NWN - le Théâtre des Illusions

Une Epée Bâtarde... bientôt prête !

Répondre
Partager Rechercher
*L'elfe jeta de rapides coups d'oeil pour voir où se trouver ses armes mais il se rendit compte que ces personnes n'avait pas l'air hostiles ...*

- Euh ... excusez moi pour tout à l'heure, je ... je voulais pas vous insulter ... *fit-il en faisant la grimace en touchant sa tête qui lui faisait un mal de chien.*
Elminf ecouta le nain puis se tourna vers le mage

Elminf : " Ma morale est celle d'un homme pratique... laissez un ennemi derriere vous et il reviendra vous tuer pour se venger dans le futur. Mais soit je leur laisse la vie sauve a cette engeance. Vous dites que la vie est trop precieuse et bien oui je tiens a ma vie et ne veux pas la perdre par un exces de bonte qui ne sert a rien mais je m'incline devant Gyphss "
Papillon entendit l'appel et lâcha un cri.

- Félis a besoin d'aide ! Les enfants...

Sans perdre une seconde Frolo prononça le mot de pouvoir. Il disparu.

- Et maintenant que fait-on ? demanda Papillon qui hésitait à partir à sa suite...

* * * * *

- Ce n'est rien ! Vous parliez sous l'emprise de la peur... murmura la femme. Il faut les excuser. Ils ont tous perdu leurs fils ou filles en âge de travailler dans ces maudites mines ! Il ne savent plus à quoi se fier. Heureusement que mon père a encore un peu d'autorité...

Le vieil homme s'inclina devant le rôdeur, qui sentit en lui une paix et une sérénité qu'il n'avait connu que dans les bras de mère nature.
*Eleldor ne dit rien quand la femme lui murmura qu'il avait parlé "sous l'emprise de la peur" car il se trouvait assez dans la m..... comme ça.
Il s'assit tant bien que mal en regardant l'homme du coin de l'oeil.*

- Je pense que je dois vous remerciez, monsieur. Vous savez qui m'a touché à la tête ?
Le nain lacha un rire ironique

Elminf : " vous parriez combien que ce mage sentimentaliste va aller tuer les ennemis des ptits n'enfants ? ou alors il va aller leur faire la morale ? a votre avis ? lequel des deux ? "

Il repartit de son rire sadique puis regarda les autres

Elminf : " on se debarasse des " mechants " et apres on se fini le big boss ! "
L'homme se racla la gorge.

- Et bien c'est moi ! Il fallait agir avant que vous soyez tué par la furie des villageois. Mais je dois l'avouer, je m'inquiétais également pour la santé de mes amis...
" Voyez-vous, je vous ai suivit depuis les contreforts de la chaîne des Galènes. Vous avez aiguisé ma curiosité et j'ai jugé bon de vous suivre... Je crois avoir bien fait. Pour votre sécurité j'aimerai que vous restiez dans ma maison jusqu'à ce que vos amis reviennent...

* * * * *

Frolo apparu aux côté de Félis qui était aux prises avec plusieurs gardes. Elle se défendait bien, mais certains avaient profité d'un moment d'inattention pour la contourner.
Sans réfléchir le mage incanta...
- Je vois ... bon ... y'a quoi à faire ici ? Ca fait une heure que je les attends je commence à perdre patience et rester dans un lit à ne rien faire ne m'enchante guère ... Où sont mes armes ?
- Vous n'en aurez pas l'utilité ici. Mais si vous vous sentez plus rassuré avec elles, prenez les...

Il désigna les lames fichées dans une bûche derrière lui.

- Si vous voulez passer le temps, ma fille et moi seront ravis de vous tenir la conversation...
*Il regarda ses lames et répondit sans regarder son interlocuteur.*

- Non merci, je préférerai rester seul maintenant.

*Il avait répondu d'un ton assez sec et il s'en voulait déjà mais il ne fit pas mine de s'excuser pour autant. Il leur tournait le dos et attendait qu'ils s'en aillent pour pouvoir s'occuper de ses lames dans le calme.*
- Il va pourtant falloir que vous nous supportiez car il n'y a qu'une pièce ici ! répondit le vieil homme visiblement amusé par réaction du rôdeur. Celui-ci fit signe à sa fille de s'asseoir autour de la table et il se dirigea vers la cheminée dans laquelle une marmite chauffait.
Il prit un sachet de cuir et en sortit des herbes sèches qu'il fit tomber dans la marmite.


- Vous prendrez bien un thé ?
Voyant Frolo apparaître, elle se sentit un peu mieux mais n'avait pas encore aperçu les gardes qui la contournait. Cependant leurs collègues ne s'en portaient pas mieux car la démone était devenue implacable, ses yeux devenant complètement turquoises et sans pupilles et sa peau d'un bleu nacré tandis qu'on pouvait déjà voir deux curieuses ailes qui commençaient à poindre.
- Croyez-vous que je gâcherais mon thé en trempant un linge dans l'eau ?

- Pour les maux de tête, son thé est plus efficace qu'un tampon vous savez ! intervint la femme.

* * * * *

Frolo lâcha ses foudres sur les gardes qui n'eurent le temps de les éviter. Deux tombèrent, un autre fut grièvement blessé et Félis en profita pour l'achever. Le dernier voulut fuir mais le mage ne lui en laissa pas le temps, une pluie de boule d'énergie lui grilla les côtés. Ralentit dans sa course il fut rattrapé par Félis qui l'empêcha de donner l'alerte...
- Quelque chose de bouillant que je pourrai me mettre sur la tête s'il vous plait ... *fit en se couchant car la douleur revenait, il se demandait si c'était dû à son soudain énervement.*
Elminf regarda les gardes toujours etendu et inconscient. L'envie de les tuer ne lui manquait pas mais il se retint de le faire puis il regarda Papillon et le nain

Elminf : " bon on attend le Bon samaritain et on repars ou on repars de suite ? c'est que je voudrais bien la nourir ma beautée et elle a tres faim..."

Ce disant il regarda avec amour sa hache qui sembla vibrer sous ses caresses
Après avoir mis fin aux jours du dernier garde, Félis se retourna vers Frolo et n'importe quel être normal aurait pu être effrayé par sa nouvelle apparence. Ses cheveux étaient devenus d'un noir d'encre en pagaille, ses yeux étincelant de furie, sa peau nacrée, ses mains devenues griffes et ces deux grandes ailes transparentes telles celles d'un dragon ou d'un démon, bleu-vert avec des nuances noires. Une aura maléfique oppressait l'atmosphère autour de cette... créature qui redevait petit à petit ce qu'elle était peu avant, c'est-à-dire "normale". Félis toussa un peu pour se donner une contenance avant de s'atteler à remettre en ordre la pagaille qu'il y avait eu, cacher les corps aux enfants et les rassurer, ce qui n'était pas chose aisée et tout en évitant soigneusement le regard du magicien, craignant sans doute son jugement et prête à toute éventualité.
Frolo eut un mouvement de recul en voyant le... monstre qui lui faisait face. Il préparait passa rapidement les sortilèges à sa disposition contre un tel adversaire... Mais celui-ci repris la forme de Félis. La voir ensuite essayer de rassurer les enfants lui rappela comment elle avait été douce avec eux...

Il baissa sa garde essayant de lire dans ses yeux un quelconque malignité...

N'en trouvant pas il essaya de se rassurer. Se faisant il contacta Papillon par la pensée.


- Papillon ! Des gardes on attaqué mais aucun n'est ressortit ! Rejoignez-nous dans la tunnel à l'Est de la salle où nous sommes arrivé. Nous déciderons de la meilleure tactique à adopter...

Papillon reçu le message et le transmit aux autres...
Les enfants étaient devenus silencieux, était ce sans doute à cause du choc de la bataille? Néanmoins, la demie-elfe avait déjà formé auparavant et petit à petit, ils retrouvèrent leur calme. Elle dépoussiéra alors un peu ses vêtements avant de demander au mage, toujours sans le regarder:

-Qu'allez vous faire maintenant? Les rejoindre?

Elle toussa un instant comme si quelque chose la rongeait de l'intérieur, elle maudit d'avoir laissé sa fureur éclater en un instant si inapproprié et encore, contre de pauvres bougres qui ne valaient certainement pas le haut de ses talons. Elle en payait le prix et elle avait failli rompre le traité:

-Par les Ténèbres, je me serai bien passée d'une crise... ajouta t'elle plus pour elle-même que pour Frolo avant de confier ensuite un poignard à un enfant dont le sang n'avait pas voulu quitter la lame et semblait narguer son exécutrice, tiens garde moi ça un instant petit.
-Pourquoi il y a un poing marqué dessus?
-Celui d'une illusion, rien de plus....
Elminf sourit en entendant Papillon et caressa une nouvelle fois sa hache

Elminf : " Ca y est le bon samaritain a fini son massacre ? on peut le rejoindre ? Passe devant ou indique nous le chemin Fillette "
-Bien, fort bien... ajouta t'elle en toussant toujours, bien qu'elle cacha son malaise, elle allait de plus en plus mal. Légèrement tremblante, elle s'assit un moment à terre, pensant sans doute que cela passerait.
-Ce.... ce n'est rien, mentit-Félis, un léger malaise.... cela passera...

Néanmoins, elle avait de plus en plus de mal à respirer, et elle toussait de plus en plus d'une façon inquiétante. C'est alors qu'un mince filet argenté serpenta de sa tunique, ressemblant à la texture du sang.
- Par Mystra mais vous êtes blessée ! A voir votre état les poumons sont touchés !

Le mage fouilla dans sa besace à la recherche du nécessaire de premiers soins.

- Laissez-moi regardez-çà je vous pris ! Les potions de soin vous sont-elles bénéfiques ?
-Oui... murmura t'elle faiblement avant de sombrer dans l'inconscience. Sa main se dégagea sur une plaie vive sur le côté du ventre, un poignard profondément ancré.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés