Le Bar de la Taverne

La (les) fois où vous avez failli crever

Répondre
Partager Rechercher
Bonsoir les michokos couche-tard, ça va ?

Je réfléchissais à mon enfance il y a quelques jours (tonton Gilbert qui me faisait sauter sur ses genoux, mamie qui tapinait pour payer les cadeaux de Noël...) et je me suis souvenu de quelques souvenirs désagréables.

Le premier j'étais dans un hôtel à la montagne avec mes parents, j'avais 4/5 ans et y'avait une piscine couverte et chauffée, bon. Du coup on est sûrement allés piquer une tête, moi dans le bassin enfants, et eux dans le bassin adultes (pas de merde Sherloque). Sauf que c'était super mal agencé, du coup les deux bassins communiquaient. J'ai du vouloir aller vers ma mère, et évidemment j'ai perdu pied. J'ai passé quelques secondes tête sous l'eau avant que quelqu'un s'en aperçoive, et que ma mère ne me sorte du bassin pendant que tout le monde autour gueulait de panique. C'est pour ça amis joliens : mettez des brassards à vos chiards, surtout si ils sont cons.

Le second c'était à la plage, j'avais genre 10 piges. Je marche tranquillou dans la mer, et genre à 30m du bord il y a une PUTAIN de crevasse géante dans laquelle tu as pas pied mais genre profond en mode Abyss avec de la vie encore inconnue de l'homme dedans, forcément je m'engouffre dedans, je bois la tasse et je passe quelques secondes à essayer de m'accrocher aux rochers de la jetée qui était juste à côté. Je me suis salement écorché le bras, et je suis rentré au bord accroché comme ça. Personne de ma famille a capté, je dois ma survie ce jour-là uniquement à mes réflexes reptiliens.

Bref vous l'aurez compris, l'eau c'est pas trop mon élément Depuis je ne me baigne plus, mer ou piscine. De toute façon j'ai jamais aimé ça donc ràb, mais c'est les deux seules fois (surtout la première, même si j'ai eu chaud à la seconde) où j'ai manqué de mourir, connement en plus, pas la mort de héros épée à la main en beuglant. Du coup, est-ce que vous avez eu des expériences similaires ? Dans quelles conditions ? Qu'avez-vous pour vous extirper de la mauvaise situation ? Est-ce qu'une fois il est malheureusement arrivé que vous ayez dû mourir (si oui, désolé pour vous :s) ?
J'ai failli mourir étouffé à cause d'une allergie, j'ai failli tomber dans une crevasse de montagne en faisant du ski, j'ai failli me faire embrocher par une corne de vachette, qui m'a juste déchiré le tee shirt, j'ai failli me noyer en me prenant un rouleau en pleine tête dans l'atlantique et j'ai failli me prendre une voiture.

ça s'est joué à du gros coup de chatte niveau timing à chaque fois.

J'ai pas fait grand chose pour éviter tout ça sinon m'accrocher à ce qui traînait et avoir été en compagnie d'autres gens.
Citation :
Publié par Sance²
Moi j'attends que Nyu-sempaï nous raconte comment il a faillit mourir sous la douche
Imo il va surtout raconter comment il est mort jeune renversé par un camion, mais a été ramené à la vie quand son père est allé l'enfouir une nuit dans un cimetière indien.
Un peu pareil que la crevasse d'Asylum à la plage, c'était sur la cote Atlantique il me semble. Bref à un endroit où j'avais pied je me suis mis d'un coup à ne plus toucher le fond, dans mes souvenirs j'étais vraiment en panique en train de boire la tasse non stop et tout. Je suis sûr d'avoir mis le pied dans un "trou" (il y avait des morceaux de bunker partout sur la plage) mais mes parents m'ont toujours dit qu'il y avait rien.

Sinon y avait la fois où j'ai cru que j'allais me faire kidnapper, un gros coup de flippe mais je crois que je vous l'avais déjà raconté
J'ai eu quelques accidents de voitures qui auraient pu se finir par des morts, coup de bol il n'en a rien été.
Sinon je me suis déjà perdu en montagne 2x en plein hiver, sans trop de bouffe. J'ai passé 3 nuits à -15°C dans ma tente Quechua. C'est pas princesse Banane qui aurait survécu à ça en tout cas.
tumblr_mxrjjtumKF1rhn7p3o1_500.gif

Bof rien de fifou en fait.
Par contre une fois j'ai sauvé la vie d'une meuf. Sur un balcon du 6ème étage, je l'ai attrapée pendant qu'elle tombait.
"Merci lol", et elle s'est barrée. Putain.
Soyons honnêtes 2 minutes, ce qui nous dérange dans l'histoire d'azrael ce n'est pas le "simetierre" indien situé peut être sur des terres indiennes.
Non ce qui nous embêtes véritablement c'est cette histoire de résurrection

Citation :
Par contre une fois j'ai sauvé la vie d'une meuf. Sur un balcon du 6ème étage, je l'ai attrapée pendant qu'elle tombait.
"Merci lol", et elle s'est barrée. Putain.
*
Elle s'est pas écrié "mon héros!" avant de te récompenser comme il se doit ? Inadmissible!
Ca a dû m'arriver 3-4 fois.

Une fois, j'étais en camp de vacances pour gamin (les stages multisports) et on était parti en rando vélo dans la cambrousse avec une copine.
On s'est paumé dans la forêt comme de gros boulets.
Après quelques heures, on trouve une route. On l'emprunte. Et là on tombe sur une vache qui était peinarde au milieu de la route, sortie de son enclos. Putain, elle était grosse la vache. Elle nous regardait bizarrement aussi.
Ma compagne d'infortune voulait la caresser. Moi parisien, j'vois un animal plus gros que moi, j'suis pas trop rassuré. Puis elle avait de bonnes cornes la salope. KAN SOUD1 je me suis rappelé du riz que je mangeais à la maison. Pas l'Uncle Bens. L'autre. Le basmati de...Taureau Ailé. Putain ouais, ça ressemblait vachement à un taureau quand même (non j'ai pas pensé à regarder si ça avait des couilles sur le moment ). J'ai dis à la copine en question de pas la caresser...Que c'était pas une vache et qu'il valait mieux qu'on retourne dans la forêt pour longer la route de loin.
Et là la vache-taureau s'est mis à nous charger. On a flippé nos races et on a pédalé rapidos vers la forêt ou l'animal n'a pas suivi.

Une autre fois, je me suis fait tirer dessus mais j'avais vu l'arme avant et j'avais déjà détalé. Le mec a heureusement raté.

Après pour les autres fois, c'est les trucs à la con classiques en deux roues. Flaque d'huile dans une descente ou coucher volontairement le scooter pour éviter un accident encore plus grave.

Edit : AH SI PUTAIN. Quand j'allais au boulot en vélo sur Paris (avant la création du vélib et avant qu'il y ai mass pistes cyclables). A savoir qu'en vélo j'ai toujours été super prudent et courtois. Je laissais toujours passer et j'emmerdais jamais le monde à bloquer les voitures. Bref. Je prends les maréchaux pour rentrer chez moi. Je suis sur la ligne de bus, peinard. Je regarde de temps en temps derrière moi pour m'assurer qu'il n'y ait pas de taxi ou de bus qui veulent passer (auquel cas je laisse passer évidemment). Et là, j'vois deux bennes à ordure de la Mairie de Paris. Une sur la voie normale, l'autre derrière moi sur la voie de bus. Bon je m'inquiète pas. Une benne c'est lent.
Quelques secondes passent et j'entends quand même un moteur derrière moi qui décélère pas trop. Le bruit s'amplifie et aucun signe de freinage. Bon, je panique pas encore putain c'est une benne de la mairie de Paris loul. Jusqu'au moment où la benne était juste à quelques mètres derrière moi, aucun signe de freinage. Je me suis rabbatu en panique sur le trottoir et la benne m'a dépassé sans même décélérer. C'était vraiment chaud.

Les deux bennes à ordure faisaient la course sur les Maréchaux... J'avais jamais vu ça en 25 ans à Paris.

Bon par contre ça fait bien 10 piges qu'il ne m'est rien arrivé. Espérons que ça continue !
Tramp développe nous donc cette histoire de go qui tombe du balcon du 6ème étage, ça m'a l'air louche.

Sinon pas grand chose de fifou ici non plus, une fois renversé par une voiture (réflexe surhumain de saut en arrière donc seulement le genou de touché), happé dans un rouleau à la plage à rio (mais j'aime bien l'eau pourtant moi) et 4 jours perdu en forêt en plein été chez mes grands-parents, j'avais la dalle à la fin mais rien de grave sinon, mes parents et gp étaient comme des oufs par contre.
Citation :
Publié par Sørensen
Comment t'en es-tu sorti ?
J'en ai pas souvenir, ma mère était pas loin parce que je me souviens lui lancer des regards de détresse mais je sais pas si c'est elle qui m'a aidé/une autre personne/je m'en suis sorti tout seul. Faudra que je lui demande si elle s'en souvient à l'occas.

Mdr Shyeluk t'es vraiment resté 4j perdu dans une foret ? Mais ??
T'es sur que tes parents voulaient pas t'abandonner plutôt ?
Bah 1ère journée j'étais parti l'aprem me balader derrière chez mes grands-parents et après en voyant que je trouvais pas le chemin pour rentrer je me suis dis "chouette je vais vivre une aventure épique en dormant à la belle étoile une nuit", bon sauf que ça a duré 3 nuits quoi, mais j'étais complètement neuneu gamin et j'adore la foret donc ca m'effrayait pas du tout.

Ca + le ruisseau au milieu de la forêt et le fait qu'on soit en plein été j'étais comme un roi. La punition derrière pour être parti jouer tout seul dans la foret par contre elle faisait mal aux fesses
J'ai conduit une mobylette délabrée pendant un an, il est impossible que je me souvienne de tout. D'ailleurs j'ai jamais trouvé les expériences de mort imminente comme très chargées émotionnellement : ça dépend peut-être des gens, mais perso je fais ce qui est en mon contrôle pour survivre, puis j'attends voir si les facteurs hors de mon contrôle provoquent la mort ou non.
La 3e ou 4e fois qu'une voiture m'est rentré dedans je me souviens distinctement avoir eu envie de soupirer en levant la jambe pour éviter qu'elle soit broyée, parce que je m'étais toujours dit que cette entrée pour voie mobylette était mal fichue et que j'aurai un accident à cet endroit (enfin ça c'était pas une "fois où j'ai failli crever", le risque était limité).

Alors que j'ai eu les pétoches de crever dans des situations où au contraire il y avait aucun risque que ça arrive, genre quand mon allergie à la pénicilline s'est déclarée j'étais dans un hôpital, il y avait aucun danger en réalité mais j'étais terrifié.
Citation :
Publié par Doudou
J'en rigole maintenant, mais s'ils nous avaient pris à revers, ils auraient pu nous tuer car jamais j'aurais laissé mon sandwich.
Je n'ose imaginer à quel point il devait être délicieux, c'était un sandwich à quoi ?

Dernière modification par Sance² ; 27/10/2015 à 05h28.
Que de péripéties ! Je n'ai jamais eu la chance d'expérimenter la mort de si près. La seule expérience qui me vient à l'esprit et qui y est liée est ma première paralysie du sommeil : n'ayant aucune connaissance du phénomène, j'ai vraiment crû que je vivais mes derniers instants

Sinon pour l'histoire de magnum, on veut du détail
Lame de fond sur une plage au Maroc, heureusement mon paternel m'a vu paniqué (le bon rélfexe tavu) et m'a sorti du merdier dans laquel j'étais en train de me mettre.

Sinon je vois pas, même en pratiquant de l'escalade en free et d'autres délires un peu rigoloulz.

enfin .. il y a bien cette fois où j'ai infiltré un des grands cartels de la drogue, mais j'peux pas en parler ici
Citation :
Publié par Doudou
La il fait un truc totalement wtf, il met sa tête d'un coté de l'arbre, puis de l'autre en mode, puis rechange encore façon "hop hop hop tu me vois tu me vois pas", ça a feinté l'âne qui a voulu faire pareil et je ne sais pas trop comment s'est défoncé la tête dans l'arbre, mon pote s'est barré en courant après avoir littéralement dribblé l'animal tandis qu'un second âne arrivait pour aider son pote sonné.
Wat
Shyeluk c'est Mowgli ? Intéressant.
J'étais en Chine dans une rue touristique.
Étant blanc, tous les commerçants m'accostent pour me vendre leurs trucs, s'avance un jeune homme qui a l'air sympathique, je décide de le suivre jusqu'à son magasin. Il me baragouine quelques trucs en anglais sur le chemin. Sauf qu'il m'emmène dans une ruelle perpendiculaire à l'avenue principale, il me fait signe de continuer, c'est plus très loin. J'ai peur mais je le suis.
Non je rigole, je l'ai déjà raconté deux fois, Nyu m'avait déjà fait la remarque la deuxième fois.


Sérieusement sinon, petit on habitait près de mon école primaire, j'y allais à pied tous les jours.
8h20, je pars comme tous les matins. Aux 3/4 du chemin, je me rends compte que j'ai oublié mon sac, je fais demi-tour et cours jusqu'à chez moi pour le récupérer, puis repars en courant dans l'autre sens. À cette époque j'avais une peur bleue d'arriver en retard, ça a bien changé depuis.

À peine reparti de chez moi une voiture s'arrête à ma hauteur et me propose de m'emmener jusqu'à l'école au bout de la rue. Dans ma panique j'accepte, je sais que c'est contre toutes les règles qu'on m'a appris mais je monte à bord, devant en plus. On arrive devant l'école, la voiture continue et mon coeur s'accélère.
"Mon école était ici...
- Je sais, tu veux pas faire quelque chose de fun plutôt? Où tu veux aller?"

Je suis terrifié.
L'homme à coté de moi a l'âge de mon père. Il me propose d'aller jouer aux jeux, ok pourquoi pas, il n'y aura personne en plus. Il m'emmène à l'araignée, vous savez cette grande structure avec des câbles partout que tu peux escalader.
Aux anges, je commence à escalader et à m'amuser, l'homme va s'asseoir sur un banc près d'une dame avec une poussette. Arrivé en haut, je me retourne et je vois les deux adultes discuter et rigoler, la dame me sourit et me fait coucou, je la salue à mon tour et perds l'équilibre, je tombe à la renverse.

Je me réveille dans un vieux canapé, j'ai mal partout, surtout à ma jambe droite. J'ai peur.
Mes habits sont différents, j'essaie de me lever mais je n'y arrive pas. L'homme de la voiture a du m'entendre bouger, il arrive en souriant et me demande si ça va. Je lui réponds que je pense que oui mais j'ai du mal à me lever. Il s'approche de moi et m'aide à m'extirper du canapé, je me souviens très bien de ce moment car quelque chose m'a frappé, il était en caleçon, et pour me sortir du canapé il m'a d'abord caressé les cheveux pour passer sa main derrière ma tête, puis il m'a collé contre lui avant de me soulever. Je sentais son sexe contre le mien, sauf que le sien n'était pas comme moi, c'était bizarre, j'étais très mal à l'aise.
Il mis sa main dans le bas de mon dos et m'aida à faire quelques pas. Je souffrais le martyr mais je n'avais qu'une idée en tête c'était me casser d'ici, c'était où ici d'ailleurs? Je devrais être à l'école putain.
Heureusement pour moi il me raccompagna jusqu'à la rue voisine de mon école, et me fit promettre de ne rien dire, après tout il m'avait sauvé la vie après que je sois tombé de l'araignée, sans lui je serai sûrement mort ou handicapé.

J'avais 9 ou 10 ans et c'est vers cet âge-là que j'ai commencé à bégayer, je ne peux m'empêcher de penser que ça a un rapport avec cette histoire.
Citation :
Publié par Jyharl
Une autre fois, je me suis fait tirer dessus mais j'avais vu l'arme avant et j'avais déjà détalé. Le mec a heureusement raté.
Sérieux tu peux pas détailler à mort sur une petite vachette et balancer ça comme ça, lâche l'histoire derrière
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés
Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée