L'Agora

Débat sur l'évolution de la Violence dans la société Française et dans le monde

Répondre
Partager Rechercher
Merci pour ces chiffres, ils sont intéressants mais ils ne tiennent pas compte des grandes disparités qui existent entre les régions/villes françaises. Cette synthèse globale permet de confisquer le débat et d'éviter toutes études détaillées. La stabilisation des violences diverses enregistrée à l’échelle nationale masquent des hausses et des baisses selon les territoires.

Ces deux sociologues insistent pour reculer la focale, il faut une donnée globale : c'est totalement fumeux comme raisonnement et cela permet de servir leur soupe idéologique en confirmant qu'il n'y a rien à redire. Pour moi ils sont symptomatiques de l'aveuglement idéologique de la gauche qui préfère noyer le poisson dans un grand bain statistique. En réalité, l'ensauvagement de la société touche des territoires ciblés et sont à rapprochés aux zones de non-droit.

Citation :
Chercheuse pour le Cesdip, Renée Zauberman estime que l'on se trouve dans "une violence contenue". Certes, remarque-t-elle, "un fait de ce type, c’est toujours un fait de trop, et c’est choquant, au niveau de l’individu. Mais si on pose un diagnostic sur une société, il faut reculer la focale, il faut une donnée globale. Il en résulte qu’on ne voit pas de modification sensible sur les vingt dernières années."

"Il apparaît clairement que la prétendue hausse continue de l’insécurité relève davantage du fantasme que de la réalité. C’est la dénonciation des problèmes qui croît sans cesse, et non leur fréquence. Il apparaît également que les problèmes les plus graves sont aussi les plus rares", tranche pour sa part le sociologue Laurent Mucchielli dans un article qu'il a signé sur le site The Conversation. Confinement oblige, 2020 pourrait d'ailleurs être marquée par des baisses très nettes, les premiers indicateurs montrant que les crimes et délits ont été largement réduits dans le contexte de la crise sanitaire.
Bien entendu, il n'est fait aucune mention du détail des chiffres selon les départements, les régions et les grandes villes où il y a une augmentation des violences.

Si on rapproche la loupe, il n'y a pas une réalité globalisante mais plusieurs sur des territoires variés : Ministère de l'Intérieur, « Insécurité et délinquance en 2019 : une première photographie », Interstats,‎ janvier 2020.
Tu sors du berceau ? Parce que les polémiques sur la sécurité à partir d'une succession de faits divers (souvent en été d'ailleurs) est un grand classique. 2002, 2005, 2010... Et c'est toujours les mêmes postures. Je ne dis pas qu'il n'y pas de problème mais ces problèmes (la délinquance/criminalité des jeunes défavorisés "issus de l'immigration") existent depuis des décennies, rien de nouveau en 2020. Mais bon si ces jeux de rôle des médias et des politiques vous amusent, tant mieux. Perso j'ai autre chose à foutre que de tomber dans leur panneau. D'ailleurs c'est assez drôle quand ceux qui nous parlent d'ensauvagement ("sauvageons" @1998, karcher @2006) sont ceux qui gouvernent depuis 40 ans. S'il y a ensauvagement, c'est qui les responsables si ce n'est les Chevènement, Sarkozy, Valls, Darmanin qui jouent les matamor sans rien faire de sérieux à part de la com devant les caméras (coucou Grenoble) ?
Citation :
Publié par Mormuth
Personnellement je rejette les statistiques parce qu’elles ne correspondent à ma vision du monde. Ca a le mérite de simplifier les échanges.
Pas mal. Moi aussi je rejette les statistiques et les études par des experts parce qu'après tout, combien pèsent-elles face au ressenti des français, qui eux sont réellement confrontés, au quotidien, à la madmaxisation de la société ?

Dernière modification par Crevard Ingenieux ; 02/09/2020 à 19h38.
@Mormuth et @Crevard_Ingenieux : Vous confondez deux notions différentes que sont l'insécurité (statistique à l'appui) et le sentiment d'insécurité basé sur la couverture médiatique, la parano ambiante etc.

Pendant la campagne présidentielle de 2002, un petit village a voté massivement Lepen à l'époque parce qu'ils voyaient de l'insécurité partout à la télévision alors que le village n'avait même pas un vol de poule à son actif....

Il faut d'ailleurs ce sentiment d'insécurité qui met bien plus de temps à redescendre que l'insécurité elle-même....
Citation :
Publié par Gratiano
@Mormuth et @Crevard_Ingenieux : Vous confondez deux notions différentes que sont l'insécurité (statistique à l'appui) et le sentiment d'insécurité basé sur la couverture médiatique, la parano ambiante etc.
Justement, je suis pas sûr que ce soit eux qui confondent les deux. Ironie, sarcasme, toussa...
Citation :
Publié par Crevard Ingenieux
Pas mal. Moi aussi je rejette les statistiques et les études par des experts parce qu'après tout, combien pèsent-elles face au ressenti des français, qui eux sont réellement confrontés, au quotidien, à la madmaxisation de la société ?
Je dirais même plus la madmarxisation de la société !
Rolala si on peut même plus discuter des chiffres maintenant. Pourtant j'ai sourcé au moins un document avec des gros caractères, des graphiques et des images pour faciliter ta compréhension Mormuth. Mince alors.
Citation :
Publié par Xh0
Tu sors du berceau ? Parce que les polémiques sur la sécurité à partir d'une succession de faits divers (souvent en été d'ailleurs) est un grand classique. 2002, 2005, 2010... Et c'est toujours les mêmes postures. Je ne dis pas qu'il n'y pas de problème mais ces problèmes (la délinquance/criminalité des jeunes défavorisés "issus de l'immigration") existent depuis des décennies, rien de nouveau en 2020. Mais bon si ces jeux de rôle des médias et des politiques vous amusent, tant mieux. Perso j'ai autre chose à foutre que de tomber dans leur panneau. D'ailleurs c'est assez drôle quand ceux qui nous parlent d'ensauvagement ("sauvageons" @1998, karcher @2006) sont ceux qui gouvernent depuis 40 ans. S'il y a ensauvagement, c'est qui les responsables si ce n'est les Chevènement, Sarkozy, Valls, Darmanin qui jouent les matamor sans rien faire de sérieux à part de la com devant les caméras (coucou Grenoble) ?
Je ne sors pas du berceau, je souligne le fait que cela n'a aucun sens de parler d'ensauvagement au niveau national, alors que ce sont des territoires régionaux ou départementaux qui sont visiblement touchés.
Citation :
Publié par Le Comte Estbon
Je ne sors pas du berceau, je souligne le fait que cela n'a aucun sens de parler d'ensauvagement au niveau national, alors que ce sont des territoires régionaux ou départementaux qui sont visiblement touchés.
Et pourtant, l'expression qui revient dans les médias, c'est bien '' l'ensauvagement de la société ''.
Les défenseurs de ces pseudo thèses sécuritaires sont les premiers à globaliser. (et c'est logique, c'est tout l'intérêt de ces éléments de langage premaché qui non pas de sens réel, on globalise, on mélange, comme ça tous les publics y trouvent leur compte en projetant leur propre inquiétude.)

Comme on peut l'entendre sur CNews: on s'en fout mes bonnes gens des chiffres,
c'est le ressenti des Français qui comptent !
Citation :
Publié par Kedaïn
Comme on peut l'entendre sur CNews: on s'en fout mes bonnes gens des chiffres,
c'est le ressenti des Français qui comptent !
Et politiquement c'est vrai, c'est bien le problème. Emotion > Raison.
Citation :
Publié par Kedaïn
Et pourtant, l'expression qui revient dans les médias, c'est bien '' l'ensauvagement de la société ''.
Les défenseurs de ces pseudo thèses sécuritaires sont les premiers à globaliser. (et c'est logique, c'est tout l'intérêt de ces éléments de langage premaché qui non pas de sens réel, on globalise, on mélange, comme ça tous les publics y trouvent leur compte en projetant leur propre inquiétude.)

Comme on peut l'entendre sur CNews: on s'en fout mes bonnes gens des chiffres,
c'est le ressenti des Français qui comptent !
Et pourtant ce n'est pas simplement une question de sémantique et de ritournelles langagières utilisées par des politicards, je parle ici de violences réelles qui impactent les français dans leur chair et dans leur quotidien. D'ailleurs je suis assez surpris que l'on soit choqué par un mot (ensauvagement) plus que par des actes, au passage c'est un renversement des valeurs assez dingue.

Il y a quand même des types qui nous expliquent qu'il apparaît clairement que la prétendue hausse continue de l’insécurité relève davantage du fantasme que de la réalité Qui est dans la réthorique ici ?

Par exemple, dans le relevé statistique cité plus haut, il est clairement indiqué une hausse du nombre de victimes de coups et blessures volontaires, avec une augmentation plus importante dans les grandes villes.

Hop hop hop Emotion > Raison n'est-ce pas
1599165235-figure-3.png

1599165235-figure-5.png

Entre 2018 et 2019, les coups et blessures volontaires sur les personnes de 15 ans ou plus enregistrés par les forces de sécurité ont augmenté dans la totalité des régions et dans la plupart des départements métropolitains....
1599165483-figure-6.png
Citation :
De fortes hausses des violences sexuelles enregistrées en 2019 dans la plupart des territoires Dans le sillage de la hausse observée au niveau national, toutes les régions françaises ont connu des augmentations du nombre de viols, agressions et harcèlements sexuels enregistrés par les forces de sécurité en 2019, notamment la Corse, le Centre-Val-de-Loire, l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Nouvelle-Aquitaine.

27 départements ont enregistré des hausses supérieures à 17,9 % par rapport à 2018
Heuu c'est bien certains délits/crimes augmentent et d'autres baissent.

Il serait judicieux d'éviter de garder que ce qui t'intéresse pour faire passer ton message politique marqué surtout quand on généralise sur l'insécurité par la suite.

Bref, comme d'habitude, magouille et mis en avant de ce qu'on veut pour le message politique que l'on souhaite faire passer > intégrité et honnêteté dans l'analyse des données pour pouvoir confronter les points de vue après.
Classique mais légèrement décevant pour le coup, pas bien grave au final.
Citation :
Publié par hoochie
Bon à l'évidence la vie du parti "Les Républicains" est devenu hors-sujet
Au contraire, le concept d'ensauvagement est utilisé depuis plusieurs décennies par la droite Républicaine, c'est donc approprié d'en parler ici. Dernièrement nous avons eu Castex et Darmanin qui ont repris l'expression à leur compte.

C'est Chevènement qui le premier utilisa le mot "sauvageons" pour parler des jeunes délinquants multirécidivistes. Dans l'idée, il opposait les sauvageons aux "bourgeons", qui gardaient une part d’innocence potentielle, un germe de violence que l’on pouvait encore maitriser, réorienter.

Un sauvageon c'est donc un délinquant condamné à de nombreuses reprises, qui ne peut plus être réorienter pour s'intégrer dans la société. Le process d'ensauvagement devient alors le terreau idéal pour faire pousser des projets mortifères.
Euh non pas par la droite républicaine depuis plusieurs décennies, le terme d'ensauvagement est passé de l'extrême droite à la droite républicaine en 2018, et son apparition dans son sens actuel vient de La France Orange Mécanique, un livre publié en 2013.

L'impressionnant étant la vitesse à laquelle il est passé de la droite au centre, après avoir beaucoup stagné à l'extrême droite.


Extraits de cet article (paywall).
Citation :
C'est en 2013 que l'usage actuel du terme "ensauvagement" explose, à la faveur de la sortie, le 17 janvier 2013, du livre la France Orange mécanique du journaliste Laurent Obertone.

(...)

Le Rassemblement national ne s'y est pas trompé. Dès le 8 février 2013, la patronne du parti Marine Le Pen publie une vidéo dans laquelle elle appelle à lire le livre et reprend à son compte le vocable utilisé (...) En 2018 notamment, le parti organise à l'Assemblée Nationale un colloque intitulé "De la délinquance à l'ensauvagement ?", dans lequel interviennent Obertone et Raufer.

(...)

Mais "ensauvagement" fait aussi son chemin au-delà de l'extrême droite. Après l'agression d'une enseignante à Créteil le 21 octobre 2018, alors que Marine Le Pen avance dix propositions "contre l'ensauvagement en milieu scolaire", le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, qui utilise le terme sur les réseaux sociaux depuis le 4 juin 2018, déclare sur Twitter qu'"il faut rompre avec la naïveté face aux violences à l'école et contre l'ensauvagement de notre société." En mai 2019, les premières utilisations du terme sur les réseaux sociaux par Laurent Wauquiez - mais aussi par le syndicat du corps de commandement policier Synergie-Officiers (CFE-CGC), qui l'utilisera ensuite très fréquemment - sont repérées après un tweet d'Éric Ciotti.
Et c'est finalement une bonne chose que la droite récupère ce concept d'ensauvagement à l'extrême droite. Ah mon avis quand Castex et Darmanin utilisent l'expression c'est en référence à la position de Chevènement, alors ministre de l'Intérieur. C'est sans doute le bon moment de se poser la question, de savoir comment et pourquoi il existe des sauvageons en France ?
En disant sauvageons Chevènement pointait le manque d'éducation des jeunes délinquants, pas exactement la même chose que de dire que les gens deviendraient de plus en plus sauvages, mais bon c'est vrai la racine est la même.
Citation :
Publié par Le Comte Estbon
Et c'est finalement une bonne chose que la droite récupère ce concept d'ensauvagement à l'extrême droite.
Triste époque ou la droite fait les poubelles idéologiques pour sortir des concepts comme "l'ensauvagement", va falloir que vos experts s'y penchent, y'a un gros travail d'intellectualisation à faire... rien que la définition que vous en donnez, en une phrase, augure du meilleure.
Bof, les mots n'ont plus aucun sens en politique en cette rentrée j'ai l'impression surtout.

Ensauvagement pour parler du coup de flip de mémé après avoir regardé jean-pierre péquenaud faire la liste consciencieuse de tous les chats écrasés de France chaque midi....

Séparatisme pour parler des banlieues où les racisés subissent quotidiennement le racisme d'une certaine institution (mais si, vous savez, celle où le contexte permet de justifier tout et n'importe quoi...), et vous la sentez arriver la loi d'exception qui leur permet de faire encore plus n'importe quoi ?

...

Et après l'académie française nous fait chier avec le/la covid... s'ils pouvaient revoir leurs priorités et faire bouffer le dictionnaire à nos politiciens qui se sont visiblement bien trop ennuyés chez eux pendant le confinement, ça serait vraiment pas une mauvaise idée...
Citation :
Publié par Ghalleinne
Bof, les mots n'ont plus aucun sens en politique en cette rentrée j'ai l'impression surtout.

Ensauvagement pour parler du coup de flip de mémé après avoir regardé jean-pierre péquenaud faire la liste consciencieuse de tous les chats écrasés de France chaque midi....

Séparatisme pour parler des banlieues où les racisés subissent quotidiennement le racisme d'une certaine institution (mais si, vous savez, celle où le contexte permet de justifier tout et n'importe quoi...), et vous la sentez arriver la loi d'exception qui leur permet de faire encore plus n'importe quoi ?

...

Et après l'académie française nous fait chier avec le/la covid... s'ils pouvaient revoir leurs priorités et faire bouffer le dictionnaire à nos politiciens qui se sont visiblement bien trop ennuyés chez eux pendant le confinement, ça serait vraiment pas une mauvaise idée...
Ya pas que quotidien de Yann Barthès dans la vie.
Citation :
Publié par Ghalleinne
Ensauvagement pour parler du coup de flip de mémé après avoir regardé jean-pierre péquenaud faire la liste consciencieuse de tous les chats écrasés de France chaque midi....
C'est surtout suite aux agressions ultra-violentes récentes que le terme est ressorti, genre le chauffeur de tram qui se fait battre à mort ou le type qui se fait démonter par 5 mecs dans une laverie à coups de batte de baseball, tu m'étonnes que mémé flippe lol
Comme si les faits divers un peu crade montés en tête d'épingle par les médias étaient une nouveauté...

On la connait la recette, on sort trois histoires sordides dans l'été et ça y est, 65 millions de français ont peur pour leur vie à chaque instant...

...

Et les gens se refont avoir, encore et encore...

On ne peut pas tromper mille fois une personne ? Mouarf, y'a bien que dans le film que c'est vrai ça...
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés