Blizzard Entertainment (Jeux MMO)

[Actu] Blizzard ferme définitivement ses bureaux français de Versailles

Répondre
Partager Rechercher
Tu sais le monde n est pas blanc ou noir, il est plutôt gris.

Et un patron qui n agit pas de manière ultra libérale n est pas forcément un dirigeant d une fondation a but non lucratif.


Avoir des bon produits, un bon service, un environnement de travail au top est aussi motivant pour certain qu optimiser a outrance pour gagner quelques % de plus.
Citation :
Publié par derioss
Tu sais le monde n est pas blanc ou noir, il est plutôt gris.

Et un patron qui n agit pas de manière ultra libérale n est pas forcément un dirigeant d une fondation a but non lucratif.


Avoir des bon produits, un bon service, un environnement de travail au top est aussi motivant pour certain qu optimiser a outrance pour gagner quelques % de plus.
Exactement. D'ailleurs, l'expression "de manière ultra-libérale" n'est pas forcément la bonne pour désigner ce genre d'individu, parce qu'on peut penser d'abord au pognon et au développement de son entreprise sans détruire le bien-être ou la vie des gens, parce que c'est contreproductif pour leur rentabilité sur le long terme. J'aurais dit "de façon inhumaine", plutôt. Dès lors qu'on commence à regarder les chiffres plus que les Hommes, on fait du caca. Ce sont les employés qui font le succès ou la perte d'une boîte, quel que soit le génie du dirigeant. Avec un mauvais management sur le terrain, ils font n'imp et la société commence à pédaler dans la semoule, je l'ai vu tellement de fois. Y a qu'à voir ce qui se passait sur BG&E2 et les "progrès" du titre après des années de développement avec un chef de projet à moitié cinglé. En haut lieu, on ne s'est pas posé les bonnes questions pour la gestion du turn-over et des burn-out, tout comme Blizzard-Actipognon ne se pose pas les bonnes questions pour la gestion de sa communauté en local et la perte de compétences (qui vont directement à la concurrence, mais cette perte n'apparaîtra nulle part, elle est inquantifiable).

Quand tu arrêtes de considérer ta masse salariale comme une perte sèche au bénéfice et que tu piges (enfin) que des employés heureux, à l'aise et motivés sont des employés plus productifs, plus investis, plus créatifs (j'en passe), t'as tout compris. Le truc c'est que quand les décideurs ne sont pas sur le terrain, ils ne voient plus que les courbes de résultats et leur façon de voir les choses se biaise lentement. Elle devient de plus en plus irrationnelle, jusqu'à devenir totalement inhumaine. L'employé devient un nombre comme les autres... en négatif sur le bilan comptable.
Citation :
Publié par Azzameen
...
Disclaimer: Là je ne parle pas de Blizzard, je me contente de répondre de manière générale.

Quand on a des décideurs avec 0 expérience business et qui "veulent bien faire moralement" c'est le pire pour les employés. Parce que la chute va être d'autant plus rude et va impacter encore plus de monde.

Je ne compte pas le nombre de fois où j'ai vu des décideurs "voulant bien faire et allant contre les courbes au profit de l'humain". Résultat, ça embauchait, ça payait bien, c'était la fête du slip pour les employés, jusqu'au jour où la boite a atteint une taille suffisante pour avoir des professionnels de la gestion d'entreprise et financière. Là ça a été une boucherie parce que ces décideurs là ne savaient pas allier la gestion de l'humain et la gestion financière. Ils faisaient exactement ce que la majorité fait : Ils mettaient les deux en opposition ce qui est le meilleur moyen d'aller au désastre. Perso, j'ai toujours fait en sorte que mes équipes soient bien traitées ET garde une longueur d'avance en terme d'expertise pour que leur job soit protégé si ils devaient être mis en concurrence avec des BPOs.

Tu peux parfaitement, en tant que décideur, avoir une bonne gestion opérationnelle ET en avoir quelque chose à foutre de l'humain. J'irais même jusqu'à dire que l'un de va pas sans l'autre.

Parce que bon, les managers qui ne veulent pas mettre d'objectifs de productivité de peur de froisser les employés et qui sont plus potes que managers, ils sont bien gentils mais à part se rendre faussement populaires, ils font plus de mal que de bien et surtout mettent en danger les postes de leurs employés. Parce que quand quelqu'un va poser la question de savoir pourquoi on paie ces employés pour être moins productif et faire du boulot moins qualitatif qu'un bulgare ou un philippin qui coûtera 3x moins cher, y aura plus grand monde pour répondre.

Alors je sais qu'en France on a une vision biaisée des boites d'outsourcing (surtout à cause de nos opérateurs telecom qui font de la merde) mais dans la vraie vie, c'est pas ça. L'outsourcing s'est grandement professionalisé et quand c'est bien géré des deux côtés, ils produisent un boulot à minima égal à de l'interne (pour ce qui est du CS, QA et Loca pour prendre trois fonctions que je connais bien des deux côtés de la barrière, interne & BPO).

La vérité c'est que y a pas mal de postes qui sont en compétition mondiale et ce serait cool que les managers en prennent conscience et commencent à protéger les jobs de leurs employés en les formant à être compétitifs de sorte à ce que ces derniers ne se fassent pas virer au profit d'externes.

Maintenant en ce qui concerne Blizzard plus spécifiquement, c'était de toutes les manières très compliqué d'effectuer les changements nécessaires sans PSE et sans virer des gens. Ca doit faire depuis 2015 mini que je dis que la situation de Bli² Europe n'était pas tenable et n'avait que peu de sens à un niveau opérationnel.
Citation :
Publié par Jyharl
Tu peux parfaitement, en tant que décideur, avoir une bonne gestion opérationnelle ET en avoir quelque chose à foutre de l'humain. J'irais même jusqu'à dire que l'un de va pas sans l'autre.
Et pourtant, c'est presque tout le temps le cas parce qu'on laisse complètement de côté l'humain. En fait, je pousserai le bouchon en ajoutant qu'une bonne gestion opérationnelle devrait de facto englober un management plus humain parce que c'est le seul moyen de garder une masse salariale performante sur le long terme. Il ne s'agit pas de ne pas donner d'objectifs ou de brosser tout le monde dans le sens du poil, il s'agit juste d'arrêter de traiter les gens comme de la merde. Jusqu'à présent, mon meilleur poste a été dans la boîte qui a le plus exigé de moi. Grosse pression mais bon management. Ensuite on a fusionné : j'ai gagné plus avec moins d'objectifs à atteindre... mais surtout on bossait moins bien, parce qu'on avait un management complètement aberrant. Je suis parti écœuré au bout de trois ans après avoir vu mes collègues s'enfoncer dans la dépression ou le je-m'en-foutisme.

La norme aujourd'hui, ce n'est pas de traiter son employé comme un être humain, c'est de le traiter comme un outil, voire une perte sèche au bénéfice. On pressure les gens et quand ils cassent, on les remplace. Tout simplement ! Bonjour les usines à maladies professionnelles et chômeurs de longue durée ! Et c'est exactement ce qui se passe chaque fois qu'une grosse boîte ravage des studios rachetés pour gagner trois Francs six sous ou crunch ses dévs pour avancer une sortie de deux-trois mois. Et on s'en fout de savoir si on les perd après : on a fait le retour sur investissement ! Personne n'a l'air de piger que c'est une énorme fuite de compétences et d'expérience. Quelqu'un connaît un dév de plus de cinquante ans ? Pas un chef de projet, hein, juste un dév de jeu vidéo. A priori, ça n'existe pas, la plupart d'entre eux quittent le métier aux alentours de la trentaine...

Citation :
Publié par Jyharl
Alors je sais qu'en France on a une vision biaisée des boites d'outsourcing (surtout à cause de nos opérateurs telecom qui font de la merde) mais dans la vraie vie, c'est pas ça. L'outsourcing s'est grandement professionalisé et quand c'est bien géré des deux côtés, ils produisent un boulot à minima égal à de l'interne (pour ce qui est du CS, QA et Loca pour prendre trois fonctions que je connais bien des deux côtés de la barrière, interne & BPO).

La vérité c'est que y a pas mal de postes qui sont en compétition mondiale et ce serait cool que les managers en prennent conscience et commencent à protéger les jobs de leurs employés en les formant à être compétitifs de sorte à ce que ces derniers ne se fassent pas virer au profit d'externes.
Pas complètement juste : en réalité la France est l'un des pays les plus productifs en monde, que ce soit dans l'industrie classique ou les secteurs high-tech. En gérant bien ses équipes, on peut sans problème concurrencer la différence de prix de main-d'œuvre, surtout que tu élimines d'emblée les coûts de transports quand t'as pas la moitié de la planète à traverser pour ramener sur ton site de vente ta crotte made in Covid. Faut arrêter de se stigmatiser : oui on a un système d'imposition caca, oui on a un coût du salarié supérieur à pas mal de pays, mais c'est pas pour autant que la concurrence est qualitative. C'est comme quand tu changes de prestataire en te focalisant uniquement sur le prix pour décider : à un moment tu regrettes forcément ton choix. Le truc, c'est que c'est plus facile de délocaliser l'usine à papa que de la moderniser : on voit tout de suite ce que ça donne sur la fameuse courbe. Travailler pour s'améliorer et trouver des solutions sur place, ça demande de l'imagination et des testicules, deux choses dont nombre de CEO sont totalement dépourvus, la première tout particulièrement.

Mon expérience entre une usine en France et la même usine une fois délocalisée en Bulgarie et en Roumanie, c'était 30% de pertes à la fabrication (contre moins de 5% en local, vachement écolo au passage). Non, les mecs payés avec des cacahuètes font pas toujours mieux : ils se paient sur les trucs tombés des camions, font le minimum syndical (même sans syndicat), viennent travailler ou pas et ne disposent pas toujours des compétences pratiques et théoriques adaptées à ce qu'on leur demande. On peut pas juste prendre des mecs d'un autre pays et leur mettre l'outil avec un manuel dans les mains. Les compétences locales dépendent aussi des systèmes éducatifs et la productivité d'une certaine forme d'industrialisation qui ne sort pas d'un nuage magique parce qu'on en a envie. Et l'Irlande, c'est clairement la zone.
Activision Blizzard dévoile des résultats supérieurs aux attentes et veut créer 2 000 emplois

Je demande une minute de silence et une pensée au 300 employés France qui viennent de prendre la porte.
Citation :
Publié par Leydjin
Activision Blizzard ... veut créer 2 000 emplois

Je demande une minute de silence et une pensée au 300 employés France qui viennent de prendre la porte.
2000 smicards chinois c'est sûrement moins cher que 300 employés qualifiés français.

Optimisation on a dit
Citation :
Publié par | Ak3LA |
2000 smicards chinois c'est sûrement moins cher que 300 employés qualifiés français.

Optimisation on a dit
C'est surtout qu'il vaut mieux embaucher des personnes qui produisent des choses qui vont générer des revenues plutôt que des personnes qui sont juste un coût pour l'entreprise.
Sans compter que la France n'est pas franchement un pays intéressant pour les investisseurs étrangers, mais ça on ne peut s'en prendre qu'à nous même.
Citation :
Publié par Epic
Sans compter que la France n'est pas franchement un pays intéressant pour les investisseurs étrangers, mais ça on ne peut s'en prendre qu'à nous même.
Oui, ce n'est pas comme si on avait des écoles qui forment aux métiers du jeu vidéo.
Je suis d'accord pour le coté non productif par contre.
Les enterprises de Comics (pleines de com-niqueurs dedans) des EtatZunis voient les écoles de France comme des boites de conserves qu'on ouvre à la fin de l'année.
Je déteste les kréator de void-égo games des étatzunis et de la chicorée et du yaPon.
Il faut les prendre comme ça; A la dérision d'abord. Ils ne vous voient que comme des codeurs, ya qu'eux qui ont des idées.
Franchement Voyez les comme des plaques de papiers crépons. Ce sont des créateurs qui fondent à la neige.
Généralement ils ont juste assez d'argent que pour se comporter comme des souteneurs.
Ils vous embauchent, comportez vous comme la fille aux cheveux bleu à lunettes qui lit son livre et se barre au moindre incident.

Pour évaluer un projet, il faut de la culture, et la plupart de ces types n'en n'ont pas assez.
Citation :
Publié par Epic
C'est surtout qu'il vaut mieux embaucher des personnes qui produisent des choses qui vont générer des revenues plutôt que des personnes qui sont juste un coût pour l'entreprise.
Sans compter que la France n'est pas franchement un pays intéressant pour les investisseurs étrangers, mais ça on ne peut s'en prendre qu'à nous même.
C'est typiquement le genre de raisonnement qui fait qu'on n'a plus vu un SAV digne de ce nom depuis l'an 2000. Il faut savoir perdre de l'argent pour en gagner et maintenir une structure "non-rentable" peut éviter la mauvaise presse, des soucis imprévus en local et éviter les efforts en communication pour s'imposer parce qu'on est déjà respecté et apprécié par sa clientèle. Combien de grosses boîtes passent des dizaines de millions en réclame alors qu'ils ont acquis une image merdique en "optimisant" tellement bien leur boîte qu'ils sortent une crotte pour deux jeux ?

C'est comme le crunch des développeurs qui paraît logique à court terme, du point de vue de l'actionnaire ou du cadre qui fait son plan de carrière sur trois ans, mais se révèle extrêmement corrosif à long terme pour les compétences des équipes, sans parler de la motivation des concernés. Les optimisations uniquement basées sur la rentabilité et la production de revenus sur le papier n'emmènent que dans le mur. Activision était presque à destination lorsqu'ils ont racheté Blizzard et c'est exactement là qu'ils les emmènent avec eux, après ce léger détour et des imprécations de plus en plus fortes de modifier leur méthode de suivi (ahah ! mépourkoifer ?).

Par exemple, un service qualité ne produit rien, ne rapporte rien, mais ça peut éviter de grosses pertes sur le long terme (allez donc demander à Lactalis). Payer des gens pour emmerder la prod', ça paraît idiot sur le bilan comptable alors on réduit leur activité au max. Un énorme scandale plus loin, on se demande si on n'a pas un peu sous-évalué l'importance de ce service "pas essentiel" parce qu'il ne produit rien à part des procédures pénibles à suivre, mais il est trop tard. Ce n'est pas toujours aussi évident qu'avec Lactalis, parce que là ça a fait du bruit, mais c'est une constatation que j'ai fait quasi-quotidiennement dans des boîtes de plus en plus grosses durant ma carrière. On dirait que plus on brasse d'argent et moins on réfléchit. À la place, on compte. Si encore on le faisait bien...
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés