LotRO - La Salle du Feu d'Imladris

[Actu] La trilogie du Seigneur des Anneaux de retour au cinéma les 9, 15 et 22 mars

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Kaels
Et en parlant de ciné... dès que je vois un P(e)uck je pense à
AHHH Le cercle des poètes disparus, excellent film qui m'a donné l'inspiration... pour ce pseudo pendant un Songe d'une nuit d'été
Citation :
Publié par Peuck
AHHH Le cercle des poètes disparus, excellent film qui m'a donné l'inspiration... pour ce pseudo pendant un Songe d'une nuit d'été
Ouf j'avais tellement peur de faire un bide !
Miniatures attachées
Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

Nom : crown2.jpg
Taille : 640x342
Poids : 31,4 Ko
ID : 292462  
Dans ce monde où chaque État est gouverné par un avatar de Sauron, et toutes les entreprises multinationales par autant de Sarumanes, il est toujours bon et utile se replonger dans cette œuvre magnifique qu'est le Seigneur des Anneaux. La leçon de vie qui est contenue dans cette œuvre reste plus que jamais d'actualité, surtout l'aspect «écologique» de la lutte de Gandalf et de la fraternité contre les forces industrielles destructrices et polluantes incarnées par les esclaves de l'Unique, symbole de tous les totalitarismes, qu'ils soient politiques (communisme ou capitalisme industriels) ou religieux (les exemples ne manquent hélas pas).

Je viens de terminer la trilogie dans sa nouvelle traduction par Daniel Lauzon, et j'ai envie de dire que nous disposons enfin d'une traduction correcte de l'œuvre de Tolkien en français, celle de Francis Ledoux, datant des années 60 étant largement infidèle à l'esprit et aux volontés mêmes de l'auteur Anglais.

Et quand on compare les livres avec les films, on est frappé par le très grand nombre de différences et de libertés prises avec l'histoire qui y est contée. Je ne nie pas que Peter Jackson ait réalisé des films d'une grande beauté visuelle, aidé en cela par Alan Lee, qui a également fourni à la nouvelle traduction des livres ses illustrations, et je comprend bien qu'il est impossible, même dans une version longue, de reproduire fidèlement le texte complet de Tolkien, mais certains manques et certains ajouts sont pourtant fort dommageables à mes yeux.

Je déplore en particulier l'absence totale de Tom Bombadil dans le film, personnage mystérieux et sage qui occupe une large partie du tome un, et aussi la lutte héroïque des Hobbits, seuls, contre l'invasion du Comté (le mot a toujours été masculin en français, sa féminisation par Ledoux reste une erreur incompréhensible) par les bandits à la solde de Sarumane, dont la mort a, il faut bien le dire, été expédiée beaucoup trop vite dans le film. Le chapitre sur la naissance de l'amour entre Faramir et Éowyn, dans les maisons de guérison de Minas Tirith, est un des plus émouvant du livre, également totalement absent du film, ce qui est regrettable.

Quant à l'histoire d'amour entre Arwen et Aragorn, elle fait l'objet de longs développements dans les films, alors qu'elle n'existe pas dans le livre, mais sur ce point, son ajout n'a rien de choquant, même si certaines scènes restent malgré tout un peu mièvres et manquent de grandeur et de majesté, deux qualités pourtant indissociables du personnage d'Aragorn, et du peuple des Elfes en général, dont le sang coule encore dans les veines des Rois du Gondor.

Enfin l'ajout par Peter Jackson de l'armée des Elfes dans le combat de la Gorge de Helm va à l'encontre de l'idée directrice du livre, qui relate la lutte solitaire du peuple des Hommes contre Sauron et Sarumane, et l'effacement et le départ des Elfes de la terre du Milieu, dont le rôle fut de guider l'Humanité, avec l'aide des Magiciens, sur la voie de la sagesse, et qui n'avaient aucune raison de prendre part à cette guerre, qui n'était plus la leur.

Je ne saurais donc trop conseiller la lecture des livres de Tolkien dans cette nouvelle traduction de Daniel Lauzon, dont le rythme, lent et majestueux comme les eaux du fleuve Anduin, est très différent de celui des films, même en version longue. Sa traduction des poèmes de Tolkien est également largement supérieure à la précédente, mais je conseillerais tout de même de les lire dans leur version originale, car ils sont courts et magnifiques, et méritent cet effort.

Dernière modification par Dyaus ; 21/02/2018 à 08h02.
Perso, je recherche les anciennes traductions car après l'avoir en français et en anglais j'ai trouvé la traduction (enfin, la google traduction) de Lauzon absolument infecte. Même si le récit gagne en fluidité par rapport à l'ancienne traduction, les Hobbits font faute sur faute (je sais qu'ils apprennent la cuisine avant leurs lettres mais quand même) et sont affublé d'une sorte d'accent ch'tit ("cheu nous"). Pourquoi pas donner l'accent marseillais à Saroumane tant qu'on y est ("Té, Gandalf, tu vas rester à Orthanc cong"). Et alors "Grands-Pas" qui devient "l'Arpenteur" ça m'a fait vomir des kilos de pus. Un arpenteur est quelqu'un qui mesure des arpents pour établir un cadastre... Horrible vision du descendant d'Isildur avec des petites lunettes rondes, un crayon sur l'oreille et un compas à la main. Sans oublier les "Coureurs"... "- Vous faites quoi vous? - Nous? Bah, on cours, pour garder la forme"
Merci à JOL en tout cas de m'avoir fait remporté le premier volume!
Tu n'as pas du lire les mêmes livres que moi et que beaucoup d'autres. Accent Ch'ti dans un livre ? mais tu peux leur donner l'accent que tu veux quand tu lis.

La Francisation des noms de personnages peut en perturber un certain nombre et je le comprends mais de là a dire que cette traduction est infecte, il y a un abîme à ne pas franchir. Et c'est oublié qu'il y avait de nombreuses erreurs dans la traduction de Ledoux.

A se demander si tu les a réellement lus...
Citation :
Publié par LowRider04
Perso, je recherche les anciennes traductions car après l'avoir en français et en anglais j'ai trouvé la traduction (enfin, la google traduction) de Lauzon absolument infecte. Même si le récit gagne en fluidité par rapport à l'ancienne traduction, les Hobbits font faute sur faute (je sais qu'ils apprennent la cuisine avant leurs lettres mais quand même) et sont affublé d'une sorte d'accent ch'tit ("cheu nous"). Pourquoi pas donner l'accent marseillais à Saroumane tant qu'on y est ("Té, Gandalf, tu vas rester à Orthanc cong"). Et alors "Grands-Pas" qui devient "l'Arpenteur" ça m'a fait vomir des kilos de pus. Un arpenteur est quelqu'un qui mesure des arpents pour établir un cadastre... Horrible vision du descendant d'Isildur avec des petites lunettes rondes, un crayon sur l'oreille et un compas à la main. Sans oublier les "Coureurs"... "- Vous faites quoi vous? - Nous? Bah, on cours, pour garder la forme"
Merci à JOL en tout cas de m'avoir fait remporté le premier volume!
... de m'avoir fait remporter ...
... arpenter . Fig. Parcourir à grands pas ...
... etc.
Citation :
Publié par Maenelm
... de m'avoir fait remporter ...
... arpenter . Fig. Parcourir à grands pas ...
... etc.
Grrr, j'avoue, la faute d'accord est belle... c'est dire si cela m'a retourné .

Dictionnaire Hachette 2004: "Arpenteur: nm, spécialiste du relèvement des terrains et du calcul des surfaces"
Dictionnaire étymologique et historique du français Larousse: "1080, Roland; (...) arpenter 1384, texte de Reims, évaluer en arpents; XVIIIe s., sens actuel (...)"
Dictionnaire Harrap's Shorter: "Stride: 1. (step) grand pas m, enjambée f, (when running) foulée f, to take big or long strides faire de longues enjambées (...) 2. fig (progress) to make great strides faire de grands progrès, avancer à pas de géant (...) VI marcher à grands pas ou à grandes enjambées (...) VT (streets, fields, deck) arpenter"
"Arpenter: vt 1 (parcourir -couloir) to pace up and down; a. un quai to pace up and down a platform 2 (mesurer) to survey, to measure"
"Arpenteur: nm surveyor, land-surveyor"

Je ne suis d'habitude pas pour une traduction littérale, loin s'en faut, mais je ne suis pas pour "changer pour changer" or là j'ai l'impression que le traducteur a voulu imposer sa marque coûte que coûte. Il y a quand une même une certaine poésie chez Tolkien, que je ne retrouve absolument pas dans cette traduction et particulièrement dans "l'arpenteur" qui signifie "parcourir à grands pas" dans un registre familier (Littré, à consulter sur le web, j'ai déjà cramé mon bacon avec tout ça). Le récit a gagné en fluidité mais perdu en poésie en s'abaissant à un langage plus "moderne", certes plus accessible pour le commun des mortels, mais qui dénature le génie linguistique de Tolkien.
J'ai du mal à comprendre les "J'ai le DVD" ou "je l'ai téléchargé". Outre la qualité qui est indiscutable dans un bon ciné (qui devrait déjà taire ce genre de remarque) C'est aussi la nostalgie et l'ambiance propre au cinéma qui donne cette saveur particulière inimitable.

Pour ceux qui se sentent obliger detaler leur équipement 3k5, il y a lesnumeriques. C'est complètement hors sujet.
Citation :
Publié par Arckanor
J'ai du mal à comprendre les "J'ai le DVD" ou "je l'ai téléchargé". Outre la qualité qui est indiscutable dans un bon ciné (qui devrait déjà taire ce genre de remarque) C'est aussi la nostalgie et l'ambiance propre au cinéma qui donne cette saveur particulière inimitable.

Pour ceux qui se sentent obliger detaler leur équipement 3k5, il y a lesnumeriques. C'est complètement hors sujet.
Encore faut il qu'il y est un cinéma, qu'il soit bon et que ce soit un Gaumont dans notre cas. Juste au cas ou tu ne le saurais pas, il y a quand même un paquet de bled où il faut faire minimum 30 voire 50 km pour entrer dans un cinéma avec la qualité de la projection est nettement pire que de se regarder une video bien pourrie téléchargée sur internet ! et dans ce cas osef l'ambiance.
Lassitude mais il faut bien intervenir

1° on n'a pas tous prêté serment d'allégeance à sir Tolkien il n'est pas au centre de toutes nos vies c'est un auteur de livres pour enfants c'est tout
2° les leçons de morale teintées de culpabilisation et de je sais pas quoi, passé l'age.
3° les gens sont Encore libres d'aller ou ne pas aller REVOIR un film datant de 15 ans que l’on ait un ciné à 100 kms ou 10 mètres on n'a PAS à se justifier : les gens sont libres que je sache de leurs vies, surtout pour des choses aussi insignifiantes.
4° la trilogie SDA est très agréable et bien réalisée sauf manques (Tom bombadill) les gens font de qu'ils veulent. y aller ne pas y aller l'acheter ou pas, s'il faut en plus aller revoir un vieux film en partie daté par obligation, non. Pour ma part j'attends la version Amazon, celle de PJ est ancienne et dans bien des cas inférieure au jeu (moria etc).

JOL si prompte à censurer des bêtises, laisserait elle faire dans ce cas?

Dernière modification par Compte #563470 ; 22/02/2018 à 11h37.
Citation :
Publié par Hachlathis
Lassitude mais il faut bien intervenir

1° on n'a pas tous prêté serment d'allégeance à sir Tolkien il n'est pas au centre de toutes nos vies c'est un auteur de livres pour enfants c'est tout
Tolkien auteur de livres pour enfants ? Peut être devrait lire autre chose que le Hobbit. Essaie donc de faire lire le Silmarillon ou même les 3 tomes du Seigneur des Anneaux à un enfant (moins de 12/13 ans)... déjà que pas mal d'adultes ont du mal...
Je vous recommande la lecture de "J.R.R. Tolkien Auteur du siècle" de T.A. Shippey, traduit de l'anglais par Aurélie Brémont dans la collection Essais chez Bragelonne.

"Ecrit par le meilleur spécialiste anglais, cet ouvrage présente toute l'œuvre de J.R.R. Tolkien, depuis Le Hobbit jusqu'au Seigneur des Anneaux, en passant par Le Silmarillon, mais aussi les contes (dont Feuille, de Niggle) ainsi que les essais sur la littérature... avec un souci constant de pédagogie, mettant à la portée des profanes comme des amateurs de Tolkien les problématiques les plus complexes liées à la création d'un monde qui a marqué l'histoire de la littérature. Comment peut-on écrire une "mythologie" ? Pourquoi les Hobbits semblent-ils si proches de nous, et Le Seigneur des Anneaux, publié il y a soixante ans, si actuel ? La démonstration claire et enlevée de Shippey n'exclut pas l'humour, lorsqu'il s'en prend aux critiques qui jugent l'œuvre de Tolkien... le plus souvent sans l'avoir lue. Il répond finalement à cette question : si J.R.R. Tolkien dérange tant, n'est-ce pas parce que sa Fantasy parvient, mieux que d'autres genres, à parler au lecteur moderne de son monde et de lui-même ?"

Dernière modification par Maenelm ; 22/02/2018 à 13h34.
Citation :
Publié par Peuck
Encore faut il qu'il y est un cinéma, qu'il soit bon et que ce soit un Gaumont dans notre cas. Juste au cas ou tu ne le saurais pas, il y a quand même un paquet de bled où il faut faire minimum 30 voire 50 km pour entrer dans un cinéma avec la qualité de la projection est nettement pire que de se regarder une video bien pourrie téléchargée sur internet ! et dans ce cas osef l'ambiance.
Merci de partager ta science mais tu réponds à côté... J'écoute tes explications sur l'interêt de dire "mouais ça se dl facile en 1080p et version longue pas du déjà vu je vois pas l'utilité"

Je vois pas le rapport avec l'impossibilité d'aller dans un cinema comme tu as voulu le souligner (personne n'en parle dans les commentaires). Je parle bien des commentaires faisant une comparaison entre une télé/videopro/home et le cinéma ainsi que de son "inutilité". On ne parle pas du tout d'une incapacité à y aller ou d'en profiter.

Dernière modification par Arckanor ; 22/02/2018 à 16h51.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés