JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 819 (sites) | 1671 (forums)Créer un compte
Dark Age of Camelot
Camlann
 
Partager Outils Rechercher
Avatar de Kalliopê
Kalliopê [FdA]
Reine
 
Avatar de Kalliopê
 
Message roleplay

Prise de conscience

Au bout d'une vingtaine de jours de voyage, j'arrivais enfin dans la ville de Costwold, au pied des remparts de Camelot. Jusqu'à présent, je n'avais eu aucun problème pour trouver le gîte et le couvert dans les différents villages que j'avais traversés, moyennant quelques contes et poèmes. Je m'étais d'ailleurs décidée à acheter du matériel pour écrire mes propres compositions, travail que j'estimais plus enrichissant que de raconter les œuvres des autres.

Cependant, mon humeur s'était assombrie un peu plus à chacune de mes étapes. Tout d'abord, on m'avait conseillé d'emprunter les routes principales les plus fréquentées et de ne pas chevaucher seule de peur des brigands de grands chemins. Je m'étais exécutée d'autant plus volontiers que je m'estimais une bien piètre combattante. On m'avait également parlé d'étranges créatures errant dans la lande… Au début, je pensais à des légendes pour effrayer les enfants et les étrangers, mais on me tenait le même discours dans chaque auberge où je me produisais. Je commençais donc à écouter plus attentivement les conversations des gens du pays.

C'est là que je pris conscience de la cruauté du monde… Depuis mon enfance, j'avais vécu en dehors de la réalité, me plongeant dans les livres et me créant une image idyllique de l'extérieur. J'imaginais découvrir des contrées calmes, paisible dans lesquelles les habitants vivaient tranquillement, dans la joie et la sérénité, comme durant l'Age d'Or du règne d'Arthur. Quelle erreur ! Le roi était mort sans désigner de successeur légitime et les prétendants au trône s'entredéchiraient pour l'accession au pouvoir, affaiblissant ainsi le royaume d'Albion. Hibernia et Midgard vivaient des situations similaires ce qui engendrait un immense chaos. Partout ce n'était que crimes, pillages, luttes entre bandes ou guildes concurrentes…

A la fin de mes prestations, au lieu de monter directement dans ma chambre, je m'asseyais donc à une table, devant une assiette bien garnie et un pichet de Clairet. Souvent, des villageois venaient me féliciter et j'en profitais pour leur proposer de partager mon repas. J'entendis ainsi de nombreux témoignages : un jeune homme dont le père avait péri en protégeant sa maison d'une attaque de maraudeurs, laissant une veuve et six enfants sans ressources ; un soldat ayant perdu sa jambe droite et avec elle, tous ses rêves de gloire ; et tant d'autres encore que je ne pourrais les citer tous. Mais dans chaque conversation, les mêmes mots revenaient comme une litanie, la guerre, le sang, la peur, la mort… et dans chaque regard, je lisais la haine et le désespoir.

Comment avais-je pu être aveugle à ce point ? Je m'étais tellement axée sur ma propre souffrance que je ne remarquais pas celle des autres. Comment oser seulement me comparer à ces gens ? Au fond, je ne connaissais ni la faim, ni le froid, ni l'horreur et la violence des champs de bataille. Mon malheur me paraissait, avec le recul, bien supportable…

Une nuit, je restais allongée sur mon lit les yeux grands ouverts, sans trouver le sommeil. La conversation que j'avais eue quelques heures plus tôt m'avait particulièrement bouleversée. Il s'agissait d'un mercenaire dans la force de l'âge, dont le front était barré d'une large cicatrice. Il me raconta que le printemps précédent, son frère jumeau et lui avaient été embauchés dans une petite compagnie afin d'organiser un raid près de la frontière Hibernienne. L'éclaireur chargé de les renseigner sur les troupes adverses s'était avéré être un espion à la solde d'une guilde rivale. Il leur avait communiqué de fausses informations et les ennemis, beaucoup plus nombreux que prévu, les attendaient de pieds fermes. Le combat avait été sanglant et les survivants avaient dû rapidement se replier. La voix de l'homme se brisa et ses yeux s'embuèrent. Je fus particulièrement troublée par une telle réaction de la part d'un combattant aussi aguerri, mais je restais silencieuse pour ne pas l'embarrasser.

Reprenant ses esprits, le guerrier se racla la gorge et continua, une lueur agressive illuminant soudain son regard. Quand le commandant avait donné l'ordre de reculer, il s'était naturellement tourné vers son frère pour l'apercevoir allongé à terre, les mains rouges de sang crispées sur le ventre. Il s'était précipité vers lui pour l'aider à se relever, mais s'était immédiatement rendu compte que la gravité de la blessure le rendait intransportable. Son jumeau s'était alors agrippé à son armure, le suppliant de l'achever pour ne pas le laisser tomber vivant aux mains de l'ennemi.
"Je ne peux pas" s'était écrié l'homme. "Nous mourrons ensemble, frères jusque dans la mort !"
"Non !" avait haleté le mourant en grimaçant de douleur. "Tues-moi maintenant et vas-t'en avant qu'il ne soit trop tard. Survis et combat pour nous deux, je t'en prie ! Sinon ma mort n'aura servi à rien.".
Un de ses compagnons s'était alors approché pour tirer le mercenaire par le bras et l'enjoindre de partir. Ses pensées s'étaient comme anesthésiées ; il avait alors dégainé son poignard et l'avait enfoncé dans le cœur de son frère d'un geste précis et rapide. Il avait juste eu le temps de l'entendre le remercier dans un dernier murmure avant que la mort ne lui ouvre les bras. Puis il s'était mis à courir pour quitter ce lieu maudit, sans jeter un regard en arrière. Après une courte pause, l'homme m'avoua d'un ton amer "J'ai tué la personne à laquelle je tenais le plus au monde, ma seule famille. Une partie de moi a disparu ce jour là !"

Je ressassais cette histoire, encore et encore, la gorge nouée et les larmes roulant sur mes joues. Et enfin, je compris que les dieux m'avaient accordé le talent de conteuse pour témoigner de la souffrance du monde. Peut-être ainsi changerais-je les choses…

J'avais passé le reste de la nuit à noircir fébrilement des pages et des pages de parchemin. Ce n'est qu'au petit jour qu'épuisée mais satisfaite, je me couchais et m'endormais enfin. Les habitants de Costwold seraient les premiers à entendre le résultat des mes premiers écrits.
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Nicholas Wolfwood
Nicholas Wolfwood [C.D.]
Alpha & Oméga
 
Avatar de Nicholas Wolfwood
 
Jeune Ménestrelle, vous n'auriez pas du commencer vos écrits si tôt... Plus personne ne s'intéressera aux miens après avoir découvert vos talents.
__________________
Camlann : Nicholas (moine 5L5), Nicholason (healer 4L0)
Ys : Wardenne (sentinelle 5L7), LGM tailor
Glastonbury : Bazin (ménestrel 50 4L), Nicho (nécro, LGM tailor), Nicholas (wizard 3L)
Lien direct vers le message - Vieux
Avatar de Thanadrielle
Thanadrielle [FdA]
Reine
 
Avatar de Thanadrielle
 
C'est vrais qu'elle a beaucoup de talents ma chere soeur


/kiss ma Kallio
__________________
Lien direct vers le message - Vieux
 
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le panthéon des braves > DAoC - Camlann > Prise de conscience
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Dark Age of Camelot RSS
Les critiques de Dark Age of Camelot RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 19h07.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite