La Croisée des Mondes

MMO Drogue Thérapie et Loisir

Répondre
Partager Rechercher
Je rejoins Seikan / Hunter Apo : on est la génération MMO addict, parce qu'on ne voyait pas les effets néfastes potentiels. Si nous faisons en sorte que nos enfants en soient avertis, je suis certain qu'il ne reproduiront pas les mêmes travers.

En tout cas Eleonie, j'ai beaucoup aimé ton post, ayant vécu à peu près la même chose. Je suis pas un no life, ma vie n'a pas sombré (de peu), mais je ne pensais qu'à mon prochain temps de jeu quand je ne jouais pas. Mais je reste convaincu qu'on peut jouer avec plaisir et modération.

Tout revient à la philosophie zen au final : il faut suivre la voie du juste milieu ne pas se priver mais se modérer.
Je pense que croire qu'un enfant ou même un jeune ado, même si tu lui expliques bien les travers de son loisir, les risques de telle attitude, pourra faire la part des choses est utopiste.

Jamais il n'aura le recul nécessaire sur son rapport action/conséquence. Pour moi le phénomène étudiant est caractéristique.

Un étudiant est censé avoir un minimum d'intelligence pour justement pouvoir faire la part des choses (je grossis car vu la population étudiante à l'heure actuelle mais c'est un autre débat). Or on le sait, on le voit, certes on ne les prend pas pour exemple, mais beaucoup d'étudiants sont de gros addicts à leur MMO, laissant tomber tout ce qui fait la sociabilité étudiante, leurs cours. La liberté est tellement grande à cette période là que selon moi l'addiction en est multipliée.

Quand on doit rendre des comptes une fois par an sur son travail, avec la possibilité de recommencer, et cela sans aucun contrôle ni quasi aucune pression, si ce n'est lointaine, on peut se laisser aller à ces dérives.

Explique à ton fils de 16 ans le contrôle que tu exerces sur son temps de jeu en MMO, si il n'arrive pas à le contrôler seul au moment ou il se barre de chez toi, tu peux être sur que ça va être l'explosion dès qu'il sera sorti.

C'est comme tout, ça dépend souvent des personnes.

Je vais maintenant faire part de mon expérience personnelle.

J'ai commencé à jouer à T4C au milieu de mes études quand j'ai perdu le sommeil, dormant en gros entre 10 et 14h par semaine. Ensuite est venu DAOC à la fin de celles-ci. De la Beta à la sortie de Wow, toujours avec mes insomnies, je pouvais me permettre de les finir, et de me laisser aller à ma nouvelle passion. Après plus de 600 jours de played en 3 ans (en gros), je me suis mis sur Wow. avec le même rythme de 10 à 15h de jeu par jour.

Pendant cette période DAOC, j'ai eu la chance de rencontrer ma femme, nous nous sommes installés il y'a 2 ans, à la sortie de Wow. Je pensais que les choses allaient changer, baisser, mais je n'ai pas réussi. Je ne dormais toujours pas, je trouvais des boulots de temps en temps et je jouais, jusqu'à épuisement.

Nous avons eu l'opportunité avec ma femme d'avoir des propositions pour partir travailler à Mayotte, chacun dans nos secteurs. Mayotte est une île perdue ou internet ne tourne qu'au débit max de 50K en heure creuse. Je sais que le pays autant que l'opportunité ont été des facteurs déterminants de mon arrêt, mais pas autant que la possibilité de sevrage que cela allait me permettre. Le pas a été franchie et la vie est belle.

Je ne me sens pas spécialement plus stupide ou avec moins de recul que la plupart des gens, je pense que comme toute addiction, pour être stoppée puis contrôlée, celle-ci a besoin d'aide et de facteurs déclencheurs, ET effectivement une réelle prise de conscience qu'il est quasi impossible à un mineur d'entreprendre.

Bref tout ça pour dire que ça ne fait que peu de temps et que l'effet est immédiat, avec la vue maintenant, de pouvoir reprendre une passion d'ici quelques temps en ayant la maitrise complète du processus addictif.
Citation :
Publié par Eleonie
Je ne regrette rien du vécu sur JOL : pour mon travail donné, j'ai eu ma récompense en reconnaissance.

IG, ce n'est pas le cas : tout est trés long, je passais un temps fou à préparer mon perso (craft, équipement, XP) et j'avais l'impression de ne jamais jouer pour m'amuser.

Quand tu passes 15h par jour à penser à ton perso et que tu n'en joues que 2h, c'est pas de la no-life attitude, c'est de la schizophrénie pathologique selon moi.
Déjà une chose Eloenie, je suis content que tu arrêtes car ça te permettra d'avoir du temps libre avec t'es deux enfants Il est vrai qu'un jeu online prend énormément de temps et quand tu as des responsabilités comme des enfants, tu n'as pas énormément de temps pour toi, même a vrai dire presque pas donc t'on personnage n'avance pas

En tout cas je te souhaite de vire de bons moments avec ta petite famille en espérant que tu sois heureuse toute ta vie Kissou
Pour moi, c'est indiscutablement un drogue:

Mon frère s'est mit a WoW, passe tout son temps dessus, possède 2 lvl 60, bientôt 3, laisse tombé ses activités physiques et ses sorties pour son jeu et ses "mis imaginaires" su Teamspeack...

a mon sens, il faudrait mettre en place en France un système répressif comme ils désiraient le faire en Chine (meme si mes propos peuvent paretres extrémistes, vous comprendrez quand un des membres de votre famille perdra sa vie sociale a devant vous...)
Citation :
Publié par Toliman
ses "mis imaginaires" su Teamspeack...
Il ne sont pas imaginaires, ses mis. Ils sont juste de l'autre coté d'un autre ordinateur. Mais même loin, ils existent. Faut pas tout mélanger, non plus.

Sinon, je pense que tu n'es pas objectif et que tu postes sous l'effet de l'emportement mais je peux me tromper.
Citation :
Publié par Glin
Je pense que croire qu'un enfant ou même un jeune ado, même si tu lui expliques bien les travers de son loisir, les risques de telle attitude, pourra faire la part des choses est utopiste.

Jamais il n'aura le recul nécessaire sur son rapport action/conséquence. Pour moi le phénomène étudiant est caractéristique.

Un étudiant est censé avoir un minimum d'intelligence pour justement pouvoir faire la part des choses (je grossis car vu la population étudiante à l'heure actuelle mais c'est un autre débat). Or on le sait, on le voit, certes on ne les prend pas pour exemple, mais beaucoup d'étudiants sont de gros addicts à leur MMO, laissant tomber tout ce qui fait la sociabilité étudiante, leurs cours. La liberté est tellement grande à cette période là que selon moi l'addiction en est multipliée.

Quand on doit rendre des comptes une fois par an sur son travail, avec la possibilité de recommencer, et cela sans aucun contrôle ni quasi aucune pression, si ce n'est lointaine, on peut se laisser aller à ces dérives.
Je vais paraître pointilleux mais un étudiant est sensé ... étudier. Cela veut dire ? Eh bien qu'il est sensé apprendre un savoir voire un savoir-faire et celui-ci est enseigné de telle façon dans nos universités que l'on encourage bien davantage les têtes bien pleines que les têtes bien faites, pour paraphraser Rabelais.
Cela veut dire qu'être étudiant, et c'est malheureux je te l'accorde, je le déplore moi-même, ce n'est pas forcément avoir un sens critique aigü (j'en ai rencontré une en licence qui ne savait même pas résumer un article ... alors le commenter, prendre du recul ...). Voilà pour ta référence aux étudiants. Et tu l'as dis toi-même le niveau peut être très ... divers.
POur ce qui est de la vie sociale. Ben figure-toi que certains, pas tous certes n'ont pas attendu les MMO pour ne pas avoir une vie sociale étudiante trépidante. J'en suis un exemple, vu que bon je n'ai pas eu d'ordi perso avant l'âge de 30 ans, donc tu imagines bien que les MMO quand j'étais étudiant ... Je n'avais même pas la télévision. Par contre j'étais un étudiant assez studieux mais qui avait aussi du temps devant selon le système que tu as toi-même si bien décrit et que je réprouvais à l'époque (oui je suis un peu spécial, j'aime travailler et j'adore apprendre... c'est presque ... une drogue)
Jouer au mmo,

ça m'a permit d'arrêter la cocaïne, l'alcool, mauvaises fréquentations... Mais en fait ça n'était que remplacer un mal par un autre, j'ai quasi plus de vie sociale, je sors plus et si je ne dépense plus d'argent, je suis devenu incapable d'en gagner, ne lâchant plus mon pc...
Je suis conscient du fait que le pouvoir des MMO n'est pas le même pour tout le monde. Celà dit, le fait de beaucoup jouer sur TS, m'a fait découvrir que je n'étais pas un cas isolé et que des personnes ayant une vie "normal" pouvaient très vite devenir prisonnière du virtuel.
Bonsoir,


a voilà le coin des schizo ... lol


et bien en faite, j'ai été addict,et maintenant j'ai décidé d'arrêter.

Pourquoi, vous le savez, nous en devenons folles et fous (c'est un peu simpliste comme raisonnement mais bien réel).

Je pense qu'il ya deux types d'addict , celles ou ceux qui s'attachent à cette pseudo vie intérieure et celles ou ceux qui s'attachent à leurs personnages, j'étais de la seconde.

Le seul moyen que j'ai trouvé pour tout stopper, c'est de delete mes personnages.

J'ai donc effacé une vie virtuelle avec tout ce qui va avec (mobilier,immobilier,housing etc..etc).

Je me sens mieux

Je ne recommencerais pas promis

Bisous et bonne chance à ceux qui restent.
pour a part les mmo sont aussi bien un loisir qu'une drogue.

Loisir dans le sens où quand je me connecte c'est par amusement et j'évite de me prendre la tête ou que l'on vienne me la prendre sinon c'est déco, je ne me connecte pas pour me faire insulter, entendre des gens gueuler sur ts ou se prendre ouvertement la tête sur un cc groupe/guilde ou autre.

Aprés drogue tout simplement car passé un temps, j'étais réellment enfermé dans ma bulle et ne constatais pas ce qui se passait autour de moi et en triste résultat de cette année là, une rupture avec ma copine aprés 2an et demi de vie commune.
Cela a eu certe un impact négatif, encor plus de temps devant le pc, les mmo me servaient d'exutoirs, mais aprés mure réflexion, j'ai constaté qu'il n'en était rien et se cacher de la réalité n'était pas la bonne solution.

Du coup j'ai repris ma vie en main, et je continue à jouer mais en faisant bien la part des choses et les mmo ne restant qu'un loisir parmis tant d'autre.

Pour ce qui concerne la thérapie, je ne pense pas qu'il y en ai, croyance personnelle, c'est comme la clope, il y a une dépendance qui s'accroit mais l'aspect psychologique et le fait le plus important, tout réside dans notre tête et il ne tient qu'à nous de faire la part des choses pour ne pas devenir un accroc.

Aprés il est sur qu'un irl n'allant pas fort, soucis totu ca n'aide pas forcement à décroché comme c'était mon cas, mais bon comme on dit quand on veut on peut.

Enfin si je devais pointer une chose qui me depasse completement dans les mmo, ca serai la notion de respect et cela pour tous les catégories d'âge, je n'arrive pas à comprendre (je doit etre sans doute naïf) comment des personnes peuvent atteindre des niveaux d'animosité les uns envers les autres alors que nous ne sommes que dans un jeu. Certains mots, ou paroles me font carrément halluciner, les personnes ont l'air de s'arreter au tas de pixel qu'ils ont sous les yeux sans avoir le brin d'intélligence ou plutot de bon sens, pour se dire que derriere tout cela il y un être humain comme nous, comme vous, comme moi avec ses croyances, ses habitudes sa vie.......etc etc, et montrer un tel irrespect me semble completement pathétique.

Heuresement tout le monde n'est pas comme ca sinon j'aurai déjà fait mes adieux à daoc depuis des lustres.
On remplace toujours une drogue par une autre.
Un mmog est pire quelque part, à cause de la facilité de son accessibilité ainsi que de l'inconscience de son l'utilisation pendant des heures et des heures non-stop.
Rouler des joints ou se piquer de bon matin, ou tout simplement être incarcéré (exemples au hasard btw), c'est encore avoir les pieds sur terre, pas comme lorsque on est 15h par jour derrière son perso.
Quand on enchaîne non-stop une voir deux (ce qui est vraiment extrême) nuits blanches juste pour finir son uber lv, là il y a un réel danger.
Après joue avec les mots qui veut, mais 10h par jour c'est très loin d'être hardcore.
Citation :
Publié par phada
Rouler des joints ou se piquer de bon matin, ou tout simplement être incarcéré (exemples au hasard btw), c'est encore avoir les pieds sur terre, pas comme lorsque on est 15h par jour derrière son perso.
Pas vraiment, non ...
Je peux en tous cas signaler que deux des trois exemples cités amènent aussi à un décollage massif de la réalité vers autre chose, notamment le cas de l'incarcération.
J'aurais tendance à penser la même chose d'un amateur de football lors de la coupe du monde ... Un décrochage massif face à la réalité.

Si après essai, 5 jours de jeux donnent des résultats étranges et m'ont convaincus des avantages d'une bonne promenade à l'air libre pour cesser de penser que je pouvais sauter par dessus les gens que je croise, je continue à être mitigé sur certains aspects IRL en rapport avec le InGame.

Par exemple, l'obligation de se retrouver dans une salle de bistrot bondée, à payer un prix excessif pour des consommations alors qu'une sono tente de me rendre sourd, au regard du fait que je pourrais très bien papoter avec la même personne in-game avec un meilleur confort.

Somme toute, nombre de mes amis partagent les mêmes centres d'intérêt que moi, (le JDR, l'informatique et les conversations décousues), et je ne suis pas sûr en ce cas que l'on puisse dire que je me déconnecte de mes amis.

Une fois posé certains principes élémentaires de survie (gagner de l'argent par exemple), le reste se résume pour moi à : "Quelle réalité, Papa ?"
Citation :
Publié par phada
On remplace toujours une drogue par une autre.
Un mmog est pire quelque part, à cause de la facilité de son accessibilité ainsi que de l'inconscience de son l'utilisation pendant des heures et des heures non-stop.
Rouler des joints ou se piquer de bon matin, ou tout simplement être incarcéré (exemples au hasard btw), c'est encore avoir les pieds sur terre, pas comme lorsque on est 15h par jour derrière son perso.
Quand on enchaîne non-stop une voir deux (ce qui est vraiment extrême) nuits blanches juste pour finir son uber lv, là il y a un réel danger.
Après joue avec les mots qui veut, mais 10h par jour c'est très loin d'être hardcore.
Ta première phrase est excellente. Je n'ai jamais pu être vraiment no-life car on m'en empêchais et car j'ai tjrs eu assez d'amis. Mais ce qui m'a fait arreter les mmo c'est ma copine, jy croyais plas au début mais en fait...
Tout est question d'estime de sois, de besoins physiologiques et de besoins relationnels. Le tout gouverné par le temps disponible.

L'avantage des mmo est qu'il n y a pas de dépendance physique et les séquelles s'effacent assez rapidement. (un joueur peut arreter rapidement si il trouve une activité subtitutive tel qu'une copine ou un job prenant, mais encore faut-il affronter la réalité pour trouver cela)

Tandis que l'abus d'alcool, fumette et autres "drogues dures" lais bien plus de traces...
C'est d'ailleur pour cela que les mmo ne sont pas interdits...

Ce qui me choque en ce moment c'est la diabolisation des jeux violents. Les gens qui n'ont pas grandi avec l'informatique ne doivent pas arriver à faire la distinction entre réel et virtuel...pour moi c'est bien plus stressant et choquant de regarder le TJ que n'importe quel jeu, tout simplement car un mort dans un jeu n'est pas mort et jamais pareil chose ne nous arriver. Alors qu'u TJ toutes les horreurs qu'on y voit sont bel et bien réel, et il suggèrent de s'armer pour s'en prémunir.
Un poil hors-sujet .. mais ...
Au TJ, personne ne prétend que tuer c'est fun.
Et je fais pas une fixation uniquement sur les jeux vidéos. Pas mal de films ou de séries sont dans la même lignée.

À la réflexion, ce n'est pas tout à fait vrai.
Me rappelle d'un gros coup de nausée lors de la Première Guerre du Golfe ...
Quand je lis les témoignages des gens qui ont été "intoxiqués" par les mmo, mais qui ont réussi a arrêter (ou pas), ce que je lis, ce ne sont pas des témoignages comme quoi : "les mmo c'est comme une drogue".

Non, ce que je lis, c'est que les mmo c'est une bonne excuse pour expliquer un comportement asocial.

Les mmo a mon avis ce n'est pas la cause, ce n'est que le symptôme. Nul doute pour moi, ceux qui se laissent embarquer dans les mmo, si ce n'avait pas été les mmo, ça aurait été autre chose.

A ce titre, je trouve que "l'addiction" aux mmo est une forme bénigne de désocialisation, car ayant certainement beaucoup moins de conséquences néfastes que bien d'autres moyens que trouvent les personnes sujettes a de tels comportements. Comparé a la drogue, a la marginalisation (oui, oui, c'est une forme de désocialisation), à l'alcool, le mmo c'est gentil.

En tout cas, le rejet de la responsabilité sur le jeu me parait assez typique de ce type de comportement. C'est bien connu, les gens jouent aux mmo a l'insu de leur plein gré

Il faut savoir faire la part des choses, ce ne sont pas les mmo qui créent les asociaux, mais les asociaux qui sont attirés par les mmo.

D'un autre coté, cela signifie aussi que les parents qui nous lisent peuvent arrêter de s'inquiéter a la vue de leurs enfants jouant a des mmorpg. Si leurs enfants n'ont pas de tendance asociale, ils ne deviendront pas des marginaux par les effets du jeu. Et a l'inverse, si leurs enfants devaient développer au cours de leur vie une phase asociale, ils sont sans doute mieux devant leur écran qu'a se shooter dans des toilettes ou faire la manche dans la rue.
je suis en train de me desintoxiqué, je pense que les mmorpg ( en particuliers ) sont une drogue assez dure . Je me suis rendu compte de ca lorsque mon pc a planté pdt 2 semaines, les premiers jours j''ai cru PT un cable, car je n'avais pas ma dose, . Les effets sur le corps humain reste minimes, comparé au autre drogue, ms il crée une forte dependance ( comme une drogue ) Donc une drogue oui et non . Ms c'est vrai qu'un jeune qui a un pc ds sa chambre peut tres tres vite se renfermer . J'ai été un no life, je me suis plus ou moins pri en main et ac un peu de recule . . . tu prend conscience du tps que tu as perdu . Biz et eteigné vos ordi
Citation :
Publié par Voldar
Si je regarde mon cas, je devrais être enfermé depuis 30 ans en asile psychiatrique, sous haute surveillance...

Il y a 35 ans mon père a eu la malheureuse idée, au cours d'un voyage aux Etats Unis, de ramener une console de jeu, (enfin si l'on peut dire) une balle carrée, et deux pixel long de 3 cm sur les côtés.( Voui c'était pong)


Malheureusement j'ai tout de suite accroché du haut de mes 4 ans.

Puis vins la Vcs, la Coleco, la Vectrex,le Spectrum128, le C64,l'Apple2E,avant ou pendant ou après (je ne sais plus) MO5, TO7, Amstrad Cpc 464,664,6128, et pis la génération Amiga 500, Atari 520/1040, puis Amiga 2000.

Après tout ça, les premier PC.( ceux qui était jouable a l'époque sur Wing Commander 1) Mons premier fut un Atari, et je devins une Bête en manipulation du DOS.


J'ose encore me titulariser de "vrai joueur", celui qui à tout connu tout vu, qui connait n'importe quel faille d'un jeu ( parce que faut pas se leurrer se sont les mêmes qu'il ya 20 ans..)

Mais qui aime découvrir par moi même, qui adore la difficulté, qui adore cette ancienne génération de vrais joueurs, pas nouvelles normes qui n'a rien connu, cette nouvelle génération SMS du "Je veux tout, TOUT DE SUITE) bidon à souhait.

(exit Wow et mon rogue 60, 14 jours après sa sortie commerciale foutage de gueule)

Quand je joue, je joue, j'ai beau être père de famille, le virus m'a été transmis, et jouer 3 jours d'affiler n'est pas un drame.

En résumé , il faut m'interner, me faire porter une camisole, mais une chose est sur, il y a 30 ans, sur Space Invader j'étais un "roxxor" et j'ai pas changé ^^ ( mon frère non plus d'ailleurs).

Me reste plus qu'un seul jeu aujourd'hui qui ne soit pas envahi d'adolescents attardés, qui auraient largement autre chose à foutre que jouer à l'ordinateur".

Eve, un remake d'Elite un bon vieux jeu d'il y'a ......
Nostalgie...
Bon sa me rassure je ne suis pas le seul dans se cas , je me disais P**** Rom tu va avoir bientôt 40 piges lol faudrais te réveiller ... Mais j'ai sa en moi , et je pense que je ne changerais plus pour maintenant

Je suis père de famille aussi ( marier , 2 enfants ) et moi aussi a la sortie de WoW j'avais pris 1 semaine de CP pour etre la le jour " J" et j'ai up 60 en 10 jours dans le top 5 du serveur ....

Et mon fils et parti sur la mémé lignée , mémé virus du haut de ses 9 ans ( 2ans qu'il joue a CS et CSS ) je peut vous assurais qu'il en ferais pâlir plus d'un avec le niveau qu'il a

J'ai réussit a faire découvrir a ma femme le jeux en réseau aussi , quoique un peu réticente au départ , elle se vite mis dans le moule , si bien qu'a l'heure actuelle j'ai 3 Pc chez moi

Enfin voila il y a sûrement d'autres façon de " mieux " vivre , mais la vie qu"on mène elle plais a toute la famille et s'est sa l'essentiel pour nous
Bon, le topic est énorme et malgré le fait que beaucoup d'avis soient très intéressants, je n'ai pas eu le courage de tout lire... J'espere ne rien répeter...

Alors voilà, les MMORPG's? Qu'en pensez?

Je dirai que les personnes qui ne disent que du bien des MMO's sont autant dans le tort que ceux qui les diabolisent...

Pour ma part, la rencontre avec le "T"MMORPG "dofus" a pas mal changé ma vie... Mais bon, commençons par le début et vous comprendrez où je veux en venir...
(le "T" pour Tactical... allez savoir pourquoi)

Tout d'abord moi, bon ben je ne pense pas être un con, ni être moche et beaucoup me disent que j'ai tout pour réussir... A priori aucune raison de m'enfermer dans un jeu...

L'année passée mon petit frère qui avait 14 ans me montre ce fameux jeu : dofus... J'y joue, je n'accroche pas directement...

Puis j'y rejoue, l'interaction avec d'autres joueurs me plaît, je pars sur un autre serveur, me renseigne sur "comment monter mon personnage qui veut être le plus fort"... Ensuite vient le début de l'engrenage... J'emménage seul et me paie... une connection internet...

Résultat : nouveaux serveur, nouvelle ambition : être le meilleur forgeur de dagues de ce serveur et me faire plein de pépètes...

Je joue, je joue, je joue... La nuit je suis un forgeur de dagues à l'allure squelettique, la journée un stagiaire journaliste dans une rédaction d'un "toute-boîte" au teint presque plus livide que le fameux squelette...

Les journées deviennent longues et même au boulot, je ne quitte pas le forum de ma guilde où je déconne parfois avec des mecs de 12 ans plus jeunes que moi...

Ma copine, une magnifique métisse qui me semblait être l'amour de ma vie, sent que je me détourne d'elle... J'en arrive même à glisser le jeu dans nos conversations, à négocier des "okay mais pendant que tu regardes ta bêtise d'île de la tentation laisse moi jouer"

Résultat : après plus d'un an de Dofus, je me retrouve :

En dernière année d'étude supérieure certes, mais dans une situation critique (et oui les mémoires et autres rapports ne se marient pas très bien avec ma consommation gargantuesque de "jeu"

Insomniaque... Ce qui ne m'aide pas à me détourner du "jeu"

Célibataire... Tiens donc encore une raison de me replier sur moi...

Presque asocial, eh oui moi qui vivais quasiment avec mes potes me suis totalement détourner d'eux... Enfin je suis dans le jeu et eux dans l'alcool...

Et surtout, déprimé...

Bref bilan hyper négatif pour moi,

J'avais arrêté, comme on arrête la cigarette, un mois après on aide son frère à "looter" un truc et hop c'est la cigarette qui ramène au rythme d'antan...

Bon je dois avouer que j'ai une propension à me justifier et à me surpasser pour obtenir un peu de considération... Peut-être que ce "jeu" me l'apporte... Mais ce que je sais c'est que malgré le fait que je me voile la face bien souvent en disant ce n'est QU'UN JEU, au fond de moi je sens avoir perdu pas mal de chose à cause de lui...

Pourtant j'ai dans mes relations énormément de mecs qui ne s'arrêtent pas de boire ou pire qui se cokent... Mais jamais ces vices ne m'ont attirés... Génération Alex Kid et Goldorak... On nous a formatés à être de bons clients, et voilà la forme suprême du marketing son "Bankaï" pour les amateurs de BLEACH : le MMORPG!

C'est clair que je n'aime pas ma vie en Europe... Je n'aime pas ce continent, je m'y sens mal quoiqu'autochtone... Mes envies incessantes de voyage doivent prendre racine dans ce terreau mais... Pour voyager faut du fric... La je quitte ce monde de *** pour en retrouver d'autres gratuitement, ou presque ou du moins j'ne ai l'impression... Des autres joueurs aussi naïf que moi pour s'être fait enrôler dans cet ersatz de vie... En définitive la même que dehors à tenter d'être plus beau que lui ou lui, d'être plus fort de sentir puissant ou d'avoir le super chapeau qui tue car les gens te respectent pour ta bêtise à être resté 20h sur un PC... Comme les gens dehors te regardent différemment car tu portes un costard et lui un haillon...

Bref je regrette amèrement mais ai fait des rencontres sur ce "jeu" qui finalement n'en est peut-être plus réellement un...

Les MMORPG sont addictifs, la plus grande preuve reste le fait que l'on ne sait que difficilement arrêter...

Maintenant ceux qu'on appelle les causual's doivent ressentir la même impression que le mec qu'on choisissait en dernier lors des matchs de foot des cours de gym de notre petite enfance... Ils arrêtent vite le foot pour un autre sport...

Bon souhaitez moi bonne fin d'insomnie... Ma journée sera encore longue...
Citation :
Publié par Ombre de Lune
Quand je lis les témoignages des gens qui ont été "intoxiqués" par les mmo, mais qui ont réussi a arrêter (ou pas), ce que je lis, ce ne sont pas des témoignages comme quoi : "les mmo c'est comme une drogue".

Non, ce que je lis, c'est que les mmo c'est une bonne excuse pour expliquer un comportement asocial.

Les mmo a mon avis ce n'est pas la cause, ce n'est que le symptôme. Nul doute pour moi, ceux qui se laissent embarquer dans les mmo, si ce n'avait pas été les mmo, ça aurait été autre chose.

A ce titre, je trouve que "l'addiction" aux mmo est une forme bénigne de désocialisation, car ayant certainement beaucoup moins de conséquences néfastes que bien d'autres moyens que trouvent les personnes sujettes a de tels comportements. Comparé a la drogue, a la marginalisation (oui, oui, c'est une forme de désocialisation), à l'alcool, le mmo c'est gentil.

En tout cas, le rejet de la responsabilité sur le jeu me parait assez typique de ce type de comportement. C'est bien connu, les gens jouent aux mmo a l'insu de leur plein gré

Il faut savoir faire la part des choses, ce ne sont pas les mmo qui créent les asociaux, mais les asociaux qui sont attirés par les mmo.

D'un autre coté, cela signifie aussi que les parents qui nous lisent peuvent arrêter de s'inquiéter a la vue de leurs enfants jouant a des mmorpg. Si leurs enfants n'ont pas de tendance asociale, ils ne deviendront pas des marginaux par les effets du jeu. Et a l'inverse, si leurs enfants devaient développer au cours de leur vie une phase asociale, ils sont sans doute mieux devant leur écran qu'a se shooter dans des toilettes ou faire la manche dans la rue.
Je suis d'accord, mais combien de fois n'a-t-on pas vu quelqu'un de tout à fait stable sombrer dans un MMO? Cet engouement reste encore trop aléatoire pour qu'on puisse se permettre de dire qu'il faut être 'prédisposé'.
Et, de plus, une drogue reste une drogue : coke ou PC, même combat (ouais, chui le nouveau Che xD)
Citation :
Publié par Ombre de Lune
Les mmo a mon avis ce n'est pas la cause, ce n'est que le symptôme. Nul doute pour moi, ceux qui se laissent embarquer dans les mmo, si ce n'avait pas été les mmo, ça aurait été autre chose.

A ce titre, je trouve que "l'addiction" aux mmo est une forme bénigne de désocialisation, car ayant certainement beaucoup moins de conséquences néfastes que bien d'autres moyens que trouvent les personnes sujettes a de tels comportements. Comparé a la drogue, a la marginalisation (oui, oui, c'est une forme de désocialisation), à l'alcool, le mmo c'est gentil.

La même chose, à un bémol près à propos de la désocialisation

Quand tu fumes tes gros spliffs à longueur de journée, t'es nettement plus social en passant toutes tes journées sur un MMO que tout seul sans PC
IG j'aide les gens, je discute avec eux, je groupe, je socialise quoi. Alors qu'IRL, ben mes voisins je ne les connais pas (les joies de Paris) et mes potes ils taffent ces glands :x


Parler de désocialisation dans un MMO c'est marrant
Je discute avec plus de monde sur DAoC qu'IRL. Alors je ne me sens pas si désocialisé que ça Et je ne pense pas être asocial qui plus est
Par contre, vu le nombre d'heure que je passe devant mon PC à jouer/répondre sur JoL et le nombre de spliffs que j'enquille, c'est sûr que j'ai un problème lol
Citation :
Publié par Oiso-- [Menalt]
Je suis d'accord, mais combien de fois n'a-t-on pas vu quelqu'un de tout à fait stable sombrer dans un MMO? Cet engouement reste encore trop aléatoire pour qu'on puisse se permettre de dire qu'il faut être 'prédisposé'.
Et, de plus, une drogue reste une drogue : coke ou PC, même combat (ouais, chui le nouveau Che xD)
Appeler un mmorpg une drogue, c'est banaliser la drogue. Apparement, tu n'a pas l'air de savoir exactement ce que fait une drogue a ton metabolisme. Le jour ou un mmorpg sera capable de faire ça, nous serons tous "cablés" (du roman du même nom). Nous en sommes loin.
Citation :
Publié par Ombre de Lune
Appeler un mmorpg une drogue, c'est banaliser la drogue. Apparement, tu n'a pas l'air de savoir exactement ce que fait une drogue a ton metabolisme. Le jour ou un mmorpg sera capable de faire ça, nous serons tous "cablés" (du roman du même nom). Nous en sommes loin.
Faute de mot décrivant quelque chose d'addicitif on utilise drogue
En plus, si tu regardes autour de toi : la drogue EST banalisée : de 9 à 99 ans on se drogue, mon poulet. Le MMORPG est déjà capable d'entraîner une dépendance, et j'ai reconnu chez certains joueurs les même symptômes que ceux d'une prise de cocaïne : teint quasi transparent, cernes, hallucinations, perte de poids hallucinante, etc. (mais, tu me diras, ce ne sont que les conséquences directes de séances de jeu prolongées hein on ne peut pas appeler ça des réactions à une drogue nooon ).
Bonjour, je profite du topic pour savoir si une personne est allé à la conférence ce week-end à Poitier sur l'addictivité des Jeux Videos

Rappel du programme :
Citation :
Les jeux vidéo rendent-ils accros ?
Vendredi 6 avril 2007
Espace Mendès France - 1 place de la Cathédrale à Poitiers

Programme de la journée

Les tables rondes sont modérées et animées par Emmanuel Forsans, de l’AFJV

9h50 10h15 Typologie des jeux et des joueurs
Sébastien Genvo, Stéphane Natkin, Etienne Armand Amato
Présentation des différents types de jeux : PC, consoles salon, consoles mobiles, téléphones mobiles, on-line, off-line, MMORPG, FPS, RTS, puzzle, casual games, plate-forme, serious games, ludo-éducatifs, simulation de vie, sportive, ... Qui joue à ces jeux, comment, pourquoi ?

10h15 10h30 Jeu vidéo et pratique de masse, ex gamer assembly
Désiré Koussawo, un joueur, un responsable de league, Etienne Armand Amato
Les rassemblements / compétition de joueurs. Quel intérêt ? Pour joueur à quels jeux ? Comment s’organise une compétition, qui vient ? Peut-on gagner de l’argent ? Les joueurs professionnels...

10h30 10h55 Le scénario et la prise en compte du joueur
Stéphane Natkin, Sébastien Genvo, Eudes Ménager, Ronan Champagnat
Les grands principes de la conception d’un jeu vidéo. Qui décide du scénario, de son traitement ? Les jeux sont-ils fait pour plaire au joueur ? Comment ? Les mécanismes addictifs, la répétition des actions : est-ce fait sciemment pour accaparer le joueur ? Comment savoir ce qui va plaire et ce qui va déplaire ? Comment connaître son public à l’avance ? Quel est le rôle du marketing dans la conception ? Les jeux ne sont-ils pas trop difficiles ou au contraire trop faciles ? Qui est en charge de gérer la difficulté, comment, pour qui ? Existe-t-il encore des créateurs dans le jeu vidéo ou n’est-ce qu’une machine commerciale ?

10h55 11h10 Questions du public

11h10 11h50 Le jeu vidéo est-il une drogue ? Mécanismes de l’addiction
Phuc Nguyen, Eudes Ménager, Bertrand Seys
Quels sont les principes médicaux de l’addiction ? Peut-on parler d’addiction aux jeux vidéo ? Quels sont les principales différences entre une l’alcool, la cigarette et les jeux vidéo ? Peut-on les comparer ? Pourquoi, comment, certains jeux seraient addictifs et d’autres non ? Quelle est la particularité des MMORPG ? De WoW ? Quels sont les premiers signes d’une dépendance ? Comment ne pas tomber dans les dépendances ? Comment en guérir ? Y-a-t’il des personnes plus sensibles que d’autres ? Faut-il consulter ? Quel rôle pour l’entourage, les parents ?

11h50 12h15 Questions du public

12h15 13h45 Déjeuner

13h45 14h25 Le corps dans le jeu vidéo
Bertrand Seys, Stéphan Natkin, David Agostini, Etienne Armand Amato
Deux parties : 1. L’utilisation de son corps pour jouer. 2. La représentation du corps dans les jeux.
L’utilisation de son corps pour jouer : Exemples : Nintendo Wii, Sony Eye Toy, Tapis de danse, simulateurs de conduite (siège, volant à retour d’effort, pédales), BodyPad, ShootPad... Les sens sont sollicités : ouïe, vue, touché (vibrations), le jeu passe par le corps et pas seulement par l’esprit ; quel impact ? Le phénomène Wii : pourquoi un tel succès ? Quels risques, quels bénéfices pour les utilisateurs ?
La représentation du corps dans les jeux : On tue, on découpe, on trucide, ... la représentation virtuelle du corps ne risque t’elle pas de créer certaines confusions, de banaliser la violence en la dédramatisant et en lui ôtant toute notion de souffrance ? Donner un coup de poing virtuel à t’il des conséquences psychologiques ?

14h25 14h45 Le jeu vidéo, outil thérapeutique
Eudes Ménager, Phuc Nguyen, Bertrand Seys, Ronan Champagnat
Peut-on utiliser les jeux vidéo pour soigner des malades ? Quelles sont les applications actuelles ? Qu’apportent les jeux vidéo dans ce cadre ? Le cas de Re-mission ? L’utilisation contre les phobies, pourquoi, comment ? Le jeu vidéo peut-il être un élément de socialisation ?

14h45 15h00 Le jeu vidéo et ses vertus éducatives
Eric Legay, Antoine Izarn, Eudes Ménager, Etienne Armand Amato, Ronan Champagnat
Panorama des types de produits, du scolaire à la simulation en passant par le ludo-éducatif. Qu’apporte le jeu, que n’apporte pas un livre ou un cours magistral ? Peut-on tout apprendre par le jeu ou la simulation ? Apprendre le code de la route, apprendre à conduite ? Apprend t’on mieux en s’amusant ? Ne risque t’on pas de fausser la perception des enfants : l’apprentissage doit être amusant sinon il ne m’intéresse pas. Quelles sont les limites ? Demain, les écoles virtuelles ?

15h00 15h20 Questions du public

15h20 15h50 Quelles nouvelles addictions et quelles nouvelles compétences pour demain ?
L’ensemble des intervenants

15h50 16h15 Questions du public

16h15 Fin des travaux


Qui est qui ?

Antoine Izarn Directeur Némopolis (Editeurs ludo-éducatifs)
Bertrand Seys Psychothérapeute
David Agostini Chef produit XKPad
Désiré Koussawo Directeur Gamer Assembly
Gamer Assembly 1 Joueur
Gamer Assembly 2 Responsable de league de joueurs
Eric Le Gay Prof à la fac de Poitiers - Co-fondateur Index+ (Editeur Jeux)
Etienne Armand Amato Sociologue Technologies de l’information - OMSH
Eudes Ménager de Froberville Neurologue et co-fondateur du studio de jeu vidéo "Le Caillou"
Phuc Nguyen Addictologue Centre Hospitalier Roanne
Ronan Champagnat Enseignant-chercheur à Laboratoire Informatique Image et Interaction de La Rochelle
Sébastien Genvo OMNSH
Stéphane Natkin Directeur de l’ENJMIN
Je n'ai pas pu y aller (j'ai la crêve depuis jeudi dernier :/), mais cela m'aurait fortement intéresser... Si quelqu'un y est allé, ce serait bien qu'une synthèse soit faite
J'en profite pour poster un petit message sur la parution d'un ouvrage sur le sujet:

Sous l'emprise des objets ?
Culture matérielle et autonomie

paru à L'Harmattan, coll. "Logiques sociales", 2007
Pour plus d'information:
http://www.editions-harmattan.fr/ind...livre&no=22913

Sommaire:
Avant-propos…………………………………………………………..15
Introduction…………………………………………………………….25
Les pauses café-cigarette(s) : une habitude toxique socialisée…………....35
1. Un quotidien scandé par la consommation
2. Une habitude structurée et structurante
3. Il n’y a pas de relation « pure » entre un sujet et un objet
Devenir « Fumeur de joints », dans l’(inter)action…………………….....89
1. Apprendre à (savoir / aimer) fumer
2. devenir un « vrai fumeur » ; autonomiser la dépendance ?
3. « Intégration » sociale, ritualisation et dépendance
Le jeu vidéo, une passion illégitime…………………………………….151
1. Le jeu vidéo : une pratique « honteuse » ?
2. L’« accro » : entre pathologie, passion et expertise
3. Les drogues et dépendances, « armes » de stigmatisation ?
Conclusion : de la légitimité des modes de subjectivation…………….....215
Bibliographie…………………………………………………………..224

C'est une thèse de Mélanie Roustan, docteur en sociologie et habituée des jeux vidéos, mondes virtuels et omnsh
Citation :
Publié par Virgis
J'en profite pour poster un petit message sur la parution d'un ouvrage sur le sujet:

Sous l'emprise des objets ?
Culture matérielle et autonomie


C'est une thèse de Mélanie Roustan, docteur en sociologie et habituée des jeux vidéos, mondes virtuels et omnsh
C'est elle qui a écrit: La pratique du jeu vidéo : réalité ou virtualité ?
Un livre, à mon avis, de piètre qualité, ne contenant pas le quart des informations que l'on peut trouver ici, à la limite il peut intéresser une mère qui s'inquiète pour son enfant mais il y a de biens meilleurs érudits en la matière (déja Stora...)
A la table des matières je dirais: "rien de nouveau sous le soleil" Mais peut-être que si tu l'as lu tu pourrais nous en parler?
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés