GW - Le théâtre de Dame Althéa

Le combat Norn

Répondre
Partager Rechercher
La pluie n'avait pas cessé de la nuit et semblait ne pas vouloir stopper à l'approche de l'aube, réduisant à néant les espoirs de Svenn Asgeir de pouvoir incendier le camp retranché de ces maudits humains.

Il avait pris la tête d'une petite troupe de farouches guerriers Norn et ensemble, ils se livraient à ce que leur peuple nomme "La Chasse": Charr, Humains, Centaures... tout ce qui pouvait combattre représentait la possibilité pour Svenn et ses hommes de se distinguer pas de hauts-faits d'armes.
C'est ainsi qu'ils attaquèrent puis traquèrent un détachement de l'Avant Garde d'Ebon jusqu'à leur camp où les survivants s'étaient organisé pour tenir un long siège.

Mais Svenn ne disposait pas d'un tel luxe. Ces éclaireurs l'avaient informé qu'une puissante force armée Charr rodait dans les environs et les Norn n'étaient pas en nombre suffisant pour les affronter. Svenn devait donc trouver une solution rapidement, lever le siège et partir sans gloire étant totalement exclu.

L'esprit de l'Ourse lui inspira soudain une idée: Svenn savait peu de chose des humains mais il connaissait leur altruisme et leur abnégation, sans les comprendre toutefois. Il alla donc se placer face aux remparts et proposa au chef du camp de l'affronter en duel, pour éviter ainsi la perte de trop nombreux guerriers à chacun des partis.

Ardal, lieutenant de l'Avant Garde, accepta afin de préserver ses hommes d'un massacre.
Les deux hommes se rencontrèrent donc aux portes du camp et Svenn lui annonça: - prie l'un de tes faibles Dieux, petit être. Car tu sera devant Eux dès ce soir.
Ardal, confiant dans ses talents d'assassin, répliqua - c'est à Lyssa que s'adressent mes prières et Elle nous enseigne qu'en ce monde comme dans l'autre, tout n'est qu'illusion. Aussi, si je devais mourir, cela ne changerait rien à cette supercherie qu'est la vie car le Néant est tout.
- Etrange sont vos Dieux en vérité. Le jour de ma mort, si je me suis montré un guerrier courageux, l'Esprit de l'Ourse m'acceuillera dans la Valhöll, le paradis Norn qui n'est que festins et batailles éternels. Mais ce jour n'est pas venu pour moi. En garde, petit être !

La lutte qu'ils se livrèrent fut acharnée, l'un luttant pour la gloire, l'autre pour la survie de ses hommes. Mais Svenn maniait un lourd marteau et Ardal contrait ses coups avec ses dagues. Sous le choc des frappes massives du Norn, l'assassin chancelait à chaque fois, ne pouvant contre-attaquer et se contentant de se défendre.
Ardal sentit ses forces faiblir aussi changea t-il de stratégie. La prochaine attaque serait la dernière.
Svenn, comme à son habitude, riait en luttant et frappa en brute droit sur son adversaire...qui ne para pas le coup. Ardal reçut le coup de plein fouet et s'écroula bientôt, mortellement blessé.

Svenn Asgeir restait incrédule en observant son ennemi tomber puis il remarqua les deux fines dagues plantées dans sa poitrine, en plein coeur. Le souffle vint rapidement à lui manquer et lui aussi chuta au sol en se disant: - la foi des humains leur donne une grande force. Pourtant, si il avait parer mon coup il serait encore vivant... mais moi aussi conclu t-il d'un ton purement tactique.

Svenn ne distinguait déjà plus le monde qui l'entourait. Il ne voyait plus que des formes imprécises se masser autour de lui. Au prix d'un effort surhumain, il parvint à identifier ceux qui entouraient en un cercle parfait les deux mourant: il vit des ours, en quantité, se pencher sur lui et il eut un sourire de joie et de fierté. L'esprit de l'Ourse l'avait jugé digne de combattre dans la Valhöll et venait le chercher.

Svenn Asgeir, dans un dernier souffle, retira alors sa ceinture et attacha son bras à celui de Ardal, déjà mort, en lui disant: voilà petit frère, comme ça ils devront te prendre avec moi. Tu verras que l'on s'amuse mieux dans mon paradis que dans ton Néant.
Sympathique.

C'est bien écrit, en bon français, l'histoire est assez originale et bien tournée. La taille est bien adaptée également.

Le seul petit reproche que je pourrais faire concerne la vraisemblance, je doute que des dagues puissent parer le moindre coup de marteau.

En tout cas, continue comme ça.
Citation :
Publié par Rackam
je doute que des dagues puissent parer le moindre coup de marteau.
Une dague peut mesurer jusqu'à 50cm sans être considérées comme ''épée''. On peut imaginer que c'est avec les dagues de Shiro qu'il a paré le coup de marteau

Sinon toujours autant fan des textes de Book.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés