L'Agora

[POGNAX] Sujets autour du racisme et des discriminations en raison d'une orientation de la personne

Répondre
Partager Rechercher
Sans aller jusqu'au casier vierge obligatoire (même si ca se défend. C'est nécessaire pour les fonctionnaires et les militaires, pourquoi pas pour les élus?), je serais pour un "three strikes law" concernant la politique. A la troisième condamnation, peu importe le motif, inéligibilité à vie automatique.

Ca permettrait, à mon sens, d'éviter le coup du "je sors un dossier pour éliminer définitement X" que le casier vierge pourrait entrainer, mais sans permettre l'abus.
Citation :
Publié par Avrel
Je ne savais même pas qu'un élu n'était pas tenu d'avoir un casier vierge.
Comme quoi, on marche sur la tête
Bah... c'est aux électeurs de faire le tri, quoi.

Après si les gens votent pour n'importe qui...
Citation :
Publié par Aloïsius
https://www.lefigaro.fr/elections/pr...ciale-20211010

Fabien Roussel propose que les condamnations pour incitation à la haine raciale entraîne (potentiellement : les juges jugent quoi) une inéligibilité. Son argument est le suivant :



Argument auquel ma réponse tient en deux mots :
votez Roussel
Je ne vois pas trop pourquoi une infraction au cadre de la liberté d'expression devrait se voir sanctionné d'une inéligibilité . Les deux n'ont pas grand rapport. Ou alors il faudrait procéder de même pour un paquet d'autres délits ou crimes qui portent atteinte "aux valeurs de la République, etc".

Quand un patron d'entreprise gère particulièrement mal son entreprise ou enfreint la loi dans sa gestion, il peut être interdit d'exercer ce métier durant une certaine période (comme la député Claire O'Petit). Quand un élu profite des prérogatives de son poste pour détourner de l'argent à son profit, il peut être sanctionné d'inéligibilité durant une certaine période (comme le maire Patrick Balkany). Il me semble aussi (qu'on me corrige si ce n'est pas le cas) que les pédocriminels ne sont pas autorisés à exercer des métiers au contact des enfants. "L'esprit" de ce type de sanction c'est d'empêcher temporairement le condamné de se retrouver à nouveau dans des contextes où il serait susceptible de récidiver. Dans le cas d'une infraction au cadre de la liberté d'expression, comme l'incitation à la haine raciale, il me semble que la sanction adaptée serait de limiter temporairement au condamné les accès à tous les médias et autres plate-formes d'expression/diffusion d'audience suffisamment conséquente (ce qui d'ailleurs ne serait pas vraiment une entrave à la liberté d'expression, mais plutôt la suppression d'un privilège).
En soit c’est pas déconnant, tu ne respectes pas les valeurs de la république, tu ne la représentes pas.

Bon après j’ai peur que ça crée des martyrs. Donc contreproductif.
(Ça vise clairement M.Z )

Une peine complémentaire de suppression des droits sur les RS spa con !
Techniquement difficile par contre.
Citation :
Publié par Aloïsius
https://www.lefigaro.fr/elections/pr...ciale-20211010

Fabien Roussel propose que les condamnations pour incitation à la haine raciale entraîne (potentiellement : les juges jugent quoi) une inéligibilité. Son argument est le suivant :



Argument auquel ma réponse tient en deux mots :
votez Roussel
Concrètement à part Zemmour, ça toucherait qui sa "proposition" ?
Je ne sais pas si il en a été question, mais un sondage est sorti dernièrement, je ne suis pas aficionado des sondages, mais il y en a deux cette année, qui, à mes yeux ont été...particuliers, celui basé sur les velléités putschiste des militaires à la retraite et de leur constat quand à l'action à mener et d'une validation d'une certaine vision de la France, et celui-là, l'adhésion au concept de grand remplacement.
Citation :
6 Français sur 10 croient à la théorie du grand remplacement

«Certaines personnes parlent du grand remplacement : «les populations européennes, blanches et chrétiennes étant menacées d'extinction suite à l'immigration musulmane, provenant du Maghreb et d'Afrique noire». Pensez-vous qu'un tel phénomène va se produire en France?»
La formulation est celle de Renaud Camus, l'inventeur du concept. À 61%, les personnes interrogées répondent par l'affirmative.

https://www.lefigaro.fr/actualite-fr...ndage-20211021
Le curseur d''acceptation des idées extrémistes voir racistes pour certaines semblent assez éloigné voir ne plus exister, aujourd'hui plus qu'hier, l'éventail des idées extrémistes de droite sont acceptées et l'extrême droite profite de cette situation, pousse le curseur toujours plus loin. On est là face à une fuite en avant, à ne voir s'opposer aucune opposition, aucune barrière morale, ni de résistance franche, l'extrême droite teste les limites du débat démocratique, et vu que personne ne l'arrête, ils poussent celle-ci hors du cadre.

Je crois personnellement qu'a ne plus rien condamner, ou a demi mot, tout est devenu possible dans le paysage politique FR, quand auparavant Renaud Camus était persona non grata, il devient aujourd'hui une figure acceptable que l'on invite à la table des débats, inviter et discuter avec, consiste aussi à établir sa théorie et lui donner une valeur. Renaud Camus n'est plus un extrémiste, il est un interlocuteur tout à fait banal, dont il convient d'écouter les idées qui trouvent écho dans la société. C-News offre une réhabilitation du théoricien en direct.

Comment en est on arrivé là, ou cela vous nous mener. Pour le dernier je ne sais pas, pour le premier c'est un long processus partant de la fin du FN père, allant jusqu'au FN fille, passant par le RN dédiabolisé, arrivant à Zemmour candidat. Bien sûr il n'y a pas que ça, il faut aussi saluer l'effort de nos politiques qui reprennent à leur compte les thèses de l'extrême droite, les médias et plus spécifiquement celles liées à l'extrême droite. Les unes après les autres, les digues ont sautées, et maintenant, même le mot racisme n'a plus de sens, ou du moins le racisme en tant que tel ne souffre plus d'autant de désapprobation qu'avant, au contraire, être raciste n'a plus rien d'infâmant, c'est une idée, au même titre que d'autres.

Marginale il y a encore quelques années, la théorie du grand remplacement, bénéficie aujourd'hui d'une aura sans commune mesure, un candidat à la présidence s'en prévaut, des journalistes s'en font l'écho, des terroristes s'en inspirent et la société civile semble la valider.

Au delà des sphères de l'extrême droite inféodées aux théories les plus radicales, il y aussi le désengagement d'une gauche molle, pourtant souvent illustrée comme la véritable gauche républicaine et universaliste. Il y a une intervention qui m'a particulièrement déçu, celui de Caroline Fourest, je ne l'écoute pas d'habitude, mais je sais qu'elle est une figure importante de cette gauche.

Citation :
Pour la journaliste, essayiste et réalisatrice, Caroline Fourest, ce sondage est préoccupant parce que c'est une peur très forte. Ce n'est pas négligeable dans le climat dans lequel on est. Il faut toujours distinguer cette espèce de sentiment qui n'est pas encore formalisé en théorie qui part toujours d'une part de réalité.

Le monde est plus mélangé qu'avant. Dans certains quartiers, les gens voient stagner des descendants de familles pauvres, souvent issus de l'immigration, qui font plus d'enfants que les familles aisées. Le temps que les familles modestes deviennent un peu plus riches et s'intègrent, il peut y avoir un sentiment d'un vrai décalage. On a adopté un billet cognitif qui consiste à compter les gens en fonction de leur couleur de peau.

On est enfermé dans une vision du monde où on est obsédé par cette présence. Ces pourcentages définis ne reflètent pas les idées des hommes. On est obsédé à l'idée de rester blanc et chrétien. C'est une régression extrêmement inquiétante, dans un pays qui consacre l'idéal d'égalité qui, au contraire, considère que sa noblesse est de vouloir adopter un projet commun qui est le projet de la République.

https://www.lci.fr/replay-lci/video-...t-2200791.html

Il y a quelque chose qui ne dérange que moi dans ce qu'elle dit? La fin est très bien et heureusement qu'elle est là, sinon j'aurais eu l'impression de faire face à un plaidoyer total en faveur du grand remplacement. Parler de réalité, d'une peur qu'il faut prendre en compte, on est loin de la bataille des idées, de la résistance farouche aux théories racistes et leurs penseurs, ce genre de paroles participent aussi à leur validation, la place de l'idiot utile. Fourest joue un jeu dangereux, son désir semble de "gauchiser" le grand remplacement, en y ajoutant une pincée de gauche, tout en gardant l'armature formelle. Bref, rendre tout ça plus "mignon" et acceptable, un jeu ou elle a plus à perdre qu'à gagner, donc dangereux.

Qu'en pensez vous, avez vous ce sentiment d'être remplacé, est ce une crainte, une ligne politique dont il convient de parler et de débattre, ou à désapprouver et combattre. S'agit il d'une véritable menace, d'un mal être Français largement partagé dont il faut tenir compte et discuter, ou cela n'est qu'un sentiment, une vision étriquée du monde?
En quoi est ce une théorie ?
Mécaniquement, il y a par la démographie un remplacement des populations, quand tu as des français d'origine européenne qui font un ou deux gosses, et que tu as des français ( ou non ) d'origine africaine qui en font 3 ou 4 ...

sources
La Seine-Saint-Denis, une évolution très rapide en quelques chiffres - L'Île-Saint-Denis | Site officiel de la commune de L'Île-Saint-Denis (lile-saint-denis.fr)

Citation :
Par ailleurs, la part des familles nombreuses (au moins trois enfants) est de 18 % en Seine-Saint-Denis, soit le plus fort pourcentage de France métropolitaine
C'est comme ça, c'est factuel, j'étais à Valence y'a quelques semaines, bon ben les quartiers " multi " sont devenus " mono " mais mono très oriental, parce que ils font des gosses, là où les autres eux, n'en font pas.

C'est la logique de la vie.

Citation :
Ces prénoms gagnent donc du terrain en France. Dans son étude, Jérôme Fourquet affirme que 18% des nouveau-nés garçons de 2016 ont un prénom arabo-musulman. Cité par Le Point, il explique que « la trajectoire de cette courbe est des plus impressionnantes et montre de manière très nette l’une des principales métamorphoses qu’a connues la société française au cours des dernières décennies ». Au micro de France Inter jeudi 7 mars, l’analyste politique est revenu sur le sujet : « On est à moins de 1% de prénoms arabo-musulmans dans les années 1960, on est selon nos chiffres à plus de 18% sur les dernières années »
donc bon la théorie ... en fait est une réalité.
On peut discuter de la volonté positive de remplacer les populations, mais factuellement, la démographie elle, est inattaquable.
Citation :
Publié par .K.
Qu'en pensez vous, avez vous ce sentiment d'être remplacé, est ce une crainte, une ligne politique dont il convient de parler et de débattre, ou à désapprouver et combattre. S'agit il d'une véritable menace, d'un mal être Français largement partagé dont il faut tenir compte et discuter, ou cela n'est qu'un sentiment, une vision étriquée du monde?
Moi non. Par contre, quand je discute avec des anciens qui ont grandit dans la France de Marseille Pagnol et Brassens et se retrouvent dans celle de Jul et Booba, eux, oui, très clairement, et j'ai toutes les peines du monde pour les rassurer (d'autant que j'ai mes propres sources d'inquiétudes par rapport à l'avenir).

Le fait est que face à la mondialisation et à la multiplication des échanges et des influences, pratiquement tous les peuples de la planète réagissent brutalement. Cela a commencé dans le monde musulman avec la montée de l'islamisme APRES les indépendances ("jihad vs McWorld" a été écrit avant le 11 Septembre...) et ça continue partout ailleurs (Russie, Chine, Brésil, USA, Pologne, Inde...) sous des formes diverses, mais généralement marquée par le nationalisme.

Naturellement, aucune région du monde sauf peut-être les Etats du golfe n'est autant confronté à la mondialisation que l'Europe : impérialisme économique et culturel américain, immigration africaine et asiatique, délocalisation et désindustrialisation vers les pays à bas coûts, construction européenne, terrorisme et impérialisme islamique etc. Fatalement les réactions de rejet sont potentiellement fortes.
Ce qui jusqu'à présent (disons jusqu'aux années 2000) les a limité, c'est le modèle social européen, la prospérité relative du continent, qui a beaucoup contribué à rassurer les uns et les autres.
Mais étant donnés les assauts politiques qu'il subit depuis les années 1980 d'une part et la crise éco-énergétique de l'autre, ce pouvoir "rassurant" s'efface.

Il reste quoi dès lors aux classes populaires à qui on explique qu'ils seront remplacés par des robots ou des ouvriers pakistanais, que leur mode de vie est condamné, que leurs enfants vivront plus pauvrement qu'eux ? Et si par dessus le marché ils ont l'impression d'être étrangers dans leur propre pays parce qu'ils habitent dans un département, une ville ou un quartier ghettoïsé, il leur reste en gros deux options :
- l'acculturation (via la conversion à l'islam essentiellement)
- l'extrême-droitisation classique

Ceux qui sont mieux armés, économiquement et culturellement, n'ont pas le même dilemme existentiel naturellement, et peuvent se sentir "citoyen du monde". Mais si leur position se dégrade, ça ne résistera pas très longtemps non plus.
La démocratie est fondée sur les classes moyennes, les idéaux égalitaires et universalistes et une forme d'individualisme "méritocratique" ("travaille bien à l'école et tu auras un bon métier") mettant en avant le respect des lois.

Les ultra-riches ne partagent pas ces idéaux égalitaires, vivant dans un monde de passe-droits, de privilèges et de réseaux d'influences.
Le lumpenprolétariat survit par la solidarité communautaire ou familiale, et a forcément avec la loi et la violence une relation très différente de celle des classes moyennes.

Du coup, dans une démocratie en voie d'affaissement, que reste-t-il aux classes moyennes qui n'ont plus de solidarité communautaire et parfois même familiale, qui n'ont pas non plus le patrimoine financier et les réseaux des classes supérieures pour se protéger d'un monde toujours plus incertain et menaçant ?
Il reste le fascisme et la violence collective. Si tu n'es pas assez riche pour te payer une milice privée, une armée d'avocats et une résidence sécurisée, si tu n'es pas assez pauvre pour pouvoir faire appel à 25 cousins au moindre différend avec ton voisin, si la justice et la police sont débordées par la dégradation des rapports sociaux, il y a des chances que tu te tournes vers les premières chemises brunes qui passent et te promettront un confort et une sécurité petite-bourgeoise à laquelle tu aspires. En échange de ton vote et éventuellement de ton adhésion au parti.
Citation :
Publié par Aloïsius
Du coup, dans une démocratie en voie d'affaissement, que reste-t-il aux classes moyennes
En fait c'est l'inverse.
Quand les classes moyennes disparaissent, que reste il de la démocratie comme nous la connaissons.
Quand l'obectif politique de la upper classe est de défoncer l'intellect des autres, afin de les asservir dans la connerie crasse, avec 500 mots de vocabulaire et comme point de mire, Nabilla ou Jul, que reste il de la société ?
Mila est à nouveau victime de harcèlement, cette fois de la part de Iambillies une jeune chanteuse de 17 ans relativement connue sur youtube. Cette dernière a livré une violente diatribe à l'encontre de Mila pendant un live, l'accusant d'islamophobie et appelant à ce qu'elle soit harcelée, agressée, ou commette un suicide.

Citation :
«À de nombreuses reprises dans son live (plus d'une heure de live à m'insulter, me diffamer et encourager sa communauté à faire de même) elle a assumé pleinement inciter à mon harcèlement et vouloir à tout prix que je me suicide ou que je me fasse agresser». «La prochaine fois tu boiras de la javelle ça ira plus vite»
Puis le lendemain, la harceleuse fait un nouveau live dans lequel elle persiste dans ses propos.
Citation :
Elle menace, réitère ses propos d’hier soir, insulte, se réjouit de mon lynchage et surtout diffame.
Ainsi, Mila a annoncé son intention de porter plainte et exprime néanmoins sa lassitude.

Citation :
Et la jeune femme d'appeler à l'aide. "Demain, au lieu d’aller travailler et d’avoir une vie comme tout le monde, j’irai porter plainte contre elle, et je suis fatiguée de faire cela. Il ne faut pas rester sans rien faire, je n’en peux plus il faut que cela cesse. C’est un appel à l’aide, s’il vous plaît."
https://www.lefigaro.fr/actualite-fr...teuse-20211104

https://www.bfmtv.com/replay-emissio...111040075.html

https://www.lindependant.fr/2021/11/...%AEt.%22%C2%A0
@Egelby_tout_gentil
A vos yeux, c'est un fait scientifique qu'expose Renaud Camus? Ce qu'expose le théoricien c'est avant tout dire que certains Français immigrés ne le sont pas, la base est xénophobe et raciste, il y a des populations étrangères (même si Françaises) qui œuvrent à la substitution voir l'élimination des Français de souche (concept à définir, mais vraisemblablement blanche et de culture Chrétienne) le tout organisé par les élites. La solution pour les moins radicaux la ré-émigration et pour les plus radicaux, la violence.

La France change, c'est un fait, mais encore une fois l'extrême droite appose sur ce changement sa lecture idéologique, qui consiste à dire que les Français d'origine étrangère sont nécessairement animés par la volonté de conquête, qu'ils œuvrent à un remplacement du peuple d'origine, d'une base véritable, on passe au fantasme complotiste, lorsqu'on envisage ces transformations démographiques comme le produit d'un plan, d'un projet patiemment mis en place depuis des décennies.

Avec cette théorie il n'y a pas de place pour l'assimilation des Français immigrés, ils sont et seront de facto toujours des étrangers portant en eux un projet, car prétendant que même si on est né en France, que l'on y a passé toute sa vie et que l'on parle le français on ne peut pas devenir vraiment français. Ce sont eux qui sont désignés comme responsables.

Cela en fait avant tout une idéologie racialiste, le simple fait d'être différent, noir ou arabe, fait que vous faites partie de ce tout cherchant à nuire aux Français de souche. Qui plus est cette théorie a été maintes fois débunké.

Citation :
Publié par Aloïsius
Moi non. Par contre, quand je discute avec des anciens qui ont grandit dans la France de Marseille Pagnol et Brassens et se retrouvent dans celle de Jul et Booba, eux, oui, très clairement, et j'ai toutes les peines du monde pour les rassurer (d'autant que j'ai mes propres sources d'inquiétudes par rapport à l'avenir).
Opposer Brassens/Pagnol et Jul/Booba pour exposer le grand remplacement, ce n'est pas suffisant pour porter un constat, si ce n'est que ça, il existe toujours de la variété Française, vous avez là un premier élément pour les rassurer. Bon là, on est en plein nostalgie d'anciens qui fantasment leur enfance, ou tout était mieux, même la musique. Personnellement, j'aimerais qu'on regarde du Tavernier que du Marvel, qu'on lise Proust au lieu de Batman. Le remplacement culturel est déjà là, effectif depuis des années, voir les plans de sauvegarde de la culture FR.

Le remplacement culturel ne touche que les immigrés avec le rap notamment, mais ils ont le mérite d'être Français, de faire partie de la culture FR, après qu'il ne s'agisse pas de culture pour vous c'est un autre débat, mais le fait que vous exposiez ce "problème" en choisissant le rap est assez symptomatique. L'hégémonie culturelle Américaine (donc étrangère) est acceptée, plébiscitée, ne dérange personne, mais porte préjudice à la nôtre, mais ce qui sera identifier comme un danger pour la notre, de culture,, ce sont les artistes Français, immigrés, qui font une musique qui ne plait pas aux anciennes générations, ou aux nouvelles, leur donnant un sentiment d'être remplacé.

Sentiment, partant d'un constat musical, qui est totalement biaisé. Parce que de la merde audio (ce que vous exposez en prenant ces exemples), il en a existé hier, en existe aujourd'hui et existera demain.

Pour le reste je suis un enfant de la classe ouvrière, j'ai vécu dans plusieurs cités de province, en banlieue, à Paris et à la campagne ou il n'y avait rien, hormis la nature et les grands espaces, je n'ai jamais eu ce sentiment de grand remplacement, d'ailleurs c'est lié à quoi? Une couleur de peau, c'est le signe le plus évident quand on ne connait pas les personnes.

On peut avoir peur du lendemain et il n'est pas radieux, mais dans ce cas, pourquoi faire porter le poids de nos malheurs sur les autres, sur son voisin, qui glaive à la bouche vient nous remplacer avec ses mœurs et sa culture, n'est ce pas se tromper de cible? Et une fois le ce constat validé, ce qu'il est ces derniers post, comment lutte-t-on contre ce grand remplacement, et une fois que la France sera débarrassé du peuple dans le peuple, cause de tous nos malheurs, tout ira mieux?

Puis cela m'étonnerait que 60% de la population FR habitent dans des cités. Il n'y a d'ailleurs si on lit ce qui a été dit au dessus, plus que des étrangers (et cela même s'ils sont Français) là bas, donc d'où sort ce constat, suite à une promenade au centre commercial du coin, à un repas chez Mcdo, ou décidément, oui, il y a beaucoup de gens de couleur, donc pas très Français.

Tout cela est de la paresse intellectuelle, donc aux anciens nostalgiques de Brassens, à la grande culture, pensez à sortir de l'eau.

Doit on être les esclaves de la majorité, même si celle-ci semble largement divaguer, la majorité a-t-elle toujours raison et doit on la suivre aveuglement et donner du crédit à tous ses errements, franchement, ce n'est pas ma position.

Dernière modification par .K. ; 04/11/2021 à 13h39.
Citation :
Publié par .K.
Opposer Brassens/Pagnol et Jul/Booba pour exposer le grand remplacement, ce n'est pas suffisant pour porter un constat, si ce n'est que ça, il existe toujours de la variété Française, vous avez là un premier élément pour les rassurer. Bon là, on est en plein nostalgie d'anciens qui fantasment leur enfance, ou tout était mieux, même la musique. Personnellement, j'aimerais qu'on regarde du Tavernier que du Marvel, qu'on lise Proust au lieu de Batman. Le remplacement culturel est déjà là, effectif depuis des années, voir les plans de sauvegarde de la culture FR.
Les anciens dont je parle ne lisent pas Batman et ne regardent pas les Marvels. Lesquels ne sont pas produits en France par des artistes français du reste.
Citation :
Publié par Aloïsius
Les anciens dont je parle ne lisent pas Batman et ne regardent pas les Marvels. Lesquels ne sont pas produits en France par des artistes français du reste.
Ils ne lisent pas Proust ni Pascal, ni Montaigne, ni Rousseau. D'ailleurs les Français écoutaient quoi dans les années 60? Dalida Itsi Bitsi Bikini ou Bourvil Salade de fruits...donc bon on repassera sur la supposé supériorité de la musique FR des années 60.
Citation :
Publié par .K.
Ils ne lisent pas Proust ni Pascal, ni Montaigne, ni Rousseau.
En l'occurrence, il ne les lise plus, puisqu'ils les ont déjà lu, comme ils avaient lu Sartre et Camus (plus proches de nous). Et ils n'écoutaient pas des masses Dalida ou Vartan.
Citation :
Publié par Aloïsius
En l'occurrence, il ne les lise plus, puisqu'ils les ont déjà lu, comme ils avaient lu Sartre et Camus (plus proches de nous). Et ils n'écoutaient pas des masses Dalida ou Vartan.
Dans ce cas il est navrant d'avoir autant de bagages culturels, et de faire sienne une théorie du complot. Bref, là n'est pas le débat, occupez vous de vos anciens, ils en ont besoin.
Citation :
Publié par .K.
Dans ce cas il est navrant d'avoir autant de bagages culturels, et de faire sienne une théorie du complot.
La théorie du complot, c'est de croire que le changement démographique est voulu et orchestré (par les Juifs, comme d'habituuuuude...). Je n'ai pas évoqué cela. Le risque étant, bien entendu, que le sentiment de dépossession et d'aliénation issus de la mondialisation et des changements démographiques ne favorise chez certains des idées folles, complotistes en particulier.
Citation :
Publié par Aloïsius
La théorie du complot, c'est de croire que le changement démographique est voulu et orchestré (par les Juifs, comme d'habituuuuude...). Je n'ai pas évoqué cela. Le risque étant, bien entendu, que le sentiment de dépossession et d'aliénation issus de la mondialisation et des changements démographiques ne favorise chez certains des idées folles, complotistes en particulier.
Oui c'est vrai, ils ont peur de quoi alors dans ce changement?
Citation :
Publié par .K.
Oui c'est vrai, ils ont peur de quoi alors dans ce changement?
La disparition de leur culture tout bêtement dans un gloubi-boulga mondialisé. Le même truc à l'oeuvre d'un bout à l'autre de la planète, dans toutes les sociétés du monde. Est-ce que tu as lu ce que j'ai posté, passé la première ligne ?

Je ne dis pas que les vieux de 90 ans vont se muer en Talibans dans l'espoir de rendre à Marseille le visage que cette ville avait en 1930, hein... Je dis juste qu'il y a des mécanismes similaires qui sont à l'oeuvre partout sur la terre pour les mêmes raisons. Et que la France étant un des pays les plus exposé à la mondialisation, il n'y a aucune raison pour que ces mécanismes y soit absents.
Citation :
Publié par Aloïsius
La disparition de leur culture tout bêtement dans un gloubi-boulga mondialisé. Le même truc à l'oeuvre d'un bout à l'autre de la planète, dans toutes les sociétés du monde.
Hum ok, mais ils étaient ou ces 60 dernières années? Il y a déjà des cultures étrangères qui envahissent nos ondes et nos écrans, qui ont déjà un impact énorme sur nos traditions et notre culture. Mais ce qui ressort des craintes de vos anciens, c'est principalement le rap de JUL et Booba, alors que c'est de la culture FR, peut être pas la leur, j'en conviens, mais pourquoi? Qu'est ce qui fait que l'un est plus acceptable qu'une autre? Qu'une autre est dénoncée comme un danger, pourtant, et j'insiste là dessus, relative à la création Française et pas l'autre? Et comment à leurs yeux doit être la France et les Français, et sa culture, dont ils s'estiment être les gardiens?

Bon difficile d'avoir une réponse, vos anciens ne sont pas là, mais en tous cas, leurs peurs sont dirigés, ciblés et les responsables se trouvent à l'intérieur du territoire. Les anciens préfèrent le Mcdo au Kebab, Tavernier à Kechiche, Brassens à Jul, Pagnol à Mohamed Mbougar, Alizée à Wejdene.

Je crois que ce n'est pas le changement qui leurs font peur, mais les Français(es) qui font ce changement. Pour qu'il y ait un changement, il faut bien des individus pour en lancer le mouvement.
Citation :
Publié par Aloïsius
La disparition de leur culture tout bêtement dans un gloubi-boulga mondialisé. Le même truc à l'oeuvre d'un bout à l'autre de la planète, dans toutes les sociétés du monde. Est-ce que tu as lu ce que j'ai posté, passé la première ligne ?
Je crois que ça tient quand même pas mal du fantasme. Il n'y a pas réellement de gloubi-boulga mondialisé. Qu'il y ait des inspirations à gauche à droite, bien entendu mais cela n'en fait pas pour autant des œuvres gloubi-boulga.

En aparté, la littérature française m'a toujours profondément emmerdé. Je suis fan de littérature fantastique et/ou science-fiction. J'adore la fantasy. J'ai dévoré des livres de R. Barjavel, de H.P. Lovecraft (bien que son style soit à chier), de Franck Herbert, de Marion Z. Bradley mais les Proust, P. Mérimée, E. Zola. Non désolé, je ne peux pas. C'est en partie pour cela que j'ai jamais pu encadrer la manière dont on enseigne le français en Collège/Lycée. Il y a des exceptions. Candide de Voltaire m'a amusé. J'ai adoré les pièces de Molière mais désolé une majorité d'écrivain français (dit classique et même les contemporains) me font prodigieusement chier.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés