître ?"
"Oui, je pense" fit Laath, l'air dubitatif. "C'est difficile de le décrire, mais si je le revoyais…"
"Parfait. Alors tu vas venir avec nous au palais"
Il y eut un silence, puis tous se mirent à parler en même temps.
"Au palais ?" firent les trois jeunes gens en même temps.
"Oui. Moi aussi, j'ai un certain nombre de choses à vous raconter. Par exemple, il paraît que l'empereur est en train de mourir"
"Quoi ?"
"C'est ce qu'on raconte, en tout cas. Santé fragile, chasse épuisante, que sais-je ? Mais, de toute façon, cela ne me regarde pas. Pour ma part…" Il sortit son épée et en baisa la lame. "J'ai une fessée à administrer"
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Lilandrea
Lilandrea
Alpha & Oméga
 
Avatar de Lilandrea
 
Mouhéhééh réaction typique de père !!

Bon elle vient la suite ?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ariendell
Ariendell
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ariendell
 
Graaaaaaaaaaa
Bien, mais nous laisser à ce moment-là pffffffffft
Honteux !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Æleange
Æleange
Reine
 
Avatar de Æleange
 
Comme à chaque fois, bravo et surtout la suiteeeeuhhhhhhh
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Cocyte
Cocyte
Alpha & Oméga
 
Avatar de Cocyte
 


Rien a ajouter a ca
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Yami-Rose
Yami-Rose
Reine
 
Avatar de Yami-Rose
 
La, je reconnais bien Rekk, a vouloir etrangler Laath...

La suite ! La suite !
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ariendell
Ariendell
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ariendell
 
Un ptit up, il était tombé en 2eme page
J'en profite pour demander fourbement : à quand la suite?
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Lilandrea
Lilandrea
Alpha & Oméga
 
Avatar de Lilandrea
 

la suite !!
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Je ne veux pas dire, mais ce post est en train de tourner en fan-club féminin.

Ooops
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ariendell
Ariendell
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ariendell
 
Citation:
Provient du message de Cocyte


Rien a ajouter a ca
Mince, Coco a changé de sexe après un passage au Brésil?


*a trop regardé City Hunter ... *
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Ariendell
Ariendell
Alpha & Oméga
 
Avatar de Ariendell
 
Citation:
Provient du message de Grenouillebleue
Je ne veux pas dire, mais ce post est en train de tourner en fan-club féminin.

Ooops
Hum, je le reup, parce que finalement la vile Grenouillebleue n'a pas répondu à ZE question: mais quand est-ce qu'elle arrive la suite?

Puis j'en profite pour dire aux intéressés que j'ai envoyé la suite de mon pavé, et que j'ai aussi refait toute la première page ... vala
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Grenouillebleue
Grenouillebleue
Alpha & Oméga
 
Avatar de Grenouillebleue
 
Maais, euhh, patience
fin de 4e page là, je dirais encore trente petites minutes et ça devrait être bon.

La fin est complexe, parce qu'il se passe pas mal de choses et que je ne sais pas exactement où arrêter ce chapitre.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Cocyte
Cocyte
Alpha & Oméga
 
Avatar de Cocyte
 
Citation:
Provient du message de Ariendell
Mince, Coco a changé de sexe après un passage au Brésil?


*a trop regardé City Hunter ... *

Cooocoooooo va au bresiileeeeeuh pour aaaaaprendr' la saaaambaaaaaa
Iiiiiil vaaaaaa de ville en villeuuuuuh pour aaaaaaprendr' le paaaaaas

*desolé*
Lien direct vers le message - Vieux
Répondre
Les forums JOL > Forums divers > Le Bar de la Taverne > Chapitre XVIII: Ca se précise, ca se précise
   

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 21h46.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite