L'Agora

[Ecologie] Energies renouvelables, fossiles et nucléaires

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Aeristh
C'est vrai que la Suisse n'a absolument pas besoin de main d'oeuvre des pays frontaliers... Ca risque de vous faires plus drôle à vous qu'a nous si les frontaliers venait à être renvoyer.

Sauf que vous aller remplacer le nucléaire par quoi ? Du renouvelable ? Et la nuit, quand y'a pas de vent/soleil, l'électricité va venir d'où à ton avis ? Du nucléaire français (tu sais le truc que vous interdisez par pur peur irrationnel) ou du charbon allemand (qui est 1000000 fois pire que le nucléaire).
A moins que vous réduisez votre consommation de manière importante et la bravo (mais quelques chose me dit que ce ne sera pas le cas).
Vous ne savez absolument pas comment nous réussirons à nous passer de nos centrales. Et rien ne nous interdit ni ne nous interdira d'acheter du courant sur le marché vu qu'il a été libéralisé.

De plus nous n'aurons aucune difficulté à disposer de courant la nuit avec nos barrages hydrauliques.

Dernière modification par blackbird ; 23/12/2019 à 09h25.
Citation :
Publié par blackbird
Vous ne savez absolument pas comment nous réussirons à nous passer de nos centrales. Et rien ne nous interdit ni ne nous interdira d'acheter du courant sur le marché vu qu'il a été libéralisé.

De plus nous n'aurons aucune difficulté à disposer de courant la nuit avec nos barrages hydrauliques.
Parce que le courant sur le marché il ne provient pas des centrales à charbon allemandes et des centrales nucléaires françaises ?
Citation :
Publié par Okhalem
Parce que le courant sur le marché il ne provient pas des centrales à charbon allemandes et des centrales nucléaires françaises ?
Cachez ce charbon que je ne saurai voir !
Citation :
Publié par Aloïsius
Vous vous rendez compte ? Il y a 0,0003 g de tritium dans 0,002 g d'eau dans une caverne bétonnée. Brrr !

Et il y a aussi 0,000015g de cobalt 60. Mais c'était en 2012, il faut donc diviser cette quantité par 3 à peu près. Moi qui rêvait de passer mes vacances dans une grotte bétonnée en Suisse, je suis déçu.
Ce n'est pas pour chipoter, mais avec les éléments radioactifs, ce n'est pas la quantité en gramme qui importe mais la quantité de rayonnement émis (même si la quantité en gramme a un impact sur la quantité de rayonnement émis).

Quantité de rayonnement ionisant.png
Dosimetrie UNSCEAR.png

Sources
Citation :
Publié par Soumettateur
Fukushima : 20 000 morts (0 dû à la contamination radiologique).
Si tu comptes ceux du tsunami, tu peux oublier, ça n'a pas de rapport avec la centrale..

A priori c'est bien :
18000 dus aux phénomènes naturels (séisme et tsunami)
1600 dus à l'évacuation de la zone
0 dus à la contamination radiologique.

Et un évènement qui ne fait pas de morts directs, j'appelle ça, au maximum, un accident
Et ça ne mérite le titre accident que parce que la centrale a été détruite.
Citation :
Publié par Okhalem
Parce que le courant sur le marché il ne provient pas des centrales à charbon allemandes et des centrales nucléaires françaises ?
Bien sûr mais au risque de se manger un procès en hypocrisie, je dirais que cela sera probablement le cadet de nos soucis. L'énergie est un besoin essentiel et si nous en manquons nous nous la procurerons sur les marchés. Et à titre personnel je n'y vois aucun mal.
Citation :
Publié par Aloïsius
Roudoudou ? C'est du suisse ?
Quand au pathétique, je vois un pays qui va booster le charbon à cause de 0,000015g de cobalt dans une grotte bétonnée, sois probablement des milliers de fois moins que dans n'importe quel service de radiologie dans l'hôpital du coin.
Pendant ce temps, la planète crame.
L-Australie-en-proie-a-des-incendies-meurtriers.jpg
Mais le charbon, ça fait moins peur que le nuuuucléaaaaaaiiiiire.
Juste ta dernière phrase montre comment certain français sont justes hystérique avec le nucléaire (heureusement ils ne sont pas tous à ton niveau)... On va pas construire de centrale nucléaire supplémentaire, on va pas non plus construire de centrale au charbon... Vraiment mais vraiment pathétique je me répète, surtout que tu causes à un type qui n'est pas contre le nucléaire... Moi c'est la façon dont est géré le nucléaire qui peut me faire faire du souci, pas la techno en soi.
Citation :
Publié par debione
.. On va pas construire de centrale nucléaire supplémentaire, on va pas non plus construire de centrale au charbon...
bah si, mais chez les voisins...
Citation :
Publié par jaxom
bah si, mais chez les voisins...
Non, comme expliqué ce sera l'offre de la loi et la demande (après je comprends bien ce que tu veux dire, mais ce sera peut-être de l'hydrothermal ou de l'éolien allemand, perso ma consommation est à 90% d'énergie renouvelable, et ça me fait pas grand chose de plus sur ma facture)... On payera ce qu'on devra... Après je dis pas que je suis pour, perso il y a longtemps que je peste contre le manque d'investissement dans l'économie d'énergie, que pour moi, il y a encore de nombreuses vallées alpines inondable ( en france aussi), qu'il faut absolument bloquer les chauffages pour qu'ils ne puissent pas dépasser 21° etc etc.
Avec une centrale en moins vous allez avoir besoin d'electricité sur vos pics, donc en hiver.

Hors sur les vagues de froid l'electricité européenne c'est nucleaire / charbon/gaz. On peut oublier les renouvelables, et les barrages chez vos voisins ca représente pas grand chose. ( et sur les pics ils sont déja occupés voire vides)

Votre décision va donc bien directement augmenter la conso charbon/gaz de l'europe. La "loi de l'offre et de la demande" c'est juste la version polie.

Et on ne parle pas des déperditions dus a la distance obligatoirement plus élevée.
Citation :
Publié par jaxom
Avec une centrale en moins vous allez avoir besoin d'electricité sur vos pics, donc en hiver.

Hors sur les vagues de froid l'electricité européenne c'est nucleaire / charbon/gaz. On peut oublier les renouvelables, et les barrages chez vos voisins ca représente pas grand chose. ( et sur les pics ils sont déja occupés voire vides)

Votre décision va donc bien directement augmenter la conso charbon/gaz de l'europe. La "loi de l'offre et de la demande" c'est juste la version polie.

Et on ne parle pas des déperditions dus a la distance obligatoirement plus élevée.
Je te répondrais oui et non. Oui si on prend juste la maintenant, et qu'en ne rien changeant on projette, je te dirais non si d'autres mesures sont prises afin de diversifier, réduire...
Après je connais bien la mesquinerie Suisse (et c'est pas péjoratif, je connais aussi la mesquinerie Française, Allemande et autre), et ça pourrait être bien le cas. Mais dans les plan d'énergie future, tant dans la consommation que dans sa réduction, c'est pas juste: On achètera ailleurs et basta. Même si cette possibilité existe.
Citation :
Publié par Eden Paradise
Catastrophe de Fukushima ?
T'as pas trouvé un mot plus fort ?
tu as raison, Fukushima n'est rien de plus qu'un petit incident sans conséquences. Le nombre de bêtises que tu peux écrire à l'heure est impressionnant.
Citation :
Publié par Yasujiro Ozu
tu as raison, Fukushima n'est rien de plus qu'un petit incident sans conséquences. Le nombre de bêtises que tu peux écrire à l'heure est impressionnant.
La catastrophe de fukushima c'est la catastrophe naturelle. 18000 morts liés au séisme et au tsunami. Ça oui c'est une catastrophe.

La présence d'une centrale n'a fait qu'alimenter une psychose à l'échelle mondiale. Sans conséquence sanitaire directe.
Autre que le stress lié à une évacuation peut-être même pas justifiée.

C'est pas moi qui le dit, c'est l'équivalent du giec pour le nucléaire.
Ça s'appelle l'unscear, et c'est pas un concentré de lobbyistes pro nucléaire, c'est une agence onusienne qui rassemble un collège international de médecins experts des effets du rayonnement sur la santé.

Si tu es sur ce topic, tu accordes probablement une grande confiance aux dires du GIEC.
Alors pourquoi ne pas accorder la même confiance à l'unscear, qui est un organisme dont la constitution est très similaire ?
Citation :
Publié par Eden Paradise
La présence d'une centrale n'a fait qu'alimenter une psychose à l'échelle mondiale. Sans conséquence sanitaire directe.
Autre que le stress lié à une évacuation peut-être même pas justifiée.
oui, bien sûr.

toutefois, il n'est pas besoin de chercher bien loin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conséquences_sanitaires_et_sociales_de_la_catastrophe_de_Fukushima

quelques extraits

Citation :
Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 déclenche un tsunami qui dévaste la côte Pacifique du Tōhoku au Japon et provoque la catastrophe nucléaire de Fukushima : la centrale nucléaire est endommagée, provoquant un défaut de refroidissement, des fusions de cœur dans plusieurs réacteurs puis des ruptures de confinement et d'importants rejets radioactifs dans l'atmosphère mais également dans tout l'environnement. Cet événement entraîne des conséquences sanitaires et sociales importantes au Japon. Par ailleurs tant le panache radioactif que les rejets dans l'océan suscitent des inquiétudes dans le monde.

Selon les estimations publiées par l'Agence japonaise de sûreté nucléaire, l'accident a dispersé l'équivalent de 10 % de l'accident de Tchernobyl : entre 1,3 et 1,5×1017 becquerels d'iode 131 (contre 1.8×1018 pour Tchernobyl), et entre 6,1 et 12×1015 becquerels de césium 137 (contre 8,5×1016 pour Tchernobyl)1. Environ 110 000 personnes sont évacuées dans un rayon de 20 km.

(...)

L'accident nucléaire de Fukushima est considéré par les médias comme le pire accident nucléaire au monde depuis la catastrophe de Tchernobyl en 19862,3,4.

Selon les estimations publiées par l'Agence Japonaise de Sûreté Nucléaire, l'accident a dispersé l'équivalent de 10 % de l'accident de Tchernobyl : entre 1,3 et 1,5×1017 becquerels d'iode 131 (contre 1.8×1018 pour Tchernobyl), et entre 6,1 et 12×1015 becquerels de césium 137 (contre 8,5×1016 pour Tchernobyl)1.
  • La CRIIRAD qui cite ces mêmes chiffres estime que, indépendamment de ceux de Tchernobyl et quels que soient les chiffres exacts des rejets à Fukushima, ceux-ci étaient suffisamment importants pour que les estimations soient faites plus tôt et immédiatement mises au service de la protection des populations concernées5
  • Le Docteur Michel Fernex affirme que « Les études scientifiques en cours montrent qu’il y a autant de dommages génétiques dans les secteurs contaminés de Fukushima que de Tchernobyl. »6
  • Le président du Comité scientifique des Nations Unies pour l'Étude des Effets des Rayonnements relativise les conséquences sanitaires, arguant de faibles quantités de produits radioactifs disséminés, sans rapport avec le cas de Tchernobyl7 et cela d'autant plus que le régime des vents avait au départ dirigé le panache majoritairement vers l'océan.
Cependant, plusieurs scientifiques ne partagent pas les estimations officielles des rejets ni l'avis du président du Comité. Ainsi, l'Austria's Central Institute for Meteorology and Geodynamics (Zentralanstalt für Meteorologie und Geodynamik) estime que lors des dix premiers jours de l'accident, les rejets sur Fukushima représentaient environ 73 % en Iode131 et environ 60 % en Césium137 des rejets de Tchernobyl pour la même periode8,9,10. De même, l'Union of Concerned Scientists (UCS) qui cite aussi le rapport autrichien, considère que les conséquences déjà apparentes de ce qu'elle appelle un désastre sont sévères et inacceptables sur la santé, l'environnement et l'économie et qu'il est désormais acquis que des rejets significatifs de radioactivité peuvent se produire sans qu'il y ait destruction de l'enceinte de confinement11.

De plus, le 1er juin 2011, des mesures révèlent que les environs du réacteur no 1 ont atteint des niveaux de pollution similaires à ceux de la zone morte de Tchernobyl12.
Début avril, les impacts socio-économiques sont plus douloureux13. D'une part, les habitants de la Zone d'exclusion nucléaire d'environ 20 km autour de la centrale ont été évacués et la consigne aux habitants de la zone des 20-30 km est de rester chez eux ou de procéder à leur « évacuation volontaire » par leurs propres moyens14. D'autre part, la contamination environnementale a nécessité l'interdiction à la vente du lait et de différents produits agricoles dans plusieurs préfectures (notamment au nord-ouest de la centrale) et des produits marins. Effrayés, les grossistes et consommateurs évitent désormais tous les produits alimentaires venant de ces régions, ce qui prive de toutes ressources les exploitants15. Dans les communes les plus touchées (notamment Iitate), les habitants ont vécu pendant plusieurs semaines dans l'attente d'aides de l'État, ou d'un éventuel ordre d'évacuation16,17. L'évacuation a enfin été ordonnée en fin de journée le 11 avril et ces habitants ont alors rejoint les rangs des « exilés » de Fukushima18.

(...)

Le 15 mars a radicalement changé la situation concernant la radioactivité sur site: aux points de contrôle, les ordres de grandeurs des mesures viennent de passer des dizaines aux centaines de microsieverts dans les périodes de « calme », avec de brusques sursauts occasionnels atteignant 6 960 μSv/h le 15 mars à 23 h 10 (porte principale) puis 10 800 μSv/h le 16 mars à 12 h 3073. Après plusieurs jours critiques, la situation reviendra progressivement sous contrôle, et les sursauts de radioactivité se feront alors de plus en plus rares, mais la radioactivité s'est maintenant installée de manière permanente. Un point de contrôle est mis en place à 500 mètres au nord-ouest de l'unité 2: les mesures y décroissent lentement de 3 500−4 200 μSv/h à 2 000 μSv/h entre le 17 et le 21 mars74. Après quelques jours d'interruption, les mesures à cet emplacement reprennent (le point de mesure est légèrement décalé) : le débit de dose est de 1 400 μSv/h le 26 mars75, passe sous les 1 000 μSv/h le 31 mars76, et oscillait légèrement au-dessus des 500 μSv/h le 17 avril77. Les mesures aux points de contrôle en bordure de site décroissent également, avec des valeurs au 9 avril allant de 13 μSv/h au point nord à 252 μSv/h au point sud-ouest78. Depuis le 25 avril, Tepco a mis en ligne des cartes de radioactivité sur le site79. Une analyse rapide montre des débits de dose supérieurs au mSv/h presque partout autour des réacteurs, et pouvant atteindre 300 mSv/h dans les zones de gravats.

Dans l'intervalle, Tepco entame le 19 mars les travaux pour rétablir l'électricité à Fukushima80, et les travailleurs reviennent progressivement. Le 24 mars, trois employés d'un sous-traitant posent des câbles dans la salle des turbines du réacteur 3, les pieds dans 15 cm d'eau. Ignorant que cette eau est fortement contaminée, ils ne tiennent pas compte des alarmes de leurs dosimètres électroniques. Ils reçoivent ainsi des doses comprises entre 170 et 180 mSv (valeurs données par leurs dosimètres de poitrine), et deux d'entre eux sont victimes de brûlures aux pieds, l'eau s'étant insinué dans leurs chaussures faute d'équipement adapté (pas de bottes montantes)33,34,35. Les doses reçues aux jambes sont ultérieurement évaluées entre 2 et 3 Sv36,37.

À la suite de cet accident, Tepco décide d'analyser l'eau de cette salle et des autres bâtiments inondés. Le 25 mars, ils publient pour l'eau présente dans le bâtiment des turbines du réacteur 3 une analyse à 3,9 millions de Bq/cc81. Le 27 mars, ils font de même pour le réacteur 2, mais se trompent dans leurs analyses et publient un chiffre de 2,9 milliards de Bq/cc d'iode 134, pour une activité en surface de 1 000 mSv/h (ce dernier chiffre étant correct)82. Se basant sur ces résultats, Tepco déclare que cela représente « 10 millions de fois la radioactivité de l'eau qui circule en temps normal dans un réacteur »83,84. Cette annonce fait immédiatement le tour du monde, et les journaux titrent « Hausse de la radioactivité et évacuation a Fukushima »85,86. Plus tard dans la journée, Tepco se rétracte et annonce que leurs mesures de concentration en iode 134 étaient 1000 fois trop élevées87. Le porte-parole du gouvernement parlera le lendemain de « faute impardonnable » à propos de cette erreur qui a paniqué l'opinion publique88.
Au-delà de son côté anecdotique et sur-médiatisé, cet épisode est surtout l'occasion pour Tepco de prendre conscience du degré de contamination de l'eau et du sol, ignoré jusque-là. Débute alors une importante campagne visant à prendre la mesure du problème89.

(...)

Etc.
Citation :
Publié par blackbird
Bien sûr mais au risque de se manger un procès en hypocrisie, je dirais que cela sera probablement le cadet de nos soucis. L'énergie est un besoin essentiel et si nous en manquons nous nous la procurerons sur les marchés. Et à titre personnel je n'y vois aucun mal.
Quand je lis ça, je pense que la France devrait refaire massivement de la R&D dans le nucléaire et placer un prototype à la frontière suisse (à Montancy par exemple).
Citation :
Publié par Ex-voto
Quand je lis ça, je pense que la France devrait refaire massivement de la R&D dans le nucléaire et placer un prototype à la frontière suisse (à Montancy par exemple).
mdr .. sans oublier de ne pas transformer le pays en poubelle nucléaire pour mille ans. et faire supporter risques et coût du démantèlement par les générations futures.

ewt pour les prtotypes à deux balles installés à deux pas de la frontière on a déjà donné avec Crey-Malville.
C'est marrant je me base exactement sur la même page wikipedia.
Citation :
D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les conséquences sanitaires anticipées des doses d'irradiations reçues par les populations sont minimes en 2013. Au-delà d'une dizaine de kilomètres de la centrale, le niveau de radiation moyen n'a pas dépassé 100 µGy h−1, débit de dose en dessous duquel aucune pathologie n'est plus observée en laboratoire même pour des expositions chroniques131.

Pour l'UNSCEAR, les doses reçues par la population auront finalement été trop faibles pour entraîner un risque significatif de cancer ou un impact sanitaire quelconque, y compris pour les populations non évacuées qui n'auront été exposées qu'à quelques milli-sieverts131. De son côté l'IRSN estime en 2014 que dans les territoires les plus contaminés des doses externes d'irradiation supérieures à 25 mSV ont pu être atteintes132. Par ailleurs, le stress provoqué par l'évacuation des populations aurait entraîné plus de 1 600 morts dans la préfecture, soit plus que le nombre de morts initialement provoquées, à l'intérieur de cette même préfecture, par le tremblement de terre et le tsunami consécutif133,134.
25mSV, oh mon dieu !!? c'est énorme ??

Non, pas du tout. C'est la dose que prend chaque année un personnel navigant commercial dans les avions. Du à la raréfaction de l'atmosphère, ils sont plus exposés aux émissions solaires qu'au sol.
Les pilotes de jet privé, qui volent encore plus haut, sont plus exposés. Et aucune de ces populations n'a d'augmentation de leur nombre de cancer.

Ou sinon, c'est l'équivalent de trois radios :
http://www.laradioactivite.com/site/...sesScanner.jpg
Si tu imagines un malchanceux qui serait exposé à un fukushima en 2011, à un fukushima bis en 2022 ailleurs dans le monde, et qu'il s'est cassé trois os sur la période, il aura reçu un peu plus de radiations à cause des radios qu'à cause des accidents nucléaires. Et il n'aura aucun risque médical mesurable.
Citation :
En octobre 2015, le gouvernement japonais reconnait un cas de cancer (une leucémie) d’un des ouvriers du chantier comme lié aux radiations. Trois dossiers sont alors encore en cours d'examen, alors que plusieurs autres dossiers ont été écartés.
Peut-être quatre cancers..
Contre des dizaines de milliers annuels liés au tabac, à l'alcool, et à la malbouffe... C'est un micro problème.
Citation :
Selon les premiers résultats publiés en décembre 2011 et ayant porté sur 1 727 habitants de Namie, d'Iitate et d'un district de Kawamata, potentiellement exposés au radiocésium dans les quatre mois ayant suivi l'accident, dans une zone de dix à cinquante kilomètres de la centrale155 ; 1 675 personnes (97 % des habitants) ont été exposés à une dose inférieure à cinq millisieverts ; Parmi eux, 1 084 (63 % des habitants) ont été exposés à moins d'un millisievert — la limite gouvernementale pour une année155. Neuf personnes, dont cinq travaillant à la centrale, ont été exposées à plus de dix millisieverts
L'équivalent d'une radio, donc.
Citation :
Sur les 300 000 personnes de la préfecture de Fukushima qui ont évacué la zone, jusqu'en août 2013, d'après les chiffres de la Croix-rouge134, approximativement 1 600 morts seraient liées aux conditions d'évacuation, comme l'hébergement en abris d'urgence ou en logement temporaire, l'épuisement dû aux déplacements, l'aggravation de maladies existantes consécutives à la fermeture d'hôpitaux, les suicides, etc., selon les chiffres de l'Agence de reconstruction complétés par une mise à jour effectuée par le journal Mainichi Shimbun. Un chiffre qui est comparable aux 1 599 décès directement causés par le séisme et le tsunami dans la préfecture de Fukushima, en 2011.
Sur la page du séisme :
Citation :
Ce séisme a engendré 18 079 morts et disparus6, des blessés et des destructions considérables. Ce bilan a plusieurs causes :
18000 morts à cause du séisme, 1600 morts à cause de l'évacuation (liée à la fois au séisme/tsunami et à la centrale, encore que l'évacuation concernant la centrale a été largement plus grande que nécessaire), et entre 1 et 4 cancers avérés.
Citation :
En 2015-2016, la controverse s'est principalement déroulée dans la revue Epidemiology.

Takamura et son équipe ont comparé des données plus comparables en recherchant avec les mêmes moyens techniques et le même protocole d'enquête qu'à Fukushima le nombre de cancers thyroïdiens chez 4365 enfants de 3 à 18 ans exposés et a priori non-exposées à l’iode émis par l’accident (car vivant dans 3 préfectures géographiquement bien séparées). Ils présentaient un nombre comparable de nodules, et des kystes et un cancer a été détecté ; soit une prévalence de 230 cancers par million de personnes (publication mars 2015). D'autres études japonaises récentes ont aussi rapporté des taux de cancer de la thyroïde de 300, 350 et même 1300 par million. Takamura en déduit que « la prévalence du cancer de la thyroïde détectée par des techniques d'échographie avancées dans d'autres régions du Japon ne diffère pas de manière significative de celle dans la préfecture de Fukushima ».
En gros on sait qu'il y a eu une petite émission radioactive, donc on la cherche. On la cherche tellement bien qu'on la trouve, à des niveaux très faibles.
On cherche aussi des cancers. On les cherche tellement bien qu'en fait on les trouve. Mais si on cherche aussi bien dans la population non exposée, on en trouve autant.

Super catastrophe nucléaire https://jolstatic.fr/forums/jol/images/icons/icon14.gif
Citation :
Publié par blackbird
mdr .. sans oublier de ne pas transformer le pays en poubelle nucléaire pour mille ans. et faire supporter risques et coût du démantèlement par les générations futures.

ewt pour les prtotypes à deux balles installés à deux pas de la frontière on a déjà donné avec Crey-Malville.
Tu connais le volume qu'occupe les déchets nucléaires annuels français ?
De mémoire, les seuls qui sont réellement dangereux, ils tiennent dans l'équivalent d'un T3. Tu fous un T3 par an en sous sol et c'est réglé.
Comparé au réchauffement climatique c'est peanuts.
Citation :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gestio...%A0_vie_longue
Puis la vitrification des déchets non réutilisables de haute activité (produits de fission, actinides mineurs) produit un volume de « colis de déchets hautement radioactifs » d'environ 125 m3 par an20,

Dernière modification par Eden Paradise ; 23/12/2019 à 15h30.
Citation :
Publié par Eden Paradise
C'est marrant je me base exactement sur la même page wikipedia.

25mSV, oh mon dieu !!? c'est énorme ??

Non, pas du tout. C'est la dose que prend chaque année un personnel navigant commercial dans les avions. Du à la raréfaction de l'atmosphère, ils sont plus exposés aux émissions solaires qu'au sol.
Les pilotes de jet privé, qui volent encore plus haut, sont plus exposés. Et aucune de ces populations n'a d'augmentation de leur nombre de cancer.
Personnel navigant qui a beaucoup plus de problèmes de santé et une espérance de vie moins longue que les gens au sol.


Sinon le gouvernement essaie de nouveau de faire cadeau à Total de son huile de palme. C'est désespérant, notre maison brûle - littéralement, des villes au Australie ont été rasées par les flammes -, mais nos dirigeants continuent de faire comme si de rien n'était.
Citation :
Publié par Zangdar MortPartout
Personnel navigant qui a beaucoup plus de problèmes de santé et une espérance de vie moins longue que les gens au sol.


Sinon le gouvernement essaie de nouveau de faire cadeau à Total de son huile de palme. C'est désespérant, notre maison brûle - littéralement, des villes au Australie ont été rasées par les flammes -, mais nos dirigeants continuent de faire comme si de rien n'était.
C'est la 2e ou la 3e tentative de ce genre ? J'ai perdu le compte.
Citation :
Publié par Zangdar MortPartout
Personnel navigant qui a beaucoup plus de problèmes de santé et une espérance de vie moins longue que les gens au sol.
C'est plus lié au fait qu'ils vivent dans un environnement sec, avec 20% de pression atmosphérique en moins, qu'ils mangent de la merde en cassolette, et qu'ils ont des rythmes de sommeil complètement défoncés (surtout en long courrier). Les études sur le sujet n'arrivent pas à conclure à un danger avéré et significatif.
Le risque de cancer le plus important est lié au soleil (cancer de la peau) et il est recommandé de se tartiner de crème solaire.

Et concernant l'espérance de vie :
http://www.unac.asso.fr/etude-de-la-...des-navigants/
Citation :
- les hommes ont une mortalité à tout âge moindre que celle des cadres au niveau national, calculée par l’AGIRC, et l’évolution constatée entre les 2 sous-périodes est similaire entre ces deux populations ;
- il en est de même pour les femmes (très majoritairement des PNC dans l’étude), au moins jusqu’à 85 ans (le métier d’hôtesse s’étant développé à partir du milieu des années 50, il n’existe pas un effectif de plus de 85 ans suffisant pour étendre valablement l’étude au-delà) ;

- aucune différence significative n’a été notée selon la durée de la carrière de navigant ;

- l’espérance de vie des PN est donc très supérieure à celle des cadres et encore plus à celle de l’ensemble de la population française ;

- ce constat est plus sensible pour les hommes (3,6 ans) que pour les femmes (1,2 an) ; les PN hommes ont même une espérance de vie très proche de celle résultant de la table officielle utilisée par les assureurs pour le provisionnement des rentes, table pourtant prudente.
Donc pas de soucis avec 25 mSV/an Tu peux devenir voyageur avec carte de fidélité platinum sans soucis pour ta santé Je te le souhaite.
Tu peux subir trois radios par an sans soucis non plus Je ne te souhaite pas les fractures par contre.
Tu peux même vivre un accident nucléaire et ses 25 mSV, je ne te le souhaite pas non plus.
où ai-je dit que le séisme n'était pas une catastrophe ? Que le dérèglement climatique n'était pas l'un des enjeux majeurs qui se pose à nous ? La seule chose que je dis est que Fukushima est une catastrophe nucléaire dont les conséquences sont pour certaines d'entre elles toujours belles et bien là. Pas plus tard qu'il y a trois jours : https://www.liberation.fr/planete/20...-foret_1770104 (les forêts ne sont pas décontaminées).
Citation :
Publié par Yasujiro Ozu
où ai-je dit que le séisme n'était pas une catastrophe ? Que le dérèglement climatique n'était pas l'un des enjeux majeurs qui se pose à nous ? La seule chose que je dis est que Fukushima est une catastrophe nucléaire dont les conséquences sont pour certaines d'entre elles toujours belles et bien là. Pas plus tard qu'il y a trois jours : https://www.liberation.fr/planete/20...-foret_1770104 (les forêts ne sont pas décontaminées).
Oui c'est terrible, la forêt est radioactive, il va me pousser un troisième bras si j'y entre..

Ce qui est important c'est de quantifier un risque. De la radioactivité, si tu cherches assez bien, tu vas la trouver partout, partout !
"Existe-t-il un risque pour les populations dans les zones rouvertes ? Au début, dans les zones évacuées, les habitants auraient pu cumuler un «débit dose significatif» de 20 millisievert (mSv) par an. Les autorités ont décidé de rouvrir des zones où le débit dose reçu n’excède pas 1 mSv par an par rapport à l’exposition naturelle (de 1 mSv par an à Fukushima). A titre d’exemple, il s’établit à 2 mSv par en France en moyenne."

20 mSV/an, c'est significatif, mais ça n'est jamais que l'équivalent de 3 radios. Et c'est pas ça qui va te tuer, cf les PN qui subissent ce genre de radiations chaque année et ont quand même une espérance de vie supérieure à la moyenne des cadres.

En gros il vaut mieux être ingénieur nucléaire et travailler en centrale, que ouvrier n'importe où.

Par contre, en termes de danger radiologique, et je suis tout à fait sérieux, il vaut mieux éviter de faire une chambre dans un sous sol de maison, en région granitique, qui sont courants en bretagne et dans le massif central (de mémoire).
Mieux vaut habiter dans la zone de fukushima où tu prendras 20 mSV que dans une telle chambre, et pas que pour la vue.
Citation :
Publié par Eden Paradise
Oui c'est terrible, la forêt est radioactive, il va me pousser un troisième bras si j'y entre.
je vois que tu as bien compris ce que je voulais exprimer. Très peu pour moi ce genre d'ironie à deux balles. Et que tu le veuilles ou non, Fukushima est une catastrophe nucléaire majeure, c'est, plus précisément, la seconde catastrophe nucléaire après Tchernobyl.
Citation :
Publié par Yasujiro Ozu
je vois que tu as bien compris ce que je voulais exprimer. Très peu pour moi ce genre d'ironie à deux balles. Et que tu le veuilles ou non, Fukushima est une catastrophe nucléaire majeure, c'est, plus précisément, la seconde catastrophe nucléaire après Tchernobyl.
En réalité, que ce soit la seconde catastrophe nucléaire de l'histoire, après tchernobyl, je vois ça comme un excellent argument en faveur du nucléaire.
Tchernobyl c'est une technologie de réacteurs qui n'est plus utilisée car justement trop dangereuse. Avec du graphite au lieu de l'eau.

Donc si la pire catastrophe qui soit arrivée avec les réacteurs actuels a fait 4 cancers... c'est un excellent argument en faveur du nucléaire.
4 morts c'est ce qu'on prend toutes les 6 minutes à cause du charbon.
https://www.lemonde.fr/pollution/art...2_1652666.html (366 000 dans le monde par an, soit 1000 par jour ou 40 de l'heure).
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés