L'Agora

Afrique : Le sujet sur l'Afrique

Répondre
Partager Rechercher
J'ouvre ce sujet afin de parler de l'actualité du continent Africain et ses effets dans le monde.

Je compte qu'on puisse y parler de ses crises, de ses succès, des échecs, des scandales ainsi que des réussites, afin de parler un peu, de ce grand continent, complexe, diverse, secoués par les haines cuites et recuites, l'exploitation, la corruption et bien souvent ignoré de nos médias.

J'ouvre avec deux sujets :

******

La crise politique au Gabon, suite à la "victoire" contesté de Omar Bongo sur Jean Ping :
http://www.lemonde.fr/afrique/video/...4675_3212.html

L'Union européenne doit-elle jouer un rôle ? L'Union Africaine va t-elle défendre la démocratie ? Quel rôle pour la France ?

******

La lutte contre l'islamisme, de Boko Haram à Aqmi, de la Somalie à la Mauritanie :
Reconstruction des mausolées à Tombouctou tandis qu'un des membres de l’alliance djihadiste est présenté devant la justice international :
http://www.lemonde.fr/afrique/articl...5919_3212.html

Nord Mali, faut-il changer la stratégie ? Les pays de l'Union Européenne vont-ils enfin participer avec des hommes sur le sol ? Quel place pour les pays Africains ?

Multiplication des attaques de Boko haram dans les pays voisins, Cameroun particulièrement, quel est la place des puissances régionales et mondiale dans la lutte contre Boko Haram face à un Nigéria refusant les interventions étrangères ?

Dernière modification par Mangemouton ; 18/09/2016 à 22h58.
Pour faire une boutade que les historiens se chargeront de démonter, si tu avais posté ton sujet avant la démolition du mur de Berlin, tu aurais eu des centaines de réponses sur ce sujet.

La France se contrefout de l'Afrique noire francophone depuis cette époque et c'est ressenti par les populations qui ne sont pas prêtes à pardonner qu’après les épisodes coloniaux puis les années 70 prometteuses, tout le monde se soit barré pour aller voir s'il était plus simple de faire du CFA en Biélorussie ou en Roumanie.

Concernant la "défense de la démocratie" au Gabon, l'ingérence ne choquait pas lorsque elle était accompagnée d'une promesse de prospérité, elle ne passe plus du tout en ce début de millénaire. Le fait que des Gbagbo accompagnés de leur fidèle Blé Goudé aient pu faire la chasse au français à Cocody ou en zone 4 aura été une alerte majeure.

La vraie question cependant, existe t'il des nations en Afrique noire francophone, le pouvoir politique calqué sur nos institutions a t'il un quelconque sens dans des pays ou se côtoient un nombre incalculable d’ethnies et au sein desquels les pouvoirs traditionnels perdurent. Je pense que c'est aux africains de faire leurs propres révolutions mais le souhaitent ils ?, se sentent ils Bassa, Bamiléké ou camerounais, Baoulé ou ivoiriens ?. Je pense que les africains prendront un jour la main mais pas forcément dans le cadre de nations dont les contours ont été tracés en Europe.
Citation :
Publié par Krib
Pour faire une boutade que les historiens se chargeront de démonter, si tu avais posté ton sujet avant la démolition du mur de Berlin, tu aurais eu des centaines de réponses sur ce sujet.

La France se contrefout de l'Afrique noire francophone depuis cette époque et c'est ressenti par les populations qui ne sont pas prêtes à pardonner qu’après les épisodes coloniaux puis les années 70 prometteuses, tout le monde se soit barré pour aller voir s'il était plus simple de faire du CFA en Biélorussie ou en Roumanie.
Je t'invite à regarder une carte de déploiement des troupes française en Afrique mais de tête, j'ai au moins :
- une opération couvrant plusieurs pays dans le cadre de la lutte contre le djihadisme
- une présence permanente en Côte d'Ivoire
- une présence à Djibouti

Je dirais que plus que la France, c'est l'opinion publique qui s'en fout.
La présence militaire en Afrique ne montre pas un intérêt pour l'Afrique, tout au plus des intérêts à défendre, à juste titre probablement. Du temps des bonnes relations qui ne se limitaient pas à la politique il existait déjà des forces françaises sur place, le 43e BIMA à Port Bouët par exemple.

L’intérêt pour l'Afrique c'est autre chose.

Citation :
Je dirais que plus que la France, c'est l'opinion publique qui s'en fout.
Oui, on ne parle aux africains que lorsqu'ils n'y sont plus.......la clé de l'avenir est peut être là ^^^.

Dernière modification par Krib ; 19/09/2016 à 20h38.
Pour ma part je fais une grosse part de mon Ca avec l'Afrique.
Je n'ai jamais vu un tel dynamisme dans les affaires, j'envoi encore ce mois ci un container de produits que les français ne jugent pas assez bien pour eux direction Douala chargé de matériel de bonne qualité quoi que âgé de dix ans ou un peu moins.

Il y a sur ce continent de vraies opportunités, une véritable envie d'émerger et des gens qui, quand on passe au delà des idées reçues, sont très bosseurs et très éfficaces ( et ils paient EUX, pas comme d'autres par exemple qui sont toujours à chialer sur les prix ) Je dois m'y rendre l'an prochain d'ailleurs et je compte bien y aller, ce sera une sorte de retour aux sources.

Avec les africains en France, pareil, on travail bien et ils ouvrent beaucoup de portes, le fait de connaître le continent aide bien, le fait de connaître aussi les us et coutumes aussi; j'ai une confiance totale envers les populations de ce coin du monde, ils s'en sortiront, parce qu'avec rien ils font tout alors qu'ici avec tout on arrive à ne rien faire.

Si j'avais plus de sous j'ouvrirais des entreprises là bas.

Citation :
Je pense que c'est aux africains de faire leurs propres révolutions mais le souhaitent ils ?
Il souhaitent vivre correctement, donner un avenir à leurs enfants et s'en sortir, comme tous le monde quoi, ils en ont un peu rien à foutre de ce que l'on pense d'eux et de savoir si banania, version manche à balais est considéré comme assez solide intellectuellement pour penser comme ici ou non.
Ils sont très loin d'être cons, et souvent même je les trouve plus intelligents que les gens que je croise sous nos cieux, ils comprennent en tous cas très vite.

Citation :
se sentent ils Bassa, Bamiléké ou camerounais, Baoulé ou ivoiriens ?
ET nous, on se sent quoi, Breton, Rennais, blanc , chrétien ou Français ?
Ces histoires n'ont aucun sens au final, en tous cas ceux qui décollent n'en ont rien à foutre, là encore.
Citation :
Publié par Egelbeth
Pour ma part je fais une grosse part de mon Ca avec l'Afrique.
Je n'ai jamais vu un tel dynamisme dans les affaires, j'envoi encore ce mois ci un container de produits que les français ne jugent pas assez bien pour eux direction Douala chargé de matériel de bonne qualité quoi que âgé de dix ans ou un peu moins.

Avec les africains en France, pareil, on travail bien et ils ouvrent beaucoup de portes, le fait de connaître le continent aide bien, le fait de connaître aussi les us et coutumes aussi; j'ai une confiance totale envers les populations de ce coin du monde, ils s'en sortiront, parce qu'avec rien ils font tout alors qu'ici avec tout on arrive à ne rien faire.

Si j'avais plus de sous j'ouvrirais des entreprises là bas.


Il souhaitent vivre correctement, donner un avenir à leurs enfants et s'en sortir, comme tous le monde quoi, ils en ont un peu rien à foutre de ce que l'on pense d'eux et de savoir si banania, version manche à balais est considéré comme assez solide intellectuellement pour penser comme ici ou non.
Ils sont très loin d'être cons, et souvent même je les trouve plus intelligents que les gens que je croise sous nos cieux, ils comprennent en tous cas très vite.

Ces histoires n'ont aucun sens au final, en tous cas ceux qui décollent n'en ont rien à foutre, là encore.
Arf Egelbeth, ne me la joue pas Banania versus pas Banania, j’admets humblement ne pas avoir ton expérience du Cameroun, je n'y ai vécu qu'une modeste vingtaine d'années. Accorde moi cependant de ne pas avoir une vision "Tintin au Congo" du sujet.

Citation :
Il y a sur ce continent de vraies opportunités, une véritable envie d'émerger et des gens qui, quand on passe au delà des idées reçues, sont très bosseurs et très efficaces
Mais bon sang, en doutais tu ?

Les opportunités que tu décris existaient déjà il y a 40 ans et pourtant tout s'est écroulé au milieu des années 90. Tu fais affaire avec Douala, un Douala que l'on arpentait sans danger dans les années 70 et qui est aujourd'hui classée parmi les villes les plus dangereuses au monde.

Je me suis fadé la tentative de coup d'état de 1984 à Yaoundé, les émeutes de 99 et pillages divers et variés à Abidjan, j'ai vu les ravages de l'incompréhension des populations face à une France qui a tout retiré pour ne laisser que des armées. l'Afrique rit ou tabasse au rythme des interventions étrangères, c'était un des sujets et pas tellement de savoir si l'africain est bosseur et dynamique, personne ici n'en a jamais douté.

Une bonnes question que j'ai d'ailleurs souvent posé aux industriels : Pourquoi ces pays ne sont ils jamais devenus nos pays lowcost, tout y était, la main d’œuvre pas chère, la langue commune, l'histoire commune. Je n'ai jamais eu d'autres réponses que l'instabilité politique, réponses polies pour probablement masquer un sentiment beaucoup plus douteux à l'égard des africains.

Citation :
ET nous, on se sent quoi, Breton, Rennais, blanc , chrétien ou Français ?
Je ne sais pas, tu ne donnes pas la réponse, tu te sens quoi ?

Sérieusement, ne fais pas semblant d'éluder le fait que l'appartenance à une ethnie, avec ses coutumes et pouvoirs traditionnels est souvent plus forte que l'appartenance à une nation créée de toute pièce par les "blancs". Le besoin de s'en sortir est individuel et prend forme ailleurs, rarement sur place. Comme tu dis, ceux qui décollent en ont rien à foutre.

Bon je veux bien discuter de l'Afrique si on confronte les points de vue ou les expériences, si c'est pour s'opposer des leçons, on va faire comme tout le monde, on laisse s'éloigner le sujet.

Dernière modification par Krib ; 20/09/2016 à 19h02.
Citation :
Publié par Krib
Je me suis fadé la tentative de coup d'état de 1984 à Yaoundé, les émeutes de 99 et pillages divers et variés à Abidjan, j'ai vu les ravages de l'incompréhension des populations face à une France qui a tout retiré pour ne laisser que des armées. l'Afrique rit ou tabasse au rythme des interventions étrangères, c'était un des sujets et pas tellement de savoir si l'africain est bosseur et dynamique, personne ici n'en a jamais douté.

Une bonnes question que j'ai d'ailleurs souvent posé aux industriels : Pourquoi ces pays ne sont ils jamais devenus nos pays lowcost, tout y était, la main d’œuvre pas chère, la langue commune, l'histoire commune. Je n'ai jamais eu d'autres réponses que l'instabilité politique, réponses polies pour probablement masquer un sentiment beaucoup plus douteux à l'égard des africains.
Le peu d'africains francophone avec qui j'ai parlé évoque quand même régulièrement l'instabilité politique, il y a régulièrement des troubles/crises de plus ou moins grandes ampleurs dont on ne semble pas s'approcher de la résolution.

Après il s'agissait d'Ivoirien ayant quitté le pays pour étudier à l'étranger suite à la destruction du matériel de leur université lors de la crise Ivoirienne, cela joue sûrement... mais même les congolais (de la république du Congo) semblait partager ce constat et la situation au Gabon renfore cette vision pessimiste. Après on m'a dit que la situation au Cameroun était pas si mal, mais avec la régionalisation de Boko haram, cela ne risque peut être pas de durer longtemps.


Citation :
Publié par Krib
Sérieusement, ne fais pas semblant d'éluder le fait que l'appartenance à une ethnie, avec ses coutumes et pouvoirs traditionnels est souvent plus forte que l'appartenance à une nation créée de toute pièce par les "blancs". Le besoin de s'en sortir est individuel et prend forme ailleurs, rarement sur place. Comme tu dis, ceux qui décollent en ont rien à foutre.
Vus que tu as vécu sur place, les ethnies ont une si grande importance que décrit en France ?

Cela ne m'avait jamais parut un sujet majeur dans les discussions avec les africains que j'ai connu en France, en tout cas pas plus important qu'un français dont les parents seraient bretons et basque ou corse et poitevin.
Citation :
Une bonnes question que j'ai d'ailleurs souvent posé aux industriels : Pourquoi ces pays ne sont ils jamais devenus nos pays lowcost, tout y était, la main d’œuvre pas chère, la langue commune, l'histoire commune. Je n'ai jamais eu d'autres réponses que l'instabilité politique, réponses polies pour probablement masquer un sentiment beaucoup plus douteux à l'égard des africains.
L'instabilité politique joue surement, mais je verrais bien d'autres obstacles: (en notant qu'on parle la des années 60/70, quand l'Asie a pris ce role)

-Population faiblement alphabétisée
-Aucun tissu industriel pré-existant, peu d'infrastructures (routes, électricité, etc)
-Problemes climatiques: installer une usine en zone équatoriale c'est pas forcément l'idée du siècle vus les matériaux et connaissances de l'époque.
Citation :
Publié par Zygomatique
L'instabilité politique joue surement, mais je verrais bien d'autres obstacles: (en notant qu'on parle la des années 60/70, quand l'Asie a pris ce role)

-Population faiblement alphabétisée
-Aucun tissu industriel pré-existant, peu d'infrastructures (routes, électricité, etc)
-Problemes climatiques: installer une usine en zone équatoriale c'est pas forcément l'idée du siècle vus les matériaux et connaissances de l'époque.
Ouais enfin, ces 3 points, tu les avais aussi dans les pays d'Asie qui se sont super bien développé en quelques dizaines d'années, en revanche, ils sont beaucoup plus stable.
En même temps, qui a envie d'investir dans un pays où suite à révolte/coup d'Etat/etc tu peux tout perdre ?
Citation :
Publié par Doudou
Ouais enfin, ces 3 points, tu les avais aussi dans les pays d'Asie qui se sont super bien développé en quelques dizaines d'années, en revanche, ils sont beaucoup plus stable.
Heu, non. Le taux d'alphabétisation en Chine, c'est 95%. Le climat de la Corée n'a rien à voir avec celui de l'Afrique. Les infrastructures (routes etc.) dans un continent qui était peut-être 6 à 8 fois plus peuplé que l'Afrique n'ont rien à voir. Les structures politiques non plus : les premiers Etats en Asie, avec administration et fonctionnaires datent d'il y a 2 500 à 3 000 ans. L'Asie est intégré à la mondialisation depuis l'antiquité, l'Afrique a toujours été en marge, sauf pour l'esclavage.
La révolution industrielle est partie d'Europe, elle aurait très bien pu émerger en extrême-orient, en Corée ou au Japon par exemple, voire en Chine si ces Etats n'avaient pas été constamment sous la menace directe d'invasions massives et destructrices. En revanche, du fait de sa géographie et de sa démographie, je ne vois pas quel scénario aurait pu permettre à ce phénomène de commencer en Afrique.

La démographie est au passage le principal point faible du continent africain, AMHA, qui s'épuise construire des écoles et former des profs pour des enfants toujours plus nombreux. Pas un hasard si les quelques pays qui commencent à décoller ont d'abord connu un ralentissement de leur démographie (Botswana par exemple).
Citation :
Publié par Doudou
La chine juste après Mao ? Et c'était la même dans tous les autres pays d'asie ?
Plus élevé en Asie qu'en Afrique, ça me semble une évidence. De fait, tous les pays d'Asie disposaient de leurs propres systèmes d'écriture voire d'université (le mandarinat en Chine par exemple), qui était loin d'être le cas en Afrique. Encore une fois, pour de simples raisons géographiques et politiques : population plus dense, échanges commerciaux, systèmes étatiques. La colonisation a certes apporté l'Etat moderne à l'Européenne, son administration, mais dans une version largement dévoyée, largement tournée vers l'exploitation et le pillage.
Les empires et royaumes africains pré-coloniaux avaient des frontières floues, pas ou peu d'administration. C'étaient des zones d'influence militaire, des structures établies pour capter les richesses générées par la traite des esclaves, de l'or ou de l'ivoire. Rien à voir avec les "civilisations hydrauliques" mises en place en Asie. Fatalement, à la décolonisation ou à la fin des guerres civiles post-1945, le départ a été bien plus rapide et aisé en Asie qu'en Afrique.
Je met à part cependant les Philippines, l'Asie centrale et le Pakistan, qui divergent nettement de l'Inde, de l'Asie du Sud-Est et de l'Asie de l'Est.
Le fait est qu'il a raison sur le constat, la France n'est plus ce qu'elle a été, loin s'en faut, et cela ne peut que continuer à s'amplifier en s'accélérant.

Nous sommes une terre d'accueil et le resterons, le jour où un pays comme le Nigéria s'effondre sur lui même, et cela va arriver (sans parler de l'Algérie par exemple pour des pays plus proches), c'est 5 à 10 millions de réfugiés sur nos côtes par an, voire plus, et nous les prendrons coûte que coûte, le pays, comme ceux de nos voisins, en sera une nouvelle fois transformé.

C'est le choix que nous avons fait en maintenant depuis des décennies des flux migratoires positif pour notre démocratie tout en ignorant le fait qu'ils étaient fortement composés issus de pays aux cultures parfois à l'opposé de la nôtre, d'ici 50 ans la France sera majoritairement métissée, l'objectif c'est de maintenir un cap républicain fort permettant cette... "Intégration réciproque" avec de véritables moyens alloués à l'éducation, à l'accueil, aux prises en charge diverses.

C'est un challenge formidable qui doit être compris et accepté de tous, les français eux même doivent changer leur façon de penser et de concevoir leur pays en se réfugiant derrière des valeurs désuètes et erronées d'une France blanche, chrétienne, ce n'est déjà plus le cas actuellement pour la religion, les attentats sont effectivement dus à la politique internationale comme intérieure de la France qui se voit toujours tel une sorte de super gendarme européen et qui souffre sur son territoire d'une mentalité s'opposant strictement à l'évolution naturelle du pays rapporté aux changements à l'échelle globale.

Le flux migratoire ne s'arrêtera pas, il ne le peut pas, il ne va faire que s'accélérer, rien ne sauvera les pays d'Afrique en difficulté, le Nigéria est l'exemple type du pays qui court à la catastrophe sur tous les points et qui va générer un formidable flux de réfugiés migrants d'ici à ce que ce qu'il reste de ses institutions soit définitivement vaincu par l'explosion démographique et la radicalisation d'une partie de la population.

Quand ils arrivent ces millions et millions de réfugiés annuels, on fait quoi, on les tue, on les noie ? Non, on les accueille et on les prend en charge en faisant ce qu'il faut pour qu'ils ne se retrouvent pas à nouveau dans une situation invivable au sein de notre pays, sinon on connaît la suite, radicalisation => attentats.

C'est le monde qui change notre pays et cela a toujours été ainsi dans notre histoire, vouloir lutter contre cela par des idéologies dépassées, c'est s'assurer une guerre civile d'ici 30 ans.
Citation :
Publié par Leandrys
Non, on les accueille et on les prend en charge en faisant ce qu'il faut pour qu'ils ne se retrouvent pas à nouveau dans une situation invivable au sein de notre pays, sinon on connaît la suite, radicalisation => attentats.
Ce qui implique de ne pas les laisser apporter avec eux les causes de l'effondrement de leur pays. Ce n'est pas en composant avec les radicaux qu'on va éviter la radicalisation. Ce n'est pas en déroulant le tapis rouge aux influences saoudiennes et qataris qu'on va éviter le sort des pays (Pakistan, Afghanistan, Nigéria...) où ces puissances se sont fait la main.
Citation :
Publié par Leandrys
Le fait est qu'il a raison sur le constat, la France n'est plus ce qu'elle a été, loin s'en faut, et cela ne peut que continuer à s'amplifier en s'accélérant.

Nous sommes une terre d'accueil et le resterons, le jour où un pays comme le Nigéria s'effondre sur lui même, et cela va arriver (sans parler de l'Algérie par exemple pour des pays plus proches), c'est 5 à 10 millions de réfugiés sur nos côtes par an, voire plus, et nous les prendrons coûte que coûte, le pays, comme ceux de nos voisins, en sera une nouvelle fois transformé.

C'est le choix que nous avons fait en maintenant depuis des décennies des flux migratoires positif pour notre démocratie tout en ignorant le fait qu'ils étaient fortement composés issus de pays aux cultures parfois à l'opposé de la nôtre, d'ici 50 ans la France sera majoritairement métissée, l'objectif c'est de maintenir un cap républicain fort permettant cette... "Intégration réciproque" avec de véritables moyens alloués à l'éducation, à l'accueil, aux prises en charge diverses.

C'est un challenge formidable qui doit être compris et accepté de tous, les français eux même doivent changer leur façon de penser et de concevoir leur pays en se réfugiant derrière des valeurs désuètes et erronées d'une France blanche, chrétienne, ce n'est déjà plus le cas actuellement pour la religion, les attentats sont effectivement dus à la politique internationale comme intérieure de la France qui se voit toujours tel une sorte de super gendarme européen et qui souffre sur son territoire d'une mentalité s'opposant strictement à l'évolution naturelle du pays rapporté aux changements à l'échelle globale.

Le flux migratoire ne s'arrêtera pas, il ne le peut pas, il ne va faire que s'accélérer, rien ne sauvera les pays d'Afrique en difficulté, le Nigéria est l'exemple type du pays qui court à la catastrophe sur tous les points et qui va générer un formidable flux de réfugiés migrants d'ici à ce que ce qu'il reste de ses institutions soit définitivement vaincu par l'explosion démographique et la radicalisation d'une partie de la population.

Quand ils arrivent ces millions et millions de réfugiés annuels, on fait quoi, on les tue, on les noie ? Non, on les accueille et on les prend en charge en faisant ce qu'il faut pour qu'ils ne se retrouvent pas à nouveau dans une situation invivable au sein de notre pays, sinon on connaît la suite, radicalisation => attentats.

C'est le monde qui change notre pays et cela a toujours été ainsi dans notre histoire, vouloir lutter contre cela par des idéologies dépassées, c'est s'assurer une guerre civile d'ici 30 ans.

Quel fatalisme....

Le salut des africains ne résidera pas dans la fuite mais dans leur propre sang, il leur faudra des révolutions et du temps pour prendre en main leurs propres nations, qu'il s'agisse de celles actuelles ou de nouvelles que le hasard et les rapports de force auront créées.

Présenter l'avenir comme un simple jeu de vases communicants et expliquer aux européens que leur seul avenir est dans le métissage, sera le moyen le plus rapide de mettre aux pouvoir des partis extrémistes violents et peut être plus insidieusement de nouvelles idées de colonisation.

Que les africains se démerdent, je considère qu'ils le peuvent, il n'est pas de position plus condescendante que de penser qu'ils sont tout juste bons à se barrer pour s'inscrire dans une autre histoire pour entrer dans l'histoire, à la manière du discours de Dakar.
Citation :
Publié par Krib
Que les africains se démerdent, je considère qu'ils le peuvent
C'est confort ça comme opinion, après leur avoir sucé leurs ressources pendant un bon siècle et juste à l'aube des bouleversements climatiques qui vont leur en remettre plein les dents et pour lesquels on prévoit déjà des exodes massifs, des famines, des guerres de l'eau...
Citation :
Publié par Kaleos - Jack
C'est confort ça comme opinion, après leur avoir sucé leurs ressources pendant un bon siècle et juste à l'aube des bouleversements climatiques qui vont leur en remettre plein les dents et pour lesquels on prévoit déjà des exodes massifs, des famines, des guerres de l'eau...
Confort ? c'est un peu court jeune homme, d'une part parce que j'ignore pour qui c'est confort et d'autre part j'ignore ce que tu en penses, le peuvent ils ou pas ?


Ah la dette perpétuelle et le ciel qui risque de tomber sur la tête, cela permet de lire dans les entrailles du mâchoiron et de prédire un avenir inéluctable. Leurs ancêtres n'étaient pas gaulois mais leurs descendants le seront, c'est assez confort aussi.

L'Afrique a largement les ressources pour s'en sortir, elle a aussi largement les moyens humains et tu sais quoi ? elle a aussi les capacités technologiques. Si tous les africains immigrés et formés en Europe,en en Asie ou aux USA retournaient ne serait ce que 3 ans dans leur pays pour participer à la construction avant de revenir, les choses changeraient grandement. Hélas, les premiers à se contrefoutre de l'Afrique sont les africains eux mêmes une fois les frontières franchies.
Citation :
Publié par Krib
Hélas, les premiers à se contrefoutre de l'Afrique sont les africains eux mêmes une fois les frontières franchies.
Vu la part des transferts financiers de la diaspora dans le PIB des pays africains... Non, juste non. Le souci, si on prend l'exemple d'un jeune entrepreneur de la tech originaire d'Afrique, c'est que toute tentative de sa part de se réinstaller au pays se heurtera à la rapacité des élites politiques locales.
Citation :
Publié par Krib
Confort ? c'est un peu court jeune homme, d'une part parce que j'ignore pour qui c'est confort et d'autre part j'ignore ce que tu en penses, le peuvent ils ou pas ?


Ah la dette perpétuelle et le ciel qui risque de tomber sur la tête, cela permet de lire dans les entrailles du mâchoiron et de prédire un avenir inéluctable. Leurs ancêtres n'étaient pas gaulois mais leurs descendants le seront, c'est assez confort aussi.

L'Afrique a largement les ressources pour s'en sortir, elle a aussi largement les moyens humains et tu sais quoi ? elle a aussi les capacités technologiques. Si tous les africains immigrés et formés en Europe,en en Asie ou aux USA retournaient ne serait ce que 3 ans dans leur pays pour participer à la construction avant de revenir, les choses changeraient grandement. Hélas, les premiers à se contrefoutre de l'Afrique sont les africains eux mêmes une fois les frontières franchies.
Ils le font quand ils le peuvent, et je connais plusieurs africain qui ont des rêves de revenir au pays pour construire et entreprendre. Maintenant culturellement les pays africains sont toujours empétrés dans leur problème culturel/ethnique ou religieux qui n'aide pas à la stabilité, c'est donc compréhensible que les rêves ne se concrétisent pas au vue des situations politiques locales.
Citation :
Publié par Krib

Que les africains se démerdent, je considère qu'ils le peuvent, il n'est pas de position plus condescendante que de penser qu'ils sont tout juste bons à se barrer pour s'inscrire dans une autre histoire pour entrer dans l'histoire, à la manière du discours de Dakar.
Tu penses qu'ils devraient construire des hôpitaux, des écoles, des puits et créer des entreprises ?

Le Nigéria ne s'en sortira pas parce qu'il ne le peut tout simplement pas, il n'y a pas de solution à la surpopulation une fois que celle-ci est lancée, le temps d'endiguer un tout petit peu le phénomène, ils seront déjà des dizaines de millions de plus et au moindre véritable départ de guerre civile, nous allons connaître une des vagues les plus massives de migration des populations de l'histoire, même l'Algérie qui profite d'infrastructures bien plus étendues va probablement s'effondrer dans une décennie ou deux pour des raisons différentes.

Si les français ne voulaient pas des migrants, il fallait peut-être le dire 50 ans en arrière, cesser l'hypocrisie citoyenne "oui aux immigrés et réfugiés mais pas chez moi" et arrêter de jouer aux super-gendarmes européens spécialisés dans l'Afrique qui cassent tout et se barrent ou viennent, font de grands discours et repartent sans que rien ne soit réglé, la machine est lancée et soit on l'assume, soit on tente de l'arrêter sans y arriver, c'est trop tard pour certains pays africains, pourquoi devraient-ils régler leurs problèmes tout seuls par magie quand ceux-ci sont 1000x pires que les nôtres et que nous n'arrivons même pas à les endiguer un minimum alors que nos moyens humains et économiques sont largement supérieurs ?
Citation :
Publié par Krib
Confort ? c'est un peu court jeune homme, d'une part parce que j'ignore pour qui c'est confort et d'autre part j'ignore ce que tu en penses, le peuvent ils ou pas ?
C'est confort pour nous Occidentaux, parce que ça permet de se laver les mains de nos responsabilités historiques. Et quand à savoir s'ils le peuvent, c'est comme demander de prévoir les incidences du changement climatique et la capacité de peuples très peu éduqués à s'instruire, construire des infrastructures, et passer en économie décarbonée avant que...

Ah mais merde. Avant que rien, le changement climatique a déjà des effets géopolitiques observables.
Je n'aime pas le concept de "responsabilité historique", parce qu'il est la porte ouverte à toute les fenêtres ("ah, non, pour le Congo, allez voir du côté de la Belgique, c'est pas notre problème"). Je préfère parler de responsabilité tout court. Ce qui implique d'aider ceux qui en ont besoin non pas à cause de la culpabilité supposés d'ancêtres très théoriques, mais parce que sont des êtres humains comme nous sur la même planète que nous.

Sinon, le climat a toujours eu des effets politiques et géopolitiques : les mauvaises récoltes des années 1780 ont pesé sur les finances et l'économie du royaume de France, avec les conséquences que l'on sait. Et si la neige était arrivée un peu plus tard en 1941...
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés