L'Agora

Affaire Griveaux: Un piège? peut être, un complot? nous verrons...

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Doudou Piwi
Ouais, si tu pouvais éviter de faire dévier le sujet sur ta vie sexuelle stp, revenons en à Griveaux et sa
Ah enfin ! J'me disais aussi que l'Agora avait l'air du Bar depuis peu (et le Bar en ce moment c'est un peu Agorien).
De la grosse bouze socialiste cette histoire.

Ca me rappelle la primaire du PS avec Dominiquez Strauss-Kahn.

A chaque fois qu'il y a combat contre un socialiste, çà tourne au vinaigre.

Et je sais de quoi je parles je suis moi même préfet de Région et j'envoie ma bite en mail à toutes mes stagiaires!
https://www.lemonde.fr/pixels/articl...0_4408996.html


Citation :
Je n’ai pas de chiffre à vous donner sur la population globale des adultes, mais dans mes recherches j’ai étudié une catégorie d’âge assez large, entre 11 et 26 ans. Dans mon enquête nationale auprès de cinq mille jeunes adultes de 24 à 26 ans, une personne sur deux disait avoir déjà envoyé une photographie d’elle-même à caractère sexuel.

On pourrait donc être étonné de la proportion globale de personnes qui recourent au sexting. Après, il y a peut-être moins de cas de diffusion publique de contenus chez les adultes, ce qui expliquerait qu’on en parle moins.



Citation :
En trois ans de thèse, j’ai aussi observé un éventail de contenus sexuels partagés allant de photos de personnes habillées posant de façon suggestive à des sujets nus dans des actes explicites. J’ai noté que les filles restaient plus souvent dans les contenus suggestifs tandis que les garçons étaient enclins à aller plus facilement droit au but, envoyaient des photos de leur pénis par exemple. Je ne suis pas allée plus loin sur le sujet des « dick pics » [photos de pénis partagées en ligne] parce que c’est une pratique qui se fait souvent sans consentement, mais il ressortait beaucoup dans les discussions que de nombreuses internautes recevaient ces photographies de pénis non consenties.



Citation :
On aborde souvent la question du sexting par ses dérives : les scandales de harcèlement et de diffusion de documents privés à caractère sexuel. Toutes les expériences de sexting sont-elles vouées à mal tourner ?

Non, dans la majeure partie des cas cela se passe bien, même si les cas de diffusion sans consentement sont souvent violents et font beaucoup de bruit. Sur les cinq mille adultes interrogés dans l’enquête nationale, 15 % – en majorité des garçons – disaient avoir déjà partagé une photographie intime d’une tierce personne.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés