L'Agora

[Ecologie] Energies renouvelables, fossiles et nucléaires

Répondre
Partager Rechercher
Conclusion N. Hulot avait raison: On ne peut pas diminuer les gaz à effet de serre et diminuer le nucléaire en même temps. Il faut faire un choix et le choix est fait.

En attendant que les centrales au Thorium soit prêtes un jour...
Citation :
Publié par Gratiano
Conclusion N. Hulot avait raison: On ne peut pas diminuer les gaz à effet de serre et diminuer le nucléaire en même temps. Il faut faire un choix et le choix est fait.
Ah si. On peut. Ca tient en un mot : décroissance.
Citation :
Publié par Idarn
Ah si. On peut. Ca tient en un mot : décroissance.
Ce qui est juste un concept cher aux verts et altermondialistes mais qui a tout les niveaux est impossible à faire en l'état actuel...

J'aime la philosophie mais pas à ce point.
Je suis un anti-nucléaire primaire.

Pour moi du moment qu'on ne construit pas de nouvelles centrales et qu'on se contente de fermer les unes après les autres celles qui sont en fin de vie, cela me convient. Cela laisse largement le temps de faire les évolutions nécessaires. C'est d'ailleurs la politique menée dans mon pays et j'en suis très satisfait, bien que je pense qu'on prolonge trop la vie des centrales.
Citation :
Publié par blackbird
Je suis un anti-nucléaire primaire.

Pour moi du moment qu'on ne construit pas de nouvelles centrales et qu'on se content de fermer les unes après les autres celles qui sont en fin de vie, cela me convient.

Cela laisse largement le temps de faire les évolutions nécessaires.
Ça non plus, c'est pas possible. La question est simple: Où vas-tu chercher la production d'énergie nécessaire à faire fonctionner tout ce qui consomme actuellement ? Sans remplacement, c'est impossible aussi. C'est pour cela que la fermeture de Fessenheim est conditionnée au lancement de l'EPR de Flamanville.

Un autre petit rappel :
Le parc totale éolien en 2016 c'est environ 11 000 MW pour l'année.
La centrale de Fessenheim seul c'est 8000 GW pour l'année...

Cherchez l'erreur...
J'ai pas dit que c'était facile à faire, ni que ça n'aurait aucune conséquence si on la faisait. Il faut de la volonté du pouvoir politique, une évolution des habitudes (arrêter de réclamer du pouvoir d'achat), obliger l'industrie à faire du matos plus solide pour éviter d'avoir à les renouveler aussi souvent que maintenant.

C'est juste des petits trucs qui peuvent changer pas mal de choses mais en effet bin, rien que tout ça y'en a pour 20 ans, mini, n'empêche que si on s'y met jamais, bin on va jamais améliorer la situation et l'objectif 2°C déjà foutu se trouvera sous 2°C supplémentaire et vlà la cata.

Après, il y a aussi la problématique économique, j'apprends rien à personne en disant que nos économies sont dopées à la croissance et que s'en passer c'est renverser tout le modèle.

Mais. Décroissance industrielle ne rime pas forcément avec décroissance économique. Et c'est déjà un peu le cas, les flux financiers sont décorrélés de l'économie "réelle", aka industrielle. On peut tout à fait imaginer une façon de calculer de la croissance non basée sur ces flux là, mais comptabilisant autre chose que la production industrielle/de service.
@Idarn: Sur du très long terme et en admettant que ce soit un mouvement mondial, oui tu as clairement raison mais cela ne pourra se faire comme tu dis qu'avec de la volonté politique mais aussi avec de la volonté industrielle. Et admettant que tout le monde joue le jeu, c'est un projet très ambitieux à très long terme.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Gratiano
Ça non plus, c'est pas possible. La question est simple: Où vas-tu chercher la production d'énergie nécessaire à faire fonctionner tout ce qui consomme actuellement ? Sans remplacement, c'est impossible aussi.
.
Si si c'est possible en important tout simplement. La suisse reste un client honorable de RTE.
Il y a aussi la piste des économies d'énergie qui n'a pas été explorée à fond.

La Suisse a trois atouts pour relever ce défi : d'abord il y a la volonté politique d'y parvenir, ensuite elle y consacrera les moyens financiers nécessaires et ensuite elle possède deux des meilleures écoles d'ingénieurs au monde.

La volonté et les moyens, techniques et financiers, sont donc présents. De plus elle se laisse le temps d'y parvenir. Enfin les citoyens accepteront des hausses de tarif si elles s'avèrent nécessaires.
.

Dernière modification par blackbird ; 19/04/2018 à 14h59.
Citation :
Publié par Calhynn
Si si c'est possible en important tout simplement. La suisse reste un client honorable de RTE.
Déjà qu'actuellement, on est limite et que le but du nucléaire était l'indépendance énergétique, cela va à l'encontre de décennies de politique sur l'énergie en dépendant des autres pays interconnectés.

C'est pas forcément l'idée de l'année...
Citation :
Publié par blackbird
La Suisse a trois atouts pour relever ce défi :
.
Vous avez surtout deux atouts
1) 60% du réseau est fait d'hydro, impossible pour un pays lambda.
2) c'est une décision politique et non technique, et comme toute décision politique l'hypocrisie est admise. Ce qui manque vous l'importerez des centrales nucléaires/gaz/charbon de vos voisins en vous déclarant écolo.
Citation :
Publié par blackbird
Ouais .. et bien dans mon pays cela sera non seulement possible, mais il n'y aura pas d'alternative. Et je ne doute pas que nous y arriverons.
La suisse ne réussit ce tour de passe passe magie que parce qu'elle est intégré au réseau européen. Lorsque vous avez besoin d'énergie durant les coups durs vous importez sans bronchez des centrales nucléaires française car vos barrages peuvent pas tenir la cadence. Parfois vous importez même trop et vous stockez cette énergie pour la revendre à d'autres pays plus cher en fonction de la demande. Ce qu'on appelle communément du recel d'électricité, puisque vous vendez de l'énergie nucléaire stocké sous forme hydraulique à des pays qui refusent d'acheter de l'énergie nucléaire directement.

Vraiment, la politique énergétique de votre pays est merveilleuse et extrêmement bien géré d'un PdV ingénerie et financer, mais ne fais surtout pas l'erreur de croire que c'est possible dans "ton" pays, c'est uniquement possible grâce à l'Europe et au petit trafic que vous faites. On vous couperait du réseau que vous pourriez pas allumer Geneve.
@Zackoo: De mémoire, des politiques allemands reprochent la même hypocrisie aux Verts Allemands concernant le sortie du nucléaire de leur pays. En gros, c'est une vision court terme qui les rend dépendants en cas de grosse demande et qui plus les a forcé à relancer les centrales à charbon qui comme tout le monde le sait est bon pour la planète et surtout pour les humains qui vivent dessus.
Je ne suis pas du tout d'accord. Le fait que la France possède plus de cinquante centrales nucléaires et qu'elle ait développé une industrie dédiée à ce secteur ne l'autorise en aucune façon à donner des leçons.

Et pour ce qui est des achats et des ventes d'énergie, la Suisse n'a aucun problème avec ça. Elle exporte tout comme elle importe. Maintenant si il y a des pays qui veulent se retirer du marché, ce sont leurs affaires.

La Suisse a fait des choix différents et les assumera. Vous n'avez pas idée de quoi les Suisses allemands sont capables.

@ Xxoi!

Je mets ma main au feu que dans quinze ou vingt ans, l'industrie suisse aura développé des techniques innovantes. Et je parie qu'à ce moment on nous dira que c'est uniquement parce que nous nous y sommes pris avant les autres (et que c'est vraiment injuste).

Autre chose : on ne chauffe pas les maisons à l'électricité, en tout cas la très grande partie.

Quant à être dépendants des autres, pas de problème : nous n'avons pas la volonté de vivre en autarcie. Mais de ce côté et dans d'autres domaines, la France ne fait pas mieux que les autres.

Dernière modification par blackbird ; 19/04/2018 à 15h26.
Citation :
Publié par blackbird
Ouais .. et bien dans mon pays cela sera non seulement possible, mais il n'y aura pas d'alternative. Et je ne doute pas que nous y arriverons.
Ton pays c'est 8,5 millions d'habitants. Une dépendance énergétique importante envers la France en hiver er un excedant énorme en printemps été vers l'Italie. Et ca c'est avec les 34% encore en nucléaire ainsi que bruler les déchets et le charbon (donc 2 gros polluants).
Synergyscope Suisse.

Je veux bien qu'on ai "peur" du nucléaire (syndrome Fukushima), mais les données sont là et les faits têtus. Sans la France en hiver et sans ses réacteurs encore en marche, j'espère que tu aimes vivre à 7-8°c dans ta maison et les bureaux de vos banques.

La réalité c'est que ton tout petit pays sur l'échiquier mondiale de l'énergie ne peut vivre qu'au crochet des autres.

Un peu comme quand on se targue en Europe de moins polluer que la Chine. C'est vrai, mais nous ne produisons presque plus rien dans le secondaires, ils sont notre zone usine géante.
@Xxoi!: C'est pire que cela car le nucléaire français sert aussi à ses autres voisins. Et quelque part c'est une hypocrisie. Les Allemandes achètent de l'électricité à la France et elle est nucléaire mais bon c'est pas chez eux. Le fait est que sans ce nucléaire français, une grand partie de l'europe de l'ouest aurait des problème d'énergie.

@blackbird: Ah bon ? Ce nucléaire que personne ne veut chez soit chauffe et alimente en électricité une grande partie de l'Europe dans les périodes de demande. Ce nucléaire actuellement est la meilleur réponse que l'on puisse apporter au dérèglement climatique car sans CO2. Ce que produit une centrale nucléaire est sans commune mesure avec ce que produisent les énergies alternatives.
Alors oui il y a le problème des déchets, c'est vrai et pour l'instant, on a pas de solutions à part le stockage...
Citation :
Publié par blackbird
Je ne suis pas du tout d'accord. Le fait que la France possède plus de cinquante centrales nucléaires et qu'elle ait développé une industrie dédiée à ce secteur ne l'autorise en aucune façon à donner des leçons.

Et pour ce qui est des achats et des ventes d'énergie, la Suisse n'a aucun problème avec ça. Elle exporte tout comme elle importe. Maintenant si il y a des pays qui veulent se retirer du marché, ce sont leurs affaires.

La Suisse a fait des choix différents et les assumera. Vous n'avez pas idée de quoi les Suisses allemands sont capables.

@ Xxoi!

Je mets ma main au feu que dans quinze ou vingt ans, l'industrie suisse aura développé des techniques innovantes. Et je parie qu'à ce moment on nous dira que c'est uniquement parce que nous nous y sommes pris avant les autres (et que c'est vraiment injuste).

Autre chose : on ne chauffe pas les maisons à l'électricité, en tout cas la très grande partie.
Non mais je te blame pas ni rien hein ... Comme tu dis, c'est dans les traité et c'est des échanges commerciaux tout a fait autorisé. Encore heureux d'ailleurs.

Juste, factuellement, ce que tu dis n'est pas tout à fait vrai. C'est pas faux non plus, la suisse produit bien plus qu'elle consomme, mais son rythme en revanche est incapable de tenir sa propre demande intérieur.

Imagine un pays qui pourrait produire tous les 6 mois, assez de nourriture pour son propre pays voir plus, mais cette nourriture pourri au bout de 3 mois. Pourrais tu dire que ce pays est "indépendant" sur sa production de nourriture ?
Ce que je dis est simple : la Suisse possède les moyens techniques et financiers pour mener des recherches dans ce domaine. En plus elle a la volonté politique de le faire. Donc il suffit d'attendre pour voir ce qu'il en résultera.

@ Gratiano

Je pense que c'est dans la gestion et dans les économies d'énergie qu'il y a beaucoup de progrès à faire. Et les Suisses sont des gens très organisés. Il n'y a pas besoin de se lancer un programme de recherche sur la fusion nucléaire pour progresser.

Et si nous ne sommes pas les seuls à le faire, nous en serons très contents.
.

Dernière modification par blackbird ; 19/04/2018 à 15h40.
Citation :
Publié par blackbird
Ce que je dis est simple : la Suisse possède les moyens techniques et financiers pour mener des recherches dans ce domaine. En plus elle a la volonté politique de le faire. Donc il suffit d'attendre pour voir ce qu'il en résultera.
Moyens techniques, c'est bien possible mais j'aurais tendance à dire qu'ils ne sont pas les seuls.
Moyens financiers, j'ai des doutes quand je vois le fric que coûtent certains programmes de recherche à EDF (notamment dans la fusion nucléaire), je me demande si en fait, il y a quelqu'un qui a les moyens de ses ambitions...
Citation :
Publié par blackbird
Ce que je dis est simple : la Suisse possède les moyens techniques et financiers pour mener des recherches dans ce domaine. En plus elle a la volonté politique de le faire. Donc il suffit d'attendre pour voir ce qu'il en résultera.

@ Gratiano

Je pense que c'est dans la gestion et dans les économies d'énergie qu'il y a beaucoup de progrès à faire. Et les Suisses sont des gens très organisés. Il n'y a pas besoin de se lancer un programme de recherche sur la fusion nucléaire pour progresser.

Et si nous ne sommes pas les seuls à le faire, nous en serons très contents.
.
Ton propos ne change rien a la réalité de la chose : tu mises sur 15-20 ans pour avoir une source d'énergie non nucléaire suffisante à la demande de ton pays hiver comme été.

D'une part ça reste du conditionnel.
D'autre part, c'est nous qui vous dépannons en attendant avec notre nucléaire. En gros vous ne pouvez jouer ce jeu là que grâce au réseau européen et au nucleaire français.

Enfin bon à ce compte là dans 20 ans nous aurons la meilleure énergie possible : la fusion. Propre, sans risques et déchets, plus performante que la fission.

Mais ca reste de l'hypothèse, pas du planifié sûr.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés