L'Agora

[Coronavirus] Les pistes de traitement

Répondre
Partager Rechercher
J'ai une question très basique mais je ne crois pas avoir vu déjà la réponse.
Est-ce qu'on a pensé à faire tout simplement le vaccin le plus simple au monde ?
Inoculer une quantité de virus vivant pour développer le système immunitaire des receveurs.

Evidemment cela devrait être étudié avec moult précautions :
N'inoculer que des personnes en bonne santé, jeunes, volontaires, et prendre garde à la quantité injectée.
Je crois que la mortalité de ce virus dépend notamment de la dose reçue : donc si on pouvait injecter une quantité suffisamment importante pour développer une immunité, mais suffisamment faible pour qu'elle puisse être combattue facilement par la personne qui la reçoit, c'est à dire sans causer des symptomes plus graves qu'un rhume dans 99.9x% des cas.
De plus, pour les jeunes il est clair que le pourcentage de décès est très faible. Cf les graphes où on voit que la surmortalité sur les 0-64 ans est invisible. Donc si on évite spécifiquement ceux que ce virus peut tuer, on devrait pouvoir arriver à un taux de décès epsilonesque.

On pourrait de plus (mais là c'est moi qui part dans une imagination débordante) inoculer ce virus à un endroit pas du tout habituel.
Peut-être que si on l'injecte par exemple dans le mollet, il peut se développer et être combattu par le système immunitaire, sans pour autant poser de troubles respiratoires ou autre problème grave ?

Bénéfice collectif : avancer vers l'immunité collective.
Bénéfice individuel : la quasi-certitude de ne pas être cloué au lit par la maladie, car étant déjà immunisé.

Sur le plan médical, est-ce que certains posteurs avec des connaissances seraient prêts à s'avancer sur l'idée : est-ce que ça aurait une chance de fonctionner ?
Sur le plan éthique, qu'en pensez-vous ?

Si on vous garantissait un certain niveau de probabilité de vous en tirer avec aucune séquelle (disons 999 chances sur 1000), l'accès aux meilleurs soins de réa en cas de problème inattendu, seriez-vous prêt à recevoir ce traitement, dans votre intérêt futur et l'intérêt collectif de la société ?
Citation :
Publié par Eden Paradise
On pourrait de plus (mais là c'est moi qui part dans une imagination débordante) inoculer ce virus à un endroit pas du tout habituel.
Peut-être que si on l'injecte par exemple dans le mollet, il peut se développer et être combattu par le système immunitaire, sans pour autant poser de troubles respiratoires ou autre problème grave ?
Mais qu'est ce que tu racontes ? 8d02b3bf2e15346a2286e903ccd885d1.png
un bémol, tu raisonne en binaire.
y'a pas que la guérison totale ou la mort comme sortie, y'a aussi tout un tas de séquels plus ou moins importants, dont on a pour l'instant absolument pas le recul necessaire pour évaluer s'ils se résorberont tout seul.
donc inoculer ça volontairement, bof quoi.

j'rappel qu'à l'ihu ils ont trouvé que 65% des asymptomatiques présentaient des lésions sur leurs poumons.
un jolien a confirmé qu'à l'hosto ils se sont même servit de ce truc pour détecter les futurs cas graves (plus le poumon est atteint, plus t'as de chance de finir en réanim)
"j'rappel qu'à l'ihu ils ont trouvé que 65% des asymptomatiques présentaient des lésions sur leurs poumons."
Ah ouais, de quoi dissuader de vouloir s'immuniser "à l'ancienne" !
Citation :
Publié par Sayn
Mais qu'est ce que tu racontes ?
Est-ce que ce virus peut se développer uniquement dans un certain type de cellules ?
Et dans quelles cellules peut-il faire des dégats ?
Si on trouve un type de cellules dans lequel il peut se développer, et dans lequel une immunité peut se construire, alors qu'il ne pourrait pas y faire de dégats, ni sauter vers un autre type de cellules où il le pourrait, ce serait bingo.

Je suis sûr que des équipes de recherche ont déjà pensé à des trucs comme ça, j'aimerais simplement savoir si ça a déjà été étudié, et si oui jusqu'à quel stade ?
Citation :
Publié par Eden Paradise
J'ai une question très basique mais je ne crois pas avoir vu déjà la réponse.
Est-ce qu'on a pensé à faire tout simplement le vaccin le plus simple au monde ?
Inoculer une quantité de virus vivant pour développer le système immunitaire des receveurs.

Evidemment cela devrait être étudié avec moult précautions :
N'inoculer que des personnes en bonne santé, jeunes, volontaires, et prendre garde à la quantité injectée.
Je crois que la mortalité de ce virus dépend notamment de la dose reçue : donc si on pouvait injecter une quantité suffisamment importante pour développer une immunité, mais suffisamment faible pour qu'elle puisse être combattue facilement par la personne qui la reçoit, c'est à dire sans causer des symptomes plus graves qu'un rhume dans 99.9x% des cas.
De plus, pour les jeunes il est clair que le pourcentage de décès est très faible. Cf les graphes où on voit que la surmortalité sur les 0-64 ans est invisible. Donc si on évite spécifiquement ceux que ce virus peut tuer, on devrait pouvoir arriver à un taux de décès epsilonesque.

On pourrait de plus (mais là c'est moi qui part dans une imagination débordante) inoculer ce virus à un endroit pas du tout habituel.
Peut-être que si on l'injecte par exemple dans le mollet, il peut se développer et être combattu par le système immunitaire, sans pour autant poser de troubles respiratoires ou autre problème grave ?

Bénéfice collectif : avancer vers l'immunité collective.
Bénéfice individuel : la quasi-certitude de ne pas être cloué au lit par la maladie, car étant déjà immunisé.

Sur le plan médical, est-ce que certains posteurs avec des connaissances seraient prêts à s'avancer sur l'idée : est-ce que ça aurait une chance de fonctionner ?
Sur le plan éthique, qu'en pensez-vous ?

Si on vous garantissait un certain niveau de probabilité de vous en tirer avec aucune séquelle (disons 999 chances sur 1000), l'accès aux meilleurs soins de réa en cas de problème inattendu, seriez-vous prêt à recevoir ce traitement, dans votre intérêt futur et l'intérêt collectif de la société ?
Ca a été tenté sur des singes et ça marche. C'était pas dans l'hypothèse de développer un vaccin, mais juste voir si le virus entraînait une immunisation protectrice. Mais le faire sur une 10aine de singes c'est une chose, sur des millions d'humains, c'est autre chose.
Mais je ne pense pas que quiconque aura le courage de se lancer là dedans, trop d'inconnu, trop risqué en termes de complications et effets secondaires. La vaccination, c'est sur des sujets sains, donc faut que les complications graves soient rarissimes.
Citation :
Publié par Eden Paradise
J'ai une question très basique mais je ne crois pas avoir vu déjà la réponse.
Est-ce qu'on a pensé à faire tout simplement le vaccin le plus simple au monde ?
Inoculer une quantité de virus vivant pour développer le système immunitaire des receveurs.

Evidemment cela devrait être étudié avec moult précautions :
N'inoculer que des personnes en bonne santé, jeunes, volontaires, et prendre garde à la quantité injectée.
Je crois que la mortalité de ce virus dépend notamment de la dose reçue : donc si on pouvait injecter une quantité suffisamment importante pour développer une immunité, mais suffisamment faible pour qu'elle puisse être combattue facilement par la personne qui la reçoit, c'est à dire sans causer des symptomes plus graves qu'un rhume dans 99.9x% des cas.
De plus, pour les jeunes il est clair que le pourcentage de décès est très faible. Cf les graphes où on voit que la surmortalité sur les 0-64 ans est invisible. Donc si on évite spécifiquement ceux que ce virus peut tuer, on devrait pouvoir arriver à un taux de décès epsilonesque.

On pourrait de plus (mais là c'est moi qui part dans une imagination débordante) inoculer ce virus à un endroit pas du tout habituel.
Peut-être que si on l'injecte par exemple dans le mollet, il peut se développer et être combattu par le système immunitaire, sans pour autant poser de troubles respiratoires ou autre problème grave ?

Bénéfice collectif : avancer vers l'immunité collective.
Bénéfice individuel : la quasi-certitude de ne pas être cloué au lit par la maladie, car étant déjà immunisé.

Sur le plan médical, est-ce que certains posteurs avec des connaissances seraient prêts à s'avancer sur l'idée : est-ce que ça aurait une chance de fonctionner ?
Sur le plan éthique, qu'en pensez-vous ?

Si on vous garantissait un certain niveau de probabilité de vous en tirer avec aucune séquelle (disons 999 chances sur 1000), l'accès aux meilleurs soins de réa en cas de problème inattendu, seriez-vous prêt à recevoir ce traitement, dans votre intérêt futur et l'intérêt collectif de la société ?
C'est le principe des vaccins viraux attenué genre polio ou varicelle.
Donc oui c'est fait. Plus un adjuvant pour booster la reponse immunitaire.
Citation :
Publié par Folkensedai
substance tellement reconnue comme dangereuse dans le reste du monde que le nih américain vient de lancer une étude sur l'efficacité du combo hydroxychloroquine et azithromycine pour traiter le COVID-19
Citation :
Publié par Folkensedai
moyen d'avoir plus de science et moins de convictions assénés sur un ton condescendant ?
si ces études étaient fiables, la nih n'aurait pas décidé de lancer sa propre étude, cqfd.
Figure 1, le combat perdu d'avance contre les trolls/platistes/colleurs d'affiches et le reste : un post de deux lignes, VS une réponse de plusieurs paragraphes de Shad et Borh.
A laquelle bien sur on ne répond pas du tout, à part en ré-enchainant sur un autre post de 3 lignes en noyant le poisson et/ou en changeant de sujet/questions.
Citation :
Publié par Borh
Ca a été tenté sur des singes et ça marche. C'était pas dans l'hypothèse de développer un vaccin, mais juste voir si le virus entraînait une immunisation protectrice. Mais le faire sur une 10aine de singes c'est une chose, sur des millions d'humains, c'est autre chose.
Mais je ne pense pas que quiconque aura le courage de se lancer là dedans, trop d'inconnu, trop risqué en termes de complications et effets secondaires. La vaccination, c'est sur des sujets sains, donc faut que les complications graves soient rarissimes.
Merci pour la réponse
C'est vrai que cette solution pose de gros problèmes éthiques, le public n'acceptera jamais un risque trop élevé et le moindre cas d'échec serait monté en épingle.

J'aimerais bien avoir des données détaillées sur le comportement du virus dans le corps.
Quelle est la dose d'infection moyenne ? On a constaté chez les médecins des décès assez faciles, pas seulement pour des raisons de censure autoritariste mais aussi parce que les médecins reçoivent des doses plus importantes à cause multiples contaminations.
Quel est le temps de doublement du virus ?
Si on réussissait à injecter un unique exemplaire du virus, cela diminuerait la mortalité et les conséquences néfastes d'un facteur combien ?
Citation :
Publié par Curufinwe Melwasul
C'est le principe des vaccins viraux attenué genre polio ou varicelle.
Donc oui c'est fait. Plus un adjuvant pour booster la reponse immunitaire.
Pareil, si t'as plus d'infos ça m'intéresse. C'est juste la quantité de virus qui est diminuée (en plus de l'adjuvant), ou bien est-ce que le virus est dégradé d'une manière ou d'une autre ?
Et si c'est juste la quantité qui est diminuée : ça laisse combien de temps au corps, en plus par rapport à une infection "naturelle" ?
Et le corps arrive-t-il à ralentir ce délai théorique ? (Le délai entre l'infection avec la quantité diminuée, et l'obtention d'une quantité équivalente à une infection naturelle moyenne, en tenant compte du temps de doublement théorique)
Je trouve ça passionnant.
Citation :
Publié par Eden Paradise
Merci pour la réponse
C'est vrai que cette solution pose de gros problèmes éthiques, le public n'acceptera jamais un risque trop élevé et le moindre cas d'échec serait monté en épingle.

J'aimerais bien avoir des données détaillées sur le comportement du virus dans le corps.
Quelle est la dose d'infection moyenne ? On a constaté chez les médecins des décès assez faciles, pas seulement pour des raisons de censure autoritariste mais aussi parce que les médecins reçoivent des doses plus importantes à cause multiples contaminations.
Quel est le temps de doublement du virus ?
Si on réussissait à injecter un unique exemplaire du virus, cela diminuerait la mortalité et les conséquences néfastes d'un facteur combien ?

Pareil, si t'as plus d'infos ça m'intéresse. C'est juste la quantité de virus qui est diminuée (en plus de l'adjuvant), ou bien est-ce que le virus est dégradé d'une manière ou d'une autre ?
Et si c'est juste la quantité qui est diminuée : ça laisse combien de temps au corps, en plus par rapport à une infection "naturelle" ?
Et le corps arrive-t-il à ralentir ce délai théorique ? (Le délai entre l'infection avec la quantité diminuée, et l'obtention d'une quantité équivalente à une infection naturelle moyenne, en tenant compte du temps de doublement théorique)
Je trouve ça passionnant.
Le virus est inactivé, c'est à dire qu'il est rendu non infectieux. Ce n'est pas une question de quantité, ce qui est déjà en soi difficile à réaliser.
Citation :
Publié par Eden Paradise
Merci pour la réponse
C'est vrai que cette solution pose de gros problèmes éthiques, le public n'acceptera jamais un risque trop élevé et le moindre cas d'échec serait monté en épingle.

J'aimerais bien avoir des données détaillées sur le comportement du virus dans le corps.
Quelle est la dose d'infection moyenne ? On a constaté chez les médecins des décès assez faciles, pas seulement pour des raisons de censure autoritariste mais aussi parce que les médecins reçoivent des doses plus importantes à cause multiples contaminations.
Quel est le temps de doublement du virus ?
Si on réussissait à injecter un unique exemplaire du virus, cela diminuerait la mortalité et les conséquences néfastes d'un facteur combien ?

Pareil, si t'as plus d'infos ça m'intéresse. C'est juste la quantité de virus qui est diminuée (en plus de l'adjuvant), ou bien est-ce que le virus est dégradé d'une manière ou d'une autre ?
Et si c'est juste la quantité qui est diminuée : ça laisse combien de temps au corps, en plus par rapport à une infection "naturelle" ?
Et le corps arrive-t-il à ralentir ce délai théorique ? (Le délai entre l'infection avec la quantité diminuée, et l'obtention d'une quantité équivalente à une infection naturelle moyenne, en tenant compte du temps de doublement théorique)
Je trouve ça passionnant.
Si tu injectes un seul virus, dans l'hypothèse où techniquement c'est faisable, l'immunité innée non spécifique va le dégager fissa, et y aura pas d'acquisition d'une immunité adaptative protectrice.
Il faut tout de même une certaine dose pour que l'immunité spécifique se développe.

Même si ton idée est pas idiote sur le plan théorique, en pratique c'est trop compliqué de trouver la bonne dose de virus qui serait suffisante pour toujours acquérir l'immunité mais qui ne déclencherait jamais de forme grave ou séquelles.
Pour ça qu'à ma connaissance personne ne s'est lancé sur cette piste.
Citation :
Publié par Eden Paradise
Merci pour la réponse
C'est vrai que cette solution pose de gros problèmes éthiques, le public n'acceptera jamais un risque trop élevé et le moindre cas d'échec serait monté en épingle.

J'aimerais bien avoir des données détaillées sur le comportement du virus dans le corps.
Quelle est la dose d'infection moyenne ? On a constaté chez les médecins des décès assez faciles, pas seulement pour des raisons de censure autoritariste mais aussi parce que les médecins reçoivent des doses plus importantes à cause multiples contaminations.
Quel est le temps de doublement du virus ?
Si on réussissait à injecter un unique exemplaire du virus, cela diminuerait la mortalité et les conséquences néfastes d'un facteur combien ?

Pareil, si t'as plus d'infos ça m'intéresse. C'est juste la quantité de virus qui est diminuée (en plus de l'adjuvant), ou bien est-ce que le virus est dégradé d'une manière ou d'une autre ?
Et si c'est juste la quantité qui est diminuée : ça laisse combien de temps au corps, en plus par rapport à une infection "naturelle" ?
Et le corps arrive-t-il à ralentir ce délai théorique ? (Le délai entre l'infection avec la quantité diminuée, et l'obtention d'une quantité équivalente à une infection naturelle moyenne, en tenant compte du temps de doublement théorique)
Je trouve ça passionnant.
Globalement ,le virus est rendu beaucoup moins dangereux. Le corps va le reconnaitre cette signature particulière et fabriquer des armes contre cette signature.
De fait quand le virus "normal" sera recontré, l'organisme pourra se defendre directement.

Apres il faut des rappels a intervales regulier pour restimuler le corps.
https://www.vaccination-info.be/la-v...on-c-est-quoi/

En théorie c'est faisable cf Rotavirus, Oreilons etc.
Pour le Covid-19, on manque encore de recul alors on teste.
Pour renchérir

On injecte pas de virus tel quel, on injecte une version "non lethale" du dit virus
Beaucoup de gens on raconté juste n'importe quoi sur les réseaux sociaux sur les vaccins ces derniers temps

Mais faut réfléchir, si tu injectes des virus dans les gens -> les gens ils sautent de suite en deux temps trois mouvements et aussi les vaccins seraient alors "fabriqués" en un temps record lol


Bref hallucinant tout le temps perdu à cause de certaines infos qui circulent, OMG.

edit
ci dessous :
Effectivement.

Dernière modification par Airman ; 18/05/2020 à 21h47.
Citation :
Publié par Airman
Bref hallucinant tout le temps perdu à cause de certaines infos qui circulent, OMG.
Pas des informations, des désinformations. En particulier, la propagande toujours plus insidieuse des antivaxx.
un vaccin testé sur 8 personnes, qui marche en début de phase 1

https://www.nytimes.com/2020/05/18/h...e-moderna.html

Citation :
The first coronavirus vaccine to be tested in people appears to be safe and able to stimulate an immune response against the virus, its manufacturer, Moderna, announced on Monday.

The findings are based on results from the first eight people who each received two doses of the experimental vaccine, starting in March.

Those people, healthy volunteers ages 18 to 55, made antibodies that were then tested in infected cells in the lab, and were able to stop the virus from replicating — the key requirement for an effective vaccine. The levels of those so-called neutralizing antibodies matched or exceeded the levels found in patients who had recovered after contracting the virus in the community.



Citation :
Though encouraging, the findings do not prove that the vaccine works.
Citation :
Publié par Borh
Si tu injectes un seul virus, dans l'hypothèse où techniquement c'est faisable, l'immunité innée non spécifique va le dégager fissa, et y aura pas d'acquisition d'une immunité adaptative protectrice.
Il faut tout de même une certaine dose pour que l'immunité spécifique se développe.

Même si ton idée est pas idiote sur le plan théorique, en pratique c'est trop compliqué de trouver la bonne dose de virus qui serait suffisante pour toujours acquérir l'immunité mais qui ne déclencherait jamais de forme grave ou séquelles.
Pour ça qu'à ma connaissance personne ne s'est lancé sur cette piste.
Et si tu fais des injections avec des doses de plus en plus importantes ?
Tu commences avec quasi rien, tu attends x jours pour les réactions, et puis tu montes le dosage, ce serait plus long qu'un vaccin, mais au final ça peut permettre d'arriver jusqu'au bon dosage.
Citation :
Publié par Ohrido-Zen-Attitude
Et si tu fais des injections avec des doses de plus en plus importantes ?
Tu commences avec quasi rien, tu attends x jours pour les réactions, et puis tu montes le dosage, ce serait plus long qu'un vaccin, mais au final ça peut permettre d'arriver jusqu'au bon dosage.
Ce que tu décris c'est une procédure de désensibilisation, pas d'immunisation.
Les médias et internautes chinois se foutent de la gueule de Trump parce qu'il prend de l'Hydroxychloroquine.
https://www.globaltimes.cn/content/1188779.shtml

C'est bizarre, on nous avait dit que les Chinois étaient les meilleurs spécialistes en virus du monde et que eux croyaient dur comme fer en l'hydroxychloroquine, ils en donnaient sans se poser de question. C'est pas que je lis...
En fait ça paraît tellement absurde aux internautes chinois que certains croient qu'il ment et ne prend pas réellement d'HCQ. Mais moi je ne pense pas qu'il mente.
Zut grillé, j'espérais poster une devinette


Citation :
“I happen to be taking it. I happen to be taking it. I’m taking it, hydroxychloroquine. Right now, yeah. A couple weeks ago I started taking it. Because I think it’s good, I heard a lot of good stories … I take a pill every day.”
Quelqu'un a des nouvelles du programme Discovery, fleuron de la recherche européenne ? J'avais compris qu'on aurait des premiers éléments publics pour "début avril", "enfin, non mi-avril", "enfin plutôt début-mai", mais pour le moment c'est plutôt silence radio, hormis peut être dans les milieux autorisés.

Dernière modification par Soumettateur ; 19/05/2020 à 09h46.
Citation :
Publié par Soumettateur
Quelqu'un a des nouvelles du programme Discovery, fleuron de la recherche européenne ? J'avais compris qu'on aurait des premiers éléments publics pour "début avril", "enfin, non mi-avril", "enfin plutôt début-mai", mais pour le moment c'est plutôt silence radio, hormis peut être dans les milieux autorisés.
Mieux vaut oublier
Citation :
Publié par Gratiano
@Borh: Tiens d'ailleurs, il y a une chose qui explique un tel échec de Discovery ?
Je n'arrive pas à comprendre la non-adhérence des pays à cet essai.
Les molécules testées, que sont le Kaletra, l'HCQ et le Remdesivir, on sait déjà qu'elles ne marchent pas ou que si elles marchent, leur efficacité est très modeste que ce sera pas des game changer. Donc on peut comprendre qu'il y ait pas de grande motivation à inclure des patients.
Y avait eu déjà une interview d'Eric Caumes y a un bon mois, où on sentait très bien qu'il ne croyait pas à Discovery. Lui a probablement inclut des patients un peu par devoir, un peu pour faire plaisir à l'Inserm et aux collègues français qui portent le projet. Mais les étrangers, ils en ont rien à péter de faire plaisir à l'Inserm, s'il y a d'autres essais en cours auxquels ils croient plus, ils vont plutôt inclure leurs patients dans ceux là que dans Discovery (et ils ont raison), on ne peut pas inclure un même patient dans plusieurs essais thérapeutiques.

De ce que j'ai compris également, les procédures pour inclure chaque patient sont très lourdes et coûtent cher, à la Française quoi.
Personnellement, je participe à un projet actuellement porté directement par l'Inserm (comme Discovery), y a 80 pages d'eCRF à remplir par patient. Faut être très très motivé pour inclure chaque patient.
Répondre

Connectés sur ce fil

2 connectés (1 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés