[Archéologie] le fil des nos lointains ancêtres et des découvertes les concernant

Répondre
Partager Rechercher
Bon, c'est de la génétique, mais ça réalise un vieux rêve : utiliser la puissance informatique toujours croissante pour reconstituer le passé :

https://www.eurekalert.org/pub_relea...-dfa080420.php

Citation :
L'ADN d'un ancien ancêtre non identifié a été transmis aux humains vivant aujourd'hui
Un nouvel algorithme suggère que les premiers humains et les espèces apparentées se croisent tôt et souvent

[...]
Ils ont utilisé l'algorithme pour examiner les génomes de deux Néandertaliens, un Denisovan et deux humains africains. Les chercheurs ont trouvé des preuves que 3% du génome de Néandertal provenait d'humains anciens, et estiment que le métissage s'est produit il y a entre 200 000 et 300 000 ans. En outre, 1 pour cent du génome de Denisovan provenait probablement d'un parent inconnu et plus éloigné, peut-être Homo erectus, et environ 15% de ces régions «super-archaïques» pourraient avoir été transmises à des humains modernes qui sont vivants aujourd'hui.
En gros, ils entrent les génomes dans la machine, et pouf, l'algorithme détermine les hybridations qui ont eu lieu et découvre les autres espèces inconnus qui ont copulé avec nos ancêtres (de manière fertile : les légionnaires n'ont jamais transmis leur gènes aux chèvres).

Ce qui est intéressant, c'est qu'au fur et à mesure qu'on parviendra à extraire des adn anciens des restes fossiles, on pourra remonter bien plus loin dans le temps et reconstituer peu à peu l'ADN d'espèces qui n'en ont pas laissé (à priori) comme les homo erectus. De fil en aiguille, il sera possible de faire des progrès énormes dans la connaissance des mécanismes évolutifs et de leur transcription génétique. Et le fait qu'il soit possible d'utiliser cet algo (et les autres qui viendront) sur d'autres cas (animaux, plantes...) constitue une sorte de "singularité scientifique". Ou en tout cas, le début.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Aloïsius
...
mécanismes évolutifs et de leur transcription génétique. Et le fait qu'il soit possible d'utiliser cet algo (et les autres qui viendront) sur d'autres cas (animaux, plantes...) constitue une sorte de "singularité scientifique". Ou en tout cas, le début.
C'est comme un sudoku génétique, plus tu trouves de chiffre et plus tu peux compléter la grille
https://www.theguardian.com/science/...by-hibernating
Citation :
Bears do it. Bats do it. Even European hedgehogs do it. And now it turns out that early human beings may also have been at it. They hibernated, according to fossil experts.

Evidence from bones found at one of the world’s most important fossil sites suggests that our hominid predecessors may have dealt with extreme cold hundreds of thousands of years ago by sleeping through the winter.


Les ours le font. Les chauves-souris le font. Même les hérissons européens le font. Et maintenant, il s'avère que les premiers êtres humains y ont peut-être aussi été. Ils ont hiberné, selon les experts des fossiles. Les preuves provenant d’ossements trouvés sur l’un des sites fossiles les plus importants du monde suggèrent que nos prédécesseurs hominidés ont peut-être fait face à un froid extrême il y a des centaines de milliers d’années en dormant pendant l’hiver.

Aucun doute : j'ai un gros paquet de gènes de Neandertal.
Citation :
"Grâce à ces gènes, l'Homo sapiens jouissait d'une meilleure condition physique que les hominidés aujourd'hui disparus, ce qui lui conférait un niveau supérieur de résistance au vieillissement, aux blessures et aux maladies", ont écrit les chercheurs. "La forme physique ou la résilience est intrinsèque à la définition de la créativité", a déclaré l'auteur principal de l'étude, Igor Zwir.
heu ?
Stephen_Hawking.jpg

Je ne suis pas convaincu, là. Le reste est intéressant, mais j'aimerai avoir un autre son de cloche, de neurologues et de généticiens.
Ok, ce n'est pas si lointain, mais je voulais saluer les gens responsables de la restauration d'un psautier du 8e siècle, retrouvé en Irlande.

Je veux dire :
Faddan-000.jpg
Avant (ci-dessus) et après (ci-dessous) la restauration du bouquin
Faddan_More_Psalter_cover.jpg

Le type a d'abord passé trois mois, jour après jour, à regarder la chose sans y toucher, en se demandant comment il pourrait faire.

Les étapes intermédiaires sont juste délirantes : https://www.theguardian.com/culture/...useum-treasure
https://www.la-croix.com/Homo-sapien...-09-1301199493

Des découvertes révolutionnaires dans la Drome :
1) Homo Sapiens était présent en Europe 12 000 ans plus tôt que supposé
2) Il fabriquait des pointes de flèches... alors qu'on croyait que l'arc n'avait été utilisé que 30 000 ans plus tard en Europe. Le vieux continent n'aurait pas été isolé de cette invention qu'on retrouve aux mêmes âges reculés (de -59 000 à - 48 000) en Afrique du Sud, au Sri Lanka et en Tunisie.
3) Après avoir occupé la scène pendant deux milles ans, les Sapiens furent reremplacés par les Neanderthals. Lesquels s'attardèrent encore 8 000 ans dans la région avant de céder définitivement la place.
4) Dès leur arrivé, les Sapiens se procuraient des silex provenant de 90 km de là, signe possible d'échanges avec les Neanderthals.

Autrement dit, la cohabitation entre les deux espèces en Europe s'est étalée sur plus de dix mille ans avant que l'une des deux s'évanouisse. Cela n'exclue pas des contacts (très) violents, mais ils n'ont pas pu être la règle, sans quoi les choses auraient pris moins de temps.

Il reste à étudier génétiquement ce matériel, et à poursuivre ces fouilles (et d'autres), afin d'éclairer un peu mieux notre passé.
Pour ceux qui les conflits en Ukraine ou ailleurs désespèrent et qui se demandent quand est-ce que ça va s'arrêter, mauvaise nouvelle :
https://www.sciencesetavenir.fr/arch...n-serie_162127


Depuis 430 000 ans, on se massacre sans raison. Avant, on se massacrait aussi, mais c'était pour la bonne cause puisque les perdants étaient mangés. Là, même pas. La présence de nombreux crânes portant des traces de cicatrisation des impacts laisse cependant penser que nos lointains ancêtres avaient tendance à se dire "bonjour" à coup de masse dans la gueule.
Citation :
Publié par Aloïsius
Pour ceux qui les conflits en Ukraine ou ailleurs désespèrent et qui se demandent quand est-ce que ça va s'arrêter, mauvaise nouvelle :
https://www.sciencesetavenir.fr/arch...n-serie_162127


Depuis 430 000 ans, on se massacre sans raison. Avant, on se massacrait aussi, mais c'était pour la bonne cause puisque les perdants étaient mangés. Là, même pas. La présence de nombreux crânes portant des traces de cicatrisation des impacts laisse cependant penser que nos lointains ancêtres avaient tendance à se dire "bonjour" à coup de masse dans la gueule.
Je me souviens d'une interview qui m'a beaucoup marqué. Une enquête sur les dernières tribus ayant vécues dans les endroits les plus reculés du globe avant d'être rattrapées par la civilisation. Les anciens expliquaient que le stress n'existait pas dans leur vie d'avant, tout était partagé, ils vivaient en parfaite harmonie avec la nature, la nourriture ne manquait jamais, ils étaient tous très joyeux et se contentaient de rien etc.
Mais le meurtre n'était pas un tabou. Ils se tuaient entre eux littéralement pour rien. A un moment, un bébé pleurait trop fort. Ils l'ont enterré vivant. Ça les a fait rire.

Je me dis que ce doit être assez proche de la mentalité d'un homme préhistorique.
https://arstechnica.com/science/2022...ago-in-borneo/

On a retrouvé à Bornéo des restes humains de 31 000 ans. Ceux d'un jeune adulte de 19 ans à peu près. Particularité ? Il avait subit dans son enfance une amputation d'une jambe. Propre, nette, sans bavure ni infection.

Autrement dit, dans ces communautés de chasseurs-cueilleurs du paléolithique, il y a eu au moins UN chirurgien ayant des compétences et des outils comparables sinon supérieurs à ceux des médecins européens du 19e siècle, dont les patients mourraient souvent d'infections à cause d'un manque d'hygiène lors des opérations.

Par ailleurs, ces sociétés qu'on imagine facilement précaires ont été capables de s'occuper et de prendre soin des années durant d'un enfant qui ne pouvait plus marcher normalement. Il fut enterré après sa mort avec des honneurs importants et a peut-être été un des artistes ayant orné la grotte.

Citation :
As Durham University archaeologist Charlotte Roberts wrote in her comments on the recent paper, “Caring for sick people is an inherent part of what it is to be human.”
S'occuper des blessés et des malades fait partie de la nature humaine. Enfin, normalement.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés