Vie pratique (La Taverne)

Ami en detresse psychologique

Répondre
Partager Rechercher
Hello

Contexte: Je ne suis pas en France et ne connais pas le systeme de sante francais.

Un ami a moi habite en France et est en detresse psychologique chronique. Il est ouvert a l'idee de chercher de l'aide mais il n'a visiblement pas les moyens d'aller voir un medecin (grosse dette, pas de travail, pas les moyens de depenser plus de 5eur par jour environ).

Quels systemes existent pour l'aider a gagner acces a de l'aide aux soins? Est-ce qu'il est possible de payer une mutuelle ou quelque chose du genre?

Merci

Uvea
Il faut qu'il aille à l'hôpital public, les consultations psychiatriques sont totalement gratuites et anonymes, quand tu dis détresse psychologique, c'est de quel ordre, pour quelles raisons?
Citation :
Publié par sinernor
quand tu dis détresse psychologique, c'est de quel ordre, pour quelles raisons?
Pour moi ca ressemble a un cocktail de depression + PTSD, mais j'y connais rien. J'ai peur qu'il fasse quelque chose de tres stupide.
Citation :
Publié par Vesper
Il peut également contacter un Centre Médico-Psychologique (CMP) près de chez lui.
C’est le mieux je pense, tu es en général mis en contact d’abord avec un ou une assistante et suivant ta demande/besoin pris en charge gratuitement vers psychologue ou psychiatre. Par contre, à moins de se pointer en détresse psychologique totale, il faut à priori compter entre 1 mois et 3 mois d’attente pour un rendez-vous.

edit : Au vu de sa situation je ne sais pas si ton ami souscrit une mutuelle mais certaines remboursent ce type de soin.

Dernière modification par -Erpeto- ; 23/01/2020 à 23h41.
S'il a vraiment un gros problème et qu'il risque de passer à l'acte, dis lui de se rendre de lui-même dans des urgences psychiatriques proche de lui et de parler brièvement à l'accueil de ce qui se passe, normalement, il devrait être reçu dans la foulée par quelqu'un qui pourra le prendre en charge.

A la limite, n'hésite pas à passer un coup de téléphone si tu ne peux pas l'accompagner aux urgences proche de chez toi pour connaître la ou les démarches à suivre et au moins prévenir de ce qui se passe les personnes compétentes.
Il peut aller voir un CCAS (centre Communal d'action sociale) où il pourra rencontrer des assistantes sociales qui auront à la fois les moyens de l'aider à trouver de l'aide pour sa détresse psychologique mais aussi pour obtenir des aides sociales de survie comme le RSA (revenu minimal) et des aides financières comme la CMU (prise en charge des soins médicaux).

Ce ne sont pas des gens qui vont le pousser aux fesses en mode "va trouver du boulot", ce sont des gens habitués à la détresse qui ont pour but d'aider les autres à reprendre pied.


S'il ne trouve pas de CCAS il faut aller à la mairie qui pourra l'aiguiller vers la structure similaire la plus proche (selon la taille des villes les structures ne sont pas les mêmes je crois).


En lisant les réponses des autres je vais préciser: le CCAS et l'aide sociale c'est dans le cas où la personne a le temps de construire un échange et un projet. S'il y a un danger psychiatrique il vaut mieux aller aux urgences.
Vous pensez qu'il ira de lui même dans l'une de ces institutions ?
Je vois mal quelqu'un débarquer aux urgences annoncer qu'il veut faire une bêtise entouré de gens en souffrance physique.

Quelqu'un à risque, il ne vaut pas mieux prendre les devants et le sauver malgré lui ?
Citation :
Publié par Djunn
Vous pensez qu'il ira de lui même dans l'une de ces institutions ?
Je vois mal quelqu'un débarquer aux urgences annoncer qu'il veut faire une bêtise entouré de gens en souffrance physique.

Quelqu'un à risque, il ne vaut pas mieux prendre les devants et le sauver malgré lui ?
Qu'entends-tu par 'le sauver malgré lui'? L'OP a précisé que son ami était ouvert à l'idée d'aller chercher de l'aide. On peut aller à l’hôpital sans passer par les urgences.

En outre, les urgences psy existent. Et la souffrance psy n'est pas moins grave que la souffrance physique.
Citation :
Publié par Djunn
Vous pensez qu'il ira de lui même dans l'une de ces institutions ?
Je vois mal quelqu'un débarquer aux urgences annoncer qu'il veut faire une bêtise entouré de gens en souffrance physique.

Quelqu'un à risque, il ne vaut pas mieux prendre les devants et le sauver malgré lui ?
Au contraire, bien souvent les personnes qui sentent qu'elles peuvent faire une bêtise seront soulagées avec l'idée d'être pris en charge quelques jours voir plus. C'est pas le cas de tous les patients, mais c'est fréquent. Après il existe des hospitalisations sans consentement mais c'est un autre contexte.

Pour l'OP je conseillerais à son ami de consulter son médecin généraliste, ou directement un psychiatre (sur Doctolib tu peux en trouver facilement, en tout cas dans les grandes villes) et de filer dans un CMP. Souvent tu es sur liste d'attente de 3-4 semaines, mais si ton ami obtient le courrier du médecin ou du psy ça peut aller plus vite.

edit : arf j'ai lu trop vite pour les problèmes financiers de l'ami en question...directement aux urgences psy alors.
Comme dit plus haut, la détresse et "l'envie" de passer à l'acte, c'est du à la souffrance, mais également au fait de ne pas avoir de solution.

Même si on ne sais pas le prendre en charge de suite, rien que le fait de savoir qu'il peut l'être dans un délai assez rapide, devrait déjà le soulager et enfin lui apporter un espoir.

Maintenant, il faut voir si c'est un genre de grosse dépression suite à x évènements, ou si il souffre d'une vraie maladie psy chronique. Les pros s'en chargeront, mais en tant qu'ami n'hésite pas à le soutenir, surtout si il est seul et sans entourage proche ou il habite. Même ne fusse que parler sur PC vu la distance, c'est déjà très bien.

Qu'il soit conscient de son problème et veuille trouver une solution est positif, mais ce n'est pas pour ca qu'il est moins à "risque" de passer à l'acte que d'autres. Il est juste capable d'en parler, là ou d'autres en sont incapables.

Le "les vrais suicidaires ils ne le disent pas" c'est des couilles. Chacun réagi différemment selon ses capacités à communiquer/reconnaître et avouer son état/etc...

D'autant que pas mal de tentatives de suicide sont "enclenchées" suite à un genre de pulsion, et pas préméditées, du coup ben la personne n'en a effectivement pas parlé avant...
Selon la ville de résidence, les CMP ont des délais de consultations de fou, ne prennent même plus de nouveau patient.

Si vraiment c'est compliqué, oui médecin traitant voire Urgences psy.
Et si besoin d'hospitaliser derrière, les hospitalisations dans le public sont, sous couvert d'avoir une protection sociale +/- mutuelle, ne demandent rien niveau fric.
A voir où il en est niveau social, ça a l'air compliqué, CMU ?

Y a plein de choses à poser mais, c'est courant les patients (la majorité) qui ont peu de moyens (surtout dans le public, dans le privé de toute façon hormis mutuelle suffisante, il ne pourra pas y mettre les pieds vu ce que tu décris), et y a (normalement) des Assistants Sociaux un peu partout:

- Mairie du secteur dont il dépend, il peut aller se renseigner et voir ce qu'il n'a pas (CMU ?) et voir surtout, ce à quoi il a droit
- Service de psy

Bref, difficile (impossible) de solutionner le problème via un forum mais, en tout cas, aussi bien au niveau social que psychologique, il existe encore des services publics accessibles à tous, reste à informer cette personne. = )
Merci a tous pour ces idees. Je vais passer quelques coups de fil aux differents organismes que vous avez mentionnes pour voir ce qui est le plus adapte pour lui.
Je plussoie le conseil CMP si possible et Urgence psy si trop de délai en CMP.

Je sais pas quelle age il a mais généralement les urgence psy essaie d'adapter leurs réponses à la situation des personnes qui se présente.

Et j’appuie également l'idée d'aller chercher de l'aide au CCAS sur du plus long terme.
Même si il ne se sent pas de se lancer dans des démarches longues pour avoir des aides sur la durée, il y a pas mal de possibilités d'assistance ponctuelle.
Je pense en particulier à des aides pour financer l'accès à l’énergie qui peuvent permettre de payer son chauffage pendant l'hiver (et en fonction du coin, ça peut changer la vie).
Mais en fonction de sa situation ça peut aussi être un dossier de surendettement, qui est pas franchement la joie, mais peut permettre de rebondir après des évènements divers.
CMP c'est pour du suivi long terme, et dans certains coins genre le mien c'est 6 mois pour un premier RDV et c'est totalement non négociable même avec enfants handicapés ... donc bon dans ce cas ça va être long (et encore c'était y'a 2 ans, à mon avis c'est pire maintenant). A faire mais pas suffisant amha. Ca permettra d'avoir un suivi médico et administratif "de fond" et être remboursé, voire pour avoir des aides (mais en ce moment c'est VRAIMENT pas la fête...je dis ça pour les fréquenter régulièrement, ils sont à bout, en tout cas dans mon coin, c'est même une honte nationale à quel point ils doivent opérer avec des bouts de ficelle alors que les besoins sont immenses et en augmentation dramatique, surtout sur les plus petits. Faut pas trop en espérer, et ce n'est pas faute d'avoir des personnels ultra motivés). Mais malgré tout, ça n'est pas inutile, c'est à faire en tâche de fond, ils font ce qu'ils peuvent et plutôt du (très) bon boulot si l'on veut bien reconnaître la difficulté et l'impossibilité d'atteindre la perfection. Trop souvent ça semble purement administratif, mais sur la durée, ça apporte tout de même du positif. Mais c'est clairement pas une solution miracle / rapide loin de là, juste un cadre général.

Urgences pour une ... urgence (relative), ce qui est semble t il le cas. D'autres ici ont apporté les bonnes réponses imo.
Si ton ami a conscience d'avoir besoin d'aide, il est déjà sur une "bonne" voie (entre guillemets donc), mais maintenant cette aide peut s'avérer décisive. Les urgences le prendront et l'aiguilleront, du moins espérons le.

Dernière modification par Don Patricio ; 25/01/2020 à 01h43.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés