La Taverne

Aide pour rédiger une lettre de démission

Répondre
Partager Rechercher
Salut,

Vivant un grand changement privé et pro, avec l'accord de mon employeur, je dois rédiger et lui envoyer une lettre de démission. Tout a été négocié, je ne dois pas prester mon préavis, ainsi je peux directement embrayer sur mon autre projet pro.

Par contre, vu que c'est la première fois que je fais ca, je n'ai aucune idée comment je dois formuler le truc, ni ce que je dois impérativement dire dedans, voir ne pas dire.

On se quitte en bons termes, pas de soucis de ce côté, mais je ne sais pas si je dois par exemple écrire dedans "Selon notre arrangement, je pose ma démission pour x date, et ne presterais pas mon préavis", ou si je dois simplement indiquer la date de démission.

Merci pour votre aide
Ben non, la démission est à l'initiative de l'employé, donc évidemment qu'il faut une lettre de l'employé.
Un employeur qui te propose de démissionner c'est plus une démission

Lettre type comme il y en a 45 000 en cherchant sur google "lettre type démission", tu ajoutes "comme échangé ensemble je souhaite pouvoir partir au plus tot et vous propose une fin de contrat au xx/xx", le jour dit il te file un papier avec acceptation et un solde de tout compte et c'est bon.
Et il faut l'envoyer en recommandé (ou faire signer un double si tu la remet en mains propres) afin d'avoir une preuve que l'employeur l'a recu.

Même si tout semble ok maintenant, tu n'es jamais à l'abris et au moins en cas de soucis tu as une preuve.
Merci pour vos conseils.

J'ai bien envoyé la lettre par recommandé avec accusé de réception.

Par contre, j'ai oublié de signifier dedans que je ne comptais pas prester mon préavis, mais vu qu'on a eu un accord verbal... Je verrais ce qu'il va dire, au besoin je referais un nouveau courrier.

Et il a besoin de ma lettre de démission, tout simplement car sinon il est coincé pour engager immédiatement pour me remplacer (sinon il doit attendre la fin de mon préavis qui est de 3 mois).
Citation :
Merci pour vos conseils.

J'ai bien envoyé la lettre par recommandé avec accusé de réception.

Par contre, j'ai oublié de signifier dedans que je ne comptais pas prester mon préavis, mais vu qu'on a eu un accord verbal... Je verrais ce qu'il va dire, au besoin je referais un nouveau courrier.

Et il a besoin de ma lettre de démission, tout simplement car sinon il est coincé pour engager immédiatement pour me remplacer (sinon il doit attendre la fin de mon préavis qui est de 3 mois).
Il en a besoin pour les même raison que toi, s'assurer que l'autre ne change pas d'avis.
Sinon tu pouvais lui faire signer la lettre, ça t'aurai fait économiser le recommandé ^^
Tu pouvais aussi simplement passer par mail.

L'idée c'est juste d'avoir une trace indiquant que tu n'as pas fais un abandon de poste.
Et pour ton patron, un document pour rebondir vers les RH/Direction et indiquer qu'il faut commencer à chercher ton remplaçant.
Pas besoin de recommandé.
"Bonjour,

Je vous écris ce courrier pour signaler ma démission. Mon contrat a commencé le xx/xx, je ferai donc un préavis de x mois et ma démission sera alors effective le xx/xx.

Cordialement,
OP"

J'avais envoyé un truc du genre et c'est passé tout seul.
Citation :
Publié par tego
Pas besoin de recommandé.
Pas besoin, mais ça permet de se couvrir.
Avec un recommandé ou une remise en mains propre (avec la signature d'un double pour toi), tu as une preuve que ton employeur l'a bien reçu et il n'a pas possibilité d'essayer de te la mettre à l'envers.
Arrêtez de conseiller la signature de quoi que ce soit par l'employeur. La seule signature qu’il a obligation de faire, selon la législation, c’est sur l’attestation de travail (qui ne précise par le motif du départ). Demander la signature sur un document qui n’est pas exigé par la législation c’est juste prendre le risque qu’il se braque et du coup qu’il vous la fasse effectivement à l’envers. Réfléchissez-y a deux fois avant de vous lancer dans ce genre de démarche.
Citation :
Publié par I3aldou
Arrêtez de conseiller la signature de quoi que ce soit par l'employeur. La seule signature qu’il a obligation de faire, selon la législation, c’est sur l’attestation de travail (qui ne précise par le motif du départ). Demander la signature sur un document qui n’est pas exigé par la législation c’est juste prendre le risque qu’il se braque et du coup qu’il vous la fasse effectivement à l’envers. Réfléchissez-y a deux fois avant de vous lancer dans ce genre de démarche.
Pourquoi refuserait t'il de signer un récépissé de remise en main propres ? C'est exactement comme un LRAR. Je vois pas ce qui peut braquer
Il y a peu de raisons pour que l'employeur se braque à moins de chercher à le forcer à signer la réception d'une lettre de démission avec une date de fin de contrat qui ne le convient pas. Et là, il sera toujours possible de discuter pour trouver un accord comme il est en face et d'annoter la lettre avant signatures.
Et même s'il se braque, il y a l'option de remettre la lettre à quelqu'un d'autre (il y a le choix entre RH et supérieurs hiérarchiques).
Puis il est encore temps de faire la LRAR.

En l'occurrence, ici, l'employeur est demandeur de la lettre et a déjà accepté que le départ se fasse sans période de préavis.
Donc vraiment aucune raison qu'il se braque.

Derrière, l'avantage de la remise en main propre c'est qu'on supprime un intermédiaire (qui a un coût et introduit un risque de problème dans la distribution) et qu'on n'a pas à se poser la question de savoir si la période de 3 mois débute au moment de l'envoi ou celui de la réception du courrier (même si elle ne se pose pas ici).
Puis si on tombe sur un employeur sociopathe qui se braque lorsqu'on lui demande de signer quelque chose, il y a le même risque qu'il refuse de signer l'AR.
Citation :
Publié par I3aldou
Arrêtez de conseiller la signature de quoi que ce soit par l'employeur. La seule signature qu’il a obligation de faire, selon la législation, c’est sur l’attestation de travail (qui ne précise par le motif du départ). Demander la signature sur un document qui n’est pas exigé par la législation c’est juste prendre le risque qu’il se braque et du coup qu’il vous la fasse effectivement à l’envers. Réfléchissez-y a deux fois avant de vous lancer dans ce genre de démarche.
Mais qu'est ce que tu raconte ?
Citation :
Publié par I3aldou
Arrêtez de conseiller la signature de quoi que ce soit par l'employeur. La seule signature qu’il a obligation de faire, selon la législation, c’est sur l’attestation de travail (qui ne précise par le motif du départ). Demander la signature sur un document qui n’est pas exigé par la législation c’est juste prendre le risque qu’il se braque et du coup qu’il vous la fasse effectivement à l’envers. Réfléchissez-y a deux fois avant de vous lancer dans ce genre de démarche.
Si tu n'as pas de preuve que l'employeur a reçu ta lettre de démission, en cas de conflit ça peut se retourner contre toi. C'est pour cela qu'il est conseillé de le faire même si rien ne t'y oblige.

Après je comprend pas en quoi ton employeur pourrait se braquer ? Au contraire, surtout que tu viens la lui remettre en mains propres, je trouve que c'est une attitude respectable. C'est bien plus personnel que d'envoyer un recommandé ou pire faire ça par email ou sms.
En fait, pour vous donner plus de précisions, sans trop verser dans le drama, ma compagne a chopé une maladie de très longue durée, pas mortelle, mais ca l'empêche de faire quoi que ce soit pour une durée de plusieurs mois (maladie de Menière pour ceux qui connaissent). En sachant qu'elle gérait à 90% notre petite fille handicapée vu que je bossais 50/60 heures/semaine... C'était devenu impossible que je continue à bosser comme je le faisait voir même bosser tout court pour un employeur pour un temps x, afin que je puisse gérer les 2 à la maison. Pour vous donner une idée, prendre des soignants à domicile, même avec les mutuelles/etc... je n'avais pas assez avec mon salaire pour tout payer...

J'étais justement en réflexion pour me lancer à mon compte + gestion d'une chambre d'hôte, et j'en avais déjà discuté avec mon patron depuis plusieurs mois. On va dire que cet évènement aura été le déclencheur pour que je me lance (les deux nouvelles activité me permettent de rester à la maison et de gérer tout le bazar, que de continuer à bosser pour rien et de devoir courir encore plus).

Je suis donc en "maladie" (pour rester auprès de ma compagne) jusque demain inclus (date de fin de mon contrat/début de mon préavis), pour ca qu'on a préféré faire ca par courrier. Ca a été un bordel sans nom pour mettre tout en règle, mais tout est en ordre, j'aurais une sanction pour un éventuel chômage, mais vu que j'embraye de suite sur mes deux autres activités, je m'en fous, de toute j'ai même droit à tomber sur la sécu si besoin vu les circonstances (fille handicapée, maladie de ma compagne ou je dois rester près d'elle, etc...), mais je l'ai pas fait car tout s'emboîte bien.

Bref, je dois juste signer un papier comme quoi je ne preste pas mon préavis d'un commun accord, et c'est en ordre.

Merci pour toutes vos infos.

Me voici parti pour d'autres aventures, et ca me fait tout bizarre de plus partir bosser, même si j'ai autant de travail en gérant les deux femmes à la maison + mes deux activités pro

C'est un choix d'ordre privé, et j'ai la chance que mon boss l'ai bien compris et ne m'emmerde pas.

Edit : par contre, j'ai une dernière question... J'aurai bossé quasi la totalité de l'année 2019. Niveau congés payés, ca se passe comment?

Lors de mes précédents emplois, quand mon contrat était terminé et que je n'étais pas renouvelé, généralement le patron me soldait mon dernier salaire + les congés payés dus, je devais pas attendre juin de l'année suivante pour les avoir quoi. Mais ici vu que je démissionne, je peux faire une croix dessus ou ca me reste du quand même? Et si oui, il doit me les solder maintenant, ou il peux me les payer l'année prochaine?

Dernière modification par Torinouche90 ; 05/12/2019 à 10h10.
C'est réglé dans le solde de tout compte normalement. Les jours restants dus te seront payés avec.
Meilleurs voeux de succès dans ta nouvelle activité. Ayant moi même un enfant handicapé je sais qu'il ne faut pas trop compter sur les aides.
Bah oui en France, pas au Watanga.
Ah j'ai eu une aide de 60€ par mois à un moment, faut être honnête.
La prise en charge des handicaps en particulier mentaux, est assez minable en France (et ça s'arrange pas bien au contraire, on taille dans les budgets déjà faméliques). Nous sommes très en dessous d'autres pays comme le Canada, la Belgique par exemple.

Dernière modification par Don Patricio ; 05/12/2019 à 10h53.
Citation :
Publié par Torinouche90
J'étais justement en réflexion pour me lancer à mon compte + gestion d'une chambre d'hôte, et j'en avais déjà discuté avec mon patron depuis plusieurs mois. On va dire que cet évènement aura été le déclencheur pour que je me lance (les deux nouvelles activité me permettent de rester à la maison et de gérer tout le bazar, que de continuer à bosser pour rien et de devoir courir encore plus).
Il me semble que quand tu démissionnes pour lancer ton activité, tu peux avoir des aides pour démarrer. J'y connais quasi rien, juste ce que j'ai entendu de connaissances qui se mettaient freelance en informatique... Pas le même secteur, mais probablement quand même des trucs.

Tu t'es ben renseigné là-dessus ? Ca peut juste changer la vie.
Tu peux avoir des aides de Pôle emploi, ou plus exactement recevoir tes droits sous forme de capital (avec aussi un accompagnement à la création d'entreprise). Mais pour une démission faut être dans le cadre ou l'inscription à P.E est possible. Si c'est de ça dont tu parles; Il y'a aussi tout un maquis d'aides à la création, nationales ou régionales voire locales au niveau de la ville. Cependant ces aides sont rarement en monnaie sonnante et trébuchante - le plus souvent ce sont des crédits d'impôt ou des aides d'accompagnement relativement useless.
Oui, je vis en Belgique et avoir un enfant handicapé est sacrément mieux géré ici que chez vous. A noter que nous nous l'avons en famille d'accueil définitive, comme une adoption en gros (après plusieurs fausses couches, on voulais absolument un gosse, et on s'est lancé dans l'aventure).

Elle va dans l'enseignement spécialisé (on a la chance que ca existe en Belgique), elle a 9 ans mais elle a la taille d'un enfant de 4-5 ans, ne sait pas parler, commence tout juste à marcher un peu, comprends quelques demandes très simples comme "donne", "prends ta veste", mais ca ne va pas plus loin, elle mettra sûrement des langes toute sa vie, et est sûrement au max de ce qu'elle pourra faire niveau autonomie. Elle soufre du syndrome alcoolo-foetal, en gros sa mère bio se bourrait la gueule toute sa grossesse + un bon cocktail de médocs. Ses parents ont été déchus de leurs droits dés le lendemain de sa naissance et la petite a été dans un orphelinat adapté jusque ses 5 ans, moment ou nos chemins se sont croisés par hasard... Jusque sa majorité, elle est suivie par un service d'aide à la jeunesse, mais on a autorité pour tout, sauf si on veux quitter le pays pour des vacances ou la on dois demander une autorisation.

On a la chance de disposer d'allocations de 1.000 euros par mois (350 comme famille d'accueil et 650 pour son degré de handicap) elle est classée dans le handicap le plus lourd, donc c'est le max qu'on puisse avoir, le reste c'est à nos frais. Point de vue des autres aides, ya pas grand chose, c'est plus genre "pouvoir prendre x jours de congé en plus par an" ou "se faire rembourser l'équivalent de 200 euros de langes par an", mais rien de concret au niveau de la prise en charge en dehors du cocon familial. A ses 18 ans on n'aura plus aucunes aides et on devra faire une procédure d'adoption définitive.

Heureusement, quelques structures "valides" acceptent des enfants handicapés par chez nous, ainsi on sais la mettre quelques semaines par an dans des plaines de vacances, histoire de souffler un peu.

On s'est foutu dans le rouge niveau santé, car on voulais essayer de gagner un max ces dernières années (prêt maison, être sur que la petite ne manque de rien, etc...), mais la c'était plus possible, ma compagne est instit primaire + gérer la petite, et moi ben taf super stressant et beaucoup d'heures, jamais la pour l'aider aux moments ou elle en avait le plus besoin (matin et vers 17h00), bref, il était temps de faire un choix et de changer les choses.

Bien entendu, certains ne comprennent pas ma décision, beaucoup ne comprennent pas ce qu'implique d'avoir un enfant différent à la maison, c'est chronophage et usant. L'amour qu'elle nous rend vaut largement tout ca, mais un moment c'était juste plus possible de continuer à bosser tous les deux à ce rythme. La maladie de ma compagne m'a aidé à prendre ma décision (en même temps j'avais pas trop le choix lol, mais au moins j'avais déjà établi les bases depuis un moment, vu que c'est vers ca que je voulais aller).

Dernière modification par Torinouche90 ; 05/12/2019 à 13h22.
Citation :
Publié par Torinouche90
Oui, je vis en Belgique et avoir un enfant handicapé est sacrément mieux géré ici que chez vous. A noter que nous nous l'avons en famille d'accueil définitive, comme une adoption en gros (après plusieurs fausses couches, on voulais absolument un gosse, et on s'est lancé dans l'aventure).

Elle va dans l'enseignement spécialisé (on a la chance que ca existe en Belgique), elle a 9 ans mais elle a la taille d'un enfant de 4-5 ans, ne sait pas parler, commence tout juste à marcher un peu, comprends quelques demandes très simples comme "donne", "prends ta veste", mais ca ne va pas plus loin, elle mettra sûrement des langes toute sa vie, et est sûrement au max de ce qu'elle pourra faire niveau autonomie. Elle soufre du syndrome alcoolo-foetal, en gros sa mère bio se bourrait la gueule toute sa grossesse + un bon cocktail de médocs. Ses parents ont été déchus de leurs droits dés le lendemain de sa naissance et la petite a été dans un orphelinat adapté jusque ses 5 ans, moment ou nos chemins se sont croisés par hasard... Jusque sa majorité, elle est suivie par un service d'aide à la jeunesse, mais on a autorité pour tout, sauf si on veux quitter le pays pour des vacances ou la on dois demander une autorisation.

On a la chance de disposer d'allocations de 1.000 euros par mois (350 comme famille d'accueil et 650 pour son degré de handicap) elle est classée dans le handicap le plus lourd, donc c'est le max qu'on puisse avoir, le reste c'est à nos frais. Point de vue des autres aides, ya pas grand chose, c'est plus genre "pouvoir prendre x jours de congé en plus par an" ou "se faire rembourser l'équivalent de 200 euros de langes par an", mais rien de concret au niveau de la prise en charge en dehors du cocon familial. A ses 18 ans on n'aura plus aucunes aides et on devra faire une procédure d'adoption définitive.

Heureusement, quelques structures "valides" acceptent des enfants handicapés par chez nous, ainsi on sais la mettre quelques semaines par an dans des plaines de vacances, histoire de souffler un peu.

On s'est foutu dans le rouge niveau santé, car on voulais essayer de gagner un max ces dernières années (prêt maison, être sur que la petite ne manque de rien, etc...), mais la c'était plus possible, ma compagne est instit primaire + gérer la petite, et moi ben taf super stressant et beaucoup d'heures, jamais la pour l'aider aux moments ou elle en avait le plus besoin (matin et vers 17h00), bref, il était temps de faire un choix et de changer les choses.

Bien entendu, certains ne comprennent pas ma décision, beaucoup ne comprennent pas ce qu'implique d'avoir un enfant différent à la maison, c'est chronophage et usant. L'amour qu'elle nous rend vaut largement tout ca, mais un moment c'était juste plus possible de continuer à bosser tous les deux à ce rythme. La maladie de ma compagne m'a aidé à prendre ma décision (en même temps j'avais pas trop le choix lol, mais au moins j'avais déjà établi les bases depuis un moment, vu que c'est vers ca que je voulais aller).
Merci beaucoup pour toutes tes explications. Très touchante, votre histoire, vraiment. Bon courage. En France, la prise en charge des enfants handicapés est mauvaise, et ça ne va pas en s'arrangeant (je le sais car, étant instit, les histoires d'école inclusive servent surtout à fermer les structures adaptées,pour qu'au final les gosses soient seuls en fond de classe à ne rien faire parce que l'instit ou le prof n'est pas formé sur le handicap et a 26 autres enfants a gérer)
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés
Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée