L'Agora

La gauche, son avenir, ses alternatives, ses candidats

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Egelbeth
Sinon martine Aubry, spécialiste de l'embuscade et du meurtre dans le dos aurait elle peur de rayer la carrosserie ou de participer à un suffrage ouvert autre que celui qui consiste à prendre un siège bien chauffé par Mauroy ? ( ou à bourrer des urnes en interne )

Un peu comme son père qui n'a jamais eut le courage d'aller affronter directement les urnes elle se refuse à se présenter comme tête de liste dans sa région où le FN pourrait virer en tête au soir du premier tour.
Alors ouais c'est méchant ce que je dis, mais pour certains qui voient en elle une alternative " à gauche " faudrait peut être déjà qu'elle sorte de son bois dont elle a hérité plus qu'elle n'a lutté pour l'obtenir et qu'elle se mette en ligne face aux français.

Donc en alternative crédible, il reste quoi face au Hollandisme au PS ?
Là on est dans la pure analyse, merci d'éviter le portrait cliché psychologisant https://jolstatic.fr/forums/jol/images/icons/icon14.gif

Sinon cette idée a été largement donnée par les proches de Valls dans la presse ces derniers mois ou ces derniers jours — tout en savant très bien qu'elle souhaitait que son premier adjoint soit tête de liste contre MLP ou Briois — pour que les discussions ne soient plus sur le débat qu'elle souhaitait ouvrir sur le travail du dimanche (ou la carte des régions, le budget etc. mais sur "Aubry la froussarde qui ne veut pas aller au front".

Citation :
Publié par Diesnieves
Une petite lueur d'espoir dans ce monde de brutes
Par contre, je crois qu'il est inutile de vous mettre en garde contre un certain ... Placé (ça risque de ne pas être gagnant)
Placé se définit lui même comme "écolo-libéral" et prépare en souterrain avec Hollande/Valls un retour de parlementaires écologistes au gouvernement après les régionales fin 2015.
Citation :
Publié par hollowhell
"Aubry la froussarde qui ne veut pas aller au front".
Dans les faits elle n'ira pas.
C'est bien joli de la ramener en permanence mais quand derrière on ne va pas au front, que l'on reste bien caller dans le fauteuil donné par Mauroy et que l'on se refuse à aller se frotter au scrutin parce que ça va écorner la belle image, ben on la ferme.

Mélenchon lui il a eut le courage d'y aller, il a plein de défauts mais au moins il va au contact,
Si il y a bien une chose dont j'ai horreur c'est des gens qui tirent dans le cul des leurs en restant bien à l'abri dans leur coin.
Citation :
Publié par Lango
Ça commence à parler d’alliance électorale entre le PG et Nouvelle Donne.
https://www.lepartidegauche.fr/actua...le-donne-31054

Et le PG fait aussi du pied à EELV depuis les municipales.

Si une alliance PG + EELV + Nouvelle Donne ( + d’éventuels autres, peut-être même le PCF) voit le jour pour les cantonales, ça donne un espoir d’alternative à gauche…
Si EELV arrive au pouvoir je pense pouvoir affirmer que la France est morte, plus généralement la gauche est en ruine pour une dizaine d'années au moins.
Citation :
Publié par Kitano Must Die
Si EELV arrive au pouvoir je pense pouvoir affirmer que la France est morte, plus généralement la gauche est en ruine pour une dizaine d'années au moins.
Tu iras demander l'asile politique en Alberta, au Texas ou en Australie ?

Je n'ai pas grande sympathie pour ce parti particulièrement décevant, mais la France a survécu à Sarkozy et Chirac, ce n'est pas Duflot et Placé qui pourront faire pire.
Citation :
Publié par Egelbeth
Dans les faits elle n'ira pas.
C'est bien joli de la ramener en permanence mais quand derrière on ne va pas au front, que l'on reste bien caller dans le fauteuil donné par Mauroy et que l'on se refuse à aller se frotter au scrutin parce que ça va écorner la belle image, ben on la ferme.

Mélenchon lui il a eut le courage d'y aller, il a plein de défauts mais au moins il va au contact,
Si il y a bien une chose dont j'ai horreur c'est des gens qui tirent dans le cul des leurs en restant bien à l'abri dans leur coin.
Merci à toi d'avoir encore une fois soulever un débat de fonds sur le courage d'Aubry.

Citation :
Publié par Kitano Must Die
Si EELV arrive au pouvoir je pense pouvoir affirmer que la France est morte, plus généralement la gauche est en ruine pour une dizaine d'années au moins.
Clair, à Grenobles y'a 100.000 morts depuis mars 2014 et la moitié de la ville est en ruine. Merci les dhijhadistes verts. Poutine, viens nous sauver, le pays réel s'effondre.
Citation :
Publié par Aloïsius
Je n'ai pas grande sympathie pour ce parti particulièrement décevant, mais la France a survécu à Sarkozy et Chirac, ce n'est pas Duflot et Placé qui pourront faire pire.
Peux tu expliciter ta pensée?
Duflot c'est quand même le top niveau, quand on sort d'une fac de géo et qu'on situe le Japon dans l'hémisphère sud, y'a un petit soucis quelque part hein.

M'enfin on est plus à ça près avec nos politiques vous me direz
Citation :
Publié par Egelbeth
Mélenchon lui il a eut le courage d'y aller, il a plein de défauts mais au moins il va au contact,Si il y a bien une chose dont j'ai horreur c'est des gens qui tirent dans le cul des leurs en restant bien à l'abri dans leur coin.
Mouais, pour le coup c’est un peu facile comme attaque. Aubry aurait beaucoup à perdre (une défaite lui serait reprochée pour de nombreuses années) et peu à gagner à aller au front à l’heure actuelle. Alors que Mélenchon avait beaucoup à gagner (en exposition médiatique), et peu à perdre (vu qu’il reste une figure incontestée de son parti).
La mutation de la gauche.
Au vu des dernières déclarations, que je ne peux qu'approuver, d'Emmanuel Macron me prêtant dirait-on plus l'oreille que toute l'Agora réunie, quant au libéralisme, je pense qu'on peut vraiment parler d'une petite révolution à gauche qui va faire bouger les lignes. Une gauche libérale, ça vend du rêve.

Citation :
Détendu mais offensif, il a répondu pendant un peu plus d’une heure aux questions du directeur éditorial du Monde, Arnaud Leparmentier, présenté au public par ce bon mot de Jérôme Fenoglio, directeur du quotidien : « Arnaud Leparmentier est au Monde ce qu’Emmanuel Macron est au gouvernement… » S’en est suivie une conversation courtoise mais animée pendant laquelle Emmanuel Macron a voulu convaincre : « Je suis de gauche, mais… »
«… Je vais continuer », a répondu le ministre après qu’Arnaud Leparmentier lui a demandé s’il « le faisait exprès » de susciter la polémique par ses sorties peu conformes à la doxa socialiste. « Il faut rénover la pensée profonde de la gauche, a-t-il martelé, j’ai rarement vu des gens aller au bout du bovarysme parlementaire », dénonçant l’inaction de ceux qui ne vont pas au bout de leurs souhaits de réforme.
«… J’assume qu’il y ait un libéralisme. Le libéralisme est une valeur de gauche. » Déterminé à montrer qu’il ne s’est pas trompé de famille politique, le ministre a exposé sa conception de la lutte contre les inégalités, qui n’est pas, selon lui, « la correction ex post de [ces] inégalités » mais « l’égalité des chances » et la « valorisation de la réussite ». Et de prendre en exemple l’ouverture des lignes d’autocar pour le transport des passagers : « On a rouvert de la mobilité, c’est une lutte contre l’inégalité. »
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/festival/artic...jvbQlaZGF5Q.99[/QUOTE]

Check Macron!

giphy.gif

Bon je m'amuse un peu, j'avoue, je n'y crois pas tant que ça à la révolution libérale de l'intérieur du parti socialiste. Ou plutôt j'éprouve une grande méfiance vis à vis de Macron, en partie due à mes préjugés sur les énarques. Mais je trouve ça putin d'habile. La génération "Hollande" du PS de 97 à aujourd'hui, ce sont des tueurs. Et Hollande encore une fois, quel tacticien, un vrai strategos, le Parménion socialiste, montre là tout son talent. Je ne serai pas étonné d'apprendre qu'il est derrière tout ça, Aizen Hollande.

Y croyez vous à ce changement de cap initié par Macron, qui laisse pantois à gauche, et qui tour de force cloue le bec à droite?

Enthousiastes, réticents?
Je trouve justement que parmi tous les responsables socialistes, le seul sincère du lot est Macron. Le PS est sur un french-blairisme assumé depuis des années. C'est moche si certains à gauche ne le découvrent que maintenant parce que dans le lot de vipères du PS, il y en a un qui le dit ouvertement.
C'est pas très très sympa de cannibaliser les topics existants juste à côté

( Enfin du coup, ça permettra de pas partir en HS là bas et de continuer ici )

A mon avis (avant que les brigades rouges ne débarquent ), la gauche a un très gros problème. Elle n'a pas fait évoluer son discours et son fond idéologique depuis des années. D'aucun diraient que depuis la chute du mur de Berlin, à part l'intégration de l'écologie ils sont en mode pause intellectuelle.

Et ça se ressent. La majorité des traitements médiatiques estampillés "de gauche" concernent des salariés d'une usine, et les seules fois où le grand public entend parler des forces vives de gauche, c'est pour râler sur les connards qui empêchent de circuler dans Paris pour leur 840ème manif de l'année. Concrètement, le projet de société de la gauche n'a pas cessé de céder du terrain au capitalisme puis à la mondialisation, coincés qu'ils l'étaient entre les aspirations idéales collectives de leur mouvement et les aspirations personnelles au confort et au niveau de vie de leurs adhérents.

Et on en arrive à notre cher gouvernement. Coincé comme les autres entre les aspirations idéalistes des frondeurs, et les tentatives de pragmatisme (ou de renoncement selon le bord où l'on se trouve) de ceux aux manettes.

Et dans un tel merdier Macron est marrant. Macron, c'est le Villepin de ce gouvernement. Haut fonctionnaire 100% technocrate qui se contrefout de l'onction des urnes, qui est là pour faire un job sans avoir compris que la moitié de ce job c'était de faire le con face caméra pour survivre après son ministère (je suis pas certain qu'il veuille faire carrière d'ailleurs). Mais au moins il a le bonus racial du technocrate : il apporte des solutions. Quand on lui dit que les pauvres ne peuvent plus voyager il ouvre des lignes de bus. Quand on lui dit que les jeunes ont du mal à s'installer, il part tanker la moitié des monopoles du pays. Ça ne sert peut-être pas à grand chose sur le long terme, mais ça permet de faire le job dans l'immédiat.

Après, la question de savoir si Macron peut être l'étendard de quelque chose ? Je ne crois pas. Il a le charisme d'une huitre pas fraiche, la diction techno qui endort même un chihuahua cocaïnomane, et il n'est pas assez pudibond pour être passe partout. Peut-être par contre qu'il en motivera d'autres à l'ouvrir, mais je ne le vois pas du tout aux affaires dans quelques années. S'il arrivait à s'allier avec un tribun à la Montebourg éventuellement, mais il faudrait que le second fasse un gros examen de conscience pour rattraper un demi siècle d'évolutions politiques dans le monde.

Enfin la question centrale : la gauche peut-elle être libérale. A ce stade je suppose qu'Andro a déjà fait son post lapidaire pour expliquer doctement que libéral ça ne peut parler que de l'école Autricienne ou de Chicago, et que tout autre sens ne rentre pas dans son paradigme, donc on va directement passer sur "progressiste" pour préserver la paix des ménages. Non seulement elle peut, mais je crois qu'elle le doit. A la fois pour survivre (sinon d'ici 15 ans l'électorat du PS sera comparable à celui du PC aujourd'hui), mais pour proposer une véritable alternative à la compétition inhumaine qui tient lieu de projet social dans les pays anglo saxons.

On a le modèle social le plus propice à l'entrepreneuriat au monde, on a un état providence qui permet beaucoup plus d'assurer un matelas à tout un chacun en cas d'accident, on une des populations actives parmi les plus éduquées de la planète ... On a tous les atouts pour proposer une politique du XXIème siècle qui soit sociale, inclusive, et pour autant progressiste.

Si seulement notre gauche voulait bien arrêter de se lamenter sur l'échec de mai 68 et se consacrer au nouveau siècle.
"L'égalité des chances", c'est à la gauche ce qu'un club libertin est à la règle bénédictine. C'est une valeur de droite* : elle signifie que pour le lièvre comme pour la tortue, la ligne de départ est la même. Ou, plus concrètement, que le fils de pauvre a lui aussi le droit d'entrer dans une grande école, s'il réussit le concours super-sélectif qui ne retient que les enfants de profs et de bourgeois. Ou que le pauvre a lui aussi le droit de s'acheter une maison. A côté du périphérique. Avec un crédit sur 35 ans et un toit qui fuit. Il a même le choix, il peut aussi payer un loyer au riche.

La sacralisation du droit de propriété, placé au-dessus de tous les autres, qui est le fondement philosophique du libéralisme économique, conduit nécessairement à des inégalités croissantes et donc à des injustices flagrantes.


* Il n'y a que l'extrême-droite réactionnaire qui exige que certains (immigrés, homosexuels, ex-prisonniers, femmes...) soient privés des droits accordés aux autres.


Ceci étant, je ne suis pas hostile à la suppression des monopoles et privilèges divers lorsqu'ils n'ont pas d'utilité sociale évidente. Et l'égalité réelle n'implique pas non plus une bureaucratie envahissante et clientéliste. Ce serait si difficile pour la gauche de se contenter du trinôme "liberté, égalité, fraternité", sans avoir besoin d'aller s'inspirer des physiocrates ?

Dernière modification par Aloïsius ; 29/09/2015 à 20h28.
Citation :
Publié par Aloïsius
...
Tu n'es pas fatigué de ressasser sans cesse ce genre de poncifs ?

Mettons, pour le bien du raisonnement, que tu aies raison. Où est-ce que ça nous mène ce genre de discours ?

- Il faut restreindre le droit de propriété ? Ah ben en fait non parce que les électeurs de gauche comme de droite sont attachés à leur pavillon de banlieue ou à leur appart acheté à crédit y a 30 ans
- Il faut augmenter l'égalité des chances ? Super. En faisant quoi ? L'école gratuite, check. L'université quasi gratuite, check. Les bourses pour rentrer en grande école, check. Les formations de très haut niveau de l'Etat, check. La formation des médecins (militaires) gratuite, check. On peut peut-être faire mieux, mais en l'état on est parmi les meilleurs au monde dans ce domaine. On est peut-être pas premiers au PISA, mais au ratio coût / élévation du niveau intellectuel de la population, je pense qu'on est pas loin du podium.

Du coup, maintenant qu'on a dit ça, c'est quoi un programme purement de gauche, qui parle d'avenir, et qui ménage les susceptibilités de la masse silencieuse qui veut bien voter à gauche mais qui préfère garder son écran plat et son emplacement de camping à vie ?

Tu es précisément dans le travers dont je parle 2 posts plus haut. Tu viens réciter les versets qu'on nous sert depuis un demi siècle, qui n'ont plus aucune prise dans le quotidien des Français, et qui sont intenables en tant qu'objectifs uniques tant le monde a changé autour.
L'égalité des chances (avec de la discrimination positive et une représentation de la population plus fluide) peut être de gauche. La propriété (si elle est distribuée raisonnablement) peut être de gauche. Mais grâce à de grands intellectuels qui nous expliquent doctement que ain't gonna happen parce que c'est pas dans le bouquin... La gauche préfère se saborder qu'évoluer.

C'est déprimant de voir que la seule alternative politique connue se saborde d'elle même...
Citation :
Publié par Kaleos - Jack
- Il faut augmenter l'égalité des chances ? Super.
C'est pas ce qu'il dit. Il dénonce que "égalité des chances" est une jolie formule pour "loi du plus fort" et que c'est donc un peu fort de café de faire passer ça pour un dogme de gauche.
[QUOTE=Kaleos - Jack;28661548]
[Modéré par harermuir : ]



Citation :
On est peut-être pas premiers au PISA, mais au ratio coût / élévation du niveau intellectuel de la population, je pense qu'on est pas loin du podium.
On a le système scolaire qui renforce le plus les inégalités de départ. C'est un fait.



[Modéré par harermuir : ]

Citation :
L'égalité des chances (avec de la discrimination positive et une représentation de la population plus fluide)
C'est surtout que l'égalité et la chance, c'est pas compatible. L'expression est une escroquerie intellectuelle. C'est l'égalité ou la chance. Les êtres humains ne sont pas des particules quantiques.
L'égalité en droit, tout le monde ou presque est pour. Mais l'égalité de dignité, elle exige encore quelques efforts.
- dans le domaine de l'instruction, de l'éducation et de la formation
- dans le domaine des rémunérations et de "l'avancement"
- dans le domaine de la santé et de la retraite
- dans le domaine de l'accès et de la participation aux instances démocratiques

Le simple fait que tu ai besoin de parler de discrimination positive (ce qui est contraire au principe fumeux d'égalité des chances) montre bien que le machin est bancal.

Citation :
La propriété (si elle est distribuée raisonnablement) peut être de gauche.
Tout comme cette autre parenthèse. Les droits de succession sont devenus ridiculement faibles. L'ISF s'évite avec une facilité déconcertante. Il y a même des collectivités territoriales entières qui aident leurs administrés à frauder le fisc pour qu'ils puissent continuer à spéculer sur le dos des plus pauvres.

Citation :
Mais grâce à de grands intellectuels qui nous expliquent doctement que ain't gonna happen parce que c'est pas dans le bouquin... La gauche préfère se saborder qu'évoluer.

C'est déprimant de voir que la seule alternative politique connue se saborde d'elle même...
La gauche se saborde quand elle devient impossible à différencier de la droite, qu'elle livre les classes populaires aux appétits des FTN et des fonds de pension, et qu'elle fait semblant de croire que Amazon ou Wall-Mart vont faire le bonheur du monde.

Dernière modification par harermuir ; 29/09/2015 à 22h33.
La mutation de la gauche telle que tu l'écris c'est juste la mort de celle ci. D'ailleurs on vois tout le bien que ça nous fait d'avoir un axe politique qui commence au centre droit.
Pendant ce temps le social est récupéré par l'extrême droite ou l'extrême gauche.
Citation :
Enfin la question centrale : la gauche peut-elle être libérale. A ce stade je suppose qu'Andro a déjà fait son post lapidaire pour expliquer doctement que libéral ça ne peut parler que de l'école Autricienne ou de Chicago, et que tout autre sens ne rentre pas dans son paradigme, donc on va directement passer sur "progressiste" pour préserver la paix des ménages. Non seulement elle peut, mais je crois qu'elle le doit. A la fois pour survivre (sinon d'ici 15 ans l'électorat du PS sera comparable à celui du PC aujourd'hui), mais pour proposer une véritable alternative à la compétition inhumaine qui tient lieu de projet social dans les pays anglo saxons.
Peu m'importe l'électorat du parti socialiste. Ce qui compte c'est que les idées socialistes ne soient pas dévoyés. Si les mécontents de la ligne du PS se mettent à voter Bayrou c'est mieux que s'ils votent pour un PS qui perd son âme. Dans le second cas, les idées sont bien représentés.

Dernière modification par Xotraz ; 29/09/2015 à 21h03.

[Modéré par harermuir : ]


Citation :
Publié par Aloïsius
On a le système scolaire qui renforce le plus les inégalités de départ. C'est un fait.
J'y penserais la prochaine fois que je lirais un papier sur les étudiants Américains qui commencent leur vie professionnelle avec 15 ans de dettes sur la tronche tiens.


[Modéré par harermuir : ]


[Modéré par harermuir : ]


Citation :
Publié par Aloïsius
Tout comme cette autre parenthèse. Les droits de succession sont devenus ridiculement faibles. L'ISF s'évite avec une facilité déconcertante. Il y a même des collectivités territoriales entières qui aident leurs administrés à frauder le fisc pour qu'ils puissent continuer à spéculer sur le dos des plus pauvres.
C'est vrai. Et un programme libéral qui se respecte sabrerait l'héritage violemment parce qu'il est la source d'une majorité des inégalités entre les personnes. D'ailleurs, en sabrant l'héritage il n'y aurait même pas besoin de toucher à l'ISF. Il coulerait de lui même en 2 générations. Et ça, ce serait être de gauche et libéral en plus.

Citation :
Publié par Aloïsius
La gauche se saborde quand elle devient impossible à différencier de la droite, qu'elle livre les classes populaires aux appétits des FTN et des fonds de pension, et qu'elle fait semblant de croire que Amazon ou Wall-Mart vont faire le bonheur du monde.
Si je prends ce message (et les autres précédents) comme représentatif de la gauche, tu représentes rigoureusement ce dont je parle plus haut : tu es bloqué sur des considérations idéales qui t'empêchent de penser à la réalité politique du pays, du monde, et de la population. Du coup, tu viens gueuler contre l'héritage sachant que dans 90% des cas, l'héritage se fait sur une maison de famille qui ne rapportera jamais rien et qui sera un boulet financier au pied de beaucoup. Tu viens gueuler sur l'égalité des chances alors même qu'on a un des meilleurs systèmes éducatifs au monde (grâce à toi aussi si je ne m'abuse).

Et plutôt que de chercher comment faire mieux, tu préfères pester que ce n'est pas parfait.

[Modéré par harermuir : ]

Citation :
Publié par Xotraz
La mutation de la gauche telle que tu l'écris c'est juste la mort de celle ci. D'ailleurs on vois tout le bien que ça nous fait d'avoir un axe politique qui commence au centre droit.
C'est exactement ça. La gauche empêtrée dans ses 150 ans d'histoire est en train de crever parce qu'elle refuse de constater que le monde a changé autour d'elle. Et ce faisant, elle devient l'alliée objective des ultralibéraux qui peuvent tourner tous les efforts en direction des populations fragilisées en ridicule. Un sabordage en bonne et due forme où on va préférer gerber sur Macron parce qu'il n'est pas assez rouge plutôt que dénoncer les horreurs du FN ou l'ineptie de l'UMP.

Citation :
Publié par Xotraz
Peu m'importe l'électorat du parti socialiste. Ce qui compte c'est que les idées socialistes ne soient pas dévoyés. Si les mécontents de la ligne du PS se mettent à voter Bayrou c'est mieux que s'ils votent pour un PS qui perd son âme. Dans le second cas, les idées sont bien représentés.
Les idées socialistes ? Le truc qui a été pensé à une époque où la moitié de la population Française était sous le seuil de pauvreté et où un gros tiers était encore analphabète ? Ce qui compte c'est qu'une idée vieille d'un siècle et demi survive et "peu importent ses électeurs" ?

Eh ben ils sont pas prêts de gagner des élections avec une logique pareille

Dernière modification par harermuir ; 29/09/2015 à 22h36.
Citation :
Publié par Kaleos - Jack
:

Si je prends ce message (et les autres précédents) comme représentatif de la gauche, tu représentes rigoureusement ce dont je parle plus haut : tu es bloqué sur des considérations idéales qui t'empêchent de penser à la réalité politique du pays, du monde, et de la population. Du coup, tu viens gueuler contre l'héritage sachant que dans 90% des cas, l'héritage se fait sur une maison de famille qui ne rapportera jamais rien et qui sera un boulet financier au pied de beaucoup. Tu viens gueuler sur l'égalité des chances alors même qu'on a un des meilleurs systèmes éducatifs au monde (grâce à toi aussi si je ne m'abuse).

Et plutôt que de chercher comment faire mieux, tu préfères pester que ce n'est pas parfait.

La gauche Française dans toute sa splendeur quoi.
[Modéré par harermuir : ]


Je n'ai pas le même diagnostic que toi, je n'ai pas les mêmes solutions, mais au minimum, je suis cohérent : par exemple tu prétends que le libéralisme est contre l'héritage et le taxerait vigoureusement, puis tu nous expliques qu'il ne faut pas y toucher puisque ça ne concerne que les maisons.

Je passe sur le QI, qui est encore une escroquerie du même tonneau darwinien-social, dont certains seraient naturellement dotés et pas d'autres. Curieusement, il y a une très forte corrélation entre ces tests et le milieu social dans lequel a grandi l'enfant, y compris lorsqu'il a été adopté très jeune.

Des propositions et des idées POUR FAIRE MIEUX (oui, je peux jouer avec les polices de caractère aussi), j'en fais souvent. Il y en a même qui plairaient un peu aux libéraux je pense (ex : rediriger les allocs logements vers l'aide à la construction pour les primo-accédant et vers les organismes HLM).
[Modéré par harermuir : ]
je le redis "l'égalité des chances", c'est un oxymore.
Aux aléas sémantiques près (les traductions américains/français sont surprenantes...) c'est l'equality de ce fameux dessin :
Equality%2BEquity.jpg

Dernière modification par harermuir ; 29/09/2015 à 22h40.
Citation :
Publié par Doudou
Un pote me disait qu'il avait eu l'occasion de croiser Macron pour son taff, l'impression qu'il en a ressorti est un peu a l'opposé du cliché olol enarque banque etc.
Moi je pense que vous l'enterrez ptet ptetun peu vite.
Qui l'enterre ? Il est en plein plan com', en vue de plus tard. Après, ça passe ou ça casse : quand il s'attaque au suffrage universel, ça peut revenir le hanter plus tard.
Citation :
Publié par Aloïsius
Genre, ça suffit ? De quoi se plaint Kévin, franchement, l'école est gratuite ! Il a les mêmes chances que Marie-Cécile, alors qu'il arrête de faire chier !

On a le système scolaire qui renforce le plus les inégalités de départ. C'est un fait.
Du coup, ceux qui réussissent en partant d'un milieu modeste, ce sont des anomalies ? Des exceptions ? Ils sont montés de toutes pièces par l'Etat pour vanter les mérites du modèle ?

Je suis pas certain qu'un gosse de riche ait plus de "chances" de réussir sa scolarité qu'un fils de prof qui connait mieux que quiquonque le fonctionnement de l'Education Nationale, et on ne peut pas dire que les profs soient parmi les classes les plus aisées. Les deux sont aussi plus enclins à éprouver des difficultés à s'intégrer avec la majorité de ses camarades qui ne seront pas issus du même milieu social, ce qui peut mine que rien affecter les chances de réussite, surtout sociale, parce que tout n'est pas qu'une question de note et de diplôme.

Qu'il y ait une infime minorité d'ultra riches qui se reproduisent entre eux dans les mêmes écoles huppées, d'accord, mais c'est loin d'être une généralité.

Je pense que la réussite sociale/scolaire se joue davantage dans le cadre familial qu'à l'école. Chaque parent "normal", riche ou pauvre, ne souhaitera que le meilleur pour sa progéniture, qu'elle se trouve dans une situation meilleure voire similaire dans sa vie adulte. Je ne suis pas sur que l'EN puisse faire grand chose à un gamin livré à lui même dès qu'il sort de l'école quoi qu'on fasse.


En tout cas, je n'ai pas vu de réelle différence entre une politique de gauche ou de droite concernant l'éducation : dans tous les cas, les programmes sont simplifiés et/ou épurés au fil des années, ce que je trouve plutôt regrettable.
Pour moi Macron, c'est le Morano de la gauche.... de la com' de la com' de la com'.

A la manière de Nadine, qui drague à droite à gauche avec ses sorties énormes: " je suis pas raciste j'ai une amie noire", et tout ce qu'elle sort de récent.
Macron c'est pareil, à chaque fois, chaque prise de parole, y a de la com', une phrase qui ressort, sur laquelle il faut revenir, du "oui mais j'ai pas voulu dire ça", et derrière, Manu ou François qui repasse par dessus mais qui "soutiennent".



Chaque apparition ne sers à rien d'autre qu'à balancer, au milieu de tout un discours, une petite phrase ou deux qui va caresser dans le sens du poil une certaine frange d'électeurs qui, de base, ne sont pas acquis à son parti.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés