L'Agora

Repenser la société, fin du travail et évolution de l'humanité

Répondre
Partager Rechercher
Citation :
Publié par Aloïsius
Vu la taille de leur usine de batterie, j'ai comme un doute. http://blogs.wsj.com/corporate-intel...ne-else-wants/
Ca c'est différent Elon Musk vient du web, il sait qu'à l'avenir les sous se trouveront plus du côté du consommable que du réceptacle. Je parierais qu'il espère créer (ou suivre) un standard de batteries pour son secteur et d'autres.

D'ailleurs la fin de l'article en parle : ils sont pas figés sur un format. Donc ils espèrent industrialiser la batterie pour devenir à la fois créateur de bagnoles (pour se faire une image de marque au top avec leurs modèles de luxe) et fournisseur du secteur en éléments consommables.

C'est la même petite arnaque côté Renault. On ne peut pas acheter une Zoé ou une Twizzy sans prendre un abonnement chez eux uniquement (eh ouais ) pour la fourniture et le remplacement des batteries.
Citation :
Publié par Laadna
Le nucléaire est une énergie fossile. Rien d'illimité là-dedans, ou même de long terme.

Quand à la sécurité, avec une catastrophe nucléaire majeure tous les 10 ans de manière à peu près constante, faut juste serrer les fesses et espérer que les 6-7 prochaines aient lieu en asie ou en amérique, et ouais ce sera cool le nucléaire.
Ce n'est pas forcément l'objet du débat mais je me permet de corriger :

L'énergie tiré de la surgénération (vous savez superpheonix, le truc fermé sur un coup de tête) permet au rythme actuel de fournir des milliers d'année d’électricité. Avec juste les réserves d'uranium accessible actuellement (les réserves potentiels sont bien plus importantes).

Les catastrophes majeures n'ont fait que très très peu de morts en comparaison d'autres secteurs d'activité industriels. Ce n'est pas parce que les média sont alarmistes et que tu ne connais pas les effets réels de la radioactivité qu'il faut entretenir la psychose.
Citation :
Publié par Laadna
Le nucléaire est une énergie fossile. Rien d'illimité là-dedans, ou même de long terme. Et faut accepter de maintenir l'afrique dans l'état ou ce continent se trouve aujourd'hui, mais je ne doute pas que notre petit confort électrique vaut bien le massacre et le pillage d'un continent entier.

Quand à la sécurité, avec une catastrophe nucléaire majeure tous les 10 ans de manière à peu près constante, faut juste serrer les fesses et espérer que les 6-7 prochaines aient lieu en asie ou en amérique, et ouais ce sera cool le nucléaire.
Il n'y a effectivement rien d'illimite dans le nucleaire, par contre il y a tres certainement du long terme*. Par contre, le nucleaire n'est pas une energie fossile, la nomenclature etant reservee aux combustibles issus de matieres vivantes.

Le coup de la catastrophe majeure tous les 10 ans, c'est de la desinformation. Il n'y a pas eu de catastrophes de ce type entre Chernobyl et Fukushima-Daiichi, cette derniere a des consequences environementales assez limitees par rapport a la premiere, et surtout si on met ca en rapport avec les benefices que l'on en tire. Tu mets dans le meme panier un peu tout et n'importe quoi. A ce prix la, je suis pour l'interdiction de l'eolien, qui tue plusieurs techniciens chaque annee, a un niveau que le nucleaire n'atteint certainement pas.

Le nucleaire n'est pas sans problemes, certains majeurs. La position pro-nucleaire n'est pas de dire que l'energie nucleaire n'a pas de consequences sanitaires ou environnementales, elle est de dire que le rapport benefice/problemes est superieur a celui de toutes les autres energies pour fournir une base de production d'electricite dans les pays developpes ou emergents. Note que parmis ces benefices, il y a le fait de pouvoir vivre longtemps, ce qui demande beaucoup d'energie. Je ne parierais pas qu'un monde tout nucleaire tue plus de gens qu'il n'en sauve en permettant d'alimenter le secteur medical (tres consommateur, si l'on compte tout ce qui y est associe, y compris la production) a un niveau que l'on ne pourrait pas avoir sinon.

Tu as au moins l'honnetete de reconnaitre que sans ca, on doit reduire tres fortement notre niveau de vie et de consommation (avec aussi il faudra faire un regime, mais bon). [Modéré par MelkyWay : ...] Je peux effectivement respecter une position quasi-Luddite dans ce genre la (elle est coherente), mais je ne souhaite pas ce mode de vie, et je pense qu'il est invendable.

*Alors oui, dans une paire de millenaires on va etre juste, mais l'interet de gagner 2000 ans c'est que ca laisse une belle marge pour trouver autre chose.

Dernière modification par MelkyWay ; 22/04/2014 à 08h39.
Railgun tu travailles pour Tepco ou le gouvernement japonais ? Les estimations des dégâts environnementaux relèvent quasiment du secret défense si l'on omet les "tout va bien madame la marquise" réguliers de leurs porte-paroles dont les mensonges sont tellement habituels et cyniques que même les ONG se lassent de les démonter.

Pour plein de gens dont je fais partie, la question n'est pas de savoir si les bénéfices du nucléaire en valent les risques mais si l'on peut humainement accepter ce carnage. [Modéré par MelkyWay : Devenu sans objet]

Je ne savais pas que le terme "énergie fossile" était si précis, je voulais simplement faire remarquer que les centrales nucléaires tournaient avec un minerai dont nous ne disposons évidemment pas en quantité illimitée, et qu'on ne trouve d'ailleurs qu'à très peu d'endroits sur cette planète (en Afrique notamment, d’où ma remarque sur l'état dans lequel on maintient ce continent afin de contrôler l'accès aux mines d'uranium). Je ne suis pas sûr que les africains, eux, ils préfèrent qu'on s'alimente au nucléaire. Les européens par contre ça va, c'est pas leurs gosses qu'on envoie dans les mines.

Il n'y a pas eu de catastrophe majeure dans les années 2000, ouf on respire. Avant Tchernobil il y a eu three mile island, et avec les failles de sécurité en France démontrée tous les 6 mois par des hippies de chez Greenpeace qui s'invitent dans les centrales avec un ulm et deux paires de pinces coupantes, la prochaine va nous tomber dessus un beau matin et y'en aura encore pour défendre cette source d'énergie incontrôlable...

Dernière modification par MelkyWay ; 22/04/2014 à 08h39.
Citation :
Publié par Laadna
Je ne savais pas que le terme "énergie fossile" était si précis, je voulais simplement faire remarquer que les centrales nucléaires tournaient avec un minerai dont nous ne disposons évidemment pas en quantité illimitée, et qu'on ne trouve d'ailleurs qu'à très peu d'endroits sur cette planète (en Afrique notamment, d’où ma remarque sur l'état dans lequel on maintient ce continent afin de contrôler l'accès aux mines d'uranium). Je ne suis pas sûr que les africains, eux, ils préfèrent qu'on s'alimente au nucléaire. Les européens par contre ça va, c'est pas leurs gosses qu'on envoie dans les mines.
Les isotopes d'Uranium extraient dans les mines sont faiblement radioactifs. De mémoire, la demi-vie est supérieure à 1 milliard d'année... Donc je doute qu'il puisse exister un risque d'irradiation pour les "gosses qu'on envoie dans les mines", ce qui mériterait d'ailleurs une petite source pour étayer une assertion aussi lourde d'accusation.

Sur le potentiel des réserves de minerai fissile, je me rappelle de quelques échanges sur le fil dédié à l'énergie indiquant que la surgénération permettait d'avoir plusieurs milliers d'années de ressources. Je crois qu'il existe aussi des réacteurs au Thorium qui permettent d'avoir des réserves pour une durée encore plus importante.

Je ne suis pas expert dans le domaine, mais ce n'est pas le problème des réserves énergétiques qui me fait craindre pour l'avenir de l'humanité.

Je pense au contraire que le développement d'une économie où la production des biens et services recourra de moins en moins à l'humain va rapidement poser un problème autrement plus complexe à gérer : l'inactivité d'une part croissante d'êtres humains qui n'auront pas ou peu de travail rémunéré et qu'il faudra bien occuper et rémunérer pour leur permettre d'avoir une vie un minimum intéressante à vivre. Ce problème se posera d'abord dans les pays fortement développés et je doute que l'on soit en mesure d'y apporter une réponse politique dans les temps impartis.
Je comprends pas trop votre trip avec Tesla qui reste un constructeur de niche. L'évolution viendra quand les "gros" constructeurs décideront de se lancer sérieusement, surtout les allemands. A priori ça commence à prendre car pratiquement tous proposent des modèles hybrides désormais. Ça évolue doucement mais ça évolue dans le bon sens.

Et sinon quelqu’un sait où ça en est le projet ITER ?
Citation :
Publié par Galirann
Je comprends pas trop votre trip avec Tesla qui reste un constructeur de niche. L'évolution viendra quand les "gros" constructeurs décideront de se lancer sérieusement, surtout les allemands. A priori ça commence à prendre car pratiquement tous proposent des modèles hybrides désormais. Ça évolue doucement mais ça évolue dans le bon sens.

Et sinon quelqu’un sait où ça en est le projet ITER ?
Parce que les grosses innovations ça a toujours commencé ainsi.
Des entreprises qui investissent d'énormément d'argent pour vendre à un marché de niche (de riches ? ).
Ensuite, leur technologie est démocratisée, essentiellement en améliorant les moyens de production pour baisser les coûts, et finalement, ça bénéficie à tout le monde.

Tesla a "juste" prouvé que l'électrique pure pouvait être dans les top de performances d'une voiture sportive.
Citation :
Publié par Kirika
huhu.
Si tout se rangeais dans des petites cases ça se saurait. Néanmoins, on va y arriver de plus en plus, ça c'est sûr. =)
Oui ou simplement le fait que le diagnostic ne fait pas la pratique médicale. C'était juste un petit taunt

Mais t'imagine un système comme ça relié à des bracelets électroniques qui peuvent suivre les patients sur de longues distances sur les maladies longues ou les rémissions, ça serait génial non ?
Citation :
Publié par Jack O'Bannon
Oui ou simplement le fait que le diagnostic ne fait pas la pratique médicale. C'était juste un petit taunt

Mais t'imagine un système comme ça relié à des bracelets électroniques qui peuvent suivre les patients sur de longues distances sur les maladies longues ou les rémissions, ça serait génial non ?
Non !

Bon ok. La brièveté de cette réponse est assimilable à un troll.
Alors... parlant de ma partie soit les cancers, je ne vois pas ce que feront ces bracelets à part avertir éventuellement que le patient, en phase terminale, est entrain de mourir (putain quelle news ...).
Il faut savoir que malgré des moyens lourds d'investigations comme les IRM, TEP-scan etc (je veux dire par là toutes les variantes), selon les cancers, c'est souvent duraille d'évaluer même la maladie. En effet, on se rend compte qu'il y a la partie macroscopique que l'on voit avec ces moyens d'investigation (et encore ... pour le pancréas et surtout les cancers ORL c'est pas toujours évident) et puis ... la partie microscopique à savoir des cellules métastatiques qui se baladent et c'est surtout elles qui déterminent de la réelle guérison du patient ou pas.
Et tes bracelets, à moins de faire des prises de sang et d'être des mini-labos pouvant analyser des marqueurs biologiques (qui restent à découvrir ... et non l'ACE n'est pas valable), ils ne serviront pas à grand chose.
Ton bracelet, c'est bon pour les personnes âgées, isolées, pour lesquelles on pourra être au courant de leurs petits problèmes au lieu d'avoir un cadavre découvert 2 jours plus tard.

Edit: je veux insister sur les rémissions puisque ce terme me fait croire que tu parles des cancers.
Les évaluations se font en général tous les 3 mois (au moins pendant les 2 premières années, je parle bien sûr des patients en rémission, donc une maladie qui semble t-il a été éradiquée et un patient en surveillance). Ces évaluations se font avec une consultation (examen clinique) au cours de laquelle le médecin regarde les résultats biologiques venant d'une prise de sang récente (quelques jours avant consult), examen biologique. Au cours de cet entretien le patient transmet aussi le scanner (ou le TEP-scan, mais c'est pas considéré comme une référence) pour un examen radiologique. Et c'est surtout celui-ci qui permet de voir si la maladie revient.

Dernière modification par Diesnieves ; 23/04/2014 à 10h30.
[Edit]

En fait ça sert à rien.

Dès qu'un sujet ou une expertise est abordée, il faut qu'il y ait quelqu'un pour venir expliquer pour quelles raisons ça n'arrivera jamais et que trolololol on continuera à bosser comme dans les années 70 pour les siècles des siècles.

J'espère pour vous que vous avez raison pour chacune de vos expertises. Mais je crains (pour l'avoir vu sur d'autres secteurs) qu'expliquer doctement pourquoi c'est irréaliste vous permettra de garder un bon job et un bon niveau de vie quand on aura plus besoin de vous.

L'innovation est tout autour de nous et n'a jamais changé le monde aussi vite qu'aujourd'hui.
- On peut soit l'accepter et trouver comment faire au mieux en prenant en compte les changements
- Ou se planter la tête dans le sable (ou dans le fondement de ses certitudes) et nier jusqu'au bout en alignant des impossibilités qui seront probablement résolues dans les années à venir.

J'ai l'impression en lisant ce topic de voir mes clients CAC40 qui se sont marrés du phénomène startup jusqu'à commencer à se faire bouffer sérieusement et qui retournent leur veste pour essayer de reprendre la main qu'ils ont perdu par excès d'arrogance ... Et ça fait pas envie.

Je vais probablement pas tenir si trop d'énormités sont dites sur le sujet, mais je vais essayer d'arrêter de gaspiller mon temps et le votre, manifestement en vain.

Dernière modification par MelkyWay ; 23/04/2014 à 15h30.
Citation :
Publié par Jack O'Bannon
(...)
Non mais ça c'est clair, si tu ne suis pas la technologie, c'est elle qui te bouffe (genre Nokia et Apple).
Après encore une fois, les métiers où la plus-value est surtout due à l'humain, que l'humain a un haut niveau d'éducation (et donc souvent d'adaptation), la technologie est rarement un danger. Apple n'a pas fait disparaître la téléphonie, il a fait disparaître un concurrent, mais le besoin en téléphonie est toujours là, et Apple emploie beaucoup de gens.
Bien sûr les outils de calculs ont grandement modifié la comptabilité, l'actuariat, la banque, la finance. Et bien que ces métiers aient été parmi les plus profondément modifiés, ce sont ceux qui recrutent le plus aujourd'hui.

Sans aller jusqu'à dire qu'il est inimaginable qu'un ordinateur puisse un jour remplacer complètement ces métiers (c'est-à-dire pas juste les faciliter), on a de la marge pour le voir venir. Et surtout, ces métiers seront probablement parmi les derniers remplacés (puisque ce sont ceux où l'humain joue le plus grand rôle), et il ne restera alors plus beaucoup de métiers pour l'homme.
Message supprimé par son auteur.
Citation :
Publié par Jack O'Bannon
...
Question qui me vient comme ça car je ne t'avais jamais senti aussi pro-innovation.
Note que je te rejoins totalement lorsque tu pointe du doigt la techno-phobie le conservationisme français qui nous mène droit au mur. Je te rejoins là encore sur les conséquences sur l'emploi de notre manque d'adaptabilité qui ne nous permettra pas de réagir correctement à l'inévitable.

Du coup ma question, tu es transhumaniste aussi ?
Citation :
Publié par Jyharl
Question qui me vient comme ça car je ne t'avais jamais senti aussi pro-innovation.
Note que je te rejoins totalement lorsque tu pointe du doigt la techno-phobie le conservationisme français qui nous mène droit au mur. Je te rejoins là encore sur les conséquences sur l'emploi de notre manque d'adaptabilité qui ne nous permettra pas de réagir correctement à l'inévitable.

Du coup ma question, tu es transhumaniste aussi ?
J'ai du mal avec ce terme "pro-innovation". Ca veut dire quoi ? qu'il faut être pour ou contre ?

Finalement, ce que dit Jack O'Bannon n'est que du réalisme. La société évolue avec les innovations et l'être humain doit suivre et évoluer. On parle des métiers comme d'éléments immuables alors que si on y réfléchie un peu, on voit rapidement que les métiers de maintenant ne sont plus du tout les mêmes que ceux simplement des années 1970. Par exemple, je me souviens d'un l'économétre qui me racontait (moi jeune docteur, lui quasiment à la retraite) que lorsqu'il a écrit sa thèse, il allait dans les locaux d'une université qui disposait d'un calculateur avec ses cartes perforées pour lui donner ses calculs à faire. Maintenant on a les ordinateurs personnels et même nos téléphones portables sont peut être plus puissants que les ordinateurs de cette époque.

Tous les métiers changent avec l'innovation. On ne voit pas forcément ce changement car il se fait parfois tout doucement mais il est là et effectivement, ça ne sert à rien de dire que le médecin ne pourra pas être remplacé ou je ne sais quoi. Il pourra être remplacé, simplement pas forcément dans les termes et pour les taches que nous avons en tête actuellement et pas forcément totalement.

Ce qui importe c'est que l'innovation soit introduite pour améliorer l'activité et ne soit pas une contrainte. Si je prends le cas de l'enseignement, des innovations sont introduites depuis des années et pourtant beaucoup de personnes croient qu'on est incapable de se mettre à la page. En fait c'est parce que les gens ont une mauvaise image de ce que signifie "introduire une innovation". Ils croient que nous devrions plier notre activité aux nouvelles technologies alors que fondamentalement, l'innovation est bonne dès lors que c'est elle qui se plie aux exigences du métier et des hommes. Les personnes évoluent à ce moment là.

D'ailleurs, je le dis souvent à mes élèves quand on parle d'innovation ; je ne serais pas étonné que, dans quelques années, des ordinateurs (ou robots) remplacent les profs au moins dans certains domaines et pour des éléments de base (exemple : apprentissage du calcul. L'ordinateur commence par faire des tests pour déterminer comment pense l'élève puis lui transmet une leçon et des exercices adaptés.) Et quand ils me disent "mais ça vous dérange pas ?" je leur réponds "pourquoi ? il faudra simplement s'adapter. Si des gens avec notre qualification n'en sont pas capables, qui le peut ?"

Dernière modification par Mastokk ; 23/04/2014 à 15h48.
Je ne comprends pas trop l'objectif de ton intervention vu que justement je me considère également Pro-Innovation.

C'est à mettre en opposition avec les techno-phobes et autres conservateurs.

Je l'ai précisé pourtant.

Ensuite pour ce qui est des profs', je verrais bien un système à la Ready Player One (d'Ernest Cline) dans un futur proche (monde virtuel + occulus rift + salles de classes virtuelles avec outils de modération pour le prof' qui fera classe).

Je ne pense pas, part contre, qu'un professeur puisse être remplacé. Il n'y a pas 36 solutions. Soit c'est de l'auto-didactie soit il faut un prof'.
Citation :
Publié par Jyharl
Je ne comprends pas trop l'objectif de ton intervention vu que justement je me considère également Pro-Innovation.

C'est à mettre en opposition avec les techno-phobes et autres conservateurs.

Je l'ai précisé pourtant.

Ensuite pour ce qui est des profs', je verrais bien un système à la Ready Player One (d'Ernest Cline) dans un futur proche (monde virtuel + occulus rift + salles de classes virtuelles avec outils de modération pour le prof' qui fera classe).

Je ne pense pas, part contre, qu'un professeur puisse être remplacé. Il n'y a pas 36 solutions. Soit c'est de l'auto-didactie soit il faut un prof'.
C'est pas ce que je veux dire. Justement, je ne vois pas pourquoi on serait pro ou anti innovation. L'innovation a différents aspects qu'il faut accepter. Un côté bénéfique qui améliore la vie mais aussi des aspect négatifs qui contraignent au changement et font peur.

L'innovation ne doit pas faire peur mais ne doit pas non plus être appliquée sans discernement. C'est pour ça que je ne comprends pas le terme "pro-innovation". Quand on me dit que l'innovation crée du chômage, je réponds non, elle crée du changement et l'homme doit évoluer avec. Mais quand on me dit de changer mes méthodes d'enseignement pour pouvoir utiliser une technologie, je dis non, c'est à la technologie de correspondre à mes besoins et à ce moment là, j'adapterai ma manière de réaliser mon travail.
C'est un peu frustrant de discuter de ça car ça m'apparaît comme une discussion sémantique alors que sur le fond nous sommes d'accord...

Tu ne peux pas contester qu'il y a un mouvement de moins en moins négligeable du "c'était mieux avant" ou "c'était mieux avec moins de technologie".

Cela se voit de plus en plus autour de soi, dans la presse, dans les études sociologiques (qui comme toutes études sont aussi contredites), etc.

Donc ton assertion "l'innovation a plusieurs aspect qu'il faut accepter" moi je suis d'accord, d'autres ne souhaiteront pas accepter ces aspects justement.
Citation :
Publié par Jyharl
Je ne pense pas, part contre, qu'un professeur puisse être remplacé. Il n'y a pas 36 solutions. Soit c'est de l'auto-didactie soit il faut un prof'.
Sinon il y a aussi des sites web style Khan Academy où tu peux apprendre les sciences du CP à la terminale. Et en plus c'est gratuit et sous licence creative commons.
Citation :
Publié par Jyharl
C'est un peu frustrant de discuter de ça car ça m'apparaît comme une discussion sémantique alors que sur le fond nous sommes d'accord...

Tu ne peux pas contester qu'il y a un mouvement de moins en moins négligeable du "c'était mieux avant" ou "c'était mieux avec moins de technologie".

Cela se voit de plus en plus autour de soi, dans la presse, dans les études sociologiques (qui comme toutes études sont aussi contredites), etc.

Donc ton assertion "l'innovation a plusieurs aspect qu'il faut accepter" moi je suis d'accord, d'autres ne souhaiteront pas accepter ces aspects justement.
ah oui oui, je te l'accorde, c'est sémantique Et oui, vu comme ça on peut se dire pro-innovation. C'est juste que je trouve dommage de se limiter à la dichotomie pro-anti alors que comme dans toute chose, il faut trouver l'équilibre
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés