L'Agora

[POGNAX] Sujets autour du racisme et des discriminations en raison d'une orientation de la personne

Répondre
Partager Rechercher
Il y avait traditionnellement un parallèle entre progressisme social et progressisme économique. C'est la droite qui souhaitait conserver le travail des enfants, l'interdiction de l'avortement et la peine de mort.
In fine, le progrès se fait, même contre eux, même si c'est long.

Les nouveaux racistes woke suivent le même mouvement: ils ne sont pas progressistes pour un sou, ils souhaitent juste changer les dominants par d'autres. Ils ne sont de gauche que pour les droitards bien heureux de pouvoir justifier de leur propre racisme en disant que c'est pareil en face.
C'est un narratif, il est commode de dire que la droite ou l'extrême droite défend les intérêts des pauvres et autres prolétaires, c'est plus romantique, ils se disent les hérauts des oubliés. On ne récupère pas une majorité substantielle de voix, donc une élection, en proclamant qu'on est le héraut des privilégiés.

Tu ne verras jamais la droite ou l'extrême droite dire qu'ils vont défendre la bourgeoisie ou la haute bourgeoisie quand bien même ils votent pour eux, à dessein, parce que la bourgeoisie et la haute bourgeoisie ne votent pas n'importe comment, c'est un choix lourds de conséquence, dont ils ont conscience, de son importance, de l'impact sur leur vie et leur classe.

Comme précisé les chefs d'industries propriétaires des grands médias ne votent pas extrême gauche ou à gauche, leurs choix est avant tout économique, à la différence de la gauche culturelle et intellectuelle qui peuvent voter pour ces corpus politique, pas tous.

La droite et surtout l'extrême droite joue la carte de la lutte des classes aussi, ils évitent de draguer ouvertement la haute bourgeoisie/bourgeoisie par pure manœuvre politique, afin de récupérer les voix populaires, mais la haute/bourgeoisie ne s'y trompent pas et leur donne, en toute conscience des enjeux, leurs voix.

Quand le vote des classes populaires est plus porté sur la sécurité, le vote des bourgeois est avant tout économique, engoncés qu'ils sont dans leur forteresse (ghetto de riches) sur-protégé, ils ne souffrent d'aucune insécurité, ça, les partis de droite et d'extrême droite le savent très bien, leur propagande, leur narratif en est imprégné.

A la fin, la bourgeoisie/haute bourgeoisie l'emportent toujours, cela fait maintenant des dizaines d'années que l'insécurité est présente (plus ou moins vraie, relative à la propagande), et des dizaines d'années que les classes bourgeoises s'enrichissent et prospèrent, parce que le choix économique, dans un monde comme le notre, est souvent le meilleur choix.

Que la droite ou l'extrême droite essayent d'effacer les rapports de force entre les classes bourgeoises et prolétaires (pauvres), pour déporter le débat sur des questions relatives à l'identité, l'insécurité plutôt qu'économiques, est une excellente chose pour eux, sinon les classes populaires prendraient conscience de leur place, et voteront pour un ou des partis défendant leurs intérêts.

L'extrême droite ou la droite doit tout faire pour éviter ça, sinon c'est direction les oubliettes.
Citation :
Publié par .K.
La conscience de classe et donc la défense de leurs intérêts est infiniment plus présente chez la bourgeoisie que chez les pauvres
Alors y'a du vrai mais je souscris pas au reste de ton analyse.

Pendant longtemps, la classe ouvrière avait une conscience de classe et votait PC, c'était dans son intérêt. C'était des pauvres intelligents. De bons pauvres. Après Mitterrand et son virage de la rigueur, et au fur à mesure qu'elle se mangeait les dommages collatéraux de l'immigration, elle s'est mise à voter FN. Les pauvres sont devenus idiots, sans conscience de leur intérêt. Des pauvres cons en somme. C'est ça le "narratif" officiel.

Les fantasmes sur la bourgeoisie d'ultra droite qui fait du bruit avec ses bottes ça veut pas dire grand chose. Faire du fric et réseauter pour contourner les contraintes et la carte scolaire, c'est pas être d'extrême droite. C'est juste être un bourgeois. Un bourgeois, ce qu'il veut politiquement, c'est maintenir le statu quo, pas tenter des aventures hors pistes. Les réactionnaires ne sont pas des fascistes.
C'est vrai mais la bourgeoisie et la haute bourgeoisie votent facilement à gauche non communiste, social démocrate et libérale, beaucoup moins facilement à l'ED ou populisme qui est un risque pour eux. La masse de petits bourgeois qui fraudent la carte scolaire, se trouvent à mon avis autant dans un camp que l'autre, je serais même pas surpris que ce soit finalement plus une tendance de gauche car ils valorisent peut être plus l'éducation, et qu'ils y ont des troupes considérables.

Le reste est amusant en tant que narratif traditionnel de gauche, sans aucune réalité concrète. J'aime beaucoup le passage plus novateur sur la droite ou l'ED qui se ferait le héraut des opprimés et de la défense des pauvres. C'est sûr que ce n'est pas la gauche qui utiliserait ce genre de procédés

PS : la bourgeoisie est moins réactionnaire au sens courant du terme que les classes sociales inférieures, elle adapte beaucoup plus vite ses codes sociaux aux progrès du capitalisme et à ses évolutions. Pas pour rien que les médias dominants nous vendent du progressisme, du vivre ensemble, de la mondialisation et consommation heureuse à longueur de journée, pour vivre des expériences nouvelles et découvrir notre "vrai moi supérieur" débarrassé des contraintes du groupe, ou horreur, de la nation. Nous ne sommes pas un peuple, ou des citoyens, car il faut en faire partie, nous sommes de plus en plus une population, un troupeau qu'il faut gérer. Il ne faut pas gouverner, il faut de la gouvernance. Tout est à l'avenant ... et ça n'est pas spécialement de droite ou de gauche.

Dernière modification par Don Patricio ; 19/03/2021 à 00h29.
@brutal_delux
Le bon pauvre du mauvais, tu le trouves aussi à droite, le mauvais pauvre c'est le musulman, arabe, rom, tout ce qui est issu de l'immigration. Je ne crois pas que déceler le bon du mauvais dans le débat qui nous concerne soit utile à celui-ci.

Par contre effectivement le vote populaire est maintenant du coté de l'extrême droite/droite, et relève plus de l'identité (immigration, changement culturel, déclassement, sécurité) la cause de leurs "malheurs" selon ces partis, c'est l'immigration, comme vous pouvez l'exposer, relatif au narratif de la droite/extrême droite, de facto, la bourgeoisie ou la haute bourgeoisie n'apparait plus du tout dans les rapports de force, ce qui sert uniquement l'un des deux, la classe bourgeoise.

La haute bourgeoisie/bourgeoisie s'intéresse au volet économique, elle ne va pas voter à gauche/extrême gauche (homris gauche libérale économiquement parlant et encore), quand le volet économique et social est nettement en leur défaveur, refaisant, par ce fait, ressurgir les rapports de force existant entre les classes.

La droite ou l'extrême droite quand elle fait la guerre aux bourgeois, ce n'est pas les élites industriels ou économiques, ce sont les intellectuelles, sans ça, elle s'en accommode bien et ne s'attaque jamais à cette classe, parce qu'ils ont besoin d'eux, de leur argent (financement), de leur pouvoir médiatique (partagé et soutenir le projet qu'ils portent en servant leur narratif), et intrinsèquement de leurs voix.

La droite ou l'extrême droite va servir plus ou moins aux classes populaires ce qu'ils veulent, moins d'immigration, plus ou moins de sécurité, vont faire des effets d'annonces, mais n'œuvreront pas à améliorer leur situation, l'élévation sociale et l'inversion des rapports de force.

Les causes du détournement à la gauche des classes populaires, c'est qu'ils ont essayés, ont été échaudés, la gauche n'a pas œuvrée à leur donner une meilleure vie comme elle avait coutume de le faire, préférant céder à un volet économique libérale plus que sociale.

Les classes populaires s'en détournent pour l'extrême droite, parce qu'ils n'ont pas encore eu l'occasion d'y goûter, quand elles verront que la droite ou l'extrême droite et en l'occurrence ici l'extrême droite n'apportera rien de concret, hormis beaucoup de paroles et peu d'actes, ils s'en détourneront aussi, il en restera pour adhérer à la doctrine, mais comme on a pu le constater aux US, l'extrême droite aura du mal à se maintenir au pouvoir.

La majorité des votants ne sont pas monolithiques dans leurs positions politiques, ce sont eux qui font et défont, et s'ils ne sont pas satisfaits, ils iront voir ailleurs.
tiens ça chauffe du côté de l'UNEF



Citation :
Face à ce déchaînement, l’UNEF fait le dos rond. Mélanie Luce précise que les réunions dont il est question n’ont lieu « que deux fois par an maximum » et ne concernent que les militants du syndicat. « Il y a des réunions non-mixtes sur les discriminations, qu’elles concernent les femmes, les LGBT ou les questions de racisme, explique l’étudiante en droit à l’université Paris-II-Panthéon-Assas. Ce sont des groupes de paroles internes à l’organisation, au niveau du bureau national [direction du syndicat] et des AGE [associations générales d’étudiants, la section de base de l’UNEF]. Ce ne sont pas des réunions publiques. Toutes les personnes qui se sentent concernées peuvent venir, on n’a jamais refusé personne ». Une fois ces réunions tenues, un compte rendu a lieu « en réunion mixte » cette fois-ci, soit dans la section locale, soit au sein du bureau national.
Citation :
Depuis plusieurs semaines, l’UNEF, organisation née en 1907, est sous le feu des critiques. Début mars, à Grenoble, sa section locale a relayé un post (avant de l’effacer) où l’on voyait notamment des collages accusant nommément des professeurs d’islamophobie.

https://www.lemonde.fr/politique/art...32_823448.html
... Comme à peu près à chaque fois qu'un(e) de ses responsables prend la parole.

C'est triste au début de l'interview elle semblait presque partie pour parler des problèmes des étudiants, mais entre la journaliste sachant quel sujet fera le buzz et elle n'attendant qu'une occasion de défendre ce genre de trucs, c'était inévitable que ça finisse par une controverse de ce style.
De mon point de vue ce n'est ni une question de journaliste qui fait du buzz ni une question de responsable plus ou moins mal lunée. L'UNEF est en pleine dérive islamique depuis des années, et ça se voit de plus en plus à travers son soutien actif et militant aux revendications religieuses musulmanes ou son utilisation récurrente des accusations d'islamophobie, qui est tout à fait nouveau pour cette organisation de gauche.
Personnellement ça m'est un peu égal car ce n'est pas mon camp politique, si ça leur plait de devenir des alliés de l'islam et de l'islamisme, qu'ils le fassent, à mon avis ça ne peut qu'être profitable aux syndicats étudiants de droite. Mais bon faut être un peu aveugle pour ne pas constater cette évolution, même en n'étant pas étudiant c'est visible.
Au Royaume Uni, Kew Garden (un très gros jardin botanique) a publié dans son plan de 10 ans qu'une de ses 5 priorités est de décoloniser ses collections.
S’ensuit des prises de bec avec des députés (très a droite) outrés et accusant de wokisme militant, et des commentaires en retour du genre "to stay silent is to be complicit." Bonjour l'ambiance.

https://www.theguardian.com/science/...s-growing-woke

En soit, pourquoi pas, le sujet est important. Par contre, je ne vois pas pourquoi un jardin botanique aurait pour vocation de devenir un centre d'histoire ou sociologique. Savoir que les sucre ou le caoutchouc ont été causes d'horribles souffrances et d'exploitation a sa place dans un musée d'histoire, pas dans un endroit ou les gens veulent juste voir des belles plantes. Bien sur, rien n’empêche une organisation d'élargir sa mission, et instruire les gens n'est pas une mauvaise idée.

Bref, je n'arrive pas a me décider si c'est une action nécessaire, superflue, débile, justifiée ou pas.

Aussi le contraste entre une phrase mesurée type:

Citation :
For more than 260 years, scientists from Kew have explored every corner of the world documenting the rich diversity of plants and fungi. We were beacons of discovery and science, but also beacons of privilege and exploitation
suivi de



Citation :
There is no acceptable neutral position on this subject; to stay silent is to be complicit. Each of us needs to step up to tackle injustices in our society and our organisations
Il a raison: on ne peut pas être neutre contre le racisme. Mais un jardin botanique est il un lieu de bataille? Est ce qu'on est raciste quand on ne se bat pas vocalement a chaque seconde? Ou plus largement, est ce que la lutte contre le racisme doit être un acte constant dans chaque aspect de nos vies? On a une bande [passant limitée, un temps limité, et je dirais qu'il faut choisir nos batailles. C'est un peu dommage si des gens qui veulent se reposer sous un cerisier japonais se voient montrer des textes sur l'oppression des samourais sur la classe paysanne et que les Sakuras sont peut être le reflet de cette exploitation par les lettrés dominants.
Citation :
Publié par .K.
Le bon pauvre du mauvais, tu le trouves aussi à droite, le mauvais pauvre c'est le musulman, arabe, rom, tout ce qui est issu de l'immigration.
Peut-être, mais est-il perçu comme "mauvais" de part son statut de pauvre ou par celui d'immigré?


Citation :
Publié par Don Patricio
la bourgeoisie est moins réactionnaire au sens courant du terme que les classes sociales inférieures, elle adapte beaucoup plus vite ses codes sociaux aux progrès du capitalisme et à ses évolutions.
Oui c'est vrai. Je parlais de réactionnaire dans le sens "conservation du système", pas au sens sociétal. Là effectivement, chez les bourgeois c'est bien plus la fête du slip que chez les prolos. Ce qui accentue d'autant plus la fracture entre les deux milieux au passage.
Dérive woke en général plus qu'islamique en particulier, elle a importé tout l'attirail (en parlant de non mixité, ils donnent dans les réunions interdites aux cis males aussi).
Mais pour ce qui est de Mabrouk clairement elle oriente les interviews systématiquement vers ce genre de sujet*, dans celle ci elle laisse tout juste 2mn à la syndicaliste pour parler social puis embraye sur racisés, la controverse de Grenoble, et autres trucs du style (une tactique qui ne pouvait que marcher avec l'UNEF mais auxquels ont aussi droit les autres personnalités de gauche s'égarant sur son plateau).

(* enfin avec des variantes, ça peut être des wokeries, l'insécurité ou la "terrible violence des gilets jaunes", selon la séquence médiatique en cours, mais elle laisse jamais parler social)
Citation :
Publié par Hellraise
Il a raison: on ne peut pas être neutre contre le racisme. Mais un jardin botanique est il un lieu de bataille? Est ce qu'on est raciste quand on ne se bat pas vocalement a chaque seconde? Ou plus largement, est ce que la lutte contre le racisme doit être un acte constant dans chaque aspect de nos vies? On a une bande [passant limitée, un temps limité, et je dirais qu'il faut choisir nos batailles. C'est un peu dommage si des gens qui veulent se reposer sous un cerisier japonais se voient montrer des textes sur l'oppression des samourais sur la classe paysanne et que les Sakuras sont peut être le reflet de cette exploitation par les lettrés dominants.
Je te rejoins, c'est contre-productif. On arrive sur l'appropriation culturelle. Bientôt ils devront renoncer à toute consommation de thé en Angleterre parce que ça revient à honorer la colonisation de l'Inde ? Et puis il faudra renoncer à consommer des pizza parce que ça revient à utiliser de la tomate qui vient tout droit des Amériques et est donc une commémoration à l'esclavage et le massacre des Indiens ?
Citation :
Publié par Twan
Dérive woke en général plus qu'islamique en particulier, elle a importé tout l'attirail (en parlant de non mixité, ils donnent dans les réunions interdites aux cis males aussi).
Mais pour ce qui est de Mabrouk clairement elle oriente les interviews systématiquement vers ce genre de sujet*, dans celle ci elle laisse tout juste 2mn à la syndicaliste pour parler social puis embraye sur racisés, la controverse de Grenoble, et autres trucs du style (une tactique qui ne pouvait que marcher avec l'UNEF mais auxquels ont aussi droit les autres personnalités de gauche s'égarant sur son plateau).

(* enfin avec des variantes, ça peut être des wokeries, l'insécurité ou la "terrible violence des gilets jaunes", selon la séquence médiatique en cours, mais elle laisse jamais parler social)
Oui tu as peut être raison, ça va sans doute au delà de la dérive islamique, et quand à Mme Mabrouk j'avoue n'avoir pas vraiment suivi en détail son parcours.
C'est un peu comme demander à Zemmour de parler de plénitude, de consensus nécessaire et de bienveillance.

Le contexte fondamental c'est la montée des clivages et la perte de dialogue consensuel : la mise en avant de discours auto-référents qui ne cherchent qu'à attirer les ferveurs de ceux qui sont déjà intéressé et à exclure tous les autres. Tout le monde, alors, est censé prendre parti pour une extrême ou pour l'autre. Sommé de réagir. Et cela marche très bien puisque les réactions sont de plus en plus vives.

Croire que c'est un mal qui ne concerne qu'un camps c'est, hélas, se tromper lourdement sur les causes et les conséquences.
Citation :
Publié par Don Patricio
De mon point de vue ce n'est ni une question de journaliste qui fait du buzz ni une question de responsable plus ou moins mal lunée. L'UNEF est en pleine dérive islamique depuis des années, et ça se voit de plus en plus à travers son soutien actif et militant aux revendications religieuses musulmanes ou son utilisation récurrente des accusations d'islamophobie, qui est tout à fait nouveau pour cette organisation de gauche.
Personnellement ça m'est un peu égal car ce n'est pas mon camp politique, si ça leur plait de devenir des alliés de l'islam et de l'islamisme, qu'ils le fassent, à mon avis ça ne peut qu'être profitable aux syndicats étudiants de droite. Mais bon faut être un peu aveugle pour ne pas constater cette évolution, même en n'étant pas étudiant c'est visible.
En réalité l'UNEF s'est effondrée avant de tenir ces positions là, et pas pour ces raisons là. Ca ne profitera pas aux syndicats de droite, l'UNI étant une officine droitarde qui ne se bats pas pour grand chose et dont les militants se sont rapprochés des identitaires récemment dissous dans plusieurs facs, et la Cocarde rempli de scouts en manque de sensation forte jusqu'à prendre leur première gifle par des antifas. Ca profite essentiellement à la Fage et aux corpos, qui sont déjà "alliés", et donc pas nécessairement aux étudiants. Etudiants qui ne votent quasiment pas aux élections étudiantes de toute façon. Si l'UNI ou la Cocarde veulent des voix il faudrait commencer par tenir des permanence pour aider les étudiants, résoudre les cas étudiants et siéger en conseil (bon d'un côté ce sont des choses que l'UNEF ne fait plus non plus expliquant la chute de ce syndicat dans nombre de facs).

Cette affaire ne donnera probablement rien de toute façon si ce n'est des agitations de Blanquer et sa clique du Printemps Républicain (ils sont très portés sur la soude avec ceux qui ne pensent pas comme eux, combattre réellement les idées derrière par contre y'a plus personne pour le faire) et des députés de droite qui voudront se venger du syndicat ennemi de leurs années étudiantes. Ils auraient tort de se priver c'est toujours un plaisir de voir l'unef dans la sauce.
Citation :
Publié par Hellraise
En soit, pourquoi pas, le sujet est important. Par contre, je ne vois pas pourquoi un jardin botanique aurait pour vocation de devenir un centre d'histoire ou sociologique. Savoir que les sucre ou le caoutchouc ont été causes d'horribles souffrances et d'exploitation a sa place dans un musée d'histoire, pas dans un endroit ou les gens veulent juste voir des belles plantes. Bien sur, rien n’empêche une organisation d'élargir sa mission, et instruire les gens n'est pas une mauvaise idée.
Plusieurs explications à cela.
D'une part, Kew abrite les archives nationales et les archives publiques anglaises. Le lien me semble d'autant plus facile à faire.
Par ailleurs, c'est la mission initiale de ce jardin botanique : importer et acclimater des plantes du monde entier pour pouvoir les exploiter (c'était aussi la mission du Jardin des Plantes à Paris). On est loin d'une problématique totalement importée.
Enfin, le jardin ne présente pas seulement des "belles plantes", il propose déjà un nombre important d'informations, de panneaux explicatifs, etc. Je pense que l'idée est là de réécrire certains de ces panneaux pour ne pas seulement présenter des éléments botaniques, mais aussi historiques.
Et comme dans beaucoup de cas, j'ai le sentiment qu'on fait du "woke washing" comme hier on faisait du green washing pour simplement faire un peu de promotion et attirer de nouveaux visiteurs (Kew n'étant pas exactement l'attraction la plus hype de Londres).
Citation :
Publié par Kocinsky
En réalité l'UNEF s'est effondrée avant de tenir ces positions là, et pas pour ces raisons là. Ca ne profitera pas aux syndicats de droite, l'UNI étant une officine droitarde qui ne se bats pas pour grand chose et dont les militants se sont rapprochés des identitaires récemment dissous dans plusieurs facs, et la Cocarde rempli de scouts en manque de sensation forte jusqu'à prendre leur première gifle par des antifas. Ca profite essentiellement à la Fage et aux corpos, qui sont déjà "alliés", et donc pas nécessairement aux étudiants. Etudiants qui ne votent quasiment pas aux élections étudiantes de toute façon. Si l'UNI ou la Cocarde veulent des voix il faudrait commencer par tenir des permanence pour aider les étudiants, résoudre les cas étudiants et siéger en conseil (bon d'un côté ce sont des choses que l'UNEF ne fait plus non plus expliquant la chute de ce syndicat dans nombre de facs).

Cette affaire ne donnera probablement rien de toute façon si ce n'est des agitations de Blanquer et sa clique du Printemps Républicain (ils sont très portés sur la soude avec ceux qui ne pensent pas comme eux, combattre réellement les idées derrière par contre y'a plus personne pour le faire) et des députés de droite qui voudront se venger du syndicat ennemi de leurs années étudiantes. Ils auraient tort de se priver c'est toujours un plaisir de voir l'unef dans la sauce.
Merci pour les précisions
Je vois que les syndicats de droite n'ont pas évolué en mieux depuis ma période estudiantine. Sans grande surprise
Mais ça peut être l'occasion d'une réaction. Rien de mieux qu'une gauche revendicative et agaçante pour motiver les droitards. Tu rajoutes ISLAM au machin c'est de la salsa.

Dernière modification par Don Patricio ; 19/03/2021 à 11h20.
Bah l'UNEF fait la promo du voile et ce joli monde tape régulièrement sur la laïcité et la loi contre les signes religieux à l'école, Ils ont des cadres qui n'arrêtent pas les propos extrêmement limites voire carrément abjects. Il y en a une qui avait même appelé les blancs une sous-race qui devrait être exterminée il y a quelques années si je me souviens bien. Ambiance.

Alors maintenant des réunions interdites aux blancs ça ne m'étonne pas, c'est dans la droite lignée de leur délire wokes néo-racistes sauce islamiste. L'organisation a sombré depuis des années déjà et le pourrissement est déjà bien avancé. Si on l'achève par une dissolution ou que certains de ses cadres se fassent interpeller pour appel à la haine et discrimination, personnellement ça m'en touchera une sans faire bouger l'autre.
Donc si je comprends bien, des minorités discriminées se regroupent entre elles pour discuter de ce qu'elles vivent. Ca ne me choque pas personnellement, c'est un fonctionnement classique que de se regrouper pour discuter d'une souffrance. On ne s'étonnera pas de ne voir que des alcooliques aux alcooliques anonymes, que des victimes d'agressions sexuelles et pas des agresseurs dans des des groupes de parole destinés aux victimes. Alors c'est clair qu'on a rarement le mot "interdit" dans ces réunions, mais personne ne s'offusquera si Georges Tron se fait expulser manu militari d'un tel groupe de parole je pense.

Bref, toute cette affaire c'est quand même une bonne panique morale de l'extrême droite qui cherche à se donner une bonne image en essayant de faire croire que les racistes c'est les autres, les minorités discriminées. C'est quand même bien pratique.
Citation :
Publié par .K.
Par contre effectivement le vote populaire est maintenant du coté de l'extrême droite/droite, et relève plus de l'identité (immigration, changement culturel, déclassement, sécurité) la cause de leurs "malheurs" selon ces partis, c'est l'immigration, comme vous pouvez l'exposer, relatif au narratif de la droite/extrême droite, de facto, la bourgeoisie ou la haute bourgeoisie n'apparait plus du tout dans les rapports de force, ce qui sert uniquement l'un des deux, la classe bourgeoise.
J'ai plutôt l'impression que le vote populaire est aux extrêmes, de droite comme de gauche mais rarement au centre.

Nous nous retrouverions bien bêtes d'être obligés de voter entre Lepen ou Mélanchon, par exemple.
Et le problème de ces extrêmes, ce sont leurs agitateurs qui sont bien trop too much dans leurs propos, toujours dans la surenchère. Bref, le manque de juste milieu et de conciliation.
Citation :
Publié par Glor
Donc si je comprends bien, des minorités discriminées se regroupent entre elles pour discuter de ce qu'elles vivent. Ca ne me choque pas personnellement, c'est un fonctionnement classique que de se regrouper pour discuter d'une souffrance. On ne s'étonnera pas de ne voir que des alcooliques aux alcooliques anonymes, que des victimes d'agressions sexuelles et pas des agresseurs dans des des groupes de parole destinés aux victimes. Alors c'est clair qu'on a rarement le mot "interdit" dans ces réunions, mais personne ne s'offusquera si Georges Tron se fait expulser manu militari d'un tel groupe de parole je pense.
Je suis a peu près certain que ceux qui organisent les réunions des alcooliques anonymes n'ont pas insulté a plusieurs reprises les personnes non-alcooliques non-anonymes en sortant des trucs du genre :
Citation :
On devrait gazer tous les blancs non-alcooliques non-anonymes cette sous race
Je rappelle que pour l'UNEF, la couleur de peau définie la race, ce qui est magnifique a lire de la part de personnes supposées anti-racistes
df8e5tc.png

Dernière modification par Matharl ; 19/03/2021 à 12h21.
C'est le principe de diviser le monde entre oppresseurs et oppressés sur la seule base d'identités qui divise.

Après pour les réunions c'est vrai que dans le principe ça n'a rien de nouveau même pour des organisations à vocation politique (pratiqué par des féministes depuis des décennies sans que ça choque personne), ni d'aussi terriblement terrible que le veulent les paniques morales à ce sujet.

Le problème sinon c'est surtout le parallèle avec la ségrégation si on les tolère sur un sujet "racial", ça rend peut cohérent de s'opposer à ce que des groupes vraiment racistes en organisent (qui peuvent tout autant se justifier, et le font, en victimisant leur groupe).
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés