L'Agora

Actions et dividendes des entreprises du CAC

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par gnark

Elle vient d’où ta définition ?
Le capitalisme ce n'est absolument pas cela
Google.

Après le modèle capitalisme repose sur ce clivage. Interviens justement les sociétés qui rééquilibre le rapport au capitale.
Le Capitalisme est par définition, le capitale qui créer et emploie.

Citation :
Publié par Ron Jé2bosouliers
Non mais tu cites la définition du capitalisme puis dans la phrase suivante tu la déformes complètement pour en faire un truc foncièrement mauvais

C'est tellement inscrit profondément dans inconscient que le capitalisme c'est vilain que tu ne te rends plus compte du procédé.
Justement j'ai complété ma phrase , par un "c'est beaucoup moins clivant". L'idée est juste de grossir le trait pour ressortir le concepts.

Le souci n'est pas de dire que le Capitalisme est foncièrement mauvais. C'est juste expliquer en quoi les structure attenantes sont nécessaire pour son existence.
Tu peux avoir un capitalisme vertueux. Mais dans ce cas la tu reviens à un Bretton Woods, ou tu lui donne un cadre pour créer des dynamique positive.
Mais aujourd'hui un tel revirement me semble extrêmement compromis.

Il faut tout de même pas oublier qu'un des pan du capitalisme, implique de manière implicite l'objet du pouvoir et de la domination.
Car qui possède, domine.
L'argent et un outil de domination. J'ai l'argent je paye, et donc de fait j'ai l'ascendant.
On peut développé ça dans toutes les strates de la société clients, patrons, lobbyiste etc...

Du coup ton influence augmente avec ta richesse. Et dans ce cadre là, les concentrations extrême pose problème, jusqu’à des niveaux constitutionnel.
Donc oui j'ai une vision négative DE CE CAPITALISME que l'on applique. Pas avec la notion du capitalisme de base, qui finalement n'est que la représentation de la nature profonde de l'homme dans son rapport a l’autre.

Dernière modification par fraanel ; 20/02/2020 à 09h44.
Citation :
Publié par fraanel
Google.
Et bien tu t'es fait troller par Google
Wikipédia est tout de même plus proche de la réalité.

Citation :
Le capitalisme désigne un système politique et économique reposant sur la propriété privée, notamment des moyens de production, le libre échange sur des marchés et la libre concurrence
Parce que avec ta définition le patron propriétaire de son moyen de production ou l’artisan ne peuvent pas exister
Citation :
Publié par Ron Jé2bosouliers
Ne pas travailler si t'as pas envie.
Je ne conçois pas l'existence sans bosser sur mes projets.

Sais tu que des mecs kiffent bosser sur le chantard ? Que des routiers kiffent partir sur la route pour la semaine ? Que pour eux il serait bien plus pénible d'occuper un emploi administratif derrière un bureau ? Oui bien sûr que tu le sais. Du coup comment tu définis le mérite ? Vraie question.
Que des gens aiment bosser tant mieux pour eux. Perso et beaucoup de monde de mon entourage (si ce n'est toute) s'en passerait bien. Même si certains ont des travail qui leur plait, ils aimeraient tous avoir la possibilité de faire plus de truc qu'ils aiment. Avoir plus de temps pour leurs passions...
C'est simple, si tu regarde sur une journée normal de 24h, tu en a 8 pour dormir, 8 pour le travaille et 8 pour toi. Si tu enlève le temps de route, de manger, de la vie courante, il doit te rester 2/3 heures pour tes passions. C'est ridicule.

Citation :
Vire les et demain tout le système économique s'écroule.

Ton aide sociale y aura plus personne pour la payer.
Virer les actionnaires et le système s'écroule ? J'y crois pas trop...
Citation :
Publié par Aeristh
Virer les actionnaires et le système s'écroule ? J'y crois pas trop...
Virer les actionnaires, c'est plus d'investissement, plus de liquidités. Et ce ne sont pas les banques qui viendront donner un coup de main. Le système s'écroule lentement au départ puis c'est le crack.

Je connais des boîtes qui ne sont pas en bourse, qui n'ont pas de liquidités. Les banques ne veulent leur prêter (pas rentable). Le traiteur a fermé ainsi. Un industrie en est réduit à faire de la cession/location de locaux et de machines pour continuer à fonctionner.

Ce n'est pas aussi simple que l'on pourrait le croire. L'actionnariat fait partie intégrante du système.
Citation :
Publié par gnark
Parce que avec ta définition le patron propriétaire de son moyen de production ou l’artisan ne peuvent pas exister
Complétement d'accord avec toi. C'est pour ça que j'ai donner une définition encore plus concis au dessus.
Sinon ta définition est fausse aussi. Car la notion de libre échange est une théorie autonome, et n'est pas lier au capitalisme.

D’ailleurs c'est une théorie qui m'a beaucoup intéressé, car il s'appuie sur l'avantage comparatif pour prouver son efficience.
Or lorsqu'on développe, on se rend compte que cela ne marche que si on est dans un contexte coopératif.
Et dans le cas contraire (guerre commercial), cela deviens un moteur de destruction globale sur l’ensemble des économies (ce qui se passe actuellement).

Citation :
Publié par Gratiano
Virer les actionnaires, c'est plus d'investissement, plus de liquidités. Et ce ne sont pas les banques qui viendront donner un coup de main. Le système s'écroule lentement au départ puis c'est le crack.

Je connais des boîtes qui ne sont pas en bourse, qui n'ont pas de liquidités. Les banques ne veulent leur prêter (pas rentable). Le traiteur a fermé ainsi. Un industrie en est réduit à faire de la cession/location de locaux et de machines pour continuer à fonctionner.

Ce n'est pas aussi simple que l'on pourrait le croire. L'actionnariat fait partie intégrante du système.
Point ou on est d'accord. (c'est rare )
Par contre, il y a un cadre a donné, car le fonctionnement actuel est tout sauf efficient.
En quoi acheter ou vendre une action 50 000 fois dans la journée fait partie de la réalité d'une entreprise.

Paul Jorion à ce niveau là donne une vision intéressante, avec un point de vue des coulisses et des algorithmes injectés.
Et régulé tout ça parait impossible, car trop complexe et trop de volume.
Il y a des choses à repenser, et le système boursier en fait partie.
Comme le fait que le capitale soit moins taxé que le travail, c'est également une hérésie.

Dernière modification par fraanel ; 20/02/2020 à 10h30.
Citation :
Publié par gnark
Et bien tu t'es fait troller par Google
Wikipédia est tout de même plus proche de la réalité.


Parce que avec ta définition le patron propriétaire de son moyen de production ou l’artisan ne peuvent pas exister
Sauf que tu oublis de citer la suite :
Citation :
Les économistes, les sociologues et les historiens ont adopté des perspectives différentes dans leurs analyses du capitalisme et en ont reconnu diverses formes dans la pratique.
Tout dépend de la perspective que tu adoptes. Surtout, nous vivons depuis la fin du siècle dernier dans un système de capitalisme financier, la financiarisation de l'économie ayant accompagné ou précédé la mondialisation.
Citation :
Publié par Ron Jé2bosouliers
Et ça vient d'où ton décret que c'est "techniquement pas possible dans un monde capitaliste" ?
S'il y a bien une chose qui encourage l'automatisation c'est bien le capitalisme !



Ne pas travailler si t'as pas envie.
Je ne conçois pas l'existence sans bosser sur mes projets.
Mais je pense que tu es d'accord ce que tu veux c'est avoir le choix n'est-ce pas ?



Qui dit salaire dit salariat. Si tu attribues au salariat sa valeur autrement que par l'économie de marché, par le mérite par exemple comment tu calcules ?
Pénibilité ? Ressenti ? Charges ? Extérieur ? Déplacements ?

Sais tu que des mecs kiffent bosser sur le chantard ? Que des routiers kiffent partir sur la route pour la semaine ? Que pour eux il serait bien plus pénible d'occuper un emploi administratif derrière un bureau ? Oui bien sûr que tu le sais. Du coup comment tu définis le mérite ? Vraie question.



Combien de gens sont morts de faim en France en 2019 ?



Vire les et demain tout le système économique s'écroule.
Ton aide sociale y aura plus personne pour la payer.
flemme de quote war jsuis pas la pour ca donc amuse toi.


l'automatisation c'est pas la redistribution des richesse, si une personne possede toutes les machines les autres sont pauvres puisqu'ils ont aucun moyen de production.

oui

j'ai dit salaire j'ai pas dit economie de marché, revient a la partie ou je parle d'aider la société.

si tu kiffe bosser et te ruiner la santé c'est cool personne t'en empeche (meme pas l'etat malgré que tu ruines la secu), mais a aucun moment ca rentre en ligne de compte dans ce que j'ai dit.

le capitalisme existe seulement en france en 2019 ?

demain je les vire tout le systeme s'en portera mieux, essaie de virer les travailleurs a la place on va rire, les actionnaires y aura plus personne pour les engraisser.
Citation :
Publié par Aeristh
Que des gens aiment bosser tant mieux pour eux. Perso et beaucoup de monde de mon entourage (si ce n'est toute) s'en passerait bien. Même si certains ont des travail qui leur plait, ils aimeraient tous avoir la possibilité de faire plus de truc qu'ils aiment. Avoir plus de temps pour leurs passions...
C'est simple, si tu regarde sur une journée normal de 24h, tu en a 8 pour dormir, 8 pour le travaille et 8 pour toi. Si tu enlève le temps de route, de manger, de la vie courante, il doit te rester 2/3 heures pour tes passions. C'est ridicule.
Alors je vais digresse un peu, mais ce que tu exprime est un des malaises de notre culture de l'individu.

Ce qui fait la saveur d'un moment est justement sa rareté. Et le fait d'avoir une envie inassouvie éveille en toi un désir.
Le désir est le moteur en toute chose, car c'est lui qui te guide, et t’oblige à avancer.
C'est là ou on explique généralement la différence entre l'envie et le besoin, qui son souvent radicalement opposé.

L'exemple d'une société sans travaille, ne veux pas dire un société sans contrainte. Juste une autre organisation.
Car pour ton épanouissement tu as besoin de contrainte, tu as besoin de contacte sociabiliser, et de t'épanouir dans la pyramide des besoins.
Hélas les personnes osivent son souvent les plus malheureuses, et totalement déstructuré. La misère humaine sous tout ses aspects.

Donc je ne défendrais pas la valeurs "travaille", qui est un concepts totalement dévoyer de son sens premier.
Mais de dire, on est société et on dois à la société (l'autre) une partie de notre temps. Que ça s'exprime en terme de travaille, d'activité volontaire/bénévole, ou action civique etc...
Si une personne possède toutes les machines, elle va pouvoir produire beaucoup c'est super.

Sauf que si elle est toute seule à gagner de l'argent dans l'affaire, elle n'aura pas de clients pour vendre ces produits, et donc elle n'aura pas d'argents.

Notre système économique s'appuie très fortement sur l'existence de consommateurs. Sans consommateurs, personne ne gagne d'argent.

Et comme aujourd'hui le consommateur, bah c'est les travailleurs des pays développés, nos dirigeants savent bien qu'il faut trouver un équilibre entre un cout du travail bas et un revenu suffisant pour consommer.


Et de la même manière, si tu enlèves les actionnaires, tu enlèves des quantités d'argent folles du système, alors oui la financiarisation fait tourner pas mal d'argent en vase clos, mais c'est bien parce que des gens peuvent être propriétaire d'entreprise (c'est ça que ça veut dire actionnaires) et en retirer de l'argent, que les entreprises peuvent facilement se financer. Une banque ne prêtera jamais à une entreprise qui n'aurait aucun Capital, parce que si l'entreprise fait défaut, comment la banque récupère son argent (ou une partie du moins) ?

Enlever les actionnaires c'est enlever ton boulanger, ton boucher, le franchisé de la petite supérette en bas, la coiffeuse au bout de la rue, le bar-tabac en face, ton garagiste etc etc. Tous ces gens sont propriétaires de leur entreprise et donc en fonction du statut choisi peuvent parfaitement être actionnaires de leur entreprise.

Tu es même très certainement toi même un actionnaire, dès lors que tu as un compte à ta banque qui rapporte un peu d'argent.

Le système fonctionne parce que tous les acteurs sont présents, si tu en enlèves un, peu importe lequel, le système ne fonctionne plus.
Citation :
Publié par Ghalleinne
Si une personne possède toutes les machines, elle va pouvoir produire beaucoup c'est super.

Sauf que si elle est toute seule à gagner de l'argent dans l'affaire, elle n'aura pas de clients pour vendre ces produits, et donc elle n'aura pas d'argents.

Notre système économique s'appuie très fortement sur l'existence de consommateurs. Sans consommateurs, personne ne gagne d'argent.

Et comme aujourd'hui le consommateur, bah c'est les travailleurs des pays développés, nos dirigeants savent bien qu'il faut trouver un équilibre entre un cout du travail bas et un revenu suffisant pour consommer.

....

Le système fonctionne parce que tous les acteurs sont présents, si tu en enlèves un, peu importe lequel, le système ne fonctionne plus.
Oui et on reviens au dessus. Soi que le ce Capitalisme ne s'encombre pas de ces notions d'équilibre.
Comme les sauterelles en nué, ne se préoccupe pas de l'avenir des champ et culture rasé. Elles mange point.

Ici les consommateurs consomme moins, c'est pas grave il faut ajuster.
Des entreprises ferme, des employer son viré, et donc on retrouve un équilibre jusqu'au prochain cycle.
Or on est enfermé dans cette spirale, et les taux négatif n'éveille rien en toi ?
Ou comment évité qu'un système plonge, car le réel rattrape le financier...
Citation :
Publié par fraanel

Ce qui fait la saveur d'un moment est justement sa rareté.
Car pour ton épanouissement tu as besoin de contrainte,
Non et non. Ce qui fait la saveur d'un moment c'est que je fait ce que j'aime, ce qui me plait, j'ai autant de plaisir à faire un truc qui me passionne pendant 2h que si j'y passe la journée.
Et je n'ai pas besoin de contrainte pour mon épanouissement. Et je ne doit pas de mon temps perso à la société. Je doit juste payé mais impôts et respecter mes devoirs civique. Le temps c'est le miens.

Si on pouvais éviter la philo, la socio et autre connerie sur le désir, le besoin...
Citation :
Publié par Aeristh
Non et non. Ce qui fait la saveur d'un moment c'est que je fait ce que j'aime, ce qui me plait, j'ai autant de plaisir à faire un truc qui me passionne pendant 2h que si j'y passe la journée.
Et je n'ai pas besoin de contrainte pour mon épanouissement. Et je ne doit pas de mon temps perso à la société. Je doit juste payé mais impôts et respecter mes devoirs civique. Le temps c'est le miens.

Si on pouvais éviter la philo, la socio et autre connerie sur le désir, le besoin...
Je te parle par expérience et vécu, libre à toi de rester sur tes convictions.
Ce que je te dis est empirique et constaté de longue date, en psychologie, en philosophie, ou tout simplement par l'expérience.

D’ailleurs renseigne toi un peu, et regarde les personne qui partent en retraite, ou encore les personnes au RSA.
Sur un large panel tu remarquera que ceux qui vont bien, sont ceux justement qui conserve un certain nombre d'activité et implication.

Quand au autres, tu as un enfermement rapide avec un déconnexion des réalités. Avec de gros problème pour s’organiser, et mené des taches quotidienne simple ( ménage, hygiène etc..)
Donc je te dis ça, car je te parle de vécu, et au fait d'y être confronté très régulièrement. Dans mon environnement, de manière un peu dénigrantes, on appel ça des "cas sociaux".
Je me demande comment réagirait le marché action face à une baisse continue du PIB réel.
Le système étant basé sur de la croissance, est-ce qu'on continuerait à injecter des liquidités pour faire croire que le PIB augmente alors que ce n'est pas le cas ? (Pour moi c'est un peu ce qu'on fait depuis quelques années mais je parle d'une situation qui serait encore plus marquée et indiscutable).
Ceci mène à une augmentation de la valeur des actifs par rapport à celle du travail, favorisant donc l'immobilité sociale.
Mais que se passerait-il si l'injection de liquidités était en rapport avec le PIB réel ?

La seule chose qui est sûre c'est qu'une entreprise ne pouvant survivre que si elle gagne de l'argent, la bourse continuerait de fournir des dividendes même en cas de PIB en baisse. Par contre en cas de PIB en baisse, certaines entreprises iraient à la faillite (plus souvent que maintenant) et on subirait donc plus d'épisodes de perte en capital.
Citation :
Publié par Eden Paradise
Je me demande comment réagirait le marché action face à une baisse continue du PIB réel.
Le système étant basé sur de la croissance, est-ce qu'on continuerait à injecter des liquidités pour faire croire que le PIB augmente alors que ce n'est pas le cas ? (Pour moi c'est un peu ce qu'on fait depuis quelques années mais je parle d'une situation qui serait encore plus marquée et indiscutable).
Ceci mène à une augmentation de la valeur des actifs par rapport à celle du travail, favorisant donc l'immobilité sociale.
Mais que se passerait-il si l'injection de liquidités était en rapport avec le PIB réel ?

La seule chose qui est sûre c'est qu'une entreprise ne pouvant survivre que si elle gagne de l'argent, la bourse continuerait de fournir des dividendes même en cas de PIB en baisse. Par contre en cas de PIB en baisse, certaines entreprises iraient à la faillite (plus souvent que maintenant) et on subirait donc plus d'épisodes de perte en capital.
La réponse est simple,se système ne sais survire qu'en croissance. Donc la réponse effondrement systémique globale.
A ton avis pourquoi on est dans cette fuite en avant depuis 2008, à imprimé des billet en masse(politique non conventionnel) pour le secteur financier ?

Après il faut précisé quelque chose, c'est déjà ce que l'on vie.
Sauf que lorsque une entreprise ferme, cela créer un appel d'aire pour toutes les autres du même secteur. Ce qui créer un effet rebond, qui lui aussi s’essouffle, et ainsi de suite.
C'est pour ça que je parle d'effondrement façon combustion lente au-dessus.

Dernière modification par fraanel ; 20/02/2020 à 14h16.
Citation :
Publié par Aeristh
Que des gens aiment bosser tant mieux pour eux. Perso et beaucoup de monde de mon entourage (si ce n'est toute) s'en passerait bien. Même si certains ont des travail emplois qui leur plait, ils aimeraient tous avoir la possibilité de faire plus de truc qu'ils aiment. Avoir plus de temps pour leurs passions...
C'est simple, si tu regarde sur une journée normal de 24h, tu en a 8 pour dormir, 8 pour le travaille ton emploi et 8 pour toi. Si tu enlève le temps de route, de manger, de la vie courante, il doit te rester 2/3 heures pour tes passions. C'est ridicule.
En vrai, la plupart des gens aiment "bosser", une activité qui s'emploie à réaliser une transformation ou apporter un service est un travail. Dans l'absolu, si je peins mes figurines ou que je bricole dans mon sous sol, je travaille. Ce n'est pas mon emploi, mais je travaille, pour moi. Genre je rentre avant ma femme, je fais la cuisine pour le soir pour toute la famille, bin c'est un travail.
Partant de ça, pas grand monde, au final, ne fait "rien". Ne "rien" faire, en pleine possession de sa santé mental et physique, bin c'est super dur.
Citation :
Publié par Lyfe El Uno
Pour ca faut decoreller le travail de l'emploi.
On est mal barré vu la conjoncture actuelle.
==>
Citation :
Publié par skywise
Si on pouvait commencer par dé-corréler le mot "travail" du mot "emploi", autant dans les débats que dans l'imaginaire collectif.
80% du cheminement vers la solution serait fait.
Ah mais tu me lis pas, en fait ..

/em courbe l'échine en s'apercevant qu'il est un no name...

EDIT en dessous :
Toute l'histoire de ma vie

Dernière modification par skywise ; 20/02/2020 à 14h58.
Citation :
Publié par fraanel
D’ailleurs renseigne toi un peu, et regarde les personne qui partent en retraite
Tout les retraités que je connaissent sont plus occupé que lorsqu'ils étaient en activité. Simplement ils peuvent librement s'adonner à ceux qu'ils aiment et ils y passent donc énormément de temps.
Contrairement à lorsqu'il était en activité.
Citation :
Publié par skywise
En vrai, la plupart des gens aiment "bosser", une activité qui s'emploie à réaliser une transformation ou apporter un service est un travail. Dans l'absolu, si je peins mes figurines ou que je bricole dans mon sous sol, je travaille. Ce n'est pas mon emploi, mais je travaille, pour moi. Genre je rentre avant ma femme, je fais la cuisine pour le soir pour toute la famille, bin c'est un travail.
Partant de ça, pas grand monde, au final, ne fait "rien". Ne "rien" faire, en pleine possession de sa santé mental et physique, bin c'est super dur.
Quand je bricole, que je fait des trucs c'est pas du travail hein. Je fait un truc qui me plait. C'est pas du travail. Quand je cuisine idem.
Citation :
Publié par Aeristh
Tout les retraités que je connaissent sont plus occupé que lorsqu'ils étaient en activité. Simplement ils peuvent librement s'adonner à ceux qu'ils aiment et ils y passent donc énormément de temps.
Contrairement à lorsqu'il était en activité.

Quand je bricole, que je fait des trucs c'est pas du travail hein. Je fait un truc qui me plait. C'est pas du travail. Quand je cuisine idem.
Travail, le boulot quoi -> c'est pas forcement quelque chose qui te déplaît, faut pas exagérer aussi
Tu peux choisir un boulot qui te plait et tout (apres c'est pas commun c'est vrai mais bon )
Citation :
Publié par Aeristh
Tout les retraités que je connaissent sont plus occupé que lorsqu'ils étaient en activité. Simplement ils peuvent librement s'adonner à ceux qu'ils aiment et ils y passent donc énormément de temps.
Contrairement à lorsqu'il était en activité.

Quand je bricole, que je fait des trucs c'est pas du travail hein. Je fait un truc qui me plait. C'est pas du travail. Quand je cuisine idem.
Bin si... la preuve dans d'autre cas, on paye des gens pour le faire ...

Essayez de changer ce que vous considérez comme "travail contre salaire" par "emploi" et réfléchissez à ce que ça impliquerait.

Encore une fois, un travail c'est s'employer à faire un effort, indépendamment de la motivation, de la récompense personnelle. L'emploi c'est fournir un travail précis uniquement dans le cadre d'une rémunération par un tiers.

Dernière modification par skywise ; 20/02/2020 à 15h58.
Citation :
Publié par Aeristh
Quand je bricole, que je fait des trucs c'est pas du travail hein. Je fait un truc qui me plait. C'est pas du travail. Quand je cuisine idem.
Quand je fais le menage, je travaille si je suis payé par une boite pour le faire mais pas si jle fais moi meme ?
Y a un probleme dans ta definition de travail, tu confond avec un emploi alors que l'activité est la meme.
Citation :
Publié par Le Comte Draghila
Ce que tu dis sur les conditions difficiles pour obtenir un logement renforce l'idée de préserver ce qui peut l'être pour soi, mais aussi pour les générations futures. Capitaliser ce n'est pas mal en soi, c'est construire une continuité dans le temps et c'est transmettre des valeurs importantes, comme celle du travail bien fait et de la récolte des fruits de son dur labeur.

Par exemple quand tu vois l'état déplorable de notre agriculture en France, de ces agriculteurs qui travaillent la terre et qui se tuent à la tâche pour une rémunération minable, c'est juste dingue que l'on ne valorise pas cet effort là.

Désolé pour le hs.
Justement, préserver pour les générations futurs je pense que tout le monde est d'accord avec toi, la différence se fait entre "préserver pour MA génération future" et "préserver pour LES générations futures".
En gros tu veux privilégier ta famille, ta génération future et si moi je me la joue fourmi et que je donne uniquement des dettes à mes enfants, c'est de ma faute (et leur problème).

Personnellement, le vrai héritage familiale qui a une réelle valeur à mes yeux, ce sont les conditions de vie et d'éducation que j'ai pu avoir dans ma jeunesse. Ce sont toutes les cartes que j'ai pu avoir en main pour entrer dans le monde adulte de la manière la plus sereine et la plus sécure possible.
Que je touche un héritage à la mort de mes parents, à mes 50 ans, ou que je n'en touche pas, ça sera le dernier de mes soucis, très honnêtement. La "cellule familiale", pour reprendre ton terme, sera bien plus détruite par leur disparition que par l'absence d'héritage au sens financier (large) du terme. Tout simplement car j'ai construis ma vie entre temps, et je n'aurai pas un besoin vital de cet argent à mes 50 ans. Alors que j'aurai eu bien plus besoin de cette somme à mes débuts dans la vie adulte (et mes parents m'ont soutenus à la hauteur de leurs moyens à cette époque, c'est là le point d'orgue de leur héritage à mes yeux. Etre une béquille quand il le fallait, soutien plus ou moins présent, pour me permettre de devenir autonome).

Et je souhaite à tout le monde de pouvoir avoir la même chose, mais j'aurai préféré que ça soit garanti par l'Etat, plutôt que fourni par un heureux hasard de naissance.
On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas (ou de manière minoritaire) son éducation, on ne choisit pas son héritage.
Mon côté socialiste certainement, mais je préfère qu'on ait tous la même égalité plutôt qu'avoir des disparités à cause de la naissance.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés