L'Agora

[Wiki][POGNAX] Coronavirus/Covid-19, ici c'est le sujet mondial

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Kufum
A creuser un peu plus, on appelle "signe neurologique" même la perte temporaire du gout et de l'odorat, alors bon..
Ouais enfin c'est pas anodin, le goût et l'odorat. Autour de moi y a au moins 2 personnes qui les ont perdu il a y a déjà plusieurs mois, et ça commence tout juste à revenir. Ca n'empêche pas de vivre, certes, mais c'est extrêmement relou et les personnes en question le vivent pas super bien. J'ajouterais que ce sont des personnes relativement jeunes, donc pas dans ta zone des sacrifiables.
Pour les adeptes du contrôle des foules le fait que les rayons livre ferment sont aussi une bonne chose.

Argument ying et yang :

Contrôle des ouvertures des petits magasins + achat chez les puissants = les petits crèvent.

Si tu enlèves les extras aux puissants, ça équilibre un poil la justice, et selon moi atténue le contrôle.


Fallait des vendeurs de rue ou des bouquinistes ou un Amazone French Tech ou des applis mobiles....blabla

En un an fallait prévoir aussi les libraires!
Citation :
Publié par Kufum
50% des patients en réa ont plus de 70 ans environ.
65% ont plus de 65 ans.

La stratégie consiste clairement à sacrifier (il fallait dire le mot, je crois) des personnes qui malheureusement ne sont pas capables de résister au virus.
Les covidés seraient soignés par la médecine de ville, avec des bouteilles d'oxygènes à domicile. Pour ceux devant aller en réa, s'ils ont plus de 65 ans, désolé,...
En refusant les réas de 65 ans et plus, cela libère 65% des capacités.

Et mourir à 70 ans c'est quasiment dans l'ordre normal des choses. 25% de nos citoyens meurent plus jeunes que 70 ans, c'est donc loin d'être quelque chose d'exceptionnellement choquant que de mourir à 70 ans.

Tu me diras "si tu fais ça pour le covid, pourquoi pas pour d'autre maladie, on ne les soigne plus non plus ?". Non, c'est l'argument fallacieux de la pente glissante. On peut soigner les maladies pré-existantes car l'hopital a été conçu pour ça.

Ben non, c'est juste que manifestement on s'est mal compris sur les hypothèses considérées.

D'où la stratégie que je propose, qui pourrait même s'avérer gagnante en termes de vies sauvées à long terme.
1. Tu omets soigneusement de considérer que ces statistiques que tu avances sont les résultats de mesures de restrictions extrêmes, et temporaires.
Si on n'avait pas pris ces mesures, la moyenne d'âge des gens en réa aurait baissé (on aurait laissé les plus vieux mourir), et la moyenne d'âge des décès aussi. Tu auras beau refuser la réa aux 65 ans+, quand tu seras saturé des 65 ans- il faudra continuer à faire le tri.

2. Tu omets aussi d'imaginer que les gens n'ont pas envie de mourir et que l'afflux de malades et de leurs familles aux portes des hopitaux pour se faire soigner va provoquer une crise sociale majeure

3. Si on choisit de prendre en charge quand même les gens qui ne sont pas trop malades, il faudra quand même ouvrir des lits COVID, fournir du matériel et des moyens humains, au détriment d'autres malades, ou alors il faudra choisir, encore une fois, et bonne chance pour expliquer à des dizaines ou centaines de milliers de gens qu'ils ou un de leur proche vont mourir d'une pathologie soignable, parce que "c'est la vie"

4. Enfin laisser une telle crise et tant de morts se produire auraient des conséquences très fâcheuses sur l'hopital public pour 2 raisons au moins : la surcharge qui finira par éreinter le système dans son ensemble, l'impact psychologique des soignants à qui on dira "on ne soigne plus, on laisse mourir, c'est la vie qui l'a voulu"

Citation :
Publié par Kufum
Si vraiment un tiers des patients ont des atteintes neurologiques, comment se fait-il qu'on n'en ait pas entendu parler avant ?
On a plus d'un millions de tests positifs, et une bonne partie des gens positifs ne se sont pas fait tester, donc sur des millions de cas positifs (minimum 1.3 millions, et probablement jusqu'à 6 millions en supposant un taux de mortalité de 0.5%), ça fait deux millions de français qui auraient des atteintes neurologiques sans que personne n'en ait parlé ailleurs que dans un article de journal n'ayant eu quasiment aucun écho ?
Sans compter, à l'échelle mondiale, entre 15 et 60 millions de personnes qui devraient avoir ces signes neurologiques persistants.

A creuser un peu plus, on appelle "signe neurologique" même la perte temporaire du gout et de l'odorat, alors bon.. C'est pas forcément avec ça que tu vas me faire peur de ce virus.
Je pense que ça se saurait si un tiers des patients devenaient malades mentaux après avoir choppé le covid. Si cette information se confirmait, évidemment ça ferait évoluer mon opinion sur la stratégie de l'immunité collective...
5. On n'a aucune certitude sur les séquelles neurologiques et autres. On n'en parle peu parce que le principe des séquelles c'est que ça arrive après. Et on n'est pas encore tout à fait après. On peut tout à fait découvrir dans 3 ans que le COVID rend fertile ou provoque des alzheimer très précoces par exemple, ou n'importe quoi d'autre.
Je te laisse imaginer l'impact sur la société, et le système de santé en particulier si il s'avérait que tous les positifs ont des séquelles à moyens termes et qu'on doive soudainement gérer 10 fois plus de cancer du cul ou de dialyses.

6. La perte temporaire de l'odorat ou du goût ne sont qu'une partie des atteintes neuro, ce sont juste les plus expressives, mais il y en a d'autres, et encore une fois, on ne peut pas avec certitudes savoir leurs conséquences, vu qu'on n'a même pas un an de recul sur ce virus.

7. Il y a tout un autre panels de séquelles qu'il est dommage de ne pas évoquer : pneumo, cardio, gastro, vasculaires, etc dont on ne fait aujourd'hui qu'entrevoir les effets, parce qu'on n'a pas de recul, parce qu'on ne peut pas en même temps gérer l'urgence de l'afflux de malades, des tests en masse, et prendre le temps sereinement d'examiner chaque malade jusqu'au trou de balle pour vérifier qu'il n'a pas un troisième bras qui y pousse...



Bref... Le covid c'est pas juste "0.5% de décès et encore surtout des vieux", c'est un vrai problème de santé publique qui demande de prendre des décisions politiques courageuses, avec les données qu'on a pour le moment, et en jugeant de la balance bénéfice risque, en imaginant le pire des scénarios.
Citation :
Publié par Aloïsius
Bien, bien !
Dans pas longtemps ils crieront un truc du genre Raoult Ackbar et lapideront des pharmaciens à coups de chloroquine.
Ca n'a rien à voir.
Pour la nieme fois, chacun est libre de placer où il veut le curseur entre santé psychique et santé mentale, entre santé et liberté, qui sont toutes des valeurs importantes et incomparables mathématiquement ou objectivement.
Citation :
Publié par Neihaart
Ouais enfin c'est pas anodin, le goût et l'odorat. Autour de moi y a au moins 2 personnes qui les ont perdu il a y a déjà plusieurs mois, et ça commence tout juste à revenir. Ca n'empêche pas de vivre, certes, mais c'est extrêmement relou et les personnes en question le vivent pas super bien. J'ajouterais que ce sont des personnes relativement jeunes, donc pas dans ta zone des sacrifiables.
Faudrait leur demander. Sur la même durée, elles préfèrent perdre gout et odorat, ou bien un confinement complet ? (uniquement les services essentiels fonctionnant, avec contrôles et sanctions, bien sûr, sinon c'est pas un vrai confinement)

De toutes façons, la population entière finira par chopper le virus, mis à part si on trouve un vaccin. Ce qui n'est pas une garantie, ce serait une tuile, mais clairement en 2020 on est plus à une tuile près. Ceux qui sont susceptibles de garder des séquelles les garderont.
Donc on a un choix, soit on ne traite pas les malades, et on a un peu plus de morts (ça n'est pas encore chiffrable, mais à l'échelle du pays ça ne devrait pas dépasser un total de 450 000 d'après le conseil scientifique), mais une fois passée la grosse vague, l'essentiel de l'impact du virus serait derrière nous, la vie pourrait reprendre ses droits.
Soit on essaye de limiter tant bien que mal le bilan humain, mais on traine en longueur, on détruit l'économie, l'hopital, la santé psychique de tous avec des reconfinements réguliers.
Mais la première solution nécessite une vision à long terme, et du courage, beaucoup de courage. Deux choses dont nos dirigeants manquent cruellement.
Citation :
Publié par Slashpaf
1. Tu omets soigneusement de considérer que ces statistiques que tu avances sont les résultats de mesures de restrictions extrêmes, et temporaires.
Si on n'avait pas pris ces mesures, la moyenne d'âge des gens en réa aurait baissé (on aurait laissé les plus vieux mourir), et la moyenne d'âge des décès aussi. Tu auras beau refuser la réa aux 65 ans+, quand tu seras saturé des 65 ans- il faudra continuer à faire le tri.
...
Bref... Le covid c'est pas juste "0.5% de décès et encore surtout des vieux", c'est un vrai problème de santé publique qui demande de prendre des décisions politiques courageuses, avec les données qu'on a pour le moment, et en jugeant de la balance bénéfice risque, en imaginant le pire des scénarios.
1. Certes, mais c'est un argument de la pente glissante. Au bout d'un moment, le tri s'arrête, parce qu'on a quand même des lits.. Et quand bien même tous ceux ayant été envoyés en réa n'auraient pas eu de lit, ça n'aurait pas donné la catastrophe du siècle, comparé par exemple aux deux guerres mondiales. La crise économique, et la crise de l'hopital qui découleront de notre gestion, par contre, elles, risquent d'être les pires depuis un siècle, comparable à 1929 pour le volet économique, et pour l'hôpital il n'a pas vraiment connu de crise, si ? On risque juste de perdre une bonne partie des personnels qui coutent un paquet d'années et un tas d'argent à reformer.
2. Une crise sociale majeure de voir ses proches décéder, certes, mais toujours en se basant sur les chiffres du conseil scientifique de 400 000 morts, cela n'a rien d'insurmontable. Les autres chiffres que j'ai postés relatifs à l'échelle d'impact psychologique des événements montrent que les événements relatifs à la santé psychique et économique sont quasiment aussi importants que ceux relatifs au décès d'un proche. On est quoi qu'il en soit, comme tu le rappelles, devant un vrai problème qui demande de prendre des décisions courageuses, ça c'est sûr, mais il y a bien débat pour savoir lesquelles.
3. Il reste la médecine de ville, les cliniques privées, qui ont été sous exploitées. Cela dit c'est le point noir de la stratégie de l'immunité collective : l'augmentation du taux de mortalité par manque de soin. Le conseil scientifique donne le chiffre de 400 000 morts, mais s'il était de 4 millions, là aussi je changerais d'avis. En attendant, je préfère penser qu'ils ont bien calculé leur coup. Pourquoi donneraient-ils des chiffres optimistes sur une hypothèse qu'ils ne privilégient pas ?
4. La question de l'impact psychologique sur les soignants reste à débattre. S'ils ne voient pas directement le covid et conservent un mode de travail normal, mais savent que le covid tue des gens qu'ils ne peuvent pas sauver, est-ce pire que s'ils doivent soigner le covid, risquer de le chopper et d'en mourir eux-mêmes, avec un rythme de dingue, et en voyant quand même la mort en face d'eux ? La question reste entière pour moi.
5. C'est un risque, cependant on commence à avoir un recul d'un peu plus de six mois, et c'est la maladie la plus étudiée du monde en ce moment.

Pourquoi imaginer le pire des scénarios sur le plan de la santé mais pas sur celui de l'économie ?
Le pire scénario sur l'économie c'est un effondrement économique. Ca commence par des faillites massives d'entreprises, de la déflation, ensuite une crise de la dette, baisse des salaires des fonctionnaires, des aides sociales, et ensuite on peut agrémenter le scénario de plein d'effets kiss cool, éventuellement combinés.. Une révolte massive, par exemple à la faveur d'un nieme confinement, ou alors un krach boursier durable qui fait perdre une bonne partie de l'épargne des français, ou alors un prélèvement directement sur les comptes bancaires, ou même si le scénario se propage à l'échelle mondiale (puisque tout le monde ou presque suit la même voie que nous) un effondrement complet du système financier.
A partir du moment où les gens n'ont plus confiance dans le fait qu'à la fin du mois ils auront assez pour s'acheter à manger sur le mois suivant, soit parce que le système bancaire est mort, soit simplement parce que les salaires ont diminué par rapport au cout de la vie, c'est la merde. Ils peuvent quitter leur emploi pour essayer de subsister autrement. Et là c'est un début d'effondrement économique puis social. Si ces personnes font partie des FDO, elles se transforment en milices qui agissent pour leur propre intérêt. Et là l'ordre public est perdu, c'est un effondrement politique.
Un effondrement c'est une quantité de morts largement supérieure aux pires hypothèses du covid. On approvisionne pas les 10 millions d'habitants de l'ile de france avec des chevaux de trait, dont la population a d'ailleurs quasi disparu.
Bref, l'économie est un système très complexe et prédire un scénario d'effondrement est un exercice ardu, mais il ne faut pas exclure les pires conséquences non plus, vu qu'on est complètement en tera incognita avec ces confinements.
Citation :
Publié par Kufum
Je ne sais pas si l'info est passée ici, manifestations violentes à Barcelone suite au reconfinement :
https://www.leparisien.fr/faits-dive...20-8405847.php
Ca me rassure, y a pas que des débiles en France.
J'imagine que les mêmes explique qu'on dénie leur détresse psychologique et qu'il faut laisser crever les vieux.
Citation :
Publié par Borh
Ca me rassure, y a pas que des débiles en France.
J'imagine que les mêmes explique qu'on dénie leur détresse psychologique et qu'il faut laisser crever les vieux.
C'est aussi un moyen de contester le pouvoir en place. Les restrictions, c'est le petit truc en trop, pas la réel finalité.
La crise des gilets jaunes, l'augmentation de 10c du carburant cela a juste été le déclencheur, mais pas la finalité.
Citation :
Publié par Thesith
Ca a déjà été expliqué encore et encore. On cherche pas à sauver en réalité plus de plus de 84 ans, puisque de toute façon ce n'est pas eux qu'on retrouve en masse en réanimation pour la bonne et simple raison que le bénéfice/risque n'est pas si évident. Non cherche à sauver tous les autres y compris ceux qui n'ont pas le covid mais termine en réa pour d'autres pathologie. Donc par exemple le trentenaire sur sa moto qui finit en réanimation. C'est lui qu'on essaye de sauver.
Je n'ai pas envie de relancer le débat, mais cette partie n'est pas juste. Actuellement, en France, 80% des personnes en réanimation ont plus de 60 ans. Ce sont ces personnes-là (surtout les 60-79 ans) qui mourraient davantage si les services de réanimation étaient saturés, pas les gens de moins de 60 ans (qui continueraient à être soignés).
Citation :
Publié par Alandring
Je n'ai pas envie de relancer le débat, mais cette partie n'est pas juste. Actuellement, en France, 80% des personnes en réanimation ont plus de 60 ans. Ce sont ces personnes-là (surtout les 60-79 ans) qui mourraient davantage si les services de réanimation étaient saturés, pas les gens de moins de 60 ans (qui continueraient à être soignés).
C'est marrant parce que je vois plein de personnes sur Twitter entre 60 et 65 ans qui réclament qu'on laisse crever les vieux (genre Jean Quatremer 62 ans). Si on leur explique que laisser crever les vieux, ça les inclut, je ne sais pas ce qu'ils en penseront. Bon je peux pas lui demander vu qu'il m'a bloqué.
Vous écrivez : c'est aberrant de demander la fermeture des petits commerces non essentiels, quand on laisse les supermarchés ouverts.

Si les autorités sanitaires ont enjoint le gouvernement de le faire, comme lors de la première vague, ce n'est certainement pas par plaisir.
Quels arguments avez-vous, du point de vue de la santé, qu'en contradiction avec le gouvernement et les autorités de santé
ces petits commerces ne sont pas des lieux de contamination réels, suffisamment importants pour que ce choix ait été fait ?

Pouvez-vous avancer des chiffres qui le montrent ?
Citation :
Publié par Borh
C'est marrant parce que je vois plein de personnes sur Twitter entre 60 et 65 ans qui réclament qu'on laisse crever les vieux (genre Jean Quatremer 62 ans). Si on leur explique que laisser crever les vieux, ça les inclut, je ne sais pas ce qu'ils en penseront. Bon je peux pas lui demander vu qu'il m'a bloqué.
mais pourquoi il t'a bloqué ce brave homme ?
Citation :
Publié par Borh
C'est marrant parce que je vois plein de personnes sur Twitter entre 60 et 65 ans qui réclament qu'on laisse crever les vieux (genre Jean Quatremer 62 ans). Si on leur explique que laisser crever les vieux, ça les inclut, je ne sais pas ce qu'ils en penseront. Bon je peux pas lui demander vu qu'il m'a bloqué.
Mdr ça me fait penser à tous ces hédonistes sexagénaires qui peuplent les plateaux télé des chaînes info privés de leurs soirées orgasmiques.
Citation :
Publié par Caniveau Royal
Vous écrivez : c'est aberrant de demander la fermeture des petits commerces non essentiels, quand on laisse les supermarchés ouverts.

Si les autorités sanitaires ont enjoint le gouvernement de le faire, comme lors de la première vague, ce n'est certainement pas par plaisir.
Quels arguments avez-vous, du point de vue de la santé, qu'en contradiction avec le gouvernement et les autorités de santé
ces petits commerces ne sont pas des lieux de contamination réels, suffisamment importants pour que ce choix ait été fait ?

Pouvez-vous avancer des chiffres qui le montrent ?
Parce que tu penses vraiment que des etudes comparatives ont ete faites entre les contaminations en grande surface et dans les petits commerces ? Vraiment ?

Les données, ça ne tombe pas du ciel et il faut surtout avoir des moyens de mesure.

Apres en activant ses neurones, où a t on le plus de chznces de se contaminer ? Un supermarché bondé où les gens sont les uns sur les autres ( typiquement mon supermarché) par manque d espace ? Un petit commerce qui filtre les entrées et où les clients attendent dehors ? ( typiquement mon epicier du coin).

A un moment il faut reflechir 2 minutes. Et c est incroyable de voir des gens qui pensent encore que les decisions sur le covid sont purement scientifiques alors qu elles sont politiques. Qui a le pouvoir de nuisance le plud gros ? Le petit commerce non franchisé ou la chaine de supermarché avec je ne sais combien d emplois ? Si tu trouves la reponse à cette question, tu as aussi la raison pour laquelle l un est fermé et pas l autre.
Post édité - je trouve tjs dommage la suppression du message d'antisocial mais avec le recul mon commentaire sur la modération était un tantinet injuste.

Dernière modification par Oppression ; 31/10/2020 à 13h44.
C'est un délire leur confinement la vache, les vieux sont devant le pmu et tape la discut genre normal (sans gestes barrieres toussa), tu as X groupes de jeunes devant le macdo et tout le monde sort pépére. Vous pouvez commencer à annuler vos vacances de fin d'année parce que jamais ça va s'arrêter le 1er.

Edit: La gueule que doivent faire les restaurateurs en voyant tout un tas de commerces absolument pas essentiels mais ouverts quand même.
Citation :
Publié par Caniveau Royal
Pouvez-vous avancer des chiffres qui le montrent ?
Je te réponds à l'inverse : est-ce qu'une seule contamination a été attestée dans un magasin ?

On sait que le gouvernement n'arrive pas à tracer les contaminations donc qu'il ne connaît pas les lieux réellement problématiques. À partir de là, il ne peut y avoir de chiffre justifiant la fermeture de tel ou tel lieu.

De plus, comme je le disais, le problème de fond, ce n'est pas la décision en elle-même, mais son caractère arbitraire. Laisser ouvert les kiosques, mais fermer les librairies, c'est arbitraire. Laisser ouvert les supermarchés et les FNAC, mais fermer leurs rayons livres, c'est arbitraire. Une personne faisant ses courses ne sera pas tout à coup contaminée en passant par le rayon consacré aux livres.
Citation :
Publié par Kufum
Pourquoi imaginer le pire des scénarios sur le plan de la santé mais pas sur celui de l'économie ?
Bof, j'entendais des économistes sur Public Sénat et pour eux le seul impact en sortie de crise, en 2022, sera que nous retrouverons le Pib de 2019 et qu'il y aura une accélération de la transition écologique. D'ailleurs Seb et d'autre entreprise Fr s'en sortent bien et investissent...

Les petits commerces cela fait 15 ans qu'ils vont mal et ne sont plus adaptés à ce que veulent les gens: de la livraison et du service à domicile.

Pour tes histoires de détresse Psy: c'est de la santé donc cela fait longtemps que c'est au même niveau que les hôpitaux. Surtout que l'on y a privilégié le paramédical et l'homéopathie.

Dernière modification par 2063 ; 31/10/2020 à 10h09.
Vous écrivez : les petits commerces ne doivent pas être fermés parce que vous pensez que le gouvernement n'a pas fait d'études.
Je n'y crois pas.

Vous pensez que dans un petit commerce, il y a pas de motif que la contamination soit supérieure.
On pourrait bien sûr en trouver : à commencer que deux ou trois personnes en file indienne dans un petit magasin + les/les vendeurs, ça fait une forte densité de personnes dans un espace réduit.
Et particulièrement dans les librairies, où les Samedi en particulier, c'est à la fois dense, et les gens traversent le magasin dans tous les sens pour aller d'ici à là, et revenir là.
https://www.placedeslibraires.fr/ aussi. Je fais ça depuis un moment pour soutenir la librairie de ma ville.
Mais il faut que les librairies puissent faire du click & collect.

Tient l’histoire des arrêtes municipaux qui autorisent les commerces à ouvrir prend de l’ampleur. Ils seront cassés de toute façon, c’est de la com de la part des maires.

Sauf que le message devient brouillé et c’est pas bon.

Sinon Eden tu devrais proposer tes services au gouvernement, car écrire sans cesse la même chose sur Jol ça sert à rien. Enfin tu as toujours cette liberté, c’est une bonne nouvelle

Le marché ce matin : tellement triste de voir ca :/
Miniatures attachées
Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

Nom : E656E67D-672D-4FB8-A67D-46AD40F227F6.jpg
Taille : 1280x843
Poids : 405,4 Ko
ID : 661297  

Dernière modification par Kerjou ; 31/10/2020 à 10h50.
Citation :
Publié par Caniveau Royal
Vous écrivez : c'est aberrant de demander la fermeture des petits commerces non essentiels, quand on laisse les supermarchés ouverts.

Si les autorités sanitaires ont enjoint le gouvernement de le faire, comme lors de la première vague, ce n'est certainement pas par plaisir.
Quels arguments avez-vous, du point de vue de la santé, qu'en contradiction avec le gouvernement et les autorités de santé
ces petits commerces ne sont pas des lieux de contamination réels, suffisamment importants pour que ce choix ait été fait ?

Pouvez-vous avancer des chiffres qui le montrent ?
Le but est d'empêcher les gens d'aller faire la fête en boite, d'écouter de la musique et d'aller au resto. On est en dictature il parait (mais pas encore trop, sinon Jol n'existerait plus !)

Sinon j'ai fait mes courses hier chez Leclerc, et la densité était bien supérieure à celle qu'on trouve chez l'épicier à côté de chez moi, donc bon
Citation :
Publié par Caniveau Royal
Vous écrivez : les petits commerces ne doivent pas être fermés parce que vous pensez que le gouvernement n'a pas fait d'études.
Je n'y crois pas.

Vous pensez que dans un petit commerce, il y a pas de motif que la contamination soit supérieure.
On pourrait bien sûr en trouver : à commencer que deux ou trois personnes en file indienne dans un petit magasin + les/les vendeurs, ça fait une forte densité de personnes dans un espace réduit.
Et particulièrement dans les librairies, où les Samedi en particulier, c'est à la fois dense, et les gens traversent le magasin dans tous les sens pour aller d'ici à là, et revenir là.
Le gouvernement n'a fait aucune étude, ou alors il ne prend que des études anciennes et marginales qui l'intéresse (ex. contamination via les enfants, étude de 500 personnes à un instant T de l’institut Pasteur de début d'année, alors que quasi-toutes les études récentes bien plus conséquentes prouvent totalement l'inverse).

Etant souvent chez le libraire près de chez moi, et aussi dans pleins de petits commerces de mon centre ville, je peux clairement attester que les petits commerçant et les librairies faisaient très bien leur travail contre le COVID : limitation du nombre de personnes, gel à l'entrée et à la sortie, masque obligatoire, nettoyage constant. Il y a au final très peu de monde dedans au même moment, contrairement aux supermarchés et aux grandes enseignes, même hors confinement...

Mais on est plus a une idiotie prêt avec ce gouvernement, qui interdit la pratique du surf, sport hautement contagieux, mais par contre autorise la baignade... On marche sur la tête.

P.S. pour ceux qu'on empêche de télétravailler, voici un fil extrêmement complet sur le sujet : https://twitter.com/BoisDuSel/status...53021749473281
Citation :
Publié par Caniveau Royal
Vous écrivez : les petits commerces ne doivent pas être fermés parce que vous pensez que le gouvernement n'a pas fait d'études.
Je n'y crois pas.
Hier, le président de Carrefour annonçait qu'ils proposeraient des livres dans leurs magasins. Trois heures plus tard, il annonçait la fermeture de ces rayons.

Tu penses vraiment que le gouvernement gère bien cette histoire ?

Citation :
Publié par Caniveau Royal
Vous pensez que dans un petit commerce, il y a pas de motif que la contamination soit supérieure.
On pourrait bien sûr en trouver : à commencer que deux ou trois personnes en file indienne dans un petit magasin + les/les vendeurs, ça fait une forte densité de personnes dans un espace réduit.
Et particulièrement dans les librairies, où les Samedi en particulier, c'est à la fois dense, et les gens traversent le magasin dans tous les sens pour aller d'ici à là, et revenir là.
Pourtant, il y a plein de solutions pour éviter cela :
  • Une limitation stricte du nombre de personnes par magasin.
  • Une extension des horaires ou, au contraire, une fermeture le week-end.
  • Une collecte des coordonnées des clients.
Répondre

Connectés sur ce fil

4 connectés (1 membre et 3 invités) Afficher la liste détaillée des connectés