L'Agora

La gauche, son avenir, ses alternatives, ses candidats

Répondre
Partager Rechercher
Oui enfin ce sont surtout les droitards qui viennent mettre des tartines de goulag-staline-venezuela de façon systématique, y'a toujours un ou deux mecs sur qui ça va marcher, c'est jamais perdu.
Le changement de nom pourrait se justifier s'il apportait un changement de signification. Le Pc pourrait bien se renommer en Tarte aux Pommes que Dati reviendrait hurler au goulag* quoi qu'il arrive. D'ailleurs la droite hurle au goulag jusqu'au PS donc bon. ^^

*Avec les variantes "juges rouges", "cabinet noir", etc.
Tiens, je n'avais pas fait gaffe à autre chose dans la primaire écolo :

Rousseau, parlant de l'agriculture, a expliqué qu'il fallait "sortir des engrais chimiques". Des engrais, hein, pas des pesticides.

En 5 ans.


Alors, dans l'absolu, why not ? Après tout, l'eutrophisation est une catastrophe comme une autre et nos stocks de phosphate risquent d'être vite épuisés. Il est donc urgent d'amorcer un changement de système global.
Mais en 5 ans, est-ce réaliste ?

Et bien oui. Mais il faut préciser ce que ça signifie, et il ne suffira pas de péter les rotules de la FNSEA pour y parvenir.
https://www.lemonde.fr/blog/huet/

Citation :
[...]
Que faire, alors, pour opérer cette transformation sans provoquer une famine gigantesque ? Les chercheurs ont exploré – dans le monde théorique de leur modèle – les solutions disponibles. Elles supposent, pour obtenir l’équilibre entre élevage et cultures végétales et une production suffisante pour alimenter toutes les populations, des changements drastiques et de toutes sortes. Ainsi, il faudrait diminuer de manière importante la consommation humaine de viande, en particulier de porcs et de volailles, afin de diminuer la production végétale qui leur est destinée.

Mais il faudrait aussi relocaliser les élevages de ruminants au plus près des cultures de céréales, dans des prairies permanentes, afin de reconnecter les productions végétales et animales et optimiser le cycle de l’azote. Autrement dit réduire drastiquement les élevages bretons pour les relocaliser dans les plaines du bassin parisien et le massif central.
Et c'est là que le bât blesse. 5 ans pour délocaliser les élevages bretons dans le bassin parisien et le massif central ? Si c'était possible, je signe illico : il faut sortir de la mono-agriculture industriel et mettre en place un système de polyculture durable.
Mais 5 ans, c'est le temps nécessaire pour lancer la dynamique, pas pour accomplir la transformation.
Et encore...
Citation :
Outre la baisse de la consommation de viande, la consommation totale, calculée en calories, devrait également diminuer dans les pays développés (Europe, Amérique du nord), passant de 3000 kcalories par jour à 2200, tandis qu’elle augmenterait en Afrique. Autre levier d’action : une diminution de 50% du gaspillage alimentaire.
Leur modèle suppose aussi que l’on a mis au point des dispositifs de gestion des eaux usées permettant de récupérer une part importante de l’azote contenue dans les urines humaines (un litre d’urine contient 6 grammes d’azote, un peu de phosphore et de potassium) pour les utiliser comme engrais (soit dit en passant ce serait une super idée que d’aider les pays en voie d’urbanisation à construire des réseaux d’eaux sur cette base).

Même en agissant sur tous ces plans, qui supposent notamment la fin de la spécialisation des régions entre élevage et cultures végétales, les chercheurs ne parviennent à boucler le budget azote, et à nourrir tout le monde, que jusqu’à 60% de bio dans l’agriculture mondiale.
Alors, pour les phosphates, on n'aura pas le choix. Mais pour l'azote, j'ai franchement un doute.
Niveau agriculture biologique, sols vivants ... on a de la marge et de l'espérance y compris pour les monocultures. C'est sûr que ça se fera pas en 5 ans à l'échelle des pays plutôt en 30 mais à l'échelle d'une exploitation c'est possible.
Et entre une monoculture "industrialisée" actuelle et une en sol vivant c'est un rapport 1 à 10 voire à 1 à 15+ en carbone capté (sans même parler de l'eau de la biodiversité etc). Et les rendements semblent de plus en plus prometteurs pour ce qui est de la rentabilité, lorsque c'est bien encadré question science agronomique.
Bref y'a des solutions qui permettent d'espérer contrairement à d'autres secteurs. Encore faut il les déployer.
C'est pour ça que c'est frustrant de voir une bonne idée transformée en slogan idiot.

L'avenir, c'est le tout permaculture sur toute la planète ou presque. Mais prétendre qu'on va le faire en 5 ans juste en tatanant la FNSEA, pitié...
Je pense qu'on y viendra parce que quand c'est bien fait, non seulement les rendements sont là, mais en prime niveau impact climatique et environnemental c'est un net progrès. Or l'Agriculture c'est un des secteurs où on se doit justement de réaliser de gros gain sur les rejet en CO2.

Maintenant 5 ans pour réaliser ce changement, ça n'est pas réaliste. C'est bien de proposer ce genre de chose, mais faut être un minimum sérieux dans l’exécution.
C'est comme sa position sur les voitures électrique et fin du véhicule individuel en gros, puisque contrairement à Jadot elle est pour la fin de ce modèle du véhicule individuelle.
Sur le principe elle a raison si on veut vraiment diminuer notre impact sur le climat, c'est pas seulement la voiture électrique qu'il faut, c'est changer notre rapport justement à la voiture.

Seulement il faut être réaliste, entre la "culture" de la voiture individuelle, le fait que notre modèle est basé sur ça par rapport au transport, l'impact sur l'emploi aussi. Il faut voir la voiture électrique comme une étape intermédiaire inévitable avant d'arriver à une situation où avoir sa voiture sera une exception et plus la règle. Car on aura à côté de ça repenser la façon de se déplacer.
Mais là aussi ça va pas se faire en 5 ans.

Idéalement, faudrait aller vite vu la situation. Dans la pratique, si on veut éviter que la société bloque et qu'au final on n'avance pas, faut surtout pas aller dans cette logique ça passe ou ça casse.
Là où on peut faut avancer vite, surtout si y a de vrai gain sur les rejet en CO2 à la clé. Mais sur les sujets plus complexe, si on ne veut pas voir un rejet qui remettrait en cause les efforts mis en oeuvre, faut y aller pas à pas. Est ce que c'est l'idéal vu l'urgence de la situation, clairement non. Mais on n'avance pas contre les gens et la société. Ou alors on change de modèle et on va vers une dictature.
Citation :
Publié par hoochie
Belle tôle de Ségolène à l'élection sénatoriale des français de l'étranger (6 sièges à pourvoir) qui n'obtient que 2,07% des voix (et donc non élue)

https://www.lepoint.fr/politique/sev...2444785_20.php
Elle n'avait aucun soutien de parti et dans les votes sénatoriaux, c'est plus qu'handicapant. Cela aurait été député des français de l'étranger, elle aurait pu avoir une chance. Je ne comprends même pas comment elle a puy croire un instant. On peut avoir un melon mais la, c'est plus du melon si elle y a cru, c'est de la bêtise...

Bref, à force de faire la girouette, on finit seul, elle le démontre assez bien.
Jamais les français de l'étranger auraient élu Segolène qui est tout sauf moderne.

C'est ouf ce niveau de méconnaissance démographique chez les politiques.

Par contre c'est super marrant de voir la répartition des votes des français de l'étranger par pays sur 2012 (2017 compte pas, Macron a fait 40% au premier tour).

En gros : Aux USA ça vote à gauche, en Chine et Russie ça vote à droite et LATAM ça vote ecolo.
Citation :
Publié par hoochie
Belle tôle de Ségolène à l'élection sénatoriale des français de l'étranger (6 sièges à pourvoir) qui n'obtient que 2,07% des voix (et donc non élue)

https://www.lepoint.fr/politique/sev...2444785_20.php
Nan mais les sénatoriales.
Je n'aime pas Ségolène Royal. Mais si t'en es à utiliser les élections sénatoriales pour la défoncer c'est que t'as vraiment pas de face.
Citation :
Publié par Colsk
Elle n'avait aucun soutien de parti et dans les votes sénatoriaux, c'est plus qu'handicapant. Cela aurait été député des français de l'étranger, elle aurait pu avoir une chance. Je ne comprends même pas comment elle a puy croire un instant. On peut avoir un melon mais la, c'est plus du melon si elle y a cru, c'est de la bêtise...

Bref, à force de faire la girouette, on finit seul, elle le démontre assez bien.
Voilà. Les sénatoriales c'est une élection qui se règle en amont, dans les coulisses, avec une belle entente entre parti. Il n'y a rien, mais rien de populaire ou de démocratique là-dedans, que de l'appareil.
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés