L'Agora

[Wiki][POGNAX] Egalité Homme-Femme ? Le Sexisme dans notre société

Répondre
Partager Rechercher
[Modéré par Episkey :]


Citation :
Publié par blaes
D'après les chiffres donnés quelques messages plus haut, environ 750k agressions physiques sur des hommes, contre 1100k cas de harcèlement/atteinte sexuelle (qui incluent donc les interactions uniquement verbales).
J'ai pas les chiffres viols/homicides (qui doivent sûrement être plus déséquilibrés) sous la main, mais oui les hommes ont raison de s'inquiéter pour leur intégrité physique.
Je parlais spécifiquement des agressions au couteau pouvant s’avérer fatales car c’est cela que l’on m’avait rétorqué pour appuyer que les hommes ont autant de risques dans l’espace public que les femmes.

Je rejoins Pile, dans les stats on a aussi tous ce qui est lié à la délinquance. Alors je sais que les existe du bulbe masculinistes vont encore pousser des cris d’orfraies, mais c’est la logique pure : les hommes sont surreprésentés dans la population carcérale,
donc ils le sont dans les faits de délinquance et les violences qui les accompagnent.

Il faudrait voir si c’est stats prennent cela en compte ou si l’on est simplement sur les dépôts de plainte de victimes pures.

Mais franchement on s’égare tellement du sujet avec cette bataille de bites (désolé ).

On a un problème : l’insécurité des femmes dans l’espace public. A-t-on des solutions ? Oui ou non.

On peut également parler de l’insécurité des hommes dans l’espace public, je suis sûr qu’on peut aussi trouver des solutions, mais les deux problématiques ne s’annulent pas entre elles.

Dernière modification par Episkey ; 17/03/2021 à 18h43.
Citation :
Publié par Kerjou
On a un problème : l’insécurité des femmes dans l’espace public. A-t-on des solutions ? Oui ou non.

On peut également parler de l’insécurité des hommes dans l’espace public, je suis sûr qu’on peut aussi trouver des solutions, mais les deux problématiques ne s’annulent pas entre elles.
On a deux problèmes du coup, et ils se recoupent.

Si les motivations des deux problèmes sont effectivement différentes et que la différenciation par le contexte du délit est pertinente dans le cas des agressions physiques, elle ne le l'est pas, du moins pas aussi clairement, dans le cas des agressions sexuelles.

Et quoiqu'il en soit, la sécurisation de l'espace public ne doit pas se faire au détriment de la moitié de la population. L'écart statistique entre les victimes hommes et les victimes femmes est très majoritairement dû à l'écrasante majorité des femmes victimes d'agression sexuelle, mais ça s'explique par le problème de déclaration des actes par les hommes victimes ainsi que le fait que la majorité de la population est hétérosexuelle et que les hommes sont en moyenne plus forts que les femmes. Du coup, forcément, même en partant du principe que y'a autant de timbrées que de timbrés prêts à contraindre un random inconnu dans la rue à des actes sexuels (ce qui est très certainement vrai), un timbré va pouvoir le faire à l'occasion d'une pulsion, quand la timbrée va devoir anticiper le truc pour compenser la différence de force physique, ou sélectionner la victime avec beaucoup plus de contraintes. Mécaniquement, ça réduit la quantité de passages à l'acte de manière dissymétrique. Les femmes sont plus victimes d'agressions sexuelles parce qu'elles sont des femmes ET que les agresseurs sont majoritairement des hommes hétérosexuels ET que le dimorphisme sexuel chez l'être humain est à l'avantage des hommes dans une confrontation homme/femme, pas uniquement parce qu'elles sont des femmes. C'est simpliste, réducteur et largement incomplet et ça ne peut mener qu'à des solutions bancales (un problème mal identifié...).

Bref, si c'est intéressant de s'interroger sur les disparités sexuelles parmi les victimes des incivilités et agressions hors ménage pour cibler des campagnes de prévention, par exemple, ça n'invalide pas que la réponse policière, judiciaire et pénale doit être aveugle au sexe de la victime, sinon c'est de la discrimination.

Après, pour autant que je sache, la loi interdit d'insulter les gens gratuitement dans la rue sans spécifier le sexe de la victime, donc j'avoue que je ne vois pas bien le problème. Les droits, en l'occurrence le droit d'utiliser l'espace public sans être insulté par un inconnu juste parce que ça lui pète, qu'il est bourré ou sous crack, sont garantis légalement aussi bien pour les femmes que pour les hommes. T'as pas le droit, aujourd'hui, en France, d'aborder un mec dans la rue et de lui dire qu'il a un joli petit cul et que tu testerais volontiers l'adéquation de son sphincter avec ton lot de courgettes toutes fraîches.
Citation :
Publié par Twan
Mais sérieusement c'est une pure objection de principe, et je doute que ça arrive régulièrement que des hommes ayant juste dit une banalité flatteuse à une passante ou tenté d'obtenir un 06 sans insister soient punis pour ça, plutôt que des se montrant insistants, ou agonisant d'injures celles y réagissant négativement (ne serait ce que parce que contrairement à la légende entretenue ici par Veigularux je doute que les femmes et les policiers fassent pas parti d'un grand complot misandre pour faire punir des hommes qui ne le mériteraient pas, et ont plutôt tendance à tolérer énormément des hommes que de bondir sur toute occasion de se plaindre/réprimer). Mais l'aspect un peu problématique de la mesure introduite dans la loi Schiappa c'est qu'en ne définissant pas de critère clair de répétition ou de type de propos elle l'autoriserait.
En Belgique, ils innovent
https://www.francetvinfo.fr/societe/...o_4325263.html

Belgique : dans les pas de la brigade chargée de traquer les harceleurs de rue

A Liège, la police a mis au point une brigade chargée de traquer les harceleurs de rue. Une initiative encouragée par le parquet de Liège.
Citation :
Publié par TabouJr
On a deux problèmes du coup, et ils se recoupent.

Si les motivations des deux problèmes sont effectivement différentes et que la différenciation par le contexte du délit est pertinente dans le cas des agressions physiques, elle ne le l'est pas, du moins pas aussi clairement, dans le cas des agressions sexuelles.

Et quoiqu'il en soit, la sécurisation de l'espace public ne doit pas se faire au détriment de la moitié de la population. L'écart statistique entre les victimes hommes et les victimes femmes est très majoritairement dû à l'écrasante majorité des femmes victimes d'agression sexuelle, mais ça s'explique par le problème de déclaration des actes par les hommes victimes ainsi que le fait que la majorité de la population est hétérosexuelle et que les hommes sont en moyenne plus forts que les femmes. Du coup, forcément, même en partant du principe que y'a autant de timbrées que de timbrés prêts à contraindre un random inconnu dans la rue à des actes sexuels (ce qui est très certainement vrai), un timbré va pouvoir le faire à l'occasion d'une pulsion, quand la timbrée va devoir anticiper le truc pour compenser la différence de force physique, ou sélectionner la victime avec beaucoup plus de contraintes. Mécaniquement, ça réduit la quantité de passages à l'acte de manière dissymétrique. Les femmes sont plus victimes d'agressions sexuelles parce qu'elles sont des femmes ET que les agresseurs sont majoritairement des hommes hétérosexuels ET que le dimorphisme sexuel chez l'être humain est à l'avantage des hommes dans une confrontation homme/femme, pas uniquement parce qu'elles sont des femmes. C'est simpliste, réducteur et largement incomplet et ça ne peut mener qu'à des solutions bancales (un problème mal identifié...).

Bref, si c'est intéressant de s'interroger sur les disparités sexuelles parmi les victimes des incivilités et agressions hors ménage pour cibler des campagnes de prévention, par exemple, ça n'invalide pas que la réponse policière, judiciaire et pénale doit être aveugle au sexe de la victime, sinon c'est de la discrimination.

Après, pour autant que je sache, la loi interdit d'insulter les gens gratuitement dans la rue sans spécifier le sexe de la victime, donc j'avoue que je ne vois pas bien le problème. Les droits, en l'occurrence le droit d'utiliser l'espace public sans être insulté par un inconnu juste parce que ça lui pète, qu'il est bourré ou sous crack, sont garantis légalement aussi bien pour les femmes que pour les hommes. T'as pas le droit, aujourd'hui, en France, d'aborder un mec dans la rue et de lui dire qu'il a un joli petit cul et que tu testerais volontiers l'adéquation de son sphincter avec ton lot de courgettes toutes fraîches.
Sur les problèmes engendrés par effet d'accumulation d'actes qui ne sont pas, individuellement forcément interdits ou limite(1), la réponse ne me semble facilement pas pouvoir être légale. A moins de faire porter la responsabilité à une personne qui paie pour les autres. Ou pire de caractériser un délit sur base uniquement subjective.

Et évidemment, extirper du crâne de certains, que des comportements peuvent être jugés lourds comporte aussi son lot de difficulté : pas sur que les personnes concernées soient consentantes pour une rééducation. (oui c'est de l'ironie pour dire que l'on ne peut pas facilement changer des mentalités).

A part des campagnes de sensibilisation je ne vois pas ce qui peut être mis en place. Et encore moins ce qui peut l'être de façon efficace.

(1) un exemple simple, souvent difficile à caractériser : les frotteurs dans le métro. agression sexuelle ou mouvement involontaire ? Ca m'est arrivé une fois, j'ai trouvé cela très gênant. Mais c'est plus l'exception pour un homme. Le nombre de fois que j'ai entendu ce genre de choses arriver à des femmes, je ne les compte plus. Même si il y a des actions pour prévenir ce genre de comportements pour sanctionner les actes qui relèvent de façon évidente de l'agression sexuelle, ces actions ne peuvent rien contre des gestes répétés, pas forcément intentionnels, mais qui au bout du compte génère un sentiment d'insécurité permanent de faible intensité.
Citation :
Publié par Sakka Purin
Tu sais c'est comme pour Macron et le confinement . A un moment quand les branches auxquelles tu cherches à te raccrocher sont complètement pourries, faut lâcher l'affaire et admettre qu'on s'est planté...
Je vois vraiment pas ce que tu veux dire… je précise des faits qui étaient clairs pour moi dès le début, mais manifestement pas pour tout le monde.

Citation :
Publié par Pile
Sauf qu'il faut contextualiser ces violences afin de pouvoir appréhender le cadre dans lequel elles sont faites et du coup là il pourrait peut-être faire une comparaison pertinente avec celles faites aux femmes. Pour le coup si l'on retire tout ce qui touche en réalité les activités délictuelles (règlement de comptes, vengeance et autres) il y aura une bien grosse différence. Même phénomène que les homicides ou tentatives, si l'on ôte ceux commis sur fonds de trafics crimino-délinquants les chiffres ne sont pas les mêmes.
Alors que les femmes subissent bien peu ce paramètre en comparaison.
Il m'apparaît indéniable qu'elles subissent une plus grande proportion d'actes "gratuits" justement parce qu'elles sont des femmes.
Le fait que ce soit presque normé est du coup assez révélateur. Et que le législateur décide de frapper fort pour justement inverser cette tendance est une bonne chose.
Exactement.
Et je dis ça en tant que mec qui s'est fait agresser gratuitement de nombreuses fois aussi (vu qu'apparemment, il suffit de dire "hey j'ai aussi été traité de tarlouse" pour considérer qu'il n'y a aucun problème avec la fréquence des agressions et faits de harcèlement envers les femmes).
J'espère que ce type de brigades des moeurs ne se contentera pas de sécuriser les centre-villes et les lieux de consommation mais aussi les cités dortoirs et les grandes lignes.
D'un autre coté les moyens judiciaires et policiers étant ce qu'ils sont et non extensibles à l'infini, l'idéal serait peut être qu'ils ne fassent ni l'un ni l'autre et se focalisent sur des priorités telles que par exemple les atteintes aux biens et aux personnes, qui sont déjà fort mal réprimés et englobent une bonne partie des cas plus spécifiques aux femmes.
L'ajout de nouvelles missions et nouvelles lois sans aucun moyen en parallèle, on peut présager que ça ne donnera pas de bons résultats, et que ça se fera au détriment d'autre chose.
Citation :
Publié par Don Patricio
L'ajout de nouvelles missions et nouvelles lois sans aucun moyen en parallèle, on peut présager que ça ne donnera pas de bons résultats, et que ça se fera au détriment d'autre chose.
C'est surtout l'ajout de nouvelles lois qui font doublon avec des lois déjà existantes qui est préjudiciable. Ça fait le focus à cause du buzz politique, mais ce qui a été interdit par la loi soutenue par Schiappa l'était déjà avant.

Je ne sais pas trop dans quel monde vivaient ceux qui croient qu'avant les lois médiatiques, on pouvait tranquillement insulter les gens gratuitement dans la rue. Ça a toujours été interdit; en tout cas, ça fait une dizaine d'année que je suis dans le panel des enquêtes CVS, et ça a toujours été un des indicateurs de l'INSEE.

Et du coup, pour rebondir sur ce que tu dis, autant faire des nouvelles lois, ça fait le buzz et youpi on a sa photo en premier page des magazines, mais ça ne sert à rien*, autant faire appliquer les lois déjà existantes sans en créer une à chaque fait divers ou hashtag sur Twitter, ça impliquerait de doter les pouvoirs répressifs des moyens dont ils ont besoin pour remplir leur mission et ça serait globalement bénéfique à tous, peut-être même y compris aux coupables de ces infractions.

C'est un peu tôt pour faire ce genre de focus à mon avis et ça va faire faire la girouette aux flics de proximité sans vraiment les aider à remplir leur mission à plus grande échelle. Il y a un problème global de petite délinquance en France à adresser avant de cueillir les cerises parmi les victimes.


* Pour la dernière loi en France, je reste persuadée que sur une loi avec trois axes dont deux sont particulièrement polémiques concernant l'état de droit, l'élément concernant le harcèlement de rue était juste un tour de passe-passe pour exciter l'opinion publique et qu'elle regarde ailleurs, ce qui a d'ailleurs été un éclatant succès si on ne regarde que l'enfumage de l'opinion publique.
Elle eut aussi droit à une encore meilleure diversion avec tous les complotistes des réseaux sociaux disant qu'elle légalisait la pédophilie. Les gens sains d'esprit ont passé tellement de temps à devoir expliquer et réexpliquer ce qu'il en était aux allumés qu'ils ont eu peu l'occasion de parler du reste.
De toute manière, qu'adresser la parole à autrui sans insulte, menace, moquerie, ni même insistance puisse tomber sous le coup de la loi devrait être un non-sens évident aux yeux de tous. On l'a souligné, combien cela allait à l'encontre du vivre ensemble et de ce que signifiait vivre en société, mais visiblement, ça ne fait aucunement écho. Bien dommage qu'une chose aussi simple soit devenu aussi inaccessible à une partie de la dite société...

Edit pour l'hypocrisie du dessous : ça ne fait aucun doute, il suffit de voir l'écho approbateur chez certains du reportage avec la policière belge...

Dernière modification par Drys Kaine ; 16/03/2021 à 18h16.
Citation :
Publié par Drys Kaine
De toute manière, qu'adresser la parole à autrui sans insulte, menace, moquerie, ni même insistance puisse tomber sous le coup de la loi devrait être un non-sens évident aux yeux de tous. On l'a souligné, combien cela allait à l'encontre du vivre ensemble et de ce que signifiait vivre en société, mais visiblement, ça ne fait aucunement écho. Bien dommage qu'une chose aussi simple soit devenu aussi inaccessible à une partie de la dite société...
Personne n'a été verbalisé pour avoir demandé l'heure à un inconnu.

T'as pas dû être beaucoup emmerdé dans la rue, mais sache que la différence entre un mec qui se défroque pour te faire une démonstration d'hélicobite et quelqu'un qui te demande l'heure où te taxe une clope se fait très facilement.

Et pareil pour la différence entre un mec qui te dit bonjour poliment avant, tout aussi courtoisement, de te proposer d'aller chez lui lui tailler une pipe et le passant qui te demande son chemin, y'a bien que sur ce sujet qu'il faut disserter sur la difficulté fantasmée de faire la différence entre une interaction sociale et un délit.
Citation :
Publié par Drys Kaine
De toute manière, qu'adresser la parole à autrui sans insulte, menace, moquerie, ni même insistance puisse tomber sous le coup de la loi
Oui c'est exactement ce qui va se passer.

[Modéré par Episkey :]

Dernière modification par Episkey ; 17/03/2021 à 18h38.
Citation :
Publié par TabouJr
T'as pas dû être beaucoup emmerdé dans la rue, mais sache que la différence entre un mec qui se défroque pour te faire une démonstration d'hélicobite et quelqu'un qui te demande l'heure où te taxe une clope se fait très facilement.
Et sincèrement tu met ça où le mec qui dit "Elle est jolie celle là" à quelqu'un d'autre assez fort pour que la policière l'entende ? Et pire, l'ado qui se serait mis devant une autre ado pour l'aborder, ce qui lui aurait fait peur ?
Une chose est sûr pour les féministes qui font l'enquête mise précédemment ça rentre dans "drague inopportune" (à minima) et c'est une violence.
Citation :
Publié par Pile
Oui, effectivement, il y a plus d'agressions sur les hommes.
Sauf qu'il faut contextualiser ces violences afin de pouvoir appréhender le cadre dans lequel elles sont faites et du coup là il pourrait peut-être faire une comparaison pertinente avec celles faites aux femmes. Pour le coup si l'on retire tout ce qui touche en réalité les activités délictuelles (règlement de comptes, vengeance et autres) il y aura une bien grosse différence. Même phénomène que les homicides ou tentatives, si l'on ôte ceux commis sur fonds de trafics crimino-délinquants les chiffres ne sont pas les mêmes.
Alors que les femmes subissent bien peu ce paramètre en comparaison.
Il m'apparaît indéniable qu'elles subissent une plus grande proportion d'actes "gratuits" justement parce qu'elles sont des femmes.
Tu as des chiffres de ce que tu avances?
Qu'est ce qui te dit que les violences sur les femmes ne sont pas également du à une vengeance ou à des représailles?
Dois je rappeler les chiffres concernant les violences domestiques et le fait que l'agresseur est connu dans les 3/4 des cas?
Ce serait donc des "violences gratuites" perpétrés par des proches?

Citation :
Publié par Twan
[..]
Mais sérieusement c'est une pure objection de principe, et je doute que ça arrive régulièrement que des hommes ayant juste dit une banalité flatteuse à une passante ou tenté d'obtenir un 06 sans insister soient punis pour ça, plutôt que des se montrant insistants, ou agonisant d'injures celles y réagissant négativement (ne serait ce que parce que contrairement à la légende entretenue ici par Veigularux je doute que les femmes et les policiers fassent pas parti d'un grand complot misandre pour faire punir des hommes qui ne le mériteraient pas, et ont plutôt tendance à tolérer énormément des hommes que de bondir sur toute occasion de se plaindre/réprimer). Mais l'aspect un peu problématique de la mesure introduite dans la loi Schiappa c'est qu'en ne définissant pas de critère clair de répétition ou de type de propos elle l'autoriserait.

Mais bon c'est le genre de loi visant à être dissuasive bien plus qu'à être appliquée (combien d'applications par an ? je doute que ce soit plus qu'une poignée, et que cette poignée ne concerne pas des personnes connues pour vraiment abuser).
Le problème n'est pas que ce soit largement pénalisé ou non; contrairement aux autres, je pense au contraire que diffuser en continue dans les médiats, des chiffres (manipulés la plus part du temps) sur les violences et des vidéos sur les outrages sexiste cela à un impacte négatif sur tout les hommes.
Qui se culpabilise d'être des hommes alors qu'il n'ont strictement rien fait.
En plus de cela, ça dissuade toute tentative d'aborder une femme dans la rue .. voir d'aborder les femmes tout court.

Et si vous n’êtes pas convaincu par l'effet médiatique seul, demandez vous si du coup les "fake news" n'ont pas d'impact sur l'opinion publique.

Au passage: draguer dans la rue devenant un acte répréhensible, ça va allégrement remplir les poches des sites de rencontres, puisqu'il n'y a qu'a travers eux que tu peux le faire sans risque et de manière "légale".
Et il faut voir ce que sont devenu les sites de rencontre ... c'est juste l'enfer pour les hommes.
Un sacré "progrès" là encore ..
Citation :
Publié par Kerjou
Je rejoins Pile, dans les stats on a aussi tous ce qui est lié à la délinquance. Alors je sais que les existe du bulbe masculinistes vont encore pousser des cris d’orfraies, mais c’est la logique pure : les hommes sont surreprésentés dans la population carcérale,
donc ils le sont dans les faits de délinquance et les violences qui les accompagnent.
Les hommes sont surreprésentés en prison, parce-que la violence féminine n'est pas reconnu et qu'elle est présenté comme de la folie.
Voila pourquoi les femmes sont surreprésentées dans les hôpitaux psychiatriques.
Sujet déjà abordé, documenté et traité il y a 200 ou 300 pages de cela.
Citation :
Publié par Quint` (#31069635
Exactement.
Et je dis ça en tant que mec qui s'est fait agresser gratuitement de nombreuses fois aussi (vu qu'apparemment, il suffit de dire "hey j'ai aussi été traité de tarlouse" pour considérer qu'il n'y a aucun problème avec la fréquence des agressions et faits de harcèlement envers les femmes).
Apparemment tu m'as lu de travers, je ne contredis pas ce que tu as écris juste ici. Au contraire je suis d'accord sur toute la ligne. C'est les raccourcis de dire que 100% des femmes ont été agressées dans la rue en prenant comme critère l'insulte verbale ou bien le fait de ramener l'insulte verbale ponctuelle à du harcèlement qui me fait tiquer.

Mais non, être une femme en France dans les villes c'est pas glorieux. Et si en plus tu as décidé de ressembler à quelque chose et de sortir seule, ça devient un prétexte et une excuse pour certains pour les faire chier. Et c'est incomparable à ce qu'un homme peut subir, je suis bien d'accord.
Il me semble que la différence qui fait débat n'est pas entre les interactions sociales utilitaires genre demander l'heure et les insultes ou l'exhibitionnisme, mais entre la drague non insistante et le harcèlement.
(Enfin pas que ce soit très important vu que quasiment personne ne drague dans la rue sauf des harceleurs insistants, mais bon il ne faut pas désespérer Catherine Deneuve, ça pourrait arriver. )
@Quint : je ne savais pas qu'insulter ouvertement son interlocuteur était autorisé par la charte du forum... j'ai du manqué quelque chose. Au demeurant, que je sache, j'ai bien dit "sans insulte". Ce à quoi tu réponds par l'exemple d'une contributrice qui, déjà, n'a pas dit que ce n'était "pas grave", mais que l'insulte qu'elle avait reçue n'était pas dédiée à sa féminité, et aurait pu tomber sur n'importe qui d'autre en s'accordant au genre. Bref, que l'agression verbale n'était pas sexiste en soi, juste...une agression d'un lourdeau qui aurait très bien pu insulter un mec pour n'avoir pas de cigarette ou autre. Déjà. Bref, tu ôtes tout le contexte pour n'en tirer qu'une essentialisation qui n'a plus aucun sens. C'est à la fois malhonnête, et visible comme le nez au milieu de la figure. Peut mieux faire.

Qu'ensuite, tu bottes totalement en touche quant à l'approbation concernant des accusations infondées comme dans les cas du reportage. Que ceci apparaisse normal aux yeux de toi et d'autres est une aberration et un risque pour la société. Que cela te passe au-dessus de là tête n'en fait pas pour autant un propos dénué de sens. C'est juste toi qui en est dénué ici. Et je ne me permettrais pas de t'insulter en t'assimilant avec ceci ou cela, mais je n'en pense pas moins, car tu as montré toute la valeur de ton respect d'autrui. Ce qui est assez savoureux venant de la part de quelqu'un qui se drape d'un combat pour le respect par ailleurs. Mais on est pas à une dissonance près n'est-ce pas. £

@Twan : bah, c'est peine perdue ils ne veulent pas l'entendre... Et j'ajouterais à ton propos que ce qui peut paraître être une entrée en matière de drague (parce que la défiance n'a guère plus de limite), peut être en fait totalement autre. Mais là encore qu'importe, c'est le "ressenti" qui compte n'est-ce pas?... *sic*
Citation :
Publié par Twan
Il me semble que la différence qui fait débat n'est pas entre les interactions sociales utilitaires genre demander l'heure et les insultes ou l'exhibitionnisme, mais entre la drague non insistante et le harcèlement.
(Enfin pas que ce soit très important vu que quasiment personne ne drague dans la rue sauf des harceleurs insistants, mais bon il ne faut pas désespérer Catherine Deneuve, ça pourrait arriver. )
Relis la tribune, tu n'y as rien compris.

Et source ton affirmation selon laquelle il n'y a pas de drague consensuelle dans la rue sauf par des relous insistants, parce que rien ne le prouve à part ton intime conviction.

Pour Xotraz, tu as reporté des trucs sur ce forum que je t'ai dit qui était autrement plus consensuels que la phrase que tu cites. Du coup, tu comprendras que t'expliquer de nouveau quelque chose qu'on a été nombreux à t'expliquer plusieurs fois ces dix dernières années sans que jamais tu ne daignes ne serait-ce que lire, ce serait une perte de temps, surtout quand tu demandes à des inconnues dans la rue de supporter ce que tu ne souffres pas toi-même ici. Un petit peu d'introspection, si tu en es capable, devrait répondre à ta question.
C'est très clair merci et ça répond totalement à la question de la séparation délit/interactions sociale des deux cas belges de la vidéo. (non j'ai rien compris mais je te laisse dans ta rancoeur de report que j'ai peut être fait).
Citation :
Publié par Darwhine
Tu as des chiffres de ce que tu avances?
Qu'est ce qui te dit que les violences sur les femmes ne sont pas également du à une vengeance ou à des représailles?
Dois je rappeler les chiffres concernant les violences domestiques et le fait que l'agresseur est connu dans les 3/4 des cas?
Ce serait donc des "violences gratuites" perpétrés par des proches?
Je sais que le contexte ça emmerde toute le monde, on le voit assez souvent sur le topic flic, mais ça aide à comprendre certaines choses.
Comme par exemple ici pour comprendre de quoi parle le message.
Donc hormis si ta remarque vise spécifiquement la population des femmes sdrf et que l'on peut donc considérer que la rue est leur domicile, les usagers devenant alors les colocataires ou membres d'une grande famille, et les agressions subies peuvent alors être cataloguées en violences domestiques, sinon tu es hors-sujet.
Citation :
Publié par Attel Malagate
Donc persos, ces affaires de viols ne m'étonne pas une seule seconde vu le portrait psychologique de PPDA.
Je trouve qu'il faudrait trouver un autre mot que viol pour ce genre de cas, ne serait-ce que par respect des personnes qui ont subi un réel viol.

Parce que pour certains cas de PPDA, Darmanin et autres, on est dans des situations plus grises où la parole des personnes ne sort que bien plus tard, quand leur carrière est faite ou que le service rendu attendu en contrepartie est ou n'a pas été donné.

Je ne cherche pas du tout à excuser ces prédateurs qui profitent d'une position de pouvoir mais je ne mets pas non au même niveau une personne qui a reçu une contrepartie et une personne qui s'est faite violer en n'en ayant rien à retirer.

Sur les 8 personnes qui accusent PPDA on doit avoir tout un arc en ciel de types de "viols", et dans le lot on peut envisager que certaines "victimes" ont couché pour réussir.
Dans aucun des cas qui sera avéré PPDA ne peut être excusé, mais j'ai du mal à me dire que toutes les personnes ont été identiquement victimes.
Citation :
Publié par Darwhine
Tu as des chiffres de ce que tu avances?
Qu'est ce qui te dit que les violences sur les femmes ne sont pas également du à une vengeance ou à des représailles?
Dois je rappeler les chiffres concernant les violences domestiques et le fait que l'agresseur est connu dans les 3/4 des cas?
Ce serait donc des "violences gratuites" perpétrés par des proches?
Bon la "petite" différence c'ets que pour des représailles dans le cadre d'une embrouille, y'a deux cons. Pour les violences conjugale, sauf à dire que les femmes battues sont des manipulatrices machiavélique, y'a un agresseur et une victime


Citation :
Le problème n'est pas que ce soit largement pénalisé ou non; contrairement aux autres, je pense au contraire que diffuser en continue dans les médiats, des chiffres (manipulés la plus part du temps) sur les violences et des vidéos sur les outrages sexiste cela à un impacte négatif sur tout les hommes.
Qui se culpabilise d'être des hommes alors qu'il n'ont strictement rien fait.
En plus de cela, ça dissuade toute tentative d'aborder une femme dans la rue .. voir d'aborder les femmes tout court.

Au passage: draguer dans la rue devenant un acte répréhensible, ça va allégrement remplir les poches des sites de rencontres, puisqu'il n'y a qu'a travers eux que tu peux le faire sans risque et de manière "légale".
Et il faut voir ce que sont devenu les sites de rencontre ... c'est juste l'enfer pour les hommes.
Un sacré "progrès" là encore ..
Franchement je ne me culpabilise pas.
Je pourrais même me poser des questions et essayer de me mettre à la place pour voir si mon comportement (un regard trop appuyé par exemple), peut être relou. Mais je ne dois pas être un vrai mec.

Le grand couplet de "on ne pourra plus draguer dans la rue". J'ai peut être tort et on va me sortir une étude, mais je ne connais pas beaucoup d'histoire d'amour ayant débuté par un abordage sauvage dans la rue

Il faut quand même faire la part des choses. Et j'irais même plus loin, une approche subtile reste possible, si elle est effectivement subtile et que l'éventuel stop d'en face est respecté.
Ça me rappelle un type qui avait abordé mon ex : un truc bateau du style excusez moi je vous trouve jolie, café blabla, puis quand elle répond : j'ai un copain => ah bah je suis pas jaloux (mouarf mouarf). Alors ouais c’est pas la pire agression, mais gros relou quoi.


Citation :
Les hommes sont surreprésentés en prison, parce-que la violence féminine n'est pas reconnu et qu'elle est présenté comme de la folie.
Voila pourquoi les femmes sont surreprésentées dans les hôpitaux psychiatriques.
Sujet déjà abordé, documenté et traité il y a 200 ou 300 pages de cela.
Mouais, on atteint la limite des sources, n'importe qui peut documenter un phénomène, en interprétant les chiffres avec un gros biais de départ.
C'est pas pour rien que très souvent la doctrine n'est pas unique, et que plusieurs théories se mettent en compétition.
Citation :
Publié par Kerjou
Mouais, on atteint la limite des sources, n'importe qui peut documenter un phénomène, en interprétant les chiffres avec un gros biais de départ.
Tu penses vraiment qu'à violence équivalente on réagit de façons similaires sans se soucier de savoir si elle émane d'un homme ou d'une femme ?
Sur le cas des violences conjugales j'ai quand même l'impression que quand les femmes sont victimes on est passé du "Une trempe à l'occasion c'est pas bien grave" à l'idée que c'est un comportement inacceptable. Quand on inverse les rôles le comportement est peut être inacceptable mais il est surtout inenvisageable avec des discours du type "T'es un mec tu pourrais te défendre". À tel point qu'aujourd'hui "violences conjugales" se confond avec "violences faites aux femmes".
Répondre

Connectés sur ce fil

 
1 connecté (0 membre et 1 invité) Afficher la liste détaillée des connectés