La Croisée des Mondes

[Actu] L'OMS classe officiellement les « troubles du jeu vidéo » parmi les maladies reconnues

Répondre
Partager Rechercher
Uther a publié le 27 mai 2019 cette actualité sur JeuxOnLine :

Citation :
https://jolstatic.fr/www/captures/1274/9/128219-240.png
L'année dernière, l'OMS envisageait de classer les « troubles du jeu vidéo » (l'addiction au jeu) au sein de sa liste des pathologies officiellement reconnues. Cette intégration a été officiellement actée ce weekend lors de la 72ème Assemblée mondiale de la santé.

On s’en souvient, en juin de l’année dernière, l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) dévoilait le « brouillon » de la onzième édition de sa Classification internationale des maladies...

Une réaction ? Une analyse ? Une question ? Ce fil de discussion est à votre disposition.
D'ailleurs on va parler maintenant de jeu vidéal; ça fait plus viral comme maladie.
Je me propose d'organisation les premiers JeuVidéalthon pour récolter des fonds et passer sur twitch avec Zerator et d'autres
Je trouve ça normal. Le jeu est clairement une addiction pour certains. Sur les magazines de jeux, au début de la PS2 il y avait des numéros à contacter si on se sentait dépendant aux jeux.

Qd je vois des streamer comme Sardoch qui en vient à insulter, éclater tout ce qu'il a sous la main, nier que l'erreur vient de lui tout ça en public. Perso je l'aurai déjà sevré du jeu vidéo cet enfant.

Il y a bien un trouble autour du jeu du même niveau que les dépendants à l'alcool avec des effets similaires.
Citation :
Publié par Zilak
Qd je vois des streamer comme Sardoch qui en vient à insulter, éclater tout ce qu'il a sous la main, nier que l'erreur vient de lui tout ça en public. Perso je l'aurai déjà sevré du jeu vidéo cet enfant.
Je connais des footballeur qui réagissent comme ça, c'est la preuve qu'il y a une addiction au football, il faut classer le foot avec l'alcool et la drogue.
Citation :
Publié par SNIPERtusog
Je connais des footballeur qui réagissent comme ça, c'est la preuve qu'il y a une addiction au football, il faut classer foot avec l'alcool et la drogue.
Si ils agissent comme ça dès qu'ils touchent, uniquement, un ballon rond alors oui c'est qu'ils y ont un soucis avec le foot. C'est juste du bon sens, il y a un moment faut arrêter de nier.

Il y a 15 ans j'aurais tenu avec "olol celui qui joue a GTA sera forcément un tueur lolilol". Mais aujourd'hui on a des enfants de bas âge jusqu'au senior qui jouent aux JV. Le jeu ce n'est plus une culture geek, ce n'est plus un niche pour ado boutonneux.
Je regarde peu de stream et tu en as certains qui font peur et ça ne vient pas de leur boissons énergisante qu'ils consument. La vidéo de l'allemand fou qui joue a Unreal n'a rien d'une réaction d'un ado normal, maintenant si il a juste péter un plomb une fois dans sa vie, qu'il avait un stress a coter qui peu expliquer que ce jour là il a flancher, pourquoi pas. Mais je doute et je pense que c'est une scène habituelle et là c'est qu'il y a bien un soucis.
Maintenant je généralise pas, il y a une différence entre un rageux qui sait reprendre ses esprits et qui se sert du jeu comme défouloir et un gars qui ne tournent plus rond.
Pour ça que c'est très bien qu'on met des mots sur ces comportements, ça évite de tout mettre dans le même panier et même si je suis à 300 années lumières de m'associer avec les psy, docteur ou autre camp pseudo médical, je préfère largement ça que de nier en boucle et dire que l'addiction, le comportement changeant etc suite au jeu n'existe pas. Le vrai problème c'est de ne pas en parler justement et de fermer la porte a ceux qui voudraient s'en exprimer.
Je connais des rugbyman qui réagissent comme ça, c'est la preuve qu'il y a une addiction au rugby, il faut le classer avec l'alcool et la drogue. https://jolstatic.fr/forums/jol/images/smilies/freak.gif
Je connais des joueurs de basket qui réagissent comme ça, c'est la preuve qu'il y a une addiction au basket, il faut le classer avec l'alcool et la drogue. https://jolstatic.fr/forums/jol/images/smilies/freak.gif

T'en veux d'autre ?

Parce-que j'en ai plein en réserve, une pour chaque activité compétitive qui existe sur la planète en fait.

Donc tu ne peut pas utiliser ce comportement et ce genre d' exemple pour justifier quoi-que ce soit spécifiquement contre le JV, c'est un comportement habituel du genre humain (bien que déplorable) qu'on retrouve partout depuis toujours.
Tu connais beaucoup de sportif pro a priori. Étrangement les sportifs que je connais, amateurs, n'ont pas ce genre de comportement frénétique.

Le souci avec vous c'est "je ne consomme pas de drogue pourtant j'en ai essayer. Donc l'addiction a la drogue n'existe pas, les drogués n existent pas. C'est juste un comportement humain."

Ici on ne parle pas des pro qui vivent de championnat et son peu nombreux. Mais bien de ton voisin addicts aux JV.
Faut avoir farmer l'hypocrisie pendant des siècles pour nier que le jeu rend addicts et que certains ont un comportement changeant comme toute addiction.

Maintenant il y a des degrés on a déjà tous ragé sur un jeu voir plus, je pense, mais certains ca dépasse ce stade.

Bref
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Zilak
Ici on ne parle pas des pro qui vivent de championnat et son peu nombreux. Mais bien de ton voisin addicts aux JV.
Faut avoir farmer l'hypocrisie pendant des siècles pour nier que le jeu rend addicts et que certains ont un comportement changeant comme toute addiction.

Maintenant il y a des degrés on a déjà tous ragé sur un jeu voir plus, je pense, mais certains ca dépasse ce stade.
Citation :
Publié par ArtUn
S'ils jouent pas au jeu, ils vont regarder la TV, donc on va parler d'addiction à la TV. S'ils lisent trop de livre on va parler d'addiction à la lecture... Je crois qu'à l'OMS on confond passion et addiction !
Maintenant tant mieux si c'est reconnu comme maladie, certains gamers iront chez le médecin en demandant un arrêt à cause des jeux vidéo. Ca leur laissera encore plus de temps pour jouer
Tout est dit
L'OMS ça les arranges de classer ce qu'il n'aime pas comme drogue, par contre la télé avec les milliards d'études qui prouve quel rends débile etc... là il n'y a plus personne, car il faut bien garder leur élément de propagande numéro 1 fonctionnel voyons.

Je suis assez d'accord qu'il existe une addiction au jeu, par contre je n'est jamais vue quelqu'un s'arrêter de manger (par exemple) simplement pour continué de joué sans s'arrêter. Certes j'ai déjà vue (et vécu) l'exclusion social lié à l'abus de jeu-vidéo, mais c'était surtout de ma faute, car il faut arrêter de se leurrer deux secondes, tout est une question d'ambition et de courage.

Joué nous procure plusieurs sentiment facilement accessible sans avoir à faire un "grand" effort.
Mais j'ai surtout l'impression que l'OMS se croit déjà dans Ready Player One...
Il y a quand même une hypocrisie entre le jeu et le sport , il ne faut décourager la fabrique de champion , laissons les sportifs se consacrer plus que de raison pour leur "passion", il faut bien gagner des médailles olympiques n'est ce pas .
Le problème aussi au niveau des jeunes voir des tout petits, c'est que les parents ne donnent aucunes limites de temps et en ont rien à foutre du PEGI.

Quand je vois une mère acheter GTAV ou COD à son gamin de 7 ans par caprice, et qu'il peut y jouer sans limite de temps et avec un foutu casque micro ou il va apprendre des insultes que nous même ne connaissions pas à notre majorité, y a un réel soucis.

Je me rappel que ce soit devant la NES ou autre (bon les jeux étaient moins réalistes mais ça restait des JV), ma mère me foutait un chrono de 30 minutes (aller un peu plus en vacances ou week end) mais au moins j'étais cadré.

Pour que papa regarde le foot ou que maman regarde son Emission on colle le gamin avec la tablette accès illimité internet ou sur une console avec des jeux violents et en ligne. Moi je m'étonne pas de la nouvelle génération de dégénéré sur Twitch et compagnie. Et je n'ai pas mes 30 ans, c'est vous dire.
Ce qui est signale ici, c'est juste le trouble obsessionnel du jeu vidéal, que cela susciter un intérêt qui en deviens trop chronophage par rapport a la pluralités des autres activités possible, dans un idéal de =/= auto développement ?
Citation :
Publié par kotori95
Tout est dit
L'OMS ça les arranges de classer ce qu'il n'aime pas comme drogue, par contre la télé avec les milliards d'études qui prouve quel rends débile etc... là il n'y a plus personne, car il faut bien garder leur élément de propagande numéro 1 fonctionnel voyons.

Je suis assez d'accord qu'il existe une addiction au jeu, par contre je n'est jamais vue quelqu'un s'arrêter de manger (par exemple) simplement pour continué de joué sans s'arrêter. Certes j'ai déjà vue (et vécu) l'exclusion social lié à l'abus de jeu-vidéo, mais c'était surtout de ma faute, car il faut arrêter de se leurrer deux secondes, tout est une question d'ambition et de courage.

Joué nous procure plusieurs sentiment facilement accessible sans avoir à faire un "grand" effort.
Mais j'ai surtout l'impression que l'OMS se croit déjà dans Ready Player One...
C'est marrant parce que tu débutes en disant que c'est des conneries, puis démontre - à travers ton expérience même - pourquoi c'est en réalité tout à fait sérieux.

Qui ici, qu'a déjà passé pas mal de temps sur un mmorpg, n'a jamais pu observer au moins un autre joueur consommer le jeu d'une telle façon que sa scolarité, sa vie professionnelle ou sociale en souffre sérieusement ?

C'est vrai qu'en tant que gamers on ramasse pas mal d'attaques injustifiées, qu'on a souvent été (maintenant moins) stigmatisés, qu'il y a également d'autres addictions qui mériteraient qu'on s'attarde dessus plus etc, mais il n'en demeure pas moins que l'addiction au jeu vidéo en général et au jeu en ligne en particulier est extrêmement réel, et pas si rare que ça.

Je serais assez curieux de voir un sondage anonyme sur JoL, qui s’enquérirait de qui estime que son activité vidéoludique a déjà eu par période(s) certaines conséquences négatives (légères, sérieuses ou graves) sur d'autres aspects de sa vie. Je serais pas surpris que ça concerne bien 20-30% des gens.
Citation :
Publié par Zilak
La vidéo de l'allemand fou qui joue a Unreal n'a rien d'une réaction d'un ado normal, maintenant si il a juste péter un plomb une fois dans sa vie, qu'il avait un stress a coter qui peu expliquer que ce jour là il a flancher, pourquoi pas. Mais je doute et je pense que c'est une scène habituelle et là c'est qu'il y a bien un soucis.
La vidéo en question est surtout fausse.
L'Allemand en question faisait des vidéos "comiques", et il a eu beau vouloir expliquer après (en Allemand malheureusement pour lui) que c'était un sketch il a été complètement dépassé par les évènements.
La preuve, 15 ans plus tard des gens y croient encore.
Citation :
Publié par Kascin
La vidéo en question est surtout fausse.
L'Allemand en question faisait des vidéos "comiques", et il a eu beau vouloir expliquer après (en Allemand malheureusement pour lui) que c'était un sketch il a été complètement dépassé par les évènements.
La preuve, 15 ans plus tard des gens y croient encore.
Je n'ai jamais suivit cette histoire et je veux bien te croire. Mais pour rester dans le contexte, peut être que sa vidéo était fausse, il y en a combien d'autre identique qui elles sont bien réels.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Kami80
Je serais assez curieux de voir un sondage anonyme sur JoL, qui s’enquérirait de qui estime que son activité vidéoludique a déjà eu par période(s) certaines conséquences négatives (légères, sérieuses ou graves) sur d'autres aspects de sa vie. Je serais pas surpris que ça concerne bien 20-30% des gens.
j'ai "oublié de dormir" en jouant à civilization puis me suis endormi en cours le lendemain. J'ai mis mon réveil à sonner pour me lever à 3h37 du matin pour lancer un skill sur EVE (du temps où il n'y avait pas les queue).

Or je suis joueur point (pas seulement de jeu vidéo) , capable de sécher une semaine entière de cours pour un tournoi d'échecs ou de poker , sauf que , comme ce sont des jeux qui me rapportent , on ne dira plus "addiction" mais "passion" pour la seule raison que les conséquences positives justifient les conséquences négatives....

Même remarques pour les sports qui sont reconnus , qui rapportent, ou simplement le travail : et l'addiction au travail ne sera jamais considéré comme maladie quelquesoit les conséquences négatives .
L'addiction au taff n'est peut-être pas reconnue, le burnout lui l'est. Et de fil en aiguille oui, le travail est reconnu comme un problème quand exécuté dans des conditions de stress. Les patterns d'addictions sont nombreux et c'est réducteurs de sortir 3 pauvres exemples issu du même contexte. L'effort physique a de fait un effet d'addiction, même si la drogue provient de notre propre cerveau, certains en "souffrent" dans la mesure qu'ils ne savent plus rationnellement s'arrêter.

Le jeu vidéo se sert lui de certains pattern pour que les joueurs reviennent (farmville et co, ça vous parle ? C'étaitun bon exemple). La compétion, le gain, l'aspect trompeur de pouvoir s'isoler du contact physique voir du contact tout court... oui, le jeu vidéo a des mécaniques qui peuvent déclencher une addiction et ce n'est pas parce qu'on croit y être acclimaté que c'est normal ou qu'il faut reléguer ça dans un placard. Surtout qu'avec l'effet de groupe c'est encore plus dur de décrocher, essayez de faire lâcher prise à un accro quand ses "guildmate" viennent le spammer de sms pour se connecter...

L'article dit bien que c'est reconnu comme un type de dépendances similaire/fille à celle des jeux d'argent et c'est plutôt une bonne catégorie...
Citation :
Publié par ArtUn
Concrètement dans le jeu vidéo il y a n'a aucun élément, aucune matière qui te rendent physiologiquement addict contrairement à l'alcool, la drogue ... etc
Il y a aussi la dépendance psychique à prendre en compte, si tu compares le JV au Cannabis (ou même le tabac car le sevrage physique est moins long que le sevrage psychique), bah le cannabis y a aucune dépendance physiologique non plus mais il y a bien une dépendance psychique qui peut se créer, ça peut certainement être le cas pour le JV aussi.
Un peu de lecture passionnante : http://vanessalalo.com/

Je pense que là ou l'OMS se trompe, c'est que c'est pas le jeu vidéo qui provoque une addiction mais bien des problèmes externes qui poussent certains à une "surconsommation".
La "perte de controle" sur sa vie engendre une consommation abusive de jeu vidéo car dans ceux-ci, on a l'impression d'avoir ce controle qu'on a pas/perdu dans la vie de tous les jours.

S'en suivent une désocialisation qui était déjà là en vérité, une fuite en avant.

Mais au final, l'abus de jeu vidéo n'est pas une cause mais bien une conséquence. Et en reconnaissant celui-ci comme une cause, la décision de l'OMS est dangereuse car elle va pousser à réfléchir à un traitement d'une conséquence et non d'une cause et donc.... ne pas soigner véritablement le mal.
C'est déjà le cas pour beaucoup de maladies me direz-vous
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés