Le Cercle Taberna

Le top du western

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Sayn
Pat Garrett et Billy le Kid : En 1881, au Nouveau-Mexique, dans le repaire de Fort Sumner, Pat Garrett retrouve Billy, son ancien compagnon de route, et lui annonce qu'il est devenu shérif. Pat lui recommande alors de quitter les environs, sinon il sera dans l'obligation de l'éliminer. Billy ignore son conseil. Commence alors une poursuite impitoyable entre le policier et le jeune hors-la-loi. J'ai vu la version de 115 minutes et j'ai adoré. Un vrai coup de coeur. On aura beau dire que Peckinpah a parfois du mal avec le montage de ses films, ici le récit est simple et fluide, pas d’esbroufe, et comme d'habitude avec Peckinpah ses personnages anachroniques luttent contre leur époque. J'adore ce type de western un peu mélancolique mais réaliste, avec des personnages ambivalents, un dénouement tragique, à souligner l'interprétation énorme de James Coburn et la bande son superbe de Bob Dylan, la scène du vieux shérif qui meurt sous un soleil couchant avec Knockin' on Heaven's door, ça m'a prit aux tripes.




J'ai beaucoup aimé Hostiles ouais, les personnages sont excellents j'ai trouvé avec un Christian Bale très convaincant, j'ai pas encore vu L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford mais en western moderne j'ai pas vu beaucoup mieux, dans un registre moins grave, Les Frères sisters s'en sort très bien aussi.

Le True Grit de 2010 je l'ai vu à sa sortie donc ça date mais je me souviens l'avoir plutôt bien aimé.




Je suis pas tout à fait d'accord, comme Quint' et Soumettateur (ou alors j'ai mal compris leurs propos), je trouve qu'il y a une différence de ton assez tranchante entre Le bon la brute et le Truand et Il était une fois dans l'Ouest.

Après je viens de revoir les 4 films en l'espace de deux semaines et je viens tout juste de finir de revoir Le bon la brute et le Truand, donc c'est plutôt frais mais autant on note une certaine espièglerie dans Pour quelques dollars de plus, autant dans Le bon la brute et le truand on est plus très loin du registre comique et pas mal d'éléments me font pencher pour cet avis :

- la présentation des personnages d'emblée très cartoonesque
- le rôle campé par Tuco, ses nombreuses grimaces à la De Funès et plus globalement le jeu du chat et de la souris entre lui et Blondin avec les nombreuses répliques cultes qui en découlent
- le nombre de scènes burlesques : je vais pas toutes les citer ... : l'orchestre pendant Sentenza fracasse Tuco, le colonel bourré avec une tête d'andaloux qui explique la guerre à nos deux compères interloqués, Sentenza qui, une fois mort, se roule dans une tombe déjà creusée; la dynamite trouvée par hasard, Tuco qui descend un bandit dans son bain, la scène finale avec Tuco pendu et plus globalement l'écriture avec des facilités assez énormes au service des carabistouilles de nos trois personnages.

Il y a aucune scène similaire dans il était une fois dans l'ouest, qui se prend bien plus au sérieux.

Je pense que beaucoup gardent en mémoire la scène du triel qui, si on aime le style Leone, est une merveille dans le genre mais pour moi cette scène est symbole d'un film très inégal sur le plan du rythme, les presque 3h se regardent assez fastidieusement, je pense que Leone a trop voulu en faire et ça donne à la fois un film d'aventure, une chasse au trésor avec en fond qui une critique acerbe de la guerre de Sécession mais ça manque terriblement d'épaisseur, de cohérence, de nuance et hélas le film ne soutient pas du tout la comparaison avec Il était une fois dans l'ouest, absolument tout est inférieur

=> les personnages parlons en, aussi charismatiques soient-ils, aussi talentueux soient les 3 acteurs, les personnages donc ne seront jamais creusé et si l'on n'aime pas l'univers univers très caricatural qui nous est présenté où l'on est soit prêtre soit bandit (dixit Leone lui même à travers le frère de Tuco) ni le ton du film, ceux ci deviennent même plutôt pénibles et redondants :

Lee Van Cleef joue très bien le méchant sadique mais son personnage n'a absolument aucune épaisseur, même chose pour Clint Eastwood qui, si on lui enlève Eli Wallach, est plutôt fantomatique dans l'intrigue (il fait quoi, il vient d'où etc) et Eli Wallach semble faire le clown pendant tout le film, comment tu peux comparer ça à Henri Fonda, Charles Bronson ou même Jason Robards dans Il était une fois dans l'Ouest qui sont plus développés et nuancés...

Et sur le plan formel, la comparaison avec Il était une fois dans l'Ouest, qui un des films les plus beaux de son époque fait mal :
- la bande son de Morricone est fadasse tout au long du film, pire, elle souligne parfois les cartooneries de nos personnages (les fameux "boiinng"), ce bon vieux Ennio se réveille à la toute fin avec la scène du triel mais c'est trop tard, alors que c'est un quasi sans faute dans Il était une fois l'Ouest.
- la photographie est toute poussiéreuse soyons honnête et plus globalement on ne retrouvera quasiment jamais la mise en scène époustouflante d'Il était une fois dont les 30 premières minutes sont pas loin de ce qu'on a quasiment fait de mieux au cinéma

Je vais en faire hurler certains mais j'assume mdr, non seulement la trilogie du dollar n'est pas si ouf que ça, non seulement je pense qu'elle n'a pas apporté autant que ça au cinéma - elle a certes révolutionné le genre mais la Horde Sauvage a révolutionné son époque - mais en plus je trouve que le bon la brute et le truand est vraiment surestimé, sans que ce soit mauvais, on est très loin du chef d'oeuvre quand même.
Chacun sa vision du film mais je ne partage absolument pas ton avis, certainement parce que je considère Tuco comme le personnage central du film. Le seul point ou je te rejoins c'est que le film est burlesque puisqu'il moque la grandiloquence de l'ouest américain.

Il était une fois dans l'ouest est de mon point de vue le meilleur western jamais tourné que ce soit au niveau de la narration, musique, jeu des acteurs et de l'image.
Je ne t'ai pas vue noter Il était une fois la révolution qui sur un registre tout aussi dramatique reste un film extrêmement singulier de Leone qui est bon de voir et revoir pour le comprendre entièrement.

En western classique sans recité tous ceux déjà mentionnés
- Open Range (deja cité) mais tellement sous coté avec Kevin Costner qui reste un très bon acteur.
- True Grit, les deux versions qui sont très bien joués par Wayne et Bridges
- Last train for Yuma, les 2 versions ca fait un bail que j'ai pas vue l'ancienne version mais celle avec Christian Bane se défend honorablement.
- Les cavaliers avec Wayne
Citation :
Publié par Borh
Je me rappelle vaguement d'un western avec Alain Delon et un Samourai. Et d'un autre avec Miou Miou ? Je me rappelle plus les noms mais c'est pas les années 1910...
En fait je me demande si c'est pas plutôt des western italiens avec des stars françaises.
Pour Miou Miou :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_g%C...9s,_une_cloche

Western spaghetti par excellence qui relève plus du film comique dans un cadre de western qu'autre chose de mémoire.
Citation :
Publié par Estal'exilé
Chacun sa vision du film mais je ne partage absolument pas ton avis, certainement parce que je considère Tuco comme le personnage central du film. Le seul point ou je te rejoins c'est que le film est burlesque puisqu'il moque la grandiloquence de l'ouest américain.
T'as kiffé Tuco ? T'es sur que t'as pas confondu avec Tuco Salamanca ? 8d02b3bf2e15346a2286e903ccd885d1.png

Mais oui je conçois très bien qu'on ne partage pas mon avis, ça doit être le western le plus populaire et c'est pas pour rien non plus. Je livrerai mon avis sur il était une fois la revolution que je dois revoir dans pas longtemps.

Coups de feu dans la Sierra (1962) Steve Judd, un shérif à la retraite, doit aller chercher l'or d'une communauté de chercheurs et le ramener à la banque qui l'emploie. Il se fait accompagner par son vieil ami Gil Westrum et son jeune protégé Heck sauf que les choses ne se passent pas comme prévu.... Un des premiers western de Peckinpah et au dela d'y déceler les prémices de la Horde Sauvage, pas grand chose à se mettre sous la dent dans ce western de série B, l'intrigue est sommaire, la réalisation paraît datée, même pour l'époque et on retrouve dans la deuxieme partie le regard désabusé caractéristique de Peckinpah avec ce mariage qui tourne à l'ignominie.

Pour autant, rien de vraiment remarquable, le rythme est mollasson, le dénouement facile et ça reste dans l'ensemble assez fade. Je l'oublierai très vite celui là.

Les Affameurs (bend of the river - 1952) Deux hommes au passé trouble, Glyn McLyntock et son ami Emerson Cole, escortent la longue marche d'un convoi de pionniers. Un Western de la doublette Mann/Stewart façon road movie qui suit le difficile voyage de pionniers en route vers un monde meilleur, le rythme est soutenu, c'est bien écrit et bien réalisé, l'image est belle, particulièrement pour l'époque je trouve et le duo Stewart/Kennedy fonctionne à merveille, Wilson quant à lui est plus effacé et son personnage n'est pas des mieux écrit mais qu'importe...

Ce qui surprend (en bien) dans ce western ce sont d'abord les paysages, on troque les étendues désertiques habituelles pour des contrées plus verdoyantes et escarpées, ensuite les personnages sont moins monolithiques qu'attendu, il y a d'ailleurs une réflexion intéressante, presque packinpesque, avec la fièvre de l'or qui s'abat sur la ville et ce qui en découle pour nos chers pionniers... Bref j'ai bien aimé, je le préfère d'ailleurs à Winchester 73.
Citation :
Publié par Sayn
T'as kiffé Tuco ? T'es sur que t'as pas confondu avec Tuco Salamanca ? 8d02b3bf2e15346a2286e903ccd885d1.png

Mais oui je conçois très bien qu'on ne partage pas mon avis, ça doit être le western le plus populaire et c'est pas pour rien non plus. Je livrerai mon avis sur il était une fois la revolution que je dois revoir dans pas longtemps.

Coups de feu dans la Sierra (1962) Steve Judd, un shérif à la retraite, doit aller chercher l'or d'une communauté de chercheurs et le ramener à la banque qui l'emploie. Il se fait accompagner par son vieil ami Gil Westrum et son jeune protégé Heck sauf que les choses ne se passent pas comme prévu.... Un des premiers western de Peckinpah et au dela d'y déceler les prémices de la Horde Sauvage, pas grand chose à se mettre sous la dent dans ce western de série B, l'intrigue est sommaire, la réalisation paraît datée, même pour l'époque et on retrouve dans la deuxieme partie le regard désabusé caractéristique de Peckinpah avec ce mariage qui tourne à l'ignominie.

Pour autant, rien de vraiment remarquable, le rythme est mollasson, le dénouement facile et ça reste dans l'ensemble assez fade. Je l'oublierai très vite celui là.

Les Affameurs (bend of the river - 1952) Deux hommes au passé trouble, Glyn McLyntock et son ami Emerson Cole, escortent la longue marche d'un convoi de pionniers. Un Western de la doublette Mann/Stewart façon road movie qui suit le difficile voyage de pionniers en route vers un monde meilleur, le rythme est soutenu, c'est bien écrit et bien réalisé, l'image est belle, particulièrement pour l'époque je trouve et le duo Stewart/Kennedy fonctionne à merveille, Wilson quant à lui est plus effacé et son personnage n'est pas des mieux écrit mais qu'importe...

Ce qui surprend (en bien) dans ce western ce sont d'abord les paysages, on troque les étendues désertiques habituelles pour des contrées plus verdoyantes et escarpées, ensuite les personnages sont moins monolithiques qu'attendu, il y a d'ailleurs une réflexion intéressante, presque packinpesque, avec la fièvre de l'or qui s'abat sur la ville et ce qui en découle pour nos chers pionniers... Bref j'ai bien aimé, je le préfère d'ailleurs à Winchester 73.
Je considère Tuco comme le personnage central car c'est lui qui est présenté en premier et que le film se termine sur lui. C'est aussi le seul des trois que je qualifierais d'humain Blondin et Sentenza ne sont que des archétypes des héros et méchants des westerns classiques, l'un meurt parce qu'il doit mourir car c'est le méchant et l'autre se barre avec le pognon parce que c'est le gentil alors qu'au final ca reste un enculé tout aussi pourri que Tuco mais avec une gueule d'ange. Enfin Tuco reste le seul des 3 à avoir un passé, une famille, un père, une mère et un frère, des complices (qu'il n'hesite pas a sacrifier certes) et un but dans le film hormis celui de toucher le pactole: se venger de Blondin.
On peut facilement imaginer de ce que Tuco va faire du pognon, Blondin c'est impossible hormis peut être s'acheter un nouveau paquet de cigarrillos.

Sinon si t'as Netflix, je recommande
Godless, série de 7 épisodes western sur la recherche de rédemption d'un ex bandit et de son "père" qui continue de terroriser la région.
The highwaymen film sur la traque de Bonnie and Clyde vue du coté des 2 Rangers. Les chevaux sont remplacés par des voitures des années 20 mais le reste c'est du pure western.
Le western de mon adolescence Young Guns I et II ont bien du panache avec son lot de jeunes acteurs en vogue a l'époque ,Emilio Estevez était quand même parfait avec son petit sourire narquoi et j'avais même un poster accroché sur mon mur .

Sinon dans le western récents j'ai bien aimé Brimstone (2016) une vrai descente en enfer ou terreur et beauté y est entremêlées



écouter cet air

Dernière modification par Bal'E ; 07/01/2021 à 15h03.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés