JeuxOnLineForumsPlusConnectés : 670 (sites) | 1233 (forums)Créer un compte
Dark Age of Camelot
Jonction Kernyw
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le panthéon des braves > DAoC - Jonction Kernyw > [Orcanie] SUR LE CHEMEIN D'EXCALIBUR (chapitre 5) RSS
   
 
Partager Outils Rechercher
Avatar de fiin
fiin
Roi
 
Avatar de fiin
 
Message roleplay

SUR LE CHEMEIN D'EXCALIBUR (chapitre 5)

SUR LE CHEMIN D’EXCALIBUR



Nous décidâmes tous de nous hâter en la forteresse de Snowdonia pour prendre un palefroi.

Fiin dit aux Fianas de prendre leurs Armes, Ganbisson et armures puis derechef s'enhardir pour partir en ferraille.

Les dernières lueurs du jour, apaisés les traits de ces guerriers valeureux qui souriaient tous à la joie d’aller ensemble défendre une cause juste au coté de leur Roi, et ainsi donner cause bonne à leur instinct barbare et sauvage que tous retrouvés présents en eux, une arme à la main.

Alban et Tuck furent empli de stupeur de voir que chacun des Fianas étaient aussi proche, dans leur esprit guerrier.

Ayant combattus déjà auprès de Fiin, ils savaient que Barbare et Sauvage au combat il l'était mais que juste et bon son être entier l'était aussi. Là, c’était avec la troupe, du moins une horde de Fianas quelques trente guerriers fiers, robustes et prêts en leur foi acquise de ne jamais reculer à la mort.

En Albion, en ces temps rudes de grands guerriers le royaume en avait besoin, mais ils ne purent un instant s'empêcher de penser que des guerriers tels que les FIANAS, et leur incroyable soif de victoire ne devaient jamais être trahis ou comme il l'eurent tous deux déjà eu ouï dire, mal estimé car fiers trop fiers ils étaient et en ennemis ils seraient impossible à combattre.

Les Fianas devaient être à jamais des alliés d'Albion ou malheur pourrait être.

Maintenant à brides abattues sur des palefrois pris à la forteresse de Snowdonia, ils se hâtaient pour rejoindre le gros des guerriers d'Albion au château de Forêt Sauvage. La pluie maintenant ne tombait plus en crachin mais depuis la traversée du village de Ludlow à grands cris de "laisser place, laisser place" les cavaliers et leur monture étaient détrempes par l'orage maintenant plus dense.

Tous avaient leur avant bras et leur visage recouverts des terres boueuses projetées par le destrier qu'ils suivaient à grand galop, seul Alban menant la horde était épargné par cette boue.

Enfin, la vue de la forteresse de Château Sauvage se dessinait devant eux. Les lumières de garde en haut des murs d'enceinte éclairés d'un halot bleuté la nuit maintenant tombée.

"Pied a terre " cria Alban.

Puis, les gardes devant la horde abaissèrent le levier des deux grandes portes en chêne hautes de dix hommes, elles s'ouvrèrent puis, les grilles épaisses apparentes maintenant se soulevèrent dans un grondement de poulies et de craquements de bois s'entrefrottant.

La troupe se regroupa dans l'enceinte en son centre, Coeurs Radiants et Fianas côte à côte aux ordres d'Alban et entourant Tuk, Zuriel, Lihan et leur Roi Fiin.

Ils attendaient mélangés à la piétaille.

Chaque homme vérifiait ces armes, les armures étaient vérifiés qu’elles soient en plate ou en cuir, les mages, les clercs incantaient et jetaient leur sort tout cela créait une ambiance brillante et haute en effets de couleur.

« Fiin, Tuk et Pepz je vais prendre nos ordres en Excalibur le Roi m’y attend »

dit Alban

« Certes mon Ami nous t’escortons »

puis fiin se tournant vers ses guerriers

« Zuriel à toi les hommes nous revenons »

Soit mon Roi, soit

D’un geste Zuriel fit signe à tous de rester ici et avant même dans donner l’ordre Lihan, Clade et Kemenec encadrèrent leur Roi arme en main.

Sywen frère de Fiin approuvât de la tête et se mit à leur coté.

Excalibur n’était qu’à une chandelle à pied, il se mirent en ligne de marche et Myrielle des Cœurs Radiants et Shaddai accompagnés de deux éclaireurs partirent au devant chacun se dissimulant dans les fossés aux cotés de la route.

Le trajet fut sans accroche malgré les rumeurs comme quoi les lieux étaient à la présence de nombreux hiberniens.

Alban et Tuk demandèrent à Fiin de les accompagner voir le Roi.

« Il serait de moi incorrect de le voir sans sa demande mon respect en lui est à l’égal de vos contrées, et je me dois d’être humble face à votre Roi, et puis foutre dieu ce sera par ma bravoure que j’aurais audience à ces cotés ainsi que mes guerriers. »

« soit mon ami »

dit Alban

« Il est vrai que la notion d’honneur de Fiin si forte et s’appliquant à tout acte et surprenante »

Murmuras Tuk à Alban et Pepz en entrant en Excalibur.

« Certes mon ami, cela est dû à son côté Barbare haha, mais nombre de nos Albionnais devraient quelquefois se souvenir de ces anciens temps »

répliqua Alban amusé

« il est vrai oui ce Barbare de Fiin est bien d’une autre époque et ma confiance en lui est aussi sûr que de savoir qu’il tuerait un ennemi au fin fond d’une île en désert s’il en donnait sa parole »

ajoutat Pepz

« Oui Tuk , Fiin n’a que des amis les autres attendent sa colère haha »

dit Alban

« Certes à coups de hache il se fâche et tous ces guerriers aussi, mais bien qu’ils soient différents ils ont mon amitié »

« C’est vrai Tuk j’ai souvent combattu des guerriers de cette trempe, mais là ces hommes je ne les comprends pas toujours il est vrai, et pourtant moi aussi ma confiance ils l’ont et j’éprouve une grande amitié pour eux, notre rôle sera aussi de les faire accepter en nos contrées car à ce jour ils sont plus craints qu’appréciés et il faut les connaître pour les aimer Foutre Dieu haha »

et en plaisantant Tuk rajouta

« Morbleu Messire »

« Certes que le sang coule »

Rajouta Pepz hilare

Ils rirent le temps de la monter des escaliers du donjon les emmenant au Roi d’Albion, devant l’entrée de la salle ils se turent et reprirent bonne prestance.

Alors que leur pas résonnaient dans les froids couloirs d’Excalibur, les trompettes résonnèrent.

« Le roi est bien bon de faire donner les cuivres pour nous » dit Fiin
« Ce n’est pas pour nous Roi Fiin, ce sont les trompettes du roi, ses chevaliers partent certainement pour combattre nos ennemi » tempéra Pepz.
« Mais soit sur qu’elle donneront pour nous également dans un proche avenir, annonçant notre retour après nos victoires sur les ennemis d’Albion » ajouta Briskhaven.
« Soit … » Fiin ne se sentait pas à l’aise dans tous les fastes de la cours. Et si son honneur était grand, il l’avait acquis au combat et non en apprenant l’étiquette et la bienséance.
« Finalement, je crois que je pense que je ferais mieux d’aller voir les défenses d’Excalibur. Je pense qu’il sera toujours temps pour moi de rencontrer le Roi d’Albion à un moment plus propice. »
« Fiin, je te comprend et je vais donc t’accompagner, je pourrais ainsi te montrer les machines de guerre qu’Albion utilisent » répondit Alban Briskhaven.
« Oui moi aussi, je vais vous accompagner, je ne me sens pas à l’aise à la cours et Tuk pourra très bien assurer ce rôle » ajouté Pepz.
« Bien, j’irais prendre nos Ordres, mes amis » assura Tuk Greybeard en s’éloignant.

« Mais Sénéchal, il est parfois plus que frustrant de ne jamais avoir la possibilité de rencontrer notre roi »
« Je sais Seigneur Greybeard, mais il a prit lui-même la tête des troupes qui viennent de quitter le château »
« Malgré tout, pouvez-vous arranger une entrevue prochainement ? »
« Je vais faire tout mon possible, mais la guerre empêche beaucoup de choses d’arriver. Je vous promets de lui remettre en mains propres vos doléances »
« Merci Grand sénéchal »
« Mais ne me confiez-vous pas que votre Ordre et les guerriers Fianas venaient offrir leur bras pour la défense du royaume »
« En effet, c’est à ce sujet que je voulais voir le roi »
« Eh bien j’ai une mission de confiance à confier à vos hommes. Vous connaissez Dun Crauchon ? »
« Oui ce château est à la limite des terres d’Albion en territoire Hibernien »
« Nous l’avons pris à nos ennemis, il y a quelques jours. Et nous n’avons malheureusement qu’un détachement pour le protéger. Il serait important que nous conservions ce bastion, il représente une épine dans le pied de nos ennemis et focalise sur lui une partie des troupes dont il dispose. »
« Continuez Sénéchal »
« Nos espions ont aperçu des mouvements de troupes ennemies à ses abords, Je voudrais confier la mission à vos hommes de tenir Crauchon le plus longtemps possible. Les ennemis perdraient ainsi une base arrière et un point de rassemblement près du front. Mais mieux encore, en connaissant votre présence, ils seraient dans l’obligation de maintenir des forces pour éviter que vous ne preniez à revers le gros de leur armée. »
Tuk réfléchit un instant. Cette mission n’étaient peut-être pas celle qu’il avait espéré recevoir mais ses implications stratégiques montraient qu’elle était très importante.
« Bien Sénéchal, je pense pouvoir dire que Crauchon tiendra le temps qu’il faudra et même plus. »
« Je savais que je pouvais vous faire confiance »

Tuk Greybeard retrouva Alban, Fiin et Pepz dans la cours alors qu’ils s’entretenaient sur l’usage des armes de siège.
Il leur fit rapidement le récit de son entretien.
Fiin sembla vexé qu’on leur confia une mission d’arrière garde. Et ces seules paroles furent pour dire qu’il ne savait trop si cela était une mission pour lui et les Fianas.
Alban tenta de l’encourager
« Ami Fiin, nous pourrons sur place mettre en œuvre et utiliser les techniques dont je vous ai parlé. Nous construirons une catapulte et feront pleuvoir les pierres sur nos assaillants »
« Alban, c’est de ma lame que les assaillants doivent avoir peur non des cailloux que je vais lancer. Nous les Fianas nous nous devons d’affronter le danger face à face ». Bien que ces paroles fussent catégoriques, Fiin avait laissé échapper un regard vers les armes de siège qui trônaient dans la cours d’Excalibur. Et l’on voyait qu’il brûlait de curiosité de les voir en action.
« Il est temps de retourner prévenir nos troupes mes amis » dit Pepz tout en leur montrant le chemin pour quitter Excalibur.
« Oui, il est temps, Albion a besoin de nous » rajouta Alban.
« Et ma hache à soif… » conclu Fiin.

Les amis reprirent le chemin inverse, retournant au côté de leur troupes.

Alban,Tuk et Pepz revinrent et d’un air soucieux Alban prit la parole

« Mes amis, notre tâche va être hardue, nous devons aller conserver Crauchon en Hibernia fort prit par nos troupes pour empêcher un regroupement et une réorganisation de l’ennemi qui pourrait si nous échouons, attaquer par l’arrière notre Armée partit prendre en avant dans les terres d’hibernia d’autres places fortes pour assurer un recul plus grand de ces maudits Hiberniens »

« L’honneur nous ait donné et confiance du Roi pour que seule notre alliance s’acquitte de cette lourde tâche car le front a besoin de beaucoup d’hommes et ne peut nous en détacher aucun »

Reprit Tuk.

« Ma voie en mes lieux saints d’Albion est de la défendre et Dieu portera ma foi a vos côtés »

Dit solennellement Pepz Moîne en son état.

« Soit, puisque nous ne pourrons ferrailler en gloire au premier front, nous occirons nos ennemis dans l’ombre à l’arrière foutre !!! »

Grommela Fiin en tapant l’épaule de Kemenec.

« Au moins nous aurons l’ennemi à nous seul et leur mort ne pourra nous être contesté »

Rajouta la belle et cruelle Lihan connue pour sa soif de combat.

Ils reprirent le chemin de Château Sauvage dans le même allant qu’à leur venue, Myrielle et Shaddai partirent en premier accompagnés des deux éclaireurs.

Pressés en ligne au pas de course confiants ils partirent en retour pour la Forteresse de Château Sauvage, ils allumèrent des torches et se centrèrent sur le chemin en terre large de six hommes car maintenant la nuit était posé les complies passé depuis presque une chandelle.

« à la tour au couchant, à la tour au couchant »

Dit Myrielle en revenant vers eux

« Qui ? »

Demanda Alban sortant son glaive imposant éclaireé des reflets de la torche de Tuk se tenant à ces cotés.

« des hyberniens ils ont occis Bourlu et Lofa, j’ai pu en tuer deux mais trois autres ont fuit dans la vieille tour de guet à l’Est,Shaddai les poursuit, je ne sais combien ils sont ? »

« Nous sommes à demi-route entre Château Sauvage et Excalibur qui allons nous prévenir ? »

Se demanda Alban à mi-voix.

« Pour nous il est trop tard, mon Roi deux de nos hommes à terre,Shaddai à leur poursuite, le combat est céans et maintenant »

Dit Lihan la grande Guerrière Fiana à Fiin

« Le recul à cette attaque nous est interdit »

Repris Kemenec sortant son arme en même temps que Clade

Fiin regarda Alban

« Allez donc chercher d’autres guerriers amis, nous, nous ne pouvons »

puis Fiin prit sa hache à deux mains la soulevaa au-dessus de lui et en courant partit vers cette fameuse tour accompagnée des Fianas.

« QUE LE SANG COULE YAYAAAAA »

cria Fiin

« HONNEUR ET SANG »

reprirent les Fianas

Alban regarda Tuk, Pepz puis Myrielle

« Au diable, laissons aller nos envies »

« POUR ALBION »

cria Alban et ses guerriers et rejoignirent les Fianas.

La tour n’était qu’à deux cent pas et après avoir enjambé le corps des deux éclaireurs, ils virent que les trois Hiberniens tués par Myrielle gisait toujours au sol aussi, à quelques pas, deux autres : un mort d’une flèche et l’autre égorgé.

« Shaddai montre toi »

cria Fiin

« Je suis là Sire je me mets en avant perché avec mon arc breton »

Soit Shaddai soit

Après quelques autres enjambées, ils se trouvèrent face à une dizaine de guerriers qui, surpris ce stoppèrent nets, partis certainement chercher leurs morts ils pensaient ne plus trouver une âme.

Nos guerriers, eux, accélérèrent et foncèrent dans cette troupe.

Deux flèches sifflèrent à leurs oreilles, une se planta dans le bouclier de Kemenec, l’autre la croisa et un cri s’en suivi Shaddai avait abattu l’archer ennemi au loin d’une de ces flèches.

Fiin trancha de la gorge à l’épaule le premier qui s’effondra en passant sur lui il poussa le suivant de son corps le faisant tomber et planta sa hache en plein torse de son ennemi ainsi couché sur le dos.

Lihan décapita deux guerriers d’un grand mouvement de sa terrible Glaymore au même moment Clade entra son glaive de haut en bas dans le thorax d’un autre se protégeant de l’assaut d’un second de son gambisson, faisant rebondir l’assaillant, Kemenec qui venait de retirer son épée d’un corps à qui il venait d’offrir le saint repos, tourna sur lui-même et fracassa la nuque de l’attaquant de Clade ainsi sans tête l’homme resta un court moment debout au milieu de la mêlée. Sywen incanta un sort et trois hiberniens se trouvèrent figés un instant aveuglés, ce qui suffit à Myrielle une arme d’estoc à chaque main de les égorger d’un mouvement circulaire tel un pas de danse macabre. Alban para un coup porté puis répondit par deux fois en donnant la mort. Tuk également après une esquive tua son assaillant et Pepz le couvrant en occit un autre.

Le combat fut bref et ralentit à peine notre horde courant vers la tour au couchant.

Ce fut Lihan qui l’atteint en premier avec Myrielle, elles disparurent à l’intérieur.

En arrivant à son tour Fiin se trouva face à trois autres guerriers qui sortaient du coté, il jeta sa hache par-dessus son heaume l’a tenant à deux mains et emportée par le mouvement circulaire de son arme remit son poids au moment de l’impact fracassant deux crânes sur trois, puis se redressa pour faire face au troisième quand il se sentit projeté à terre le visage dans le sol.

Il put voir Kemenec trancher les deux bras de l' hibernien qui allait frapper Fiin à terre, puis le guerrier s’écroula laissant apparaître derrière lui Clade qui venait de le transpercer par le bas du dos laissant sortir son épée du ventre de son ennemi

quelques secondes avant de la retirer lentement en prenant appui de son pied sur l’épaule du cadavre. Fiin se dégagea et fut surpris de voir la raison de son placage si virulent à terre, Alban n’avait eu que le temps en courant de sauter sur ce guerrier arme levée prête à fendre le crâne et le dos de Fiin pour l’occire d’un coup de glaive en tombant avec lui.

Fiin le salua en repartant vers la tour où Kemenec et Clade étaient déjà rentrés.

A cet instant trois corps sans tête s’écrasèrent au sol jetés du haut de la tour.

« HONNEUR ET SANG LEURS AMES SONT CRACHEES »

Lihan venait de crier Victoire du haut de la tour Myrielle à ses cotés.

Dans la tour ils y avait encore cinq guerriers morts et un agonisant, Fiin acheva le blessé d’un coup du manche de sa hache sur la gorge.

Un cri les fit tous ressortir, ils aperçurent Sywen qui avait d’un sort ralentit un ennemi en fuite et lui avait par ses dons fait croire en son plus profond qu’il brûlait vif. L ‘hybernien se convulsait en hurlant convaincu qu’il brûlait, s’arrachait la peau avec ses mains, s’arqueboutait, se roulait, le spectacle était horrible et s’offrait là devant tous. Sywen incantait et en transes augmentait ses effets. L’homme maintenant de ses propres ongles s’était défiguré.

« Mon dieu »

S’écrièrent Alban, Pepz et Tuk horrifiés, ils se demandèrent tous deux si Sywen était si cruel par son appartenance aux Fianas ou par son Ordre d’Albion en tant que sorcier.

Fiin stoppa net d’un coup de hache les souffrances du malheureux.

« Il suffit FOUTREDIEU, mon frère je n’aime point te voir oeuvré……. Même si ton art est efficace. »

« Soit, prenons nos deux morts et hâtons-nous en Château Sauvage »

Dit Alban d’un ton sec en regardant Sywen, puis tournant le tronc pour partir il fut saisi d’une vision idyllique.

Lihan se redressait après avoir nettoyé son visage les cheveux mouillés elle avait à ses pied pausé son heaume et ses cheveux descendaient sur son épaule pour passer sur son torse, son visage était d’une telle beauté, si fin, si doux ses yeux éclairaient la sérénité et la paix, on aurait dit un Ange malgré son armure blanche où le sang des hommes qu’elle venait de tuer ruisselait de part et d’autre. Cette vision l’inonda de bien être, et ses pensées s’envolèrent un instant vers sa jeune fille pour qui il avait repris les armes espérant aider à lui offrir une terre de paix où elle pourrait grandir heureuse.

Lihan surpris le regard émerveillé d’Alban et d’un coup son visage se durcit et les flammes de l’enfer s’allumèrent dans ses yeux, elle remit prestement son heaume et prit route.

Alban resta figé un instant puis, tournant la tête il vit que Tuk aussi avait vu la scène et lui aussi était troublé. Ils se regardèrent tous deux puis à voix basse Tuk dit à Alban

« Mais qui sont- ils messire qui sont- ils ? »

« des hommes, des Dieux ou des Démons que sais- je, que sais- je ? »

Répondit Alban

« Un Archange peut -être ? »

Eclairés par quelque blancheur offerte par la lune, ils reprirent le chemin.

Fiin en marchant se mis à chanter.

« c’est au couchant

que se trouvait la mort

Noblement accompagné

Nous partîmes fiers en nos bras forts

Dans le ventre d’une nuit étoilé

C’est au couchant

Que l’on offrit la mort

A d’autres hommes séant ici emmenée

Pour nous combattre avant l’aurore

Derechef leurs vies furent de ce monde exilé

C’est au couchant

Que des âmes prirent dans l’effort

La victoire en ferraille fut donnée

Aux hommes du juste l’honneur est or »

Puis Fiin arrêta la troupe, se tourna vers Alban et Kemenec et, posant sur chacun une main sur l’épaule

« Par deux braves ma vie me fut sauvée »

puis il reprit la marche et son poème

« C’est au levant

Que nous reprimes route vers le fort

Portant deux des notres qui avec bravoure furent tués

La tour abandonnée du corps de nos ennemis morts »

Puis tous arrivèrent au Château Sauvage pour se repaître et dormir car Demain les Mages les enverraient en Hibernia pour une grande bataille.

Gabriaele et Almeric nos deux Fianas aux ordres de la bonté de Dieu accompagnés de Tendrix et Sendary les accueillèrent.

Tous les guerriers des Cœurs Radiants étaient arrivés Fiin aperçut Gmacc, Ark, Ganondrol, Pyragos, Arthemaris, Arkha et Justarius des guerriers avec qui il avait déjà combattu.

Tous les grands Fianas aussi étaient là, prestement il alla les rejoindre, Zephira, Kathrine, Elywen, Denvar, Alcedor, Almeric, Sendris, Lyride, Laomas,Moghk, Muaddibb, Healman, Sanya, Amysy, Yarving et Liriel Tous les noms qui en ces terres faisaient briller de leurs bravoure les FIANAS étaient prêts à se battre et en joie d’être ensemble.

Wicca appela Fiin

« Mon oncle, venez à l’entrée haute je vous prie, on vous réclame »

Fiin surpris et étonné

« Que se passe t’il mon sang ? »

« Venez, je vous prie mon oncle, venez »

Il l’a suivi et arrivé à la porte haute de Château Sauvage un attroupement était là, de grand cris sortaient du groupe

« Impies, chiens, écartez vous ou vous avez certitude que mon ami et moi allons laissé notre colère nous conduire »

« Ne les laissez pas passer c’est un inquisiteur, il tue les mages et l’autre ne voyez vous pas il est Viking sus à eux »

« Venez donc, Venez donc HAHAHA !!! pauvre pleutre »

« Par Odin de ma main je vais vous envoyer dans des terres inconnues de tous vos esprit »

« Tuez- les, tuez-les »

Fiin reconnut ces deux voix et se mit à courir vers la foule, bousculant plusieurs hommes et gardes en arme ce plaça à coté de ses deux hommes inquiétant tous ces gens

« SANG DE CHIENNE !!! reculez FOUTRE où ma colère va se joindre à mes deux amis et vous trépasserait avant le lever »

Cria Fiin

Un garde s’approcha de Fiin

« Veux- tu gaillard te pousser de cet esclandre »

le plus grand de ces deux guerriers se mit en furie et passant devant Fiin d’un coup de son bouclier assomma le garde en hurlant

« Comment oses- tu t’adresser de la sorte à mon Roi, baisse l’échine où la mort te pliera »

L’autre guerrier blond à l’allure Viking s’enhardie d’une arme dans chacune de ses mains.

« CESSEZ !!! »

Dit Fiin levant ses deux bras les mains ouvertes à ces deux guerriers, puis se tournant vers la foule qui avait reculé et s’était fait muette car maintenant entouré de tous les Fianas ainsi que des Cœurs Radiants prêts à bondir, dans le silence il prit parole

« Ces deux nobles Guerriers sont des Fianas, Arkhamtomoeda inquisiteur il est vrai ancien grand maître de cet ordre, il est vrai qu’il amène au bûcher Sorcier et Mage noir et cet autre guerrier Fiana est Rolon Le Viking et c’est en Knarr qu’il a vadrouillé les mers. Mais tous deux comme tout Fiana quoi qu’ils soit, sera ou fut est avant tout un Fiana guerrier du juste présent en vos terres aux ordres de votre Roi pour libérer votre peuple Albionnais.

Alors NIQUEDOUILLE si vous espérez vivre libérer de vos ennemis, évitez déjà que nous, l’on vous tue »

Sur ce, les trois hommes revinrent auprès des leurs et seuls les Sorciers et mages Fianas saluèrent Arkhamtomoeda, puis Arkhamtomoeda salua tous les cœurs radiants.

Rolon lui, se mit en place toujours derrière Fiin, dès qu’il était là, il devenait son ombre et s’approchait de Fiin en sa présence pour tout autre homme non Fiana,devait être annoncé la surprise ne faisait plus parti de l’aura de Fiin, son aura se matérialisait en Rolon.

Alban appela Fiin

« Ce sont donc des Fianas mon ami, un inquisiteur et un Viking ? »

« Oui mon ami et tu peux comme en nous tous avoir croyance je réponds de tous mes guerriers et particulièrement de ces deux là, crois-moi Alban, lors d’une nuitée plus sereine je te compterais leur histoire je t’en fais le serment »

Alban et Fiin ensemble saluèrent leurs guerriers, une belle troupe maintenant tous réunis, soixante portant les armoiries des Cœurs Radiants et quarante l’emblème du buffle sur fond or des Fianas.

Ils allèrent tous se nuiter demain ils partaient peut -être à la mort tous.
Lien direct vers le message - Vieux
jorgal
Roi
 
SUPER !!!

j'ai imprimé pour relire excellent ( même relire)
Lien direct vers le message - Vieux
sywen
Roi
 


j'ai déjà lol
Lien direct vers le message - Vieux
 
Les forums JOL > Dark Age of Camelot > DAoC - Le panthéon des braves > DAoC - Jonction Kernyw > [Orcanie] SUR LE CHEMEIN D'EXCALIBUR (chapitre 5)
   

Outils Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Les vidéos de Dark Age of Camelot RSS
Les critiques de Dark Age of Camelot RSS
Thème visuel : Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 23h36.
   

© JeuxOnLine, le site des MMO, MMORPG et MOBA. Tous droits réservés. - Conditions générales d'utilisation - Conditions d'utilisation des forums - Traitement des données personnelles - ! Signaler un contenu illicite